Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 20:25

Voici ce qu'un médecin belge scandalisé nous a envoyé ce jour :

 

"Ci-dessous, un petit article vu ce jour sur medisphère.be!

 

Comment est ce que la mauvaise foi des informations médicales peut continuer sans être stoppée?? (“seulement” 5,4% d’anomalies congénitales chez les nourrissons vaccinés durant la grossesse contre 4,5% chez les non vaccinés!!! ce qui confirme la sécurité du vaccin!!!).
Le combat me semble parfois désespéré.
Bonne continuation."
 
 
Sécurité de la vaccination contre la grippe pendant la grossesse
 
 Dr Jacques Ninane
 
 27 août 2012
 

Dans une analyse comparant 330 nourrissons exposés au premier trimestre de la grossesse et 330 témoins appariés (nourrissons non-exposés), aucune différence n'a été observée dans l'incidence des malformations congénitales majeures (5,5% vs 4,5%) ou dans les risques de prématurité, de faible poids de naissance ou de petite taille pour l'âge gestationnel.

De même, une analyse portant sur 6642 nourrissons exposés durant le deuxième ou troisième trimestre de la grossesse et sur 6642 témoins appariés n'a montré aucune différence quant aux risques repris ci-dessus.

Les résultats de cette étude confirment sans équivoque la sécurité globale des vaccins antigrippaux inactivés donnés pendant la grossesse.

Référence

Pasternak B et al. Risk of adverse fetal outcomes following administration of a pandemic influenza A(H1N1) vaccine during pregnancy. JAMA 2012; 308:165-174.

Incroyable : 5,5% de complications congénitales majeures est estimé équivalent à 4,5% !!!! Pourtant, un surplus de 1% à l’échelle du monde lorsqu’on vaccine ainsi aveuglément des millions de femmes sur tous les continents, ça se soldera par des  milliers de cas d’anomalies congénitales supplémentaires et évitables. Il est pertinent de noter que si ça avait été l’inverse, les officiels se seraient empressés de faire valoir que « la vaccination protège des anomalies congénitales » ! Une fois encore, on banalise de façon surréaliste et inimaginable des effets graves et probablement en lien avec la vaccination sans qu’on ait bien sûr envie de financer des investigations en ce sens. Qui y aurait intérêt ? Pensez-vous que les fabricants ou les autorités financeraient ainsi ce genre d’évaluation avec le risque bien réel que leurs résultats condamnent leur manque de prudence inouï et coupable envers cette population particulièrement vulnérable que représentent les femmes enceintes ?

N’oublions jamais que la vaccination contient différents produits chimiques toxiques dont on n’évalue jamais le potentiel cancérogène (càd la capacité de pouvoir induire un cancer à plus ou moins long terme), mutagène (càd la capacité d’engendrer une mutation de notre patrimoine génétique) ou tératogène (càd la capacité d’induire des malformations dans la descendance). Ainsi, quelque soit la gravité possible de la maladie et la susceptibilité accrue des femmes enceintes en raison de leur état de grossesse, cela ne pourrait suffire à justifier une vaccination dont on ne connaît pas à coup sûr si elle ne risque pas de faire pire que bien sur l’état de santé global des générations futures. Or nous avons plutôt ici des indices qui convergent vers ce que nous avons toujours évoqué : le caractère profondément hasardeux d’une vaccination quelle qu’elle soit pendant la grossesse. Le H1N1 a juste servi de prétexte pour inclure définitivement des millions de femmes dans le monde dans les recommandations de vaccination annuelle, fort probablement parce que la désaffection croissante pour cette vaccination doit être compensée par une extension en conséquence de X% de parts de marché pour les fabricants. Les fabricants procèdent d’ailleurs déjà ainsi avec les normes de laboratoire pour le cholestérol, la glycémie et ont aussi fait pareil avec les normes de la tension artérielle, comme rappelé encore récemment dans un documentaire de France 2 : en usant de leur influence énorme sur des organisations mondialisées qui leur facilitent ainsi considérablement la tâche en garantissant une harmonisation planétaire commercialement rentable (OMS), les fabricants font ainsi progressivement revoir à la baisse les normes des taux de cholestérol, de glycémie et de tension de façon à ce que X millions de gens supplémentaires dans le monde tombent chaque année dans les « filets de l’anormalité » justifiant alors le recours aux molécules médicamenteuses commercialisées par ces mêmes laboratoires. Avec la vaccination des femmes enceintes au prétexte de la grippe H1N1, on procède donc de la même façon, on a donc juste élargi encore la cible marketing, au prétexte de « protection », cela va sans dire !!

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Femmes enceintes
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA