Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 15:44

16 mars 2012

 

The Age of Autism- Jake Crosby (Traduction)

 

Cela fait un bon mois. En parallèle de la réhabilitation du Pr John Walker-Smith qui a substantiellement évidé les charges du General Medical Council (GMC) à l'encontre du Dr Wakefield, de nouvelles informations ont émergé au sujet de l'article du British Medical Journal qui accusait Wakefield de "fraude". La rédactrice en chef du BMJ, Fiona Godlee clamait de façon persistante que la première partie de la chronique de Brian Deer intitulée "Les secrets de la peur du ROR", "Comment l'affaire contre le vaccin du ROR a été résolue." était revue par les pairs. Cependant, elle n'avait jamais donné aucun détail concret sur la façon dont une telle évaluation par les pairs avait été effectuée.

 

La nouveauté au sujet de la contre-offensive judiciaire que Brian Deer, le BMJ et sa rédactrice en chef Fiona Godlee viennent de lancer suite à la plainte en diffamation de Wakefield, c'est qu'il n'y a personne d'autre que le Dr Godlee, le Dr Jane Smith (rédactrice en chef adjointe) et le Dr Harvey Marcovitch (membre associé de la rédaction) qui ait revu le récit de Brian Deer avant publication, contrairement à ce que le Dr Godlee a faussement affirmé au sujet de la partie 1 des chroniques de Brian Deer à des lecteurs du site Age of Autism qui l'avaient contactée par mail:

 

"L'article, qui a été soumis à une révision par les pairs et à une vérification de la rédaction, se base sur des enquêtes menées pendant près de sept ans incluant, entre autres, des interviews de parents dont les enfants ont été enrôlés dans la recherche d'Andrew Wakefield."

 

Sous la section des notes de bas de page de l'article en question du BMJ, on peut lire l'affirmation suivante:

 

Provenance et révision par les pairs: Soumis à une commission, révision par des pairs extérieurs.

 

La "contre plainte" de Godlee, Deer et du groupe BMJ cite des déclarations écrites des trois rédacteurs et de Brian Deer au nom des trois défendeurs: Godlee, Deer et le groupe BMJ.

 

Dans cette contre-offensive judiciaire de Deer, Godlee et du groupe BMJ, le Dr Marcovitch n'est déjà pas correctement présenté en tant que membre associé de la rédaction du BMJ, comme il était pourtant identifié dans l'éditorial qu'il a cosigné au sujet de la première partie des chroniques de Brian Deer. Au lieu de cela, Marcovitch est présenté comme un "expert examinateur externe". Brian Deer, Fiona Godlee et le groupe BMJ utilisent qui plus est cette fausse qualification pour nier la malhonnêteté consistant à prétendre à tort que les histoires de Deer avaient été "revues par les pairs" et soumises à une vérification externe (au journal):

 

Contrôle supplémentaire de l'information et révision externe: Non seulement le British Medical Journal fait pleinement confiance à Deer et à ses investigations mais en outre, le British Medical Journal et le Dr Godlee ont pris des mesures supplémentaires pour s'assurer de la véracité de ses allégations. Pour Deer, qui était pleinement conscient du litige antérieur de Wakefield et de l'historique de la plainte devant les instances disciplinaires, cela a impliqué cinq mois de travail pour s'assurer que chaque mot et chaque citation ont été vérifiées. (166) Pour le BMJ, cela a impliqué une rapide révision distincte des faits par un rédacteur en chef adjoint (Smith) ainsi qu'une révision externe de l'exactitude scientifique par un expert pédiatre (Dr Marcovitch) (167). La révision avant publication par des sources externes constitue une preuve valable qu'il n'y a pas eu de malveillance ou de malhonnêteté.

 

Bien entendu, le Dr Marcovitch n'est pas "un expert extérieur" tel que présenté dans le cadre de la contre-offensive judiciaire du BMJ. Mais en outre, il est sans doute la personne la plus en conflits d'intérêts des 3 cosignataires de cet éditorial (qui évoquait Wakefield en tant que fraudeur). Ses conflits incluent le fait d'avoir présidé le jury du General Medical Council (= ordre des médecins britannique qui a radié Wakefield et qui avait aussi radié le Pr John Walker-Smith) et d'être membre d'une société écran des industries pharmaceutiques, l'Office du Royaume Uni pour l'Intégrité de la Recherche (UKRIO). Une campagne avait même été lancée l'an passé par les lecteurs du site Age of Autism pour se plaindre de lui auprès du General Medical Council.

 

Bien qu'il soit toujours repris dans l'en-tête du site internet du BMJ en tant que membre associé de la rédaction, Marcovitch a affirmé avoir quitté le Journal l'an passé. Lorsqu'il fut contacté par le Dr David Lewis, du Centre National des Lanceurs d'Alerte, dans le cadre de l'enquête sur l'inconduite de ce journal médical international, le Dr Marcovitch a botté en touche au prétexte qu'il n'était désormais plus lié au groupe du British Medical Journal.

 

Subject: Re: NWC Board Meeting

 

From: HARVEY MARCOVITCH Hide

To: lewisdavel

Cc:

Bcc:

Date: Fri, Oct 14, 2011, 11:15 am

  

Dear Dr Lewis,

  

I no longer have any association with BMJ Publishing Group so cannot assist with your query.

 

Harvey Marcovitch

  

Marcovitch a, à présent, fait une déclaration écrite de soutien à la contre-offensive judiciaire du BMJ suite à la plainte de Wakefield, venant ainsi répéter les positions du General Medical Council à l'encontre de ce dernier.

 

La raison pour laquelle il n'a été fait aucune mention des conflits d'intérêts de Marcovitch dans le cadre de cette contre-offensive judiciaire, est qu'il était "expert pédiatre" et qu'il agissait en tant qu'"examinateur externe" pour contrôler l'exactitude scientifique du récit du journaliste du Sunday Times, Brian Deer. C'est le Dr Fiona Godlee elle-même, rédactrice en chef du BMJ et défenderesse dans l'affaire de la plainte de Wakefield en diffamation, qui a défendu l'indépendance de Marcovitch.

 

Fiona Godlee de même que Harvey Marcovitch feront-ils tout le chemin de Londres jusqu'au Texas (où a été introduite la plainte de Wakefield) pour se parjurer devant un tribunal étranger en leur nom propre et au nom de leur employé actuel ou passé, en affirmant à tort que ce dernier était bien un "examinateur externe" alors qu'il n'était en fait que membre associé de la rédaction? C'est peu probable.

 

Les avocats du BMJ useront sans doute de méthodes plus commodes afin d'empêcher que  la plainte du Dr Wakefield soit jugée recevable, exactement comme ils l'ont fait pour nier que le journaliste Brian Deer avait effectivement reçu une lettre d'un parent l'accusant d'avoir déformé le cas de son fils, dans le cadre de ses chroniques publiées dans le BMJ.

 

Cependant, il est facile d'imaginer que la solidité d'une action en justice dépende des arguments développés qui soient susceptibles d'être confirmés sous serment, devant un tribunal. Or ici, tel n'est pas le cas, l'argument du BMJ d'une révision extérieure étant inconsistant. L'introduction de la "contre-plainte" du BMJ  comporte d'ailleurs une affirmation éminemment absurde tant elle est contradictoire, à propos du rôle du Dr Marcovitch dans cette affaire quand il est dit que l'investigation de Deer a :

 

" été soumise à plusieurs révisions de la rédaction, y compris la révision par un "expert pédiatre externe."

 

Une révision externe ne peut pas, par définition, être incluse dans une révision de la rédaction (révision interne). Un rédacteur comme le Dr Harvey Marcovitch, avant avoir supposément quitté le navire, avait donc bien effectué une révision au nom de la rédaction.

 

Voilà donc ce qu'il en est de l'affirmation de "révision par les pairs" du Dr Fiona Godlee au sujet des investigations de Brian Deer, une affirmation qui si elle était faite publiquement devant un tribunal, la mettrait dans un autre type de pétrin. Cette fois cependant, ce serait avec l'état du Texas.

 

L'alternative au fait de commettre un parjure n'est pas tellement plus enviable. Car l'alternative serait alors que le Dr Fiona Godlee et le British Medical Journal reconnaissent qu'ils ont publié, sans révision par les pairs, les attaques d'un journaliste sans expérience ou bagage scientifique accusant de fraude un scientifique médecin qui avait publié dans un journal revu par les pairs (Le Lancet). Si ce seul constat ne prouve pas à lui seul la malhonnêteté du Dr Godlee et du BMJ, il démontre au minimum un téméraire manque de rigueur.

 

Toutefois, si on ajoute le fait que le Dr Godlee a faussement déclaré aux lecteurs de Age of Autism que les investigations de Brian Deer avaient été "revues par les pairs" à la fausse mention en fin d'article du BMJ selon laquelle cet article avait été "revu par des pairs extérieurs" et au fait que la plainte de Deer, Godlee et du BMJ reprenne la fausse qualification du Dr Marcovitch comme "examinateur externe", cela ressemble bien plus à une faute consciente et intentionnelle. En d'autres mots, à de la malveillance.

 

autismcrosby.jpgJake Crosby est atteint de la maladie d'Asperger et participe à la rédaction du site Age of Autism. Il a été exclu du site de Brian Deer depuis qu'il a rédigé un article sur l'enquête de ce journaliste au sujet du ROR et il a été écarté des conférences de Seth Mnookin & Paul Offit. Jake a décroché en 2011  un baccalauréat en Histoire de la Médecine de l'université de Brandeis et il fréquente actuellement l'école de Santé publique de l'Université George Washington pour l'obtention d'un master en santé publique (MPH).

 

 

Source: Childhealthsafety

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Conflits d’intérêts -experts
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA