Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 16:40

AUSTRALIE

 

Un enfant gravement handicapé après un vaccin

Le fabricant nie toute responsabilité

 

D’après Rebecca Trigger, The West Australian, 3 juillet 2013

 

Bebe-Australie.jpg

 

Le fabricant d’un vaccin qui aurait provoqué de graves lésions cérébrales chez un jeune enfant de Perth, a nié toute responsabilité et prétend que le Ministre de la Santé et le gouvernement de cet état australien auraient été négligents et auraient dû suspendre la campagne de vaccination de 2010 contre la grippe.

 

Dans une affaire qui a mobilisé l’attention nationale, le bébé Saba Button de Watermans Bay, a dû être transporté d’urgence à l’hôpital le 19 avril 2010, après avoir reçu le Fluvax, un vaccin contre la grippe fabriqué par CSL.

 

La fillette a fait des convulsions fébriles qui l’ont laissée quadriplégique et presque complètement aveugle. Trois ans plus tard, Saba fait encore des crises régulières et nécessite des soins médicaux constants.

 

Les parents Mick et Kirsten Button ont poursuivi la firme CSL devant  le Tribunal Fédéral.

 

Cette affaire pourrait entraîner l’allocation d’une des plus importantes indemnités médicales jamais octroyées en Australie. Les parents exigent des dédommagements pour leur petite fille qui a maintenant quatre ans. Ces dédommagements sont réclamés pour la perte de joie de vivre de l’enfant, ses souffrances, son handicap profond, les frais occasionnés par les soins médicaux et les fréquents déplacements.

 

La semaine dernière, l’avocat de CSL, Belinda Thompson a affirmé que Saba avait eu deux autres vaccins  le même jour: le Neisvac (méningite C) et le Priorix ( = ROR), et a prétendu qu’ils auraient pu provoquer les convulsions fébriles.

 

Me Thompson a déclaré que CSL n’avait pas été tenue de réaliser des études cliniques pré-marketing pour les vaccins contre la grippe saisonnière. Elle a déclaré que son client n’avait pas été informé des cas de 90 autres enfants qui avaient dû être hospitalisés au Princess Margaret Hospital après avoir reçu le Fluvax entre le 18 mars et le 15 avril et dont 19 avaient fait des crises ou des convulsions après avoir reçu le vaccin.

 

L’avocate devait préciser que le Ministère de la Santé d’Australie de l’Ouest (WA) avait été officiellement informé de ces cas le 16 avril. La campagne de vaccination contre la grippe a été suspendue le 22 avril.

 

Le lendemain, le médecin en chef du Commonwealth a conseillé de ne pas administrer ce vaccin aux enfants âgés de cinq ans ou plus jeunes.

 

L’avocate, Me Thompson, a précisé qu’en mars et en avril 2010, le Ministre agissant pour le compte de l’Etat savait ou aurait dû avoir connaissance du nombre, ainsi que de la gravité des effets secondaires après ce vaccin contre la grippe saisonnière.

 

Elle a ajouté que le Département ou le Ministre auraient dû suspendre la campagne de vaccination de 2010 contre la grippe. Ils auraient aussi dû conseiller aux médecins de cesser d’administrer les vaccins aux enfants âgés de cinq ans ou plus jeunes, et préciser aux parents que ce vaccin n’était plus recommandé pour les enfants de cinq ans ou plus jeunes.

 

L’avocate a encore ajouté qu’en omettant de prendre ces mesures raisonnables pour ou avant le 18 avril, le Ministre et le gouvernement de l’Etat ont manqué à leur obligation (de soins de santé) vis-à-vis de Saba et devraient en prendre l’entière responsabilité juridique

 

Me Thompson a également précisé que CSL, habituée à s’en référer aux autorités de Santé, a attendu que les professionnels de la Santé et que les Agences de Santé du gouvernement du Commonwealth l’informent de tout effet secondaire signalé après la vaccination.

 

Me Julian Johnson, l’avocat de la famille Button, a déclaré que ses clients avaient été déçus par la réponse de CSL , comme par le refus de reconnaître les problèmes liés à ce vaccin contre la grippe ; déçus aussi de ne recevoir aucune explication par rapport au pourquoi des problèmes qui auraient pu être liés à leur produit.

 

Le Ministère de la Santé et le Ministre de la Santé, Kim Hames n’ont pas répondu à une demande de commentaires. Un porte-parole du Ministre a précisé que ce dernier était en congé.

 

Le porte-parole de CSL, Sharon Mc Hale, a voulu préciser que le cas de Saba était « tragique », mais qu’il s’agissait d’un cas complexe et que tous les faits n’étaient pas encore connus.

 

Sources: SaneVax & Yahoo.com

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

Docteur X 08/07/2013 00:01

Rappelons qu'au cours de la campagne de vaccination anti-grippale de 2009, les laboratoires ont obtenu l'immunité par avance par rapport aux effets indésirables et aux accidents vaccinaux liés à
leurs produits, le prétexte étant l'urgence de proposer une solution à un fléau supposé. On sait ce qu'il est advenu de ce "fléau", une des grippes saisonnières les moins dangereuses que le monde
ait jamais connu.
Déjà, auparavant, les effets secondaires n'étaient que très rarement associés aux vaccins, mais après ces lois votées avec Dieu sait quelles complicités et quelles corruptions, les fabricants ont
eu les mains parfaitement libres pour assassiner sans risque aucun.
Et cette situation perdure.

Initiative Citoyenne 08/07/2013 00:22



En effet, la Cour Suprême a accordé l'impunité juridique aux fabricants de tous les vaccins, c'était publié il y a quelques années dans le New England Journal of Medicine... la Cour a estimé que
les vaccins étaient des produits "inévitablement dangereux" et qu'il fallait donc éviter la faillite des fabricants pour assurer la santé publique ou un truc du genre...



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA