Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 23:25

Vaccin contre l’hépatite B: la Cour de Luxembourg reconnaît le lien avec la sclérose en plaques!

 

21 juin 2017

Vaccin hépatite B: La Cour européenne reconnaît le lien avec la sclérose en plaques

Le vaccin contre l'hépatite B peut-il causer la sclérose en plaques et ouvrir droit à une réparation du préjudice? La Cour de Cassation hésitait à le dire... la Cour de Justice de l'Union Européenne vient de lui confirmer qu'elle avait le droit de le reconnaître. Une décision qui va compliquer l'entrée en vigueur de la vaccination obligatoire annoncée par la ministre Buzyn...

 

Agnès Buzyn se serait probablement bien passée de cette décision qui va compliquer la mise en oeuvre de sa politique de vaccination obligatoire. La Cour de Justice de l'Union Européenne vient de considérer, dans le cadre d'une question préjudicielle, qu'il était conforme au droit de l'Union Européenne de reconnaître un lien de causalité entre un vaccin de Sanofi Pasteur contre l'hépatite B et la sclérose en plaques.

 

L'affaire visait un cas français. Un homme en parfaite santé avait déclaré une sclérose après une vaccination. Il est décédé en 2011.

 

Jusqu'ici, la directive de l'Union sur le sujet imposait aux plaignants d'établir la preuve de la causalité entre la vaccination et la maladie. La CJUE vient de reconnaître que cette preuve ne supposait pas forcément un consensus scientifique, mais pouvait simplement s'appuyer sur des présomptions fortes et sérieuses. Il appartiendra à chaque juridiction nationale de vérifier ce sérieux.

 

Cette réponse ouvre la voie à une indemnisation des victimes par les fabricants de vaccins incriminés.

 

Une très mauvaise nouvelle pour Sanofi... et pour Agnès Buzyn.

 

Dans son arrêt de ce jour, la Cour estime comme compatible avec la directive un régime probatoire qui autorise le juge, en l’absence de preuves certaines et irréfutables, à conclure au défaut d’un vaccin et à l’existence d’un lien causal entre celui-ci et une maladie sur la base d’un faisceau d’indices graves, précis et concordants, dès lors que ce faisceau d’indices lui permet de considérer, avec un degré suffisamment élevé de probabilité, qu’une telle conclusion correspond à la réalité. En effet, un tel régime n’est pas de nature à entraîner un renversement de la charge de la preuve incombant à la victime, puisqu’il revient à cette dernière d’établir les différents indices dont la conjonction permettra au juge saisi de se convaincre de l’existence du défaut du vaccin et du lien de causalité entre celui-ci et le dommage subi. En outre, exclure tout mode de preuve autre que la preuve certaine issue de la recherche médicale aurait pour effet de rendre excessivement difficile voire, lorsque la recherche médicale ne permet pas d’établir ni d’infirmer l’existence d’un lien causal, impossible la mise en cause de la responsabilité du producteur, ce qui compromettrait l’effet utile de la directive ainsi que les objectifs de celle-ci (à savoir protéger la sécurité et la santé des consommateurs et assurer une juste répartition des risques inhérents à la production technique moderne entre la victime et le producteur). La Cour précise néanmoins que les juridictions nationales doivent veiller à ce que les indices produits soient effectivement suffisamment graves, précis et concordants pour permettre de conclure que l’existence d’un défaut du produit apparaît, compte tenu également des éléments et des arguments présentés en défense par le producteur, comme étant l’explication la plus plausible de la survenance du dommage. Le juge national doit en outre préserver sa propre liberté d’appréciation quant au point de savoir si une telle preuve a ou non été apportée à suffisance de droit, jusqu’au moment où il se considère en mesure de former sa conviction définitive.

 

Source : Entreprise.news

Repost 0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 12:07

L'Italie a adopté il y a peu l'obligation vaccinale scélérate contre 12 maladies. En vérité, cette étiquette de "contre 12 maladies" est des plus trompeuses, car on créera bien plus que 12 types de maladies différentes possibles (en termes d'effets secondaires) mais des dizaines d'autres pour des milliers d'enfants concernés. Les manifestations, protestations et démarches diverses des activistes sont en cours.... et il faut dire qu'il y a de quoi!

 

Manifestation à Rome contre l'obligation vaccinale, il y a quelques jours à peine...

Manifestation à Rome contre l'obligation vaccinale, il y a quelques jours à peine...

Manif censurée par tous les médias mainstream...

Voici ce que le Quotidien du Médecin a récemment publié sur la situation italienne:

 

Pas de vaccins ? Pas d’école. Pour obliger les parents à tourner le dos aux croyances des mouvances anti-vaccins, la ministre de la Santé Beatrice Lorenzin, a décidé de taper un grand coup.

 

Le décret-loi finalement adopté vendredi dernier en conseil des ministres après des discussions particulièrement virulentes entre les ministres de la Santé et de l’Education, cette dernière refusant les sanctions, introduit 12 vaccins obligatoires. Le dispositif qui entrera en vigueur à la rentrée prochaine en septembre, comprend rougeole, rubéole, diphtérie, poliomyélite, tétanos, coqueluche, haemophilus B, méningocoques b et c, hépatite B, oreillons et la varicelle.

 

Déchéance de l'autorité parentale

 

Pour avoir accès aux crèches et à l’école maternelle, les parents devront donc faire obligatoirement vacciner leurs enfants. Faute de quoi, ils devront se replier sur les nounous. Cette partie du dispositif concerne les enfants de moins de six ans. En revanche, ils pourront inscrire leurs enfants dans le primaire mais devront payer une amende salée (entre 500 et 7 500 euros) s’ils ont oublié de faire vacciner leur progéniture. Par ailleurs, les parents réfractaires seront également signalés au tribunal des mineurs et pourront être temporairement déchus de leur autorité parentale. « L’objectif de ce décret est d’éviter que les difficultés se transforment en urgences », estime la ministre de la Santé. Urgences, cela veut dire épidémies et augmentation du taux de mortalité enfantine ce qui est le cas dans les régions notamment du nord où les mouvements anti-vaccins ont le vent en poupe. Et pour débusquer les parents qui feraient de la voltige anti-vaccins et les médecins complaisants prêts à signer de faux certificats, le ministère annonce des contrôles perlés et ponctuels dans les établissements italiens.

 

Bientôt obligation vaccinale pour les professionnels de santé

 

Le combat entrepris par le gouvernement et le ministère de la Santé contre les opposants à la vaccination touchera bientôt la communauté médicale. Dans un deuxième temps, en effet, le ministère de la Santé veut introduire la vaccination obligatoire pour les opérateurs de santé ce qui n’est pas le cas en l’état actuel. En fait, l’idée de Beatrice Lorenzin est d’augmenter le seuil de la couverture vaccinale qui a chuté en dessous des 85 %, un taux inadmissible qui favorise les épidémies. Cette politique, toutefois, suscite des réactions contrastées. Si les pro-vaccination applaudissent la décision ministérielle, en revanche les opposants entassent les sacs de sable et creusent les tranchées. Leur bataille sera toutefois difficile, l’ordre des médecins ayant commencé à radier les praticiens anti-vaccins.

 

Concernant l'Italie et le délire en cours là-bas, quelques rappels nous paraissent toutefois nécessaires pour se faire une plus juste idée du contexte. Car il s’agit bien d’un combat des autorités contre les libertés fondamentales des citoyens et donc contre leur propre population….

 

* C’est dans ce pays qu’une infirmière s’est récemment faite radiée de façon surréaliste parce que sur base de tests limités (démontrant une faible ou non production d’anticorps chez une vingtaine d’enfants seulement qu’elle aurait vaccinés –et ce sur plus de 5000 autres personnes visées), on a prétendu qu’elle n’aurait jamais vacciné réellement des milliers de patients ! C’est surréaliste car finalement, cela montre l’ampleur de l’épée de Damoclès qui pèse également sur la tête de milliers de « bons vaccinateurs » (dociles) qui sont à tout moment susceptibles d’être accusés d’avoir fait semblant de vacciner parce que les patients n’ont pas été immunologiquement de bons petits patients avec un sacrosaint taux d’anticorps jugé « anormal » (et ceci alors que les preuves scientifiques abondent pour montrer que quantité de gens ont déjà pu faire des maladies malgré la présence préalable d’anticorps à des taux jugés « protecteurs »….).

 

* C’est dans ce pays aussi que plusieurs médecins italiens consciencieux et appréciés de leurs patients ont été radiés et d’autres menacés/intimidés pour avoir osé parler des risques vaccinaux, sujet hautement tabou s’il en est. Citons le Dr Roberto Gava, le Dr Dario Medico (lequel participait par exemple en 2002 au Colloque sur les vaccinations organisé au sein du Parlement européen par l’ex député Paul Lannoye ; on peut d’ailleurs retrouver son intervention au sein du livre «Les vaccinations en question », la synthèse du colloque, aux éditions Frison-Roche).

 

* C’est dans ce pays toujours que Giorgio Tremante, père de deux fils morts suite au vaccin polio oral et d’un troisième fils (toujours vivant) handicapé à vie par le même vaccin, s’est battu sans relâche au cours de ces dernières décennies pour informer inlassablement le public, les médecins aussi et avait obtenu qu’on place une plaque commémorative à Vérone (ville hébergeant le siège central de GSK en Italie…) à la mémoire de ses deux fils tués « des suites d’une vaccination obligatoire ».

Plaque commémorative à Vérone, à la mémoire de Marco et Andrea tués par le vaccin polio obligatoire

Plaque commémorative à Vérone, à la mémoire de Marco et Andrea tués par le vaccin polio obligatoire

* Mais l’Italie, c'est aussi le pays de Francesco de Lorenzo, ex Ministre de la Santé qui, en 1991, a touché de nombreux pots de vin de plusieurs laboratoires, dont SmithKline Beecham. Le Président de cette firme, qui fabrique le vaccin anti-hépatite B, a avoué avoir donné au ministre 600 millions de lires quelques mois avant que ce dernier rende la vaccination obligatoire dans son pays. Francesco de Lorenzo a été inculpé et condamné à 8 ans de prison ferme ainsi que Paolo Cirino Pomicino, ancien ministre du Budget et le Pr. Dulio Poggiolini, directeur de la Direction du médicament dans son pays, après avoir été Président de l’Ordre des médecins, mais aussi membre influent des instances européennes du Médicament. Plus d’une soixantaine d’autres membres tout puissants du ministère de la Santé ont également été condamnés pour diverses fautes graves que le Giornale per la protezione della salute (n° 6, mars 1998) qualifie de “ pratiques mafieuses ”.

Un dessin vaut 1000 mots, merci à l'excellent René Bickel...

Un dessin vaut 1000 mots, merci à l'excellent René Bickel...

* L’Italie, c’est aussi le pays originaire de Mme Testori-Coggi de la DG Santé de l’UE, laquelle avait fait part dès le 5 octobre 2010 de son souhait qu’à l’occasion des futures pandémies (si bien préparées notez…), ce soit la Commission européenne –donc des gens non élus- qui puissent décider sur une base juridique forte et contraignante et à l’instar de ce qui se fait déjà pour les animaux, qui doit être vacciné, en se félicitant que cela ne soit pas contesté pour ce qui est des animaux. 

 

* Tout récemment encore, des informations sont sorties sur la véritable fourmilière de conflits d’intérêts qui sont derrière la récente décision italienne prise par la Ministre De Lorenzin : le directeur du cabinet du ministère de la Santé italien siège en effet « comme par hasard » au conseil d'administration de GSK, qui rappelons-le a même reçu l'exclusivité pour la fourniture des vaccins obligatoires passés en force il y a quelques jours...

 

* L’Italie, c’est également le pays du Pr Carlo Ruta, professeur de médecine à l’université de Pérouse qui déclarait textuellement dans le New York Medical Journal en 1899 (époque où il n’existait encore qu’un seul vaccin, celui contre la variole, mais déjà pourvoyeur de très lourds effets secondaires….) : "La vaccination est une chose monstrueuse ; elle est le résultat malencontreux de l’ignorance et de l’erreur. Elle ne devrait avoir aucune place ni en hygiène ni en médecine…Il ne faut pas croire à la vaccination ; le monde entier a été plongé dans l’illusion. La vaccination n’a aucune base scientifique ; il s’agit d’une désastreuse superstition dont les conséquences ne peuvent se mesurer que dans la douleur et des larmes sans fin."

 

Malgré ces évidences, Agnès Buzyn, nouvelle ministre française de la Santé réfléchit à implémenter pareille obligation en France, suivant en cela la triste marche de sa prédécesseur pour laquelle "La vaccination, ça ne se discute pas!". Après les élucubrations de Touraine, Buzyn en rajoute donc une couche en osant de façon pitoyable affirmer que "cela permettra à la société d'évoluer" (!)... " Je déteste la coercition, ce n'est pas dans mon tempérament. Mais là, il y a une urgence. (...) Il y a des fois où l'obligation est une bonne chose pour permettre à la société d'évoluer», défend-elle, citant en exemple l'obligation de la parité hommes-femmes dans les conseils d'administration.  > Tout le monde aura cependant compris qu'ici, il s'agira aussi d'un nivellement (d'une "parité") mais d'un nivellement par le bas car cela ne fera que rendre les enfants encore plus malades qu'ils ne le sont aujourd'hui...

Une même règle commune pour les deux: Buzyness as usual....

Une même règle commune pour les deux: Buzyness as usual....

Agnès Buzyn n'évoque pas la clause d'exemption que proposait le Pr Fischer pour les parents qui refuseraient catégoriquement la vaccination – et qui s'est révélée difficilement applicable, après analyse juridique. Seul le Quotidien du Médecin évoque l'abandon de l'exemption… ben oui, laisser voir que les gens se jettent sur la clause d'exemption offrirait une chance supplémentaire que le public les désavoue!

Obligation vaccinale: le délire validé en Italie et Buzyn en France qui a l'air de vouloir s'en inspirer....

Buzyn qui retarde à 1000% (vu le temps depuis lequel il est prouvé que non seulement la vaccination antigrippale des adultes ne permet pas d'éviter des décès, pas plus que ceux des seniors mais qu'en plus, elle majore les risques respiratoires) dit ainsi s'étonner de tous ces soignants qui ne font pas bêtement vacciner contre la grippe et compte en informer le Conseil de l'Ordre, en planchant sur une obligation vaccinale des soignants contre la grippe.... peut-être en effet que cela offrirait une occasion en or aux soignants d'enfin oser balancer tout ce qu'ils pensent sur les vaccins mais que, jusque là, ils n'osaient lâcher que dans le confort de leur anonymat? Comme ces résultats de l'enquête de l'INPES en 2005 sur une échantillon représentatif de 400 médecins pédiatres et généralistes de laquelle il ressortait que 58% se posent des questions sur l'utilité des vaccins faits aux enfants et 31% sur leur sécurité (là où le pipeau des médias habituels tend à faire croire que 99,99% des médecins seraient très très en faveur des vaccins...). Les soignants se trouvent en effet maintenant à un vrai carrefour et face à un vrai choix: là où jadis, ils en restaient majoritairement au "Faites ce que je dis, pas ce que je fais" (que ce soit pour des raisons financières ou de prétendu confort vis-à-vis de l'Ordre), ils vont maintenant être obligés de constater que la défense loyale et courageuse de l'intérêt des patients permet la défense logique et efficace de leur propre intégrité physique et vice-versa. En ayant promu la division et le paternalisme médical, il est clair que le système a aussi largement voulu favoriser la soumission et la docilité. 

 

Une chose est certaine, c'est qu'Agnès Buzyn n'arrivera certainement pas à éluder le fond du dossier: que tous les vaccins sont expérimentaux de par la manière scandaleusement laxiste dont ils sont évalués et que la vaccination obligatoire, qui revient à une expérimentation humaine sans consentement, est contraire au Code de Nuremberg, comme l'explique la docteure en droit et professeur d'univ Mary Holland à la tribune des Nations Unies, où elle y avait d'ailleurs été vivement applaudie....

 

Un rapport du Sénat français de 2007 qualifiait déjà les laboratoires pharmaceutiques de "partenaires naturels des pouvoirs publics".... Michèle Rivasi, eurodéputée, vient d'ailleurs de sortir un communiqué de presse intitulé "11 vaccins obligatoires; dans l'intérêt de qui? Non à la vaccination forcée" pour dire à quel point ce genre d'obligation serait une erreur politique et sanitaire majeure.

 

Le 8 juillet prochain, et de façon convergente avec les manifestations qui auront lieu en Italie, diverses manifestations seront organisées dans plusieurs grandes villes françaises en faveur de la liberté vaccinale. Il est bien évident que nous appuyons la tenue de ces manifestations car le temps est maintenant venu pour chaque citoyen de prendre enfin ses responsabilités, sans se contenter de simples "like" sur facebook. Ne pas se retrousser les manches maintenant équivaudra à ne plus pouvoir se plaindre ensuite. L'avenir de générations entières d'enfants dépend de ce moment crucial.

Repost 0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 13:56
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 15:40

Les italiens descendent dans la rue pour protester contre les nouvelles lois rendant les vaccinations obligatoires

 

Par Brian Shilhavy, 9 Juin 2017, Vaccine Impact News

Les Italiens descendent dans la rue pour dire NON aux obligations vaccinales

Manifestations dans de nombreuses villes italiennes

 

Des lecteurs italiens ont contacté Health Impact News en nous demandant de parler des manifestations massives qui ont eu lieu dans toute l’Italie pour protester contre la nouvelle loi rendant les vaccinations obligatoires. Cette information a été censurée dans les grands médias américains.

 

Francesca Alesse qui a fait partie de l’équipe VAXXED et qui a sillonné l’Italie écrit :

 

Comme jamais auparavant, le décret-loi proposé par le Ministre de la Santé vient d’être signé par le Président italien Sergio Mattarella. Alors qu’en Italie seuls quatre vaccins avaient été rendus obligatoires, ce nombre a maintenant triplé pour atteindre 12 vaccins obligatoires.

 

Aucun décret-Loi n’a jamais été aussi rapidement adopté par le système législatif italien. Les raisons de cette précipitation sont incompréhensibles étant donné que  l’Instituto Superiore Di Sanita (Version italienne du CDC) avait lui-même déclaré que, contrairement à ce que précisait le décret lui-même, il n’y avait aucune urgence. Il n’y a pas d’épidémie, le nombre de cas de rougeole et de méningite au cours de cette année a été nettement inférieur à celui de l’année précédente.

 

Des milliers de parents  ont protesté contre la nouvelle loi le 3 juin dernier, des manifestations de protestation ont eu lieu dans 21 villes italiennes à travers tout le pays. Une grande manifestation nationale est prévue pour ce dimanche 11 juin.

Les Italiens descendent dans la rue pour dire NON aux obligations vaccinales

Manifestation à Florence

 

La nouvelle loi semble avoir de graves conséquences pour les parents qui ne voudront pas se conformer; ces parents risquent aussi de se voir enlever leurs enfants.

 

En plus du tollé public, il semble aussi y avoir une forte opposition politique à la loi.

 

Elisabetta Bressan fait le commentaire suivant sur Facebook :

 

Les protestations ne vont faire qu’augmenter face à cette loi qui rend 12 vaccins obligatoires. Comme l’a annoncé le Ministère de la Santé, 12 vaccinations seront obligatoires pour avoir accès au système préscolaire (0 à 6 ans). Sans vaccination aucune inscription ne sera possible, et il n’y aura pas d’exception. Pour les enfants  qui fréquentent l’école obligatoire (0 à 16 ans) et qui ne se feraient pas vacciner, les parents devront payer une amende qui, par an, variera entre 500 et 7.500 euros. Les parents qui ne pourront pas payer ces sommes  seront  traduits devant un tribunal qui pourrait suspendre les droits des parents et faire vacciner les enfants.

 

Une manifestation nationale de protestation aura lieu à Rome ce 11 juin.

 

Ces mesures prendront cours la prochaine année scolaire (Septembre 2017). Il a été calculé que 800.000 enfants devront recevoir une vaccination « massive » au cours d’une très courte période.

 

Comme vous le savez certainement, c’est l’Italie qui a été choisie en 2014 pour la campagne de vaccination de l’OMS, campagne cofinancée par la fondation Bill et Melinda Gates. Ce qui se passe aujourd’hui en Italie pourrait donc très bien affecter d’autres pays.

 

Dans d’autres commentaires postés sur Facebook, Elisabetta Bressan laisse entendre que la nouvelle loi rendant les vaccins obligatoires a de solides liens financiers avec le firme pharmaceutique GlaxoSmithKline qui pourrait bénéficier de plus d’un milliard d’euros investis en Italie au cours des 4 prochaines années.

 

Voir la vidéo : Manifestation à Florence

Les Italiens descendent dans la rue pour dire NON aux obligations vaccinales

Source: Vaccine Impact

 

 

130 familles Italiennes menacent de demander asile en Autriche pour échapper aux vaccinations obligatoires


Par Jack Kurtz/ Global Look Press, 9 juin 2017
 

Les Italiens descendent dans la rue pour dire NON aux obligations vaccinales

Plus de 130 familles italiennes du Sud Tyrol menacent de demander asile en Autriche, quelques jours seulement après que le Président italien ait signé un décret exigeant des vaccinations obligatoires pour l’admission à l’école.

 

« Les parents ont déjà écrit au Président italien Mattarella, au Président Autrichien Van der Bellen, de même qu’au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève » a déclaré l’activiste anti vaccins, Reinhold Holzer à l’Agence de Presse ANSA.

 

Selon les sources du Ministère, ceci s’est passé deux jours après que Mattarella ait signé un décret exigeant que, pour pouvoir fréquenter l’école, les enfants devront subir 12 vaccinations obligatoires.

 

Les enfants d’âge scolaire non vaccinés seront malgré tout autorisés à fréquenter l’école, mais leurs parents seront condamnés à une amende de 500 à 7.500 euros (soit 559 $ US à 8.386 $ US).

 

« Nous n’empoisonnerons pas nos enfants » a déclaré M. Holzer, ajoutant que l’asile n’est pas uniquement réservé pour ceux qui fuient la guerre, mais aussi pour ceux qui sont privés des Droits de l’Homme.

 

Holzer poursuit en décrivant les vaccins comme étant « un massacre chimique au détriment de nos enfants ».

 

Il poursuit en expliquant que la population du Sud Tyrol est « particulièrement sensible aux problèmes de santé et d’environnement. C’est ce qui expliquerait que le nombre d’ enfants non vaccinés soit particulièrement élevé. »

 

Cela semble être vrai, car, selon le journal italien Giornalettismo, les citoyens du Sud Tyrol auraient les taux de vaccination les plus bas du pays, en particulier pour l’hépatite B, le tétanos, et la rougeole.

 

L’Italie a connu un pic d’épidémie de rougeole cette année. Selon le Ministère de la Santé, 2.851 cas de rougeole auraient déjà été rapportés. 89% des personnes atteintes n’étaient pas vaccinées – une forte hausse par rapport aux 220 cas pour la même période de l’année précédente et 844 cas pour l’ensemble de l’année 2016, selon les chiffres de l’AFP.

 

Selon l’OMS, cette augmentation a suivi la chute du nombre des vaccinations d’enfants de deux ans qui est tombée de 88% en 2013 à 85,3% en 2015. Ces deux chiffres sont bien en-deçà du seuil de 95% préconisé par l’OMS.

 

La résurgence de la rougeole en Italie a été largement attribuée au mouvement populiste :  Mouvement Cinq Etoiles (M5S) qui a fait campagne sur une plate-forme anti-vaccinale, et a soutenu, à plusieurs reprises, les liens entre les vaccinations et l’autisme, la leucémie, le cancer et les allergies.

 

Selon l’OMS, la vaccination contre la rougeole a permis d’éviter 20,3 millions de décès dans le monde entre 2000 et 2015.

 

Source : Russia Today

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 11:52

POLOGNE

 

MANIFESTATIONS DE MASSE EN POLOGNE CONTRE LES VACCINATIONS OBLIGATOIRES -

LES DECES MONTENT EN FLECHE

Pologne: manifestations de masse contre les obligations vaccinales

                 Par Celia Farber et remerciements à Sheila Lewis, 14 mai 2017

 

Bienvenue en Pologne,

 

Le pays où les nouveau-nés reçoivent un vaccin à haut risque contre la tuberculose – le seul vaccin que l’Allemagne a retiré du marché, il y a 18 ans ! (1).

 

Le pays où même les bébés prématurés sont vaccinés contre l’hépatite B en raison du fait que les normes d’hygiène dans les établissements médicaux laissent à désirer. On offre aux nouveau-nés un vaccin coréen bon marché utilisé nulle part ailleurs en Europe ! (2)

 

Le pays qui continue à utiliser un vaccin à haut risque contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche déjà retiré dans certains pays européens. (3)

 

Le pays qui a soumissionné pour le vaccin anti-pneumococcique proposé par une société pharmaceutique dont certains cadres étaient auparavant employés par le Député, faisant partie du Ministère de la Santé. (4)

 

Le pays où les enfants reçoivent des vaccins jamais approuvés pour la mise sur le marché – mais uniquement selon les règlements en cours lors de… pandémies (5)

 

Pays où les parents reçoivent de lourdes amendes s’ils refusent de faire injecter à leurs enfants les « délicatesses » reprises ci-dessus. (6)

 

Le pays qui n’a pas ratifié la charte du comité de bioéthique et qui permet de tester la plus grande partie des vaccins utilisés en Europe, sur ses propres citoyens. (7)

 

Le pays où le gouvernement et les sociétés censurent les émissions de télévision au cours desquelles les familles d’enfants victimes des vaccinations racontent leur histoire. (8)

 

Pays où les médecins qui informent les parents des effets secondaires des produits pharmaceutiques sont punis (9).

 

Pays où les médecins sont incapables de reconnaître les effets indésirables des vaccins, ainsi que leurs conséquences. (10)

 

Pays qui a le taux de vaccination le plus élevé au monde, et le taux le plus bas de vaccination des médecins contre la grippe (11, 12).

 

Le pays dont la seule excuse pour ne pas vacciner un enfant est sa propre mort. (13)

 

Pays dont la seule exemption vaccinale est la mort. Pays où les compagnies pharmaceutiques sponsorisent les médias pour influencer la société contre les défenseurs des droits des patients, tout en introduisant de fausses épidémies (14).

 

Pays où un directeur sanitaire lance une chanson rap pour se moquer des victimes que le système néglige. (15, 16)

 

Pays où le vaccin polio oral dangereux est rendu obligatoire jusqu’à épuisement des stocks après cependant qu’il ait reçu le statut de « retrait immédiat » (17,18)

 

Pays où n’existe aucun programme de dédommagement des victimes et où les médecins et les officiels sont au-dessus de la loi (19).

 

LA POLOGNE est un pays où vous pouvez aller en prison si vous lancez une pétition qui demande une modification des irrégularités mentionnées ci-dessus.(20)

 

Participez au mouvement de protestation ! Envoyez-nous un courriel : stopnop@gmail.com

 

Source : Truthbarrier

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 22:40

Un enfant endommagé par les vaccins a été médicalement kidnappé parce que ses parents refusaient les produits chimiques toxiques de l’hôpital et avaient choisi une nourriture bio

Par Christina England, Health Impact News, 29 mai 2017

 

Chase Walker-Stevens

Le 19 mai 2017, Chase Walker-Stevens dont la santé avait été endommagée par les vaccins (Paralysie grave et épilepsie) a été arraché de force à ses parents parce que ces derniers avaient choisi de sevrer leur fils de tous les produits pharmaceutiques et de traiter ses problèmes de manière holistique.

 

Dans la vidéo qui a été prise quelques minutes après que Chase lui fut arraché, son papa, Marc Stevens était en pleurs quand il racontait à ses amis et supporters comment la police s’était engouffrée dans l’hôpital, l’avait enfermé dans la salle de bains et avait arraché Chase des bras de sa maman, avant de l’arrêter elle aussi.

 

Nous avons pu être les témoins de la manière dont la famille et les supporters ont été aspergés au poivre par la police alors qu’ils assistaient à la scène d’enlèvement de Cini, la maman qui se débattait en hurlant.

 

Selon les rapports, la naissance de Chase avait été tout à fait normale. On lui injecta de la vitamine K dans les minutes qui suivirent. Endéans les deux heures, Chase commença à faire des crises d’épilepsie. Le médecin qui l’examina posa le diagnostic de choc anaphylactique, une réaction allergique grave pouvant s’avérer mortelle suite à l’injection de vitamine K. Quelques jours plus tard, Chase reçut une ou deux doses du vaccin contre l’hépatite B.

 

Meryl Dorey, représentante de l’Australian Vaccine Network (AVN), précise que les crises se sont aggravées après que les vaccinations aient été administrées.

 

Madame Dorey explique à Health Impact News :

 

Chase qui fut vacciné selon le programme officiel a vu ses crises s’aggraver  et se faire hospitaliser après chaque série de vaccins. A ce jour, il a reçu 27 vaccins des 31 prévus par le programme officiel.

 

Après avoir reçu ses vaccins, les médecins diagnostiquèrent chez Chase une paralysie cérébrale et des troubles épileptiques. Selon les rapports publiés dans la presse, et jusqu’à tout récemment, Chase faisait approximativement jusqu’à 100 crises d’épilepsie par jour. Ce nombre de crises a évidemment provoqué des dégâts au cerveau.

 

La maman croit que l’hôpital est à 100% responsable des dommages de santé dont son fils a été affecté.

Un enfant endommagé par les vaccins médicalement kidnappé à ses parents

Depuis qu’il a reçu ses vaccins Chase fait des crises d’épilepsie incontrôlables et souffre de paralysie cérébrale.

 

Dans un document de 1997 intitulé : L’histoire biaisée du DTC, son auteur, le Dr Harold Stearley a écrit :

 

Il n’est pas question de nier que le vaccin DTC sauve des vies ; les décès annuels par coqueluche sont tombés de 1.000 par an à moins de 10.

 

Malheureusement, comme il fut rapporté par le National Vaccine Information Center (NVIC), le type de vaccin utilisé et autorisé par le CDC tue lui aussi quelque 900 enfants par an et provoque des dégâts cérébraux permanent chez un enfant sur 62.000. Ces risques sont-ils vraiment acceptables ?

 

Le Dr Stearly poursuit :

 

En 1977, le chercheur britannique, le Dr Gordon T.Stewart de l’Université de Glasgow a étudié les effets secondaires du vaccin DTC et a évalué le rapport bénéfices/risques pour les enfants du Royaume-Uni. Sa recherche a montré que d’autres symptômes pouvaient aussi se produire : accès de hurlements, état de choc, absence de réactions, vomissements, paralysies et convulsions.

 

Parmi les 160 cas de complications qu’il eût à examiner, 40% avaient trait à de l’hyperkinésie (état d’hyperactivité en relation avec un dysfonctionnement cérébral), à des spasmes infantiles, des cas de paralysie flasque, des cas de graves retards mentaux.

 

Il put déterminer que les effets secondaires des vaccins étaient gravement sous rapportés ou même complètement négligés, que la protection contre la maladie était du domaine du possible chez les bébés, que l’affirmation des officiels précisant que les risques de la coqueluche étaient plus importants que ceux de la vaccination était très discutable. Il a pu estimer que le risque transitoire de dommage cérébral ou de troubles mentaux apparaissait chez 1 enfant sur 10.000 vaccinés, et que le risque de dommage cérébral irréversible s’observait chez un enfant sur 20.000 à 60.000 enfants vaccinés.

 

Les médecins ont conseillé aux parents de Chase de rentrer à la maison et de s’occuper des préparatifs pour les funérailles !

 

Cette information fut reprise dans un excellent article publié dans l’Australian National Review. L’article précisait :

 

A peine 2 mois après sa dernière série de vaccins, les médecins diagnostiquèrent chez Chase une infection pulmonaire. Il fut à nouveau admis à l’hôpital où il passa une semaine aux soins intensifs. Selon Cini, c’est à ce moment que les médecins lui expliquèrent, ainsi qu’à Marc, son mari qu’ils devaient rentrer chez eux et s’occuper des préparatifs pour les funérailles. Mais, heureusement, Chase parvint à s’en sortir. C’est à ce moment que Cini et son mari ont commencé à se méfier des conseils que leur donnaient leurs médecins et qu’ils décidèrent que Chase ne serait plus jamais vacciné.

 

Jusqu’alors, bien que Chase ait reçu toute l’attention des experts médicaux que son état réclamait, les parents ne purent accepter la sentence de mort prononcée par les médecins, et décidèrent de changer complètement le type d’alimentation (qui comportait pas mal de toxines) que l’hôpital administrait par sonde gastrique à leur fils, au profit d’une nourriture biologique réduite en purée.

 

Le traitement du Dr Katelaris

 

Le traitement du Dr Katelaris s’est révélé être un succès étant donné qu’il parvint à réduire les 100 crises journalières à 4 crises par semaine. Les parents de Chase ont raconté aux journalistes que le petit recommençait à rire, à parler, à saisir des objets pour la première fois depuis qu’il avait reçu sa série de 18 vaccins.

 

Ce fait a été rapporté dans The Australian National Review.

 

A l’époque où Chase faisait encore 100 crises par jour alors qu’il était sous médicaments contre ses crises d’épilepsie, ses parents ayant eu vent des succès que le cannabis médicinal opérait, se décidèrent à adopter cette forme de traitement. En quelques jours, les crises diminuèrent singulièrement. Alors que Chase ne prenait plus aucun des médicaments qui avaient été prévus pour son état, les crises d’épilepsie finirent par disparaitre complètement.

 

Alors qu’une personne saine d’esprit aurait pu imaginer que le personnel de l’hôpital n’aurait pu que se réjouir de la remarquable amélioration de l’état de santé de Chase, ses parents durent se battre pour la garde de leur enfant vis-à-vis de plusieurs organismes de protection de l’enfance. Le staff de l’hôpital avait prétendu que Chase risquait un arrêt cardiaque parce qu’il avait perdu du poids et ne recevait plus son cocktail de toxines médicamenteuses via sa sonde gastrique […].

 

L’hôpital voulait absolument remettre Chase sous médicaments en le nourrissant comme précédemment, tout en supprimant la médication à base d’huile médicale de cannabis. Comme tout un chacun pourra aisément le comprendre, Marc et Cini refusèrent la proposition  de l’hôpital. Les conséquences de ce refus ne se firent pas attendre : 9 tentatives de kidnapping médical et deux recours devant les tribunaux. En fin de compte tout finit par s’arranger en faveur de la position des parents.

Les parents, Marc et Cini ont adopté une nourriture biologique à base de fruits et de légumes biologiques, ainsi qu’un traitement à base d’huile médicale de cannabis. Ce traitement mit fin aux 100 crises que l’enfant vivait chaque jour de la semaine.

 

Les photos qui suivent montrent les changements qui se sont produits dans la santé de Chase. Mais, en dépit des soins extraordinaires que ces parents courageux ont pu donner à leur enfant, et malgré toutes les améliorations qui se sont manifestées, ces merveilleux parents aimants ont été traités comme des criminels.

 

Un enfant endommagé par les vaccins médicalement kidnappé à ses parents
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 12:09

Un médecin pro-vaccin examine les deux aspects du débat avec un esprit ouvert. Il finit par changer de position

Un médecin pro-vaccin examine les deux aspects du débat et finit par changer de position

Vaccine Impact, 8 avril 2017

 

L’équipe du film VAXXED vient d’interviewer le Dr Douglas Mackenzie de Californie.

 

Le Dr Mackenzie est  actuellement chirurgien plasticien. Précédemment, il travaillait dans la division « immunologie » de l’armée américaine. A l’origine, il était pro-vaccin parce qu’il n’avait aucune idée qu’un médecin puisse s’interroger sur la question des vaccins étant donné qu’il ne s’était jamais donné la peine d’approfondir ses recherches sur la question.

 

Comme il envisageait de devenir papa, il s’est décidé à approfondir ses connaissances sur les vaccins. Dans son interview, il précise qu’il n’avait aucun grief contre quiconque ou quoi que ce soit. La seule chose qui le préoccupait était de vraiment chercher la vérité.

 

Il a voulu lire les livres du Dr Andrew Wakefield, ainsi que ceux du Dr Suzanne Humphries. Il a aussi voulu lire les livres de ceux qui s’occupaient de promouvoir la vaccination, comme ceux du Dr Paul Offit.

 

Le Dr Mackenzie déclare :

 

Tout médecin qui acceptera de réaliser sa propre recherche, qui acceptera d’approfondir la science, qui étudiera les deux faces du débat, qui prendra conscience des préjugés, de la mauvaise épidémiologie, ne pourra finalement que revoir complètement ses positions initiales. Cela suppose aussi que pareils médecins n’aient pas grand-chose à perdre.

 

Source: Vaccine Impact

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Médecins
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 15:30

                                                - VACCINS -

        Un médecin décidé à respecter son Serment d’Hippocrate :

« D’ABORD NE PAS NUIRE »

Interview du Dr Anthony Phan, M.D. par Polly Tommey (VAXXED)

Vaccins: Un médecin décidé à respecter son Serment d’Hippocrate : « D’ABORD NE PAS NUIRE »

Dr A. Phan : Je suis originaire du Vietnam. A cette époque, un chaos total régnait dans le pays. Les enfants étaient séparés de leurs parents. Mon frère et moi avons aussi été séparés de nos parents. Nous nous sommes enfuis du Vietnam pour rejoindre les Etats-Unis. A cette époque, mes parents pensaient, à juste titre, qu’un système qui possédait un contrôle total sur nos vies, sur ce que nous mangions, lisions, sur ce que nous devions penser, était vraiment injuste, immoral et malfaisant.

 

Mon frère et moi avons été séparés de nos parents. C’est finalement bien plus tard que nous nous sommes retrouvés aux Etats-Unis. Quand j’ai eu 11, 12 ans, j’ai voulu devenir médecin. Après avoir lu quantité d’ouvrages sur la médecine, je me suis inscrit à la Faculté de médecine et ai poursuivi mes études.

 

Je me suis longtemps penché sur le « Sement Hippocratique », et en tout premier lieu, j’ai longuement réfléchi sur le tout premier principe qui exige que le médecin ne fasse pas de mal: « D’abord ne pas nuire ».

 

J’ai bien compris que ce serment concernait avant tout le patient et non le CDC, le gouvernement ou la FDA, mais essentiellement le patient.

 

Un jour, je fus averti que si je prenais conscience que, si ces trois-là se retrouvaient dans le même lit, j’aurais à me montrer particulièrement prudent. On m’avait donc bien averti que si je voyais que les compagnies pharmaceutiques partageaient le même lit avec le gouvernement pour contrôler la situation, j’aurais à bien réfléchir à ma carrière de médecin et sûrement à prendre d’importantes décisions. J’aurais peut-être à prendre ma pension, donner ma démission parce qu’alors je serais de nouveau plongé dans la même situation de contrôle qui avait forcé ma famille à quitter le Vietnam des années auparavant. Je savais que ceux qui contrôlent la santé, contrôlent en fait aussi le peuple.

 

Mon expérience avec les vaccins a commencé aux environs de l’an 2000. Je m’interrogeais déjà alors sur ce qui n’allait pas dans la pratique médicale. J’avais aussi remarqué que quand j’administrais le vaccin contre la grippe à des personnes âgées, ces patients finissaient par devenir très malades. Ils faisaient des infections respiratoires, des pneumonies, Certains faisaient de graves complications, puis mouraient. J’administrais ces vaccins parce qu’en fait ils étaient recommandés par le CDC avant que la saison grippale ne débute.

 

Polly (maman d’un enfant gravement handicapé après des vaccinations) : Quand vous avez fait vos études de médecine, vous a-t-on donné des cours sur les effets secondaires des vaccins ?

 

Dr Phan : Zéro ! Rien du tout ! Quand les patients venaient me voir après avoir été vaccinés, ils me disaient : après avoir été vaccinés, j’ai fait une infection respiratoire pendant 15 jours. D’autres me racontaient s’être retrouvés à l’hôpital pour une pneumonie après avoir reçu le vaccin.

Vaccins: Un médecin décidé à respecter son Serment d’Hippocrate : « D’ABORD NE PAS NUIRE »

Les médecins doivent se réveiller, je suis tellement désolé!

 

Toutes ces observations m’ont bien fait réfléchir à la relation de confiance qui doit exister entre le médecin et son patient. Cette relation de confiance me parait essentielle.

 

Après avoir administré plusieurs vaccins contre la grippe, je me suis demandé ce qui se passait et j’ai fini par décider d’arrêter.

 

J’ai alors commencé à approfondir mes connaissances dans ce domaine. Un jour, j’ai découvert un article sur un lanceur d’alerte du CDC. Cet article parlait de fraude, de fausses données. J’ai donc commencé à prendre mes distances par rapport au CDC car je voulais obtenir des données claires et sûres. J’ai commencé à réaliser que le mercure pouvait avoir un impact négatif sur le cerveau. Après toute une série de découvertes, l’idée m’est venue d’arrêter de vacciner mes patients.

 

Au cours des dernières années, j’ai été stupéfait d’apprendre que dans certaines régions, les vaccins étaient devenus obligatoires. – Les vaccins ne doivent au grand jamais être rendus obligatoires. Même s’il s’agit d’un bon, d’un merveilleux médicament, si le patient décide de ne pas le prendre, c’est très bien, c’est son choix à lui. Il s’agit bien ici de la relation de confiance entre le médecin et son patient. Cette relation est en quelque sorte sacrée.et ne peut être mise en cause par personne, même pas par le gouvernement . Celui-ci peut, bien entendu, proposer des directives. – Je ne suis nullement anti- médecin, ni anti-science. Par contre, je suis contre la mauvaise et la fausse science. Je suis aussi contre la mauvaise médecine. Je suis aussi contre tout ce qui est imposé par la contrainte, par la force ou rendu obligatoire. Mon expérience m’a rendu très sceptique par rapport à la FDA et au CDC.

 

J’ai accepté cette interview parce que je veux, en quelque sorte, provoquer les médecins en leur proposant de voir le film documentaire VAXXED, de la dissimulation à la catastrophe.

 

Je me suis rendu compte que des « ennemis » parvenaient à s’infiltrer dans l’institution médicale. On apprend, par exemple, aux étudiants en médecine, aux jeunes médecins de virer les patients qui posent trop de questions sur les vaccins tout en les vaccinant envers et contre tout ! Qu’est-ce cela pour un enseignement ? Tout cela est inadmissible ; cette attitude dépasse de loin les questions d’argent et d’avidité. Avec cet endoctrinement des jeunes médecins, nous avons affaire ici à des attitudes maléfiques.

 

Comme je discute souvent avec une amie pédiatre, j’ai pu me rendre compte qu’elle n’était pas informée. Toute l’information qu’elle recevait provenait du CDC.

 

Par le biais de cette interview, je voudrais pouvoir lui dire ceci : avant de vacciner le prochain enfant, pourrais-je te demander de visionner le documentaire VAXXED. J’ose espérer qu’elle pourra voir le film et changera d’avis, car, il faut aussi savoir que les pédiatres qui effectuent l’entièreté du programme vaccinal officiel reçoivent de l’argent. […]

 

Après la guerre du Vietnam, les autorités en place ont envoyé des médecins, des enseignants dans les camps de concentration. Ces personnes-là ne sont jamais revenues. Je sais que l’on désinforme et que l’on fait peur aux médecins. Personnellement, j’ai reçu une lettre de menace de Medicare à propos des dossiers médicaux que je ne voulais pas communiquer. Tout le monde doit savoir que ces dossiers sont strictement confidentiels. Le gouvernement voudrait tout savoir sur ces dossiers privés. J’ai refusé de donner ces informations. Le second point du Serment d’Hippocrate concerne justement la protection des données privées du patient. Je leur ai dit que les médecins qui acceptaient ces choses, cessaient automatiquement d’être des médecins.

 

Je voudrais demander à tous les médecins de relire le texte de leur Serment d’Hippocrate.- Quand j’ai vu le film documentaire hier soir, je me suis surpris à pleurer. S’adressant à Polly qui l’interviewait, et dont l’enfant est resté handicapé à vie à la suite de vaccinations, le Dr Phan, la larme à l’oeil, lui a dit : je suis si triste pour votre enfant ; je regrette tellement, je regrette tellement !

Vaccins: Un médecin décidé à respecter son Serment d’Hippocrate : « D’ABORD NE PAS NUIRE »

Tout ému, le Dr Phan dit à Polly : je suis tellement désolé, tellement désolé     pour votre enfant !

 

Polly : Docteur, je vous remercie infiniment, et vous suis tellement reconnaissante pour ce que vous avez dit. Si tous les médecins avaient votre courage, Tous ces problèmes seraient réglés, car, de par le monde, il y a des millions de personnes et d’enfants dont la santé a été endommagée par les vaccins.

Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Médecins
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 20:02

Le cauchemar d’une famille après une série de vaccinations

Le cauchemar d’une famille après une série de vaccinations

Interview de Polly Tommey, VAXXED, 13 mai 2017 (Résumé)

 

LA MAMAN : j’ai reçu le vaccin DTCa quand j’étais enceinte et ne me suis posée aucune question. A la naissance, mon petit Austin était en parfaite santé. On lui a ensuite injecté de la vitamine K, ainsi que le vaccin contre l’hépatite B. Il a immédiatement commencé à faire de l’eczéma qui, dans la suite, n’a fait qu’empirer au fur et à mesure qu’il recevait les autres vaccins. A cette époque, nous ne nous rendions pas compte que les vaccins pouvaient être en cause.

 

Nous avons dû mettre des gants à notre petit garçon et l’habiller d’une manière toute particulière, faute de quoi, il saignait d’un peu partout. Quand, exceptionnellement, il nous est arrivé d’oublier de mettre ses gants et ses habits spéciaux, nous retrouvions le lit rempli de sang. Il se grattait tellement qu’il finissait par saigner d’un peu partout.

 

A 7 mois, il a dû subir une opération chirurgicale qui a été suivie de plusieurs complications. Rentrés à la maison, nous avons dû l’alimenter par sonde gastrique. Cette époque a été la pire expérience de notre vie.

 

Dans la suite, il a finalement pu se rétablir et vivre sans onde gastrique. Tout allait maintenant bien et nous avions pensé que notre cauchemar était terminé quand nous avons célébré son premier anniversaire.

 

Trois jours plus tard, nous l’avons fait vacciner (ROR- Grippe – varicelle – hépatite A) Très peu de temps après, il a fait de fortes fièvres et a arrêté de manger.. Il a évidemment perdu beaucoup de poids et était déshydraté. Dans la suite quand il a pu quelque peu récupérer, son comportement nous a paru tout à fait anormal. Il n’arrêtait pas, par exemple, de lécher la vitre de la porte en un va et vient incessant!

Le cauchemar d’une famille après une série de vaccinations

Il a aussi commencé à être plus anxieux et beaucoup plus nerveux. Nous ne pouvions pas le laisser une seule minute livré à lui-même. A cette époque, nous n’avions pas encore compris qu’il s’agissait des effets secondaires des vaccins. C’est la raison pour laquelle nous avons accepté qu’on lui administre ses vaccins de 15 mois (Pneumocoque, grippe, Hib, et DTCa) en une seule séance. Nous pensions évidemment bien faire en croyant le protéger ! Après quelques jours, nous avions peine à le reconnaitre tant son comportement avait changé. Il dormait aussi énormément. Quand il est sorti de son sommeil, il a commencé à vomir partout. Ce scénario a duré pendant 10 mois ! Nous ne pouvions rien comprendre à ce qui se passait car il n’avait jamais vomi auparavant. Alors qu’il était une nouvelle fois en train de vomir j’ai brusquement réalisé : « Mais, mon Dieu, ce sont les vaccins ! »

 

Un des derniers médecins consultés nous a expliqué que les vaccins lui avaient probablement provoqué un reflux acide. Austin a continué de régresser et à ne plus savoir parler comme avant. Il entrait cependant dans des épisodes de rage incontrôlée et nous frappait.

 

Comme nous ne trouvions pas de solution à ses problèmes et que sa santé continuait à se dégrader, j’ai commencé à effectuer de plus importantes recherches.

 

Les maux d’estomac, les vomissements et les diarrhées ont continué à se produire comme avant. Comme il recommençait à perdre du poids, nous avons, à nouveau, dû le nourrir grâce à une sonde gastrique.

 

Toutes nos recherches, comme les nombreux contacts que nous avons eus avec des parents qui avaient vécu pareilles situations nous ont intimement convaincus que tout ce que notre petit garçon avait dû vivre était bel et bien du aux vaccins.

 

Avec tous les problèmes neurologiques dont il souffrait, nous nous sommes finalement rendu compte que notre petit Austin était devenu autiste.

 

On a finalement dû, à nouveau, l’opérer d’urgence. Mais son état s’est encore aggravé après l’opération.

 

Nous voudrions conseiller aux parents d’approfondir personnellement leurs recherches, comme de vérifier tous les ingrédients des vaccins que l’on veut injecter aux enfants. La plupart de ces produits sont des poisons et les médecins sont loin de tout savoir à ce sujet.

 

Tout ce que nous avons fait pour récupérer notre petit, l’énorme temps  que nous passons à préparer sa nourriture (toute spéciale), à consulter quantités de médecins, tous ses traitements, ses compléments alimentaires, tout cela nous a complètement RUINES, et a contribué à perturber gravement notre vie de famille. Tous les jours, nous sommes en guerre contre l’autisme. Nous sommes bien décidés à ne pas nous taire. Nous n’arrêterons jamais de dire : de grâce, sauvez votre bébé ! A aucun prix, nous ne voulons que d’autres parents aient à subir l’enfer que nous vivons.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 22:59

LA SUEDE INTERDIT LES VACCINATIONS OBLIGATOIRES

 

Notamment en fonction de « graves problèmes de santé » et le fait que pareilles lois violeraient les droits constitutionnels des citoyens qui doivent avoir leur mot à dire dans leurs soins de santé (Extraits)

Bawter Dimitry News, 12 mai 2017

Pourquoi la Suède refuse les obligations vaccinales: des raisons dérangeantes pour Big Pharma!

La Suède a rejeté les vaccinations obligatoires, après avoir évoqué « de graves problèmes de santé », ainsi que le fait que l’obligation violerait les droits constitutionnels des citoyens de choisir ce qui peut ou non convenir à leur propre santé.

 

Le 10 mai 2017, le Parlement Suédois a rejeté sept motions qui auraient inclus des vaccinations obligatoires dans la loi. Le Parlement a fait savoir « Si nous introduisions des vaccinations obligatoires ou forcées, cela violerait notre [Constitution Suédoise] »

 

Notant également « la résistance massive à toute forme de coercition en matière de vaccination », le Parlement a aussi fait référence aux « réactions indésirables graves et fréquentes » chez les enfants qui reçoivent les vaccinations.

 

« Le NHF Suède a fait parvenir une lettre au Comité en expliquant que l’introduction de vaccinations obligatoires ou forcées telles qu’elles ont été soumises dans la requête d’Arkelsten violerait la Constitution. De nombreuses autres personnes ont fait parvenir une correspondance au Parlement et interpellé les politiciens et le Parlement. Les politiciens n’ont pu faire que remarquer qu’il existait une résistance massive à toutes les formes de coercition en matière de vaccination.

Pourquoi la Suède refuse les obligations vaccinales: des raisons dérangeantes pour Big Pharma!

« Le NHF Sweden a également fait ressortir à quel point les réactions indésirables peuvent être fréquentes au cours d’une année de vaccination. […] En outre, il convient de tenir compte que chaque groupe d’âge recevra deux fois le vaccin ROR, de sorte que les effets secondaires seront multipliés par deux. Il convient aussi de ne pas oublier, qu’en outre des réactions indésirables similaires s’appliquent à d’autres vaccins.

 

« Dans la lettre, nous avons même inclus une liste exhaustive d’additifs trouvés dans les vaccins – substances qui ne sont pas des aliments pour la bonne santé et ne doivent certainement pas se retrouver dans le corps des bébés ou des enfants. Nous avons également inclus pour les législateurs une très importante liste d’études qui démontrent que la vaccination est une mauvaise idée.

 

On pourra trouver ci-dessous le rapport complet :

http://www.thenhf.se/riksdagen-rostade-nej-till-alla-vaccinmotioner/

 

La décision judicieuse du Parlement Suédois fait fi, et va à l’encontre de ce qui se passe aux Etats-Unis comme dans les autres pays occidentaux. Big Pharma tient les législateurs sous sa coupe ; elle leur dicte sa politique en utilisant les médias corrompus pour calmer les dissidents.

 

Robert F. Kennedy Jr. s’est récemment manifesté dans le Show Tucker Carlson où il a courageusement exposé « l’état de cette mafia  sans loi » que représente Big Pharma et leur « très lucrative » escroquerie vaccinale.

 

« L’industrie pharmaceutique est si puissante, a expliqué RFK Jr. Elle donne 5,4 milliards de dollars par an aux médias. Elle s’est débarrassée des avocats… Elle a été réellement capable de contrôler le débat et de réduire des gens comme moi au silence. »

 

Quand on lui a demandé comment il était possible que la situation soit à ce point si mauvaise, Robert F. Kennedy Jr. a expliqué : « que le Congrès accordait à Big Pharma une immunité légale globale » lorsqu’il s’agit des vaccins.

 

Big Pharma est devenue la loi après que le président Reagan ait signé la loi sur les dommages liés aux vaccins infantiles. Ces gens peuvent ainsi mettre des ingrédients toxiques dans les vaccins. Ces éléments peuvent gravement endommager la santé de vos enfants- mais il est impossible de les poursuivre en justice.

 

« Ce que vous devez comprendre, c’est que le régime des vaccins a considérablement changé depuis 1989. La raison pour laquelle il a changé, c’est que le Congrès sous l’influence de l’industrie pharmaceutique, a fait ce qui n’a jamais été réalisé pour aucune autre industrie – le Congrès a accordé une immunité légale générale pour tous les fabricants de vaccins.

 

« Donc peu importe les protocoles, peu importe l’absence de contrôle de la qualité, peu importe la toxicité des ingrédients ou les dommages graves qui peuvent être causés aux enfants, il vous est impossible d’entamer des poursuites à leur encontre.

 

« Il n’y a donc pas de témoignage, pas de découverte, pas de recours collectifs et… tout à coup les vaccins deviennent éminemment rentables. »

 

Les énormes profits de cette industrie non réglementée ont fait en sorte que les compagnies Big Pharma se sont engagées à produire de nouveaux vaccins parfois inutiles qui sont injectés dans le corps des jeunes enfants – souvent plus de dix à la fois.

 

« C’est devenu une véritable ruée vers l’or pour l’industrie pharmaceutique d’ajouter de nouveaux vaccins au schéma de vaccinations. »

 

Mais à quel prix ? L’industrie du vaccin, en vertu de ses propres règles – ou plutôt en vertu de l’absence de règles –  nous rend impossible l’accès aux faits. Depuis longtemps, le Président Trump demande une enquête indépendante sur la sécurité des vaccins. Robert F Kennedy Jr. a fait la même demande.

 

[…] « J’ai reçu trois vaccins et j’étais donc tout à fait en ordre. J’ai maintenant 63 ans. Pour pouvoir être en ordre mes enfants ont dû recevoir 69 doses de 16 vaccins.

 

Nombre de ces vaccins ne concernent même pas les maladies transmissibles. Prenons l’exemple de l’hépatite B qui s’attrape par des rapports sexuels non protégés ou chez des personnes qui partagent des aiguilles. – Pourquoi donc administrons-nous ce vaccin à un enfant  le premier jour de sa vie ? Et, en outre, il contient du mercure ! »

 

Tucker demande : « Nous administrons vraiment ce vaccin à des enfants ? »

 

« Nous continuons à leur administrer ce vaccin. Le mercure a été retiré de trois vaccins, mais il reste présent dans le vaccin contre la grippe et on en trouve encore dans plusieurs vaccins distribués dans le monde. Il faut savoir qu’il s’agit de la plus puissante neurotoxine non radioactive connue.

 

« Comment est-il possible que nous injections pareil produit à des enfants ?

 

Robert F. Kennedy Jr. a essayé de mettre cette situation scandaleuse dans un contexte.

 

« Si vous prenez un flacon de ce vaccin et qu’il vous arrive de le briser, vous devez vous en débarrasser selon les règles légales qui sont d’application pour les produits dangereux. Vous devez, en outre évacuer le bâtiment où l’accident s’est produit. Pourquoi auriez-vous l’audace d’injecter ce produit dans le corps d’un enfant ? »

 

VIDEO : RFK Jr. My meeting with President Trump on vaccines

 

Source: Yournewswire

Parmi toutes les formes de tyrannies, celle qui est sincèrement mise en place pour le bien de ses victimes peut être la plus oppressive qui soit. C.S. Lewis

Parmi toutes les formes de tyrannies, celle qui est sincèrement mise en place pour le bien de ses victimes peut être la plus oppressive qui soit. C.S. Lewis

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:01

Certains se demandent peut-être pourquoi Initiative Citoyenne poste depuis quelques mois à un rythme moins soutenu ses analyses et articles sur les moindres faits et gestes de la mafia vaccinaliste (appelons hélas un chat un chat, il s'agit d'une véritable mafia et le mot est même très faible, comme en ont d'ailleurs conscience un nombre toujours croissant de victimes qui elles aussi, avant d'en payer le prix fort, croyaient sans doute que ce genre de discours relevait de "la parano" ou du "conspirationnisme"). La raison première en est, il faut le rappeler, que ce site compte déjà + de 2000 articles dûment étayés qui restent pleinement d'actualité et tout à fait opérants pour pouvoir suivre et décrypter de façon critique l'actualité vaccinale au quotidien, ses mensonges, ses astuces et divers tours de passe-passe, ses simplismes récurrents et ses fausses bonnes nouvelles de "progrès" ou de prétendue innocuité (à coup d'arguments d'autorité gratuits et hélas parfaitement inconsistants). 

 

Dans les quelques lignes qui suivent, nous voudrions vous exposer de façon non exhaustive une série d'éléments qui montrent que tous les indicateurs sont véritablement au rouge et que la situation d'oppression vaccinale atteint des sommets aux 4 coins du monde. S'aveugler plus longtemps sur l'urgence de cette situation ne mènera qu'à un rabotage toujours plus grave et irréversible des libertés humaines les plus fondamentales.... dès lors, lisez, parlez et agissez, c'est vraiment MAINTENANT que cela se passe et maintenant aussi que cela se joue pour l'avenir des générations futures!! Que restera-t-il de leur ADN après tant d'assauts vaccinaux répétés au fil des générations avec des vaccins fabriqués par génie génétique? A voir l'explosion sans précédent des maladies dites "rares" et orphelines impliquant à divers degrés des mutations et altérations du génome, il n'y a nullement de quoi être rassurés....

 

En prélude à cet article, mentionnons la tenue le 25 mai prochain à Cannes d'une initiative forte anti-censure qu'Initiative Citoyenne soutient activement et que nous vous invitons à soutenir car il s'agit d'un outil d'action très concret qui montre que chacun a le pouvoir de s'emparer du sujet et de taper du poing sur la table! L'entrée est libre, parlez-en, rendez-vous y si vous en avez l'occasion, ensemble, tout reste possible!

 

Date et heure: jeudi 25 mai de 15H30 à 19H30 

Lieu: Cinéma Les Arcades, à Cannes, 77 rue Félix Faure, 06400 Cannes

Inscriptions (entrée libre mais réservation svp): suretedesvaccins@gmail.com 

+ d'infos sur le programme exact: https://www.suretevaccins.com/

 

Lucie Michel, maman engagée dont l'enfant a plongé dans l'autisme (et l'épilepsie) suite aux vaccins sera présente lors de cet événement exceptionnel à Cannes. Son fils, Malone était parfaitement sain avant les vaccinations, comme on peut le voir dans la vidéo suivante. Comme Lucie l'explique: 

 

"J'aimerais vous parler de Malone avant les vaccins... Malone était un petit garçon en très bonne santé, dans l’interaction la plus totale, il ne souffrait pas et nous étions tellement heureux....


A 12 mois il se tenait déjà debout, il a marché entre 13 et 14 mois, il disait des mots comme papa, maman etc. ... il allait même déjà sur le pot !!! Il jouait avec son frère...

Lucie continue: "Comme je regrette d'avoir fait confiance à ces médecins, à cette médecine, à cette société...ils ont détruit notre vie.

 


Comme vous avez pu le remarquer, il y a de plus en plus d'enfants gravement malades et ou handicapés.

 


Il est de notre devoir d'arrêter les dégâts et de réparer tout cela.

 

Malone est devenu épileptique et autiste, il fait depuis le 6 mars 2013 (14 mois) des crises d'épilepsie tous les jours, il est aujourd'hui à cinq ans reconnu handicapé avec un taux d'incapacité entre 80% et 95 %, il ne parle pas, n'est pas propre, ne s'habille pas tout seul, n'empile même pas 2 jouets ensemble...Il ne fait plus bravo !!!

 

Je ne me tairai pas... je continuerai à vous prévenir parce que c'est trop grave. Je ne lâcherai pas... je continuerai à me battre parce que je sais que rien n'est impossible."

 

Fondatrice des "Mamans courage", Lucie Michel est aussi artiste et auteure de chansons au contenu crucial! L'Originale K, qui avait déjà fait l'excellent titre "Ma détresse" ("Seule l'expérience connaît la vérité....dans un pays où la médecine est corrompue, où nos enfants sont des cobayes, personne ne cherche à les soigner... mais si on ne cherche pas, on ne trouve pas, alors les mamans cherchent et elles trouveront parce qu'elles n'ont pas le choix) vient de sortir un single intitulé "Monde de fous" et on ne saurait vraiment mieux dire... là encore, un condensé de bon sens et nous vous invitons à écouter le titre (l'album, intitulé MC Maman Courage, sortira lui, d'ici quelques jours) : 

 

La solution se trouve dans l'action

Donne-moi un crayon que j'écrive une chanson,

Je vais leur dire moi tout ce qui n'est pas bon,

Je vais tout leur balancer, je crée la réaction:

Vaccins, chemtrails, intoxications, ton médecin qui te soigne avec du poison,

Ce système qui t'exploite comme un mouton,

Tes yeux sont-ils ouverts? Telle est la question!!

C'est un monde de, mais c'est un monde de fous!!......

 

Que les vaccins tuent et handicapent à la pelle des enfants ne peut plus être décemment nié par quiconque, sauf par les personnes de mauvaise foi. Dans un contexte où le nombre de vaccins ne cessent de se multiplier tandis que le système ne serine comme seuls "effets secondaires" que "fièvre, rougeur et douleur au point d'injection", reléguant avec mépris et désinvolture tout le reste au rang des "coïncidences", il convient plus que jamais de rappeler le lien évident entre vaccins et autisme dont Andrew Wakefield n'est pas du tout le seul à avoir parlé. Du reste, n'oublions pas non plus que les firmes pharmaceutiques elles-mêmes listent + de 800 effets secondaires possibles susceptibles d'affecter tous les systèmes du corps (dont l'autisme, le diabète, la mort subite du nourrisson, l'épilepsie, etc etc....). 

Les personnes intelligentes et celles désireuses de protéger leur santé reçoivent à présent grâce à la diffusion d'informations et de vidéos sur des sites indépendants l'occasion de se rendre compte qu'Andrew Wakefied n'est pas le fraudeur que la presse officielle a dépeint et qu'il n'est en outre pas le seul à avoir dit qu'il y avait de réels motifs d'inquiétude associés notamment au triple vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole). Si Andrew Wakefield avait réellement divagué, il n'y aurait en réalité eu nul besoin de censurer dans plusieurs pays la diffusion de "Vaxxed", le fameux documentaire-vérité, émaillé à n'en plus finir de témoignages de victimes. Si Andrew Wakefield avait été un scientifique délirant et isolé, le Dr Bernadine Healy, ex directrice de l'Institut américain national de Santé (NIH) n'aurait pas déploré dès 2008 sur CBS que la "science" est décevante car elle ne cherche pas ce qu'elle craint de trouver en matière de lien entre vaccins et autisme et qu'il y a de réels soucis à ce sujet avec des études mal conçues, ne permettant pas du tout de nier valablement un tel risque.... 

Belgique, France, Italie, ... les démarches de censure de Vaxxed ont été nombreuses... mais à part ça, rien à vous cacher?

Vous croyez encore que vous n'êtes pas concerné? Que vous, vous serez épargné par les funestes effets de cette idéologie qui aurait, soi-disant, "sauvé des millions de gens sur terre"? Il est temps à présent d'ouvrir grands les yeux sur les pressions concrètes, sur cette tyrannie vaccinale du quotidien qui touche TOUTES les professions potentielles et les exemples sont hélas nombreux.

 

Outre les parents et les gardiennes susceptibles d'être emprisonnés et accusés d'avoir maltraité les enfants parce que les dommages neurologiques des vaccins peuvent être si graves qu'on les confond avec le secouage mécanique d'enfants (NB: le syndrome de l'enfant maltraité figure d'ailleurs en toutes lettres dans le document confidentiel de la firme GSK sur son vaccin "Infanrix hexa, voir supra), songeons aussi bien sûr aux médecins, soumis à une terrible loi du silence sur les vaccins (manifester une opposition aux vaccins, cela leur fait risquer la radiation à vie, rien que ça!). En Italie, comme le rappelle notamment le pharmacien Serge Rader, le Dr Roberto Gava, cardiologue, pharmacologue et toxicologue et 1er signataire d'une lettre qu'il avait adressée au Pr Agnès Buzyn (de l'Inca), devenue entretemps ministre française de la Santé, au sujet des vaccinations pédiatriques, a été radié à vie par l'Ordre des Médecins de Trévise. En Italie également une infirmière fait l'objet d'une procédure disciplinaire et risque également la radiation ainsi qu'une amende de plus d'un million d'euros. On reproche à Emanuela Petrillo d'avoir fait "semblant" de vacciner 7000 personnes dont 5400 enfants au motif qu'un test aurait révélé une absence ou une insuffisance d'anticorps post-vaccinaux chez 20 enfants qu'elle aurait vaccinés... ce genre de cas est surréaliste à plus d'un titre (mais il tendra hélas à se multiplier): les idéologues de la vaccination sont tellement fanatiques, qu'ils en oublient l'immunologie de base, le fait que de nombreux patients ne développent pas ou "trop peu" d'anticorps à leurs yeux (en faisant même fi du fait que ces anticorps ne sont même pas toujours gages de protection, loin s'en faut). Mais cela montre surtout que les vaccinateurs sont sous une véritable épée de Damoclès qu'ils ignorent car si "par malheur" on ne retrouve pas d'anticorps chez leurs patients, ils seront susceptibles d'être qualifiés de "mauvais vaccinateurs" et passibles de sanctions; les idéologues entendent plier les corps (et les consciences!) aux vaccins au lieu d'individualiser les vaccins aux particularités individuelles inévitables des corps... A une époque, le discours officiel était en substance "si vous portez l'étoile jaune, vous êtes un bon juif", maintenant, plus sournois encore, il devient "Si vous faites produire des anticorps ou que vous les produisez vous-mêmes, alors seulement vous êtes un bon vaccinateur ou un bon patient"! Mais où va-t-on? Si cette infirmière risque un million d'euros d'amende au nom d'un dogme, à quelles sommes astronomiques seront alors enfin condamnés tous les vaccinateurs qui ont estropié des centaines ou des milliers de victimes tout au long de leur carrière? Car seuls les gogos hélas peuvent encore croire, avec ce qui est publié, des propos lénifiants comme ceux de la pédiatre française Edwige Antier qui osait affirmer (en confondant le réel et l'imaginaire) n'avoir jamais vu de maladie grave après vaccination -en plus de 40 ans de carrière de pédiatre, elle en a forcément vu mais sa "conscience" n'a jamais osé établir le moindre rapport avec les vaccinations qu'elle avait injectées en amont...

 

Les pressions innombrables ne sont pas une vue de l'esprit, elles ne sont pas une exagération. Elles concernent chacun. Cet enseignant canadien par exemple, qui espérait que ses élèves puissent bénéficier d'un consentement libre et éclairé avant la vaccination par les services de médecine scolaire, a par exemple aussi fait l'objet de pressions, d'intimidation, de censure et de remontrances car, comme l'a dit Touraine en France (mais la même idéologie vaut pour le monde entier, via sainte OMS notamment...), "la vaccination, ça ne se discute pas!" Touraine a fait couler beaucoup d'encre avec cette phrase, certes, mais il convient vraiment de rappeler que cela ne faisait que refléter un état d'esprit généralisé dans la profession médicale depuis déjà de très nombreuses années! Tout le démontre. Prenez par exemple aussi cette phrase, là aussi très évocatrice, parue dans Médisphère, l'hebdo du généraliste (belge), du 9 mars 2017:  "Des recherches ont révélé que l'approche la plus efficace réside dans une ATTITUDE DIRECTIVE au cours de la consultation. Mieux vaut donc dire à un parent que son enfant devrait recevoir tel ou tel vaccin et que vous allez vous en occuper immédiatement que de vous borner à une simple suggestion qui ouvre plus facilement la porte à l'opposition... tout en restant évidemment ouvert au dialogue si les parents affichent d'emblée une réticence réelle. UN PLAYDOYER EX-CATHEDRA SERA ALORS A EVITER ABSOLUMENT au profit d'une écoute attentive de leurs doutes et inquiétudes."

 

L'argent de la recherche n'est pas investi pour évaluer les effets secondaires qui coûtent une fortune à la collectivité en termes d'années en bonne santé perdues, mais il est massivement et prioritairement investi en études psychologiques, en analyses marketing destinées à voir comment essayer de soutenir et de solidifier des marchés. L'objectif est clair: vacciner de plus en plus, du berceau à la tombe et faire en sorte que les gens puissent néanmoins arriver à considérer cela comme un "progrès", comme "une chance", un "droit"... alors que cela est déjà devenu un devoir. Des travailleurs harcelés par la médecine du travail comme on en reçoit des échos ultrafréquents, des enfants vaccinés parfois dans le dos des parents par des services de médecine scolaire, des femmes enceintes et leur entourage piqué à la hâte dans les maternités, des voyageurs (qui risquent des vacances gâchées ou pire, la chaise roulante à vie) suite aux "bons soins vaccinaux" des travel clinics, sans oublier non plus les prématurés vaccinés en âge réel (et non en âge corrigé), même si cela fait exploser leur risque d'intubation, d'infections et de mortalité... pas à dire, avec les vaccins, les humains sont en réalité traités moins bien que des chiens !

 

En France, l'ex Ministre de la Santé Marisol Touraine a tout récemment appelé sa successeur, Agnès Buzyn à étendre l'obligation vaccinale à 11 vaccins... évoquant le texte de loi qu'elle avait préparé (sur base des recommandations du Pr Fisher qui avait coordonné la concertation citoyenne bidon sur le sujet), sans avoir eu le temps selon elle de le faire adopter. Agnès Buzyn se lamentait dans une interview parue l'année passée que seules 17% des jeunes filles françaises soient vaccinées contre le HPV évoquant les 80% de couverture vaccinale pour cette vaccination dans les autres pays. Elle aurait pourtant dû, si elle s'était tenue au courant, se féliciter que des milliers de jeunes femmes françaises aient pu, grâce à des démarches citoyennes d'alerte et aux témoignages de nombreuses victimes, échapper à la dangerosité redoutable de cette inutile vaccination, en réalité de plus en plus décriée dans le monde entier ! Informé des propos du Pr Agnès Buzyn sur la prétendue pertinence de ces vaccins HPV, le Pr Etienne de Harven,commente: "Elle devrait savoir que j'ai fait toute ma carrière au Sloan Kettering Institute de New York (= institution très réputée aux USA dans la recherche sur le cancer) et que j'ai vraiment beaucoup de choses à dire sur tout ceci!" Le Dr Bernard Dalbergue, ex médecin de Merck, fabricant du Gardasil, n'a-t-il lui même dit que "Le Gardasil sera le plus grand scandale médical de tous les temps" ? 

Des milliers de jeunes femmes ont été détruites à jamais après Gardasil et Cervarix: paralysie, épilepsie, stérilité ...

Des milliers de jeunes femmes ont été détruites à jamais après Gardasil et Cervarix: paralysie, épilepsie, stérilité ...

Mais Agnès Buzyn aura-t-elle l'intelligence et la liberté d'oser les écouter? Ou bien sera-t-elle tout simplement trop engluée dans une flopée de conflits d'intérêts comme ses tristes prédécesseurs? Wikipédia renseigne en tout cas de façon éclairante sur la tendance de cette ministre en la matière: "Agnès Buzyn explique en 2013 que l’obligation de déclarer tout lien d’intérêt instaurée en 2011 par la loi Bertrand serait devenue trop « handicapante » pour certains chercheurs. Adoptée à la suite du scandale du Mediator, cette loi visant à prévenir les conflits d’intérêts et à renforcer l’indépendance de l’expertise sanitaire publique rend obligatoire pour les professionnels de santé et décideurs publics la déclaration publique de leurs liens d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique. Pour Irène Frachon, le médecin à l'origine de la révélation du scandale du Mediator, « La solution n’est pas (…) de passer outre ces liens d’intérêt. L’affaire du Mediator le démontre de façon tragique : des experts indiscutablement “compétents” sont restés solidaires d’un industriel lourdement criminel. » Ainsi entre 2009 à 2011, après avoir été nommée membre du conseil d’administration puis vice-présidente de l'INCa, Agnès Buzyn continue à participer aux conseils d'administration des laboratoires Novartis et Bristol-Myers Squibb." (voir aussi ici sur Agnès Buzyn). Mais l'actualité fournit aussi d'autres détails, on pouvait ainsi lire il y a deux jours encore dans la presse qu'Agnès Buzyn est aussi maintenant en conflits d'intérêts manifeste avec son mari, le Pr Lévy, PDG de l'Inserm, sous la tutelle de cette Ministre. Nul doute toutefois qu'une solution "pas trop handicapante" (= pour la Ministre!) sera vite trouvée, même si pour les jeunes femmes estropiées par la cupidité des labos, cela sera sans doute nettement moins facile....

Capture d'écran de l'article de Pierre Bienvault paru dans La Croix, le 18 mai dernier.

Capture d'écran de l'article de Pierre Bienvault paru dans La Croix, le 18 mai dernier.

En Italie aussi, les choses vont mal, le gouvernement vient d'adopter en urgence un décret pour rendre 12 vaccinations obligatoires.

Oppression vaccinale totale dans... un monde de fous!

NB: Le parlement italien a 60 jours pour adopter le décret (ou pas), d'où l'importance évidemment que la population puisse se mobiliser pour éviter cette tyrannie inacceptable.

 

En République Tchèque, des parents sont actuellement en cours de procédure sur ce même enjeu de la liberté vaccinale. Alors que la Cour constitutionnelle de ce pays avait déjà tranché en faveur de la liberté vaccinale, une action est actuellement en cours devant la Cour européenne des Droits de l'Homme en raison des exigences vaccinales tout à fait démentielles pour la fréquentation des crèches. Lorsqu'on sait, comme le montrent des enquêtes convergentes, que la santé des enfants non vaccinés (0 vaccins) est globalement bien meilleure que celle des enfants vaccinés, on ne peut que se rendre compte du caractère ubuesque de devoir aller arracher le droit d'éviter des poisons à ses enfants pour avoir néanmoins le droit de les faire garder (sains et saufs) pour pouvoir aller travailler et ainsi les nourrir et subvenir à tous leurs autres besoins. 

 

Le récent exemple de la décision parlementaire suédoise de ne pas instaurer d'obligations vaccinales au motif notamment qu'elles sont inconstitutionnelles, constitue un précédent important qui nous montre que l'action citoyenne est sine qua non. Il existe de nombreux arguments juridiques, beaucoup d'avocats, de professeurs de droit, et de médecins (en dépit de leur double discours et de l'absence de liberté de parole publique sur le sujet) qui estiment que les obligations vaccinales sont inadmissibles car elles imposent des produits expérimentaux, dont l'évaluation a été biaisée de a à z, et qu'elles constituent une violation majeure de nos libertés et de notre droit à la Vie et à une bonne santé. La veille citoyenne doit se poursuivre, elle doit se maintenir coûte que coûte car les vautours de la vaccination ne s'appesantissent jamais, sans cesse ils reviennent avec leurs vieux rêves de dictature (même s'ils ne la présenteront évidemment pas comme telle) comme le montrent leurs projets de lois et leur appareil médiatique: ainsi, le projet de loi californien, le bill SB18 prévoit en effet une intrusion sans précédent dans les foyers et une violation encore jamais vue de l'autorité parentale pour forcer à ce que les enfants suivent docilement toutes les lignes des programmes "santé" officiels, y compris bien sûr et surtout en matière de vaccination! Dans ce pays, le 7 mai dernier, le Boston Herald écrivait que "les parents qui questionnent la vaccination méritent la pendaison"!

3,6 milliards de dollars déjà déboursés par les autorités aux victimes de vaccins dans ce pays et une Cour Suprême qui a octroyé l'impunité juridique aux firmes de ces "produits inévitablement dangereux"... en effet, pourquoi se questionner? Autant peut-être se pendre tout de suite....

3,6 milliards de dollars déjà déboursés par les autorités aux victimes de vaccins dans ce pays et une Cour Suprême qui a octroyé l'impunité juridique aux firmes de ces "produits inévitablement dangereux"... en effet, pourquoi se questionner? Autant peut-être se pendre tout de suite....

Repost 0
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 11:17

Message urgent de Senta Depuydt et de l'équipe de Sûreté Vaccins au sujet d'un projet imminent qu'Initiative Citoyenne soutient et encourage:

URGENT & IMPORTANT: ENSEMBLE A CANNES POUR FORCER LE DÉBAT SUR LES VACCINS ET CONTRER LA CENSURE

Chers amis,

 

... réalisateurs, journalistes, chercheurs, lanceurs d'alerte, médecins, victimes, membres d'associations, artistes engagés et mères de familles!

 

Peine de prison, radiation, diffamation, procès, menaces physiques, désinformation...censure. On tente de nous imposer une vaccination sans limite, par la peur, la contrainte et une propagande éhontée qui défie tout bon sens. Les recherches récentes, les milliers de victimes et les révélations des manipulations et conflits d'intérêts sont aujourd'hui la preuve que la sûreté des vaccins repose sur non pas une montagne, mais sur un himalaya de mensonges.

 

LA VACCINATION ÇA NE SE DISCUTE PAS??? BRISONS LA CENSURE MAINTENANT, A CANNES.

 

Loin d'un cinéma sur la croisette, c'est une croisade urgente à mener pour défendre notre santé et notre liberté!

 

LE PROJET EST D'ORGANISER UNE PROJECTION DE FILM SUR LA PLAGE AVEC DES INVITES ARTISTES, REALISATEURS, SCIENTIFIQUES, VICTIMES, POLITIQUES COURAGEUX (y en a peu, mais ça existe n'est-ce pas Mme Rivasi?). POUR CONTRER LE BOYCOTT DES MEDIAS.

 

Si vous aussi, vous souhaitez qu'un maximum de personnes puissent urgemment connaître le B.A-BA sur les vaccins avant de pouvoir y laisser leur santé ou même leur vie et celle de leurs enfants, svp, n'attendez pas, lisez l'appel au projet ci-dessous et soutenez-le, même si chacun ne verse que quelques euros, l'objectif peut cependant être atteint au bénéfice de la collectivité! MERCI!

 

LIEN POUR FAIRE UN DON ET LIRE SUR LE CONTEXTE DE CE PROJET

 

Lien de la cagnotte: https://www.lepotcommun.fr/pot/9oomvwv3

 

Site ami: https://www.suretevaccins.com

 

Page Facebook de Sûreté Vaccins: https://www.facebook.com/suretevaccins
 

Pour Senta Depuydt, la santé des enfants vaut de l'or et mérite toute l'énergie des mères contre la censure vaccinale!

Pour Senta Depuydt, la santé des enfants vaut de l'or et mérite toute l'énergie des mères contre la censure vaccinale!

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Médias & vaccins Liberté & démocratie
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 10:18

Un bébé meurt 3 heures après avoir reçu le vaccin contre la polio

La famille blâme le médecin

 

Par Manoj Sharma, Bengalore Mirror, 30 avril 2017

Un bébé meurt 3 heures après avoir reçu le vaccin contre la polio

Le DHO déclare que l’examen post mortem apportera la clarté sur ce cas et exclut un vaccin défectueux.

 

Un bébé est décédé dimanche 3 heures après avoir reçu le vaccin contre la polio à Holenarasipura Taluk dans le district de Hassan. L’incident a provoqué des tensions dans la région après que les parents aient rejoint le lieu où la vaccination a été pratiquée. Ces personnes ont considéré que le personnel était responsable du décès.

 

Preethi avait conduit son bébé d’un mois et demi à 9 heures du matin pour le faire vacciner. Il a été allaité aux environs de 10 heures puis a été mis dans son berceau. A midi, il était mort. Les parents de Preethi ont accusé l’agent de santé, le Dr Siddegowda d’avoir utilisé un vaccin défectueux. La famille l’a accusé malgré le fait qu’il ait demandé un examen post mortem pour pouvoir déterminer la cause du décès.

 

Le Dr Venkatesh, agent de santé du district, a déclaré qu’une des raisons du décès aurait pu être l’aspiration du lait, ou relever du Syndrome de la Mort Subite du Nourrisson. « J’ai demandé un examen post mortem pour que l’on puisse déterminer la raison exacte du décès a-t-il déclaré ». Le Dr Venkatesh a déclaré aussi qu’il était peu probable que la vaccination ait été la cause du décès.

 

« Nous avons souhaité pratiquer quelque 165 vaccinations dans le Taluk. 150 ont déjà été vaccinés. S’il y avait de sérieux problèmes avec les gouttes de polio, nous aurions eu beaucoup plus de cas semblables.

 

Mais nous n’avons connu qu’un seul accident. » a-t-il ajouté.

 

En évoquant l’aspiration du lait, le Dr Venkatesh a déclaré : « Contrairement aux adultes qui peuvent digérer pendant leur sommeil, les bébé doivent faire leur renvoi après avoir été nourris et avant de les mettre au lit. Si la chose n’est pas réalisée, l’eau ou le lait qui se trouve dans l’estomac peut refluer dans les poumons et étouffer l’enfant. Cette situation peut parfois s’avérer fatale. »

 

Source: Bangalormirror.indiatimes.com

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 14:18

Le parlement suédois déclare que les politiques de vaccination obligatoires et coercitives violent les droits constitutionnels  -

 

Lettre d’information n°159 de Judy Wilyman, PhD, 12 mai 2017 (Extraits)

Suède: le parlement déclare les obligations vaccinales inconstitutionnelles

Le Parlement suédois a récemment déclaré (10 mai 2017) que l’adoption de politiques de vaccinations obligatoires ou coercitives contrevenait aux droits constitutionnels du public, et que la Suède n’utilisera pas la coercition pour imposer des vaccins dans les politiques gouvernementales. Si tel est le cas pour la Suède, la chose devrait devenir évidente pour tous les pays. La Suède a reconnu l’influence que les sociétés pharmaceutiques exercent sur la recherche académique et le journalisme traditionnel grâce à des arrangements sur le plan financier, ainsi qu’à des règlementations professionnelles pour les médecins et autres professionnels de santé. La situation actuelle est aussi le résultat de conflits d’intérêts que de nombreux politiciens ont avec les compagnies pharmaceutiques…

 

Ma thèse de doctorat fournit les preuves scientifiques, ainsi que les arguments qui démontrent, sans équivoque, que les vaccins n’ont pas été capables de créer l’immunité de groupe pour lutter contre les maladies infectieuses. Ce fait historique a également été souligné par le professeur Fiona Stnaley. (*)

 

Le Professeur Fiona Stanley est également membre de l’Académie australienne des Sciences (AAS). Dans le chapitre 7 de ma thèse de doctorat intitulée « La preuve qui sous-tend es allégations concernant les vaccins », j’ai fait allusion au manque de preuves fournies par l’AAS pour appuyer ses allégations concernant la sécurité, l’efficacité et la nécessité du calendrier vaccinal recommandé. En outre, les preuves scientifiques montrant les liens de causalité plausibles entre les vaccins et l’autisme ne peuvent plus être ignorées, ni non plus les fausses affirmations des politiciens, comme de certains universitaires de l’UOW.

Suède: le parlement déclare les obligations vaccinales inconstitutionnelles

Si des mesures coercitives dans la législation gouvernementale, telles des incitations financières utilisées dans les gouvernements australiens comme le « No jab no pay » sont utilisées pour rendre obligatoires, pour des personnes en bonne santé, des vaccins dont l’innocuité, l’efficacité et la nécessité ne sont pas complètement démontrées, dans ce cas nous avons affaire à un crime contre l’humanité.

 

Dans ma précédente lettre d’information (158), j’ai reproduit des citations de la recherche de Fiona Stanley pour prouver que les vaccins ne contrôlaient pas les maladies infectieuses, et que par conséquent, il n’était pas légitime pour la santé publique de rendre des vaccins obligatoires. C’est particulièrement le cas lorsque les gouvernements n’assument aucune responsabilité pour les décisions qu’ils prennent au sujet des vaccins et des médicaments C’est aussi le cas quand le gouvernement australien se permet d’ignorer le Code de Nuremberg qui a été conçu pour empêcher que des gouvernements expérimentent des médicaments sur leur population. […]

 

En matière de vaccination, le consentement éclairé est inexistant si les médecins sont empêchés de signaler les risques des vaccinations qui sont pourtant repris dans les journaux médicaux, et s’ils ne fournissent pas aux parents des informations sur les composants des vaccins avant de vacciner leurs enfants.

 

(*)Référence: Stanley FJ. 2001. Centenary Article: Child Health Since Federation. In Yearbook Australia 2001. Canberra: Australian Bureau of Statistics [ABS Catalogue No. 1301.0]. pp368-400.

 

Dr. Judy Wilyman (Educator and Health Researcher) Bachelor of Science, University of NSW.

 

Voir aussi:

 

Sweden votes down mandatory vaccination (Age of Autism)

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 17:41

VACCINES vs NON VACCINES

Quel groupe est le plus malade ?

Vaccinés vs non vaccinés: quel groupe est le plus malade?

Une nouvelle enquête révolutionnaire sur des centaines d'enfants américains scolarisés à domicile a permis de constater que, comparativement aux enfants non vaccinés, les enfants vaccinés avaient des chances plus élevées de développer les conditions suivantes: maladies chroniques, eczéma, troubles neuro-développementaux, autisme, troubles du déficit de l’attention/hyperactivité, troubles de l’apprentissage, rhinites allergiques.

 

Celeste McGovern, Children’s Medical Safety Research Institute -  Vaccine Impact, 10 mai 2017 (Extraits).

 

Cela n’a jamais été fait auparavant. Une toute première étude en son genre qui traite d’enfants Américains (scolarisés à domicile) vaccinés par rapport à des enfants non vaccinés  montre quel groupe est vraiment malade… les parents devraient  réellement s’inquiéter.

 

Quelque chose ne tourne pas rond chez les enfants Américains. Ils sont malades – allergiques, asthmatiques, anxieux, souffrent de problèmes auto-immuns, d’autisme, d’hyperactivité, distraits, souffrent de troubles de l’apprentissage.

 

 

Trente-deux millions d’enfants Américains, soit 43% d’entre eux, souffrent d’au moins une  des 20 maladies chroniques, en dehors des problèmes d’obésité. Des troubles pédiatriques jadis rares comme l’autisme, troubles du déficit de l’attention, diabète de type 1, le syndrome de Tourette. Tous ces troubles sont en augmentation, alors que peu d’études regroupent ces données. Par rapport à leurs parents, les enfants d’aujourd’hui sont quatre fois plus susceptibles d’avoir une maladie chronique.

 

Et alors que leurs grands-parents n’auraient, quand ils étaient enfants, jamais avalé une pilule, la génération actuelle d’enfants représente un rêve pour les représentants des ventes pharmaceutiques : plus d’un million d’enfants Américains âgés de moins de cinq ans, prennent un médicament psychiatrique. Plus de 8,3 millions d’enfants de moins de 17 ans ont consommé des médicaments psychiatriques et certains mois, un enfant sur quatre reçoit une prescription pour au moins un médicament pour un problème ou l’autre.

 

La restauration rapide, l’excès de télévision, les mauvais gènes, les jeux vidéo, les pesticides, les plastiques – autant de facteurs environnementaux qui ont été impliqués dans la flambée des maladies, bien qu’aucun de ces facteurs n’explique adéquatement l’ampleur de l’épidémie. Il y a cependant un seul facteur qui a bizarrement échappé à la recherche en dépit du fait que l’on ait directement injecté ces produits, qui n’ont cessé de s’accumuler, dans le corps des enfants, contrairement à ce qui s’est passé dans les générations précédentes : 50 doses de 14 vaccins à six ans, et 69 doses de 16 vaccins jusqu’à 18 ans. Il s’agit de vaccins qui contiennent des ingrédients susceptibles d’altérer puissamment le système immunitaire.

 

On nous assure que les vaccins sont « sûrs et efficaces », même si des responsables de la santé publique sont obligés de reconnaître qu’ils ont parfois des effets secondaires graves, pouvant aller jusqu’à des décès, et malgré le fait troublant qu’aucune étude long terme de leurs effets sur la santé globale n’ait jamais eu lieu.

 

Il est remarquable que, jusqu’à aujourd’hui, aucune étude publiée n’a jamais comparé les enfants vaccinés aux enfants non vaccinés pour vérifier quel groupe d’enfants sont en meilleure santé.

 

Une étude pilote portant sur 666 enfants  de 6 à 12 ans scolarisés à domicile et provenant de quatre états Américains a été publiée le 27 avril dans « The Journal of Translational Sciences ». Elle a comparé 261 enfants non vaccinés à 405 enfants partiellement ou complètement vaccinés. Sur base  des maladies diagnostiquées par des médecins et sur les rapports des mères, l’étude a évalué l’état général de santé des enfants. Les résultats de cette étude qui concernent l’augmentation des maladies à médiation immunitaire, comme les allergies, les maladies neurologiques, y compris l’autisme, devraient faire en sorte que tous les parents réfléchissent à deux fois avant de décider de revacciner leurs enfants:

 

  • Les enfants vaccinés étaient 3 fois plus susceptibles de recevoir le diagnostic d’autisme (OR 4.3)
  • Les enfants vaccinés étaient 30 fois plus susceptibles de recevoir un diagnostic de rhinite allergique (rhume des foins) que les enfants non vaccinés.
  • Les enfants vaccinés étaient 22 fois plus susceptibles d’avoir besoin d’un médicament anti allergique que les enfants non vaccinés.
  • Les enfants vaccinés avaient quatre fois plus de risques de recevoir un diagnostic de troubles de l’apprentissage que les enfants non vaccinés (OR 5.2)
  • Les enfants vaccinés présentaient un risque 300% plus élevé de recevoir le diagnostic de « Troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité » que les enfants non vaccinés. (OR 4.3)
  • Les enfants vaccinés avaient un risque 340 fois plus élevé (OR 4.4) de recevoir un diagnostic de pneumonie que les enfants non vaccinés.
  • Les enfants vaccinés présentaient un risque de 300% plus élevé de recevoir un diagnostic d’infection de l’oreille que les enfants non vaccinés. (OR 4.0)
  • Les enfants vaccinés présentaient un risque de 700 % plus élevé de devoir subir une intervention chirurgicale pour insérer dans l’oreille des tubes de drainage que les enfants non vaccinés (OR 8.01)
  • Les enfants vaccinés étaient de 2 à 5 fois plus susceptibles de recevoir le diagnostic de maladie chronique que les enfants non vaccinés.

 

 

 

Source : Vaccineimpact

Repost 0
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 22:37

« En quelques mois, je me suis retrouvée dans un fauteuil roulant »

 

    Par George Harrison, 16 avril 2017 (Extraits)

Chloé Brown, clouée dans un fauteuil roulant après le vaccin HPV

Une adolescente écossaise qui rêvait de devenir actrice en veut au vaccin contre le cancer du col de l’utérus qu’elle a reçu à l’école et qui l’a clouée dans un fauteuil roulant.

 

Chloé Brown de Glasgow croit que l’injection qu’elle a reçue est responsable de ses douleurs chroniques et de ses problèmes musculaires qui ont fini par la clouer dans un fauteuil roulant.

 

Cette jeune fille n’a plus pu marcher après avoir reçu ce vaccin controversé à l’école. Elle avait 16 ans et avait toujours rêvé de devenir actrice.

 

Chloé explique que le vaccin a brisé ses rêves, la laissant constamment fatiguée et ayant perdu toute force musculaire.

 

La famille de Chloé blâme le vaccin contre le HPV qui l’a clouée dans un fauteuil roulant, la laissant dans un pitoyable état. C’est quelques mois après avoir reçu le vaccin qu’elle n’a plus pu marcher.

Chloé Brown, clouée dans un fauteuil roulant après le vaccin HPV

La famille de Chloé a vu toute sa vie bouleversée à la suite de cette vaccination qui est proposée aux jeunes filles depuis 2008 pour arrêter la propagation du virus susceptible d’entraîner un cancer du col de l’utérus. Chaque année, environ 900 personnes trouvent la mort à la suite du cancer du col de l’utérus, bien qu’il y ait pas mal d’inquiétudes par rapport aux effets secondaires des vaccins préventifs.

 

Chloé a souffert de vertiges, de maux de tête, de fatigue et de douleurs articulaires juste après le vaccin. Son état a continué de s’aggraver, ses muscles ont commencé à fondre, tout en souffrant pratiquement sans arrêt. Elle a réalisé que sa vie était ruinée et son futur menacé.

Chloé Brown, clouée dans un fauteuil roulant après le vaccin HPV

Chloé a été examinée à l’hôpital. Les médecins n’ont trouvé aucune explication à son état.

 

Chloé avait reçu son premier vaccin à l’école secondaire de Glasgow en janvier 2015. Et c’est en février de l’année dernière qu’elle a reçu son second vaccin. Tout juste trois mois plus tard, alors qu’elle se promenait avec des amis, elle s’est effondrée de douleurs. Ses souffrances se sont maintenues malgré tout le cocktail de calmants et de tranquillisants qui lui avaient été prescrits.

 

La maman de Chloé a dû quitter son emploi pour pouvoir s’occuper de sa fille. Elle explique : « Chloé est rentrée à l’hôpital avec des béquilles et en est sortie en fauteuil roulant. »

 

Alors qu’elle était une fille très intelligente, très active et pétillante, adorant sortir avec des amis, elle est devenue incapable de faire quoi que ce soit. Son état de santé ne lui permet plus de fréquenter l’école et de poursuivre son rêve.

 

Alors que Chloé et sa famille mettent le vaccin en cause, les médecins continuent à prétendre que ce vaccin est sûr. La maman est persuadée qu’il n’y a pas d’autre cause possible à son état. « Rien d’autre n’a été modifié en dehors du vaccin ». Quand nous avons entamé des recherches, nous avons découvert que plusieurs autres jeunes filles avaient connu les mêmes problèmes : « elles étaient en pleine santé et fort actives avant qu’elles ne reçoivent le vaccin. Après avoir été vaccinées, elles se sont retrouvées dans un état qui ressemble fort à celui de Chloé».

Chloé Brown, clouée dans un fauteuil roulant après le vaccin HPV

Chloé dit : « je dois tous les jours me battre avec mes douleurs chroniques. Je souffre 24 heures sur 24 et 7 jours par semaine, tout en ne sachant pas si mon état va s’améliorer.

 

« J’ai accepté les assurances qui m’ont été données quant à la sécurité du vaccin. On m’a affirmé que les effets secondaires étaient rares et peu importants.

 

« Je puis vous dire que cela n’est pas vrai, que les effets sont désastreux et peuvent être mortels.

 

« Je ne voudrais jamais voir un autre enfant ou un membre de ma famille souffrir comme je souffre ».

 

Le porte-parole du gouvernement écossais a déclaré : « les éléments de preuves qui ont été revus et continuent d’être revus par les autorités gouvernementales, ainsi que par les Administrations UK montrent que le vaccin contre le HPV a un excellent profile de sécurité, et est efficace ».

 

Chloé qui rêvait de devenir actrice a maintenant sa vie ruinée par ses problèmes de santé. Une récente déclaration de « Medicines & Healthcare Products Regulatory Agency » (MHPR) a déclaré, au cours d’un récent interview, qu’il ne trouvait pas de preuves évidentes qui pourraient établir un lien entre le vaccin et des douleurs chroniques.

 

Le porte-parole a déclaré : « le vaccin contre le HPV est le moyen le plus efficace pour protéger les jeunes filles et les femmes contre le cancer du col de l’utérus. Comme pour tous les vaccins, la sécurité du vaccin contre le HPV est surveillée de près. Chaque rapport d’un effet secondaire suspect est sérieusement pris en compte.

 

«Les autorités de santé du monde entier, y compris les experts de Grande Bretagne, de l’OMS du CDC et le Régulateur Européen des Médicaments ont récemment examiné de manière approfondie la sécurité du vaccin et ont conclu qu’il n’existe pas de preuve d’un quelconque lien entre le vaccin contre le HPV et toute une série de maladies chroniques ».

 

Un porte-parole de la firme Merck Sharp & Dohme limited qui fabrique le Gardasil a déclaré : « la sécurité des patients est la plus importante préoccupation de MSD. Nous encourageons les personnes à rapporter toutes les modifications de santé qui pourraient se produire pour elles-mêmes ou pour d’autres et qui pourraient ou non être médicalement confirmées.

 

« Ces rapports font l’objet de la plus grande attention et ont toute leur utilité pour l’étude long-terme de ce vaccin. Ils ne prouvent cependant pas nécessairement une relation avec le vaccin, mais fournissent au MSD, ainsi qu’aux autorités de santé des informations qui pourront faire l’objet d’enquêtes ultérieures.

 

« Le Gardasil est le résultat de 10 années de recherche et de développement.

 

« La sécurité du vaccin a continué à être évaluée au cours d’études « post-license » sur plus d’un million de personnes.

 

Bien qu’aucun vaccin ou médicament ne soit complètement sans  risque, les principales organisations internationales de santé à travers le monde continuent de recommander la vaccination HPV de routine.

 

Source : The scottishsun.co.uk

Repost 0
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 22:32

Importante avancée de la varicelle suite à la vaccination

Jefferey Jaxen , 29 mars 2017

Importante avancée de la varicelle suite à la vaccination

Un examen récent publié dans la revue « Expert Review of Vaccines » intitulé : grave avancée de la varicelle chez des personnes vaccinées au moyen du vaccin contre la varicelle : une revue systématique de la littérature. [i] Cette étude a examiné 34 articles publiés de 1974 – 2016 afin de mieux comprendre la portée des réactions sévères de la varicelle chez les personnes vaccinées.

 

Jusqu’à présent aucun examen systématique n’a été effectué, et aucune tentative n’a été faite pour rechercher la série des complications sévères de la varicelle chez les personnes vaccinées afin de pouvoir évaluer le programme de vaccination américain contre la varicelle.

 

Les Etats-Unis ont été les premiers à recommander une seule dose de vaccin contre la varicelle en 1996. En 2006, ce programme a été remis à jour pour 2 doses du vaccin. [ii]

 

Au cours de l’examen systématique, les auteurs ont identifié 21 articles décrivant une avancée de la varicelle avec une infection par le virus Varicella-Zoster avec atteinte d’autres organes que la peau.- 9 articles évoquent des hospitalisations suite à une poussée de varicelle sans mentionner d’autres organes que la peau et 4 articles décrivent les deux types de cas.

 

Au total, les auteurs ont identifié de 52 à 60 cas de poussée de la maladie avec une infection par le virus Varicella-Zoster et l’atteinte d’autres organes que la peau. Les chercheurs ont rapporté les complications suivantes : pneumonie (n= 8-9 cas), troubles neurologiques (n= 18-24 cas), troubles hématologiques (n= 10-11 cas), troubles oculaires (n=5 cas), troubles rénaux (n=2 cas), troubles hépatiques (n=3 cas), infection secondaire avec bactériémie ou septicémie (n=8 cas), autres complications (n=4 cas). Les chercheurs ont en outre trouvé 6 cas mortels. Les chercheurs ont trouvé un certain nombre de questions clés à partir de leurs résultats de recherche.

 

Tout d’abord, les auteurs concluent qu’une varicelle sévère chez des personnes vaccinées peut impliquer une infection à virus Varicella-Zoster disséminé, impliquant d’autres organes que la peau. Des hospitalisations, ainsi que des décès peuvent s’ensuivre, mais ces complications semblent inhabituelles.

 

Ensuite, les auteurs affirment que les complications impliquant une infection à virus Zoster disséminé avec atteinte organique en plus de la peau sont similaires à celles observées dans les cas de varicelle chez des personnes non vaccinées. En troisième lieu, les auteurs ont découvert que la majorité des personnes hospitalisées suite à une avancée de la varicelle sans autre atteinte des organes (autre que la peau) n’avaient reçu qu’une seule dose de vaccin.

 

Dans leur résumé, les auteurs exposent ce qui suit en guise de leur conclusion d’experts :

 

Avec plus de 31 millions de doses distribuées chaque année dans le monde depuis 2007, de graves poussées de varicelle peuvent se produire, mais elles semblent être rares. »

 

Les vaccins contre la varicelle recommandés par les Centres Américains de Contrôle et de Prévention des Maladies ne sont pas couverts par le Programme d’Indemnisation des dommages vaccinaux. C’est en 2006 qu’est paru l’ouvrage intitulé : « Le vaccin contre la varicelle : une nouvelle épidémie et une nouvelle histoire de corruption ».

 

Dans cet ouvrage, Mark Orrin et le Dr Gary S. Goldman évoquent le problème général de la recherche sur les vaccins, y compris les omissions de données, les officiels de santé induits en erreur, la censure qui s’exerce sur les résultats négatifs du vaccin contre la varicelle et autres problèmes.

 

Source: Greenmed.info

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 23:23

La bataille quotidienne de Zanrie après avoir reçu le vaccin contre le HPV

 

 

Cape Town – Les parents d’une adolescente de 11 ans, Zanrie Nieuwhoudt, expliquent que leur fille souffre d’une pathologie infectieuse des neurones moteurs inférieurs. Leur fille a contracté cette maladie après avoir reçu, à l’école, le vaccin Gardasil contre le papilloma virus humain (HPV).

 

Les parents de Zanrie sont aussi intervenus pour faire savoir qu’un élève de 10 ans de l’école de Kraaifontein avait lui aussi dû se battre, étant donné que le vaccin contre le HPV lui avait provoqué une encéphalopathie après avoir, lui aussi, été vacciné à l’école contre le cancer du col de l’utérus.

 

Voir la vidéo: 

La bataille quotidienne de Zanrie après avoir reçu le vaccin contre le HPV
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 11:02

Il est tout de même intéressant de constater ce paradoxe: alors que 2 milliards d'individus sur terre utilisent une eau contaminée et qu'il n'existe qu'une seule "Journée mondiale de l'eau", il y a cependant une SEMAINE entière dédiée à la vaccination sous l'instigation de l'OMS et cela, en dépit des sommes colossales gaspillées depuis des années par des institutions publiques et des prétendus philanthropes (qui sont moins intéressés par les besoins vitaux, semble-t-il, que par les vaccins...), et tout ceci, dans un contexte où chaque citoyen du globe ou presque est déjà harcelé tout au long de l'année par la propagande vaccinale (quand il n'est pas soumis aussi à des obligations vaccinales diverses et variées).

 

Aucune semaine européenne ou mondiale n'arrivera de toute façon à endiguer la défiance croissante envers les vaccins qui ne pourra bien évidemment qu'aller en augmentant, au fur et à mesure où de plus en plus de personnes prendront conscience des mensonges et invraisemblances énormes qui émaillent les discours officiels simplistes et fallacieux en faveur de ces produits (non pas de santé mais bien davantage de maladie en fait!). Mais, idéologie oblige, il est très clair que les démarches toutes plus oppressantes et harcelantes les unes que les autres seront mises en place en toutes occasions: ainsi, après les sages-femmes et les pharmaciens sur lesquels on lorgne/ qu'on encourage à vacciner de nos jours de plus en plus, on peut maintenant lire dans la presse (et ce, alors que la médecine foraine est normalement interdite par les ordres des médecins belge et français) qu'à Avignon, on vaccine sur les marchés et dans les centres commerciaux à l'occasion de la semaine européenne de la vaccination.... à quand le porte-à-porte, comme c'est déjà le cas en Afrique où des parents doivent parfois cacher leurs enfants ou fuir pour échapper à cette infamie qui prétend vouloir le bien des gens malgré eux et au mépris de leurs libertés les plus fondamentales? A quand la vaccination peut-être aussi par des kinés, des ostéopathes, des dentistes, peut-être un jour aussi les esthéticiennes et autres "professionnels du corps", et un jour peut-être aussi les commerçants comme les bouchers et les boulangers, chez lesquels il y aura peut-être des bons de réduction si les clients acceptent de se faire vacciner (comme cela se fait déjà dans des centres commerciaux américains si les patients acceptent le vaccin antigrippal....) Mais où va-t-on? On ira hélas aussi loin que ce que l'inconscience du public permettra........

 

 

Avant: Sur le pont d'Avignon, on y danse, on y danse tous en rond.... 

Maintenant: Sur les marchés d'Avignon, on nous pique tous de front!

 

Avant: En avril, ne te découvre pas d'un fil...

Maintenant: En avril, ne découvre surtout pas ton bras d'un fil!

 

Avant: Pas de médicament aux femmes enceintes (et surtout pas de vaccins!)

Maintenant (depuis l'arnaque du H1N1): grippe, coqueluche, diphtérie, tétanos aux femmes enceintes, même si aucun véto n'oserait piquer une chienne ou une chatte gestante!

 

Extrait du JT de 19H du lundi 24 avril dernier:

Extrait du JT de 19H de RTL du lundi 24 avril 2017

Mme Senta Depuydt a aussi pu participer le 26 avril dernier au débat "Pour ou contre: les vaccinations sont-elles dangereuses?" face au Pr Pierre Smeesters, pédiatre à l'hôpital des Enfants Reine Fabiola (HUDERF) pour qui "les risques des vaccins sont maîtrisés" (sic!). Nous vous encourageons à visionner le débat et à confronter notamment les affirmations (gratuites) du Pr Smeesters avec les informations dûment documentées ci-dessous, à la suite de la vidéo....

Le Pr Smeesters disait il y a peu sur la RTBF "Moi je ne vends pas de vaccins"... pourtant, comme le rappelle le rapport de la Cour des Comptes française d'octobre 2012, les vaccins représentent en moyenne un tiers des revenus annuels des pédiatres (cf. p. 114).... il est dès lors très commode de mettre la défiance croissante envers les vaccins sur le compte d'un "manque d'information" du public, alors que c'est en réalité tout l'inverse qui se passe: le public tendant de + en + à se réinformer sans se contenter des quelques lignes rassurantes et inexactes lues à droite ou à gauche, il comprend les dangers de cette ancienne passivité/docilité qui est susceptible de lui valoir une chaise roulante à vie, un enfant autiste, ou une ado clouée au lit pour un inutile vaccin HPV avec rupture de sa scolarité...

 

Si les risques des vaccins sont soi disant "maîtrisés", comment expliquer alors les propos de la Cour Suprême des Etats-Unis ayant qualifié les vaccins de "produits inévitablement dangereux"? Les plus de 3,6 milliards de dollars déjà déboursés par les autorités américaines en indemnisation des victimes de vaccins? La confidentialité des listes établies par les fabricants de vaccins pédiatriques faisant état de + de 800 effets secondaires possibles susceptibles d'affecter tous les systèmes du corps, confidentialité que la publication sur ce site a notamment rompue mais qui tranche de façon cruelle avec la désinformation d'instances comme l'Office de la Naissance et de l'Enfance (ou les PMI françaises par exemple, peu importe), qui se contentent de ne parler aux parents que de fièvre, douleur et rougeur au point d'injection? Le fait que la santé des enfants non vaccinés (0 vaccins) s'avère dans des comparaisons de plusieurs années globalement bien meilleure que celle des enfants vaccinés? Que les vaccins contiennent notamment du formaldéhyde qui est un cancérigène certain/avéré (reconnu comme tel par l'OMS) alors que TOUS les vaccins restent mystérieusement dispensés de tests quant à leur potentiel cancérogène, qu'ils sont administrés dès les premières semaines de vie, de façon répétée, et dans un contexte où on pouvait encore lire il y a seulement quelques jours dans la presse qu'on assiste à une "forte hausse des cas de cancers chez l'enfant" (de 13%...) ?

 

S'agissant du vaccin contre les pneumocoques évoqué par le Pr Smeesters et son inefficacité (+ des problèmes épidémiologiques que cela pose), voir notamment ici. Sur les risques graves du vaccin Prevenar (pneumocoques) qui sont tout de même de 3% selon le fabricant -ce qui est énorme et de loin supérieur aux complications naturelles de la maladie- voir ici et ici.

 

Quant au vaccin contre les méningites à méningocoque, les données incluses dans cet article démontrent noir sur blanc (et ce, sur base des chiffres officiels) le rapport bénéfices/risques très largement défavorable d'une telle vaccination.

 

Comment le Pr Smeesters peut-il affirmer que les bénéfices l'emportent sur les risques... puisque les risques ne sont même pas évalués de façon scientifique et rigoureuse dans les essais cliniques?! C'est aussi sot de dire que les bénéfices des vaccins l'emportent sur les risques que de dire que vous allez comparer des pommes et des poires alors que vous n'avez aucune idée de ce qu'est une poire, de sa forme, de ses contours etc.!

Comment le Pr Smeesters peut-il affirmer qu'il n'y a pas de lien entre vaccins et autisme alors que le Dr Bernadine Healy, ex directrice de l'Institut National de Santé américain (NIH), une des grandes institutions sanitaires du pays, a expliqué au contraire sur CBS, dès 2008, qu'il y avait des inquiétudes fondées car la méthodologie employée pour évaluer ce risque n'était pas du tout adaptée?

Le Dr Healy avoue qu'au début, elle aussi a cru que ce lien "autisme-vaccins" était une folie, jusqu'au jour où...

Pourquoi le Pr Saluzzo, ex directeur de la production des vaccins viraux chez Sanofi et expert pour l'OMS, a-t-il avoué dans un cours de vaccinologie donné AUX MEDECINS "on ne sait pas comment marchent les vaccins" et que si on veut développer à l'avenir de nouveaux vaccins, il faudra D'ABORD commencer par étudier le système immunitaire (!) ? C'est donc bien que les risques des vaccins ne sont absolument pas maîtrisés, puisque le système qui doit les "gérer" n'est même pas suffisamment étudié en fait... de là évidemment qu'on peut dès lors beaucoup mieux comprendre les propos qu'on peut trouver dans des ouvrages médicaux officiels d'immunologie fondamentale et qui disent par exemple: "Nous ne connaissons pas les fonctions effectrices qui constituent le mécanisme de protection normale contre les infections virales chez l'homme. Il existe toujours le danger d'activer des fonctions effectrices inappropriées provoquant des maladies plus sévères et un état immunopathologique." (Immunologie fondamentale & appliquée, Roitt, Brostoff et Male, 1985) = genre d'ouvrage qui est utilisé en fac de médecine et dont les propos sont visiblement "actualisés" et toujours d'application plus de 30 ans plus tard à entendre le Dr Saluzzo). > Les propos du Pr Smeesters sont donc un enfumage de plus sur la nature des risques et la prétendue maîtrise de ceux-ci....

Pourquoi aussi, si les risques des vaccins sont à ce point maîtrisés, ce professeur de médecine légale allemand ressent-il le besoin d'alerter le public sur les risques d'oedèmes cérébraux mortels du nourrisson qu'il a constatés dans sa pratique, en lien avec les vaccins hexavalents (donc contre 6 maladies, incluant l'hépatite B)?

Extrait du documentaire "Le vaccin, un geste anodin?" diffusé en 2007 sur Arte... mêmes risques 10 ans + tard!

On comprend mieux, à la lueur des quelques éléments évoqués ci-dessus, pourquoi il y a de quoi pleurer que des médecins promeuvent sans savoir ce qu'ils font des produits expérimentaux. Voilà pourquoi le Dr Didier Tarte en pleure dans la vidéo ci-dessous, et nous le comprenons; il ne s'agit pas pour nous de "jouer sur l'émotion" en montrant cette vidéo (une accusation fallacieuse souvent faite aux dissidents en matière de vaccination) mais au contraire d'éclairer et d'expliquer cette émotion légitime face à une tragédie de santé publique par les éléments factuels et scientifiques qui en démontrent justement le caractère tragique. 

Avis du Dr Palevsky, pédiatre, sur la vaccination des enfants:

Avis d'Angelika Kögel sur les données comparatives (toutes les données, pas juste celles auxquelles les officiels voudraient se limiter) entre enfants vaccinés et non vaccinés -0 vaccins- dans l'étude KIGGS: 

Les autres questions seraient infinies et nous n'avons hélas guère de doute que le Pr Smeesters trouverait toujours à nous dire de toute façon que tout va bien, et que "si c'était vrai, ça se saurait".... le public se trouve véritablement de nos jours face à un choix décisif: CROIRE (des arguments d'autorité simplistes, fussent-ils ceux de "professeurs" en tous genres...) ou SAVOIR (faire l'effort de voir les FAITS, même ceux qui font peur car ils sont là pour nous permettre aussi d'évaluer à temps les risques graves et possiblement irréversibles que nous voulons prendre pour notre vie et/ou celle de nos enfants). L'effort de savoir et d'autonomie décisionnelle vous rebute? Alors, il vous faudra vous contenter de "croire".... mais à vos risques et périls!

Repost 0
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 09:25

Des composants métalliques nanométriques toxiques dans les vaccins !

 

ALERTE AUX VACCINS CONTAMINÉS DE NANOPARTICULES TOXIQUES

DEMANDE D’UN MORATOIRE POUR LES VACCINS À L’ÉCHELLE EUROPÉENNE

 

Question à toutes les institutions nationales et européennes de Santé ainsi qu’à tous les partis politiques européens :

Pourquoi y a-t-il des nano composants de tungstène, titane, zirconium, hafnium, strontium, aluminium, nickel, antimoine, bismuth, cérium, cuivre, plomb, étain, baryum, vanadium, sodium…, tous plus toxiques les uns que les autres dans les vaccins diffusés à l’échelle mondiale par les laboratoires GlaxoSmithKline, Pfizer, Berna Biotech, Sanofi Pasteur, Novartis, Wyeth Pharmaceutical, Baxter, etc.

 

Posez la question à votre candidat préféré en France, en Allemagne, en Italie et dans tous les autres pays d’Europe et au-delà…

 

DES COMPOSANTS MÉTALLIQUES NANOMÉTRIQUES TOXIQUES DANS LES VACCINS !

 

Une étude visant à rechercher des nano-particules dans les vaccins a été réalisée par les docteurs Antonietta M. Gatti et Stefano Montanari pour le Conseil National de Recherche d’Italie. Les résultats de leurs nano-diagnostics ont été publiés dans l’International Journal of Vaccines le 23 janvier 2017.

 

44 types de vaccins venant de France et d’Italie ont été analysés afin d’approfondir les études sur leurs effets secondaires. Pour ce faire, une méthode d’investigation par microscopie électronique à balayage avec microsonde à rayons X a été appliquée.

Des composants métalliques nanométriques toxiques dans les vaccins !
Des composants métalliques nanométriques toxiques dans les vaccins !

Les résultats de cette nouvelle étude montrent la présence de particules micro et nanométriques composées d’éléments inorganiques dans des échantillons de vaccins. La présence de ces contaminants particulaires reste à ce jour inexpliquée. Ils ne sont par ailleurs jamais signalés par les fabricants de vaccins.

 

Ces nanoparticules sont considérées comme non biodégradables et ne sont pas biocompatibles. Leur présence dans les vaccins permet d’étudier sous un angle nouveau les causes de certains effets secondaires. Elle permet également une nouvelle approche quant aux accidents post-vaccinaux et certaines maladies qui en découlent, autisme, sclérose en plaque, désordres immunitaires, maladies neuro-dégénératives, voire mort subite du nourrisson…

 

Particules nano retrouvées dans les vaccins

 

La gamme des micro et nano contaminants est très large. L’étude révèle la présence de métaux nanométriques ou combinés nano de :

 

tungstène, titane, zirconium, hafnium, strontium, aluminium, nickel, fer, antimoine, chrome, or, zinc, platine, argent, bismuth, cérium, cuivre, plomb, étain, baryum, vanadium, magnésium, souffre, silicium, calcium, sodium, manganèse…

 

Effets biologiques du tungstène

 

L’injection (intramusculaire) de microparticules d’un alliage de tungstène (contenant 91,1 % de tungstène, 6 % de cobalt et 2,9 % nickel) chez des rats de laboratoire a rapidement causé l’apparition de cancers avec tumeurs métastatiques agressives sur le site d’implantation. On trouve cependant du nano tungstène combiné ou non, dans les vaccins Infanrix Hexa, Typhérix, Priorix du laboratoire GlaxoSmithKline, dans le vaccin Menjugate de Novartis, dans les vaccins Prevenar et Meningitec du laboratoire Pfizer, dans le vaccin Meningitec de Wyeth Pharmaceutical (UK).

 

Effets biologiques du strontium

 

Le strontium non radioactif est toxique pour l’animal et l’humain. En synergie avec d’autres produits tel que le chrome, il provoque des cancers du poumon. Le strontium sous forme de carbonate (SrCO3) ingéré peut provoquer des crampes, la contraction douloureuse de différents muscles. Le nitrate de strontium (SrNO3) engendre des problèmes cardiaques, pulmonaires, hépatiques et rénaux. On retrouve un combiné nano de strontium/aluminium dans le vaccin anti-typhoïde Vivotif Berna du laboratoire Berna Biotech.

 

Le chrome

 

Il fait partie des métaux toxiques. L’ingestion de sels de chrome entraine inflammation du tube digestif, nécrose, diarrhées hémorragiques, puis coma. Il est cependant présent en combinaisons nanométriques dans les vaccins : Typhim de Adventis Pasteur ; Mencevax, Infanrix Hexa, Typherix, Fluarix, Cervarix du laboratoire GlaxoSmithKline, Anatetal, Dif-Tet-All, Focetria, Agrippal, Menveo du laboratoire Novartis ; Prevenar 13 et Meningitec du laboratoire Pfizer ; Vaxigrip, Stamaril, Repevax, MMR Vaxpro du laboratoire Sanofi-Pasteur.

 

Effets biologiques du Hafnium

 

Le hafnium sous la forme de métal ne pose normalement pas de problème. Il y a très peu d’études dessus. Par contre, tous les composés du hafnium sont considérés comme toxiques. Le composé ZrAlHaf (zirconium aluminium hafnium) retrouvé dans le vaccin anti-typhoïde du laboratoire Berna Biotech a toutes les chances d’être un toxique aux effets totalement inconnus sur la santé.

 

Effets biologiques de l’antimoine

 

Vu la grande toxicité de l’antimoine, Santé Canada a émis une norme provisoire pour la concentration maximale acceptable pour l’eau potable qui est de 6 µg/L. Par contre, l’antimoine semble toléré dans les vaccins. On en retrouve dans le vaccin Menjugate de Novartis.

 

Le bismuth

 

Le bismuth est très toxique engendrant des dégâts sur le foie, les reins. C’est un neurotoxique affectant l’ensemble du système nerveux central. Ses effets sur l’embryon ou le fœtus n’ont jamais été étudiés. On en retrouve cependant dans les vaccins : Varilix et Fluarix du laboratoire Glaxo ; Agrippal de Novartis ; Gardasil, Repevax, MMR-Vaxpro de Sanofi Pasteur.

 

Toxicité du baryum

 

L’intoxication aiguë au baryum chez l’homme se manifeste par plusieurs signes et symptômes tels que des douleurs abdominales intenses, des diarrhées sanglantes, des troubles cardio-vasculaires. L’intoxication aiguë peut aussi se solder par la mort, soit à cause d’une insuffisance respiratoire, soit en provoquant un problème cardiaque. On en retrouve dans le vaccin Tetabulin du laboratoire Baxter, le vaccin Anatetal du laboratoire Chiron, dans les vaccins Infanrix Hexa, Typherix, Fluarix du laboratoire GlaxoSmithKline ; dans les vaccins Anatetal, Dif-Tet-All, Agrippal, Fluad, Menveo du laboratoire Novartis, dans Prevenar 13 de Pfizer, dans Gardasil, Repevax, MMR-Vaxpro du laboratoire Sanofi Pasteur…

 

Nano mais méga toxique

 

Outre la toxicité avérée de certains métaux, il est à noter qu’à échelle nanométrique les effets nocifs sont surmultipliés. Tous ces éléments en effet, peuvent passer la barrière hémato-encéphalique, coloniser le cerveau et en règle générale, pénétrer toute cellule du corps humain. Ils ont un effet mutagène sans limite à leur échelle.

 

Reste à savoir si ces éléments sont dans les vaccins de manière fortuite ou si leur insertion est intentionnelle. Si c’est fortuit, il est inconcevable que des vaccins différents disposent d’exactement les mêmes structures nano-métalliques. Or, c’est le cas.

 

En effet, la formule AlSiTi (aluminium, silicium, titane) par exemple, se retrouve dans les vaccins des laboratoires Berna Biotech, Novartis et Glaxo-SmithKline. Ces éléments nanométriques vaccinaux ne sont jamais signalés par les laboratoires. Que font-ils là ? Quelle est leur fonction ? Les vaccins ne seraient-ils qu’un prétexte pour des expériences d’ingénierie nano-biologiques sur les populations ? Dans quel but ?

 

Comment évaluer les risques vaccinaux ?

 

Avec ces nouvelles découvertes, tout reste à faire pour évaluer scientifiquement les risques de ces soupes vaccinales truffées de nano-composants et de combinaisons nano-métalliques dont on ne connaît à peu près rien. Comment évaluer les effets sur la santé humaine d’une combinaison de zirconium, d’aluminium et de hafnium (ZrAlHf) ? Le ZrAlHf a-t-il fait l’objet d’une étude toxicologique ? Non !

 

De fait, pour toutes ces formules de métalloïdes, il n’y a à notre connaissance aucune publication scientifique, aucune étude toxicologique et encore moins lorsqu’ils sont combinés à du calcium, du carbone, du silicium, du soufre ou du phosphore. De plus, certaines combinaisons nano-métalliques nous semblent physiquement impossibles. Pourtant elles existent bien !

 

Comment les laboratoires fabriquant les vaccins ont-ils pu faire de telles prouesses nano-physiques à une si grande échelle ? Cela ne relève, a priori pas de leur domaine de compétence ! Une nouvelle science nano-biologique existerait-elle en marge de nos académies de médecine ? Les vaccins seraient-ils à notre insu, le vecteur d’une néo-science qui ne nous est pas contée ? La maladie des Morgellons trouverait-elle enfin là une explication ?

 

Un large débat avec les laboratoires et les autorités de santé va devoir s’ouvrir. Sans intégrer ces nouvelles données, il est aujourd’hui impossible d’évaluer le risque vaccinal.

 

F. Morin

Sources : International Journal of Vaccines du 23 Janvier 2017
http://medcraveonline.com

 

Ci-dessus l’analyse de 44 vaccins par Nanodiagnostics srl, Italy des docteurs Antonietta M Gatti et Stefano Montanari pour le Conseil National de Recherche d’Italie. Publication Morphéus n° 81 de mai juin 2017.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 14:57

      Vaccin contre le cancer du col de l'utérus (HPV)             

LA JUSTICE ESPAGNOLE RECONNAIT CE QUE LES AUTORITES DE SANTE NE VEULENT PAS RECONNAITRE

 

Par Alicia Capilla, Sanevax, 16 avril 2017

 

Alicia Capilla, Présidente de l’AAVP

La Haute Cour de Justice des Asturies (Espagne) a condamné le Système de Santé asturien pour le décès d’Andréa, une jeune-fille espagnole décédée en septembre 2012 après avoir reçu la seconde dose du vaccin contre le HPV. La Haute Cour reconnait la mauvaise pratique des hôpitaux Jove et Cabuenes, parce qu’ils n’ont pas été capables de diagnostiquer la pathologie avant que soit pratiquée la deuxième injection qui a, de fait, entraîné la mort de la jeune femme.

 

De légers épisodes d’asthme bronchique ont marqué l’histoire médicale de cette jeune femme. Quand elle a reçu son premier vaccin le 23 juillet 2012, elle a commencé à souffrir de maux de tête et de difficultés respiratoires. Malgré le fait qu’elle ait souffert d’une grave exacerbation de son asthme, on lui administra la deuxième dose du vaccin le 23 août 2012, ce qui provoqua une soudaine aggravation de son état de santé. Il en résulta une grave dyspnée, ainsi que des convulsions à peine 12 heures après avoir reçu le vaccin. Elle fut transportée à l’hôpital de Huca où elle fut placée dans l’unité des soins intensifs pédiatriques jusqu’à son décès le 8 septembre.

 

Le document judiciaire reconnait qu’il existe un lien de causalité avec le vaccin, malgré le fait que, lors du procès, l’Administration ait profité du fait que le vaccin avait été totalement approuvé par les organismes de réglementation pharmaceutique dans tout le pays et que le Comité de pharmacovigilance et d’évaluation des risques  (PRAC), avait, en relation avec ce cas, déterminé qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour suggérer une association causale avec le vaccin. Le paradoxe de cette étude, ainsi que son manque de rigueur scientifique parait évident. C’est la raison pour laquelle, le Comité a marqué son accord pour une prolongation de l’enquête.

 

L’Association Espagnole des personnes affectées par le vaccin HPV (AAVP) s’est efforcée depuis 2009 de recueillir de nombreux autres témoignages de complications. Nous avons régulièrement contacté les autorités de santé espagnoles afin qu’elles puissent reconnaître les effets secondaires de cette vaccination, les documenter dans leurs bases de données, ainsi que dans les bases de données de l’Agence Européenne (EMA). En Espagne, ainsi que dans la littérature qui traite du HPV, le cas d’Andrea est loin d’être unique. Il y a au moins cinq rapports de décès dans les bases de données de l’Agence Espagnole des Médicaments et de Produits Sanitaires. Tout cela sans compter tous les rapports qui sont parvenus à l’EMA.

 

Le plus regrettable de tout c’est qu’ils blâment les jeunes femmes pour leur état déplorable de santé, les stigmatisant en attribuant leurs problèmes à des causes psychologiques. Ces explications sont évidemment dénuées de tout fondement scientifique vu qu’aucune étude épidémiologique n’est venue prouver la cause des réactions à ce vaccin de tant de jeunes filles depuis qu’il a été introduit en Espagne.

 

Une fois de plus, nous ne pouvons que regretter les mauvaises performances des autorités sanitaires qui ne mettent pas en place un système adéquat d’évaluation et de suivi. Ces gens cherchent ailleurs au lieu de s’occuper de la santé de ces jeunes femmes qui ont eu la malchance de souffrir des effets secondaires de ces vaccins résultant d’une politique de santé publique qui semble davantage préoccupée d’intérêts économiques et politiques que de l’intérêt même de la santé de ces jeunes femmes.

 

Nous ne devons pas non plus oublier que cette vaccination est également appliquée aux jeunes hommes en bonne santé et qu’elle en est à sa phase de mise en œuvre. Il serait donc important que les systèmes de pharmacovigilance agissent cette fois avec diligence et responsabilité.

 

Nous sommes heureux que, pour la première fois en Espagne, le lien de causalité avec le vaccin contre le HPV ait été reconnu par un tribunal. Nous voulons manifester notre soutien à la famille d’Andrea. Malgré son terrible malheur, la famille a été soutenue par une déclaration judiciaire qui a fini par les protéger. Il était grand temps que justice soit rendue !

 

Alicia Capilla, Présidente de l’AAVP

Source: SaneVax

Repost 0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 21:50

La vie brisée de la petite Rowan  et de sa famille après des vaccins

La vie brisée de la petite Rowan  et de sa famille après des vaccins

Rowan est née dans les meilleures conditions ; tout s’est parfaitement passé. Elle a parlé, marché normalement. Elle ne recevait que de la nourriture bio.

La vie brisée de la petite Rowan  et de sa famille après des vaccins

Tout était parfait jusqu‘à ses vaccinations de 18 mois. En dehors du vaccin contre l’hépatite B qu’elle n’avait pas reçu à la naissance, elle a eu tous les autres premiers vaccins recommandés sans qu’il y ait le moindre problème : son développement se déroula tout à fait normalement, c’était une enfant heureuse jusqu’à ce qu’elle reçoive le vaccin ROR, le vaccin antigrippe et le vaccin contre l’hépatite A à 19 mois.

 

Environ un mois après la vaccination, elle a commencé à faire de la fièvre et des éruptions. Le pédiatre a tout mis sur le compte d’un certain virus et nous a recommandé de suivre son état de santé.

 

En ce qui nous concerne, nous n’avions jamais vu notre petite fille dans pareil état.

 

Brusquement, en moins de 24 heures, son état de santé a commencé à se détériorer, ses yeux allaient un peu dans tous les sens. Elle dormait toute la journée et, quand la nuit, elle se réveillait, ses yeux étaient révulsés. A partir de là, elle est devenue comme un légume, ne sachant plus parler, ni marcher. Elle ne savait même plus nous regarder.

La vie brisée de la petite Rowan  et de sa famille après des vaccins

Pour nous, c’est dur et dévastateur

 

Nous l’avons conduite à l’hôpital où elle est restée 23 jours. Après avoir fait quantité de tests, les médecins nous ont dit qu’ils ne pouvaient identifier la raison de son état.

 

Tout récemment cependant, le pédiatre nous a déclaré, seulement verbalement, qu’il ne savait pas comment tout cela était arrivé et que, comme nous l’avions pensé, notre petite fille allait devoir être clouée dans un fauteuil roulant  après ces vaccins étant donné qu’elle avait perdu tout équilibre. Il faut encore tristement ajouter, qu’à 6 ans, elle doit encore avoir des couches.

 

Pour nous, c’était frustrant que les médecins n’appellent pas un chat un chat !

 

Comme Rowan peut percevoir et comprendre ce qui se passe autour d’elle, elle est constamment frustrée quand elle voit sa jeune sœur parler, marcher, s’amuser avec des amis. Elle se rend parfaitement compte qu’elle est incapable de vivre tout cela. Elle voudrait tellement être normale; elle ne cesse de faire des efforts dans ce sens.

 

De notre côté, nous faisons tout ce que nous pouvons ; nous l’aimons beaucoup malgré cette épreuve perpétuelle qu’aucune famille ne devrait vivre. C’est très dur et dévastateur.

 

Nous n’avons aucun membre de la famille dans notre région. Mon mari et moi nous soutenons mutuellement. Pour pouvoir tenir le coup, nous sommes contraints de vivre au jour le jour. Quand nous pensons à la catastrophe que nous vivons, quand nous pensons à ce que le futur nous réserve, nous sommes archi déprimés.

 

Des cas comme le nôtre ne sont pas si rares qu’on veut bien le dire. – Je voudrais tellement pousser les parents à faire leurs propres recherches sur les vaccins.

La vie brisée de la petite Rowan  et de sa famille après des vaccins
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 15:04

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après le vaccin HPV -

 La maman : « C’est le vaccin qu’il faut blâmer »

 

Les médecins disent que tout est dans sa tête...

 

Par Lizzie Parry 27 mars 2017, The Sun (Extraits)

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV

Mia Blesky ne peut plus faire autre chose que cligner des yeux, parler et chanter. Mais les médecins croient que ses problèmes sont psychologiques et provoqués par du harcèlement ou des « problèmes sexuels ».

 

Mia a reçu le Gardasil à l’école. Ce vaccin est censé protéger contre le papilloma virus humain, un groupe de virus qui peuvent être transmis sexuellement. 30 des 100 souches peuvent être transmises par le sexe et sont accusées de pouvoir provoquer 90% des cancers du col de l’utérus et 1 cancer de la bouche sur 7. Les experts prédisent que le vaccin qui est proposé aux filles de 12, 13 ans pourrait sauver des centaines de vies chaque année  Quant à Mia, elle est paralysée à partir du cou. Elle n’a aucune sensation dans les bras ni les jambes. Elle souffre de spasmes constants.

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV

Les professionnels de santé  ont écarté tout lien entre le vaccin et les effets secondaires graves que Mia doit endurer. Les médecins ont expliqué à Mia qu’ils pensaient que ses symptômes étaient psychologiques – déclenchés par des problèmes d’intimidation ou de sexualité. Mais la maman (de cinq enfants) est convaincue que c’est le vaccin qui est à blâmer. Le lendemain de la vaccination, Mia  Mia a senti ses jambes devenir lourdes, et a souffert de sensations de brûlures dans la colonne vertébrale. Elle a ensuite perdu toute sensation dans ses jambes, le bas du corps et les bras. Aujourd’hui, six mois après avoir été vaccinée, elle est totalement paralysée depuis le cou jusqu’en bas du corps.

 

Gini est désespérée de trouver un remède qui puisse aider sa fille, étudiante qui souhaitait devenir chanteuse. Aujourd’hui, elle reçoit des cours à la maison et prend des leçons de chant à partir de son lit… mais les médecins croient que son état est psychologique !

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV
Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV

Mais sa maman croit que tous ses problèmes sont liés au vaccin.

 

Gini dit : « C’est horrible. Tout le monde pense qu’elle a survécu à un terrible accident de voiture. » Quand ils la voient, les gens s’arrêtent et disent : « Oh mon Dieu, qu’est-ce qui a bien pu arriver à cette pauvre fille ? »

 

« Quand Mia est arrivée à l’hôpital, les médecins ont dit qu’il s’agissait d’une forme d’automutilation, que c’était elle-même qui s’infligeait ces maux.

 

« Après quelques jours, ils l’ont renvoyée à la maison sans lui donner de traitement.

 

« Nous avons dû acheter un fauteuil roulant. J’ai dû la porter pour la mettre dans la voiture.

 

« Six semaines plus tard tout son corps était complètement paralysé : cou, tronc, jambes et bras.

 

« Il y a maintenant 14 semaines qu’elle n’a plus bougé un seul membre.

 

« Nous avons connu une situation terrible… et dire que les médecins prétendaient que tout était psychologique, que cette situation était due à du harcèlement ou à des problèmes sexuels ! Ce sont là des absurdités.

 

« Personnellement, je pense qu’elle a eu une réaction au vaccin. Je voudrais que les médecins reconnaissent la chose et lui donnent un traitement. Il est ridicule de dire que tout est dans sa tête.

 

« Ma fille de 12 ans était tout à fait normale. Elle aimait chanter et danser – aujourd’hui, elle sait à peine cligner des yeux, parler et chanter.

 

Mia est clouée au lit. Il faut la porter pour l’installer dans son fauteuil roulant.

 

En plus de la paralysie, elle est devenue incontinente et souffre de spasmes involontaires.

 

Cette talentueuse jeune fille dont l’idole est Adele, explique : « c’est vraiment très dur. Je voudrais tout juste redevenir une fille normale. Quand je chante, je me sens un peu plus normale, mais ce n’est plus comme avant quand j’avais la chance de pouvoir marcher. Aujourd’hui, je suis tout le temps à bout de souffle.

 

J’aurais tant voulu faire une carrière dans la musique et chanter dans le West End, c’était vraiment mon rêve.

 

Je voudrais pouvoir trouver quelqu’un qui puisse m’aider.»

 

L’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA)  et la Santé publique d’Angleterre ont déclaré que le vaccin HPV était la manière la plus efficace de protéger du cancer du col de l’utérus qui tue 900 femmes au Royaume-Uni chaque année.

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV

La maman de Mia supplie que l’on fasse davantage de recherches sur ce vaccin.

 

Un porte-parole a déclaré : « Comme c’est le cas pour tous les vaccins, la sécurité du vaccin HPV est constamment surveillée. Chaque effet secondaire soupçonné est pris au sérieux. » Ils ont dit que la sécurité du vaccin avait fait l’objet d’un examen approfondi. Et qu’il n’y avait aucune preuve crédible d’un lien entre le vaccin contre le HPV et toute une série de maladies chroniques. »

 

Les statistiques de l’Agence européenne des médicaments montrent que jusqu’en février 2017, 11.867 réactions au Gardasil ont été enregistrées.

 

Plus de 400 familles représentant l’Association britannique des jeunes-filles dont la santé s’est trouvée endommagée par le vaccin ont lancé un appel pour que l’on approfondisse les études sur ce vaccin.

 

La présidente, Freda Birrel a expliqué : « Si ce n’est pas le vaccin qui a causé ces problèmes, alors, il est grand temps que le Département de la Santé prenne ses responsabilités.

 

« Les autorités sanitaires devraient s’efforcer de trouver le pourquoi de cette situation au lieu de dire qu’il est normal pour une jeune-fille de 12 ans de faire pareils problèmes de santé et de les mettre sur le compte de problèmes psychologiques.»

 

Gini se plaint que les médecins et les professionnels de santé ne veulent pas prêter une oreille attentive à ses problèmes, idem par rapport aux autres familles qui ont connu des difficultés avec le vaccin. Au lieu de cela les médecins attribuent ses problèmes de santé à des dérangements psychologiques.

 

Sa famille prétend que les médecins ne lui ont proposé aucun traitement – de ce fait les parents doivent eux-mêmes s’occuper de leur fille. Ca leur coûte 4.000 livres sterling (4.639 euros) par mois.

 

Les parents de Mia essayent de trouver la somme d’argent nécessaire pour aller consulter un spécialiste aux Etats-Unis.

 

Source: The Sun

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV
Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 19:11

Une adolescente de 14 ans décède après avoir reçu le vaccin HPV

Une adolescente de 14 ans décède après avoir reçu le vaccin HPV

Par Luke Rawalai, The Fiji Times Online, 25 février 2017

 

La famille Prasad de Korovesi tente de consoler une maman de trois enfants, Manjula Devi, hier à son domicile. La jeune-fille, Manjesni serait décédée après avoir reçu le vaccin contre le HPV.

 

La maman, Manjula Devi, éprouve toutes les difficultés à accepter la mort de sa fille de 14 ans dont le corps a été découvert le jeudi de cette semaine à leur domicile.

 

Les cinq personnes de la famille Korovesi ne peuvent accepter la perte de leur fille et sœur qui est décédée le jour même où elle a été vaccinée à l’école avec le HPV.

 

Madame Devi rappelle que sa fille s’était levée tôt ce jeudi matin. Elle avait pris un très bon déjeuner avant de dire au revoir à ses parents.

 

« Elle était la plus jeune de la famille et résidait avec nous, ses parents, tandis que ses frères et sœurs fréquentaient des établissements d’enseignement supérieur à Labasa et à Suva », a déclaré la maman.

 

Manjeshni (la jeune-fille) nous avait apporté un document de consentement à faire signer pour qu’elle soit vaccinée.

 

« Quand nous lui avons demandé quand la vaccination devait avoir lieu, elle nous a dit que ce serait la semaine suivante. »

 

Madame Devi explique que si elle avait su que sa fille serait vaccinée ce jour-là, ils l’auraient ramenée à la maison à cause des problèmes de distance et de mauvais temps.

 

Le papa désespéré de Manjeshni, Jaswant Prasad, a déclaré que sa fille était la «bavarde » de la famille et qu’elle leur manquerait beaucoup.

 

Dans un communiqué, le Ministère de la Santé et des Services Médicaux a fait parvenir ses sincères condoléances à la famille pour la perte de leur fille, ajoutant qu’ils attendaient le rapport d’enquête de la police avant de commenter les détails de l’affaire.

 

« Le vaccin contre le HPV protège contre le cancer du col de l’utérus qui peut tuer des femmes », indique le communiqué.

 

« Des études montrent qu’il n’y a pas de problème de sécurité qui soient associés au vaccin contre le HPV».

 

Selon le Centre Américain de Contrôle des Maladies (CDC), l’une des principales autorités médicales au monde, « le vaccin contre le HPV est très sûr et il est efficace pour protéger contre certains types de HPV qui peuvent s’avérer très agressifs. »

 

Source: FijiTimes

Une adolescente de 14 ans décède après avoir reçu le vaccin HPV
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 19:10
Témoignage d'une maman antivaccin (qui a décidé de ne pas se laisser faire!)
Repost 0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA