Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 10:14

Tous les vaccins sont susceptibles de causer de graves effets secondaires. Qu'ils contiennent ou non de l'aluminium, qu'ils soient oraux ou injectables, tués ou vivants atténués, inactivés ou génétiquement modifiés, les vaccins restent, tous autant qu'ils sont et depuis toujours, mal évalués et expérimentaux. L'objet de cet article concerne cette fois une Xème préoccupation de plus, un Xème risque de plus (qui n'annule ou ne doit aucunement occulter tous les autres mais qui, tristement, s'y rajoute): la présence avérée de nanoparticules dans plusieurs vaccins pour enfants, et pas que dans le seul vaccin Meningitec (contre le méningocoque C). Le témoignage que vous allez lire ci-dessous concerne bien entendu beaucoup d'autres enfants qui souffrent en silence sans que leurs parents ne pensent jamais à établir la relation....

 

La présence de nanoparticules dans un vaccin comme l'Infanrix hexa (lire aussi ici le rapport confidentiel du fabricant qui était déjà suffisamment éclairant comme ça...) est dûment prouvée, des analyses rigoureuses ont été effectuées et l'on attend toujours les preuves que ces nanoparticules seraient innocentes ou anodines en plus de tous les autres risques donc, déjà évoqués....

 

Lire le rapport sur la présence de nanoparticules dans le vaccin Infanrix: ICI

(traduction française synthétique des données: ICI)

 

Merci aux parents qui ont bien voulu témoigner sur le cas de leur fils, Stéphane (prénom d'emprunt), pour éviter ce calvaire à d'autres enfants! Le vaccin contre les méfaits des vaccins, cela passera inévitablement par la parole, la communication et la diffusion du récit de toutes ces innombrables tragédies individuelles, qui se sont inévitablement transformées au cours du temps en une gigantesque tragédie collective.

Nanoparticules dans les vaccins: quand le soleil se couche sur la santé des enfants (un témoignage édifiant de plus...)

Voici en quelques mots l’histoire résumée de notre fils Stéphane, né en janvier 2013.

 

Stéphane est notre premier enfant. Ma grossesse a été difficile, beaucoup de vomissements, des contractions et des douleurs au col. Toutes les échographies étaient normales et Stéphane a toujours bougé beaucoup in utero.

 

Je me suis présentée plusieurs fois à la maternité au cours du dernier mois de grossesse car j’avais de grosses douleurs au col de l’utérus, beaucoup de contractions mais je suis rentrée à la maison à chaque fois. (Cela a été pareil lors de ma seconde grossesse pour notre petite fille née en août 2016.)

 

J’ai accouché en janvier 2013 à terme. Ce fut un accouchement provoqué et par voie basse. Stéphane a été placé sous néopuff pendant 10 minutes à sa naissance pour l’aider à stabiliser sa respiration.

 

Stéphane avait une attitude tête tournée à droite et les pédiatres que nous avons vus nous ont dit qu’il avait un torticolis congénital et, par la suite, une petite plagiocéphalie droite. En réalité c’était un syndrome de KISS KINDER qui a été traité par le Dr L. (Paris) en thérapie manuelle quand Stéphane a eu un an. Nous sommes sortis de la maternité au bout de 3 jours avec un nourrisson en parfaite santé, allaitement maternel exclusif.

 

Stéphane a babillé très tôt, à 3 semaines, puis a joué avec des objets suspendus avant ses 2 mois et supportait à 1 mois et une semaine quelques minutes la position couchée sur le ventre en appui sur les bras. Dans les bras nous lui tenions très peu la tête à 2 mois et il la redressait, même s’il semblait gêné par son « torticolis ». Il était un bébé dans le contact qui pleurait peu et était nourri au sein exclusivement. C’était un petit garçon souriant, éveillé et tonique. Il jouait sur son tapis d’éveil et était symétrique dans ses mouvements de bras et jambes. Il avait un strabisme intermittent comme beaucoup de bébés de son âge et était gêné par contre par un reflux.

 

J’ai repris mon travail d’infirmière libérale alors que Stéphane allait avoir deux mois et l’épuisement causé par mes tournées chargées a fait se tarir mon lait. Nous sommes donc passés au lait maternisé, non sans mal, car Stéphane n’a pas vraiment apprécié les biberons et le lait différent, a eu des coliques, des épisodes de constipation et une majoration du reflux.

 

Puis il a été vacciné le 15 mars 2013 pour ses 2 mois : Infanrix hexa + Prevenar 13 + Rotateq.

 

De là, tout a commencé à aller mal. Il a, suite aux vaccins et comme la PMI m’avait prévenue, eu un pic fébrile le soir même à 39 de température et ce, jusqu’au lendemain. Il était moins réactif et « mou » alors, j’ai donné du paracétamol comme conseillé et la fièvre est tombée. Le 18 mars, Stéphane s’est mis à avoir de la température à nouveau, amorphe et atone et cela m’a inquiétée mais la PMI m’a rassurée, c’était un effet secondaire normal et courant. J’ai signalé aussi qu’il avait de fortes diarrhées et beaucoup de difficultés à s’alimenter et ce pendant 10 jours. Je suis retournée à la PMI et cela a été constaté également car il avait perdu du poids. On m’a conseillé d’aller à l’hôpital si son état de santé se dégradait.

 

Je l’ai soigné à la maison avec des solutés de réhydratation. L’épisode de diarrhées a fini par s’arrêter.

 

Mais dès lors, sur le plan digestif, tout s’est dégradé, il ne supportait plus rien, nous avons dû changer plusieurs fois de lait pensant au début que le problème venait de là. Stéphane est devenu un bébé constipé chronique à qui nous devions régulièrement faire des lavements. Ses reflux sont devenus majeurs, et il y a eu très peu de prise de poids. (8 kg à deux ans).

 

Stéphane, qui était un bébé calme et souriant est devenu crispé, douloureux et pouvait hurler pendant des heures avec des cris stridents à vous déchirer le cœur. Le contact visuel s’est amoindri, notre bébé s’est renfermé sur lui-même, grimaçant et se tordant, gémissant sans arrêt. Nous étions désemparés. Par moments, Stéphane babillait et tout à coup semblait « absent », le bras droit en l’air. Rien de tout ce que nous avons signalé n’a été pris au sérieux, les douleurs de coliques étant la piste privilégiée par le corps médical, il fallait que son système digestif « se fasse ».

 

Le 26 avril 2013, à 3 mois, il a reçu le vaccin Pentavac avec toujours, suite à cela, une apathie les jours suivants, de fortes fièvres mais d’après les pédiatres, c’étaient des effets secondaires « normaux » et nous ne devions pas nous inquiéter outre mesure. Notre petit garçon s’est mis à regarder en arrière, est devenu plus « mou » et semblait beaucoup moins mobiliser son côté droit. Ses cris se sont accentués et sont devenus stridents, il semblait avoir des céphalées. Nous avons remarqué qu’il ne bougeait plus de façon symétrique et qu’il mobilisait son hémicorps droit difficilement.  Il souffrait, se tordait dans tous les sens mais les médecins ont encore mis l'accent sur les coliques et sur le fait que j’étais une mère trop stressée…Stéphane ne dormait plus que très peu.

 

Nous avons en tout changé cinq fois de pédiatre car nous étions désespérés et voyions bien que quelque chose n'allait pas mais nos appels n’ont pas été pris en compte.

 

La seule réponse répétitive que nous avons entendue a été qu'il n'y avait aucun problème et qu'au deuxième enfant, nous serions moins angoissés. Peu à peu notre enfant est devenu de plus en plus hypotonique et souffrant, de moins en moins souriant, de plus en plus« absent ».

 

Le 27 mai 2013 pour ses 4 mois, Stéphane a reçu les vaccins Infanrix hexa+Prevenar 13.

 

Je suis allée en consultation accompagnée de ma sœur, n’ayant plus le courage ni la force d’affronter seule les réponses du pédiatre, à qui j’ai fait part de mes craintes au sujet de l’état de Stéphane qui se dégradait chaque mois après chaque série de vaccins et de son manque de tonus musculaire. Réponse toujours la même : « vous êtes stressée, votre enfant va bien »., Il a pris Stéphane dans les bras, l’a remué pour évaluer sa tenue de tête, et nous a dit qu’il était un « feignasse » et que ça lui passerait. Nous avons, après insistance, pu obtenir une prescription pour un EEG effectué quelques jours plus tard qui s’est avéré anormal, sans explication franche car « atypique ».

 

Quelques jours après cette 3e série de vaccins, l’état de Stéphane s’est très vite dégradé, enchaînant les révulsions, absences, et les EEG réalisés ont montré une augmentation de l’état épileptique et une majoration des pointes ondes. Notre enfant était alors de plus en plus hypotonique, interagissait de moins en moins, avait des pics fébriles sans explications et toujours extrêmement douloureux.

 

Il a été hospitalisé au CH Valence (26) début juin 2013 puis transféré à l’HFME de Bron en neuropédiatrie (Lyon, 69) mi-juin dans un état très préoccupant. Notre enfant était alors complètement atone, amorphe, il refusait de s’alimenter et hurlait de douleurs.

 

De là ont été faits de nombreux examens génétiques, métaboliques qui sont revenus normaux. Les EEG  étaient toujours « atypiques » avec de nombreuses pointes ondes.

 

Fin juin l’état apathique de Stéphane s’est aggravé, il enchaînait les absences et les révulsions oculaires. Stéphane semblait extrêmement douloureux et renfermé sur lui-même.

 

Nous avons signalé la corrélation entre la dégradation mensuelle de Stéphane et ses séries de vaccins, expliquant qu’à chaque vaccination, l’état de Stéphane s’est dégradé et qu’il a comme « récupéré » un peu quelques semaines plus tard mais cela est allé en se dégradant à chaque nouvelle série jusqu’à ce que ses acquisitions s’abolissent totalement. Mais le sujet semblait être « tabou ». Des collègues infirmières m’ont quand même confirmé voir de plus en plus souvent des enfants arriver aux urgences pédiatriques avec des symptômes similaires à ceux de notre enfant suite à des vaccinations.

 

Nous sommes rentrés chez nous après plusieurs jours d’hospitalisation et de surveillance intensive sans solution, plusieurs aller-retours en neuropédiatrie sans diagnostic et sans réponse, avec un enfant que nous ne reconnaissions plus. Aucun professionnel jusqu’alors rencontré n’a voulu prendre la peine de signaler à l’ANSM les effets indésirables que nous avons rencontrés lors des 3 séries de vaccination de notre enfant. Le sujet en France semblait être « tabou ». Nous n’avions de réponse que de médecins étrangers pour qui cela semblait être un problème rencontré très souvent dans leurs pays et eux pouvaient en discuter librement, la vaccination n’étant d’ailleurs pas obligatoire dans les autres pays européens. (sauf en Italie). Nous sommes donc rentrés chez nous résignés de devoir nous occuper d’un enfant handicapé, mais aucunement décidés à laisser cette situation sans réponse.

 

A force de faire énormément de recherches et contraints de supporter le silence du corps médical français, nous avons eu la chance de rencontrer des médecins ouverts sur la question des effets indésirables de la vaccination. Nous avons pu avancer doucement pour aider au mieux Stéphane et le traiter notamment pour un rotavirus permanent, découvert à ses 2 ans quand le médecin a constaté qu’il ne prenait pas de poids malgré une alimentation saine, variée et enrichie. Rotavirus qu’il traînait indéniablement depuis sa primo-vaccination par Rotateq à ses 2 mois…

 

Stéphane aura bientôt 4 ans et ses premières tristes années ont été parsemées d’embûches, car c’est un petit garçon affaibli qui a été souvent malade : hospitalisations pour des bronchiolites, des bronchites, des fièvres inexpliquées, des cris incessants...

 

Il est extrêmement douloureux au quotidien (reflux, douleurs neuro-musculaires, osseuses, céphalées, vertiges ...) et aucun spécialiste n’a pu le soulager.

 

Il ne parle pas, ne tient pas encore assis tout seul malgré, par semaine, 3 séances de rééducation par kiné par semaine depuis 3 ans, une séance de psychomotricité, une séance de méthode Padovan et une séance d’orthophonie. Il a tenu sa tête vers 1 an et demi et commence à arriver à pousser sur ses bras quand il est allongé sur le ventre. Nous avons énormément travaillé pour qu’il retrouve une mobilité de son hémicorps droit, et ma mère l’a rééduqué pendant 1 année pour qu’il puisse déglutir sans s’étouffer, et perdre un réflexe nauséeux très important.

 

Nous allons régulièrement à l’étranger dans des centres de rééducation intensive, temps pris sur nos vacances, à nos frais, pour faire progresser notre enfant, puisqu’il n’existe aucune structure en France pour les jeunes enfants...

 

Le quotidien est lourd, puisque nous avons décidé de le rééduquer aussi à la maison: j’ai travaillé à mi-temps pendant 2 ans et demi et j’ai dû arrêter ma profession d’infirmière libérale il y a quelques mois pour me consacrer à mon fils et à sa rééducation quotidienne.

 

Mes parents, censés être à la retraite et pouvoir enfin souffler, viennent aussi au quotidien chez nous pour nous aider. Notre enfant souffre sans pouvoir exactement nous montrer où se situent ses douleurs, même si son système digestif semble en être une des causes la plus probable (malabsorption intestinale, intolérances alimentaires, hernie hiatale et RGO avérés). Nous n’avons quasiment plus de vie sociale, peu de nuits car Stéphane se réveille en pleurs toutes les nuits, surexcité entre 2h et 5h du matin et rongé par la douleur.

 

Il va à l’école depuis le mois d’octobre avec une AVS  8h par semaine, et nous n’avons personne d’assez formé et habilité à garder Stéphane la journée, malgré plusieurs tentatives et différents modes de garde testés. 

 

Pourquoi avoir accepté la vaccination de mon enfant si nous pensions dès le départ que le problème venait de là ?

 

Je suis infirmière libérale et j’ai toujours cru jusqu’alors aux bienfaits de la vaccination, pensant à l’abolition des épidémies, aux vies sauvées grâce à ce progrès de la médecine. Mais comme tout médicament, il existe des effets indésirables, des effets secondaires graves qu’aucun médecin rencontré au moment de la vaccination n’avait mentionnés. Seule la fièvre a été décrite et présentée comme un élément banal et courant. Aucune fois les risques d’encéphalite ou d’hypotonie n’ont été mentionnés…

 

Quand nous avons voulu nous en tenir uniquement au DTP, le vaccin n’était plus disponible avec ces seules valences et quand j’ai demandé un délai ne sachant pas que j’avais jusqu’aux 18 mois de Stéphane pour être en règle avec l’obligation de primo-vaccination, les médecins rencontrés m’ont dit qu’étant infirmière libérale en activité, j’étais inconsciente de vouloir reporter la vaccination des 2, 3 et 4 mois de mon fils, et que si je voulais la mort de mon enfant je m’y prenais très bien ! On m’a dit aussi que j’étais fichée à la PMI puisque j’y étais allée pour peser mon fils les premières semaines, et que je serais donc contrôlée en cas de non vaccination dans les règles de mon enfant.

 

Mon fils a donc reçu 3 séries d’injections en 3 mois d’affilée comme le recommandait à l’époque l’ancien calendrier vaccinal, chose qui, 3 mois plus tard, n’était plus d’actualité avec de nouvelles recommandations de vaccinations finalement à 2 et 4 mois « seulement » !

 

Tout ce que nous attendons est que justice soit faite, que la vérité au sujet des effets secondaires EXISTANTS concernant les vaccins puisse être acceptée, reconnue, et que l’on arrête de mentir aux familles comme cela a été fait dans le passé avec le Distilbène, la Thalidomide, le Mediator et aujourd’hui la Dépakine.

 

Le vaccin a beau être mis sur le marché avec la promesse de protéger la population, sous couvert de présenter un intérêt de santé publique, il n’en reste pas moins un MEDICAMENT que chacun d’entre nous risque de ne pas pouvoir obligatoirement supporter, selon ses antécédents familiaux, son terrain, son histoire et selon le mode d’utilisation, comme il l’a été fait pour mon fils, en série, alors que nous avons appris par la suite que l’association infanrix-prévenar est contre-indiquée, par exemple, et que les vaccins présentent tous des nanoparticules cancérogènes et délétères en quantité importante. (de nombreuses analyses ont été effectuées et en apportent la preuve )

 

Merci d’avoir pris le temps de nous lire.

 

Les parents de Stéphane. 

Nanoparticules dans les vaccins: quand le soleil se couche sur la santé des enfants (un témoignage édifiant de plus...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

Gérard 22/12/2016 18:04

@Mikana
Il y a eu erreur de manipulation de ma part.
En fait je répondais à "Initiative très Rationnelle".
Et "il" ou "elle" n'a pas répondu à toutes mes questions ( C'est la perfection incarnée )
Je suis virulent pour la cause décrite dans ma réponse du 21/12/2016

Initiative Rationnelle 30/12/2016 10:34

""il" ou "elle" n'a pas répondu à toutes mes questions ( C'est la perfection incarnée )"

Un peu plus bas j'ai répondu à votre question principale. Vous vous inquiétez de l'accumulation dans les vaccins d'une substance qui, comme vous le savez à présent, se trouve en fait partout et tout le temps en plus grande quantité dans votre environnement quotidien.

Ne réclamez pas aux autres plus que ce que vous n'êtes prêt à fournir vous même. La perfection incarnée EXIGE que vous réagissiez à cette réponse, soit en concédant l'argument, soit en tentant une réfutation rationnelle avant que vous-même n'exigiez quoi que ce soit EN RETOUR. Ce sont les règles du bien vivre en société, ce que l'on appelle une conversation. Nous pourrons par la suite reprendre, si vous faites au moins semblant d'y mettre les formes.

Initiative Rationnelle 21/12/2016 11:50

"les vaccins présentent tous des nanoparticules cancérogènes et délétères en quantité importante. (de nombreuses analyses ont été effectuées et en apportent la preuve )"

Cette affirmation est fausse.

Les analyses que vous mentionnez ne sont que qualitatives (quels éléments sont présents ?) mais pas quantitatives (en quelle quantité ?).

Si on fait le même test pour un autre vaccin, on trouve des résultats équivalents.
Si on fait le même test pour un simple médicament injectable, on trouve des résultats équivalents.
Si on fait le même test pour DU SÉRUM PHYSIOLOGIQUE, on trouve des résultats équivalents.

En revanche, lorsqu'on utilise des méthodes qui permettent de savoir en quelle quantité sont présentes ces particules, on constate qu'elles se situent SOUS LE SEUIL DE DÉTECTION des instruments.

http://ansm.sante.fr/content/download/90397/1135567/version/1/file/CR-CSST-13052016_med_vaccins.pdf

"Les métaux sont retrouvés à l’état de traces dans tous les médicaments injectables analysés, y compris le sérum physiologique. La présence de ces métaux à l’état de traces, qui ne peuvent être quantifiés par des méthodes pourtant sensibles, est le reflet de la réalité environnementale et ne doit pas être considérée comme un risque sanitaire."

Initiative Rationnelle 22/12/2016 11:34

"ce que vous racontez est complètement faux !! (je fais comme vous je commence par la conclusion !!!)"

Si vous faisiez comme moi, vous n'auriez pas oublié la démonstration qui est censée aller de paire. Merci de préciser ce qui selon-vous serait faux.

- Est-ce que les analyses citées par l'article seraient en fait quantitatives ?
- Est-ce qu'on ne retrouve pas des résultats équivalents même quand ce n'est pas un vaccin ?
- Est-ce qu'on ne retrouve pas des résultats équivalents même quand c'est DU SÉRUM PHYSIOLOGIQUE ?
- Est-ce que les analyses refaites avec des méthodes quantitatives ne donnent pas des résultats différents ?
- Est-ce que les quantités seraient en fait au dessus des seuils de détection ?
- Est-ce qu'on retrouve en fait des quantités importantes ?
- Est-ce que la citation est fausse ?

Il est encore prématuré de s'intéresser au "complètement", mais je suis impatient de voir quels critères personnels vous utilisez pour savoir ce qui est "faux".



"LES VACCINS SONT UN PROJET GÉNOCIDAIRE MONDIAL ! relire les déclarations effarantes de MacNamara pendant la guerre du Vietnam !!!"

Parfois, emporté par la vie quotidienne, on oublie que se poser. On oublie de rire. De manière franche, et joyeuse comme un enfant insouciant. Merci de me rappeler ces petites joies simples. Merci de tant de candeur.

MacNamara est mort avant que la première personne ait pour la première fois écrit le mot "nano-particule". Une personne enferrée dans sa rationnalité ira probablement en déduire que MacNamara détient peu d'informations pertinentes sur une éventuelle présence de nano-particules dans un vaccin développé des années après sa mort. Les autres savent qu'on l'a probablement fait taire parce qu'il en savait trop.

mikara 21/12/2016 15:32

@rationnel (de comptoir)
ce que vous racontez est complètement faux !! (je fais comme vous je commence par la conclusion !!!)
c'est quoi déjà pour vous la "rationalité" ???!!!
LES VACCINS SONT UN PROJET GÉNOCIDAIRE MONDIAL ! relire les déclarations effarantes de MacNamara pendant la guerre du Vietnam !!! ou celle du gogol grand format Bill Gates !!!

mikara 11/12/2016 13:12

Les nano-particules mises à toutes les sauces (vêtements, dentifrices, shampooings, médicaments ...) vantées partout et sur tous les tons de manière criminelle ne font l’objet D'AUCUN CONTRÔLE !! tout comme les adjuvants et autres procédés de fabrications !!
pour les virus, microbes, miasmes et autres (dits "produits actifs" !!) injectées la "graaande" justification sempiternelle est que le système immunitaire (tout neuf) du nouveau-né est un faignant et un abruti !! il faut donc que BigPharma l'oblige à se mettre au travail !!! comment a-t-on pu (nous même) gober ça !?! c'est pourtant d'une crétinerie et d'une prétention (d'apprentis sorciers !) sans fond !

Initiative Rationnelle 22/12/2016 11:27

"Vous avez sans doute raison dans le fait qu'on ne sache pas détecter les nano-particules, même avec des méthodes sensibles. Mais vous considérez un seul dose. En France, on projette d'obliger 11 doses de vaccins."

Vous êtes passé à coté de l'information essentielle de mon intervention: Ces études montrent que les nano-particules ne sont pas dans les vaccins, elles sont PARTOUT. Dans l'eau, dans l'air, dans vos poumons, dans votre sang, ... C'est ce que l'ansm appelle "le reflet de la réalité environnementale". Mais l'ansm rappelle également que les quantités sont tellement infimes que cette présence "ne doit pas être considérée comme un risque sanitaire" et vous pouvez, ou pas, leur faire confiance sur ce sujet. Cependant, pour ceux qui ne font pas confiance à cette évaluation des risques, le fait est qu'il est tout de même irrationnel de conclure à une responsabilité des vaccins quand les nano-particules sont en fait partout. Vous buvez, mangez et respirez tous les jours bien plus de nano-particules que ce qui se trouve dans les vaccins.

Initiative Rationnelle 22/12/2016 11:25

"pour ne pas l'avoir entendu 1000 fois dès l’école il faut que vous ne soyez pas allé à l'école !! ce qui n'est pas impossible vu votre salmigondis ! salmigondant pour tout embrouiller !! raté !!"

C'est beau comme un tweet de trump. Je vais partir du principe que cette envolée confuse est la réponse à mon message vous demandant de justifier votre position. Selon vous, il est affirmé de manière répétée que "le système immunitaire (tout neuf) du nouveau-né est un faignant et un abruti !!" et je vous ai donc demandé d’où vous teniez cette affirmation. Vous dites à présent que c'est ce que l'on VOUS répétait à l'école et vous vous révélez incapable aujourd'hui d'en retrouver la moindre trace écrite nulle part sur internet. C'est fâcheux. Cela en dit peu sur le sujet, mais tellement sur la qualité du système éducatif que vous affirmez, dans un style tout personnel, avoir fréquenté.

mikara 21/12/2016 15:25

@gérard
je n'ai pas dit qu'ils ne savaient pas détecter les nanos-particules ! j'ai dit qu'ils ne FAISAIENT pas de vérification de leur innocuité ! un peu (beaucoup) comme Montsanto !

mikara 21/12/2016 15:21

@initiative "rationnelle" (ça reste à prouver !!! y'a du boulot !!)
pour ne pas l'avoir entendu 1000 fois dès l’école il faut que vous ne soyez pas allé à l'école !! ce qui n'est pas impossible vu votre salmigondis ! salmigondant pour tout embrouiller !! raté !!

Gérard 21/12/2016 14:39

Vous avez sans doute raison dans le fait qu'on ne sache pas détecter les nano-particules, même avec des méthodes sensibles.
Mais vous considérez un seul dose. En France, on projette d'obliger 11 doses de vaccins. Oui, à des moments différents mais le corps arrive-t-il à éliminer? (Et c'est la collectivité qui va payer les séquelles - on marche vraiment sur la tête)
De plus, il y a l'accumulation avec d'autres produits ( médicaments, aliments....)
Initiative Rationnelle vous défendez trop les vaccins ( et sans doute les médicaments) pour qu'on vous croit vraiment. Vous ne trouvez aucun défaut, aucune faille dans le système, tout est bien, tout est nickel alors que....!!!!! ( J'en fais l'expérience à la maison depuis quelques années - ce ne sont plus des statistiques mais des réalités)
Et vous allez aboyer lorsque des patients se tournent en "douce" ou officiellement vers des médecines "autres" (même pratiquées par des médecins). La médecine devrait plutôt se poser des questions ( certains se les posent mais on ne les encourage pas). L'Ordre veille ( parfois à tort et à travers)
En débordant du cadre: les statines: prochain scandale?

Louhana 11/12/2016 11:17

"Le vaccin a beau être mis sur le marché avec la promesse de protéger la population, sous couvert de présenter un intérêt de santé publique, il n’en reste pas moins un MEDICAMENT que chacun d’entre nous risque de ne pas pouvoir obligatoirement supporter"

Un médicament mais un médicament obligatoire.

Concernant les autres médicaments, il n'y a pas de caractère obligatoire donc on peut ne pas les prendre, en prendre d'autres ou se soigner autrement.

Concernant les vaccins, on n'a pas le choix, les parents sont légalement obligés de prendre le risque que leur enfant devienne malade, handicapé ou qu'il décède suite à des vaccins. Tuer un enfant, le rendre handicapé ou malade est donc tout à fait légal dès qu'il s'agit de vaccination ! La médecine a perdu toute éthique ! La vie humaine ne compte plus, peu importe si des bébés innocents en subissent de graves effets, la seule chose qui compte est de préserver l'aura des vaccins !

Initiative Rationnelle 30/12/2016 10:33

Louhana, à mon commentaire sur la ceinture de sécurité, vous répondez par un commentaire d'ordre général sans véritable argumentation. Le fait que peu de personne puissent se permettre de changer de pays pour une opposition irrationnelle aux vaccins n'est pas très différent du fait que très peu de personnes peuvent se permettre de ne jamais monter, ni eux ni aucun membre de leur famille dans aucune voiture, jamais, à cause d'une opposition irrationnelle à la ceinture de sécurité. Je n'ai donc rien à ajouter à ce que vous n'avez pas réfuté: Il n'y a pas de différence fondamentale entre la ceinture de sécurité obligatoire et la vaccination obligatoire.



"j'ai vraiment eu l'impression que vous décidiez quels articles étaient corrects ou non selon vos critères."

Il y a effectivement des critères d'acceptabilité des sources quand il s'agit de débattre d'un débat scientifique et ce ne sont pas que les miens. Pour faire de la science, par définition, il faut se soumettre à ses critères. Je suis désolé que cela vous lasse, mais il n'y a pas grand chose à faire dans ce cas, si ce n'est de vous conseiller de ne pas débattre. Je vous vois bien sur un terrain de football vous plaindre de ces gens qui voudraient vous interdire de prendre le ballon avec les mains sous prétexte que vous n'êtes pas goal.

Maintenant, j'en reviens à votre commentaire au sujet des "substances [qui] n'ont pas été étudiées par les scientifiques" et dont "nous n'avons pas de réponses scientifiques". C'est VOUS qui faites intervenir le sujet des études scientifiques. En faisant ce commentaire, vous admettez implicitement que les scientifiques peuvent apporter une réponse après avoir étudié un sujet. Vous ne pouvez en appeler aux études quand il n'y a pas d'informations tout en refusant d'accepter les résultats quand il y en a. Vous ne pouvez refuser de vous soumettre à ce que cela implique, parce que vous seriez "lassée" par exemple. Ce serait ce qu'on appelle un double standard. Si vous parlez de ce que les scientifiques ne savent pas, VOUS DEVEZ également admettre ce que les scientifiques savent. Et donc:

"
Le formaldéhyde a été étudié. On sait dans quelles conditions il est dangereux et dans quelles conditions il ne l'est pas. Cela dépend très fortement du dosage. Pensez-vous que le formaldéhyde n'a rien à faire dans nos vaccins ?
"



"les naturopathes ne sont pas des médecins ! Je ne consulte d'ailleurs jamais de naturopathe, je consulte des médecins !"

C'est ce qu'il y a de mieux à faire en effet, en première approximation. Malheureusement cela ne vous donne pas l'assurance de choisir un traitement en accord avec l'état des connaissances scientifiques. - http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/L-ANSM-rappelle-qu-aucun-medicament-homeopathique-ne-peut-etre-considere-comme-un-vaccin-contre-la-grippe-Point-d-Information

Peut être qu'un jour la médecine se délestera de sa division magie. - http://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/homeopathie-les-etats-unis-veulent-interdire-la-publicite-mensongere_1937095.html



"Je ne sais plus où c'était et je ne chercherai pas car j'ai autre chose à faire"
http://initiativecitoyenne.be/2016/06/gardasil-et-adjuvant-aluminique-l-agence-europeenne-du-medicament-accusee-de-cacher-la-realite.html



" "malgré l'impossibilité physique posée par l'homéopathie vous êtes persuadé de son efficacité." Je l'ai constatée, ce n'est pas une idée en l'air. Et puis, je me suis renseignée sur son mode d'action."

Voilà qui est TRÈS étonnant. On pourrait penser justement que "le mode d'action" ne peut être déterminé à partir du moment ou il y a une impossibilité physique. Que veut dire pour vous "je me suis renseignée sur son mode d'action", et ou peut-on trouver ces renseignements ?



"il n'y a qu'à voir les notices ! Donc, l'un des critères ce sont les notices"

Pour être tout à fait clair: Pour le bénéfice vous vous fiez à votre instinct, pour le risque vous vous fiez à la notice. Je vous signale que ce qui se trouve sur ces notices est le résultat d'un processus scientifique. Il est donc étonnant de vous voir répondre cela alors que ma question concernait ce qui a été étudié et validé par le processus scientifique. J'imagine que cette réponse est irrationnelle, mais ne la réfutons pas tout de suite. Vous dites "il n'y a qu'à voir les notices". Voudriez-vous s'il vous plait préciser ce qu'il y a voir dans ces notices ?

Dans votre réponse, je compte sur vous pour prendre en compte le fait qu'on trouve sur nombre de notices, même homéopathiques, des avertissements sur le risque de faire une réaction anaphylactique à cause d'une "hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients", ce qui pourrait inquiéter quelques personnes.

J'ajoute que si vous lisez la notice d'un médicament homéopathique, vous constaterez qu'il n'est pas dit que ce n'est pas dangereux. Il est dit que parce qu'aucun test n'a été effectué, qu'on en sait rien, mais qu'on va dire que c'est bon jusqu'à ce que ça nous pète à la g... , ce qui correspond exactement aux "substances [qui] n'ont pas été étudiées par les scientifiques" et dont "nous n'avons pas de réponses scientifiques" que vous mentionniez. Il est donc tout à fait irrationnel de dénoncer pour les vaccins ce qui est également la raison pour laquelle vous imaginez que l'homéopathie est sans danger.




"L'autre, c'est l'avis de mon médecin"

Je n'ai malheureusement rien à dire à ce sujet. C'est lui qui est censé être le spécialiste et non pas vous. Si un médecin pratique des actes médicaux en contradiction avec les données scientifiques actuelles sa responsabilité est sans doute plus lourde que la votre. - http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Sante/n/Contenus/Articles/2016/07/25/Cas-de-tetanos-sur-un-enfant-le-pediatre-de-Fondettes-radie-de-l-ordre-des-medecins-2793237

Je remarque qu'il y a plus de médecins qui refusent la médecine "officielle" qu'il n'y a de mathématiciens qui refusent les mathématiques "officielle" ou de pilotes d'avion qui refusent la gravité "officielle".



"Et puis, il y a parfois des accidents sérieux avec les médicaments pourtant testés"

Se tourner vers un domaine JAMAIS testé parce que le domaine testé n'est pas TOUJOURS efficace est irrationnel. C'est comme s'asseoir sur un tapis en espérant qu'il va s'envoler parce que parfois un avion s'écrase. Oui, le tapis ne vous tuera pas, c'est écrit sur la notice. Pas de moteur, pas de carburant, on sait donc que vous ne risquez pas grand chose. Mais si on le sait, c'est justement parce que la méthode scientifique permet de savoir quand on risque quelque chose. C'est cette même méthode qui nous assure qu'il y a une impossibilité physique à ce que ce tapis puisse vous emmener ou que ce soit. Dire "j'accepte les preuves scientifiques qui me disent que c'est sans danger mais je refuse les preuves scientifiques qui me disent que ça peut pas marcher" est irrationnel. C'est un double standard.

Louhana 23/12/2016 21:27

Initiative rationnelle, je ne sais plus pourquoi je n'ai pas répondu aux deux questions que vous citez mais je me souviens de deux choses. A un moment donné, je vous ai proposé de poursuivre une discussion (sur l'homéopathie ?) ailleurs pour ne pas faire trop de hors sujet ici, vous avez refusé. A un autre moment, je vous ai donné des liens d'articles scientifiques et vous m'aviez dit quelque chose dans le genre "je pourrais vous montrer ce qui ne va pas dans ces articles" (je ne me souviens plus de vos termes exacts). Bref, j'ai vraiment eu l'impression que vous décidiez quels articles étaient corrects ou non selon vos critères. En fait, cela m'a lassée et c'est peut-être pour cela que je ne vous ai pas répondu.

"En France, certains vaccins sont obligatoires. Vous pouvez donc vous y soustraire en ne vous trouvant pas en France."

Certains vaccins sont obligatoires en France, pour les enfants, c'est en général le DTP à ce jour, mais il n'est pas disponible. On peut changer de pays si on ne veut pas vacciner nos enfants, si on en a les moyens, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. J'ai d'ailleurs discuté il y a quelques jours avec deux jeunes gens qui se demandent s'ils ne vont pas essayer de changer de pays pour éviter l'hexavalent aux enfants qu'ils n'ont pas encore mais qu'ils comptent avoir par la suite. (Cela peut paraître assez prématuré mais il faut dire qu'aussi bien elle que lui ont eu une expérience vaccinale qui les fait réfléchir.)

"Je vous souhaite que ce biais de confirmation que vous tenez pour preuve de l'exactitude de vos choix vous convienne le plus longtemps possible. Très sincèrement."

Je n'ai pas eu le choix de toute façon puisque les médecins m'avaient annoncée qu'ils ne savaient plus quoi me donner et que c'était sûrement psychologique, ce qui m'a bien ennuyée à l'époque.

Je ne suis pas contre les médicaments pour être contre les médicaments, je suis contre les médicaments lorsqu'il y a moyen de se débrouiller autrement, c'est-à-dire la plupart du temps si l'hygiène de vie est correcte.

Au sujet de l'article sur l'enfant atteint de méningite, je suis d'accord : les naturopathes ne sont pas des médecins ! Je ne consulte d'ailleurs jamais de naturopathe, je consulte des médecins !

"Il ne me semble pas que ce que vous dites ici soit contradictoire avec la conversation que vous évoquez. Auriez-vous l'amabilité de me rappeler ce qu'était mon hypothèse, éventuellement en citant mes propos ?"

Je ne sais plus où c'était et je ne chercherai pas car j'ai autre chose à faire mais si voulez chercher la discussion, pourquoi pas.

"Si je ne me trompe pas, malgré l'impossibilité physique posée par l'homéopathie vous êtes persuadé de son efficacité."

Je l'ai constatée, ce n'est pas une idée en l'air. Et puis, je me suis renseignée sur son mode d'action.

"Pour toutes ces substances, dont nous avons les réponses scientifiques que vous choisissez d'ignorer, quel est votre critère de sélection de la dangerosité ?"

Ce sont plus exactement les produits finis qui m'inquiètent, il n'y a qu'à voir les notices ! Donc, l'un des critères ce sont les notices. L'autre, c'est l'avis de mon médecin. Et puis, il y a parfois des accidents sérieux avec les médicaments pourtant testés, je connais quatre personnes à qui c'est arrivé (dont l'une est décédée), mon dentiste m'a raconté le cas d'une allergie grave au doliprane et j'ai fait personnellement deux problèmes à deux médicaments. Alors, quand je peux faire autrement, je préfère.

Initiative Rationnelle 22/12/2016 11:24

"Concernant la ceinture de sécurité, on n'est pas obligé de la mettre car on n'est pas obligé de monter dans une voiture."

C'est une tautologie que vous ne semblez remarquer que dans un cas et pas dans l'autre, ce qui est irrationnel. Dans les deux cas, vous n'êtes pas obligé de vous y soumettre si vous sortez du champ d'application de l'obligation.

Dans une voiture, la ceinture de sécurité est obligatoire. Vous pouvez donc vous y soustraire en ne vous trouvant pas en voiture.
En France, certains vaccins sont obligatoires. Vous pouvez donc vous y soustraire en ne vous trouvant pas en France.

Vous noterez que certains vaccins sont DÉJÀ obligatoires, ce qui fait que votre intervention est du même ordre que si vous protestiez, non pas contre l'obligation de porter la ceinture de sécurité, mais contre son extension aux sièges arrières, par exemple.



"c'est depuis que ma santé s'est améliorée de façon spectaculaire."

J'en suis ravi pour vous. L'un des deux exemples que je vous ai donné plus bas concerne un couple qui était très certainement dans le même cas jusqu'à ce qu'ils ne le soient plus. Je vous souhaite que ce biais de confirmation que vous tenez pour preuve de l'exactitude de vos choix vous convienne le plus longtemps possible. Très sincèrement. - https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_de_confirmation



"votre hypothèse n'était pas la bonne"

Il ne me semble pas que ce que vous dites ici soit contradictoire avec la conversation que vous évoquez. Auriez-vous l'amabilité de me rappeler ce qu'était mon hypothèse, éventuellement en citant mes propos ?



Puisque nous parlons d'hypothèses réfutées, puis-je me permettre de vous rappeler celle ci ? Vous parliez des "substances [qui] n'ont pas été étudiées par les scientifiques" et dont "nous n'avons pas de réponses scientifiques", et je vous signalais que ce n'était pas le cas pour toutes:

"
Le formaldéhyde a été étudié. On sait dans quelles conditions il est dangereux et dans quelles conditions il ne l'est pas. Cela dépend très fortement du dosage. Pensez-vous que le formaldéhyde n'a rien à faire dans nos vaccins ?
Si je ne me trompe pas, malgré l'impossibilité physique posée par l'homéopathie vous êtes persuadé de son efficacité.
Pour toutes ces substances, dont nous avons les réponses scientifiques que vous choisissez d'ignorer, quel est votre critère de sélection de la dangerosité ?
"
http://initiativecitoyenne.be/2016/06/gardasil-et-adjuvant-aluminique-l-agence-europeenne-du-medicament-accusee-de-cacher-la-realite.html


Il se trouve que vous n'avez jamais répondu à ce message. C'est dommage parce que je trouve ces DEUX questions très intéressantes.

Louhana 21/12/2016 14:34

A Initiative Rationnelle :

Concernant la ceinture de sécurité, on n'est pas obligé de la mettre car on n'est pas obligé de monter dans une voiture.

"Vous pouvez choisir n'importe quel traitement en accord avec l'état des connaissances scientifiques."

Vous faites bien de me le dire car cela fait une trentaine d'années que je ne prends plus de traitement en accord avec l'état des connaissances scientifiques* et c'est depuis que ma santé s'est améliorée de façon spectaculaire.

* Sauf pour les traitements dentaires et cela ne m'a pas réussi la dernière fois, peut-être vous en souvenez-vous ? A propos, puisque j'en parle, votre hypothèse n'était pas la bonne, mon dentiste m'a confirmé radios à l'appui que c'étaient bien des bactéries présentes dans ma gencive depuis des années qui ont provoqué l'infection suite au traitement.

Initiative Rationnelle 21/12/2016 11:49

"Un médicament mais un médicament obligatoire."

Un système de prévention obligatoire. Vous pouvez également vous lamenter sur l'obligation de mettre votre ceinture de sécurité, vous pouvez même arguer qu'il existe des anecdotes ou la ceinture est la cause de traumatismes thoraciques, ou est responsable de décès par noyade, mais tant que vous ne pourrez pas montrer que la ceinture de sécurité comporte plus de risques que de bénéfices, on vous obligera à la mettre. Quitte à vous contraindre financièrement. - https://initiativerationnelle.wordpress.com/2016/12/09/vaccination-obligatoire-la-fin-de-la-democratie/



"Concernant les autres médicaments, il n'y a pas de caractère obligatoire donc on peut ne pas les prendre, en prendre d'autres ou se soigner autrement."

Vous pouvez choisir n'importe quel traitement en accord avec l'état des connaissances scientifiques.

Si vous décidez de passer outre vous concernant, on peut vous forcer à rester en vie. - https://fr.wikipedia.org/wiki/Transfusion_sanguine_chez_les_T%C3%A9moins_de_J%C3%A9hovah#France_2
Si vous décidez de passer outre concernant les personnes sous votre garde, votre responsabilité peut être pénalement engagée. - http://motherboard.vice.com/fr/read/il-faut-arreter-de-traiter-les-naturopathes-comme-de-vrais-medecins

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA