Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 13:32

La FDA menace de suspendre le permis de GSK

 

25 juin 2014 

 

FOTOLIA--fausse-punition.jpg

 
La société pharmaceutique a reçu un avertissement sanitaire pour son usine de Sainte-Foy.


La société pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK), qui approvisionne la majorité des campagnes de vaccination antigrippale au Canada et détient le contrat fédéral pour la vaccination contre l’influenza pandémique, a reçu un avertissement de l’Agence américaine de la sécurité des aliments et des médicaments.

 

Une lettre de la Food and Drug Administration (FDA) datée du 12 juin énumère un certain nombre d’inquiétudes, dont beaucoup sont liées à des questions de stérilité et à des problèmes de contamination microbienne à l’usine de Sainte-Foy, près de Québec.

 

Ces problèmes ont été signalés lors d’une inspection menée par l’agence américaine, du 31 mars au 9 avril derniers.

 

La FDA note que, depuis 2011, plusieurs lots de vaccins de l’usine québécoise ont été rejetés. Elle a averti GSK que, si les problèmes n’étaient pas réglés rapidement, son permis de production de vaccins pour le marché américain pourrait être suspendu ou révoqué. Les problèmes énumérés, estime la FDA, indiquent que le service de contrôle de la qualité ne fait pas son travail correctement.

 

Santé Canada surveille

 

Santé Canada, qui émet les permis de vaccin au Canada, a affirmé être au courant de la situation et travailler en étroite collaboration avec GSK et la FDA. Dans un courriel, le ministère a affirmé que le Canada a signé des contrats d’achat de vaccins avec un certain nombre d’autres fournisseurs, auprès desquels il peut s’approvisionner en cas de besoin.

 

Selon la lettre de la FDA, l’usine de Sainte-Foy contrevient aux exigences actuelles en matière de production pharmaceutique. L’agence s’inquiète du système de purification de l’eau et a donné à la société 15 jours ouvrables pour régler le problème. L’agence a aussi demandé de rencontrer les dirigeants de GSK et de l’usine de Sainte-Foy. « Nous sommes en train de répondre à ces préoccupations et sommes résolus à travailler de concert avec la FDA afin de résoudre toutes les questions en suspens », a déclaré GSK par voie de communiqué. 

 

Source : Le Devoir (photo sélectionnée sur Fotolia par Initiative Citoyenne)

 

Ce genre d’article appelle quelques commentaires de bon sens…tout d’abord, il donne à penser que les gens peuvent « dormir tranquilles » car une instance veille… quel leurre ! C’est un peu comme si on filmait un parent factice dire à son enfant « attention, tu vas recevoir une fessée si tu continues… » alors que deux minutes plus tard, les acteurs de la petite saynète se marrent entre eux en s’échangeant des compliments sur la « qualité » de leur prestation scénique !

 

Soyons sérieux : 1) La contamination des lots de vaccins est une réalité quotidienne qui est sous-estimée depuis déjà des décennies. Non seulement, il y a complaisance dans une certaine mesure mais en plus, il y a quantité de contaminants (notamment viraux) qui sont tout bonnement non identifiables par les moyens de détection actuels. C'est ce qui a expliqué la tragédie du SV40, virus de singe cancérigène qui a infecté des dizaines de millions de personnes dans les années 50' et 60' et qui continue encore de nos jours de contribuer à des cancers. Ces contaminations sont lourdes de conséquences car elles amènent à ce que des corps humains soient des réservoirs de toutes sortes de contaminants qu’ils n’auraient jamais dû rencontrer en temps normal et qui peuvent se potentialiser les uns les autres, voire favoriser des processus cancéreux au long cours, comme cela est tout à fait démontré avec de nombreux phénomènes de latence/quiescence virale. Le Dr Jean-François Saluzzo, chef de la production des vaccins viraux chez Sanofi, l'a admis dans un cours de vaccinologie en ligne: ces contaminations continueront à se produire encore à l'avenir.

 

2) Il n’y a pas que ces seuls problèmes de contamination qui expliquent la dangerosité patente des vaccins. C’est un peu l’arbre qui cache la forêt. Les officiels et les fabricants ont l’habitude de tout axer sur certains aspects (qui les arrangent le mieux) en espérant ainsi faire oublier tous les autres : par exemple, les officiels et les industriels ont réduit de façon grotesque et simpliste la prétendue « efficacité » des vaccins à leur seule capacité d’induire des anticorps artificiels, faisant ainsi passer à la trappe tous les cas où des patients ayant tout de même développé des anticorps après vaccination font quand même la maladie, les cas aussi où les vaccins induisent des effets épidémiologiques pervers avec des déplacements d’âge de survenue de la maladie ou de compensation par d’autres souches microbiennes ou virales en « réponse naturelle » au matraquage vaccinal. Ici, avec la tentative de réduction des problèmes de sécurité vaccinale aux contaminations, on est dans un même genre de registre.

 

3) L'Agence américaine et Santé Canada étaient au courant, mais elles se sont toutefois bien gardées de répandre cette information à tous les vaccinés AVANT que ceux-ci ne reçoivent une Xème vaccination contaminée! Quelle éthique... ça ressemble vraiment à tous ces documents confidentiels sur les horreurs que génèrent les vaccins imposés à des dizaines de milliers d'enfants, y compris en Belgique, dont les autorités sanitaires européennes ET BELGES étaient elles aussi parfaitement au courant au moment où Initiative Citoyenne a révélé cette information d'intérêt public sur son site internet.

 

4) Voyons aussi enfin l’argent colossal des contribuables dilapidé sans leur avis par des politiciens véreux pour acheter à grand frais des vaccins inutiles et dangereux avec des obligations ou des pressions vaccinales scandaleuses qui se retournent contre ceux qui les ont financièrement permises : tous les citoyens. Le contrat d’achat de vaccins H1N1 en 2009 entre l’Etat belge et GSK l’a bien montré : ce qui a compté, c’était de faire une fleur à GSK tout en prétendant de façon absolument non crédible qu’il était obligatoire de signer un contrat aussi tendancieux et surréaliste. L’exemple de la Pologne qui a eu moins de cas de H1N1 sans gaspillage inutile d’argent ni effets secondaires vaccinaux a montré que le discours de Laurette Onkelinx n’a jamais tenu la route une seule seconde. Un rapport du Sénat français de 2007 a montré le même genre de collusion car les pharmas y étaient présentées comme « les partenaires naturels » des autorités. L’emploi a bon dos à ce petit jeu-là…


 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA