Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 15:00

smiley-rejoui.png

Le Daily Mail du 19 octobre dernier nous apprenait les dessous de la lutte anti-obésité de l'OMS.

 

Cette agence, qui a déjà démontré toute la crédibilité qu'on pouvait lui accorder, à l'occasion de la fausse pandémie de H1N1, démontre à présent avec brio qu'elle semble fonctionner avec la même duplicité, quelques soient les secteurs.

 

Ainsi, il est question à présent des liens entre l'OMS et différents fabricants de produits sucrés susceptibles de faire grossir et de jouer un rôle dans les cas de diabète et d'obésité: Nestlé, Coca-Cola, Unilever...

 

L'office panaméricain de l'agence onusienne a ainsi accepté 50 000 $ de Coca-Cola, 150 000 $ de Nestlé et 150 000 $ d'Unilever pour combler les trous dans son budget et s'est également appuyée sur les conseils de l'industrie des boissons et des aliments pour lutter contre l'obésité.

 

Selon une étude, cet office régional de l'OMS aurait aussi reçu des fonds du fabricant de crèmes glacées Ben & Jerry.

 

Accepter ce genre de donations est évidemment contradictoire avec les buts affichés de l'OMS.

 

Pour Irène Klinger, conseillère senior de l'Office panaméricain de l'OMS (connu sous le nom de PAHO), "ces donations en cash constituent un nouveau genre de business". Cependant, a-t-elle insisté, l'OMS est particulièrement vigilante à ce que ça n'influence pas ses politiques. (sic!) 

 

Depuis 2010, l'OMS a réduit de 20% son budget destiné à la lutte contre les maladies chroniques qui sont responsables de 63% des décès prématurés (note d'IC: bien évidemment, tout l'argent ou presque est gaspillé en vaccins, sans cesse plus nombreux, et rendant les gens de + en + malades!). Le département de l'OMS censé lutter contre ces maladies ne reçoit que 6% du budget total des Nations Unies, ce qui prouve donc bien que le but de l'OMS n'est certainement pas de veiller en priorité au bien-être et à la santé du monde!!

 

Boyd Swinburn, professeur australien de nutrition et longtemps membre du Comité consultatif de nutrition de l'OMS a déclaré: "L'OMS est prise en otage. Ils sont à court d'argent et ils font alors entrer en piste le secteur privé. C'est extrêmement dangereux."

 

Cependant, Jorge Casimiro, le directeur des relations publiques et gouvernementales de Coca-Cola, a expliqué qu'"Il s'agit en fait de convergence d'intérêts. Ce que nous essayons de dire, c'est que nous sommes prêts à agir. Nous sommes des compagnies qui voulont participer à cela. Nous sommes prêts!"

 

En outre, un cadre haut placé de Coca-Cola a été propulsé par la multinationale au sein du groupe panaméricain de l'OMS sur les maladies non transmissibles, entre autres, destiné à évaluer comment lutter contre l'obésité au Mexique.

 

Les quartiers généraux de l'OMS à Genève ainsi que cinq autres sections régionales de l'institution n'acceptent plus de fonds des industries alimentaires et celle des sodas (mais quid des autres?). 

 

Grégory Hartl, le porte-parole de l'OMS qui n'est pas à une contradiction près puisqu'il n'avait pas l'air de voir où était le problème lorsque des experts liés aux pharmas recommandaient aveuglément au monde entier leurs vaccins pandémiques anti-H1N1, a déclaré, au sujet de ces financements des industries alimentaires:

 

"Si ces conflits d'intérêts ont existé ou existent encore, ceci mettrait en jeu la capacité de l'OMS d'édicter des standards et des recommandations reconnues et respectées par tous."

 

Il a aussi été démontré qu'au moins deux experts en nutrition appointés par l'OMS avaient aussi des liens avec l'industrie alimentaire.

 

Murreay Skeaff, un professeur néo-zélandais, a reçu des fonds d'Unilever, le fabricant aux 60 milliards de dollars de rentrées annuelles.

 

Esté Vorster, professeur sud-africaine, a conseillé une industrie du sucre et pris aussi de son temps pour voyager et pour donner un avis rémunéré dans un litige qui impliquait Nestlé.

 

Réflexion d'IC: quelles compagnies seraient sincèrement prêtes à leur auto-suicide? Les propos de ce haut responsable de Coca-Cola sont donc bien la preuve que l'OMS fait autre chose que ce qu'elle prétend faire. On est constamment dans le registre du double discours. C'est donc un simple jeu de dupes. Et qui est bien sûr tout autant de mise avec les vaccins, les OGM, les ondes électro-magnétiques etc. CQFD !!

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA