Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 22:38

La sécurité du vaccin HPV: l'illusion d'une science étouffée?

 

«Il n’existe aucune excuse pour ignorer intentionnellement des preuves scientifiques. Il n’existe aucune excuse pour tromper les décideurs mondiaux en matière de vaccination au détriment des intérêts de la santé publique. Il n’existe aucune excuse pour pareille violation flagrante de la confiance du public. » Dr Sin Hang Lee

 

Par Norma Erickson, 15 janvier 2016

La sécurité du vaccin HPV: l'illusion d'une science étouffée?

Nouvelle de dernière minute : Le 14 janvier 2016, le Dr Sin Hang Lee a fait parvenir une lettre ouverte de plainte à la directrice générale de l’Organisation Mondiale de la Santé, le Dr Margaret Chan, aux membres du Comité Consultatif Mondial sur la Sécurité des Vaccins (GACVS), au CDC (Centres américains de contrôle et de prévention des maladies), au Ministre japonais de la santé, du travail et du bien-être, et autres associations au sujet de la manipulation de données et de la dissimulation de la science, afin de maintenir l’illusion de la sécurité des vaccins HPV en dépit des preuves du contraire.

 

Selon la lettre du Dr Lee, une série de courriels récemment découverts via une demande d’accès à l’information présentée en Nouvelle-Zélande, a révélé les preuves que le Dr Robert Pless, président du Comité Consultatif Mondial sur la Sécurité des Vaccins (GACVS), le Dr Nabae Koji du Ministère de la Santé japonais, le Dr Melinda Wharton du CDC, le Dr Helen Petousis-Harris de l’Université d’Auckland, Nouvelle-Zélande, et d’autres (y compris les responsables de l’OMS ) auraient pu être activement impliqués dans un programme visant à faire délibérément induire en erreur la Commission d’enquête d’experts japonais sur la sécurité du vaccin contre le papillomavirus (HPV) et ce, avant, pendant et après l’audition publique du 26 février 2014 à Tokyo.

 

La lettre de plainte affirme que les e-mails fournis démontrent clairement que ce groupe de fonctionnaires de l’OMS, ainsi que les employés du gouvernement chargés de conseiller le comité d’experts du gouvernement japonais sur la sécurité de la vaccination contre le HPV savaient avant  l’audience publique du 26 février 2014 à Tokyo que l’un de leurs experts avait montré les preuves scientifiques que la vaccination contre le HPV faisait augmenter les cytokines, y compris le facteur de nécrose tumorale (TNF), en particulier au niveau du site d’injection, par rapport à d’autres vaccins. Pourtant, ils ont choisi de supprimer ces informations à l’audience publique.

 

Evidemment, cette partie des données scientifiques qui était connue de tous les membres du groupe, est également absente de la Déclaration du GACVS sur la sécurité de la vaccination contre le HPV, et publiée le 12 mars 2014. Malheureusement pour les consommateurs de soins médicaux, c’est la même déclaration du GACVS qui a été utilisée pour assurer les autorités de santé, les décideurs politiques et les professionnels de santé partout dans le monde qu’il n’existe aucun souci par rapport à la sécurité des vaccins contre le HPV.

 

Le Dr Lee a conclu sa lettre de plainte en indiquant clairement qu’il existe au moins un mécanisme d’action connu qui explique pourquoi des réactions indésirables graves se produisent plus souvent chez des personnes qui ont reçu le vaccin contre le HPV, que celles qui ont reçu d’autres vaccins, et pourquoi chez certains individus prédisposés la réaction peut s’avérer mortelle. Il semble que cela fait partie de l’information que les « experts » ont jugée nécessaire de supprimer.

 

Le Dr Lee déclare :

 

Ceux dont les noms apparaissent dans ma plainte, et tous ceux qui rejettent aveuglément les préoccupations de sécurité dans le but de continuer à promouvoir la vaccination contre le HPV, devraient être tenus responsables de leurs actes. Il n’existe aucune excuse pour ignorer intentionnellement des preuves scientifiques. Il n’existe aucune excuse pour tromper les décideurs mondiaux en matière de vaccination au détriment des intérêts de la santé publique. Il n’existe aucune excuse pour pareille violation flagrante de la confiance du public.

 

Lire ICI la lettre de plainte du Dr Lee.

 

Source: SaneVax

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

Bernard Guennebaud 20/01/2016 20:19

D'une manière générale, il existe 2 façons de fausser ce que les données réelles feraient apparaitre :

1- Falsifier les données en dissimulant celles qui sont gênantes ou en réduisant leur nombre.

2- Pratiquer sur les données, même exhaustives, des tests qui ne testent pas et qui ne pourront que neutraliser les signaux.

Ces 2 possibilités correspondent aux 2 phases de l'analyse statistique :
1- On pratique la collecte des données pour décider des cas retenus et de ceux qui ne seront pas retenus pour une raison ou une autre. On obtient ainsi un échantillon de cas. ON se pose alors la question : est-ce que cette échantillon sera suffisamment représentatif de la population pour que ce qui apparaîtra sur l'échantillon puisse être aussi appliqué à la population.

2- On pratique ensuite sur l'échantillon retenu des tests statistiques qui s'appuient tous sur des lois de probabilités. Ces lois ont des conditions de validité qui peuvent être, en toute rigueur, assez exigeantes. En pratique on ne peut espérer qu'elles soient scrupuleusement respectées, sinon on ne pourrait jamais les utiliser. Mais ce n'est pas une raison pour les utiliser dans n'importe quelles conditions. Il ne s'agit pas de couper les cheveux en 4 mais de s'assurer qu'elles sont suffisamment satisfaites pour ne pas inverser les résultats.

Or cela peut se produire très facilement. Un exemple avec la publication Tardieu 2007 sur le sclérose en plaques après vaccination hépatite B chez les enfants : 62 cas sont apparus au cours des 4 années après la vaccination contre 12 au cours des 2 années suivantes, soit 5 fois moins alors qu'il en faudrait 2 fois moins pour qu'il n'y ait pas de signal (aux variations aléatoires près). Il y a là un signal indiscutable et facile à voir.
Les auteurs ont testé sur 4 ans en cas-témoins avec ajustement par régression logistique conditionnelle pour impressionner les braves gens (et les autres !!!). Aucun signal ! La question très importante est donc : pourquoi un signal aussi fort disparaît-il en cas témoins ?

La réponse est fort simple : il y a 476 témoins vaccinés sur les 4 premières années contre 102 pour les 2 années suivantes, soit près de 5 fois moins alors qu'il en faudrait seulement 2 fois moins. Or les témoins représentent la référence, l'axe des abscisses si vous voulez, qui en principe est une droite. Pour être une droite il faudrait 204 témoins vaccinés sur 4 ans contre 102 sur 2 ans. L'axe des abscisses, la courbe témoins, n'étant pas du tout une droite elle ne peut servir de référence. Autrement dit on ne peut pas l'utiliser pour tester.

C'est comme si, voulant étudier une courbe dans le plan et constatant qu'elle est équidistante de l'axe des abscisses on en déduisait que la courbe à étudier est une droite parallèle à l'axe des abscisses alors que cet axe n'est pas une droite mais une sinusoïde. On devra alors en déduire que la courbe est aussi une sinusoïde et non pas une droite !

C'est exactement l'erreur élémentaire commise par les auteurs dans cette publication. Personne ne l'a vue. La raison de cela est le calendrier vaccinal ou, mieux encore la campagne spécifique de vaccination qui a conduit à vacciner à peu près en même temps les futurs cas et leurs futurs témoins associés. Su un délai de 4 ans et même beaucoup moins, il n'y a plus d'aléatoire. Les dates de vaccination des cas et de leurs témoins correspondants étant trop proches par rapport au délai du test (4 ans sur l'exemple).

Plus de précisions sur : "Une étude démontre que le Gardasil sera inoffensif chez les fillettes" http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2015/10/31/32861683.html

zabou 20/01/2016 21:26

il n'en reste pas moins vrai que ce vaccin est une véritable saloperie

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA