Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 15:30

Saluzzo-2-copie-1.JPG

Pour être un scoop, ça en est un (du moins pour ceux qui ne savaient encore rien sur les vaccins). Le Dr Jean-François Saluzzo, Directeur de Production des vaccins viraux et chef de projet Recherche & Développement pour les vaccins anti-SIDA, anti-dengue et contre le SARS chez Sanofi Pasteur mais également consultant pour l'OMS, a notamment déclaré dans une vidéo sur la fabrication et le contrôle des vaccins qu'ils ne savaient pas comment marchent les vaccins. Ils ne savent pas comment ça fonctionne mais il faut cependant qu'on continue absolument à vacciner sans savoir, dogme et idéologie obligent!!

 

Et cette vidéo, qui fait partie des cours de vaccinologie aux médecins (sic!), comporte bien sûr encore plusieurs autres belles perles que nous tenions à vous faire partager ci-dessous, histoire de ne franchement plus se faire vacciner idiot, comme on dit:

 

CIF Vaccinologie 2011- Fabrication et contrôle des vaccins

 

4’20’’

 

« Quels sont les éléments essentiels du vaccin ? Il y a d’une part les bactéries qui vont servir à produire les vaccins ; il y a aussi les virus, et un point important pour tout ce qui est en particulier les virus, ce sont des cellules eucaryotes, c'est-à-dire que les vaccins sont produits sur des cellules.

 

Tout ceci dans le cas des vaccins viraux. Il faut bien comprendre qu’il s’agit du vivant et tout ce qui va servir à cultiver un virus peut-être source de danger.

 

 Quand vous utilisez par exemple des sérums de veau, et bien vous devez être sûrs que le sérum de veau n’apporte pas un virus de la BSE dans les vaccins (BSE= encéphalopathie spongiforme bovine ou maladie de la vache folle), car c’est du vivant ; vous allez l’incorporer dans votre vaccin et vous risquez de l’avoir au final…

 

Au cours de toute cette activité de production vivante, à tout moment il y a un risque d’introduction d’agent contaminant dans le vaccin par l’intermédiaire des techniciens…

 

Le risque potentiel qu’il y ait un problème au niveau d’un vaccin, ce n’est pas les effets secondaires ; ça, on connaît les effets secondaires, mais c’est l’accident bête qui serait l’introduction d’un virus à l’intérieur du vaccin final. – Nous avons eu dans les années ’60 un drame qui s’est produit, c'est-à-dire que des cellules de reins de singes étaient contaminées par un virus qui s’appelait le SV40 qui est un virus tumorigène, et on a découvert que ce virus contaminait les vaccins, et notamment les virus utilisés chez les enfants. 60 millions d’Américains ont reçu ce vaccin tumorigène. Par chance, il s’est avéré qu’il n’était pas adapté à l’homme, mais ça a été une grande crainte…ça s’est reproduit, ça se reproduira ! »

 

7’18’’

 

« Dans le cas des virus aviaires, il y a eu le problème avec la fièvre jaune qui était contaminé avec un virus de leucose aviaire ; ça a été également un drame. Par chance encore une fois, 400 millions de personnes ont reçu ce virus de la leucose aviaire vivant qui s’est multiplié chez l’homme, mais par chance, il n’était pas pathogène. »

 

[…] « les cellules hétéroploïdes ont constitué une étape essentielle, mais posent encore énormément de questions. C’est une réflexion qu’il faut avoir. Par exemple la cellule MDCK pourrait être utilisée pour la production du vaccin contre la grippe ; c’est un excellent support de production du virus contre la grippe, mais elle est tumorigène et le grand débat philosophique qu’il y a : peut-on utiliser une cellule tumorigène pour faire un vaccin destiné à des enfants ?  13.20 - C’est vous dire qu’au niveau des autorités c’est une énorme discussion et pour les industries aussi. Certains disent que les quantités d’informations génétiques, c'est-à-dire d’ADN sont extrêmement faibles et qu’il n’y a aucun risque ; certains disent « oui, mais attention », on vaccine des enfants de 1 an à 5 ans et… dans 50 ans, qu’est-ce qui va se passer ? Donc, avant d’accepter une cellule comme ça, le débat est très ouvert. C’est actuellement ce qui se passe aux Etats-Unis avec le vaccin de la grippe produit sur MDCK par la société Novartis. Le débat, je peux vous dire, au niveau de la FDA reste très élevé parce que c’est moralement un problème très important. Que vous vacciniez une personne de 75 ans, le risque est très faible, mais quand vous vaccinez des enfants, vous vous posez aussi des questions sur le long terme. »

 

(En riant) : « Je ne veux pas dire qu’avec le vaccin il faut éliminer les personnes de plus de 75 ans. »

 

« En 1955, le premier vaccin a été mis au point par Jonas Salk, premier vaccin produit sur des cellules de reins de singe. Malheureusement il y a eu un drame qui s’est produit quelque temps après : un vaccin produit par les laboratoires Cutter était mal inactivé et il y a eu plus de 270 enfants qui ont contracté la polio et plusieurs sont décédés. »

 

(En ce qui concerne les vaccins mal inactivés) :

 

« Pour le vaccin contre la rage ; c’est arrivé au Brésil où il y a eu plusieurs dizaines de personnes qui sont mortes de rage. »

 

(Concernant la fièvre jaune) 42’19’’

 

« Pendant la guerre, l’armée américaine avait décidé de vacciner tous ses soldats qui partaient, ainsi que les anglais. Donc, on a vacciné et malheureusement, il y a eu une dramatique épidémie d’hépatite B. Il y a eu 28.000 cas d’hépatite B suite à la vaccination contre la fièvre jaune. Parmi les vaccinés, il y en a eu un qui était très fameux : Churchill qui a été vacciné avec un vaccin contre la fièvre jaune contaminé par l’hépatite B. »

 

49’20’’

 

« Il n’y a pas de solution miracle pour produire un vaccin ; on ne sait pas vraiment comment. »

 

50’15’’ 

  

« Une des raisons essentielles de l’histoire des vaccins, c’est qu’on ne comprend pas comment marchent les vaccins. Tout simplement parce que quand un vaccin a été mis au point, plus personne ne s’intéresse au vaccin, si bien que de nos jours quand un nouveau virus apparaît, on ne sait pas comment les autres vaccins ont marché et est-ce qu’on peut s’inspirer d’autres vaccins ? Je pense que si on veut faire des progrès dans l’avenir dans le domaine de la vaccinologie et des vaccins nouveaux, c’est d’étudier d’abord la réponse immunitaire. »

 

51’

« …Jamais on n’a pu faire un vaccin avec une protection mucosale…tout simplement parce qu’on met toujours la charrue avant les bœufsOn ne connaît pas comment marchent les vaccins. »

 

Visionnez ici le condensé de ces "perles" du Directeur de la Production des vaccins viraux de Sanofi Pasteur et consultant pour l'OMS:

 

 

Certains trouvent à rire avec la vaccinologie tandis que beaucoup de gens pleurent en silence, sans toujours savoir la raison de leur tragédie de santé personnelle...

Partager cet article

Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article

commentaires

initiative intelligente 20/09/2017 13:17

a initiative citoyenne,
Le truc dans votre raisonnement, c'est que PERSONNE NE VOUS OBLIGE à prendre l'avion ! Ni à aller à la boulangerie !..

Initiative Rationnelle 21/09/2017 08:31

"a initiative citoyenne, Le truc dans votre raisonnement, c'est que PERSONNE NE VOUS OBLIGE à prendre l'avion ! Ni à aller à la boulangerie !.."

Autre différence: Le pain fait des miettes alors qu'un vaccin n'en fait pas. Pourtant cette différence ne concerne pas la distinction danger-risque et il serait irrationnel de l'invoquer pour réfuter cette distinction.

C'est un raisonnement qui montre qu'il existe un DANGER de mourir en mangeant du pain alors que le RISQUE, lui, est parfaitement maîtrisé.

C'est un raisonnement qui montre qu'on peut dire que le pain est dangereux et qu'il est pourtant parfaitement sûr d'en manger.

C'est un raisonnement qui reste vrai, que le fait de manger du pain soit obligatoire ou pas.

En revanche il serait faux de refuser une éventuelle obligation au prétexte que le pain est intrinsèquement dangereux alors que les risques d'une contamination accidentelle, eux, sont extrêmement faibles.

(il y a une seconde erreur dans votre message, je vous laisse la trouver)

Initiative Rationnelle 21/07/2017 08:38

"on ne sait pas comment marchent les vaccins"

En clair: "Nous avons raison, et voici l'anecdote qui le prouve". On remarque en vous lisant que n'importe quel scientifique qui dira quelque chose qui bouscule vos idées préconçues se trompe, ou ment, alors que celui-ci non seulement dit la vérité mais a de plus parfaitement raison. Que cette personne ait pu simplement vouloir dire qu'il n'y a pas de recette toute faite pour créer un vaccin (Il dit également "Il n’y a pas de solution miracle pour produire un vaccin ; on ne sait pas vraiment comment") n'est même pas le problème ici. Il s'agit là d'un sophisme de dénombrement imparfait (ou cherry picking). De même que vous relevez les anecdotes d'effets secondaires, vous relevez les anecdotes de citations qui vous arrangent. Le raisonnement n'est pas plus rationnel.



"ça a été une grande crainte… ça s’est reproduit, ça se reproduira" et autres rappels historiques.

On peut savoir avec certitude qu'un accident grave surviendra dans le futur ET considérer un système comme étant le plus sûr au monde. Lorsqu'un avion s'écrase, des centaines de personnes décèdent en une seule fois. "ça s’est reproduit, ça se reproduira !". La prochaine fois, les victimes se compteront par centaines, c'est une CERTITUDE. Pourtant, les statistiques indiquent que l'avion est l'un des modes de transport les plus sûrs au monde. Ce n'est pas incompatible puisque l'on considère deux aspects totalement différents: L’occurrence (risque) et l'impact (danger). M.Saluzzo fait un commentaire sur l'impact, vous tirez des conclusions concernant l’occurrence, ce qui est irrationnel.

Votre raisonnement hémiplégique, qui consiste à mettre en avant les risques et à passer les bénéfices totalement sous silence pourrait être utilisé tel quel pour supprimer à peu près tout de la chirurgie à l'aviation commerciale. L’occurrence et l'impact sont deux choses tout à fait distinctes, on ne compte plus les domaines dans lesquels les risques sont si bien maîtrisés qu'on imagine même plus les conséquences. Il n'empêche que les conséquences sont tout à fait dramatiques quand les problèmes surviennent.


Dites-nous, faut-il fermer les boulangeries ?

"cinq morts, cinquante personnes internées dans des hôpitaux psychiatriques et deux cent cinquante personnes atteintes de symptômes plus ou moins graves ou durables." - https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_pain_maudit

lintux38 17/07/2017 22:13

Vous avez voté Macron ??
A présent vous l'avez dans le fiond !!!

Jiefzed 11/07/2017 07:43

Le microbe n'est rien , c'est le terrain qui est tout !!! Les vaccins ? 100 médecins pour , 100 médecins contre , qui a raison ? Et Pasteur n'a jamais guérit ce petit alsacien contre la rage qui nel'avait pas .

Chamaret 10/07/2017 10:26

Je me demande si ces abrutis auront le courage de publier le nombre de morts suite à un rejet allergique aux vaccins par rapport au nombre de morts non vaccinés.

lintux38 17/07/2017 22:16

Et s'ils publiaient le nombre de rescapés grâce aux vaccins ???
Ça pourrait faire drôle !!!

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA