Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 20:07

C'est bien connu: le cinéma est un moyen parmi d'autres de façonner des courants d'opinions.

 

Le dernier film de Steven Soderbergh qui rassemble un casting racoleur (Gwyneth Paltrow, Marion Cotillard, Matt Damon, ...) va bientôt sortir.

 

Il s'agit d'un film qui pose la question paniquante "Sommes nous vraiment préparés pour une pandémie?", l'habituelle question dont se servent les autorités pour justifier leurs préparatifs obsessionnels et plus que suspects en matière de préparation pandémique.

 

Le contexte du film est clair: un virus qui se transmet par l'air et la peau ( par la respiration et le toucher), qui fait plusieurs décès et contre lequel il n'existe "ni traitement ni vaccin".

 

On voudrait essayer de "rééduquer" le public pour qu'il repense au "réflexe vaccin" qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Comme souvent, on finit par "rendre désirable" ce qui est représenté comme "rare ou inaccessible": c'est d'ailleurs aussi un peu le principe à l'oeuvre dans le "dépéchez-vous, il n'y en aura pas pour tout le monde!"

 

Dans la bande annonce du film "Contagion", on peut notamment lire que "personne n'est immunisé contre la peur" ce qui déjà, est faux, car certaines personnes ne sont déjà plus dans la peur depuis longtemps. Mais surtout, une chose est évidente: ce film du système en place n'immunisera sans doute pas beaucoup de gens contre le conditionnement.... à moins que?

 

 

 

 

Sur le site Smartplanet.fr, on peut notamment lire ceci de révélateur:

 

"Mais qui a besoin de déclencher une pandémie quand la nature en est déjà capable?

 

W. Ian Lipkin, épidémiologiste à l’université de Columbia, a écrit dans les pages d’opinion du New York Times paru le 11 septembre dernier que le potentiel d’une épidémie mondiale est « très réel », espérant ouvertement que le film aide à sensibiliser les spectateurs au fait que, même si la menace n’est pas visible, elle représente un risque majeur dans une ère où la mondialisation facilite les déplacements et l’envoi de produits à l’international, y compris la nourriture."

 

Et Ian Lipkin de préciser: « Des pandémies se sont déjà produites par le passé », écrit W. Ian Lipkin, « et elles se produiront encore. ».

Forcément, vu tous les moyens engloutis pour s'y préparer, il y a fort à parier qu'on tentera forcément tôt ou tard de les rentabiliser, ça va de soi!



Un des points soulevés par Lipkin est "l'anticipation du chaos" qui surviendrait alors dans le système de santé publique, déjà sous-financé,  justifiant d'ores et déjà à ses yeux "l'adoption de dossiers médicaux électroniques" et le "contrôle d'autres sources de données pour détecter une épidémie le plus tôt possible".



En outre, Lipkin reparle aussi des vaccins, en lien avec le film:



"Comme dans le film, il faut encore plusieurs mois pour créer et tester un nouveau vaccin. Cela n’est pas suffisant pour faire face à ce type de catastrophe. Si une pandémie atteignait les États-Unis, nous ne serions capables de fabriquer suffisamment de vaccins que pour un quart de la population."



C'est là oublier (ou feindre d'oublier) que "plusieurs mois", c'est encore beaucoup trop peu pour évaluer des produits qui en resteront donc inévitablement au stade de vaccins expérimentaux avec tous les immenses risques de santé publique que cela comporte. La menace d'attaques bioterroristes a bon dos.  Une fois encore on tente de distiller dans l'esprit du public la crainte du manque et une sorte de "compte à rebours" artificiel destiné à faire faire accepter des méthodes et des décisions adoptées dans la précipitation. En somme, ça devient donc à "Dépêchez-vous, il n'y en aura pas à temps, pour tout le monde!"

 

 

Actualisation du 10 novembre 2011 : Chose intéressante, on a pu entendre au JT de 20H de France 2, la journaliste dire « La course aux vaccins, ici (dans le film donc) près en 6 mois, peu plausible.» puis celle-ci de donner la parole à l’épidémiologiste Arnaud Fontanet : « On serait, je pense, mes collègues et moi-même tous prêts à dire que c’est un délai très court qui était nécessaire pour le film mais bon, il faut plusieurs années, il faut déjà en laboratoire ELABORER LE CONCEPT, il faut le tester chez l’animal, il faut le tester chez l’homme, il faut s’assurer qu’il n’y a pas d’effets indésirables. »

 

IRONIE DU SORT…. C’est pourtant en à peine 6 mois que les vaccins H1N1 « pandémiques » ont été largués sur le marché, au prétexte de l’existence depuis plusieurs années de ces fameux « vaccins maquette » pour lesquels il suffirait, comme ça, de changer sur mesure l’antigène selon la pandémie-tant-attendue qui arrive in fine ! Ainsi donc, on a « élaboré un concept » de vaccin, pendant des années et, par conséquent, il faut bien le rentabiliser et finir par l’utiliser ce concept ! De là sans doute toutes ces pandémies tant annoncées : une pseudo-pandémie à peine finie et déjà toutes les autres annoncées, relativement régulièrement alors qu’avant qu’on élabore ce fameux « concept » (de vaccin pandémique), on ne parlait jamais de ce risque imminent et permanent de pandémies.

En outre, on remarquera qu’on s’est particulièrement mal assuré de l’absence d’effets indésirables de ces vaccins H1N1 au développement bâclé comme des milliers de victimes ont pu en faire les frais dans le monde ! Mais que faut-il en déduire au juste :

- Que Mr Fontanet estime alors que ces vaccins anti-H1N1 ont été largués trop vite ?

Ou bien – Que Mr Fontanet estime qu’ils n’ont toujours pas réussi à « élaborer le bon concept » avec une sécurité jugée « acceptable » et encore, qu’est-ce que cela signifie ?? Et combien de futures pandémies, factices ou non, seront encore dans ce cas nécessaires pour affiner et tester ledit concept?

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA