Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 21:46

En dépit des droits innés à la dignité humaine et à l'auto-détermination (libre arbitre), voici que la traque des non vaccinés s'intensifie Outre-Atlantique.

 

Et comme l'Europe a souvent la fâcheuse habitude de copier bêtement ce qui se fait aux USA, il est intéressant de se pencher sur les méthodes en vigueur chez L'Oncle Sam.

 

Le système de surveillance/ la traque est double: intimidation par téléphone et porte à porte! Bien entendu, tout cela "au nom de la santé publique", ça va sans dire....

 

Ce système scandaleux de porte à porte, lui aussi destiné à intimider les gens, a été exposé à la télévision américaine. On pouvait voir, dans ce reportage, les officiels de l'Ecole de Natomas (située en Californie) aller de maison en maison, accompagnés d'une infirmière mobile afin de vacciner contre la coqueluche les étudiants non vaccinés.

 

Dans cet état américain, une nouvelle loi requiert que tous les étudiants des grades 7 à 12 soient vaccinés contre la coqueluche à partir de l'année scolaire 2011-2012.

Le législateur a donné aux différents districts un délai de 30 jours à partir de la rentrée scolaire pour que tous les étudiants soient vaccinés ou qu'une exemption en bonne et due forme ait été remplie par les parents ou ceux qui en ont la garde.

Une fois ce délai d'un mois passé et constatant que des milliers d'étudiants restaient non vaccinés, beaucoup d'écoles ont toutefois défié la législation d'état en acceptant malgré tout les étudiants sur le campus.

 

Quant à la traque téléphonique, c'est un article de NaturalNews du 28 septembre qui apporte plus de précisions quant à son déroulement et sa mise en œuvre.

 

Voyons donc de plus près quel est ici le modus operandi utilisé avant de faire le point sur les autres méthodes de traque, de manipulation ou de forcing vaccinal utilisées dans différents pays avec le même mépris pour les droits et les choix des patients.

 

(Extrait/traduction de cet article de NaturalNews):

 

"Les Centres de Contrôle Américains des Maladies, dénoncés comme des organisations de propagande vaccinale, visant à promouvoir les intérêts des compagnies pharmaceutiques, sont aujourd’hui engagés dans un programme de surveillance des familles. Ils contactent les familles par téléphone les intimant à produire le statut vaccinal de leurs enfants. Sous le couvert de ce qu’ils appellent « L’enquête nationale sur les vaccinations » (National Immunization Survey -  NIS), les Centres CDC font parvenir des courriers aux familles, leur signalant qu’ils vont être appelés par le « National Opinion Research Center de l’Université de Chicago » leur précisant qu’elles doivent tenir prêts et sous la main les carnets de vaccinations afin de pouvoir répondre aux questions qui leur seront posées.

 

Ce programme de conformité vaccinale du NIS a été porté à notre connaissance par une lettre envoyée aux familles américaines par Edward J. Sondik, PhD, directeur du Centre National de Statistiques de Santé au CDC. - Le CDC, vous vous en rappelez, a joué un rôle important en suscitant la peur de la fausse pandémie de grippe porcine et en encourageant les gouvernements  à dépenser des milliards de dollars pour l’achat de vaccins. A la suite de cette fraude de marketing, l’ancien directeur du CDC, le Dr Julie Gerberding a accepté le poste lucratif de la Division mondiale des vaccins de Merck.

L’un des principaux chercheurs du CDC qui travaillait sous les ordres de Gerberding, le Dr Paul Thorsen, a , plus tard, été inculpé par un Grand Jury Fédéral pour s’être prétendument accaparé de sommes de subvention pour acheter des voitures et des motos de luxe.

 

Aujourd’hui le CDC est en train d’intimider les parents à travers les Etats-Unis  pour qu’ils se conforment aux programmes de contrôle des vaccinations infantiles en leur téléphonant pour qu’ils produisent le statut vaccinal de leurs enfants (Carnets de vaccinations)

 

« Natural News » s’est procuré la copie de l’une de ces lettres envoyées par le CDC  Vous pouvez voir la trouver ICI.

 

Traque visant la conformité aux programmes de vaccinations

 

«Votre numéro de téléphone a été choisi au hasard par un ordinateur », précise la lettre en ajoutant que le CDC utilisera l’information pour créer une carte de conformité vaccinale. – Il n’existe aucun doute que les régions signalées comme peu conformes seront inondées de propagande vaccinale ou leurs habitants assignés devant un tribunal pour recevoir des vaccinations obligatoires comme ce fut le cas que nous avons pu observer au Maryland. [voir aussi en vidéo)

 

La lettre du CDC précise : «Il nous paraît important d’interviewer chaque famille que nous contactons pour pouvoir dresser un tableau des taux de vaccinations de votre région. – les réponses que vous apporterez au NIS fourniront une information qui permettra d’améliorer le niveau de santé actuel et dans les années futures.» - Ce qui veut clairement dire que cette information sera utilisée pour fourguer un peu plus de vaccins chez les enfants en visant en tout premier lieu les régions de moindre « conformité », comme par exemple les communautés américano-africaines qui sont particulièrement sceptiques par rapport aux déclarations et prétentions officielles ayant trait aux vaccins.

 

[…] Auriez-vous remarqué à quel point ces organisations se montrent agressives par rapport à la traque vaccinale alors qu’elles font moins que rien pour détecter les taux d’autisme ? Ne vous êtes-vous pas demandé pourquoi ils n’appellent pas les familles américaines pour demander aux parents si leurs enfants ne sont pas devenus autistes après avoir reçu des vaccins ?  (Peut-être n’ont-ils pas envie de connaître la réponse à cette question…)

 

Santé publique : surveillance et interrogatoires par téléphone

 

Le NORC précise que les personnes contactées seront interrogées sur les vaccinations reçues par chacun de leurs enfants (y compris la vaccination contre la grippe saisonnière.) Dans la suite le NORC sollicitera la permission de prendre possession des documents de vaccinations de vos enfants chez votre propre médecin traitant !

 

[…] Si vous acceptez l’interrogatoire et répondez aux questions posées par téléphone, ils ne manqueront pas de prendre immédiatement contact avec votre médecin traitant pour obtenir les statuts vaccinaux dans le but de pouvoir déterminer si vous avez ou non menti au téléphone.

 

Voyez ICI la capture d'écran du site NORC.org (capture d’écran) qui admet tout ceci.

  

L’original se trouve ICI. "

 

Hélas, ces méthodes scandaleuses ne sont pas isolées et divers autres moyens sont mis en œuvre en Europe et dans le reste du monde pour vacciner un maximum, de façon aveugle et systématique.

   

Petit tour d'horizon des méthodes et stratégies de forcing vaccinal utilisées dans divers pays:

 

Obligation sous prétexte de philanthropie (vaccin anti-rotavirus bientôt en Afrique)

 

- Vaccination à la pointe du fusil (Malawi)

 

- Vaccination obligatoire et peines de prison, sous prétexte que les refus sont d'ordre religieux (ex: Pakistan)

 

- Conditionner les allocations familiales à l'administration des vaccins (ex: Irlande, Nouvelle-Zélande)

 

- Conditionner l'accès en crèche à l'administration d'une série de vaccins (ex: ONE)

 

- Vacciner les enfants à l'insu des parents (ex: loi AB499 en Californie)

  

- Présenter la vaccination scolaire comme pouvant être faite par le médecin scolaire ou le médecin traitant, pouvant laisser penser que cela doit être fait, d'une façon ou d'une autre.

 

- Faire en sorte que les non vaccinés aient au moins 4 contacts/an avec les services de vaccination histoire d'avoir les gens à l'usure en dépit de leur volonté de départ (= une des stratégies promues par l'OMS dans son "Projet de Stratégie Mondiale de vaccination pour 2006-2015")

 

Ces techniques et stratégies suffisent à démontrer le caractère ultra-fragile et finalement assez illusoire du droit des patients à consentir ou à refuser des actes médicaux non vitaux!

 

Mais cela n'est pas tout. Il faut aussi rajouter à cela, le fait que divers pays comme la France ou la Belgique ont, un temps, envisagé une vaccination H1N1 obligatoire. Mme Bachelot avait, en effet, sollicité le Conseil Constitutionnel pour avoir un avis sur la légalité de l'instauration d'une obligation vaccinale alors même qu'une enquête française de 2004 démontrait que seuls 55% de la population accepteraient une vaccination dans le cas d'une menace autrement plus grave (de variole)! Une telle contradiction en dit évidemment long sur les méthodes profondément antidémocratiques des dirigeants et leur profond mépris pour les citoyens même si, après coup, des dirigeants comme Mme Bachelot ont trouvé des prétextes de "solidarité" pour tenter de justifier l'injustifiable!

 

Il y a quelques mois, le sénateur et neurochirurgien  MR Jacques Brotchi appelait à l'instauration d'une obligation de vaccination ROR (en 2 doses), attitude pour le moins contradictoire avec les principes de son parti à en croire sa collègue Florence Reuter (du même parti)  qui a tout de même lâché au parlement il y a quelques jours que "le libre choix des parents est un principe essentiel pour les libéraux.". Ah bon. Dont acte.

 

En outre, il faut aussi savoir, tel que rappelé dans un document parlementaire récent, que les politiciens belges avaient aussi envisagé dès 2008 de rendre la vaccination anti-HPV obligatoire pour les jeunes filles!!!!

 

En ce qui concerne cette vaccination anti-HPV, il est aussi intéressant de constater une similitude troublante entre les façons de faire de la Communauté Française de Belgique et la situation américaine telle qu'exposée ci-dessus puisque le document-type de "consentement parental" utilisé en Communauté Française pour la vaccination scolaire, comporte notamment une case qui n'a strictement rien à y faire, et qui dit "Je demanderai à mon médecin traitant de compléter les vaccinations de mon enfant." Là aussi donc, les officiels tentent de s'immiscer dans un secret médical qu'ils n'ont pourtant pas à violer!  Par ailleurs, il aurait été possible que les parents n'aient même pas à compléter ce formulaire en cas de non acceptation, la non remise du formulaire faisant office de refus. Au lieu de cela, les parents doivent notifier expressément leur refus.

 

Qu'en sera-t-il au niveau des conséquences? A l'heure actuelle, peut-être aucune. Toutefois, il faut savoir que les élèves vaccinées en Flandre ont été encodées dans un faux système informatique miracle (Vaccinnet) et que certains espèrent également l'instauration d'un tel fichier informatique pour la fédération Wallonie-Bruxelles.

 

En France, comme a déjà pu l'expliquer le Dr Martine Gardénal, les médecins sont tenus de dénoncer les patients jugés "déviants" (style ceux qui refusent la chimiothérapie ou les vaccins..) à la Sécurité Sociale ET à l'Ordre des Médecins. Dans ce pays "des libertés", le Vice-Président du Conseil National de l'Ordre des Médecins, le Dr Jean Pouillard, a amalgamé le refus de vaccination à "de la maltraitance", se déclarant en faveur d'une intervention du juge pour retirer la garde parentale aux parents refusant la vaccination!

 

Quant aux méthodes de Provac et de l'ONE pour leur enquête de couverture vaccinale des enfants de 18 à 24 mois en Communauté Française (2009), leur courrier, leur porte à porte et leurs questions particulièrement inquisitrices font étrangement penser à la situation américaine.  Pour avoir une certaine idée du caractère éthiquement contestable de ce type d'enquête et surtout de l'acharnement sous-jacent peu commun, voici quelques extraits du modus operandi de cette enquête qui s'est déroulée chez nous, EN BELGIQUE:

 

" Une demande d’obtention de la liste des enfants nés entre le 31 mai et 30 novembre 2007 et résidant dans les communes tirées au sort a été adressée aux différents bourgmestres. Toutes les communes ont accepté de participer à l’enquête." (et ceci au mépris de la législation sur le droit à la VIE PRIVEE!!)

 

"L’enquête s’est déroulée entre le 1er mai et le 15 juillet 2009. La liste des enfants a été fournie aux enquêteurs. Une lettre de présentation de l’enquête “ sur la petite enfance ” a été envoyée aux parents quelques jours avant la visite de l’enquêteur. Sur cette lettre figurait un numéro de téléphone que les parents pouvaient joindre soit pour poser des questions à propos de l’enquête, soit pour prendre un rendez-vous. Provac se chargeait, par la suite, de contacter le TMS de la commune pour lui communiquer l’accord et le numéro de téléphone des parents concernés."

 

(NB: TMS= travailleurs médico-sociaux)

 

"Pour le premier contact, les TMS se sont rendus au domicile de l’enfant.

Avant de renoncer à l’enquête chez un enfant, les TMS se sont assurés d’avoir fait 3 tentatives de visites à des moments différents de la journée. Si l’enfant a déménagé et habite toujours au sein de la même commune, alors l’enquête se poursuit à la nouvelle adresse. Si, au total, trois enfants d’une grappe sont injoignables soit parce qu’inconnus à l’adresse indiquée par la commune et/ou qu’ils aient déménagé dans une autre commune, ces enfants sont remplacés."

 

"Par rapport à l’enquête de 2006, le questionnaire a été revu en fonction des objectifs secondaires.  Le questionnaire de 2009 comporte 54 questions, portant notamment sur 

- les raisons d’un refus éventuel de l’enquête



- le type de document vaccinal consulté



- les dates de vaccination et le type de vaccinateur

 

- les raisons de non-vaccination des vaccins Hexavalent, RRO et Méningocoque,

Pneumocoque

 

- la principale raison pour laquelle l’enfant a été (ou non) vacciné contre le Rotavirus 

 

- l’hospitalisation éventuelle pour gastro-entérite

 

-les consultations médicales éventuelles pour effets secondaires liés aux vaccinations

 

-les perceptions et la connaissance des vaccins

 

- la recherche sur Internet d’informations sur la vaccination

 

- le taux de pénétration de la brochure « Vacciner ? Mieux comprendre pour décider»

 

- l’allaitement maternel

 

- les caractéristiques socio-économiques familiales de l’enfant, ainsi que son mode de garde. "

 

Ce genre d'immixtion inacceptable dans la vie privée de gens qui n'ont rien demandé et ce genre de questions inquisitrices ne rappellent-elles pas les interrogatoires d'un autre temps qu'on infligeait à certains résistants un peu trop taciturnes?

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article

commentaires

Isa 10/10/2011 10:36


Les TMS sont de plus obligées de participer a cette enquète ,ce qui alourdi leur charge de travail sans être rémunérées pour cette tâche !


                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA