Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 15:25

Des scientifiques expliquent pourquoi les vaccins HPV sont dangereux

 

Il n’existe aucune preuve que le Gardasil et le Cervarix puissent mieux prévenir le cancer qu’un bon programme traditionnel de dépistage. Par contre, il existe de solides preuves qui montrent que ces vaccins peuvent produire des dommages graves et potentiellement mortels. Ce rapport réalisé par quatre scientifiques montre comment la science a été détournée et corrompue pour promouvoir ces vaccins meurtriers.

 

Fille-libellule-Stavenson.jpgBy Catarina Carneiro de Souza

 

Par Heidi Stevenson, 5 août 2013

 

Des scientifiques qui ont effectué des recherches approfondies sur les troubles auto-immuns pouvant être causés par la vaccination, ont publié un nouveau papier dans l'American Journal of Reproductive Immunology (Journal Américain d'Immunologie de la Reproduction) au terme duquel ils estiment qu' « Il appartient aux médecins de rester dans les règles rigoureuses de la médecine fondée sur les preuves afin de pouvoir adéquatement évaluer les risques et les avantages de la vaccination contre le HPV. »

 

Dans leur article, il apparaît clairement qu’il n’existe pas de preuves d’un rapport bénéfices/risques positif pour les vaccins contre le papillomavirus humain (HPV), Gardasil et Cervarix.

 

Insuffisance ovarienne

 

Le document débute par la description et l’étude du cas de trois jeunes femmes dont le développement avait été tout à fait normal, mais qui ont souffert d’une insuffisance ovarienne après avoir été vaccinées contre le HPV. Ces trois cas ont fait l’objet d’une recherche approfondie et, à part le vaccin qui semble être le seul élément provocateur, toutes les autres causes possibles ont été écartées. Les auteurs font également allusion à un autre cas similaire bien documenté.

 

Il ne s’agit ici « que » de quatre cas de jeunes femmes dont la santé a été détériorée. Mais il est courant que les jeunes filles vaccinées soient aussi sous contraception hormonale (pilule) or celle-ci est hélas en mesure de masquer les symptômes d’une insuffisance ovarienne. La vérité est donc qu’il ne nous est pas possible de savoir combien de personnes ont ainsi eu leur fertilité altérée, et nous ne le saurons probablement  pas avant plusieurs années.

 

Ces cas ont été comparés à ceux de personnes ayant souffert d’un syndrome décrit il y a peu de temps : le syndrome inflammatoire auto-immun induit par les adjuvants (ASIA) caractérisé par l’existence de plusieurs critères. Tous les cas des filles étudiées correspondent à la définition donnée.

 

Ci-dessous, voici une copie du tableau qui indique quels sont les symptômes dont chaque fille souffre:

 

tableau-HPV-vaccins.jpg

 

Il s’agit de noter qu’un diagnostic de  syndrome « ASIA » nécessite que la personne souffre d’au moins deux  symptômes majeurs et de deux symptômes mineurs. En fait, les trois jeunes femmes ont  bien souffert du syndrome ASIA induit par le vaccin.

 

Le syndrome ASIA inclut le syndrome de la guerre du Golfe, la myofasciite à macrophages, le syndrome de fatigue chronique, et une auto-immunité induite (comme à la suite d’implants au silicone par exemple)

 

Les auteurs soulignent que les symptômes d’ASIA « sont tous trop facilement ignorés ou négligés comme non pertinents, comme non liés à la vaccination, non seulement par les patients et les médecins, mais aussi par les scientifiques impliqués dans la conception des essais vaccinaux. Néanmoins, de nombreux problèmes de santé mal définis qui tombent sous le spectre d’ASIA, sont souvent invalidants et sont donc d’une importance clinique significative. »

 

En d’autres mots, bien que beaucoup trop de cliniciens, médecins et chercheurs ignorent les symptômes d’ASIA, les qualifiant de « non pertinents et non liés au vaccin », le fait est qu’ils sont très certainement associés à des conditions de santé gravement invalidantes.

 

Les vaccins HPV et les maladies auto-immunes

 

Le document poursuit en abordant les vaccins HPV en rapport à l’auto-immunité.

 

Les auteurs de l’article soulignent que la littérature documente actuellement :

 

« … de nombreux cas qui soulignent le lien entre les réactions immunitaires indésirables et les vaccins contre le HPV, y compris pour des réactions ayant entraîné la mort. »

 

Ils citent le cas d’une adolescente qui a souffert d’étourdissements, de paresthésie, de troubles de la mémoire, de fatigue excessive, de sueurs nocturnes, de perte de la capacité d’utiliser des objets communs, de douleurs thoraciques intermittentes, d’accélération soudaine du rythme cardiaque après la vaccination contre le HPV. Cette jeune fille est morte subitement six mois après la troisième injection du Gardasil. L’autopsie n’a pas pu identifier les causes toxicologiques, microbiologiques ou anatomiques de la mort. Toutefois, les enquêtes menées par un chercheur ont montré que le sang et la rate avaient été contaminés par des fragments du gène HPV-16 L1 qui correspondaient aux fragments trouvés dans les flacons du vaccin Gardasil et provenant de lots différents. Les auteurs de conclure :

 

« Ces résultats suggèrent que le vaccin quadrivalent contre le HPV était en effet le facteur causal le plus probable dans ce cas particulier. Plus précisément, les fragments d’ADN du HPV détectés dans les flacons de Gardasil et qui semblent être fortement liés à l’adjuvant aluminium utilisé dans la formulation du vaccin, ont vraisemblablement été protégés de la dégradation enzymatique par des nucléases endogènes. »

 

Les auteurs soulignent ensuite que la vaccination contre le HPV a été associée à plusieurs maladies auto-immunes, y compris le syndrome de Guillain-Barré, des neuropathies démyélinisantes, des lupus érythémateux disséminés, des pancréatites, vascularites, purpuras thrombocytopéniques et l’hépatite commune. Les maladies auto-immunes les plus courantes associées aux vaccins anti- HPV sont d’ordre neurologique.

 

Après avoir passé en revue plusieurs cas bien documentés de maladies neurologiques auto-immunes survenues après la vaccination HPV, les auteurs  affirment :

 

« En effet, le Gardasil semble avoir échoué à répondre au moindre des quatre critères requis par la FDA pour accorder l’autorisation d’une approbation accélérée. »

 

La sécurité du vaccin contre le HPV n’a pas été évaluée

 

Il est connu que plusieurs ingrédients des deux vaccins HPV posent problème. Le premier a trait à l’utilisation de la levure commune Saccharomyces cerevisiae dans laquelle l’antigène du Gardasil est développé. Il est connu que le S. cerevisiae peut déclencher des réponses auto-immunes, comme discuté récemment dans les maladies auto-immunes liées à la levure dans les vaccins. Le Cervarix cependant a été produit avec un moyen différent, le Trichoplusiani.

 

Les deux vaccins, Gardasil et Cervarix, présentent encore d’autres différences, l’un par rapport à l’autre. Le Gardasil contient un simple adjuvant le sulfate d’hydroxyphosphate d’aluminium, tandis que le Cervaric utilise une combinaison d’hydroxide d’aluminium et de monophosphoryl-lipide A (MPL), à base d’huile.

 

Ces différences qui impliquent l’hyperactivation du système immunitaire et donc une capacité accrue pour l’un des deux vaccins de déclencher des maladies auto-immunes, a fait dire à une étude qu’il n’existait en somme pas d’effet secondaire avec l’un comme l’autre des deux vaccins.

 

Les auteurs notent qu’il existe des biais importants dans l’étude :

 

  • Seules les femmes qui n’avaient finalement reçu qu’une seule dose de vaccin ont été reprises dans l’étude, « ce qui rendait cette population moins sensible à la détection d’effets indésirables graves (étant donné que de tels événements se produisent à des fréquences moindres lorsque le nombre de doses est moins élevé) »
  • Les maladies auto-immunes qui ont fait l’objet de l’étude sont : troubles rhumatologiques, troubles auto-immuns divers, troubles neurologiques et ophtalmiques. Pourtant, pas un seul médecin qui examinait les participants n’était impliqué dans aucun de ces domaines !
  • Le Comité s’occupant des questions de sécurité a omis de prendre en considération le fait que « les maladies auto-immunes pouvaient être non spécifiques, ne pas correspondre parfaitement à une maladie auto-immune bien définie bien que gravement invalidante. »
  • L’étude a été financée par Merck qui fabrique le Gardasil et tous les autres auteurs de l’étude avaient des liens financiers avec Merck.

 

Plus important encore, dans chaque essai clinique destiné à évaluer la sécurité et du Gardasil et du Cervarix, les soi-disant groupes placebo ont reçu des injections qui comprenaient un adjuvant d’aluminium actif !

 

Bien que ce soit pratique courante dans les essais vaccinaux, cela constitue évidemment un moyen absolument évident de biaiser les résultats.

 

Peut-on dès lors s’étonner que ces chercheurs aient conclu qu’il n’existait pas de base de données probante pour documenter la sécurité du Gardasil et du Cervarix ?

 

Il est cependant clair que tout médecin qui se soucie sincèrement de la sécurité de ses patients doit traiter ce manque de preuves de sécurité comme une condamnation des vaccins contre le HPV. Et comme les auteurs ont également déclaré dans leurs conclusions :

 

« Etant donné que les femmes continuellement infectées par le HPV ne semblent pas développer de cancer si elles sont régulièrement examinées et que les avantages cliniques à long terme de la vaccination contre le HPV sont toujours sujets à caution, il serait recommandé de procéder à une évaluation plus rigoureuse des risques et des bénéfices des vaccins. Ainsi, les médecins devraient s’en tenir aux règles rigoureuses de la médecine fondée sur les preuves, afin de pouvoir évaluer adéquatement les risques et les avantages de la vaccination contre le HPV. »

 

Il n’existe aucune raison légitime de « pousser » ces vaccins alors qu’il existe au contraire de sérieuses preuves indiquant non seulement que ces vaccins contre le HPV sont susceptibles d’induire de graves problèmes de santé et même des décès, mais aussi que les preuves de leur efficacité continuent de manquer.

 

Référence de l’étude : Human Papilloma Virus Vaccine and Primary Ovarian Failure: Another Facet of the Autoimmune/Inflammatory Syndrome Induced by Adjuvants; American Journal of Reproductive Immunology; Colafrancesco S, Perricone C, Tomljenovic L, Shoenfeld Y; doi: 10.1111/aji.12151.

 

Source: Gaia Health

 

Mme Laanan avait déclaré au sujet des vaccins HPV, et notamment dans le cadre scolaire étant donné qu'à la rentrée prochaine, ce sera la troisième année de contrat conclu avec GSK pour l'achat de Cervarix administré par la médecine scolaire, qu'il n'y aurait aucun problème à reconsidérer le rapport bénéfices/risques de cette vaccination HPV si d'autres données complémentaires venaient à être publiées.

 

Elle répondait cela au Parlement début 2012, suite à la méta-analyse pourtant accablante de Shaw et Tomljenovic publiée dans Annals of Medicine fin décembre 2011. Cette méta-analyse qui passait alors en revue une centaine d'autres études scientifiques sur ces deux vaccins HPV, Gardasil et Cervarix, concluait déjà aux rapports bénéfices/risques et coût/bénéfices largement DEFAVORABLES de ces deux vaccins produits par génie génétique.

 

Cette nouvelle publication parue dans le très officiel American Journal of Reproductive Immunology, apporte cette fois un éclairage nouveau sur d'autres risques trop peu explicités au grand public jusqu'ici, à savoir les risques tout à fait concrets d'atteinte à la fertilité des jeunes filles vaccinées, comme le montrent tristement plusieurs cas d'insuffisance ovarienne chez des jeunes filles en l'absence de la moindre autre explication plausible (le British Medical avait déjà publié cela au sujet du cas d'une jeune fille vaccinée avec Gardasil).

 

Ce risque est d'autant plus minimisé et sous-estimé qu'un grand nombre de jeunes filles vaccinées sont aussi sous pilule contraceptive au moment de la vaccination, ce qui bien sûr, peut masquer une insuffisance ovarienne et est de nature à retarder de plusieurs années le diagnostic, jusqu'à ce que la jeune fille tente d'avoir une grossesse et ne soit alors plus en mesure de penser à établir un tel lien chronologique.

 

Ces données éclairent également d'un jour nouveau la décision japonaise de cesser de recommander ces vaccins, compte tenu que tout ce qui est susceptible de baisser le taux de fertilité, déjà très bas au Japon, est de nature à mobiliser encore bien davantage l'opinion publique dans des pays comme celui-là.

 

Selon nous, et compte tenu aussi des nombreux témoignages de jeunes filles qui sont consultables sur internet sur divers forums francophones et anglophones depuis 2007 déjà (!) et qui évoquaient des troubles caractéristiques des règles en post-vaccination (règles devenues anormalement faibles, voire qui disparaissaient ou alors à l'inverse devenaient très douloureuses voire hémorragiques), il est assez évident que ces vaccins anti-HPV pourraient bien donner lieu d'ici quelques années à un scandale d'une toute autre ampleur que celui de la Thalidomide. Juste le temps que la masse critique de jeunes filles vaccinées commencent à essayer d'avoir des enfants...

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA