Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 20:45

C'est toujours au nom du "Bien", de la "Sécurité" ou de "la Protection" que tous les pires abus d'autorité les plus liberticides sont commis. Avec les vaccins, c'est déjà le cas, le corps médical affirmant "mieux savoir" que nombre de parents qui ont pourtant passé d'innombrables heures de recherche sur le sujet, soit bien plus qu'un médecin lambda n'ayant eu que quelques heures de cours sur le sujet, surtout d'ordre pratique, sur la récitation et l'administration du calendrier vaccinal. Si on ajoute à cette (triste) réalité le fait que même au sein du corps médical, nombre de médecins n'en pensent pas moins mais ne révèlent toutefois pas leurs réticences à leur clientèle pour des motifs divers, cette dictature politico-scientiste fait évidemment froid dans le dos. Mais les vaccins ne sont pas le seul domaine d'exercice de pareille mafia omnipotente et arrogante. Il est aussi un autre domaine juteux où les officiels ont coutume de prendre les patients au piège de la peur et de la pression: celui du cancer. Le cas récent du petit Ashia King, garçonnet de 5 ans atteint d'une tumeur au cerveau, est à cet égard tout à fait exemplaire: il montre comment une presse complaisante et docile tente d'une façon générale (certains articles sont pires que d'autres) de dépeindre les parents qui ont sorti leur enfant de l'hôpital contre l'avis des médecins comme dangereux et sous le coup de pensées sectaires (ben oui, ils sont aussi témoins de Jéovah, fabuleux!) alors que ces parents avaient pourtant clairement expliqué dans une vidéo préalable leur souhait de choisir, en complément d'une opération chirurgicale qui a d'ailleurs déjà été effectuée, un autre traitement qu'ils jugent plus adapté pour leur enfant qu'une radiothérapie classique, ce qui est somme toute leur droit de patient (ici de tuteur de patient) le plus strict et qui ne devrait même pas faire grincer la moindre dent ou faire l'objet d'un tel chahut médiatique.


Mais dans cette chasse aux sorcières récurrente envers les dissidents sanitaires de tous poils, les parents du petit Ashia ont fini par être arrêtés en Espagne et la Grande-Bretagne demande à présent leur extradition. Voici ci-dessous un article du Figaro, pas encore trop partial, sur cette triste affaire et en fin d'article une pétition à signer en faveur des parents, de l'intérêt de cet enfant et plus généralement du droit de tout un CHACUN au libre choix thérapeutique (face à une médecine qui tentera de plus en plus de vous imposer toutes sortes de traitements et produits, toujours bien sûr pour "votre plus grand Bien"!) Nous voudrions enfin aussi vous inviter, dans un souci élémentaire de cohérence, à faire le lien entre ce type d'actualité et ce qui se passe par exemple en France actuellement dans le cadre de l'affaire du service d'oncologie pédiatrique de Garches: là aussi, on met les pires bâtons dans les roues aux parents qui souhaitent pour leurs enfants un autre traitement que le protocole oncologique standard établi et imposé par l'intelligentsia médicale qui préfère de loin le nivellement par le bas à la sauce "communiste" des essais cliniques systématiques à une saine concurrence trop dérangeante parce que permettant la comparaison...


Le père d'Ashya King se défend et dit avoir voulu soigner son fils


Par Soline Roy - le 31/08/2014


Ashya-King.jpg

 

VIDÉO - Arrêté en Espagne pour avoir « kidnappé » son fils de l'hôpital britannique où il était traité pour un cancer, Brett King affirme qu'il voulait lui faire suivre un traitement de pointe que les médecins britanniques lui avaient refusé.


Les parents d'Ashya King se sont défendus, dans une vidéo postée sur Youtube, après avoir été accusé d'avoir enlevé leur enfant de l'hôpital britannique dans lequel il était soigné. Recherché par la police et retrouvé en Espagne, l'enfant de cinq ans souffrirait d'un médulloblastome, une tumeur cérébrale cancéreuse qui, explique le site internet de l'Institut Curie à Paris, entraîne une augmentation de la pression intracrânienne en bloquant l'écoulement de liquide ventriculaire.


Le médulloblastome représenterait 20 % des tumeurs cérébrales de l'enfant, mais moins de 1 % chez l'adulte. Les premières manifestations sont souvent des maux de tête et des vomissements, suivis de problèmes visuels, de difficultés à l'écriture et d'une forme d'apathie. La plupart des médulloblastomes émergent dans le cervelet, une structure de l'encéphale située sous les hémisphères cérébraux et derrière le tronc cérébral. Le traitement classique combine neurochirurgie, radiothérapie et, en cas de métastase, chimiothérapie.


En désaccord avec les médecins


Brett King, le père du garçonnet, a expliqué qu'il avait été en désaccord avec les oncologues de l'hôpital général de Southampton quant au traitement de son fils. Celui-ci avait subi une opération sept jours avant sa disparition, et le père souhaitait que l'équipe étudie la possibilité de faire bénéficier à son enfant d'une protonthérapie, traitement qui ne serait pas disponible en Grande-Bretagne. La famille était prête, selon le père, à vendre ses biens pour financer ce traitement. Devant son refus des traitements plus classiques envisagés par les médecins de Southampton, la famille se serait vue menacée d'une mesure de protection prise à leur encontre, qui les aurait empêchés de participer aux décisions médicales concernant leur enfant.


«La protonthérapie est tellement meilleure pour les enfants avec un cancer au cerveau», a plaidé le père dans la vidéo. «Ils m'ont regardé droit dans les yeux et m'ont dit que pour ce cancer, le médulloblastome, il n'y aurait de toutes façons pas de bénéfice.»


Une technique ultraprécise de radiothérapie


Forme ultraprécise de radiothérapie, elle cible plus précisément la zone à irradier que les techniques conventionnelles: les particules utilisées (les protons) ont, en raison de leurs propriétés physiques, la capacité de déposer quasiment toute leur énergie à une profondeur donnée, puis de s'y arrêter net, et de peu se disperser le long de la trajectoire du faisceau. Cette technique permet donc d'éviter d'endommager les zones saines entourant la tumeur, et limite les dégâts que cela peut entraîner. La protonthérapie serait, selon certains chercheurs, utile dans environ 1 % des cas de cancers. Mais les indications s'élargissent: si les premiers traitements effectués concernaient les mélanomes de l'œil, les localisations tumorales prises en charge se sont depuis diversifiées, notamment aux tumeurs situées à la base du crâne.


Choqué de voir la photo de son fils publiée sur de nombreux sites internet et dans tous les médias, Brett King a assuré que son fils n'était «pas en danger», contrairement à ce qu'affirmait l'hôpital britannique. Le père en veut pour preuve la sonde naso-gastrique lui permettant de s'alimenter, qu'il montre sur la vidéo mise sur internet, où il affirme avoir pris soin d'emmener tout ce qu'il fallait pour continuer à traiter correctement son enfant. Son objectif aurait été de rejoindre Prague, où existe un centre de protonthérapie. Il existe peu de centres en Europe capables de délivrer ce genre de traitement, et la Grande-Bretagne en compte un seul, qui ne prend pas en charge cette indication médicale.


Source : Le Figaro


 

Voir aussi : L’enfant britannique « enlevé » par ses parents retrouvé en Espagne


Espagne : les parents d’Ashya King refusent d’être extradés vers la Grande-Bretagne


Le combat fait rage pour la survie du service d’oncologie pédiatrique de Garches


La vérité très indésirable sur la chimiothérapie


Dans la vidéo qui suit, ne manquez pas non plus à partir de 1H01' le cas, évoqué par sa maman, d'un petit enfant de deux ans, Dustin, qui souffrait lui aussi d'un médulloblastome agressif et auquel la médecine officielle ne donnait plus que quelques mois à vivre. Les médecins ne "proposaient" que de la radiothérapie ou une chimiothérapie expérimentale, toutes deux ayant des effets dévastateurs. Il a pu être totalement guéri grâce au traitement du Dr Burzynski, un médecin à qui le système a comme par hasard fait les pires ennuis au point qu'il était à un moment sous le coup d'accusations judiciaires qui lui faisaient encourir le risque de 290 ans de prison et 18 500 000 amende de dollars. Sa maman, très émue et on la comprend, n'ose imaginer ce qui se serait passé si le Dr Burzynski avait été en prison et incapable d'avoir pu sauver son fils comme il l'a fait...

 

 

Dustin à 4 ans et 18 ans

 

Le petit Dustin était atteint de la même maladie qu'Ashya. C'est grâce au REFUS des parents de Dustin des traitements CLASSIQUES (radiothérapie conventionnelle, chimiothérapie expérimentale) que leur fils a pu guérir et pourtant, c'est parce que les parents d'Ashya font le même type de choix salutaire de refus des traitements classiques peu fructueux qu'ils sont poursuivis, pourchassés et intimidés... injuste et absurde!!


Les parents d'Ashya King, de criminels à victimes


Sonia DELESALLE-STOLPER (correspondante à Londres) 2 septembre 2014

ashya 2

Des policiers espagnols devant le fourgon transportant les parents d'Ashya King, l'enfant britannique atteint d'une tumeur au cerveau, entendus par la justice, le 1er septembre 2014 à Madrid (Photo Javier Soriano. AFP)


Brett et Naghemeh King ont été libérés à Madrid. Ils avaient été accusés d'avoir enlevé leur fils de cinq ans, atteint d’une tumeur cancéreuse au cerveau.


En deux jours, ils seront passés du statut de criminels inconscients à celui de victimes innocentes d’un engrenage impardonnable. Brett et Naghemeh King, incarcérés depuis deux jours à Madrid, on été libérés ce mardi soir et vont retrouver le chevet de leur fils Ashya, cinq ans, atteint d’une tumeur cancéreuse au cerveau.


Le Crown Prosecution Service, le parquet britannique, a annoncé mardi en fin d’après-midi qu’il levait le mandat d’arrêt européen lancé contre le couple, qui obligeait la police espagnole à le maintenir en détention, et abandonnait toute poursuite.


Mandat d’arrêt international


Une véritable chasse à l’homme avait été lancée la semaine dernière lorsque le couple avait pris la décision de retirer Ashya de l’hôpital de Southampton (sud de l’Angleterre) pour partir en Espagne, sans en avoir averti les autorités médicales. Ces dernières avaient alerté la police, arguant que l’enfant se trouvait en danger de mort et qu’il risquait de ne plus être alimenté en raison d’un manque de batteries pour la sonde qui le nourrit avec des poches alimentaires. Les autorités britanniques avaient alors utilisé tout l’arsenal juridique à leur disposition, alertant interpol, les médias et lançant un mandat d’arrêt international.


Sauf que voilà, une fois arrivés à Malaga, les parents avaient posté une vidéo sur Youtube montrant que leur fils était alimenté parfaitement grâce aux réserves qu’ils avaient emportées avec eux. Ils expliquaient avoir pris la décision de partir à l’étranger pour aller vendre un appartement qu’ils possédaient à Malaga et lever ainsi les fonds pour payer pour un traitement de pointe pour leur fils.


Protonthérapie


Le couple souhaite tenter d’offrir à Ashya un traitement de protonthérapie, une forme de radiation extrêmement ciblée qui évite notamment de détruire les tissus sains du cerveau. Selon Brett King, l’hôpital aurait refusé de proposer cette option pour leur fils, pour qui, selon les médecins de Southampton, le pronostic vital ne devrait pas dépasser quatre mois.


Au Royaume-Uni, seul un centre médical est habilité à offrir une protonthérapie et cette option n’est offerte qu’à des patients atteints d’un cancer des yeux.


Le couple avait été arrêté samedi, transféré immédiatement à Madrid et placé en détention. Ashya de son côté avait été hospitalisé à Malaga et ce n’est que lundi soir qu’un de ses frères aînés a été autorisé à le voir, sous surveillance policière.


Pétition


Les médias britanniques se sont très vite emparés de l’affaire et, en un peu plus de vingt-quatre heures, la pression de l’opinion publique s’est fait sentir, avec notamment une pétition recueillant en quelques heures plus de 200 000 signatures.


Initialement très discrets, les dirigeants politiques ont ces dernières heures multiplié les déclarations. Le Premier ministre, David Cameron, a espéré que le «bon sens gagne» et estimé qu’il était «important que ce petit garçon reçoive un traitement et l’amour de sa famille».


Un centre offrant des traitements de protonthérapie à Prague s’est manifesté en affirmant être prêt à proposer le traitement à Ashya si, après consultation de son dossier médical, il était approprié.


Si le ministre britannique de la Santé, Jeremy Hunt, a estimé qu’il y avait «clairement eu un malentendu dans toute cette histoire», c’est finalement la police qui a jugé qu’en levant le mandat d’arrêt, le parquet prenait «la bonne décision». Mais elle a aussi affirmé avoir agi «de bonne foi sur la base des informations fournies par l’hôpital de Southampton».


Une enquête a donc été ouverte pour déterminer comment la ligne de communication entre les parents désespérés d’Ashya et l’équipe médicale de l’hôpital de Southampton a pu se rompre au point de provoquer cette chasse à l’homme tragique et inutile.


Sonia DELESALLE-STOLPER (correspondante à Londres)


Source : Libération

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Pluralisme thérapeutique
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA