Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 22:18

diabetes.jpg

Un récent article de la presse canadienne évoquait la piste d'une guérison du diabète de type 1 par l'intermédiaire d'un vaccin selon les travaux d'une équipe de chercheurs de Stanford, en Californie.

 

L'article donne peu de détails mais il appelle toutefois quelques commentaires importants.

 

L'article indique que ce vaccin supprimerait la réaction auto-immune indésirable qui mène au diabète de type 1, ce qui permettrait d'en venir à bout.

 

Ce que l'article n'indique toutefois pas est que le diabète de type 1 est une affection de type lésionnel où il y a donc une destruction d'une zone de cellules du pancréas. Or en général, au moment du diagnostic, les gens sont déjà à un stade lésionnel avancé (car en fait le corps est capable de "compenser" tout un temps avant cela). On voit donc mal comment ce vaccin thérapeutique pourrait arriver à temps ou même ressusciter les précieuses zones-clés déjà détruites.

 

L'article dit aussi que "ce vaccin semble efficace sur une période de deux mois" et que des tests plus approfondis devront être menés.... 2 mois c'est vraiment court, combien de doses pourraient être requises et peut-être même à vie pour un nombreux et juteux marché de diabétiques de type 1 dans le monde?

 

Selon ces scientifiques, ce vaccin ne supprimerait que la réaction immunitaire indésirable qui se retourne contre le pancréas sans affecter le reste de la réponse immunitaire dans son ensemble.... ça, ça reste à prouver et à vérifier. Avec les autres vaccins en général aussi, on a l'habitude de nous dire qu'on en a les avantages sans (ou avec si peu) les inconvénients.

 

Mais surtout, ce qui importe, c'est de voir que ce futur vaccin ressemble au principe d'un vaccin contre les allergies, alors que le diabète de type 1 comme les allergies peuvent être causés par... des vaccins!

 

On en parle trop peu, et certainement pas dans les médias grand public mais les vaccins peuvent en effet causer le diabète de type 1. Plusieurs recherches l'ont démontré. Le vaccin contre l'haemophilius influenzae de type b fait à quasi tous les enfants (et inclus dans les vaccins pentavalents et hexavalents donc dans l'infanrix quinta/penta, le pentavac, l'infanrix hexa et l'hexyon) et la valence anti-hépatite B (aussi incluse dans les vaccins hexavalents) font donc des vaccins hexavalents des vaccins doublement diabétogènes. Mais à part ça certains font semblant de s'étonner de la hausse du diabète de type 1 chez les enfants, ... on marche vraiment sur la tête dans un monde bien hypocrite et très irresponsable!

 

Voici ce que le Dr Classen qui a étudié le lien entre vaccin hépatite B et diabète, déclare dans le livre "La santé publique en otage; les scandales du vaccin contre l'hépatite B." de Eric Giacometti:

 

« En 1996, j'ai publié dans le New Zealand Medical journal une étude qui montrait une augmentation de 60 % des diabètes chez les enfants après la campagne de vaccination massive entre 1988 et 1991. Le diabète est une maladie autoimmune qui peut avoir plusieurs causes et qui est bien connue des spécialistes de la sécurité des vaccins. À l'époque, je voulais seulement lancer un signal d'alerte et que les pouvoirs publics lancent des études sur ce sujet. Un rapport officiel est paru deux ans plus tard pour mettre en pièce mes travaux. Selon ce texte, aucun autre médecin n'avait trouvé les mêmes tendances. Mais mes véritables ennuis ont commencé après mon passage à la télévision dans une émission d'ABC. J'ai été convoqué par le docteur Neal Hal sey, l'une des plus grosses huiles du milieu de la vaccination, professeur au john Hopkins Hospital, responsable de l'association des pédiatres américains, membre du Comité national des vaccinations. En guise d'entretien, c'était un procès en bonne et due forme. Je me suis retrouvé seul face à une assemblée de médecins, du NIH, du CDC, de la FDA, qui m'ont attaqué violemment, me reprochant d'avoir voulu affoler la population sans fondements. Selon eux, je risquais de détruire la campagne de vaccination alors que mes travaux avaient été réfutés. Exprimer des inquiétudes dans un média grand public sur un vaccin était inqualifiable. Depuis, j'ai été marginalisé comme opposant aux vaccins, un comble alors que mes recherches n'ont comme seul but que de renforcer leur sécurité ! Or, il existe un véritable problème avec ce vaccin et le public est en droit d'exiger une plus grande transparence, mais il est clair que cette affaire met en jeu des intérêts énormes. Si on ne trouve rien, c'est surtout parce qu'on ne veut rien trouver. »

 

Par la suite complète Eric Giacometti, auteur du livre « La Santé publique en otage, les scandales du vaccin contre l’hépatite B. », j'apprendrai que le docteur Halsey, l'accusateur principal de Classen, entretient des liens financiers avec les fabricants de vaccins.

 

En 1999, le Dr J.B Classen écrivait une lettre au British Medical Journal dans laquelle il rappelait aussi les résultats de ses autres travaux sur le lien entre vaccin anti-haemophilius influenzae de type b (Hib) et diabète de type 1:

 

« En mai 1998, une conférence fut organisée à Bethesda, Maryland pour évaluer nos données. Au cours de cette conférence, nous avons précisé que les données concernant le vaccin corroboraient les résultats de nos publications, à savoir que quand la vaccination avait lieu à l’âge de 2 mois, elle était associée à un risque accru de diabète. Notre analyse est également confirmée  par une augmentation similaire des cas de diabète après la vaccination Haemophilus Influenzae type b aux Etats-Unis, ainsi qu’au Royaume Uni (5).

 

En outre, nous devons signaler que, dans le groupe d’enfants vaccinés, l’augmentation des risques de diabète dépasse en importance ce qui était attendu en ce qui concerne la diminution de complications de la méningite à Haemophilus influenzae de type b. »

 

Il semble donc que la première des priorités n'est pas de "trompéter" au sujet de ces nouvelles découvertes mais d'informer avant tout utilement le public pour essayer d'éviter la survenue initiale de cette maladie en recommandant de vacciner moins.

 

Dans un monde normal où les médias fonctionneraient bien, de façon libre et indépendante, il est évident que les journalistes auraient le droit et même le devoir déontologique de mentionner ces éléments qui éclairent d’un jour nouveau ce genre de « percée ». Mais voilà, il se trouve que les médias ne fonctionnent pas très bien, que donc leur lectorat ne cesse de baisser ce qui est logique, et aussi que les vaccins sont vraiment LE tabou des tabous. Du coup, ils ne relaieront que le côté « enthousiasmant » et partial de ce genre de nouvelle. C’est pourquoi cela reste très intéressant, et cela le sera de plus en plus, de varier ses sources d’information et de consulter par exemple le site très fourni d’Initiative Citoyenne !

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article

commentaires

Noel 28/03/2016 17:52

sa fait 40 ans que j attend parler de recherche pour le diabete type 2 et jamais rien de sérieux se passe merci

Initiative Citoyenne 31/03/2016 14:09

Bonjour Noel, si le sujet du diabète de type II vous intéresse, lisez donc ceci car ça fait aussi des années que ces véritables infos progressistes (qui tranchent avec les pseudo futurs progrès technologiques...) existent mais qu'elles sont tues par les médias mainstream:

http://www.macroeditions.com/produits/soigner-son-diabete_cousens

Lisez aussi ici et ici notamment:

http://diabetes-hebdo.com/berberine-ou-epine-vinette/

http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=1299

Bonne lecture!

lairy 03/06/2015 08:05

Mon pt fils a le diabète 1 .à 1 ans âpres le vaccin .mais en milieu hospitalier .il faut surtout pas dire que cet à cause du vaccin .et pourtant il y en de plus en plus .

Initiative Citoyenne 04/06/2015 09:32

En effet, et le pire est que le corps médical conseille même deux fois plutôt qu'une aux patients déjà diabétiques d'être encore plus vacciné, ce qui ne fera qu'aggraver leur état... quel scandale, quel entêtement dans l'erreur et dans l'idéologie!
http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccination-des-patients-a-risque-encore-plus-risquee-112472926.html

ammari 05/12/2013 16:07

salut je vous demande exactement quand sera disponible ce fameux vaccin vraiment les enfants souffrent de l'insuline
mrci

sela 17/07/2013 17:42

Bonjour,

Je souhaite vous remercier d'avoir pris le temps de me répondre,je n'ai finalement pas fait de vaccins pour mon deuxième enfant,j'en ai parlé au medecin qui m'a alors proposé le revaxis avec
seulement le dtp mais en faisant mes propres recherches j'ai apris que l'autorisation de mise sur le marché est seulement destinée au plus de 6ans, je suis vraiment étonnée que le medecin me le
propose, je sais qu'il ya le infanrix hexa qui ne comprend pas l'hepatite b et le hib, qu'en pensez vous?Si je fait celui ci et que j'espace au max les rappels?

encore merci, est ce que vous êtes chercheurs?

sela 03/07/2013 11:19

bonjour,

Il nya aucun cas de diabete de type 1 ni chez mon mari ni chez moi,mais vraiment personne ni arriere grand parent ni tante ni cousin vraiment aucun cas.

Initiative Citoyenne 04/07/2013 22:48



Cela plaide alors encore bien davantage en faveur d'un lien de causalité strict entre la vaccination et la genèse du diabète, là où souvent, quand il y a des cas dans la famille,
les officiels qui sont sur la défensive pourraient par exemple prétexter que les vaccins n'auraient tout au plus fait que révéler une maladie sous-jacente qui aurait tôt ou tard fini par se
manifester...


Mais même dans ces cas-là où il y a des cas de diabète dans la famille, il faut savoir que l'éclosion de cas de diabète quelques mois ou même années après ces vaccins auraient pu ne jamais
survenir de toute la vie en l'absence de ce genre de déclencheurs. Ou alors survenir bien plus tard dans la vie avec plusieurs bonnes années sans maladie d'ici là.


Dans le cas de votre enfant diabétique, il y a plusieurs indices objectifs qui plaident en faveur d'un lien net de causalité avec la vaccination:


1°) l'existence de publication scientifiques et donc d'études qui attestent du caractère diabétogène de plusieurs valences que l'enfant a reçues (l'effet  synergique de
plusieurs valences diabétogènes étant évidemment encore pire )


2°) Le fait que la maladie se manifeste après toute une série de rappels (or l'étude de Kobe montre que des rappels rapprochés, comme cela se fait en bas-age, sont associés à un
risque accru d'auto-immunité)


3°) l'aspect temporel. La maladie survient un mois après un rappel. Il faut savoir à ce sujet que 75% des effets secondaires graves de vaccins se manifestent endéans les 60 jours
après un vaccin OU un rappel (selon le rapport de 2004 du Forum européen de vaccinovigilance, ayant porté sur 1000 cas d'effets secondaires, tous
âges, tous vaccins et tous pays confondus)


4°) L'absence de tout antécédent familial de la maladie.


5°) Dans les rares enquêtes qui ont vraiment comparé les enfants vaccinés à des enfants non vaccinés (0 vaccins), on voit que l'incidence du diabète de type 1 est aussi statistiquement
plus faible chez les non vaccinés... Voir ici la comparaison sur les 5 premières années de vie entre 312 enfants complètement vaccinés et 231 enfants n'ayant jamais reçu de vaccins (enquête
hollandaise):


http://ddata.over-blog.com/3/27/09/71/2012-2013/Etude-Hollandaise--NVKP.pdf


6°) Les propos de diabétologues ou d'immunologistes reconnus, comme par exemple le Pr Lucienne Chatenoud. Voici ses propos:


Ces 6 éléments plaident nettement en faveur d'une relation causale entre vaccination et diabète de type 1. C'est aussi pour ça que selon nous il est très utile que les gens et les parents
pensent à disposer d'une prise de sang AVANT la moindre vaccination, parce qu'il est beaucou trop facile de chaque fois prétendre à "une simple coïncidence"...


Lisez aussi ces deux documents suivants, ils vous éclaireront encore davantage pour les décisions à prendre pour votre deuxième enfant et aussi les autres décisions pour votre enfant déjà
diabétique. Vous avez été désinformée par le corps médical et vous avez cru faire le mieux possible pour votre enfant. Le plus important maintenant, ce n'est en tout cas pas de vous en vouloir
mais d'essayer d'utiliser à bon escient les informations supplémentaires dont vous disposez aujourd'hui:


http://ddata.over-blog.com/3/27/09/71/2012-2013/Enfants-non-vaccines--courrier-d-ALIS.pdf


http://ddata.over-blog.com/3/27/09/71/2012-2013/Enfants-non-vaccines--interview-d-un-pediatre.pdf


Bien cordialement


 


« L’hypothèse la plus avancée est l’hypothèse hygiéniste, indique
Lucienne Chatenoud. Dans tous les pays industrialisés, on observe une diminution des infections endémiques chez les jeunes enfants,
liée aux programmes de vaccination et à l’utilisation des antibiotiques ; or cette diminution est corrélée à une augmentation de la fréquence des
maladies auto-immunes ou dysimmunitaires : diabète de type 1, sclérose en plaques, maladies inflammatoires de l’intestin, mais aussi les allergies."



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA