Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 16:40

La vaccination des mères réduit l’immunité des nouveau-nés

 

Chaque bébé a un droit de naissance aux anticorps de sa mère. Comme une étude le démontre, ce droit de naissance leur est volé par les vaccinations. Comment donc les auteurs de l’étude espèrent-ils résoudre le problème ? On ne sera pas surpris d’apprendre qu’ils proposent de vacciner plus tôt, en dépit du fait qu’ils reconnaissent que la raison pour laquelle on ne vaccine pas si tôt, c’est que la vaccination ne fonctionne pas à cet âge !

 

Pregnant-woman-and-vaccine.jpg

 

Par Heidi Stevenson

 

L’un des cadeaux les plus importants qu’un nouveau-né reçoit à la naissance, ce sont les anticorps de sa mère qui se maintiennent suffisamment longtemps pour empêcher l’apparition de maladies infectieuses jusqu’à ce que son propre système immunitaire soit suffisamment mature. Aujourd’hui, ce sont les vaccinations qui volent à l’enfant ce droit de naissance, comme le documente un groupe de chercheurs néerlandais.

 

Ces chercheurs néerlandais on conclu :

 

« Les enfants de mères vaccinées contre la rougeole et, éventuellement la rubéole possèdent de plus faibles concentrations d’anticorps maternels et perdent la protection de ces anticorps maternels à un âge plus précoce que les enfants de mères qui font partie de communautés qui s’opposent à la vaccination. Cela augmente le risque de transmission de la maladie dans des populations fortement vaccinées. »

 

L’étude

 

L’étude a examiné les bébés de deux groupes de femmes aux Pays-Bas : la majorité de ces femmes étaient nettement plus vaccinées que celles de l’autre groupe, à savoir des « Protestants Orthodoxes » qui ont tendance à éviter les vaccinations. Les chercheurs ont choisi des nourrissons de plusieurs municipalités ayant moins de 14 mois, ainsi que des femmes de 20 à 44 ans (98,5% de ces femmes ont accouché aux Pays-Bas en 2007) L’étude a respectivement porté sur 1243 femmes et  434 enfants  de la population générale et sur 53 femmes et 19 enfants appartenant à la population « Orthodoxe ».

 

L’étude a porté sur le vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole). Et, comme le vaccin contre la varicelle n’est pas administré aux Pays-Bas, les chercheurs ont utilisé la varicelle en tant que contrôle et comparaison. Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang pour analyser les taux d’anticorps de la rougeole, des oreillons, de la rubéole et de la varicelle.

 

Tableau--1--diminution-immunite-nouveau-nes.jpg

 

 

Le tableau indique le nombre de femmes dans chaque groupe qui ont été vaccinées contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ventilation par groupes d’âges)

 

Ce qui est le plus important à noter, c’est que la moyenne des femmes vaccinées est loin d’atteindre les 100% ou même 0% dans n’importe quel groupe. Il faut cependant aussi noter que, par rapport à la rougeole, le nombre moyen de femmes vaccinées dans la population générale est de 51,2%, tandis que dans le groupe de la communauté « Orthodoxe », elle est de 12,6% - soit une différence de 38,6% entre les deux groupes. Ces chiffres prendront plus de signification ultérieurement.

 

Résultats de l’étude

 

L’étude a révélé que :

 

*  Le niveau d’anticorps chez les bébés à la naissance est le même que celui qui a été trouvé chez leurs mères.

 

*  La concentration des anticorps dans la population générale est inférieure à celle qui a été trouvée chez les femmes Orthodoxes.

 

*  Les bébés des deux groupes perdent leurs anticorps maternels dans la même proportion.

 

*  Les bébés de la population générale la plus vaccinée perdent leurs anticorps plus tôt que ceux du groupe des Protestants Orthodoxes plus rarement vaccinés.

 

Ci-dessous les résultats les plus significatifs relatifs à la durée au cours de laquelle les nourrissons maintiennent leurs taux d’anticorps leur permettant de prévenir les maladies :

 

La rougeole : L’étude a montré que les bébés nés de mères qui font partie de la population générale perdent leurs anticorps maternels à l’âge de 3,3 mois. Mais les bébés nés de mères Orthodoxes moins vaccinées, ces mères maintiennent leur anticorps anti-rougeoleux jusqu’à 5,3 mois.

 

Les oreillons : Pas de différence statistiquement significative n’a été observée entre les niveaux d’anticorps des deux groupes au moment de la naissance.

 

La rubéole : Les résultats sont compliqués par le fait que beaucoup de mères ont peut-être eu la rubéole avant d’avoir été vaccinées à 11 ans. La rubéole est une maladie bénigne qui passe souvent inaperçue…Les résultats ne sont pas significatifs. Les chercheurs ont trouvé le même laps de temps pour la perte des anticorps chez les bébés, bien qu’ils aient calculé qu’il pourrait s’agir de 0,8 mois de moins pour la population générale.

 

Varicelle : Comme prévu, il n’y a eu aucune différence dans les temps entre les deux groupes pour la perte des anticorps de la varicelle, vu qu’aucun des deux groupes n’avait reçu cette vaccination.

 

L’absence de résultats pour les oreillons et la rubéole n’est pas surprenant. Dans le cas des oreillons, la différence entre les taux de vaccination pour les deux groupes est assez faible, seulement 12,7% (25,3 à 12,6). Dans le cas de la rubéole où la différence entre les taux de vaccination est plus importante : 48,4% (65,6 – 17, 2), les résultats sont assez confus, vu que beaucoup de mères vaccinées ont probablement fait une rubéole avant d’être vaccinées.

 

Il existe une différence hautement significative entre la durée pendant laquelle les bébés sont protégés de la rougeole quand leurs mères ont fait une rougeole naturelle plutôt que quand elles ont été vaccinées contre la maladie. Cette différence est clairement de 2 mois : 5,3 mois pour les bébés nés de mères Orthodoxes et 3,3 mois pour les bébés nés de mères de la population générale.

 

Les groupes n’ont été que partiellement vaccinés ou pas vaccinés du tout.

 

Gardons en tête la différence entre les deux groupes par rapport aux taux de vaccination contre la rougeole qui était de 38,6% (51,2- 12,6).

 

Qu’en aurait-il été si une étude avait pu comparer les bébés des deux groupes de femmes, alors que dans l’un aucune femme n’aurait été vaccinée et dans l’autre toutes les femmes avaient reçu des vaccins ? Cela signifierait qu’il y aurait eu une différence de 100% entre les taux de vaccination d’un groupe par rapport à l’autre.

 

Tous les bébés des mères non vaccinées auraient-ils gardé leurs anticorps maternels plus longtemps et le groupe des bébés issus de mères qui auraient toutes été vaccinées les auraient-ils gardés moins longtemps? Nous ne savons pas. Etant donné que les chiffres présentés par les auteurs  n’étaient que des moyennes, nous ne pouvons pas connaître les vrais résultats.

 

Si seulement les bébés dont les mères n’avaient pas été vaccinées avaient été comparés avec les bébés dont les mères avaient été vaccinées, les résultats n’auraient-ils pas pu être encore plus spectaculaires ?

 

Les auteurs eux-mêmes abordent ce problème :

 

"La proportion des femmes en âge de procréer qui ont été vaccinées avec le ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) va augmenter rapidement dans les prochaines années parce que la couverture vaccinale de chaque cohorte d’âge est de > 90%. Nous nous attendons à ce que cette situation réduise encore la durée de protection contre la rougeole et la rubéole par les anticorps maternels chez les nourrissons, et qu’une durée décroissante de protection contre les oreillons grâce aux anticorps maternels devienne plus facilement détectable parmi les nourrissons dans un futur proche."

 

A ce stade, nous savons qu’au moins avec la rougeole, les bébés nés de mères non vaccinées maintiennent leur protection d’anticorps pendant une durée 61% plus élevée que les mères relativement vaccinées. La chose est importante: elle montre que les vaccinations réduisent l’immunité des nouveau-nés à la rougeole, et très probablement à d’autres maladies infectieuses pour lesquelles on administre des vaccins.

 

C’est l’un de ces groupes que les promoteurs de la vaccination utilisent régulièrement sur les posters de leurs campagnes dans le but de faire honte à ceux qui ne voudraient pas se faire vacciner. La réalité cependant, c’est que la nécessité de la vaccination qu’ils réclament à cor et à cris est en fait créée par les vaccins eux-mêmes !

 

cercle-vicieux.JPG

 La vaccination est un cercle vicieux

 

Il est regrettable que les auteurs se rabattent sur l’idée que les vaccinations sont la solution, en dépit du fait qu’ils ont montré que ce sont les vaccins eux-mêmes qui créent le problème. Ils reconnaissent que la vaccination à un âge précoce, n’est pas une solution au problème parce que le système immunitaire des bébés n’est pas mature, ce qui rend les premiers vaccins inefficaces. Ils semblent cependant oublier que les bébés qui sont à risque, comme ceux qui voyagent à l’étranger dans des zones infectées de rougeole ou face à une épidémie locale, seront vraisemblablement vaccinés. Le fait que les auteurs pensent que la vaccination pourrait être utile chez des systèmes immunitaires immatures parce qu’ils pourraient être exposés à la maladie, n’est en fait pas du tout expliqué. Les chercheurs n’expliquent pas non plus comment ils pourraient espérer l’utilité d’un vaccin au cours d’une épidémie, alors qu’il faut du temps pour que les anticorps puissent se développer.

 

Eh bien… Je suppose que c’est trop demander que de s’attendre à ce que des scientifiques puissent offrir une solution rationnelle alors que ce qu’ils veulent, c’est que leur recherche soit publiée. Mais il est toujours agréable de voir la science honnête souligner des failles dans les programmes de vaccination.

 

Etude originale : Waning of Maternal Antibodies Against Measles, Mumps, Rubella, and Varicella in Communities With Contrasting Vaccination Coverage; Journal of Infectious Diseases; Sandra Waaijenborg, Susan J. M. Hahné, Liesbeth Mollema, Gaby P. Smits, Guy A. M. Berbers, Fiona R. M. van der Klis, Hester E. de Melker, and Jacco Wallinga; DOI: 10.1093/infdis/jit143

 

Source :  Gaia Health

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Femmes enceintes
commenter cet article

commentaires

Docteur X 12/06/2013 15:20

Créer un problème de toutes pièces, et lui apporter une solution coûteuse et contraignante, c'est le propre de la politique d'aujourd'hui.
Il en est de même par exemple pour le terrorisme, qui conduit à des mesures extrêmement contraignantes pour les libertés individuelles, sans que sa dangerosité soit clairement établie: on a 50 fois
plus de chances de mourir de la foudre que dans un attentat terroriste.
Dans les deux cas, les solutions proposées sont bien pires que le problème.
Ce monde marche sur la tête.

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA