Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 11:05

Voici encore un fort bon exemple de propagande grossière en faveur de cette inutile et dangereuse vaccination dans le magazine d'une mutualité française et la réponse tout à fait à-propos que lui a réservée Jean-Paul Pellet:

 

GRIPPE propagande d'une mutualité, octobre 2014Voir ici cette propagande bas de gamme de la Mutualité Sociale agricole (MSA)

 

Et la réponse de Jean-Paul Pellet, pleine de bon sens, qui tient en une page.

 

Chacun gagnerait à agir ainsi, à son échelle, en écrivant à sa mutualité, au journaliste ou au député qu'il connait, tant ces propagandes sont grossières et indignes du moindre esprit raisonnable. Les affiches qui tentent de diaboliser les microbes en les représentant comme dans des dessins animés, montrent à quel point le public est volontairement infantilisé et à quel point aussi, il s'agit de lui fourrer dans la tête une croyance (basée sur l'imagination) en vue de le persuader à tout prix, plutôt qu'une connaissance rigoureuse, en le laissant libre de se forger sur cette base sa propre conviction.

 

Mise à jour au 20 octobre 2014:

 

EST-CE QUE CETTE PROPAGANDE FONCTIONNE? 

 

Visiblement de moins en moins...

 

Saint-Quentin : grippe: pas de risque de crève générale avec l’homéopathie?

 

PUBLIÉ LE 20/10/2014

 

Ils sont de plus en plus nombreux à hésiter à se faire vacciner et préfèrent se tourner vers la médecine parallèle. Y compris chez les personnes âgées.


« La grippe c’est pas rien, alors je fais le vaccin. » Tel est le slogan de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière proposée par l’Assurance maladie, qui a débuté en France jeudi 16 octobre. Il semble pourtant que le désamour pour les vaccins semble durablement s’installer, y compris chez les sujets dits « sensibles », comme les plus de 65 ans. Et que bon nombre de personnes continuent de bouder la fameuse injection. Soit parce qu’elles estiment « être suffisamment en bonne santé et ne pas en avoir besoin », comme l’indique Pierre sur le marché de Saint-Quentin. Soit par « méfiance vis-à-vis du vaccin en lui-même, surtout depuis l’épisode de la grippe A, je ne me fais plus piquer », déclare Henri de Gauchy.

 

Si ce n’est pas la cohue dans les pharmacies pour venir chercher le vaccin, il n’est, pour autant, pas question de ne rien faire en attendant que ladite grippe ne frappe d’ici le mois de janvier, période où le pic de l’épidémie est attendu. La médecine parallèle fait ainsi désormais figure de panacée.

 

« L’homéopathie prend de l’ampleur, c’est certain, confie-t-on dans une officine située dans le quartier de Remicourt. Beaucoup viennent en chercher, ils en prennent par petites doses durant tout l’hiver, et c’est censé avoir les mêmes effets que le vaccin. »

 

Même son de cloche dans une pharmacie du quartier de Saint-Martin. « En France, les gens ont toujours été réticents vis-à-vis des vaccins, même si ceux qui sont habitués à le faire continuent de le faire. Mais il y a aussi une tendance à se diriger vers l’homéopathie comme traitement alternatif. On en commande de plus en plus car de plus en plus de personnes prennent les deux pendant toute la période hivernale pour être couvertes jusqu’à la fin de l’hiver », déclare le gérant. Un discours confirmé dans une officine du centre-ville où l’on « a commandé 10 % de vaccins en moins cette année. C’est ce qu’il m’était resté de l’an dernier, sachant que les vaccins non vendus ne sont pas repris et voués à la destruction. La tendance est plutôt vers la prévention homéopathique. Les gens qui ne se vaccinent plus se dirigent vers ça.

 

Une dame m’a dit récemment qu’elle avait fait une réaction au vaccin, et c’est pour cette raison qu’elle se tourne maintenant vers l’homéopathie.

 

« J’ai vendu 25 % d’homéopathie en plus que l’an dernier »

 

Enfin à Europe, un pharmacien abonde dans ce sens. « J’ai vendu 25 % d’homéopathie de plus que l’an dernier. Ça vient en substitution du vaccin. Les gens sont plus amenés à prendre des choses moins chimiques. Certaines personnes ne comprennent pas qu’elles se font vacciner plusieurs années, et qu’un jour, elles fassent une réaction avec un syndrome grippal. J’ai fait le vaccin et pendant 3-4 jours j’étais grippé. »

 

Assiste-t-on à une tendance de fond ou à un simple effet de mode ? Globalement, de nombreux pharmaciens n’ont pas à se plaindre des débuts de la campagne de vaccination. Ce sont souvent les mêmes personnes qui viennent d’une année sur l’autre, avec leur bon de vaccination. Mais l’épisode H1N1, s’il appartient au passé, a néanmoins laissé des traces dans les esprits.

 

Source : Aisnenouvelle.fr

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe saisonnière
commenter cet article

commentaires

Germain-F 19/10/2014 06:20

« Les médecins devront surveiller les effets secondaires » (du vaccin contre la grippe A/H1N1) ; par CARMEN KREFT-JAÏS, chef du département de pharmacovigilance à l'Afssaps

Source : http://www.leparisien.fr/societe/les-medecins-devront-surveiller-les-effets-secondaires-04-09-2009-627210.php - Publié le 04.09.2009

[…] Or, des effets secondaires graves sont possibles, comme l'a montré l'apparition de 1 000 cas d'une maladie neurologique grave appelée Guillain-Barré aux Etats- Unis, en 1976.

A l'époque, 30 personnes sont mortes, à la suite d'une vaccination massive de 45 millions d'Américains contre la grippe A, entraînant l'arrêt de la campagne de vaccination par le président Gérald
Ford. […]

[…] L'expérience que nous avons avec le vaccin contre la grippe saisonnière montre toutefois que cette pathologie est rare, de l'ordre de 40 à 80 cas pour 40 millions de personnes vaccinées. […]

Germain-F 18/10/2014 13:25

- 9 Morts à la maison de retraite ...

[…] BOBIGNY le 26 janvier 2004 -

Une épidémie de grippe pourrait expliquer les neuf décès enregistrés entre les 9 et 20 janvier parmi les 80 pensionnaires d'une maison de retraite de Sevran (Seine-Saint-Denis), a annoncé lundi la
DDASS (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales).

"D'après le premier rapport du professeur Freymuth, virologue à l'hôpital de Caen, les personnes âgées de la maison +Villa des Fleurs+ ont été victimes de la grippe", a précisé Philippe Blanchard,
directeur de la DDASS.

"Les pensionnaires ont été vaccinés contre la grippe mais chez les personnes âgées, le vaccin est peu actif", a-t-il souligné. […]

Source : http://www.afpap.org/medidep_morts.htm


- Pourquoi treize résidants sont morts de la grippe

[…] Que les victimes soient décédées alors qu'elles avaient été vaccinées contre la grippe n'étonne pas Antoine Flahaut, responsable du réseau Sentinelles à l'Inserm (Institut national de la santé
et de la recherche médicale) […]

« Il ne protège pas à 100 %, surtout à cet âge-là. La plupart des décès liés à la grippe surviennent chez des gens vaccinés de plus de 80, voire 90 ans. » […]

source : http://www.leparisien.fr/societe/pourquoi-treize-residants-sont-morts-de-la-grippe-11-03-2005-2005770667.php

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA