Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 17:41

Vaccin Gardasil

Le front de la critique

Le-front-de-la-critique article landscape pm v8 Le vaccin Gardasil du laboratoire Sanofi. © Julio Pelaez/Maxppp

 

10 avril 2014. Vanessa Boy-Landry

 

Le vaccin Gardasil était à l’ordre du jour, mercredi dernier, de la conférence de presse organisée par Michèle Rivasi (Verts/ALE). Alors que vacciner pour prévenir du cancer du col de l’utérus reste recommandé en France, la députée européenne a rassemblé plusieurs voix qui en contestent l’efficacité et alertent sur le risque d’effets secondaires graves.

 

Le vaccin Gardasil, un scandale sanitaire international?  C’était la question soulevée lors de la conférence de presse initiée par Michèle Rivasi, mercredi dernier, qui en préambule précise qu’elle n’est «absolument pas anti-vaccin», mais souhaite «donner la parole à des lanceurs d’alerte et à des chercheurs sans conflits d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique» sur les risques potentiels graves du Gardasil. Bien que la balance bénéfice-risque du vaccin ne soit pas remise en cause par les autorités de santé dans le monde, la députée rappelle qu’il a cessé d’être recommandé au Japon en 2013 et retiré du calendrier vaccinal en Autriche, dès 2008, suite à des effets secondaires graves. La députée dit s’interroger sur la sécurité d’un produit dont la mise sur le marché a été précipitée tant aux Etats-Unis qu’en France, et dont l’efficacité, depuis 2007, ne cesse d’être contestée par plusieurs médecins et chercheurs dans le monde. 

 

“Quand les victimes déclarent des effets secondaires graves d'un vaccin, elles deviennent suspectes”

 

Rappelant que plus deux millions de jeunes femmes sont aujourd’hui vaccinées en France, Michèle Rivasi se demande si François Hollande travaille pour l’intérêt public ou pour les laboratoires, quand celui-ci projette de doubler la couverture vaccinale chez les adolescentes afin «d’éradiquer la maladie», comme il l’a annoncé, début février, lors de sa présentation du plan cancer 2014.  Cette réhabilitation du vaccin, trois mois après la plainte au pénal de Marie-Océane, 18 ans, contre le laboratoire Sanofi, est un choc pour les familles des victimes qui souffrent d’un «déni sociétal». «Il est temps de se faire reconnaître en tant que victimes par ces laboratoires de plus en plus puissants!», lance, ému, le père de Marie-Océane, atteinte d’une encéphalomyélite aiguë disséminée (sclérose en plaques) suite à des injections de Gardasil. Bien que pour la première fois en France, l’expertise a révélé l’imputabilité du vaccin dans l’apparition de la maladie auto-immune, Sanofi ne l’entend pas de cette oreille et réfute la preuve scientifique. «Sera-t-on un jour informé loyalement des risques de ce vaccin? Y aura-t-il une jurisprudence Gardasil?», ajoute Me Coubris, l’avocat de la famille, qui annonce 25 plaintes supplémentaires pour la fin du mois. «Quand les victimes osent déclarer les effets secondaires graves d’un vaccin, elles deviennent suspectes», s’indigne Mme Lochu, qui s’exprime en tant que «mère et soignante», et dont la fille Orianne, 24 ans, est atteinte d’une myofasciite à macrophages, une maladie dégénérative suspectée d’être induite par l’aluminium utilisé comme adjuvant, notamment dans le Gardasil. Des risques rares et méconnus dont la sous-notification est importante, tant en France (entre 1 et 10% des effets secondaires graves sont déclarés) qu’outre-Atlantique (moins de 10%).

 

Pour le neurologue Christopher Shaw (University of British Columbia), «des cas comme celui de Marie-Océane sont hélas de moins en moins rares». D’après le chercheur, les atteintes du système neurologique sont plus fréquentes avec le Gardasil qu’avec d’autres vaccins. A l’international, de forts soupçons pèsent sur l’innocuité de l’aluminium dans les vaccins. En France, l’ANSM participe depuis 2013 au financement d’une étude de l’Inserm (Henri Mondor) sur l’épineuse question de cet adjuvant. Avec le Pr Romain Gherardi, le Pr Jérôme Authier, du centre des maladies neuromusculaires (Henri Mondor), a démontré le lien entre l’aluminium vaccinal et la myofasciite à macrophages. «Ce n’est pas parce que l’on est vacciné qu’on développe la maladie», précise-t-il, mais on détecte la présence de cristaux d’aluminium (lésions dans le tissu musculaire) parfois des années après l’injection. On relève une persistance anormalement prolongée de ces lésions chez des gens qui souffrent de douleurs musculaires, articulaires, de troubles cognitifs, de sclérose en plaques. Le refus de prendre en compte ces pathologies, de faire le lien avec les vaccins, relève de la maltraitance pour les patients.»

 

"Une généralisation du dépistage par frottis suffirait à faire chuter la mortalité de ce cancer”

 

Au-delà de ces risques encore méconnus et controversés, le Gardasil rend-il un service à la société en termes de santé publique? Est-il efficace? Pour les chercheurs réunis par la députée, les promesses des laboratoires sont loin d’être tenues. Promu comme étant efficace sur 70% des lésions responsables du cancer du col de l’utérus, il ne protège en fait que sur 16,9% des infections, et sur une durée inconnue, les femmes vaccinées avant le démarrage de leur vie sexuelle. Est-il utile? Le dépistage par frottis, qui reste recommandé par l’Ansm (Agence nationale de sécurité du médicament) en complément de la vaccination, évite 80% des cancers du col utérin. Or le risque est fort que les femmes ne se fassent plus dépister par frottis, une fois vaccinées. «Aujourd’hui, 50% des femmes ne se font pas dépister par frottis. Or, une généralisation de cette prévention suffirait à réduire la mortalité de 1 000 à 100 femmes par an», précise Serge Rader, pharmacien lanceur d’alerte. Alors que des doutes pèsent sur l’efficacité et l’innocuité du Gardasil, généraliser un vaccin à 120 euros la dose contre 15,40 pour le frottis, laisse à penser, ajoute-t-il, que «les intérêts financiers priment sur ceux de la santé publique». 

 

Autour de la table, plusieurs s’accordent à dire que le taux réel d’efficacité du vaccin est connu des autorités de santé. Pour la neurologue Lucija Tomljenovic (University of British Colombia), des dysfonctionnements (manque de moyens et de personnels) au sein de la FDA (Federal Drug Administration) ont pu constituer une source d’erreurs pour l’évaluation scientifique de ce vaccin dont la mise sur le marché a été accélérée (6 mois). «L’Agence américaine est la référence mondiale et les autorités de régulation continuent à perpétuer le message selon lequel le Gardasil va sauver des vies», ajoute-t-elle. «A la lumière de tous ces questionnements, il faut demander un moratoire et exiger des études indépendantes», conclut Michèle Rivasi. Alors que plus de 1000 professionnels de la santé en France réclament aujourd’hui la mise en place d’une mission parlementaire sur le Gardasil, le feu vert vient d’être donné par l’Europe à un schéma de vaccination en deux doses chez les enfants de 9 à 13 ans. Le Gardasil, une affaire à suivre...  

 

Source : Paris Match

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA