Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 18:25

Le Soir de ce 3 août 2011 consacrait une "belle" demi-page en titrant "Un vaccin universel contre la grippe".

 

Cet article traite de la découverte par des chercheurs anglais et suisses d'un anticorps qui serait capable d'agir sur tous les types de grippes A. Information déjà relayée par l'AFP il y a quelques jours.

 

"Cet anticorps est tiré du plasma humain. Les scientifiques sont parvenus à isoler des leucocytes (globules blancs) capables de produire cet anticorps apte à reconnaître les seize sous-types du virus de la grippe A et désignés par la lettre H dans le nom des souches, comme le H1N1. Le H désigne en fait l'hémagglutinine, une protéine située à la surface du virus de la grippe et qui constitue la cible de l'anticorps."

 

Et Frédéric Soumoins d'accorder une nouvelle fois une tribune au Pr Goubeau, virologue à l'UCL (sans bien entendu rien mentionner de ses conflits d'intérêts!):

 

"L'intérêt est de prouver que l'on peut produire artificiellement, en clonant un anticorps rare, ce que la nature ne produit pas, c'est à dire un anticorps qui agit sur 16 sous-types de la grippe A." explique le professeur Patrick Goubeau, professeur de virologie à l'UCL.

 

Celui-ci poursuit sur sa lancée:

 

"C'est un résultat très prometteur, car rien jusqu'ici ne prouvait que cela existait. Ce qui est intéressant, c'est qu'il vise l'hémagglutinine, c'est à dire précisément l'élément qui, sous la pression de l'immunité humaine, offre une grande variabilité qui complexifie la recherche d'un vaccin. Mais si c'est un progrès important sur une piste fondamentale de recherche, ce n'est pas encore le Saint-Graal. Il faut maintenant prouver que ce qui fonctionne chez la souris et le furet le fait aussi chez l'homme. Il y a quelques années, un vaccin élaboré à Gand, qui visait une autre partie de l'enveloppe virale, fonctionnait très bien chez l'animal...et très mal chez l'homme. Il faudra aussi trouver un antigène qui fabrique cet anticorps. L'isoler, c'est très bien, le produire à coup sûr, c'est une autre affaire. Cela pourrait prendre dix ans. Dans un stade ultérieur, rien ne dit non plus que le virus de la grippe se calmera sagement. C'est un virus à ARN, donc très sujet à la mutation. Quand il aura rencontré cet anticorps miracle, il créera peut-être un 17° sous-type de virus, personne ne peut le prédire."

 

 

Le Pr Goubeau parle de « résultats très prometteurs », « d’un Saint-Graal non encore atteint » mais dans le même temps, il rappelle aussi qu’il s’agit là d’un anticorps que la nature ne produit pas en temps normal et que rien ne permet de dire que le virus grippal ne mutera pas pour déjouer ce type de barrage.

Une fois encore on nage donc en pleine contradiction car comment se réjouir de « forcer la Nature », comment imaginer que l’arrogance scientifique sans limite de chercheurs croyant faire mieux que la Nature, ne sera pas sanctionnée par un terrible « retour de bâton » ??

 

C’est déjà ce que l’on peut constater avec l’allongement sans fin du calendrier vaccinal des enfants qui sont de plus en plus souffreteux, sans cesse plus sujets à l’asthme, aux allergies, aux maladies auto-immunes de personnes âgées etc

 

L’adaptation du virus et du monde microbien est, au contraire de ce que dit le Pr Goubeau, assez prévisible : avec des vaccins bactériens comme celui contre la méningite C ou le vaccin antipneumococcique Prevnar, on a en effet constaté une hausse compensatoire des autres souches de même types et donc une inutilité patente des vaccins. Si ce n’est pas un 17° sous-type grippal qui finit par émerger « par ricochet », cela pourrait bien être un nouveau virus dévastateur qui pourrait venir conclure tous ces sinistres tripotages coûteux et inutiles d’apprentis-sorciers en tous genres.

 

A une époque comme la nôtre où les médias ne cessent de surfer sur « la nouveauté » et apportent sans cesse la preuve de leur manque d’objectivité, il importe de se rappeler que nouveauté ne rime pas forcément avec progrès. En témoignent par exemple les récents vaccins anti-HPV (cancer du col de l’utérus) qui, à peine sortis, ont déjà réussi à défrayer la chronique en raison des nombreux effets secondaires graves qu’ils ont déjà réussi à occasionner. Et il y a tout lieu de craindre la même chose lorsqu’on lit l’enthousiasme de chercheurs liégeois se réjouissant de ce que l’aluminium vaccinal force les cellules à cracher leur ADN, expliquant que cela permettra de recourir à d’autres types d’adjuvants, sur le même principe…

 

En Belgique, le coût annuel des vaccinations antigrippales, désormais prônées à tout va (toutes les personnes de – de 50 ans même si elles sont en bonne santé, les femmes enceintes, toute personne de plus de 6 mois avec une affection chronique, les obèses, les fumeurs, bref, TOUT LE MONDE sauf ceux qui ont compris) est de 20 MILLIONS d’euros. Et ceci alors qu’il est prouvé (et les fabricants le savent) que cette vaccination est inefficace ou très peu efficace. La collaboration Cochrane a contribué à mettre cela en évidence. Le Dr Anthony Morris, ancien chef du contrôle des vaccins à l’agence américaine FDA l’a reconnu. La Caisse d’Assurance Maladie de Nantes avait aussi mené une enquête en 1993 et avait ainsi pu constater que les personnes vaccinées contre la grippe étaient plus souvent malades et consommaient davantage que les autres en frais de santé. Tout ceci est su et bien connu mais malgré tout, cet argent continue d’être versé à l’industrie en pure perte.

Même la virologue Lise Thiry admettait, en 1996, sur RTL (Controverse), qu’elle trouvait qu’on faisait « beaucoup de battage pour le vaccin contre la grippe », estimant que des personnes qui ont des poumons sains sont parfaitement en mesure de supporter une grippe. Nombreux sont les gens qui sont là pour témoigner qu’après le vaccin antigrippal, ils n’ont jamais été aussi malades de leur vie et que jamais plus ils ne le referont. Si le vaccin actuel était aussi efficace qu’on ne le dit, pourquoi donc ces chercheurs plancheraient-ils sur un vaccin universel soi-disant plus efficace ? Tant qu’ils ne l’ont pas encore mis au point, il est certain que ce vaccin antigrippal classique continuera d’être officiellement présenté comme « efficace » et vanté au plus grand nombre tandis que quand leur Saint-Graal sera catapulté sur le marché, on se mettra à laver plus blanc que blanc en prétendant que la nouvelle version est infiniment supérieure aux anciennes. Allons donc !

 

Le problème posé cette obsession de vaccination universelle est en fait double : non seulement se posera la menace de contrainte car le vaccin produit en plus grande quantité sera disponible pour l’ensemble de la population et non plus seulement des « groupes prioritaires » déjà très vastes. Mais en plus se pose la question de l’allocation de ressources car tout cet argent ainsi dévoyé dans une voie de recherche hasardeuse (et par la suite par une prise en charge massive de la Sécurité sociale) est autant d’argent qui ne pourra être investi plus utilement ailleurs comme par exemple dans le développement et la diffusion des moyens sûrs et naturels de renforcer son immunité de façon non sélective, contre tous les types de microbes.

 

Lire aussi notre autre article à ce sujet,

"Vaccin universel contre la grippe: progrès ou menace?"

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe saisonnière
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA