Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 21:55

Alors que le package pharmaceutique de l'Union européenne constitue un beau cadeau aux pharmas qui sont les principaux gérants des données de pharmacovigilance, ne devant plus que mettre en place de simples "plans de gestion des risques" (qui n'interviennent donc qu'après coup, quand on a bien expérimenté sur le public), des députés européens se rendent compte tout d'un coup, après moult scandales sanitaires, qu'il faudrait peut-être essayer d'améliorer le système.

 

C'est ainsi qu'on pouvait lire le 10 mai dernier, sur le site du Parlement européen, que "Le 8 mai, la commission de la santé publique a demandé une amélioration de la détection des médicaments potentiellement dangereux et une accélération de leur retrait du marché."

 

La commission de la Santé du parlement européen (ENVI) a alors approuvé trois amendements, prétendument "phares":

 

"Ces amendements visent à clarifier la procédure et à renforcer la transparence. Ils prévoient une procédure d'urgence à caractère automatique entraînant le retrait d'un médicament du marché lorsqu'une entreprise décide de ne pas renouveler une licence de mise sur le marché pour des raisons de sécurité.

 

De plus, toute entreprise qui procède au retrait volontaire d'un médicament sur le marché doit déclarer expressément si elle le fait pour des questions de sécurité.


Enfin, la liste noire des médicaments soumis à une surveillance supplémentaire devrait inclure systématiquement tous les médicaments ayant fait l'objet d'une étude de sécurité post-autorisation."



Toutes ces mesures sont des mesures à posteriori, quand le mal est déjà fait. C'est à noter!

En outre, il est particulièrement naïf de compter sur l'honnêteté des pharmas pour reconnaître que le retrait du médicament a pour cause un défaut de sécurité. On l'a vu avec le vaccin Hexavac, en réalité retiré pour cause d'oedèmes cérébraux mortels du nourrisson mais dont la raison exacte du retrait a été maquillée en "efficacité insuffisante", avec la complicité active de l'Agence européenne du Médicament (EMA)!

 

Enfin, il faut mettre fin à toute hypocrisie et cesser de prétendre qu'on voudrait renforcer la détection de médicaments dangereux alors que les vaccins ne cessent de bénéficier d'un régime d'exception et de passes-droits insupportables en matière d'évaluation de leur sécurité!

 

Ainsi, tant que l'on n'imposera pas de vrais groupes placebos (avec des gens vierges de tout vaccin donc) pour tout essai clinique de vaccin;

 

tant que l'on n'imposera pas de tests de cancérogénèse, mutagénèse et tératogénèse aux vaccins comme c'est requis pour les autres médicaments;

 

tant que l'on n'imposera pas d'analyse pharmacocinétique aux vaccins, comme pourtant imposé aux autres médicaments;



tant que l'on n'imposera pas une formation correcte aux médecins et aux personnels soignants pour leur apprendre à reconnaître les effets secondaires des vaccins et ainsi lutter contre leur dramatique sous-estimation,

 

les députés seront dans l'hypocrisie la plus totale et ne mériteront pas la moindre estime pour de telles mesurettes qui ne sont définitivement PAS à la hauteur des enjeux quand on sait que rien qu'en France, annuellement, il y a pas moins de 300 000 hospitalisations dues aux effets secondaires des traitements!!!!!!!!

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Europe & International
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA