Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 22:05

La RTBF nous traite de complotistes mais...

nous ne sommes pas des pigeons!

 

fotolia-presse.jpg

   

Ceux qui connaissent un peu le domaine des vaccins et de leurs effets secondaires savent que c'est un sujet tabou à propos duquel les médias ne sont tout simplement pas libres de faire preuve d'une objectivité et d'une impartialité totales.

 

Mais s'il en était besoin, voici encore un nouvel exemple particulièrement révélateur: l'extrait d'interview audio d'Initiative Citoyenne diffusée ce mardi dans le JT de la radio RTBF La Première au sujet de la vaccination obligatoire des enfants (la RTBF souhaitant rebondir sur l'article particulièrement dérangeant d'une maman dans la Libre Belgique de ce week-end).

 

 

Lundi en fin de matinée, le journaliste de la RTBF Maxime Paquay, qui a réalisé le reportage, contacte par mail Initiative Citoyenne en vue de réaliser son sujet. L'interview est réalisée le même jour par téléphone aux alentours de midi et dure environ 10-15 minutes.

 

Plusieurs questions ont été posées par le journaliste et notamment la question (habituelle) demandant si nous considérions qu'il s'agit d'un complot des autorités en lien avec l'industrie pharmaceutique. Nous répondons extrêmement clairement que nous ne voyons pas les choses ainsi, insistant sur les passe-droits en matière de règlementation pharmaceutique qui sont accordés aux pharmas en ce qui à trait aux vaccins (et qui sont un fait incontestable et vérifiable dès lors que les vaccinés ne sont pas comparés à des non vaccinés; que l'évaluation des effets secondaires se fait sur un temps beaucoup trop bref et sur un nombre beaucoup trop faible de sujets, qu'on n'évalue pas leur potentiel cancérogène, contrairement aux cosmétiques etc.).

 

De même, nous mentionnons également l'exemple incontournable de la publicité trompeuse (et reconnue comme telle par le JEP) de la Communauté Française en faveur des vaccins tout au long de la vie, une pub qui était un véritable cadeau (payé par le contribuable) pour le business des pharmas et que la RTBF a continué à diffuser bien après que le Jury d'Ethique Publicitaire l'ait considérée comme trompeuse en novembre 2011!

 

Nous indiquons également dans le cours de l'interview qu'il y a, selon nous, des indices graves que le rapport bénéfices/risques des vaccins est défavorable et loin de ce que des instances officielles comme l'ONE affirment (évoquant par exemple le hiatus hallucinant entre leur affirmation selon laquelle "Pour la quasi totalité du monde médical à l'échelle de la planète, il n'existe pas de complication grave des vaccins" et les plus de 2,7 milliards de $ déjà déboursés à ce stade par les autorités américaines en dédommagement des victimes d'effets secondaires vaccinaux qui sont donc loin d'être si rares que cela.)

 

Nous n'avons pas indiqué que nous vaccinons contre des maladies qui ont quasiment disparu ni formulé les choses ainsi, nous avons au contraire tenté de faire passer la nuance suivante: vacciner... mais à quel prix?

 

Nous avons parlé au journaliste du caractère expérimental des vaccins mais nous avons fourni de solides preuves concrètes de cette affirmation qui ne se retrouvent étrangement pas dans cet extrait soigneusement sélectionné. Nous avons par exemple rappelé les propos du Dr Jean-François Saluzzo qui est tout de même Directeur de la Production des Vaccins Viraux chez Sanofi Pasteur et consultant pour l'OMS et qui avoue de façon limpide dans un cours de vaccinologie en ligne qu'"ils ne savent pas comment marchent les vaccins" et qu' "à l'avenir, si on veut développer d'autres nouveaux vaccins il faudrait commencer par étudier le système immunitaire." Si cela n'est pas la preuve que les vaccins sont tous et depuis le début des produits expérimentaux, on se demande ce que c'est?

 

Mr Paquay a sûrement un diplôme universitaire mais il n'a visiblement pas pu (ou voulu?) comprendre cela... et c'est d'ailleurs d'autant plus décevant que nous avions d'emblée commencé l'entretien en signalant notre volonté d'étayer nos propos, en proposant bien sûr de lui fournir toutes les preuves qu'il souhaiterait quant à nos affirmations/nos déclarations, proposition qu'il a déclinée prétextant avoir déjà largement parcouru notre site internet.

 

Mr Paquay a manifestement préféré s'en remettre aux apparences des diplômes et des titres de personnes ou d'institutions (indépendamment des liens d'intérêts accablants qui les concernent!) oubliant au passage le plus élémentaire bon sens puisqu'il a laissé dire au Dr Van Laethem dans sa sélection visiblement très partiale que nous serions "à 95% dans les mensonges scientifiques" ALORS même (cf plus haut pour la source) que le Dr Jean-François Saluzzo de Sanofi Pasteur et également consultant pour l'OMS a révélé en une seule phrase tout le toc de la vaccinologie qui n'est qu'une fausse science, parfaitement vide et creuse, dont les moindres affirmations ne reposent malheureusement que sur du vent (la base élémentaire des données sur les effets immunologiques des vaccins faisant totalement défaut) !

 

S'il n'y a pas d'indices graves de collusion entre les industries pharmaceutiques, que Mrs Paquay et Van Laethem expliquent donc au public (s'ils en sont du moins capables) pourquoi:

 

- L'ONE dit qu'il n'y a pas de complication grave des vaccins et que les documents confidentiels des firmes pharmaceutiques listent pour un seul vaccin plus de 800 effets secondaires possibles dont plusieurs dizaines de décès de nourrissons, dont l'autisme, dont la mort subite du nourrisson, dont même aussi le syndrome de l'enfant maltraité/secoué ?

 

- Les autorités qui ont connaissance de ces dossiers confidentiels des firmes pharmaceutiques n'en font jamais part aux parents en se contentant de leur parler de simple douleur, rougeur au point d'injection et cela même alors que ce sont ces mêmes autorités qui ont hypocritement fait passer la loi du 22 août 2002 sur les droits des patients qui prévoit en son article 8 l'obligation d'informer suffisamment complètement et objectivement les patients sur les bénéfices des traitements mais aussi sur leurs risques (en termes de nature des risques, gravité et fréquence possibles)??

 

- Pourquoi aussi les autorités n'imposent-elles pas des évaluations réellement scientifiques, c'est à dire avec une méthodologie suffisamment rigoureuse, aux firmes pharmaceutiques AVANT d'autoriser la moindre mise sur le marché du moindre vaccin? Peut-être que Mr Paquay devrait oser regarder la vidéo ci-dessous qui est celle d'une officielle américaine, ex directrice du National Institute of Health des USA (un poste sans commune mesure avec celui de Mr Van Laethem...) qui expliquait elle aussi que les autorités se refusent à des évaluations sérieuses de peur de ce qu'elles pourraient trouver, c'est à dire qu'elles se refusent à une véritable Science tout en sacrifiant inutilement des enfants, chose qui la déçoit elle aussi (mais devient-elle alors elle aussi pour autant "complotiste"????):

 

 

On notera que le Dr Healy affirme que la question du lien entre vaccins et autisme n'est donc toujours pas réglée/tranchée alors que le Dr Van Laethem osait lui affirmer dans une émission sur RTL que cette histoire d'autisme en lien avec les vaccins a été "montée à la manière d'une pièce de théâtre"!! C'est donc dire tout le sérieux scientifique des invités conviés par la RTBF censés jeter plein de poudre aux yeux aux citoyens du haut de leur titre qui ne semble malheureusement pas aller de pair avec une simple lecture des données scientifiques et des carences méthodologiques existantes.

 

Si le Dr Van Laethem affirme que nous sommes "à 95% dans le mensonge scientifique", c'est qu'il n'a du reste pas dû lire non plus le célèbre journal JAMA du 3 septembre 2008 dans lequel l'ex éditrice en chef  du prestigieux New England Journal of Medicine, le Dr Marcia Angell déclarait, nous citons : « […] Il serait naïf de conclure que les conflits d’intérêts et les biais qu’ils induisent ne sont que le fait de quelques instances isolées. En réalité, ils imprègnent le système dans son ensemble. Les médecins ne peuvent plus compter sur la littérature médicale comme une source d’informations valides et fiables. C’est la conclusion que j’ai dû tirer, à contrecœur, vers la fin de mes 20 ans à la tête de la rédaction du New England Journal of Medicine, et cette conclusion n’a fait que se renforcer depuis. Les cliniciens n’ont plus moyen de savoir quels sont l’efficacité et le profil de sécurité réels des médicaments qu’ils prescrivent, et il est fort probable que ces produits sont loin d’avoir les qualités que leurs prêtent les publications médicales. » (lire la suite des propos de Marci Angell ici)

 

Les lecteurs et visiteurs intéressés compareront aussi l'idéologie du Dr Van Laethem et des médias complaisants qui lui ont déroulé le tapis rouge aux propos pondérés et rationnels du pédiatre américain Dr Lawrence Palevsky:

 

 

Pour les êtres d'intelligence même moyenne, il n'est guère difficile de se rendre compte que le secteur vaccinal fait partie des secteurs économiques stratégiques des Etats qui les hébergent (USA, France, Grande-Bretagne, Belgique,...) et qu'ils sont dès lors assimilés pour cela à une sorte de "raison d'Etat" qui passe évidemment bien avant les victimes d'effets secondaires soi-disant si rares des vaccins.

 

Cela s'est vu en France lors de la campagne de propagande monstre en faveur des vaccins anti-hépatite B dans les années 90 (lors de laquelle les contestataires étaient fichés par les Renseignements généraux - ça ne s'invente pas - que Mr Paquay ose donc prendre connaissance de la copie d'une note officielle des Ministères français à cette époque, reproduite dans le livre de Lucienne Foucras, "Le Nouveau dossier noir du vaccin contre l'hépatite B" !).

 

Dans un rapport du Sénat français de 2007, les autorités déclarent que le secteur pharmaceutique est "leur partenaire naturel". (là encore ce sont leurs mots que nous reprenons fidèlement... on notera qu'ils n'écrivent pas que les citoyens sont leurs "partenaires naturels" en revanche, juste de vulgaires électeurs dans leur esprit probablement.)

 

Le 14 octobre 2008, le journal Libération rapportait que le Pr Marc Tardieu, neuropédiatre, avait été interdit de conférence de presse pour qu'il ne puisse ainsi pas trop faire de bruit au sujet des résultats dérangeants qu'il avait obtenus et qui montraient que le vaccin anti-hépatite B de GSK (qui est inclus dans le vaccin hexavalent Infanrix hexa) entraîne un sur-risque de sclérose en plaques.

 

Le contrat léonin d'achat de vaccins H1N1 (qui était confidentiel et est "tombé du camion") a lui aussi montré une proximité nettement plus grande entre l'Etat et GSK que ce qu'on veut bien dire et un article de ce contrat indiquait même expressément que les 2 co-contractants devaient se garder d'attitudes pouvant laisser penser qu'ils sont plus que 2 simples co-contractants! Lors de nos actions en justice contre l'Etat belge dans le contexte du H1N1 fin 2009 et début 2010, nous avions demandé la publication de ce contrat d'achat de vaccins H1N1, une demande rejetée, bien que l'Etat n'avait en réalité fourni dans le cadre de ces procédures qu'une partie ridicule (4% seulement!) du texte et que celui-ci avait été largement caviardé, comme la comparaison avec le texte intégral a pu le montrer quand celui-ci a été révélé en mai 2010 par Le Soir.

 

En Grande-Bretagne, trente années de documents confidentiels des autorités en matière d'effets secondaires de divers vaccins ont pu être obtenus en vertu du Freedom of Information Act (Loi sur le droit d'accès à l'information) et leur contenu montre sans l'ombre d'un doute possible tous les efforts de dissimulation délibérés déployés par les membres du Comité de Vaccination anglais pour que les programmes vaccinaux continuent à tout prix et que le public ne soit pas informé de ces risques. En outre, révéler au public la situation telle qu'est est pose aussi un problème de responsabilité juridique insurmontable pour les autorités qui ont recommandé de façon inconséquente tous ces vaccins depuis autant d'années.

 

Dans n'importe quel autre domaine, avec de tels indices aussi solides et aussi convergents, chacun se sentirait obligé de conclure à juste titre qu'il y a une situation au minimum anormalement laxiste vis-à-vis du secteur industriel concerné. Mais non, ici, on ne peut surtout rien dénoncer sans se faire traiter de complotistes. Tout simplement parce que les officiels n'ont plus que ce pseudo-argument, cette seule béquille-là (et souvenez-vous bien qu'ils nous ont fait le même coup au moment du H1N1, essayer de diviser l'opinion en 2 fausses catégories avec d'une part un public raisonnable et docile qui croyait le baratin officiel sur le bienfondé du vaccin et de l'autre, tous les gens qui contestaient sur base de fantasmes car ils étaient paranos et "dans la théorie du complot"... entre temps, les données statistiques ont montré qu'un pays comme la Pologne qui n'a pas acheté de vaccins, a eu moins de cas, moins de décès et aussi que ces vaccins hasardeux et coûteux étaient responsables sans le moindre doute possible d'effets neurologiques et auto-immuns graves comme la narcolepsie, toujours incurable et redoutable pour les malheureux enfants et adultes qui en sont les victimes)

 

Ce qui est ici le plus grave, c'est finalement que les médias n'ont plus l'intelligence, le bon sens mais surtout l'humanité et la liberté d'inciter le public à se réunir largement, au-delà des clivages, pour exiger enfin conjointement la vraie Science. Parce qu'il y a urgence mais aussi parce que tous les citoyens gagnent à ce que les exigences règlementaires des vaccins soient durcies de façon à pouvoir prouver qu'ils sont réellement si sûrs que cela!

 

En lieu et place, nous avons des médias qui diffusent des publicités trompeuses en faveur des vaccins, qui travestissent le discours de certains intervenants selon les consignes éditoriales qu'ils reçoivent et qui se refusent à faire barrage aux lamentables tentatives de division du public par des officiels davantage soucieux de monter les gens les uns contre les autres (pour faire diversion) que de régler valablement et courageusement la situation.

 

La bulle vaccinale (comme toutes les bulles) éclatera tôt ou tard. C'est là une certitude, la seule question étant de savoir combien de victimes en auront fait les frais d'ici là. Difficile à calculer précisément mais guère difficile de voir qui aura à cet égard eu une responsabilité. Celle des médias apparaît d'emblée éclatante (et cette responsabilité était d'ailleurs déjà dénoncée en 1875 par des médecins à une époque où il n'existait encore qu'un seul vaccin, c'est donc dire si les procédés n'ont malheureusement pas changé!).

 

Pour ce qui est d'Initiative Citoyenne et compte tenu que c'est loin d'être la première fois que la RTBF déforme nos propos (droit de réponse refusé en mai 2012, reportage de Question à la Une biaisé et orienté en octobre 2012 pour nous assimiler là aussi plus ou moins subtilement à des complotistes,...), nous leur fermons la porte, estimant que la confiance est définitivement rompue. Cela sera désormais à eux de prouver qu'ils respectent leur public et son droit à l'information et qu'ils traitent suffisamment impartialement le sujet.

 

Dans le même temps, chacun restera libre aussi de se demander s'il trouve sain et normal que:

 

- La ministre de tutelle de la RTBF soit la même Ministre que celle ayant en charge la Santé (Mme Laanan)?

 

- Que la Ministre de tutelle de la RTBF soit aussi la ministre de tutelle de l'ONE (?) et que par ailleurs,

 

- la Ministre de tutelle de l'ONE, de la RTBF et aussi de la Santé ait deux de ses soeurs qui travaillent chez GSK bien qu'elle n'avait jamais signalé cela clairement au public avant son entrée en fonction ?

 

Article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme :

 

« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »

 

 

Voir aussi les articles connexes suivants:

 

La stratégie de développement des vaccins: les vraies questions qui se posent



Ethique vaccinale & prostitution de la Science

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Liberté vaccinale & information (conférence d'Initiative Citoyenne en mars 2012 à Sart- Bernard)

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Médias & vaccins
commenter cet article

commentaires

Bernard Guennebaud 01/11/2013 14:08

Je retiens ici ce propos de J.F. Saluzzo rapporté par Initiative Citoyenne :

«on ne sait pas comment marchent les vaccins" et "à l'avenir, si on veut développer d'autres nouveaux vaccins il faudrait commencer par étudier le système immunitaire."

On pourrait commencer par le père fondateur de tous les vaccins, le vaccin anti-variolique pour lequel on ne sait toujours pas en quoi consiste la résistance à la variole ni comment le vaccin
fonctionnait. Comme preuves de cette affirmation :

1- Dans un document InVS [1] du 25 octobre 2001 ''Utilisation du virus de la variole comme arme biologique " on peut lire (page 12 : § 3.5 et 3.3) :
« Des anticorps neutralisants sont réputés refléter le niveau de protection, bien que cela n'ait jamais été validé sur le terrain. Ils apparaissent : en primo-vaccination,  à partir
du 10è jour ; après revaccination : 7 jours. »

Anticorps qui n'empêchent nullement la maladie de se poursuivre pendant encore 3 semaines...
L'un des principaux piliers de cette éradication, Donald Henderson, écrit dans un document OMS- 3 déc. 1971 p.5 [2] :
« Les anticorps neutralisants apparaissent vers le sixième jour de la maladie » 
Le même Henderson, (Henderson et al. Jama 1999   [9] ) écrit, dans un document cité par l'InVS ( [1] page 12 § 3.3) :
« Comme la réponse immunitaire à la vaccination se développe 4 à 8 jours plus tôt qu'après l'infection naturelle, la primo-vaccination dans les 3-4 jours suivant le contact atténue ou même
évite le développement de la maladie »
Pour comprendre ce qu'il veut dire il faut savoir que la durée moyenne d'incubation est 12 jours. Aussi, en vaccinant le jour même du contage, les anticorps vaccinaux seront présents avant de début
des symptômes. Henderson suppose ainsi qu'ils vont l'empêcher d'apparaitre alors qu'ils n'arrêtent pas la maladie quand elle est commencée. C'est donc une pure supposition.
Cette supposition a-t-elle été validée par les expérimentations récentes sur des singes ? Non, c'est exactement le contraire ! L'étude de Earl publiée en 2008 confirme d'autres résultats
expérimentaux publiés en 2005 sur des singes : quand des singes sont testés, non pas 4 jours après le contage mais 4 jours avant, avec une dose épreuve mortelle à environ 50%, les singes ne se
comportent pas mieux que les témoins non vaccinés, voire moins bien. Ce constat a conduit Earl à commenter ainsi l'affirmation dogmatique d'Henderson :

«La réponse de Earl [3] à Henderson telle que rapportée dans le poster se trouve p. 10893 col. 1  :
« Analysis of historical records suggests that primary vaccination within 4 days after exposure to smallpox is usually protective of serious illness. Because the incubation period preceding
systemic smallpox is 2 weeks, it is understandable that Dryvax administered only 4 days before an i.v. challenge would not be protective. »
Faut-il traduire ? «
En raison d'une période d'incubation de 2 semaines précédant la variole systémique, il est compréhensible qu'administré seulement 4 jours avant une épreuve virale le vaccin ne sera pas protecteur.
»

Je viens justement de présenté une communication affichée au congrès de Sfsp-Adelf des 17-19 octobre 2013 à Bordeaux (voir mon poster et mes commentaires sur lui [4 ])
J'ai commenté ainsi cette réponse de Earl à Henderson :

L'expérimentation fait basculer les évidences : « il est évident que cela est vrai» devenant
«il est évident que cela ne peut être vrai »

Et je ne parle pas du BCG … ni des tests tuberculiniques post BCG censés tester l'immunité contre la tuberculose : pendant des décénnies (jusque fin 2004) l'autorité envoyait des médecins dans
les écoles françaises pour tester l'immunité antituberculeuse, ce qu'aucun laboratoire ne sait faire.


[1] http://www.invs.sante.fr/publications/variole_2001/variole_2001.html

[2]  http://whqlibdoc.who.int/smallpox/WHO_SE_71.28_fre.pdf  

[3] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2495015/pdf/zpq10889.pdf

[4] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2013/10/16/28149160.html

Docteur X 01/11/2013 11:40

Et voilà qu'on découvre ques guerres provoquent des épidémies.
Plutôt que d'en attribuer la cause au manque d'hygiène et de nourriture saine qui s'ensuivent, on préfère dire que c'est parce qu'elles font perdre l'accès à la vaccination.
Je vous recommande ce lien concernant Bill Gates, eugéniste notoire, qui se prend pour Dieu lui même dans sa croisade anti-polio, ou plus préciséemment pour une vaccination de masse.
Il continue à pérorer, malgré l'évidence du surcroît de paralysies infantiles en Inde après cette coûteuse campagne.
On a simplement changé le nom du symptôme paralysie. Mais elles sont plus que jamais présentes. Et la plupart sont dûes à la souche vaccinale, et non sauvage: le vaccin transmet bien la
maladie.
http://www.brujitafr.fr/article-bill-gate-dit-que-vacciner-le-monde-est-le-travail-de-dieu-114744935.html
Mais c'est le but réel de Bill Gates, qui pense que les progrès de la médecine et de la vaccinationparviendront à réduire la population mondiale de 10 à 15%.
Ce qu'il estime d'ailleurs très insuffisant.
On a d'ailleurs introduit deux facteurs stérilisants dans les vaccins: le polysorbate 80 et l’octoxynol 10.
http://www.brujitafr.fr/article-ingredients-sterilisants-secrets-dans-de-nombreux-vaccins-110400310.html
En amérique du sud, on y avait également introduit de l'hormone gonadotrophine chorionique, afin que les femmes vaccinées produisent des anticorps contre ce facteur essentiel à la poursuite normale
d'une grossesse.

Pierre 01/11/2013 05:36

Pourquoi ?
Pourquoi et Qui ?
Toute vérité n'est peut-être pas toujours bonne à dire...
Car, aussi sordide et machiavélique qu'elle soit, une bonne partie de la réponse se trouve malheureusement ici...
http://laveritablenaturedujudaisme.blogspot.fr/2011/07/vaccination-mondiale-pour-tous-les.html?m=1
Et ce n'est là qu'une toute petite partie du mensonge...

Pierre 01/11/2013 05:23

A lire sur RT News :
http://rt.com/news/polio-syria-outbreak-un-935

Pierre 01/11/2013 04:50

A polio outbreak in Syria has been confirmed by the World Health Organization (WHO). aid agency call for vaccinations

A polio outbreak in Syria has been confirmed by the World Health Organization (WHO). The news has prompted calls for a ‘vaccination ceasefire’ as the disease threatens to spread across the country
and into neighboring states.

The WHO issued a warning stating that there is high risk of infectious polio disease spreading across Syria and beyond, after 10 cases were confirmed among young children in the eastern Syrian
province of Deir al-Zour.

Another 12 children are awaiting test results. Along with Syria, seven neighboring countries have announced plans to start emergency vaccinations in response to the risk, according to the WHO.
Syria has not seen a case of polio since 1999.

International children’s charity Save the Children released the ceasefire appeal following the WHO statement and confirmation from the Syrian government.

"Vaccination ceasefires would mean pauses in fighting to allow vaccination campaigns to take place across both sides of the conflict," the agency said.

Save the Children President and CEO Carolyn Miles issued the following statement: "Polio doesn't respect conflict lines or borders, so we need these ceasefires to reach all children with vaccines,
no matter where they live. If chemical weapons inspectors can be allowed access across Syria with notebooks, surely aid workers can be allowed in with vaccines.”

Miles added that the outbreak serves as further confirmation of the deteriorating situation in Syria amid the country’s ongoing civil war. “The UN Security Council recently agreed on access for
humanitarian relief across Syria. This polio crisis is a clear test of whether all sides of the conflict will respect the Security Council's presidential statement and allow unhindered humanitarian
aid,” Miles said.

Some progress was reported in the Damascus suburb of Muadhamiya, as the government blockade was relaxed for humanitarian relief efforts.

The executive director of the United Nations Children's Fund, Anthony Lake, stated that the agency and the Syrian government had agreed on the “importance of reaching hundreds of thousands of
children in some of the worst-affected parts of the war-torn country with life saving vaccines, including those against polio.”


Health workers have warned that the civil war in Syria has created ideal conditions for the disease to breed. Polio is known to target children younger than five years of age and is spread through
contaminated food and water supplies. The disease can lead to permanent paralysis and death, as breathing muscles become immobilized.

Before Syria’s civil war began, 95 percent of children were immunized against polio. However, the UN now estimates that 500,000 children have not been vaccinated against the disease.

The large number of refugees fleeing Syria to neighboring countries on a daily basis is making the situation even more dangerous, as the virus could spread across the region

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA