Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 20:15

pouce-vers-le-bas.png

Il y a quelques jours à la radio (mais aussi dans les journaux et à la télé), on pouvait entendre parler de la 5ème grande enquête nationale sur la Santé des Belges et de ses résultats inquiétants. Parmi ceux-ci:

 

- 20% des gens ne s'estiment pas en bonne santé

 

- le taux de diabète a DOUBLE depuis la première grande enquête en 1997! (Et bien sûr, les officiels mettent la totalité de cette augmentation sur le seul compte de l'alimentation et du manque d'activité alors que les vaccins favorisent le diabète et l'obésité (l'aluminium des vaccins favorise le stockage adipeux et diverses perturbations hormonales)

 

- 1 Belge sur 3 souffre d'anxiété, de dépression et/ou de troubles du sommeil: alors que tout cela est mis sur le compte de "la crise financière de 2008" (dont nous ne sommes jamais vraiment sortis), il faut souligner le rôle des empoisonnements physiques multiples subis par la population et parmi ces empoisonnements généraux qui constituent en quelque sorte de grands" dénominateurs communs" à tous les malades, il y a la nourriture frelatée avec poisons divers (pesticides, additifs avec rôle notoire sur le système nerveux; liens prouvés entre une flore intestinale dégradée et des perturbations mentales et comportementales); l'énorme pollution électro-magnétique (ondes wifi, antennes gsm etc.) imposée à tous au nom du soi-disant droit de certains à pouvoir regarder des vidéos en rue (!); les amalgames dentaires au mercure, source importante d'intoxication du système nerveux central avec ce type de symptomatologie possible; les vaccins dont on arrose littéralement tout le monde du berceau à la tombe (avec des vaccins antigrippaux annuels qui contiennent aussi pour beaucoup du mercure). Les vaccins ont un tropisme neurologique important, cela signifie que parmi les effets secondaires des vaccins, les effets d'ordre neurologique sont fréquents. Ces effets de types neurologiques peuvent être très variés et s'expliquer par divers mécanismes. Par exemple, l'aluminium des vaccins est tout à fait en mesure de déclencher des phénomènes d'angoisse et d'anxiété (chez des souris vaccinées avec des vaccins à base d'aluminium, Shaw a, entre autres, montré après 20 semaines des augmentation de l'anxiété de l'ordre de 28%). Chez les enfants (mais donc pourquoi pas aussi chez les adultes?), de nombreux médecins ont déjà pu constater que les vaccinations étaient à même d'inverser les rythmes veille-sommeil jusqu'alors parfaitement régulés avant ce geste fatidique.

 

En conclusion  on peut dire que ces enquêtes ne poursuivent pas un objectif de santé publique car si c'était le cas, on entendrait plus le discours langue de bois habituel, faisant semblant de ne pas vraiment comprendre. Continuons encore un petit peu plus avec tous ces polluants mortifères injustifiés et nous pouvons être sûrs que les résultats des prochaines enquêtes seront encore pires!

 

Concrètement, à quoi peut servir cette enquête ?


• L’Enquête de santé 2008 a montré que de plus en plus de citoyens belges souffrent d’une maladie chronique (23,8 % en 2004 ; 27,2 % en 2008) → à l’initiative du gouvernement fédéral, un statut spécifique pour les personnes atteintes d’une affection chronique a été créé. Ce statut permettra notamment aux patients de bénéficier du tiers payant (càd qu’ils ne devront plus avancer l’argent pour les soins de santé remboursés par la mutuelle) 


• L’Enquête de santé 2008 a montré que les habitudes nutritionnelles ne sont pas idéales en Belgique (par ex. seulement un tiers de la population mange les deux portions de fruits recommandées par jour) → à l’initiative de la FWB, un cahier spécial des charges de référence sur l’alimentation saine et durable a été mis à disposition des écoles maternelles, primaires et secondaires ainsi que des centres de vacances afin de les inciter à proposer des repas de midi plus équilibrés. La Flandre suit également ces objectifs ‘santé’ puisqu’elle a lancé un plan d’action pour inciter les gens à manger plus sainement et à bouger davantage : la campagne ‘Goed in je vel, dat voelt beter’  (www.datvoeltbeter.be”).


• L’Enquête de santé 2008 a montré qu’en moyenne un ménage dépense 7 % de son revenu mensuel pour les soins de santé → des mesures ont été décidées pour alléger ces frais. Par exemple, depuis janvier 2010, les médecins conventionnés ne peuvent plus demander de suppléments de chambre pour les séjours en chambre à 2 lits, y compris en hospitalisation de jour.

 

= Extrait du site de l’Institut de Santé Publique (ISP)

 

PROPAGANDE-enquete-de-sante.jpg

On voit vraiment bien que la priorité n’est pas d’EVITER, de PREVENIR vraiment les maladies (sinon tout ne serait pas exclusivement misé sur l’alimentation) mais d’orienter les politiques sur des mesures d’accompagnement qui relèvent presque de la démagogie (anticiper la grogne des patients qui ne savent le plus souvent pas d’où viennent toutes leurs misères)

 

L'Institut de Santé publique dit se soucier de la santé des Belges mais il est partisan des vaccins. Voici ce qu'il en est des liens accablants entre vaccins et diabète (qui a plus que doublé chez les Belges depuis 1997)...

site-universite-carnegie-mellon.JPG

 

Les données du CDC confirment la relation causale entre vaccins et diabète. Les diabétiques commencent à chercher des avocats  avant que leurs droits à un dédommagement n’expirent. Les vaccins s’avèrent être la cause la plus importante du diabète insulino-dépendant chez les enfants.

 

 

Auteur : non spécifié

Date :     21 septembre 2000

Source :  http://dispach.mail-list.com/archives/hbv_research/msg01582.html

Copyright :  Copyright © 2000 PRNewswire

Concepts :        * variables

                            * graphes causaux

                            * interventions

                            * expériences

Mots clés :        *vaccins

                            * diabète

 

 

Les Centres Américains de Contrôle des Maladies (CDC) ont présenté hier des données lors de la conférence Interscience sur les agents antimicrobiens et la chimiothérapie (ICAAC) qui confirment les données présentées précédemment par le Dr Bart Classen, immunologiste à «Classen Immunothérapies », prouvant que les vaccins causent le diabète insulino-dépendant.

 

Le Dr Bart Classen a présenté, au cours de la conférence publique internationale sur la vaccination, des données qui prouvent que les vaccins sont la principale cause de diabète insulino-dépendant chez les enfants. Ces données comprennent aussi  celles d’un essai clinique prospectif randomisé en Finlande montrant que les groupes vaccinés présentaient une augmentation statistiquement significative du risque de diabète de 17% après un suivi de 10 ans.

 

Une analyse plus poussée de personnes ayant reçu un vaccin haemophilus plus récent et plus puissant a montré que ces vaccins haemophilus augmentent le risque de diabète de 25%. L’étude du CDC a indiqué que 247 des 260 personnes diabétiques avaient reçu le vaccin haemophilus comparativement à 733 sur 780 du groupe de contrôle. Cela indique que les vaccins haemophilus sont associés à un quotient de probabilité (un rapport de cotes) de 1,22, ce qui signifie un risque accru de diabète d’environ 22%, résultat presqu’identique à ce qu’a trouvé le Dr Classen.

 

Le Dr Classen a publié des données animales et humaines avec plusieurs vaccins différents. Il a pu montrer que quand la vaccination était effectuée au cours du premier mois de la vie, elle était associée à une diminution du risque de diabète, tandis que la vaccination effectuée après le deuxième mois était associée à un risque accru de diabète.

 

Classen a publié des données en Nouvelle Zélande et en Italie qui montrent que le vaccin contre l’hépatite B était associé à une augmentation approximative de risque de diabète de 50% quand il était administré après deux mois de vie.

 

Le CDC n’a publié qu’une partie de ses données au sujet du vaccin contre l’hépatite B. Le CDC  a trouvé que le vaccin contre l’hépatite B était associé à une diminution globale du risque de diabète (risque relatif de 0,92) qui est compatible avec un large pourcentage de ceux qui reçoivent le vaccin à la naissance. Le CDC a toutefois jugé que ceux qui étaient vaccinés après deux mois présentaient un risque accru de 60% de développer un diabète par rapport à ceux qui étaient vaccinés au cours du premier mois de la vie.(88/.52). Les données concernant le vaccin contre l’hépatite B sont aussi compatibles avec les découvertes du Dr Classen.

 

L’étude et l’analyse du CDC ont souffert de certaines limites et défauts évidents. Les études du CDC n’ont porté que sur 260 diabétiques et 780 contrôles, tandis que les études du Dr Classen ont impliqué 100.000 personnes ou plus. L’étude du CDC n’a pas fait la part de l’interaction entre les deux différents vaccins, car les gens ont reçu à la fois le vaccin contre l’hépatite B et le vaccin haemophilus tandis que Classen a étudié les deux vaccins séparément. L’étude du CDC  a également été limitée parce que plus de 94% des contrôles avaient été vaccinés avec le vaccin haemophilus tandis que dans les études de Classen, pratiquement aucune personne faisant partie du groupe de contrôle n’avait été vaccinée.

 

Le résultat net de l’étude du CDC n’a pas la puissance des études de Classen. Plus important encore, l’analyse du CDC a été viciée parce que les résultats ont été modifiés (après avoir été calculés) pour compenser des histoires familiales de diabète. Cette pratique est considérée comme peu orthodoxe, en partie du fait que le CDC dispose de différents facteurs arbitraires qui lui permettent de manipuler les résultats. L’année dernière, le CDC a présenté des données provenant de la même source (HMO) et dont les résultats ont été manipulés en utilisant une variable différente pour compenser l’allaitement. En 1997, le CDC a également  présenté une analyse sur l’hépatite B, de la même source (HMO) de données et n’a pas utilisé de facteur arbitraire  de trucage des données (« fudge factor »). Dans cette étude quand le vaccin contre l’hépatite B était administré après 8 semaines de vie, il était associé à un risque accru de diabète de 90%. Le fait que le CDC ait manipulé des données au cours des années en utilisant différents facteurs arbitraires a fait soupçonner que leur analyse était très imparfaite et que leur interprétation des données devait être considérée avec prudence.

 

Selon ces études, les vaccins provoquent environ 80% de cas de diabète insulino-dépendant chez les enfants qui ont reçu plusieurs vaccins après deux mois de vie. Les enfants reçoivent plus de 10 vaccins  et nombre d’entre eux sont associés à un risque accru de diabète.

 

Les données de Classen et celles que d’autres chercheurs ont publiées montrent que les vaccins suivants sont associés à un risque accru de diabète : hépatite B (50%), haemophilus (25%), tétanos (20%, diphtérie (9%), coqueluche (25%), oreillons-rubéole (23%). Ces résultats sont confirmés par une étude cas-témoins réalisée en Europe. L’effet cumulatif de tous ces vaccins sur le diabète est énorme. Des marins de la marine américaine hautement immunisés ont développé un diabète insulino-dépendant  à un taux 5,5 fois supérieur à celui des contrôles, même si le taux de diabète à l’entrée dans la marine était égal à celui des contrôles.

 

Les Etats-Unis et d’autres gouvernements payent des dédommagements  quand des vaccins ont provoqué des dommages sanitaires. Il y a cependant un délai de prescription. Le diabète insulino-dépendant coûte au patient environ un million de dollars au cours de sa vie. De nombreux diabétiques ont contacté le Dr Classen en vue de pouvoir recevoir une somme de dédommagement de la part du gouvernement des Etats-Unis.

­­­­­­­­­­­­­­­

 

Source : site de l’Université Carnegie-Mellon (une des universités de Pennsylvanie) 

 

Voir aussi: Le public devrait être averti que les vaccins peuvent avoir des effets secondaires à long terme.

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

Doctorix 04/10/2014 00:28

On peut lire:
"Il a pu montrer que quand la vaccination était effectuée au cours du premier mois de la vie, elle était associée à une diminution du risque de diabète, tandis que la vaccination effectuée après le
deuxième mois était associée à un risque accru de diabète."
Et ceci me fait irrésistiblement penser aux travaux du Dr André Gernez (récemment décédé, et qui avait probablement trouvé la solution pour prévenir les cancers) concernant les allergies.
Il avait démontré que les nourrissons de moins de deux mois ne développeront jamais d’allergie vis à vis des allergènes qu'ils rencontrent pendant ces deux premiers mois de leur vie.
Il conseillait même de récolter un maximum de pollens et de poussières de maison et d'en répandre au-dessus du berceau pendant cette période. Il en avait conclu qu'au cours de cette période
privilégiée, l'enfant s'habituait à tolérer son environnement futur, et il pestait contre les accouchements en clinique et en milieu ultra-stérile et dépoussiéré, accusant cette pratique de
favoriser les allergies.
N'y aurait-il pas un rapport avec cette tolérance meilleure au vaccin au cours de cette même période fatidique?
Ce qui ne serait pas une raison pour soumettre l'enfant à des toxiques qu'il n'a pas à rencontrer dans sa vie future: mais la question me paraît intéressante, parce qu'on peut imaginer que le
diabète pourrait venir d'une forte réaction allergique à un des constituants du vaccin (alu ou formaldéhyde par exemple), qui provoquerait une destruction des îlots de Langherans.

Éric G. Delfosse 02/10/2014 21:28

Mais que ça ne vous empêche surtout pas de vous faire vacciner, évidemment. Et plutôt deux fois qu'une !
Ce serait dommage que ces gentils laboratoires pharmaceutiques perdent des sous à cause de méchants Belges qui refusent de se laisser injecter leurs booooons produits chimiques !

Initiative Citoyenne 02/10/2014 21:45



Il paraît que les aides dans le cadre du Plan Marshall vont être révisées et élaguées, il serait toutefois étonnant que le plan Marshall en vienne a raboter des aides à des sociétés comme GSK, si
pourvoyeuses d'emplois et en fait à plus d'un titre:


- ses propres employés


- les employés des hôpitaux, les pharmaciens qui vont "prendre en charge" de nombreux vaccinés souffrant d'effets secondaires même si ceux-ci ne feront jamais le lien avec la vaccination;


- les employés de garde-malade, les pompes funèbres, les maisons de retraite,


- les prothésistes, les laboratoires d'analyses médicales etc etc.



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA