Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 21:34

Certains experts en bioéthique devraient-ils être tenus responsables des dommages et des décès causés par les vaccinations ?

 

Alan Phillips, Juriste, J.D., 4 juin 2013

 

Bioethicien.jpg

 

 

Il n’est tout simplement plus possible de croire une grande partie de la recherche clinique publiée, de se fier au jugement des médecins de confiance, ou à des directives médicales faisant autorité. Ca ne m’amuse pas d’en arriver à pareilles conclusions, mais j’ai dû y arriver lentement et à contre cœur pendant les vingt années que j’ai travaillé comme éditrice du New England Journal of Medicine.  Dr Marcia ANGELL, MD

 

(Natural News)  L’expert en bioéthique, Art Caplan, PhD. De l’Université de New York a prétendu que les parents d’enfants non vaccinés devaient être tenus responsables au cas où des maladies ou des décès auraient été causés par leurs enfants non vaccinés. [1] Le présent article réfute la thèse de Caplan et explique pourquoi cette responsabilité devrait précisément lui incomber suite à l’utilisation délibérée ou négligente de son statut académique et de son autorité alors qu’elle est soutenue par de fausses informations, afin de promouvoir une politique vaccinale inepte susceptible d’entraîner des dommages ou des décès évitables.

 

Les prémisses du Dr Caplan concernant la responsabilité parentale se résument essentiellement à ces trois points : 1) Les enfants non vaccinés mettent les autres en danger, 2) Les enfants non vaccinés causent, en tant que tels, des préjudices réels aux autres, et 3) Les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants connaissent les deux premiers points et devraient dès lors être tenus responsables pour les dommages causés par le fait qu’ils ne font pas vacciner leurs enfants.

 

Le véritable problème éthique

 

Le Dr Caplan semble mettre la charrue avant les bœufs. Il semble bien avoir ici raté la cible, car une question éthique bien plus fondamentale sous-tendant sa position lui fait supposer à tort que les parents qui refusent les vaccins pour leurs enfants font  preuve de négligence. Mais les choses ne sont pas aussi simples. Compte tenu du fait médicalement et juridiquement bien établi que les vaccins peuvent provoquer des invalidités permanentes et des décès [2], aucun parent  ne peut raisonnablement être catalogué « négligent » pour avoir choisi de ne pas vacciner son enfant. La véritable question éthique n’est pas de savoir si oui ou non les parents devraient être tenus responsables pour leur choix de ne pas vacciner leurs enfants, mais plutôt, et en tout premier lieu, si les parents devraient être poussés à vacciner leurs enfants, au risque de mettre en danger leur santé et leur vie. La gravité de cette question est soulignée par le fait que le risque pour l’enfant est indéterminable et que le bénéfice présumé pour l’enfant vacciné et les autres est seulement hypothétique – et ceci par définition du fait que les vaccins représentent un traitement administré à des personnes en bonne santé pour les protéger d’une exposition future et hypothétique à la maladie. En outre l’exposition à une maladie ne signifie pas obligatoirement que l’enfant exposé à la maladie tombera malade ou propagera la maladie.

 

D’une manière plus générale, la question éthique la plus pertinente revient à ceci :

 

Est-il éthique d’obliger quiconque à risquer sa vie pour un avantage futur et hypothétique qui pourrait soi-disant profiter à d’autres. ?

 

En supposant que les vaccins soient efficaces (une hypothèse erronée, puisqu’une baisse de 90 à 95% des maladies infectieuses a été enregistrée avant l’introduction des vaccinations ; que ces dernières ont même temporairement inversé les courbes descendantes ; que des épidémies se produisent régulièrement dans des populations hautement vaccinées [3]).  Cette question tout à fait fondamentale (si on a en tête le problème de la responsabilité des parents évoquée par le Dr Caplan ayant trait à des dommages de santé, ainsi qu’à des décès), est au mieux une question sur laquelle des parents raisonnables pourraient marquer leur désaccord.

 

Sur cette seule base, la question de la responsabilité des parents évoquée par le Dr Caplan est réduite en poussière. Mais nous n’avons fait qu’égratigner la surface. Du fait que selon le CDC, la FDA et l’Association Américaine des Médecins et Chirurgiens (AAPS), 90% ou plus des effets secondaires des vaccins ne sont jamais signalés – et même plus de 99% selon l’ancien commissaire de la FDA, David Kessler [4], nous ne pouvons nous faire la moindre idée de la véritable ampleur des dommages et des décès causés par les vaccinations. Il est donc clair qu’il n’existe aucune base objective pour rendre de quelque manière que ce soit les vaccins obligatoires (sans parler de rendre responsables les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants) parce que personne ne peut absolument vous dire s’ils apportent un avantage net à la société et encore moins si ces vaccins sont sans danger pour VOTRE enfant en particulier. Ainsi, encore une fois nous ne pouvons rejoindre les conclusions du Dr Caplan quant à la responsabilité parentale.

 

Si, à cette argumentation, on ajoute la documentation sur la corruption de l’industrie pharmaceutique et des agences gouvernementales de santé, le problème soulevé par le Dr Caplan se perd dans l’oubli. A titre d’exemple, en 2011, la Coalition pour les médicaments sans mercure a pu grâce au « Freedom from Information Act » obtenir la révélation que le CDC avait délibérément retenu les données montrant que les taux d’autisme chez les enfants Danois avaient chuté quand le mercure avait été retiré des vaccins, puis frauduleusement promu une étude prétendant faussement que les vaccins ne causent pas l’autisme.[5] En 2011, le Dr Poul Thorsen, un chercheur engagé par le CDC pour organiser des études réfutant la relation vaccin-autisme a été inculpé pour 13 chefs d’accusation de fraude et 9 chefs d’accusation pour blanchiment d’argent remettant en question l’ensemble de son travail avec le CDC (et le Dr Thorson a été l’un des auteurs de l’étude frauduleuse sur le vaccin et l’autisme). En 2008, le Dr Marcia Angell de la « Harvard Medical School », après avoir été rédacteur en chef du New England Journal of Medicine pendant 20 ans, a déclaré : «  Il n’est tout simplement plus possible de croire une grande partie de la recherche clinique publiée, de se fonder sur le jugement des médecins de confiance ou sur des directives médicales faisant autorité. » [6] Enfin, en 2012 et 2009, Glaxo et Pfizer ont été respectivement condamnés à des amendes criminelles d’un milliard de dollars. Des condamnations au pénal et au civil de l’ordre de 100 millions de dollars sont fréquentes pour l’industrie pharmaceutique.

 

Il est donc bien évident que la controverse à propos des vaccins ne peut être réduite à la question simpliste de la responsabilité parentale, comme l’affirme le Dr Caplan

 

La vie et la qualité de la vie ne devraient jamais être négociables selon la formule utilitariste : « Risquer votre vie aujourd’hui pour que quelqu’un d’autre puisse éventuellement en profiter dans le futur ». Mais, c’est là exactement ce que nous faisons avec les vaccinations obligatoires ; c’est là ce que nous faisons à nos nourrissons innocents et à  d’autres enfants.  

 

Dans le monde réel où l’on invente le faux et où l’on cache ce qui est vrai pour servir des buts privés et politiques, alors que cette situation est documentée tant dans le gouvernement que dans l’industrie, il devrait être interdit à nos gouvernements d’imposer à qui que ce soit des traitements qui peuvent s’avérer meurtriers. (Je ne veux évidemment pas dire que tous ceux qui font partie de l’industrie et des gouvernements sont des gens corrompus ; que du contraire. Je pense effectivement que c’est l’affaire de quelques rares individus qui occupent des postes décisionnels-clés.)

 

Il n’y a pas de décision sûre à 100%. La vie est par définition imprévisible. Les vaccins comme les maladies infectieuses peuvent provoquer des dommages et des décès. Mais, en l’absence de données suffisantes qui pourraient permettre une comparaison crédible, le Dr Caplan ne possède pas de base légitime pour poser la question de la responsabilité parentale. Même s’il était prouvé que les vaccins pouvaient fournir un net avantage, la question éthique n’en demeurerait pas moins valide : comment pouvoir exiger des parents qu’ils sacrifient leur enfant au profit de la communauté ? Etant donné les diverses possibilités et les informations disponibles, de nombreuses personnes ne demanderont qu’à opter pour des mesures raisonnables afin de protéger les autres ; ces mesures peuvent bien entendu inclure la vaccination. Tout cela est parfait SI on propose un choix véritablement éclairé. Mais il est aussi clair que d’autres auront le droit de refuser. Les deux options sont parfaitement justifiées sur un plan éthique et elles sont d’ailleurs parfaitement indissociables l’une de l’autre.

 

Compte tenu de la réalité des dommages et des décès qui pourraient être imputés aux vaccins, compte tenu de l’absence de données suffisantes, la seule réponse civilisée à la question vaccinale en général est de permettre aux parents de faire des choix réellement éclairés en fonction de ce qu’ils croient convenir le mieux à leur(s) enfants(s). Si le gouvernement doit être impliqué dans des questions d’urgence, il convient alors de mener des recherches indépendantes pour apporter davantage de clarté à la question. A titre d’exemple, le projet de loi actuel en attente devant le Congrès exigerait aujourd’hui une étude comparant les taux d’autisme chez des populations vaccinées à des populations non vaccinées.[7]

 

La seule raison pour laquelle une telle recherche n’a pas encore été réalisée est évidemment le risque qu’elle représenterait pour les milliards de profits que les compagnies pharmaceutiques retirent de la vente des vaccins (Pour les prochaines années, les profits devraient augmenter de 12% par an) [8] A cela il convient d’ajouter l’érosion des profits des compagnies pharmaceutiques qui proviendraient de la chute vertigineuse des maladies chroniques de l’enfance du fait que les taux de vaccination tomberaient en chute libre une fois que les conclusions de ces études seraient rendues publiques. Mais, s’il s’avérait même que ces études favorisaient les vaccins,  cela ne justifierait nullement d’obliger chaque enfant à risquer sa santé ou sa vie pour un bénéfice présumé pour les autres. Et en particulier, lorsque le risque individuel est indéterminable et les avantages hypothétiques.

 

Finalement, la suggestion de la responsabilité parentale évoquée par le Dr Caplan est absurde quand on prend en compte les alternatives documentées à la vaccination et qui sont plus efficaces et ne présentent aucun risque d’invalidité ou de décès. [9] Pourquoi devrait-on être pénalisé pour avoir recours à des moyens qui se sont avérés plus efficaces que les vaccins ? La vraie réponse est que ces moyens alternatifs ne sont pas rentables pour l’industrie pharmaceutique et dès lors, on ne veut pas en entendre parler. C’est aussi pourquoi ils ne peuvent représenter des alternatives légales aux vaccins obligatoires.

 Alan-Phillips-juriste-1AA.JPG

 Alan Phillips, Juriste

 

Contradictions juridiques

 

Ensuite, la position du Dr Caplan soulève des problèmes juridiques fondamentaux. Il y a d’abord le problème des exemptions légales aux vaccinations (qui concernent  probablement la grande majorité des parents qui ne font pas vacciner leurs enfants). Le Dr Caplan n’est nullement qualifié pour traiter ce problème de manière autoritaire ; il s’agit d’un problème d’ordre juridique. Il ne faut cependant pas être juriste pour se rendre compte qu’il n’est pas possible d’inculper quelqu’un parce qu’il exerce un droit légal. Cela n’a aucun sens. Mais, dans sa logique, le Dr Caplan propose d’abroger toutes les exemptions non médicales aux vaccins. Mais alors, quel sens ont encore les dispositions juridiques des 48 états, de tous les territoires des Etats-Unis, ainsi que des juridictions fédérales qui ont légalement choisi d’accorder des exemptions philosophiques et /ou religieuses ? Les législateurs sont sensés s’être demandé si les différentes exemptions constituaient un risque important pour la santé. Ils ont en effet été obligés de se livrer à de véritables enquêtes et, étant donné les intérêts concurrents des firmes pharmaceutiques, on peut être certain que ces enquêtes ont été parfaitement menées. Si les législateurs avaient pu déterminer qu’une exemption était susceptible de provoquer un risque significatif pour la santé, ils n’auraient, en tout premier lieu, pas adopté ces exemptions étant donné que les seules exemptions admises par la Constitution sont des exemptions médicales. [10] En conséquence, l’adoption d’une loi prévoyant une exemption vaccinale comporte une présomption légale que l’exercice de l’exemption ne posera pas de risque significatif à la santé ; c’est une question de droit. Non seulement le Dr Caplan s’écarte de l’évidence – en l’occurrence que personne ne peut être rendu responsable pour se conformer à une loi au sujet d’une exemption vaccinale – mais il s’éloigne et s’oppose aux législations de 48 états dont les exemptions non-médicales ne posent un risque pour quiconque, comme la loi l’indique – loi qui est basée sur les propres investigations scientifiques de ces législatures…

 

Fausses affirmations

 

Finalement, le Dr Caplan fonde sa position sur des renseignements faux et trompeurs. En particulier, M. Caplan a récemment affirmé que :

 

«  Les vaccins ont une efficacité de 92 à 95% » Le CDC de son côté dit cependant que les vaccins ont une efficacité qui varie entre 85 et 95%, et que la majorité des épidémies surviennent chez des enfants vaccinés. [11] Le vaccin contre la grippe, que le Dr Caplan ne distingue pas des autres vaccins par rapport à l’efficacité, est, selon une étude récente du Lancet efficace à 60%. Même ce chiffre a été réfuté par des experts médicaux et des études médicales revues par les pairs. [12] Le CDC lui-même a admis l’année dernière que les exemptions vaccinales n’ont pas été responsables des récentes épidémies de coqueluche. [13]

 

On dit que « Les nouveau-nés n’ont aucune immunité ». Cette affirmation est trompeuse. Depuis toujours les mères passaient les anticorps protecteurs qu’elles avaient acquis au cours de leurs maladies d’enfance à leurs nourrissons au travers du lait maternel.

 

Ces derniers temps, les mères ne disposent plus des anticorps naturels à transmettre à leurs enfants parce qu’elles ont été vaccinées au cours de leur enfance (depuis, l’immunité du vaccin contrairement à l’immunité naturelle, n’est que temporaire). Donc, si les nouveau-nés sont vulnérables, nous disposons de vaccins pour remédier à cette situation. Mais, le fait que les nourrissons d’aujourd’hui manquent d’immunité ne signifie pas que ces petits êtres doivent être soumis aux risques de dommages ou de décès qui pourraient être causés par les vaccins. Il existe d’autres moyens  plus efficaces, plus sûrs et moins coûteux de faire face aux maladies infectieuses.

 

On nous dit que nous devons avoir un taux de vaccination de 90% pour pouvoir protéger la communauté (sans doute selon la théorie de « l’immunité collective » largement acceptée.) Selon les affirmations du CDC sur l’efficacité du vaccin, on pourrait avoir une couverture vaccinale de 100% (une chose que le Dr Caplan admet comme non réaliste) et toujours ne pas atteindre le niveau d’immunité requis pour une immunité collective, du moins avec certains vaccins (Il est clairement impossible d’obtenir une immunité de groupe avec le vaccin contre la grippe). Si on examine la littérature médicale au fil du temps, on peut se rendre compte que le niveau d’immunisation nécessaire pour obtenir une immunité de groupe est en fait une cible mouvante. Le chiffre n’a cessé d’augmenter au cours des dernières décades et des épidémies se sont produites dans des populations de plus en plus vaccinées. La seule chose qui peut permettre un consensus sur les taux de vaccination nécessaire pour obtenir l’immunité de groupe, ce sont les profits de l’industrie. Au plus les taux pour obtenir l’immunité de groupe sont élevés, au plus la pression augmente pour vacciner toujours plus de monde. Cependant, la vérité est que personne ne sait quel est le taux de vaccination nécessaire (si vraiment il existe) pour réaliser une immunité de groupe, vu que toute la théorie a  été à plusieurs reprises remise en question, voire catégoriquement démentie. Il y a toujours eu des épidémies documentées dans des populations hautement vaccinées. Le CDC a même documenté une épidémie de rougeole dans une population vaccinée à 100%.

 

Une méta-analyse de nombreuses études qui ont porté sur des épidémies qui se sont déclarées dans des populations hautement vaccinées a conclu qu’au plus les taux de vaccination contre la rougeole étaient élevés, au plus la rougeole devenait  une maladie de populations vaccinées. [14] L’immunité de groupe est une théorie fausse et qui a même été réfutée. Elle existe  dans le seul but de soutenir l’industrie des vaccins hautement rentable. La médecine traditionnelle s’accroche à cette théorie qui a échoué, car elle permet de fournir la seule explication à la question de savoir pourquoi « vous » devez être vacciné pour protéger « les autres » - et pour qu’ « eux » à leur tour puissent évidemment « vous » protéger. Le phénomène de l’immunité de groupe peut s’avérer réel quand on a affaire à des maladies infectieuses naturelles, mais  elle n’est absolument pas fiable avec les vaccins.

 

Résumé et conclusion

 

Bien  qu’il soit clair que je suis en profond désaccord avec le Dr Caplan, je ne veux vraiment pas  que l’on puisse penser qu’il soit responsable de cette situation – Il a droit à son opinion comme tout le monde. Mais, dans la loi, nous avons un principe : « savait ou aurait dû savoir » qui fait que des gens sont parfois rendus responsables pour ce qu’ils auraient raisonnablement dû savoir, même s’ils ne savaient pas réellement. L’ignorance n’est pas toujours une excuse acceptable. Je dois dire que je ne sais pas si le Dr Caplan croit réellement que les parents devraient être tenus responsables ou non. Par contre, je crois vraiment que toute personne qui revendique  une autorité dans un certain domaine a une responsabilité éthique de s’informer suffisamment sur le sujet quand elle s’exprime publiquement. Il est immoral d’utiliser son autorité et son pouvoir pour promouvoir un agenda personnel ou privé sous prétexte de protéger le public. Soulever une question d’éthique sur la responsabilité des parents qui ne vaccinent pas leurs enfants, sans prendre la peine de mentionner que les vaccins comportent des risques de dommages et de décès, relève au mieux d’une négligence professionnelle.

 

Quant aux parents qui ont pris la décision de ne pas vacciner, ils ne devraient jamais être sanctionnés pour le choix éclairé qu’ils font en voulant protéger leurs enfants des risques de dommages ou de décès que comportent les vaccins. Et ce, tout spécialement quand le système politique qui impose les vaccins est rongé par la corruption et quand la politique vaccinale officielle est avant tout conçue pour servir et soutenir une industrie vaccinale multimilliardaire en croissance rapide. Compte tenu de cette réalité, aucune obligation vaccinale n’aurait, au grand jamais, dû être imposée à qui que ce soit.

 

Références

 

[1] See http://blogs.law.harvard.edu , and
http://hereandnow.wbur.org/2013/05/28/liable-unvaccinated-child

[2] The federal Vaccine Injury Compensation Program has paid approximately $100 million annually to vaccine victims and their families for about the past 25 or so years. See the NVICP website, http://www.hrsa.gov/vaccinecompensation/index.html --the Data and Statistics link.

[3] See, e.g.: a) on disease declines, "Immunization Graphs Prepared by: Raymond Obomsawin M.Sc., Ph.D., December 2009; http://www.theoneclickgroup.co.uk

b) on polio increase following introduction of the vaccine, "Dispelling Vaccination Myths," Vaccination Myth #6 Alan Phillips, http://articles.mercola.com , and "The polio vaccine: a critical assessment of its arcane history, efficacy, and long-term health-related consequences," Neil Miller, www.thinktwice.com/Polio.pdf , and

c) on outbreaks in highly vaccinated populations, see footnote 13 below.

[4] Percentage of vaccine adverse events reports: Less than 1%, according to Barbara Fisher, citing former FDA Commissioner David Kessler, 1993, JAMA, in the Statement of the National Vaccine Information Center (NVIC), Hearing of the House Subcommittee on Criminal Justice, Drug Policy and Human Resources, "Compensating Vaccine Injuries: Are Reforms Needed?", September 28, 1999; Less than 10% according to KM Severyn, R. Ph., Ph.D. in the Dayton Daily News, May 23, 1993; Only 10% according to the CDC as reported by the Association of American Physicians and Surgeons, Fact Sheet on Mandatory Vaccines, http://www.aapsonline.org/testimony/mandvac.htm

[5] "Scandal Exposed in Major Study of Autism and Mercury," http://mercury-freedrugs.org

[6] See, e.g., "Big Pharma, Bad Medicine, How corporate dollars corrupt research and education," by Marcia Angell, M.D., http://bostonreview.net/angell-big-pharma-bad-medicine

[7] Perhaps this will finally happen? See "Congressman introduces bill requiring study of autism rate in vaccinated vs. unvaccinated,"http://therefusers.com . Not all politicians are pharmaceutical industry cronies.

[8] Global Market Forecast to 2017, Research and Markets, May 2013, http://www.researchandmarkets.com

[9] See., e.g., "Successful Use of Homeopathy In Over 2.5 Million People Reported From Cuba," discussing scientifically verified use of homeoprophylaxis to prevent disease far more effectively than conventional immunization, and at 1/15 of the cost - with no disability or death from the treatment, http://homeopathyresource.wordpress.com

[10] See, e.g., Workman v. Mingo, No. 09-2352, U.S. Court of Appeals or the Fourth Circuit (holding that the Constitution does not require states to offer a religious exemption).

[11] Centers for Disease Control and Prevention, Vaccines and Immunizations, Misconception #2. The majority of people who get disease have been vaccinated,
http://www.cdc.gov/vaccines/vac-gen/6mishome.htm#Themajorityofpeople

[12] See, e.g., a) "Flu Shots, Fosamax and Pharmaceutical Fakery: The Common Use of Misleading Statistics in the Medical Literature," Gary G. Kohls, M.D., Dec. 3, 2011, http://www.thepeoplesvoice.org

b) "Vaccines for preventing influenza in healthy adults," a Cochrane Collaboration Review that issued a "WARNING" stating that "reliable evidence on influenza vaccines is thin but there is evidence of widespread manipulation of conclusions," http://summaries.cochrane.org , and

c) "What, in Fact, Is the Evidence That Vaccinating Healthcare Workers against Seasonal Influenza Protects Their Patients? A Critical Review," Int J Family Med. 2012; 2012: 205464, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3502850/ , which concluded: "The arguments for uniform healthcare worker influenza vaccination are not supported by existing literature."

[13] CDC, Press Briefing Transcript, Pertussis Epidemic in Washington State - 2012 Telebriefing, July 19, 2012, http://www.cdc.gov/media/releases/2012/t0719_pertussis_epidemic.html

[14] See., e.g.: a) "The Deadly Impossibility of Herd Immunity," Russell Blaylock, M.D., Neurosurgeon, International Medical Council on Vaccination, Feb. 18, 2012, http://www.vaccinationcouncil.org

b) 17 Examples of Admitted Vaccine Failure, http://vactruth.com/2013/02/23/17-examples-of-vaccine-failure/ , and

c)"Dispelling Vaccination Myths," Vaccine Myth #2, Alan Phillips, at http://articles.mercola.com , citing medical studies disproving herd immunity.
==========
About the author:
Alan Phillips, Vaccine Rights Attorney
attorney@vaccinerights.com, 1-828-575-2622

Vaccine Rights (www.vaccinerights.com)

 

Source: NaturalNews

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

Docteur X 10/06/2013 01:02

Ne vous occupez pas de mon diplôme. La direction d'IC en sait l'authenticité, qu'elle peut vous confirmer (croyez-vous qu'elle tolérerait dans ses colonnes une fausse prétention à ce titre sans
l'avoir vérifiée?), et d'ailleurs ce n'est pas à ce titre que je dénigre les vaccins. N'importe qui qui les étudie un tant soit peu aboutirait aux mêmes conclusions, et aurait envie de les hurler
de la même façon.
Libre à vous de préférer l'avis de ceux qui les fabriquent et qui les vendent plutôt que celui de ceux qui les utilisent et les étudient. Mais mon avis à l'avantage d'être non seulement
désintéressé, mais extrêmement peu rentable. Je vais toujours rire mes amis quand je leur dis qu'en renonçant aux vaccins, j'ai perdu en quatre ans l'équivalent d'une Porsche Cayenne.
C'est un réflexe constant, lorsqu'on manque d'arguments sur les faits, de commencer à s'attaquer aux personnes, et vous ne dérogez pas à la règle.
Quant aux publications, ça ne m'intéresse pas de tenter de convaincre mes confrères: ceux qui ont voulu savoir savent, les autres refuseront toujours l'évidence.
J'écris par contre beaucoup, ici et là, sur différents media alternatifs, et informer et convaincre les gens m'intéresse beaucoup plus que d'éclairer les aveugles ou de parler aux sourds.
Avec IC, nous nous sommes demandés si ce n'était pas mieux de publier sous mon nom: ce sont des emmerdements à n'en plus finir avec le conseil de l'Ordre, et nous avons convenu que j'étais plus
utile médicalement vivant que mort.
J'ai une fois dans ma vie affaire avec le conseil de l'Ordre.
C'était cette année, et à propos des vaccins, lorsque j'avais publié sous mon nom dans un media.
Ils m'ont convoqué devant les 19 membres du CDO. Je leur ai dit: banco! Quand j'aurai parlé une heure, 15 d'entre eux ne vaccineront plus jamais.
Après hésitation, la réunion s'est limitée au Président, au secrétaire et à moi. Après une heure, ils ont convenu qu'on vaccinait trop, trop tôt et avec trop de valences à la fois.
La sanction: "Soyez plus modéré!"
Çà vous la coupe? C'est pourtant ainsi.

el sombrero 08/06/2013 23:55

Vous usez d'argument d'autorité (je suis médecin). En soi, personne ne peut le vérifier. En utilisant un pseudonyme, on peut prétendre être n'importe quoi.
Ici, vous êtes à peut près sure de balancer ce que vous voulez comme argument anti-vaccin sans être inquiété. Facile d'user d'argument d'autorité sur terrain déjà conquis.
Sinon, que pensent vos collègues de vos propos? Avez-vous déjà exposé vos idées en congrès? Avez-vous déjà publié?

Docteur X 08/06/2013 23:23

"Les vaccins ont des taux d'efficacité très élevés, >90 à 95%. "
Il vaudrait mieux dire "les vaccins provoquent une élévation d'anticorps spécifiques dans 90 à 95%"
C'es une chose que je reconnais sans difficulté.
Mais ça ne signifie aucunement qu'il y ait pour autant la moindre immunité efficace.
On cite le cas d'un militaire israélien qui s'était fait hyper-immunisér pour donner des gammaglobulines antitétaniques.
Au point qu'il avait 3.000 fois le taux estimé efficace.
Il est cependant mort du tétanos.
Les anticorps sont juste un phénomène de foire pour épater les gogos. L'immunité est un phénomène infiniment plus complexe.
Ca vous ennuie que je sois médecin, et contestataire, et c'est pourtant le cas.
Nous sommes maintenant des milliers dans ce cas, et de plus en plus nombreux à nous exprimer publiquement.
Vous ajoutez des propos machistes qui ne relèvent pas votre niveau.
El sombrero et cumulus, si vous contestez mon titre, on aimerait juste connaitre les vôtres, et vos liens d'intérêt avec la mafia pharmaceutique: ça nous intéresse beaucoup.
Nous ne sommes pas entrés dans les laboratoires, mais nous avons entendu les témoignages d'anciens chercheurs en vaccinologie repentis, qui exposaient les vices cachés de leur activité. Il y en a
d'intègres, et ceux-là refusent d'être complices et quittent cette activité malhonnête.
J'ai étudié les vaccins pendant quatre ans, je pourrais vous dire parfois jour et nuit. Et mes conclusions s'affirment chaque jour un peu plus. Et pourtant j'ai vacciné pendant 30 ans.
J'affirme que tout médecin qui connait les vaccins y renonce. Ou alors il est malhonnête (ce qui est loin d'être exceptionnel).

cumulus 08/06/2013 18:26

Ne vous fatiguez pas el sombrero, c'est parfaitement inutile. Ces dames et leurs fournisseurs sont absolument imperméables à toute espèce d'approche rationnelle (je n'ose même pas dire
scientifique) et/ou tellement ancrés dans leurs erreurs que les reconnaître serait perdre la face. Alors, il ne reste plus que l'obstination à tout prix. Mais, vous allez voir, je suis certain que
c'est de ces mêmes travers qu'ils m'accuseront, moi et tous ceux qui refusent de confondre présomption de connaissance et réalité démontrable. Enfin, bonne soirée quand même.

el sombrero 08/06/2013 13:21

"Imposer au nom de cette "immunité de groupe" des vaccins à tous est éthiquement inacceptable, tout simplement parce que la sécurité des vaccins est mal évaluée et que les officiels n'ont donc
aucune idée du véritable rapport bénéfices/risques."

C'est vous qui l'affirmez. En fait, ce n'est pas l'avis de l'ensemble de la communauté médicale. Pour vous défendre, vous utilisez systématiquement l'argument du lobbying. En fait, vous estimez que
la communauté scientifique est corrompue dans son ensemble. C'est clairement du procès d'intention généralisé. Vous êtes semble-t-il très misanthrope et vous prêtez peu de foi à la bonne volonté de
nombre de personnes dévouées à leur travail. C'est dommage et blessant pour ces personnes.

Je me pose une question: Etes vous déjà entrée dans un laboratoire? Avez déjà discuté avec des chercheurs?


"De deux choses l'une, ou bien les vaccins auraient été testés sur plusieurs décénnies, en comparant des gens ayant reçu un vaccin donné à des gens n'en ayant jamais reçu, puis des gens qui
auraient reçu deux vaccins donnés (qui acceptent de les recevoir) à des gens n'en ayant jamais reçu, etc, jusqu'au calendrier vaccinal officiel. Avec évaluations des potentiels mutagène,
cancérogène et tératogène et analyses pharmacocinétiques, ce qui n'est jamais fait. Si ces tests sur plusieurs décades avaient réellement montré que les vaccins ne favorisent pas des maladies
chroniques graves et incurables, alors ce serait déjà moins immoral d'essayer de les imposer par la manipulation et la culpabilisation."

La manipulation et la culpabilisation, je vous les laisse. Les anti-vacc sont très doués à ce petit jeu:
www.dailytelegraph.com.au/news/opinion/grieving-parents-speak-out-against-anti-vaccination-extremists/story-fni0cwl5-1226650422913

Maintenant, comment diable espérez-vous conduire des études sur plusieurs décades en évitant tous les facteurs de confusion? Comment conserver l'homogénéité des groupes constitués à la base?
Comment établir un lien de causalité de façon suffisamment suffisamment sure après tant d'années alors que de multiples peuvent être à l'origine de problème de santé. Ce genre d'études est
complètement irréalisable en pratique et vous le savez. Les risques à court terme sont connus et sont faibles. Pourquoi pensez qu'il en serait autrement à long terme si ce n'est pour confirmer une
hypothèse à posteriori en créant des faux positifs (malgré plusieurs facteurs possibles ont choisi la vaccination comme responsable).

Ce que l'on constate, c'est une diminution importante de l'incidence de nombreuses maladies grâce à la vaccination et donc une diminution du nombre de morts ou des séquelles graves dues à ces
maladies.

"deuxio, seule option restante, les pouvoirs publics encouragent les firmes pharmas à développer des nouveaux vaccins qui apporteront une haute protection INDIVIDUELLE permettant alors réellement à
ceux qui ont envie de s'y soumettre de ne pas s'effrayer si d'autres autour d'eux n'en veulent pas."

Théorie du complot, populisme, procès d'intention. Cela permet de camoufler sa non-compétence en matière médicale.

"le harcèlement et la culpabilisation sur ceux qui..."

Sur ce plan, je ne peux vous reprochez d’être incompétente. Cela fait partie intégrante de la rhétorique anti-vaccins.

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA