Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 10:27

  Décès d’un bébé de l’Indiana après 6 vaccins

 

Augustina Ursino, 6 novembre 2015 (Extraits)

Indiana: décès d'un bébé après 6 vaccins

C’est avec une profonde tristesse qu’une famille de Columbia City (Indiana) nous a raconté comment leur petit garçon a perdu la vie après avoir reçu les vaccinations de routine et du Tylenol.

 

Michael Whitesell aimait beaucoup jouer avec son grand frère, Keegan. Ils étaient toujours ensemble. Personne n’aurait pu prévoir qu’ils allaient être séparés après que Michael fut vacciné.

 

Michael Eugene Whitesell est né le 30 septembre 2014.

 

Le 19 octobre 2015, alors qu’il avait un an, il fut conduit à sa première visite médicale où il reçut le vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole), le vaccin contre la varicelle, l’hépatite A et le vaccin contre la grippe, soit 6 doses de vaccin.

 

Trois jours après sa visite médicale, Michael a fait un peu de fièvre. Le pédiatre avait suggéré à ses parents de lui administrer un médicament pour réduire la fièvre. Ses parents lui ont donné du Tylenol et la fièvre de Michael est tombée.

 

Michael a semblé être normal et avoir retrouvé sa forme habituelle. Il mangeait bien. Tout semblait bien aller. Il est allé dormir à l’heure habituelle et est vite tombé endormi dans son berceau.

 

Tôt le lendemain, juste un peu après 7 heures, sa maman Brittney l’a trouvé couché sur le ventre. Il était froid, bleu et sans vie. La maman a de suite appelé le 911.

 

Pendant que la maman était au téléphone, Thomas, le papa de Michael tentait de le réanimer. Mais le petit était déjà parti. Rien de ce qu’ils ont pu faire n’a réussi à le ramener à la vie.

 

Michael est décédé le 23 octobre 2015, moins de quatre jours après avoir été vacciné et avoir reçu du Tylénol.

 

Bien que Michael ait été retrouvé couché sur le ventre, le médecin légiste a voulu préciser qu’il n’est pas mort de suffocation. Une autopsie a été pratiquée, mais les résultats ne seront pas connus de la famille avant deux mois ou plus.

 

Les parents de Michael ont été interrogés et le frère aîné de Michael a été enlevé par les services de protection de l’enfance 

 

Après avoir, en vain, attendu des années pour avoir un enfant, Brittney et Thomas ont trouvé leur bonheur dans l’accueil de leurs neveux. Ils étaient enfin heureux d’être des parents et c’était leur bonheur d’élever Michael et Keegan.

 

Quand le temps de la première visite médicale fut venu, Brittney et Thomas n’ont pas hésité un instant à faire totale confiance aux médecins. Ils ont accepté que leur enfant soit vacciné parce que c’était précisément ce que le médecin avait recommandé.

 

Ils ne savaient pas à quel point les vaccins pouvaient être dangereux, jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Après le décès de Michael, une enquête de routine a été effectuée par les services de protection de l’enfance et le frère aîné fut enlevé à la famille parce que Brittney et Thomas n’étaient pas les parents biologiques de l’enfant.

 

Faire l’objet d’une enquête quand un enfant meurt à la maison après une vaccination est ce à quoi doivent s’attendre les parents. Les enquêteurs sont parfois tentés de blâmer les parents au lieu de mettre les vaccins en cause.

 

Après avoir dû accepter que Michael décède et que son grand frère leur soit enlevé, Thomas écrivait : «  C’est terrible de ne pas pouvoir faire notre deuil avec notre petit garçon de trois ans. Ils nous traitent comme des criminels alors que nous n’avons rien fait de mal. »

 

La notice du vaccin ROR  mentionne les décès comme un risque possible du vaccin                          

 

Le CDC (Centres Américains de Contrôle et de Prévention des Maladies) et les fabricants de vaccins admettent la possibilité de réactions allergiques et de décès après avoir reçu un vaccin. [1]

Indiana: décès d'un bébé après 6 vaccins

Le vaccin ROR que Michael a reçu est un vaccin 3 en 1. La notice du vaccin évoque clairement les problèmes de santé dont a souffert Michael. Les enquêteurs nous ont pris Keegan et ne se sont pas souciés de la notice du vaccin.

 

Beaucoup trop de parents ont connu pareille situation ; ce sont eux qui ont été blâmés pour les dommages de santé de leurs enfants. Il n’est plus possible aujourd’hui d’ignorer le problème des vaccins ; ils endommagent la santé des gens et même le gouvernement lui-même l’admet puisqu’il dédommage les accidents vaccinaux.

 

Le simple fait que le décès est repris dans les risques possibles devrait à lui seul suffire à attirer l’attention des enquêteurs après le décès d’un enfant quand ce dernier sort d’une visite médicale récente. Il faut vraiment que les parents lisent les notices des vaccins que l’on administre à leurs enfants, qu’ils se tiennent au courant des risques que leurs enfants peuvent encourir. [2]

 

Les enquêteurs ne possèdent pas les moyens de prouver que les vaccins peuvent tuer.

 

Le fait d’administrer plus d’un vaccin à la fois, d’administrer une combinaison de vaccins contribue à aider les fabricants de vaccins à camoufler les dommages parce qu’il est trop difficile de prouver que tel ou tel vaccin a causé un dommage. Il est dès lors impossible à un médecin légiste de prouver que tel vaccin ou que tous les vaccins que Michael a reçus ont provoqué sa mort.

 

Les fabricants de vaccins sont tenus de publier la liste des effets secondaires possibles sur les notices, mais ce ne sont là que des données « corrélatives », et ce n’est pas du tout la même chose que d’affirmer que les vaccins provoquent ces dommages. Ce fait limite les possibilités que les dommages causés soient effectivement reconnus.

 

Vous trouverez beaucoup de personnes favorables aux vaccins qui vous diront qu’il n’y a pas de preuve que Michael ou d’autres personnes sont mortes à la suite des vaccinations. Essayez de vous en rappeler la raison : comme les fabricants de vaccins ne sont pas contraints de publier des données montrant la relation de cause à effet, mais seulement des données « corrélatives », les officiels de santé et les fabricants de vaccins peuvent continuer d’affirmer qu’il n’existe pas de preuve que les vaccins provoquent effectivement l’une ou l’autre des réactions reprises sur la notice, y compris la mort.

 

Il s’agit ici de l’une des principales raisons pour lesquelles les vaccins ne sont pas repris dans les rapports d’autopsie ou repris comme cause de la mort de personnes qui ont subi une ou plusieurs vaccinations. Tout au plus, on dit parfois aux parents qu’il existe un lien plausible, mais jamais une réponse claire et nette.

 

Cependant le bon sens et la simple observation montrent que les vaccins tuent beaucoup d’enfants et d’adultes. Michael était en parfaite santé quand nous nous sommes rendus chez le médecin et tout a changé après les vaccins.

 

Les parents en ont marre de tout ce qu’on leur cache dans le domaine des vaccins. Ce qu’ils demandent c’est la vérité au sujet du rapport d’autopsie et du certificat de décès. Quand on observe que de nombreux enfants en bonne santé finissent par mourir peu de temps après les vaccinations, on peut clairement dire que les vaccins en sont la cause et que la corrélation peut être mise sur le même pied que la causalité.

 

Nous voulons espérer que le rapport d’autopsie de Michael révélera qu’il avait été récemment vacciné, qu’il avait reçu 6 doses de vaccin et que le médecin avait conseillé à ses parents de lui administrer du Tylenol, sans préciser que des dommages pouvaient s’ensuivre.

 

Les parents de Michael savent que ce sont les vaccins qui lui ont volé la vie, peu importe ce que l’on puisse écrire sur un bout de papier. Les parents de Michael ont appris d’autres parents ce à quoi ils devaient s’attendre, à savoir que les vaccins ne seraient surement pas mentionnés sur le rapport d’autopsie. Sur ce point précis, les parents sont confrontés à un énorme problème.

 

Les parents devraient être en mesure de pouvoir refuser une autopsie qui ne reflète pas la vérité

 

Il est tout à fait inacceptable qu’un médecin légiste ne soit pas contraint de mentionner les vaccins sur son rapport, ou quand il y a recours aux urgences pour un enfant qui vient d’être vacciné et qui décéderait dans la suite.

 

Les parents attendent qu’on leur dise la vérité sur les rapports d’autopsie. Ceci suppose bien entendu que l’on mentionne les vaccins (quand c’est le cas) comme une cause possible du décès.

 

Quand un enfant décède après des vaccinations, qu’il porte encore les marques de l’injection, qu’il porte encore son pansement, même dans pareil cas les vaccins ne sont pas mentionnés. Il y a d’énormes intérêts à maintenir les parents dans l’ignorance, de leur cacher la vérité. L’industrie des vaccins survit  au détriment de la vie des plus innocents. Quand un bébé décède après des vaccinations, c’est sa famille qui souffre le plu, et non les véritables responsables, même pas le médecin vaccinateur. Les médecins et les infirmières ignorent souvent ce à quoi ils participent et continuent à vacciner d’autres enfants. Comment peut-on imaginer jouer pareillement avec la vie des autres, surtout avec celle d’enfants innocents qui n’ont pas leur mot à dire. Les parents ne supporteront plus pareille situation fort longtemps.

 

Au lieu d’essayer de démontrer que l’injection de ces vaccins multiples, est sûre et sans danger, on s’est affairé à créer des lois qui accordent l’impunité juridique aux fabricants de vaccins. Cette situation ne les incite guère à fabriquer des vaccins plus sûrs, mais au contraire les incite à ajouter de plus en plus de vaccins au programme sans que l’on s’occupe de tester si l’administration simultanée de plusieurs vaccins  est véritablement sans danger.

 

Administrer du Tylenol après des vaccinations peut s’avérer dangereux

 

Le manuel de Merck signale que l’acétaminophène, l’ingrédient actif du Tylénol pour enfants peut épuiser les taux de glutathion dans le corps et provoquer des dommages au foie.

 

Les médecins se doivent d’avertir les parents que les enfants auxquels on administrerait du Tylénol après des vaccinations pourraient voir leurs enfants encourir des risques supplémentaires, tout spécialement s’il s’agit du vaccin ROR que Michael a reçu. Les enfants qui ont reçu le vaccin ROR et auxquels on a donné de l’acétaminophène présentent un risque plus élevé de souffrir d’autisme provoqué par le vaccin et l’acétaminophène. « Cette étude préliminaire a montré que l’utilisation d’acétaminophène après la vaccination Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR) a été associée à des troubles autistiques. [6]

 

Les vaccinations font rentrer dans le corps des virus, des bactéries, des métaux lourds, de l’ADN contaminant provenant de plantes ou d’animaux, des produits chimiques, des organismes génétiquement modifiés. Il existe une documentation qui montre que certains de ces ingrédients sont susceptibles de provoquer le cancer.

 

Le glutathion est nécessaire pour aider le corps à se débarrasser des produits toxiques.

 

Consommer de l’acétaminophène après une vaccination peut provoquer un effet de cascade, empêchant le corps de se débarrasser suffisamment vite des produits chimiques toxiques qui ont été injectés dans le corps avec la vaccination. Les complications vaccinales peuvent inclure une insuffisance respiratoire ou la mort. Administrer du Tylenol après des vaccinations peut augmenter les risques de pareilles complications.

 

Conclusion

 

Quand d’autres familles étaient en train de fêter Halloween, les parents de Michael assistaient aux funérailles de leur petit garçon. Michael a été inhumé le 30 octobre 2015.

 

Si vous n’avez jamais entendu parler des effets secondaires des vaccins, cet article peut présenter un caractère difficile mais il peut être d’une importance capitale pour vous et indispensable à assimiler. Nos pensées vont à tous ces enfants et à toutes ces familles qui ont souffert. Nous voudrions vous prier d’effectuer une recherche sur tout vaccin que vous auriez l’intention d’administrer à vos enfants ou de vous faire administrer. Prenez, de grâce, le temps d’apprendre ce qu’il vous faudra faire si la santé de votre enfant est endommagée par un vaccin. N’hésitez pas à entrer en contact avec des parents d’enfants vaccinés et non vaccinés pour que vous puissiez vous rendre compte quel groupe d’enfants sont en meilleure santé. Nous voudrions vous supplier de faire votre propre recherche. Aucun parent ne pense évidemment que pareil désastre puisse arriver à leur enfant.

 

Nous voulons partager avec vous le message de Thomas :

 

« Michael était un gentil petit garçon. Il était en parfaite santé. Son sourire vous touchait en plein cœur.

 

Je sais que ce sont les vaccins qui l’ont tué. Je veux présenter mes condoléances aux familles qui ont eu à traverser l’épreuve qui a été la nôtre. Cela nous aide. Il nous est encore difficile de comprendre ce qui nous est arrivé et à aucun prix je ne voudrais que plus personne n’ait à traverser pareilles souffrances.

 

Je veux partager ce que nous avons vécu parce qu’il faut que de plus en plus de gens puissent comprendre ce qui pourrait arriver quand ils conduisent leur enfant à ces visites médicales. Je suis vraiment bien placé pour savoir la douleur que représente la perte d’un petit garçon après des vaccinations, alors que nous pensions que tout cela était pour son plus grand bien.

 

Je ne savais vraiment pas que le fait de lui donner du Tylenol après qu’il ait reçu ses vaccins n’était pas bon pour lui. Nous avions fait confiance aux médecins. Nous avions pensé que nous ne possédions pas de formation médicale et que nous n’avions pas étudié la question. Mais maintenant après tout ce que nous avons appris, j’aurais peur de donner quoi que ce soit à mon enfant qui m’aurait été recommandé par un médecin. Nous leur avons fait confiance en ce qui concerne la vie de notre petit garçon et maintenant nous venons d’enterrer notre cher petit.

 

Ce fut la pire chose au monde que de perdre Michael. Je ne suis même pas capable de décrire tout ce que je ressens. »

 

Nous ne t’oublierons jamais Michael. Nous savons que tu as donné ta très courte vie pour empêcher que d’autres enfants subissent le sort qui a été le tien.

 

Références

 

  1. http://www.cdc.gov/vaccines/vac-gen/side-effects.htm
  2. http://www.immunize.org/packageinserts/
  3. http://vactruth.com/2012/08/21/autopsy-medical-tests/
  4. http://www.merckmanuals.com/professional/injuries-poisoning...
  5. https://web.archive.org/web/20150411063151/...
  6. https://web.archive.org/web/20150607053737/...
  7. http://vactruth.com/2012/11/08/brainwashed-police-ignore-vaccine-injuries/
  8. http://www.nvic.org/injury-compensation.aspx
  9. http://www.hrsa.gov/vaccinecompensation/vaccinetable.html
  10. https://vaers.hhs.gov/index

 

Source : Vactruth

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

EUDIER 15/11/2015 11:04

Et pendant que l'on nous "distrait" pour nous embarquer dans une guerre dont nous ne voulons pas, des parents sont privés doublement de leurs enfants.: le premier victime des vaccins, l'autre au nom de la prévention pour mal traitance. Monde absurde.

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA