Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 14:30

J-Monsonego--gynecologue.jpg

Le 4 juin dernier, le Nouvel Observateur publiait une tribune du gynécologue français Joseph Monsonego intitulée "Cunnilingus et cancer de la gorge: Michael Douglais dit vrai, mais pas d'inquiétude."

 

Et que peut-on lire dans un tel article?

 

Extraits:

 

« Dans une interview au "Guardian", Michael Douglas a expliqué que son cancer de la gorge avait été provoqué par sa pratique du cunnilingus. C’est ainsi que l’acteur aurait attrapé le papillomavirus, responsable de ses tumeurs. Y a-t-il vraiment un lien entre pratique sexuelle orale et cancer de la gorge ? Réponse avec le gynécologue Joseph Monsonego, spécialiste du HPV. »

 

[...] « Le papillomavirus de type 16, qui est parmi les plus agressifs et que l’on retrouve dans 60% des cancers du col de l’utérus, se retrouve dans 90% des cancers de l’oropharynx HPV-associés. Lors des rapports bucco-génitaux d’autres types de papillomavirus peuvent être transmis du génital à la cavité buccale. Ces types sont d’ailleurs plus répandus que le seul type 16. Aussi la probabilité d’être exposé au type 16 est plus réduite qu’avec d’autres types de HPV. »

 

[...] « Si l’on arrive à éviter la panique, je vois même un aspect positif dans cette médiatisation du lien entre cancer de l'oropharynx et les papillomavirus. Cela va permettre de traiter précocement ces cancers en ouvrant la voie au dépistage et à la prévention vaccinale. La recherche du papillomavirus comme marqueur de risque ou comme outil de dépistage va rentrer dans les pratiques courantes des ORL, au même titre que celles des gynécologues.

  

Aujourd’hui, le cancer du col de l’utérus peut être évité par le dépistage et la vaccination. En revanche, pour ceux de la cavité buccale, le dépistage n’existe pas encore. La recherche du marqueur de risque HPV 16 persistant permettra d’isoler une population à risque, qu’il faudra surveiller.

 

C’est également une ouverture vers la vaccination des jeunes garçons, qui est déjà admise aux États-Unis, au Canada et en Australie. La vaccination qui cible le type 16 permettra en effet de protéger les individus pas seulement au niveau génito-anal mais aussi buccal.

 

Dès que l’on aura des preuves tangibles de son impact en termes de santé publique, je ne doute pas qu’on mettra en œuvre un programme de vaccination des garçons contre le virus du papillome humain. Et ce, en concentrant les efforts de prévention avant l’exposition aux virus lors des premiers rapports sexuels et en vaccinant en particulier les jeunes adolescents, de 10 à 13 ans, garçons comme filles. »



On n'a donc AUCUNE preuve tangible mais certains pays comme les USA ou le Canada recommandent d'ores et déjà la vaccination des garçons, preuve donc qu'on ne cesse de marcher sur la tête en matière de vaccination.



Mais au fait, qui est-il ce Dr Monsonego qui voit de façon positive la médiatisation du cancer de l'acteur Michael Douglas en lien avec les papillomavirus?



Il s'agit en fait d'un Xième "expert" en conflits d'intérêts avec les fabricants concernés puisque selon une publication de l'International Journal of Cancer d'août 2011, "Joseph Monsonego a reçu des financements de la firme Gen-Probe pour conduire des études liées à l'étude FASE et liées aux vaccins HPV de Merck et de GSK, et il a participé aux comités de pilotage de Merck et au Comité Consultatif de Sanofi Pasteur MSD, Gen-Probe et Roche Diagnostics."



Sur son propre site internet, le Dr Monsonego est toutefois nettement plus discret et ne s'embarrasse pas de ce genre de détails (utiles). Il se borne en effet à écrire:

 

« SECTEUR PRIVE 

Le Docteur Monsonego est consulté pour son expertise par des groupes privés internationaux. Il appartient à des comités consultatifs et de pilotage de projets de recherche»



Evidemment... c'était plus commode de ne pas dire textuellement qu'il s'agissait des fabricants des vaccins en question!



Mais le plus grave dans tout ceci est moins l'attitude de ce genre d'experts évidemment ravis que des médias dociles viennent leur quémander un avis, que l'attitude irresponsable de ces médias qui ne contribuent pas au respect des lois, en faisant le travail d'investigation minimum, tel qu'effectué ci-dessus par nos soins, nous qui ne sommes pas des journalistes professionnels....



La loi du 4 mars 2002 relative aux « droits des malades et à la qualité du système de santé » oblige les médecins à faire état de leurs liens d’intérêts et cela à l’occasion de chaque manifestation publique : « Les membres des professions médicales qui ont des liens avec des entreprises et établissements produisant ou exploitant des produits de santé ou des organismes de conseil intervenant sur ces produits sont tenus de les faire connaître au public lorsqu'ils s'expriment lors d'une manifestation publique ou dans la presse écrite ou audiovisuelle sur de tels produits. »

 

Cet article de loi stipule également que « les conditions d'application (…) sont fixées par décret en Conseil d'Etat. »

 

C’est finalement le 25 mars 2007, cinq ans après la promulgation de la loi sur la transparence de l’information médicale et suite à une plainte, que paraît le décret précisant les modalités de déclarations des liens d’intérêts :

 

«L'information du public sur l'existence de liens directs ou indirects entre les professionnels de santé et des entreprises ou établissements mentionnés à l'article L 4113-13 est faite, à l'occasion de la présentation de ce professionnel, soit de façon écrite lorsqu'il s'agit d'un article destiné à la presse écrite ou diffusé sur internet, soit de façon écrite ou orale au début de son intervention, lorsqu'il s'agit d'une manifestation publique ou d'une communication réalisée pour la presse audiovisuelle. »

 

L’Union Française des Consommateurs (UFC Que Choisir) précise aussi hélas que cette législation est  «  peu respectée et que son application reste difficile à vérifier »

 

« Une enquête, réalisée par le FORMINDEP, aboutit à la conclusion que la loi n’est tout simplement pas appliquée.

 

Au cours du mois d’avril 2008, cette association a enregistré les interventions de 150 professionnels (généralistes, spécialistes, professeurs hospitalo-universitaires) dans une trentaine de médias et autres supports d’information : presse professionnelle et grand public, radio et télévision, articles et vidéos sur Internet, colloques et congrès, etc.

 

A l’occasion de leur(s) intervention(s), aucun des professionnels concernés n’a déclaré avoir de liens d’intérêts. Dans la mesure où la loi n’impose une déclaration qu’en cas d’existence de liens, cette attitude équivaut à déclarer publiquement n’avoir aucun lien d’intérêts. »

 

Le reste de ce document très intéressant de l’UFC Que Choisir détaille les réactions corporatistes d’un nombre important d’Ordres départementaux des Médecins qui couvrent leurs membres, au mépris du respect des lois (Bien que ces Ordres des Médecins soient pourtant les premiers à pousser des cris d’orfraie lorsqu’ils estiment que des parents qui ne vaccinent pas leurs enfants seraient « hors la loi » !)

 

Nous pouvons tous agir pour réclamer aux médias et aux instances disciplinaires comme l'Ordre des Médecins, que la loi et l'éthique soient de mise lorsqu'il est question d'information en matière de santé. C'est pourquoi notre collectif réfléchit aux moyens d'actions concrets dans un cas comme celui-ci. Nous vous tiendrons sous peu informés.

 

Voir aussi: "Médecins hors la loi, médias complices?"

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

Sophie GUILLOT 15/06/2013 07:41

Et si on écrivait au Nouvel Obs pour les contraindre à publier un démenti en donnant tous les liens d'intérêt dudit Docteur ????? Je suggèrerais soit une lettre cosignée de plein de monde soit de
propager le modèle de lettre et d'inviter tous les lecteurs à la copier et l'envoyer au journal. On pourrait aussi donner une copie de ce genre de courriers aux autres journaux concurrents,
histoire de faire pression.

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA