Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 16:19

Des infirmières de Boston s’opposent à la vaccination antigrippale obligatoire

 

Infirmieres-de-Boston.jpg

 

Dans beaucoup d’hôpitaux, les infirmières qui refusent la vaccination obligatoire contre la grippe sont tenues de porter un masque pendant toute la saison de la grippe.

 

Commentaires de l’éditeur de «Health Impact News », 21 octobre 2014

 

Le mois dernier (septembre 2014), L’Association des Infirmières du Massachussetts  a déposé plainte contre l’hôpital « Brigham and Women » par rapport à une nouvelle politique qui exige, comme condition d’emploi, que les infirmières reçoivent le vaccin annuel contre la grippe.

 

Les infirmières ont bien entendu été critiquées par l’establishment médical. Elles ont été accusées de faire passer leurs propres intérêts avant les besoins des patients. Lynn Nicholas, présidente de l’Association Hospitalière du Massachussetts,a déclaré que les infirmières : « faisaient passer leurs petites préoccupations personnelles avant la sécurité et le bien-être des patients dont elles ont la charge, de leurs familles, des visiteurs, ainsi que de leurs collègues. »

 

Leurs petites préoccupations personnelles ? Vraiment ?

 

Lorsque des infirmières partout aux Etats-Unis et au Canada sont prêtes à sacrifier leurs emplois et leurs carrières pour échapper au vaccin antigrippal annuel, il est grand temps que l’opinion s’émeuve. C’est évidemment beaucoup plus qu’une petite préoccupation personnelle.

 

Trish Powers qui représente les infirmières « Brigham » à Boston a riposté par un commentaire publié dans le « Boston Globe » et intitulé : Les infirmières Brigham savent que le vaccin contre la grippe peut faire du mal. Quelques extraits des commentaires de Trish Powers :

 

Je suis fière de faire partie du groupe des infirmières de « l’hôpital Brigham and Women ». L’article du Globe de jeudi n’a pas expliqué la raison principale pour laquelle les infirmières Brigham se sont opposées à la politique de la vaccination obligatoire contre la grippe.

 

Le vaccin contre la grippe n’est efficace qu’à 59% et comporte des risques graves pour la santé qui ne sont pas communiqués aux personnes qui doivent se faire vacciner. Jusqu’en novembre 2013, le VAERS (le système fédéral américain d’enregistrement des effets secondaires vaccinaux) a reçu 93.000 rapports d’effets secondaires, hospitalisations; dommages de santé et décès à la suite de la vaccination contre la grippe. Ces rapports comprennent 1.080 décès, 8.888 hospitalisations et 1.811 handicaps.


Les infirmières sont beaucoup mieux informées de ces données que le grand public. Elles sont nombreuses à penser que la faible efficacité du vaccin ne vaut pas la prise de pareils risques. C’est quand même autre chose que de petites préoccupations personnelles. »

 

Pour prendre conscience du nombre de dommages de santé et de décès dus au vaccin contre la grippe pour lesquels le gouvernement américain a dû payer des dommages, voir : « Victimes dont la santé a été endommagée, ou personnes qui sont décédées à la suite du vaccin contre la grippe, et pour lesquelles le gouvernement Américain a dû verser des sommes de dédommagement

 

Médecins et infirmières menacés de perdre leur emploi s’ils critiquent le vaccin contre la grippe

 

 

 

 

Dans la vidéo, Julie Sterns, une infirmière qui pratique depuis 30 ans évoque les dommages de santé qu’elle a pu observer après la vaccination contre la grippe.

 

Elle parle de sa fille qui est aussi infirmière et qui, l’année dernière, était enceinte de son premier bébé. C’était le premier petit fils de la famille. Sa fille a été contrainte à recevoir le vaccin contre la grippe, comme condition au maintien de son emploi malgré le fait qu’elle était enceinte.

 

C’est peu de temps après avoir reçu le vaccin que sa fille a perdu son bébé. La notice du vaccin précise que la sécurité du vaccin n’a pas été testée pour les femmes enceintes.


Elle explique aussi de la manière dont d’excellents médecins et infirmières qui osent remettre en question la médecine officielle  perdent leur emploi et sont menacés de perdre leur pension s’ils parlent un peu trop. Elle leur demande de se lever et de dire toute la vérité.

 

La fraude du vaccin contre la grippe -  Un médecin et scientifique du gouvernement dénonce

 

 

 

 

Dans la vidéo ci-dessus, le Dr Mark Geier parle de la fraude à propos du vaccin contre la grippe. Le Dr Geier n’est PAS anti-vaccin. Il est docteur en médecine et possède un doctorat en génétique. Il a passé dix ans à travailler à l’Institut National de Santé publique. Il a aussi été professeur à l’Université John Hopkins en tant que généticien. Il est également l’auteur de 150 publications évaluées par les pairs.

 

Il a travaillé pendant plus de 30 ans sur les problèmes d’efficacité et de sécurité des vaccins. Il est l’un des quatre scientifiques qui ont travaillé pour remplacer le vaccin DTC (Diphtérie-Tétanos-Coqueluche), un vaccin qui rendait les enfants malades avec forte fièvre, par le vaccin DTaC qui est un vaccin plus épuré et qui provoque de la fièvre dans seulement 3% des cas.

 

Dans la vidéo, il explique que le vaccin contre la grippe provoque le Syndrome de Guillain-Barré., et que le vaccin n’est pas très efficace dans la prévention de la grippe. Il explique aussi que le CDC  ne se conforme pas à la loi sur les vaccins en exigeant des tests de sécurité à long terme pour le vaccin contre la grippe comme cela se fait pour les autres vaccins. Il est en effet impossible de tester ainsi un vaccin qui change chaque année. Donc, le vaccin contre la grippe est fondamentalement un vaccin expérimental qu’ils veulent administrer à 300 millions de personnes chaque année. Il n’existe pas non plus d’étude  qui démontrerait l’innocuité du vaccin chez une personne qui se ferait vacciner chaque année. Toutefois, le Dr Geier souligne que le CDC est aussi une entreprise de distribution de vaccins qui représente 300 millions de doses par an, alors que le nombre des vaccins pour l’enfance s’élève à seulement 20 millions.

 

Le Dr Geier poursuit en expliquant  qu’il n’est pas adéquat de vacciner contre la grippe parce que vous devez revacciner chaque année, contrairement aux maladies infectieuses de l’enfance, comme la variole pour lesquelles on ne vaccine qu’une seule fois. Le Dr Geier souligne combien il est ridicule de dépenser des milliards de dollars pour un vaccin qui, au mieux pourrait sauver 50 vies par an, alors qu’il y a des problèmes beaucoup plus graves susceptibles d’entraîner des décès et qui mériteraient ce genre de dépense.

 

Source : Health Impact News

 

Voir aussi

 

Un tiers des infirmières quittent leur boulot et perdent confiance dans les vaccins

 

Pourquoi les infirmières sont de plus en plus défavorables aux vaccins


Huit infirmières virées parce qu’elles ont refusé le vaccin antigrippal


New Jersey : victoire juridique d’une infirmière contre la vaccination obligatoire


Une infirmière enceinte licenciée pour avoir refusé le vaccin antigrippe


2,4 millions d’euros pour une infirmière atteinte de sclérose en plaques après un vaccin (NB : toute la somme ne revient pas à la victime mais est répartie entre les diverses institutions de soins et la victime)

 

 

Voici aussi (très important !) ce qui PEUT arriver après une vaccination antigrippale. Joan, une infirmière, en était à sa deuxième injection annuelle antigrippale quand tout a basculé…

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe saisonnière
commenter cet article

commentaires

Docteur X 24/10/2014 22:43

"Le vaccin contre la grippe n’est efficace qu’à 59%"
Moi, j'ai plutôt des chiffres qui disent qu'il n'est efficace qu'à 1%.
C'est-à-dire autant que si on avait injecté du pipi de chat, qui serait certainement moins dangereux, avec le mérite d'être stérile, par exemple.
Par contre et par expérience, je sais qu'il collait la grippe à la moitié de mes patients dans les huit jours. Grippe peu grave, c'est vrai, mais bien ennuyeuse tout de même.
Je peux vous dire que personne ne me le réclame, et que, année après année, chacun se dit satisfait de ma prévention homéopathique, que, sans avoir le droit, je vous donne ici:
INFLUENZINUM 15 CH: Trois doses à une semaine d’intervalle, puis une dose par mois jusqu’en Mars .
ZYMA D: 5 gouttes le matin--->Mars
Serum de Yersin 15 CH: Une dose par semaine jusqu’en Mars
Echineacea 6DH: 10 gouttes par semaine jusqu’en Mars

La vitamine D (ZymaD, vit D3) m'a paru indispensable, car mes mesures donnaient rarement des dosages égaux à 30, jamais plus, mais 90% de mes patients avaient entre 7 et 15, ce qui est une dose
carrément dangereuse du point de vue de l'immunité.
Il faut savoir que 30 est un minimum, que 50 est souhaitable, et 70-80 nécessaires si on souffre d'une pathologie, infectieuse ou cancéreuse, par exemple.
La limite acceptable est à 100, mais n'est pas encore dangereuse.
Avec 5 gouttes, tout le monde obtient 30. Ce qui est sans risque absolument.
Je n'aime pas les doses uniques à 100.000 unités ou plus, qui ne me paraissent pas conformes à la physiologie.
J'espère que vous profiterez tous de ce traitement préventif recommandé par Boiron, et qui a toujours été efficace: je ne vois pratiquement plus de grippes.

Germain-F 24/10/2014 17:52

« Les médecins devront surveiller les effets secondaires » (du vaccin contre la grippe A/H1N1) ; par CARMEN KREFT-JAÏS, chef du département de pharmacovigilance à l'Afssaps.

Source : http://www.leparisien.fr/societe/les-medecins-devront-surveiller-les-effets-secondaires-04-09-2009-627210.php - Publié le 04.09.2009

[…] Or, des effets secondaires graves sont possibles, comme l'a montré l'apparition de 1 000 cas d'une maladie neurologique grave appelée Guillain-Barré aux Etats- Unis, en 1976.

A l'époque, 30 personnes sont mortes, à la suite d'une vaccination massive de 45 millions d'Américains contre la grippe A, entraînant l'arrêt de la campagne de vaccination par le président Gérald
Ford. […]

[…] L'expérience que nous avons avec le vaccin contre la grippe saisonnière montre toutefois que cette pathologie est rare, de l'ordre de 40 à 80 cas pour 40 millions de personnes vaccinées.
[…]

______________________________________


Emmanuel DUTOIT : directeur médical du pôle vaccination de l'institut PASTEUR :

"C'est vrai que le vaccin n'est pas efficace à 100 %.

Au delà de 65 ans, compte-tenue de la diminution d'efficacité du système immunitaire, le vaccin n'est efficace disons, qu'à 50 / 60 %."


Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=A_nwhFSc9A4

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA