Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 22:15

Otite--Fotolia.jpg

Une étude indienne menée au sein de l’institut régional de recherche sur l’homéopathie de Jaipur, au Rajasthan par Sinha MN et son équipe et parue dans Homeopathy en 2012 a prouvé la supériorité de l’homéopathie sur un traitement conventionnel composé d’analgésique, d’anti-inflammatoire ou d’antipyrétique puis d’antibiotiques dans les cas d’otite moyenne aiguë.

 

L’étude a concerné 81 enfants, entre 2 et 6 ans, dont 80 ont été suivis jusqu’au terme fixé, soit le 21e jour. Quarante et un patients ont été randomisés pour recevoir un traitement allopathique, 40 ont reçu un traitement homéopathique (Pulsatilla nigricans, Mercurium solubilis, Chamomilla), Silicea, le recours à un traitement antibiotique n’étant envisagé qu’au 3e jour en l’absence d’amélioration significative.

 

Globalement, tous les enfants ont guéri avant le terme de l’étude, mais les moyens employés ont été différents. Le recours à un antibiotique (azithromycine ou amoxicilline) a été jugé nécessaire chez 39 des patients du groupe allopathique mais chez aucun du groupe homéopathique, les enfants de ce groupe ayant été soulagés plus rapidement de leurs symptômes que les autres.

 

Cela signifie donc que dans l’otite moyenne aiguë, qui touche 3 enfants sur 4 avant l’âge de trois ans, l’homéopathie est aussi efficace qu’un traitement conventionnel comprenant une antibiothérapie, avec les inconvénients qu’elle génère, et alors que l’on constate que les antibiotiques sont de moins en moins actifs.

 

Dans un éditorial associé, le Pr Jennifer Jacobs, du Département de santé publique et épidémiologie de l’Université de Washington, appelle de ses vœux un vaste essai randomisé contrôlé versus placebo pour apprécier l’efficacité de l’homéopathie dans l’otite moyenne aiguë, rappelant dans son argumentaire que cette pathologie est la première cause de prescription d’antibiotiques en pédiatrie, avec 60 % des prescriptions. Or souligne-t-elle, bien que l’Académie américaine de pédiatrie (AAP) implore ses membres de ne pas recourir d’emblée aux antibiotiques mais de préférer en première intention les analgésiques ou les gouttes auriculaires, 15 % seulement suivent cette recommandation.

 

Cette pathologie est l’une des plus courantes en médecine générale et en pédiatrie. Son origine est le plus souvent virale mais elle peut se surinfecter par un germe comme Streptococcus pyrogen, Streptococcus pneumonia, Hemophilus influenza, ou Moraxella catarahalis.

 

Ces résultats devraient intéresser au plus haut point tous ceux qui s’inquiètent aujourd’hui de l’usage trop automatique des antibiotiques.

 

Sylvie Simon.

 

Référence: « Randomized controlled pilot study to compare Homeopathy and Conventional therapy in Acute Otitis Media ». (Sinha MN, Siddiqui VA, Nayak C, Singh V, Dixit R, Dewan D, Mishra A.) in Homeopathy. 2012 Jan;101(1):5-12.

 

Ce genre d’information ne fera jamais l’objet d’une dépêche Belga ou d’un article dans la presse grand public évidemment, non. Dans le même temps, les médias offrent toutes les tribunes possibles et imaginables aux jérémiades des doyens de facultés de médecine qui appellent à faire cesser… le remboursement des médecines alternatives dont l’homéopathie ! Ces doyens se basaient notamment, ironie du sort, sur le rapport du Centre fédéral d’Expertise des Soins de Santé (KCE) qui affirmait de façon assez péremptoire, il faut bien le dire, qu’il n’existait aucune preuve d’efficacité de l’homéopathie !

 

Pour les « experts » du KCE, les gens qui ont été soulagés par l’homéopathie ont donc soit bénéficié d’un « effet placebo » soit ils auraient de toute façon guéri spontanément. Mais alors si c’est le cas, pourquoi a-t-on absolument dû prescrire des antibiotiques à 39 enfants dans le groupe conventionnel et à aucun dans le groupe « homéopathie » ?! Cela ne tient absolument pas debout ! Mais bien sûr, c’est à ce genre d’ « experts » que s’adressent les pouvoirs publics pour décider par exemple ou non de rembourser les onéreux et risqués vaccins de Big Pharma, comme par exemple les vaccins anti-HPV, les vaccins anti-rotavirus ou encore les vaccins contre les pneumocoques qui tous, à chaque fois, reçoivent bien évidemment un avis positif du KCE. Mais là encore, ironie du sort, un des pseudos arguments du KCE pour juger positivement le « service médical rendu » des vaccins de dernière génération contre les pneumocoques (Prevenar et Synflorix, ce dernier ayant depuis été retiré du marché en Belgique en décembre 2012), c’était… l’importance des otites moyennes qui pourraient ainsi être prévenues ! On comprend donc le peu d’intérêt que ces gens ont de reconnaître que l’otite moyenne est certes fréquente mais qu’elle n’est pas grave du tout en sachant qu’avec une médecine comme l’homéopathie, il n’y a nul besoin de recourir aux antibiotiques de Big Pharma….

 

Voir aussi:

 

Médecines alternatives: les doyens défendent leur pré carré!

 

L'homéopathie vue par le KCE: la paille et la poutre

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Pluralisme thérapeutique
commenter cet article

commentaires

Jacques Lefort 08/02/2013 08:36

Dans l'otite moyenne l'action de l'aromathérapie est excellente également.

Initiative Citoyenne 09/02/2013 20:11



Tout à fait, l'aromathérapie est également efficace dans bien d'autres maladies infectieuses d'ailleurs, vous avez raison de le souligner!


Bien à vous.



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA