Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 19:45

journal-du-patient-aout-sept-2013-copie-1.jpg

Nous souhaitions vous mettre en garde contre le degré de désinformation mis en oeuvre par le Journal du Patient, journal "gratuit" mais non indépendant, tiré à 48 000 exemplaires et notamment disponible dans plusieurs pharmacies du pays et qui comporte également une version spéciale réservée aux salles d'attente des médecins (c'est d'ailleurs l'un d'eux qui nous en a envoyé un exemplaire...)

 

C'est le numéro 13 du mois d'août/septembre de cette revue qui motive cet article tant les affirmations mensongères en matière de vaccination sont é-di-fian-tes!!!

 

D'ailleurs c'est bien simple, il y en a tellement que c'est impossible de tout lister ici. Mais reprenons-en ici pêle-mêle plusieurs d'entre elles.

 

"C'est à cause des oublis de rappels DTP que le tétanos n'est pas encore éradiqué! " (sic!)

 

On voit déjà mal comment un vaccin triple serait vital pour éradiquer une seule maladie, mais surtout, surtout,... le tétanos est impossible à éradiquer étant donné que le réservoir du bacille (bactérie) se trouve dans le sol et qu'on ne sait bien évidemment pas supprimer ou stériliser le sol du monde entier!! Mais que ne ferait-on pas, n'est-ce pas pour faire l'éloge des vaccins faussement incontournables!

 

"L'efficacité de la vaccination contre la grippe est bien établie." (dixit Dr Van Laethem)

 

Est-ce parce que le Dr Van Laethem est à ce point lié aux pharmas qu'il a une vision aussi sélective de la Science et qu'il ignore les nombreuses publications indépendantes et toutes les autres données ayant démontré que:

 

- Les 60 à 70% d'efficacité du vaccin antigrippal sont un trucage

 

- Plus on vaccine et moins c'est efficace

 

- Les effets graves de la grippe sont si rares que des hôpitaux n'organisent plus la vaccination pour leur personnel

 

- Le vaccin contre la grippe provoque 5,5% plus d'infections respiratoires

 

- La vaccination antigrippale des soignants ne protège pas les personnes âgées

 

- Selon l'étude (indépendante) de Cochrane, le vaccin antigrippal n'a aucune valeur

 

" Les effets indésirables du vaccin (antigrippal) restent minimes."

 

Minimes, vraiment? Quid alors de ceci:

 

- cette femme handicapée à vie après une deuxième injection annuelle de vaccin

 

-  le grand nombre de publications scientifiques qui relèvent des effets secondaires graves

 

- le vaccin antigrippal pourrait favoriser les accidents vasculaires cérébraux

 

"Vaccination rime avec raison."

 

Ahh oui? Et l'éthique rime sans doute aussi avec les conflits d'intérêts. Pfff!!

 

"Pour vieillir en bonne santé, la prévention des maladies infectieuses fait figure de priorité."

 

Le gros problème c'est que nos pseudos experts actuels n'ont plus vraiment de bon sens et donc le sens des vraies priorités. Quelques chiffres officiels (Mutualités Libres): 80% des gens de 65 ans et + en Belgique ont au moins une maladie chronique et 85% des 75 ans et + en ont au moins 3. Or cela fait des années et des années qu'on assomme le système immunitaire des gens et notamment des seniors avec des vaccins (dont le vaccin antigrippal) alors que les maladies infectieuses sont loin d'être une priorité objectivement parlant. A force donc d'inverser les priorités, on fait pire que bien et au final, plus personne ne vieillit en bonne santé (mais pour tirer les gens en longueur avec toutes sortes de marchines, là on fait fort! Ne pas confondre donc longévité et espérance de vie EN BONNE SANTE qui sont deux concepts radicalement différents!)

 

" Le vaccin contre la grippe ne provoque pas la grippe."

 

Il s'agit là d'une affirmation fausse très classique des promoteurs de vaccins. Ils tablent classiquement sur le fait que le vaccin traditionnellement utilisé dans nos pays est un vaccin injectable (inactivé) et pas un vaccin à virus vivant (bien que le vaccin antigrippal nasal peu recommandable soit de ce type). Mais les vaccinalistes se gardent bien de dire que toute vaccination, quelle qu'elle soit, déprime le système immunitaire (l'affaiblit) et donc favorise n'importe quelle autre maladie infectieuse dans la foulée, dont la grippe!

 

Une vraie Science est avant tout basée sur l'observation. Le bon sens populaire aussi. On ne compte plus à ce propos le nombre de gens qui ont reçu une vaccination antigrippale et ont confirmé n'avoir jamais été aussi malade après, que c'est "la première et la dernière fois" qu'ils recevront ce vaccin etc. On est donc ici dans ce phénomène qui n'est pas qu'une simple "coïncidence" comme les promoteurs éhontés des vaccins aimeraient le faire croire mais bien d'un phénomène parfaitement documenté et aussi parfaitement logique.

 

On peut faire le parallèle ici avec la désinformation orchestrée par les pseudos experts officiels lorsque ceux-ci disaient que le squalène (adjuvant des vaccins H1N1) était sans danger parce que naturel et étant présent dans notre corps. Oui, sauf que le squalène ingéré (voie orale) n'a pas du tout les mêmes effets ni les mêmes risques que le squalène injecté. Mais on voit là le simplisme et le genre de raccourcis dangereux de ces défenseurs acharnés de la fausse science qu'est la vaccinologie.

 

"Il existe de bonnes raisons de vacciner les jeunes enfants contre toutes les maladies reprises dans le schéma vaccinal de base." (Dr Nadine De Ronne, pédiatre de Kind & Gezin.)

 

bébé polyvacciné

Pour l'industrie, c'est certain, les raisons sont toujours excellentes. C'est d'ailleurs pour cela que des tas de vaccins contre des maladies rares ou qui n'ont jamais constitué un problème réel de santé publique ont été inclus au calendrier vaccinal qu'on appelle cyniquement "de base" mais qui les inclut finalement tous, à l'exception du vaccin contre la varicelle, mais ça ne saurait sans doute trop tarder. La pédiatre nous le dit, c'est "parce que ce n'est pas encore gratuit" qu'on ne l'a pas encore généralisé. C'est la grosse carotte des gogos ça la gratuité, qui leur fait croire qu'alors c'est vraiment très utile!

 

En outre, n'oublions pas non plus l'intérêt financier des pédiatres et des généralistes de promouvoir la vaccination: selon un rapport de la Cour des Comptes française, la vaccination représente au minimum 12,6% du revenu des généralistes et 33% des revenus des pédiatres. Et encore, ces chiffres ne concernent que le prix de la consultation pour effectuer la vaccination et non le lot conséquent de consultations pour effets secondaires de ces mêmes vaccins! Or selon un rapport de l'ONE et de Provac (de 2009) ici en Belgique, au moins 5% des enfants vaccinés doivent consulter un médecin endéans les 48H après un vaccin pour effets secondaires. Mais combien d'enfants vaccinés doivent alors consulter endéans la semaine? La quinzaine? Le mois ou au-delà?!

 

On a aussi un extrait central qui est tellement dense en contre-vérités qu’il nous appelle à repréciser ce qu’est le phénomène d’inversion :

 

L’inversion consiste à utiliser la négation (sans autre argument en soi !) d’affirmations basées sur un solide corpus de données (scientifiques ici en l’occurrence). On est alors dans un discours « à 180° ». A ce petit jeu-là, c’est la personne qui pratique l’inversion qui « court » après les thèmes développés par les opposants (minorité du système). C’est un jeu de dupe, et aussi une sorte de « quitte ou double » parce que ce discours est susceptible de persuader les gens qui n’ont encore aucune connaissance du sujet, généralement sur base d’arguments d’autorité (« c’est un médecin qui parle donc c’est que c’est vrai. »). Il s’agit toujours d’affirmations générales et pas de points précis parce que l’entrée dans le détail est « glissante » pour les personnes qui recourent au stratagème de l’inversion. Le fait d’inverser les choses peut relever de l’ignorance mais quand l’inversion devient aussi méthodique, elle témoigne davantage d’une volonté de propagande qui impose de coller aux critiques qui ont déjà été entendues. Pour ceux qui ont creusé le sujet bien sûr, les affirmations qui découlent d’un phénomène d’inversion, apparaissent gratuites, sans base, sans fondement.

 

Voici maintenant que ce phénomène d’inversion a été expliqué, un exemple clair dans la bouche du Dr Nadine De Ronne, pédiatre et « conseiller central » de Kind & Gezin :

 

La sécurité est un atout (alors que c’est justement l’insécurité criante des vaccins qui crée à juste titre la controverse et augmente la défiance légitime du public.)

 

« Les vaccins ne sont pas commercialisés avant qu’on ait réalisé des études de sécurité détaillées. » (alors que les vaccins sont TOUS des produits expérimentaux car ils sont justement évalués de façon nettement plus laxiste que les autres médicaments et même les cosmétiques avec absence de contrôle contre placebo, évaluation beaucoup trop brèves, sur un nombre de sujets trop faibles ; absence d’analyse pharmacocinétique, absence d’évaluation du potentiel cancérogène, mutagène, tératogène !)

 

« S’il peut y avoir quelques effets indésirables, ils sont cependant sans dangerUn vaccin signifie une piqûre qui fait mal au moment même et peut entraîner une rougeur locale, voire un peu de fièvre. Nous en informons les parents. Rien n’incite cependant à penser qu’un vaccin donnera de gros problèmes

 

On est bien ici dans un phénomène d’inversion pure : des centaines de publications scientifiques appartenant à la littérature médicale internationale (et donc qui ne peuvent pas toutes être inconnues de cette pédiatre à ce niveau) attestent des effets secondaires graves des vaccins or elle en nie ici purement l’existence, d’une façon gratuite et idéologique : « Rien n’incite à penser qu’un vaccin donnera de gros problèmes ! » Si on confronte ce discours au contenu des documents confidentiels des firmes pharmaceutiques elles-mêmes (et qui portent la mention « confidentiel » à chaque page) sur la sécurité de leurs vaccins (Infanrix hexa, Prevenar), on voit que ce discours ne tient pas une minute, il s’effondre alors instantanément (mais pas bien sûr pour celui qui n’entend que le seul discours fumeux du Dr De Ronne et n’a pas accès à ces documents confidentiels, qui n’a pas accès à ce site ou à d’autres !)

 

De même, si on tient compte du fait qu’aux USA, plus de 2,7 milliards de dollars ont déjà été payés par le gouvernement aux victimes de vaccins depuis 1986 alors que deux tiers des plaintes sont rejetées d’emblée, on se rend compte que Mme De Ronne se moque bien sûr du monde, outre qu’elle viole ses obligations légales qui incluent le respect de l’article 8 de la loi du 22 août sur les droits du patient qui impose de fournir aux patients potentiels des informations suffisamment objectives, équilibrées et détaillées également sur les risques (nature, fréquence, gravité) d’un traitement proposé ou recommandé !!

 

Mais on pourrait aussi mentionner qu’aux USA, 0,75$ est prélevé sur chaque vaccin vendu pour alimenter ce fameux fond d’indemnisation des victimes. De même, on pourrait aussi rappeler que la Cour Suprême de ce pays a accordé une impunité juridique à ces fabricants pour leur éviter de tomber en faillite sous le poids des poursuites….

 

Le fait de dévier le débat sur la sécurité (ou plutôt l’insécurité) des vaccins sur une question accessoire (la peur de la piqûre) permet dans l’esprit de ces gens-là d’éviter d’entrer dans les détails concrets qui expliquent pourquoi et en quoi l’évaluation des vaccins est totalement laxiste.

 

« Nous sommes très critiques et les firmes doivent véritablement prouver que leurs produits sont sûrs avant de pouvoir être commercialisés. De très nombreuses études de sécurité précèdent la commercialisation. »

 

C’est précisément parce que ce n’est pas le cas que Mme De Ronne (ou le retranscripteur pour le journal) s’est cru obligée de mentionner le mot « véritablement ». On en revient au point abordé plus haut sur les essais cliniques bâclés et biaisés qui conduisent tant de gens au désastre après un vaccin, toujours expérimental, sans que les cobayes ne s’en rendent évidemment compte au moment d’être piqués !

 

Les études peuvent être nombreuses MAIS elles sont largement financées par les Pharmas, qui sont donc juges et parties, et ont tout intérêt à ce que leurs vaccins soient approuvés. Le problème n’est ici pas tant la question de la quantité que de la qualité (méthodologique) de ces études or celles-ci sont biaisées car portant sur un nombre insuffisant de sujet, sur un temps trop bref, en ne recourant pas à de véritables groupes NON VACCINES (pour éviter tout biais).

 

Quant aux études de phase 4 (post-commercialisation), elles sont communiquées aux autorités sous le sceau du secret et consistent en volumineux documents que les autorités n’épluchent certainement pas dans le détail et puis, pourquoi aussi le feraient-elles compte tenu que cela risquerait de remettre en cause leurs recommandations publiques ? Et là encore, on compare les effets secondaires à ceux dits « normalement attendus dans la population générale » mais cette population générale étant déjà largement survaccinée (= biais majeur).

 

Le Dr De Ronne conclut alors sa diatribe par le pseudo argument des « coïncidences. » (tous les effets secondaires graves associés aux vaccins –ceci dit sur base de plusieurs études scientifiques- ne seraient donc que des « coïncidences ») : si les enfants vaccinés tombent fréquemment malades dans les suites de vaccins, c’est parce que « c’est  à ce moment-là qu’ils entrent en contact avec un nombre croissant de maladies infectieuses. Les vaccins sont simplement administrés à un âge auquel les enfants contractent pas mal d’infections. (crèche, gardienne, etc.) ; Idem pour la mort subite qui survient essentiellement aux alentours de 4 mois soit également la période des vaccinations. »

 

« Il n’y a jusqu’à présent AUCUN ARGUMENT SCIENTIFIQUE attestant de la relation causale entre l’administration d’un vaccin et le décès subit de l’enfant. » continue De Ronne. Mais son sinistre « ronron » n'est-il pas ainsi éminemment méprisant pour ses autres collègues qui ont publié sur le sujet (et qui se retrouvent ainsi niés purement et simplement) ainsi que pour l’ensemble des enfants?

 

Ce site regorge d’arguments scientifiques émanant dans la plupart des cas de la propre littérature médicale du Dr De Ronne. Les études pleuvent. Celles qui montrent que les enfants non vaccinés (0 vaccins) sont nettement moins malades, ont moins d’infections ORL, consomment près de 3 fois moins d’antibiotiques, consultent moins le médecin (et ces enfants vont aussi en crèches !!). Les études aussi qui montrent noir sur blanc que les vaccins sont une des grandes si pas la première cause de mort subite du nourrisson avec une distribution des décès qui n’est pas homogène dans le temps, ce qui contredit tout à fait l’affirmation de De Ronne (car si les vaccins n’y étaient pour rien, il n’y aurait pas 70% des cas de décès par mort subite du nourrisson (MSN) qui surviendraient endéans les 3 semaines après une vaccination !!) La mort subite survient préférentiellement endéans les 6 premiers mois de vie (âge où on vaccine de la façon la plus intensive et la plus rapprochée) et était même non référencée dans les causes classiques de décès de nourrissons avant l’introduction des nouveaux vaccins pour enfants dans le courant des années 60.

 

MORT-SUBITE-ET-vaccin-graphe-2.jpg

Graphe tiré du livre "Vaccines, ares they really safe and effective?" de Neil Z. Miller et réalisé à partir de l'étude de Torch (W.C. Torch, "Diphteria-pertussis-tetanus (DPT) immunization: A potential cause of the sudden infant death syndrome (SIDS).", Amer. Academy of Neurology, 34th Annual Meeting, Apr 25-May 1, 1982), Neurology 32 (4), pt.2.

 

Les documents confidentiels des firmes pharmaceutiques renseignent d’ailleurs plusieurs comptes-rendus de décès dont certains, sur base de déclarations ou de soupçons des autorités sanitaires elles-mêmes qui reconnaissent dans certains cas la causalité avec le vaccin (comme l’Agence italienne des Médicaments l’a fait si on se reporte au document confidentiel de GSK sur l’Infanrix hexa).

 

De Ronne poursuit dans le même registre pour les maladies auto-immunes, la sclérose en plaques (5 études prouvent le lien clair avec le vaccin ; le Pr Tardieu avait même été interdit de conférence de presse suite à ses résultats ô combien dérangeants…). Là aussi, pour les maladies auto-immunes, plusieurs études évoquent des liens clairs avec la vaccination et il est impossible de toutes les énumérer. En voici un exemple.

 

Pour finir, il faut se rappeler que ce Journal du Patient porte assez mal son nom car il comporte en son sein des publicités pour Big Pharma, et notamment des publicités vaccinales qui doivent donc cadrer avec le contenu (bien qu’il se prétende servir l’information du patient !). N’hésitez donc pas à informer vos pharmaciens de l’irresponsabilité et du peu de discernement dont ils font preuve en relayant ces revues gratuites au contenu affligeant !

 

Pub-GSK-oct.-2013.jpg

 

"Faites-en plus, sentez-vous mieux et vivez plus longtemps" dit le slogan de la pub vaccinale de GSK dans Le Journal du Patient (ce qui est évidemment tout l'inverse de ce qui se passe dans la réalité.) 

 

Voir aussi les articles connexes suivants:

 

Publicité déguisée de l'ONE dans le Journal du Patient?

 

Une pédiatre qui a bien appris sa leçon sur les vaccins

 

Ethique vaccinale & prostitution de la Science

 

Effets secondaires vaccinaux: le grand tabou

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Médias & vaccins
commenter cet article

commentaires

Spiritalone 18/10/2013 20:10

Toujours aussi excellent votre site.

Mais autour de moi, on se demande si leur cerveau ne beigne pas dans de l'aluminium, remarquez quand j'allume la radio, station skyrock, radio pour les jeunes en France, 4 millions d'autiteurs et
que chaque année les auditeurs sous couvert d'amusement, se font vacciner en direct contre la grippe et qu'ils en rajoute de sacrés couches dans leur messages pour faire peur et convaincre que si
les gens ne se vaccinent pas alors ils risquent d'attraper cette grippe et c'est la fin du monde...

ça me donne envie de vomir, parfois j'espère que l'un d'eux choppe une complication du fait de leur vaccination annuelle, y'a que ça, je pense, pour les faire redescendre sur terre tout ces
illuminés.

Initiative Citoyenne 19/10/2013 19:30



Bonsoir,


merci pour le commentaire. Ne perdons pas espoir, défendons le durcissement des exigences règlementaires des vaccins et le droit à la liberté vaccinale car c'est cela l'essentiel et le coeur du
problème. Le droit de tous dans le respect de l'intégrité de chacun!


Bien cordialement



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA