Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 23:22

Nous sommes fiers de pouvoir reproduire ici, avec l'aimable permission de l'auteur, un texte d'une grande importance et d'une grande cohérence, persuadés que beaucoup de confrères pensent tout bas ce que le Dr Didier Tarte ose ici dire tout haut. Enfin une bouffée d'oxygène et de bon sens, cela fait réellement du bien!

 

Intouchables, inquestionnables… et puis quoi encore ?!

 

Voici un article « Eviter la casse avec les médicaments » très bien fait et très pertinent pour lequel on doit remercier la revue de l'Union française des Consommateurs Que Choisir de présenter ainsi son numéro spécial sur la santé d’Octobre 2012.

 

Une démonstration rigoureuse et fine où  nous trouvons ces réflexions :

 

« Les médicaments sont censés nous soigner. Pourtant ils peuvent nous rendre plus malades, voire nous tuer, car tous sans exception, induisent des effets indésirables. Parfois mal connus, souvent mal compris par les patients et mal pris en compte par les médecins, ils sont d’une manière générale sous estimés. Tous les médicaments sont dangereux, en théorie comme en pratique. En théorie, parce que ces substances actives provoquent de multiples effets dans notre corps, désirables ou non. »

 

Voilà des observations très intéressantes dont on se demande pourquoi un genre de médicaments très particulier se trouve toujours exclu de ces constatations. Alors que plus encore que les médicaments, ces substances actives provoquent de multiples effets dans notre corps, désirables ou non.

 

Allons ! Qui pourra trouver ce genre de médicament si particulier, jamais suspecté de tels effets ? Fin du suspense ?

 

Pour ceux qui auraient du mal à trouver : il s’agit des vaccins.  En effet ils tombent parfaitement sous le coup de toutes ces remarques ainsi que de celles que nous allons relever plus loin. L’auteur souligne à juste titre : « tous sans exception induisent des effets indésirables….. Ils sont d’une manière générale sous estimés. »

 

Ainsi surgit un espace d’exclusion de la réflexion concernant spécifiquement les vaccins. Pourquoi cette situation permettant aux vaccins d’échapper au droit d’inventaire comme celui que l’on doit avoir vis-à-vis de tout médicament ? De quelle logique suspecte et trouble cette attitude est-elle le témoin ?

 

Le vaccin a réussi ce tour de force de devenir intouchable ! Insoupçonnable même, sauf de la part de personnes qui reçoivent alors l’étiquette de sectaire et plus grave encore de « lobby anti vaccin ». Appellations qui permettent d’office de réduire à néant toute interrogation sur les risques, mais surtout qui permet de déconsidérer ceux qui s’interrogent.  De la part du lobby vaccinal, cette accusation ne manque pas de piquant, voir d’odieux, quand on sait les considérables moyens financiers dont il dispose et de sa capacité d’imposer aux Etats des contrats léonins où Big pharma se trouve dédouanée de toute responsabilités vis-à-vis des effets secondaires, comme cela s’est concrétisé en catimini lors de l’épisode du H1N1. Or ces protestataires, ainsi déconsidérés, n’ont comme pouvoir d’influence et de révélation, comme prétendu « lobby », que leur conscience, leur témoignage, et leur cri d’alarme renouvelé.

 

Depuis longtemps, il est tout à fait avéré officiellement qu’à peine 1 à 10 % des effets secondaires sont effectivement recensés et comptabilisés[1]! Et ce pourcentage est encore plus faible en ce qui concerne les vaccins.

 

L’article fait encore ressortir :

 

« Toujours suspecter le médicaments. En plus de leur nocivité directe, les effets indésirables peuvent être indirectement dangereux dans le cas où ils ne sont pas reconnus comme tels. (Ne peut-on évoquer plus justement une réalité insoupçonnable concernant les vaccins ?)

Les experts qui ont été interviewés le déplorent : les professionnels de santé n’envisagent pas assez la culpabilité possible du médicament. « Et si c’était le médicament ? », voilà la question qui doit se poser souvent, préconise Bruno Toussaint, directeur de la rédaction de la revue Prescrire. Devant tout nouveau symptôme, le médicament doit figurer dans la liste des causes possibles. » 

 

Voilà qui est parfaitement dit, mais comme par hasard jamais formulé  à propos des vaccins (notamment à la revue Prescrire !) Ce parti pris est-il tolérable ?  N’y-a-t-il pas là un incroyable manque de rationalité ou même d’éthique, que les vaccins soient ainsi blanchis d’office ? Si les dangers des médicaments sont dénoncés, ces mêmes experts semblent méconnaître totalement la part des vaccins dans l’émergence et la progression des maladies chroniques, auto-immunes[2] et dégénératives qui justement devient le pain béni pour tous ces nouveaux médicaments.

 

Et l’article poursuit même que « le meilleur test consiste, quand c’est possible, à arrêter le médicament suspect ».  Et bien justement, cette situation est exclue en ce qui concerne les vaccins ! Leurs effets désirés ou non ne peuvent être suspendus. C’est une mèche allumée qui attend son heure d’expression plus ou moins loin dans le temps suivant les facteurs de déstabilisation de la vie auquel chacun est soumis. Par ailleurs, il faut insister sur le fait, que les médicaments sont censés s’adresser à des personnes malades alors que les vaccins ne sont majoritairement injectés à des personnes en bonne santé. Et ceci, dès les premiers jours de la vie alors que le système immunitaire  n’est pas encore pleinement constitué. N’est ce pas là une excellente façon de le dénaturer dès la naissance ? Comment ce qui semble logique à propos des médicaments, deviendrait illogique à propos des vaccins ? Quel statut ces derniers ont-ils pu acquérir pour s’affranchir de la loi commune de la raison et de la rigueur ? Et même de l’honnêteté ?

 

Sans le savoir l’article enfonce le clou, si on veut faire l’effort minimum d’étendre la réflexion des médicaments jusqu’aux vaccins, en présentant un encart spécial intitulé Méfiance ! où il précise :

 

« Un excès d’optimisme envers un médicament est toujours douteux. Ces deux petites phrases doivent nous alerter.

 

1 - C’est un médicalement totalement sûr.

2 – C’est un médicament tout nouveau. 

 

Pour conclure la fin de cet encart avec « D’une certaine façon, les utilisateurs des médicaments jouent les cobayes ».

 

La première affirmation reproduit le refrain mille fois entendu à propos des vaccins. Mais ce qui doit être suspecté à propos des médicaments ne tiendrait-il plus à propos des vaccins ? Voilà une bonne logique, digne de Diafoirus ! Toujours l’effondrement de la réflexion autour des vaccins….

  

Et que vient de formuler récemment le Docteur Anne Marie Moulin[3], lors d’une émission de France 5 intitulée « Vaccins, le virus du doute »[4] ? « Il ne faut pas cacher au public que ces nouveaux vaccins sont des vaccins expérimentaux et que, quelque part, on ne peut pas se passer d’un saut dans la population pour appliquer à un grand nombre d’individus un vaccin, qui par définition, n’est pas nécessairement adapté à la constitution de chacun. C’est là un enjeu aujourd’hui ». A rapprocher donc avec la conclusion de l’encart : « D’une certaine façon, les utilisateurs des médicaments nouveaux jouent les cobayes ».

 

Il semble justifié de conclure ces remarques en reprenant la démonstration faite par le Docteur Alain Perrier dans son livre Vaccins : Abus de conscience. « L’évolution du symbole du caducée montre clairement l’évolution de l’éthique médicale au cours des siècles. Le passage de la verticalité à l’horizontalité et la suppression des attributs transcendantaux de l’homme nous permettent de mieux comprendre que le médecine moderne ne soigne plus des Etres Humains, mais de simples créatures réduites à l’état d’objet.»[5]

 

N’est-il pas alors nécessaire de rapprocher ce texte avec l’interview toute récente du professeur Philippe Even[1][6], lors de la sortie de son livre sur les médicaments : «L’entreprise médicale menace la santé» ? Mais là encore, les vaccins sont exclus de la réflexion.  Toujours ce statut d’intouchable en action !  Les vaccins à l’instar de Méduse, qui pétrifiait les mortels qui osaient la regarder, ont acquis un statut capable de paralyser la pensée de la presse et celle des instances officielles. Une sidération incompréhensible de la capacité de s’interroger à leur propos.

 

Dr Didier Tarte.

 

 


[1] Introducing MEDWatch A New Approach to Reporting Medication and Device Adverse Effects and Product Problems   David A. Kessler, MD, for the Working Group JAMA, June 2, 1993-Vol 269, No. 21

[3] Le docteur Anne-Marie Moulin, directrice de recherche au CNRS, historienne de la médecine avec son livre L’aventure de la vaccination a siégé au Comité technique des Vaccinations.

[6] Le Nouvel Observateur du 13 Septembre 2012, ainsi que sur le site du journal

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA