Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 15:44

5 février 2012, Par Françoise Joët

 

Comment expliquer que des enfants de plus en plus nombreux soient allergiques à l’arachide? Un livre* américain récent analyse ce qui constitue une véritable épidémie et montre le rôle principal tenu par les vaccins dans ce dramatique problème de santé.

 

Il est toujours difficile d’apporter la preuve concrète du rôle que jouent les vaccinations dans l’apparition des maladies. Mais, concernant les allergies, c’est un fait bien connu et documenté. Dès les débuts de la vaccination, on parlait de «maladie du sérum», en particulier pour le sérum antidiphtérique et antitétanique que l’on a utilisés abondamment pendant la première partie du XXe siècle. Dès 1903, le bactériologiste français Nicolas Maurice Arthus (1962-1945) a montré que toutes les protéines injectées peuvent engendrer un phénomène allergique. Quand on injecte ce qui est censé passer par l’estomac et les intestins, ce n’est plus du tout une nourriture «amie» qui se présente dans notre organisme, mais un intrus que notre système immunitaire va combattre.

 

L’arachide à toutes les sauces

 

C’est pourtant ce qui a été fait avec le développement de plusieurs adjuvants. Déjà, avant la Seconde Guerre mondiale, on avait utilisé toutes sortes d’huiles dans les vaccins (huile de ricin, de maïs, d’olive, de coco, de sésame, de palme, de tournesol, de pépins de raisin, de bourrache, de cassis, de canola, d’amande, d’émeu, de graine de moutarde, de coprah, de carthame, de soja,etc.). Toutes abandonnées au vu des effets secondaires. La technique va être remise au goût du jour avec la découverte de la pénicilline: certains laboratoires pharmaceutiques américains se lancent dans la fabrication de l’antibiotique en y adjoignant soit de l’huile de graine de coton, soit de l’huile d’arachide – un médecin de l’armée américaine se rendant compte qu’elle en prolonge les effets. Dans les années 1950, l’huile d’arachide est d’ailleurs mise à toutes les sauces, on en trouvait dans les anesthésiques, dans les médicaments et les vitamines, les crèmes et… dans le vaccin antitétanique.

Et cela continua. En 1964, le New York Times annonçait que le géant de la pharmacie Merck avait mis au point un nouvel adjuvant susceptible de renforcer l’immunité contre la grippe, la polio et autres maladies. L’adjuvant 65-4 contenait 65% d’huile d’arachide ainsi que de l’aluminium…

 

Attention au vaccin HIB

 

Bien qu’interdit à partir de la fin des années 1970, cet adjuvant continue de servir de modèle. L’usage dans les vaccins de l’huile d’arachide depuis cette époque est devenu une pratique courante.

Actuellement, de nombreux vaccins pédiatriques en contiennent encore. C’est le cas des vaccins combinés penta ou hexavalents qui incluent en particulier le vaccin HIB (contre la bactérie Haemophilus influenzae B) lequel contient de l’huile d’arachide. Ce vaccin est particulièrement préoccupant car il y a une ressemblance entre les protéines de la bactérie Haemophilus influenzae B et celles de l’arachide ainsi que celles des noix, susceptibles de provoquer ce qu’on appelle une «réaction croisée». Sans parler de la vitamine K (Konakion) administrée aux nourrissons, qui contient elle aussi de l’huile d’arachide.

L’épidémie d’allergie à la cacahuète coïncide avec la géographie de l’alourdissement du calendrier vaccinal des enfants. Dans les pays qui n’ont pas imposé la vaccination HIB (Inde, Indonésie, Russie…), il n’y a pas d’allergie à la cacahuète, contrairement à ceux qui la pratiquent depuis longtemps (États-Unis, Canada, Australie et Suède).

Les médecins qui suivent des enfants allergiques à la cacahuète et qui les vaccinent, devraient prendre conscience qu’ils injectent un puissant allergène. Et comme tous ces adjuvants huileux sont destinés à renforcer la réponse immunitaire, il est certain que l’inflammation qu’ils provoquent va durer très longtemps mettant ainsi à mal tout le potentiel de défense de l’individu.

 

Françoise Joët, Association Liberté Information Santé (ALIS)


* «The Peanut Allergy Epidemic  », de Heather Fraser. Éd. Skyhorse, 2011.

 

 Source: Principes de Santé

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

atchoum 18/02/2012 08:57

Juste pour apporter d'abord une réserve concernant les travaux et la personne d'Anita Petek . Sur le web on peut lire que son nom est associé à des personnes que ,personnellement,je m'abstiendrais
de fréquenter .

Mais surtout, j'ai pu vérifier , l'inexactitude de certains de ses propos affirmés pourtant sur un ton péremptoire . Ils ne concernaient pas en l'espèce les adjuvants à l'arachide - dont ,de bonne
source, je ne trouve aucune trace dans les vaccins français -,mais le vaccin antirabique de Pasteur .

Si actuellement la question de l'arachide dans les vaccins humains ( médecine vétérinaire ?) ne semble pas se poser du moins en France ( et en Belgique ?) c'est un sujet qui m’apparaît toutefois
digne d'attention .( ne serait-ce à cause de l'ignorance générale à ce sujet)

L'arachide a été additionnée à la pénicilline dans la formule de Romansky (d'après Monroe J. Romansky qui la mit au point en 1944 ).

Initiative Citoyenne 20/02/2012 00:12



Bonsoir, merci pour vos commentaires. Nous n'avons pas pu personnellement vérifier en détails les affirmations de Mme Petek, ce pourquoi nous avions employé le conditionnel mais nous savions
qu'elle avait toutefois exprimé cette position. Toutefois, comme vous le dites si bien, il s'agit d'un sujet qui mérite une grande attention. Or hélas, on voit que les officiels sont nettement
plus intéressés et préoccupés par les techniques de manipulation pour faire adhérer à tout prix le public aux programmes exponentiels de vaccination que d'essayer d'étudier sérieusement et sans
tabou le contenu même de ce qu'ils injectent de façon massive et robotisée, sur base d'une routine qui ne laisse hélas plus aucune place à la réflexion.



atchoum 15/02/2012 09:02

Merci d'avoir indiqué la vidéo d'Anita Petek .

Sur cette dame,décédée le 6 septembre 2010 - on peut lire ,en allemand,ceci : http://www.netmoms.de/gruppen/detail/impfen-pro-contra-280/forum/anita-petek-dimmer-verstorben-3497665

Le site d'Aegis - Autrichien et non Suisse qui répond "404" - : http://www.aegis.at/

L'attention d'Anita Petek semble s'être également porté sur les vacins vétérinaires .

atchoum 13/02/2012 15:14

Dr. Charles Richet aurait montré/affirmé (?) dès 1913 que l'anaphylaxie d'origine alimentaire pourrait être causée par des protéines qui n'auraient pas été correctement métabolisées ou qui
n'auraient pas subie de modification par le système digestif .

atchoum 13/02/2012 15:07

Sur le site Vactruth on trouve :"Peanut oil is a hidden and non-stated ingredient in the manufacture of children’s vaccines. This was brought to light in a 2010 court case wherein parents were
accused of Shaken Baby Syndrome; had their child taken from them and placed in foster care for almost eight months; and Harold E. Buttram, MD, presented corroborating medical information to the
court regarding the anaphylactic reaction the six-month old baby boy experienced resulting in tremendous swelling and pressure of the brain."

Je souligne de nouveau : "Peanut oil is a hidden and non-stated ingredient in the manufacture of children’s vaccines."?????Vactruth est un site anglosaxon : qu'en est il de la législation française
sur ce point ?

Initiative Citoyenne 13/02/2012 19:15



Selon feu Anita Petek et sur base de ses investigations personnelles, toutes une série de produits utilisés pour fabriquer les produits finis "vaccins" ne seraient pas de déclaration
obligatoire... Une "base chimique", sorte de cocktail standard serait fournie à l'industrie pharmaceutique pour y adjoindre les ingrédients terminaux, seuls repris dans la notice. Dans une de ses
conférences, Mme Petek explique avoir pris contact avec les plus hautes instances officielles à ce sujet...


http://video.google.com/videoplay?docid=2472456726520598454#



atchoum 13/02/2012 09:50

Article très intéressant . J'en profite pour préciser ceci "Le phénomène d'Arthus est une réaction inflammatoire locale cutanée produite dans des conditions d'excès d'anticorps. Elle constitue une
vascularite aiguë expérimentale d'hypersensibilité de type III. Elle fut découverte par l'immunologiste et physiologiste français Nicolas Maurice Arthus en 1903."

Trois ans plus tard, en 1906, Clemens Von Pirquet et Bela Schick forgent le terme d'allergie après avoir remarqué que les patients qui avaient précédemment reçu des injections de sérum de cheval ou
de vaccin contre la variole avait des réactions plus graves à une seconde injection.

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA