Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 07:56

Robert De Niro : Un point de vue médical qui provoque un tollé

Documentaire sur les vaccins et l'autisme: gros revirement de l'acteur De Niro

14 avril 2016

 

L’acteur Robert De Niro a apporté son soutien à un documentaire qui fait le lien entre autisme et vaccination, développant un point de vue pourtant réfuté formellement par le corps médical.

 

Robert De Niro est actuellement au cœur d’une polémique outre-Atlantique pour un point de vue controversé sur la vaccination. Cofondateur du festival du film de Tribeca, l’acteur de 72 ans a décidé fin mars d’exclure de ce festival le film-documentaire "Vaxxed : from cover-up to catastophe", traitant de la maladie de l’autisme et qui pointe du doigt la vaccination comme étant un facteur déclencheur. Il avait expliqué à l’époque qu’à travers la programmation de ce film, il voulait "provoquer une discussion sur un sujet qui [le] touche personnellement, mais qu’il est apparu qu’aucune discussion n’était possible sur le sujet".

 

Le sujet de l’autisme le touche particulièrement puisque son fils Elliott, aujourd’hui âgé de 18 ans, est atteint par cette maladie.

 

Cependant, s’il s’était montré prudent en déprogrammant ce documentaire, il a pris beaucoup moins de pincettes lors d’une entrevue à la chaîne NBC le 13 avril. Interrogé sur ce sujet, Robert De Niro a expliqué qu’ "il y avait un lien entre autisme et vaccinations", malgré le consensus scientifique autour de l’absence de liens. Ce point de vue a immédiatement provoqué un tollé aux Etats-Unis, d’autant plus que le documentaire a mené à la création d’un mouvement anti-vaccin dont l’influence aurait provoqué des décès pourtant évitables par la vaccination.

 

Il a également encouragé les gens a regarder le documentaire qu’il a pourtant déprogrammé, sous la pression dit-il de ses partenaires. Il continue d'ailleurs de croire qu’"il y a beaucoup de choses qui ne nous sont pas dites à ce sujet" et que ce documentaire pouvait provoquer des doutes sur le discours établi.

 

En s'avançant sur un sujet aussi sensible, Robert De Niro a pris quelques risques. Il est au maintenant au coeur d'une tempête.

 

QP

 

Source: Public.fr

Il est bien évident que Robert De Niro n'a sans doute pas voulu que l'Histoire le retienne comme un lâche et certainement qu'il sait aussi la raison objective que les vaccins sont à craindre en lien avec l'autismeDès 2008, le Dr Bernadine Healy, ex directrice du National Institute of Health (= Institut National de Santé des USA, une des toutes grosses institutions ayant pignon sur rue dans ce pays) expliquait sur CBS qu'il y a vraiment des raisons d'être inquiet, qu'elle aussi au tout début, elle pensait que ce lien "vaccins et autisme" était une follie mais quand elle a examiné la nature et la méthodologie des études utilisées pour réfuter ce lien, elle s'est rendu compte que cela n'était pas de la bonne science, honnête et respectable.... Ecoutez, osez entendre, c'est de l'avenir des générations futures dont il s'agit ici!!

Partager cet article

commentaires

François 15/04/2016 17:47

Dans son livre « L’apport des vaccinations à la santé publique : la réalité derrière le mythe », Michel Georget – agrégé de biologie – explique pourquoi, en fonction de notre système immunitaire associé au système HLA : « Un individu vacciné n’est pas obligatoirement un individu immunisé et protégé » :

Accéder au lien suivant :

https://goo.gl/uGtGyv

Gérard 15/04/2016 17:15

Un passant: les statistiques n'ont pas de noms!
Bénéfices-risques?
A mon avis vous n'êtes pas (pour le moment ou jusque maintenant) dans les risques.
Mais les parents qui ont un enfant autiste et se posent la question?
Alors, "Un passant " comment fait-on maintenant pour éviter ces morts et handicaps?
Vous devez savoir: existe-t-il un moyen de prévenir? Ou bien on se fie au hasard?
Je cherche la réponse.

Initiative Rationnelle 19/04/2016 10:59

Ce commentaire a été supprimé sans raison apparente. Je me permets de le rajouter pour que personne n'aille imaginer que vous réduisez au silence les critiques argumentées.



"Un passant: les statistiques n'ont pas de noms!"

Les gens qui ne mourront pas grâce au vaccin ont tous un nom.
Ne pas le connaître n'est pas une raison suffisante pour préférer les sacrifier à un nombre incomparablement plus petit de gens pour qui le vaccin se révélera néfaste et dont on connaîtra le nom.


"A mon avis vous n'êtes pas dans les risques."

Mon cas personnel, ce que je pense, ce que j'ai vécu n'influence pas l'état actuel des connaissances scientifiques.

La réalité, c'est ce qui reste même quand on y croit pas.


"Mais les parents qui ont un enfant autiste et se posent la question ?"

Les parents sont dans une détresse réelle. Ils cherchent des réponses et des opportunistes sont tentés d'en profiter en pointant un doigt vengeur vers les vaccins. Pourtant l'absence de lien entre vaccins et autisme montre que cela ne fait que retarder la recherche des causes, et la réponse que les parents attendent.

Les maladies sont dangereuses et les vaccins sont dangereux (des vrais dangers, mis en évidence par la méthode scientifique et pas par le pouvoir magique de la foi). Aucune anecdote personnelle ne peut prouver que l'un est plus dangereux que l'autre. Aucune anecdote personnelle ne peut mettre en évidence les drames évités, ce qui est pourtant une information essentielle.


"Alors, "Un passant " comment fait-on maintenant pour éviter ces morts et handicaps? Vous devez savoir: existe-t-il un moyen de prévenir? Ou bien on se fie au hasard? Je cherche la réponse."

On ne peut éviter morts et handicaps, on ne peux que les réduire en choisissant la solution qui fera incomparablement moins de dégâts.
Pour ça, on ne fie pas au hasard, on se fie à ce qui permet de maîtriser au mieux le hasard: les statistiques.

Ça s'appelle une analyse bénéfices/risques.

Jo 15/04/2016 13:49

De Niro regrette d'avoir retiré le film Vaxxed de son festival : "Le CDC cache quelque chose" "Les gens devraient voir ce film."

http://fawkes-news.blogspot.ca/2016/04/de-niro-regrette-davoir-retire-le-film.html

zabou 15/04/2016 10:53

je lis ceci dans l'article "Ce point de vue a immédiatement provoqué un tollé aux Etats-Unis, d’autant plus que le documentaire a mené à la création d’un mouvement anti-vaccin dont l’influence aurait provoqué des décès pourtant évitables par la vaccination."... j'aimerai savoir combien de décès par maladie comme rougeole, oreillons, rubéole ? (puisqu'on parle du ROR).. c'est du n'importe quoi, on peut aussi y opposer "combien de décès après vaccination, et combien de handicaps à vie" ? C'est bien que des acteurs comme Robert De Niro osent en parler, le nombre d'artistes français et américains dont les enfants sont atteint d'autisme est quand-même hallucinant ! Il est donc bon de se poser la question "qui est responsable" ? si les cas ont augmenté de plus de 300% depuis la généralisation du ROR on sait à quoi s'en tenir et malheureusement j'ajouterai. Tenir compte aussi des pollutions par pesticide dans certaines régions et pays et qui ont aussi pour conséquences une explosion de l'autisme si contamination durant la grossesse (il y a eu un reportage la dessus sur FR2)

Un passant 15/04/2016 14:24

"j'aimerai savoir combien de décès par maladie comme rougeole, oreillons, rubéole [...] combien de décès après vaccination, et combien de handicaps à vie"

Ce sont des questions légitimes auxquelles la méthode scientifique apporte la réponse la plus précise à l'heure actuelle.
Si vous pensez que les spécialistes mentent, ou se trompent, quand ils arrivent à la conclusion que les bénéfices du vaccin dépassent les dangers, il vous appartient de le prouver.

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA