Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 12:40

« Prescrire » et « British Medical Journal » s'en prennent à la Commission européenne

 

Le Monde.fr avec AFP, 16.09.2014

 

emea-grandLa décision de Jean-Claude Juncker, de rattacher l'Agence européenne du médicament (EMA) et la politique des produits de santé à la branche « entreprises » de la Commission est une régression selon la revue française Prescrire et le British Medical Journal (BMJ).

 

Qualifiée d'« incompréhensible retour en arrière », cette décision du nouveau président de l'exécutif européen « suscite l'incompréhension de tous ceux qui donnent la priorité à la santé publique en Europe », insite la rédactrice en chef du BMJ et le directeur de la revue indépendante française.

 

Ils rappellent dans cette missive intitulée « Le médicament n'est pas une marchandise... » et rendue publique mardi 16 septembre, que son prédécesseur José Manuel Barroso avait au contraire choisi en 2009 de rattacher la politique des produits de santé (médicaments et dispositifs médicaux) et l'EMA à la direction générale « sanco » (santé et consommateurs). Une mesure saluée à l'époque.

 

Ce rattachement, « réclamé depuis longtemps », est un « meilleur gage d'une priorité donnée à la santé publique et aux patients, plutôt qu'aux intérêts industriels et économiques à courte vue ».

 

« LES INTÉRÊTS INDUSTRIELS PUISSAMMENT DÉFENDUS »

 

« Trop de médicaments mis sur le marché européen ne représentent pas de progrès tangible pour les patients, voire sont de véritables régressions », relèvent encore les auteurs, qui avertissent M. Juncker :

 

« Rapprocher encore davantage l'EMA des firmes met en danger la protection de la santé des citoyens européens. »

 

Observateurs de l'activité de l'EMA depuis sa création en 1995, Prescrire et le British Medical Journal soulignent que « les intérêts industriels y sont en permanence puissamment défendus ».

 

Ils en citent un exemple récent : « En 2010, l'EMA a annoncé une politique volontariste de transparence et d'accès public aux données sur lesquelles l'agence base ses avis, qui intéressent la santé des Européens ». Or, « la position de l'EMA s'est retournée de manière spectaculaire au cours des derniers mois, concomitamment avec la prise de fonctions à l'agence d'un responsable juridique issu des firmes ».

 

Source : Le Monde

 

Initiative Citoyenne a une position quelque peu différente de celle de Prescrire et du British Medical Journal : nous trouvons au contraire qu’une telle mesure contribuera à PLUS DE CLARTE sur le caractère purement privé de cette Agence Européenne des Médicaments qui est déjà financée à plus de 80% par les industriels. Du temps où cette Agence était sous une autre Direction générale, elle affirmait déjà ce qui faisait les affaires des industriels, comme par exemple prétendre que les vaccins H1N1 sont sûrs alors qu’ils ont entraîné des milliers de cas graves -dont des narcolepsies - et qu’il y a eu pas moins de 7 morts sur 2000 patients dans les essais cliniques du Pandemrix

 

N'oublions pas non plus de rappeler qu'une revue comme le British Medical Journal - qui a essayé de salir le Dr Andrew Wakefield - a noué, depuis 2008, un partenariat d'éducation permanente avec Merck, fabricant mondial de vaccins (dont le vaccin ROR), ce qui est d'ailleurs aussi le cas du Lancet qui avait retiré 12 ans plus tard la publication initiale du même Andrew Wakefield.

 

Quant à la revue Prescrire, il est bon aussi de rappeler son espèce de cécité troublante sur le scandale des vaccins HPV (Gardasil etc.) ainsi que sur le vaccin anti-hépatite B. Alors que ces deux vaccins sont parmi ceux ayant entraîné le plus d'effets secondaires graves, la revue n'a pas jugé bon d'alerter ses lecteurs, ce qui témoigne d'une certaine partialité dans l'analyse des publications scientifiques existantes sur le sujet (démontrant par exemple le lien entre vaccin HB et sclérose en plaques; démontrant le rapport bénéfices/risques tout à fait négatif des vaccins HPV etc...) Si on prend le cas des vaccins HPV, Prescrire osait encore écrire si tard qu'à la mi-2013 et de façon tout à fait contradictoire, nous citons: « Mi-2013, le pari de proposer cette vaccination aux jeunes femmes reste une option raisonnable. Les résultats en termes de cancers invasifs, voire de mortalité, ne seront pas disponibles avant plusieurs années.» (Prescrire en questions: vaccin papillomavirus : quelle efficacité, quels risques ? Rev Prescrire 2013 ; 33 (357) : 552-556).

 

En outre, bien qu'alertée par nos soins sur le scandale notoire des documents confidentiels liés à l'Infanrix hexa et au Prevenar et des risques exorbitants qu'une telle vaccination concomittante fait encourir aux nouveau-nés qui la reçoivent (3 X + de risques neurologiques tout de même!!), Prescrire n'a semble-t-il là encore pas jugé bon d'en faire quelque chose de concret, se bornant à nous dire que ces documents confidentiels devraient être publics...

 

Ces revues peuvent donc apparaître selon nous, à tort, comme "immaculées" et occulter, par ce genre de positionnement médiatique, le reste de leurs positions plus problématiques en matière de santé publique. Les titres des grands médias sont donc souvent racoleurs et "généreux" envers ce type de dénonciateurs. Prudence et investigation doivent donc être de mise!

 

N'oubliez pas non plus de regarder cette vidéo précieuse qui traite des scandales ENORMES que constituent les vaccinations HPV (Gardasil etc) et anti-hépatite B, sur lesquels la revue Prescrire a pourtant gardé un silence assourdissant jusqu'ici....

 

 

Quelques remarques: Cela fait bien longtemps qu'Initiative Citoyenne plaide pour un contrôle EXTERNE par un pannel mixte de citoyens (médecins et non médecins) des avis et décisions des experts officiels, de façon à ce qu'ils n'aient plus l'impunité d'affirmer n'importe quoi, tout en faisant encourir aux patients des risques exorbitants... Ne déléguer ce genre de tâche qu'aux seuls médecins serait une nouvelle erreur car les médecins, même sans liens d'intérêts particuliers avec des firmes, ont encore, pour beaucoup, un conflit d'intérêts ou plutôt de conscience, car ils ont eux aussi quasi tous déjà vacciné massivement (pour ce qui est des généralistes et des pédiatres du moins) et que la vaccination constitue 12,6 % des revenus annuels des généralistes en moyenne et 33% de ceux des pédiatres (rapport d'octobre 2012 de la Cour des Comptes française, p. 114), sans compter leurs suites, c'est-à-dire leurs effets secodaires eux-mêmes générateurs de nouveaux revenus. Il y a donc une idée qui doit absolument faire son chemin dans l'esprit du public au sens large: celle de créer de toutes pièces et donc de financer de façon autonome des personnes qui auront ainsi toute l'indépendance de se consacrer exclusivement à pareille tâche et qui pourront ainsi vivre de leur travail totalement indépendant... Bien entendu, jamais l'Etat ne financera pareille tâche, ce sera donc aux citoyens, pour se prémunir eux-mêmes, à court-circuiter l'Etat qui les a déjà tellement trompés dans le domaine de la Santé comme dans bien d'autres.

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Europe & International
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA