Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 13:00

L’Administration Obama cherche à faire approuver des tests

sur les enfants pour le vaccin contre l’anthrax 

  

Vera Sharav,

Alliance pour la Protection de la Recherche Humaine

 

anthrax.jpg

L’administration Obama cherche à obtenir l’autorisation de mener des expérimentations médicales moralement inadmissibles et non-thérapeutiques qui exposeraient des enfants en bonne santé à des risques graves.

 

Plus précisément, le Ministère de la Santé et des Services Humains cherche à tester sur des enfants, le très controversé et dangereux vaccin contre l’anthrax.

 

Depuis plus d’un an, la Commission a tenté de trouver une justification pour l’approbation d’une politique proposée par le gouvernement qui violerait les principes fondamentaux de l’éthique médicale. Ces principes ont pourtant été mis en évidence et sont devenus obligatoires en vertu du code de Nuremberg après les atrocités commises sous le régime nazi.

 

Conformément à la loi américaine, la recherche impliquant plus qu’un risque minime et aucune perspective de bénéfice direct pour la personne [enfant] est interdite chez les enfants en bonne santé (45 CFR 46, subpart D).

 

Si l’on ne met pas fin à ces tentatives, le gouvernement américain pourrait fouler aux pieds les interdictions éthiques et juridiques en essayant de trouver des « contre-mesures médicales » pour tester le vaccin sur des enfants non protégés et incapables de donner un consentement libre et éclairé. Le gouvernement américain soumettrait ainsi des enfants en bonne santé et provenant de milieux socio-économiques défavorisés à des risques de santé injustifiables, les exploitant comme s’il s’agissait de cobayes.

 

La question fondamentale – qui n’a pas fait l’objet de précision de la part de la Commission ou de l’Administration - est de savoir QUELS ENFANTS VONT ETRE CHOISIS pour des expérimentations qui violent les normes éthiques et morales ?

 

Si l’histoire peut nous servir de guide, l’intérêt des enfants défavorisés risque d’être sacrifié au profit de puissantes entités commerciales et gouvernementales.

 

Plus de dix ans se sont écoulés depuis que les Etats-Unis ont fait l’objet d’attaques terroristes, le 11 septembre 2001.

 

Il n’a jamais été démontré qu’une quelconque arme biochimique ait constitué une menace pour les Américains, qu’ils soient civils ou militaires.

 

La seule exception a été l’envoi d’enveloppes contenant de l’anthrax en octobre 2001 par un scientifique Américain travaillant dans un laboratoire militaire et qui est maintenant décédé.

 

Il n’existe pas la moindre preuve d’une menace d’Anthrax pour les enfants Américains.

 

On pourrait donc conclure que ceux qui envisagent d’exposer des enfants aux effets néfastes (et documentés) du vaccin contre l’anthrax souffrent d’un « trouble lié à des carences morales ».

 

Ci-dessous, on pourra trouver les mises en garde figurant sur l’étiquette du vaccin contre l’anthrax.

 

Par delà toutes les considérations, la question fondamentale reste :

 

QUELS ENFANTS VONT ETRE EXPOSES AUX RISQUES GRAVES DU VACCIN CONTRE L’ANTHRAX, ALORS QU’ILS NE POURRONT EN RETIRER AUCUN BENEFICE ?

 

QUELS SONT DONC LES ENFANTS QUI VONT ETRE UTILISES COMME COBAYES HUMAINS ?

 

Avertissement approuvé par la FDA (étiquette), 31 janvier 2002.

 

Environ 6% des complications déclarées ont été classées « graves ». Ces effets indésirables graves comprennent des décès, des hospitalisations, des invalidités permanentes ou qui mettent la vie en danger.

 

Les événements indésirables les plus fréquemment rapportés sont repris dans les catégories suivantes : troubles généraux et anomalies au site d’injection, troubles du système nerveux, de la peau, des tissus sous-cutanés, musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os.

 

Suite à l’administration du Bio Thrax, des cas d’anaphylaxie et/ou de réactions d’hypersensibilité généralisées et de graves réactions locales ont été de temps en temps signalés. Aucune de ces réactions d’hypersensibilité ne se sont avérées mortelles.

 

Autres effets indésirables rarement rapportés  chez des personnes qui ont reçu le Bio Thrax comprennent :

 

Cellulite, kystes, pemphigus vulgaire, endocardite, septicémie, œdème de Quincke et autres réactions d’hypersensibilité, asthme, anémie, neutropénie, purpura thrombopénique idiopathique, lymphome, leucémie, maladie vasculaire du collagène, lupus érythémateux systémique, sclérose en plaques, périartérite noueuse, arthrite inflammatoire, myélite transverse, glomérulonéphrite, syndrome de Guillain Barré, déficit immunitaire, attaques, modifications de l’état mental, troubles psychiatriques, tremblements, accident vasculaire cérébral (AVC) paralysie faciale, troubles visuels et de l’ouïe, méningite aseptique, encéphalite, myocardite, cardiomyopathie, fibrillation auriculaire, syncope, insuffisance rénale, avortement spontané, abcès au foie. Des rapports peu fréquents ont fait état de troubles divers définis comme symptômes chroniques  comprenant au moins deux des trois catégories suivantes : fatigue, troubles de l’humeur, du système musculo-squelettique.

 

Les rapports d’accidents mortels comprenaient : l’arrêt cardiaque soudain (2), l’infarctus du myocarde avec périartérite noueuse (1) l’anémie aplasique (1), le suicide (1) l’Atteinte du système nerveux central (1), le lymphome (1) ;

 

La notice révisée en mai 2012  présente des causes supplémentaires d’inquiétude

 

Voir ICI cette notice.



Extrait :

 

1. « Le vaccin est dangereux pendant la grossesse (catégorie D* de grossesse : preuve qu’un dommage existe). Le Bio Thrax peut nuire au fœtus lorsqu’il est administré à une femme enceinte. »

 

« Parmi les femmes ayant reçu le vaccin dans les 90 jours suivant la date estimée de la conception (n=14 , 2 avortements spontanés et une mort fœtale  (1er trimestre) ont été signalés, de même que le cas d’un enfant en bonne santé qui présentait une légère anomalie du pied droit. » page 6.

 

Il y a eu cinquante et une grossesses au cours des essais. La notice précise : « Avertissez les femmes d’un risque potentiel pour le fœtus. » Page 15.

 

2. Le Syndrome de la Guerre du Golfe reste un événement secondaire mentionné dans la dernière version de la notice : «  Des rapports occasionnels  ont également fait état de différents troubles comprenant au moins deux des catégories suivantes : fatigue, troubles de l’humeur et du système musculo-squelettique » page 9.

 

3. Le vaccin fait plus mal que d’autres vaccins. Jusqu’à 11% des sujets ont rapporté de brèves douleurs ou brûlures ressenties immédiatement après l’injection du vaccin dans une proportion de 8 sur 10. » Page 5.



4. Sur la page 16 de l’ « information pour les patients », on peut lire : « Quels peuvent être les effets secondaires possibles et raisonnablement susceptibles d’être causés par le Bio Thrax ? »

 

  • Douleur sensibilité, rougeur, hématome, ou problème de mobilité du bras dans lequel le vaccin a été injecté.
  • Douleurs musculaires
  • Maux de tête
  • Fatigue
  • Evanouissements

 

Pour lire l’entièreté de l’article :  voir ICI

Source : Health Impact News

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA