Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 21:28
 
"Le fond du problème est qu'il est dangereux de vacciner des femmes enceintes tant pour la mère que pour le bébé."  
                                                            Dr Russel BLAYLOCK, neurochirurgien
 
Russel Blaylock 
 
Le Dr BLAYLOCK, neurochirurgien, explique que les femmes qui sont vaccinées pendant leur grossesse ont 1 chance sur 50 de donner naissance à un enfant qui risquera d’être autiste ou atteint de schizophrénie.  [ces estimations se basent sur diverses données &  études dont les résultats sont détaillés dans un autre article, ICI]
 

Or le Dr Michael Bronze, professeur de médecine interne à l'Université d'Oklahoma, précise que, d'après l'expérience de l'hémisphère Sud,  les mêmes femmes ont 1 chance sur 300.000 d’être admises à l’hôpital à la suite d’une complication de la grippe....

 
Sources: Sites de J. Mercola & JChristoff
 
Bien entendu, les officiels recommandent tout de même la vaccination aux femmes enceintes. Que ce soit en Europe ou aux USA. Aux Etats-Unis, le Center for Disease Control (CDC) va même jusqu'à recommander la vaccination aux femmes enceintes à quelque stade de grossesse que ce soit donc même au premier trimestre!
 
Qu'y a-t-il derrière tout ça? Car il y a forcément quelque chose.
On voit, en effet, mal comment le CDC, qui recommande aux femmes enceintes d'éviter toute exposition aux polluants chimiques, pesticides etc pourrait sinon leur recommander une vaccination qui comporte des substances notoirement toxiques pour le foetus. Ce serait tout à fait illogique!
 
Quand les officiels disent que le risque du vaccin est plus faible que celui de faire une complication de la grippe, BIEN EVIDEMMENT cette affirmation est fausse parce qu'ils ne disposent tout simplement d'aucune étude pour estimer, évaluer ce risque du vaccin chez les femmes enceintes. Ils prétendent donc comparer deux risques alors qu'ils n'ont absolument aucune étude pour évaluer un des deux termes de cette comparaison. C'est se moquer du monde!
 
 loupe
 Souvenons-nous que:
 
- l'ESWI, le groupe "scientifique" sur la grippe, financé à 100% par l'industrie, qui se dit indépendant sur son site a conseillé l'OMS....
 
- le groupement des gynécologues-obstétriciens de langue française (GGOLFB) compte GSK parmi ses sponsors
 
mais on pourrait rajouter bien d'autres relations de ce type comme la société belge de pédiatrie qui compte elle aussi GSK ou Wyeth parmi ses sponsors et dit, sur sa page de sponsors "se faire un devoir de  promouvoir la vaccination des enfants."
 
- Les scientifiques, toujours les mêmes, qui appellent, à la télé, à la vaccination sont ceux qui sont liés aux firmes...
 
N'est-ce pas comme cela que le système fonctionne? 
N'est-ce pas là, la seule façon d'expliquer les si graves incohérences des officiels quand ils osent recommander la vaccination aux femmes enceintes?
 
Souvenez-vous de ce qui s'est passé en 2009.... La vaccination recommandée tardivement par les gynécologues aux femmes enceintes et dès le départ par les autorités et leur "cellule Influenza".
 

Dans l'émission Question à la Une du 17 février 2010 sur la grippe H1N1 ,on pouvait notamment entendre le Dr Luc Erpicum dire ceci concernant la vaccination des femmes enceintes: " Ils (le fabricant) marquent qu'ils n'ont pas fait d'études cliniques sur un nombre suffisant de femmes enceintes pour avoir des données statistiques suffisantes. L'Etat qui le reçoit, et les scientifiques puis les gynécologues disent, tardivement, alors qu'il n'y a pas eu d'études en plus, "faites-le!" Il y a eu suffisamment que pour ne pas le faire. Donc le fabricant dit non. Eux, ils disent "ben si, on va l'autoriser." Je ne comprends pas. Je ne comprends pas, honnêtement." A la question de la journaliste qui lui demande si l'adjuvant du vaccin était dangereux, il répond "Il y a un principe de précaution pour les femmes enceintes. Nous ne mettons pas de médicaments aux femmes enceintes. Quand il faut un antiémétique ou quoi, on va regarder dans nos livres. Et si il y a quelques trucs animaux tératogènes, on ne le met pas." (voir à partir du temps 25' 35'' environ).

 

On a donc en fait, bafoué le plus élémentaire principe de précaution.

Et cela, bien entendu, a déjà eu des conséquences néfastes sur la grossesse de quantité de femmes de par le monde.
   
Ainsi, aux USA, c'est surtout à une épidémie de fausses couches qu'on a assisté (et sans doute pas que là-bas...): + de 700% d'augmentation alors que 50% environ des femmes enceintes ont été vaccinées et encore, là-bas, c'était avec un vaccin sans adjuvant....
 
Et de la même façon que le Pr Van Ranst a prétendu, chez nous, qu'il n'y avait pas eu le moindre problème chez les femmes enceintes vaccinées, c'est exactement le même son de cloche outre Atlantique puisque là-bas, le Dr Mc Cormick, du Ministère de la Santé, a assuré qu'il n'y avait eu aucun effet indésirable chez les femmes enceintes.
 
 
"Mon épouse a fait une prééclampsie à 7 mois et demi de grossesse et ce quelque temps après avoir fait le vaccin anti H1N1. Cela nous avait été conseillé par notre gyné."
                                                                                                         Victor-Moris (RTL INFO)
 
"Grippe A (H1N1): une femme enceinte perd son bébé après s'être fait vacciner.
 
19 nov.2010
 
SANTE - Elle a reçu une dose contenant des adjuvants, mais le lien de causalité n'a pas été établi...
 
Une femme enceinte a perdu son bébé deux jours après s'être fait vacciner contre la grippe A (H1N1), a indiqué ce jeudi l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), chargée d'étudier la question.  
 
Professionnelle de la santé, la femme concernée était enceinte de 38 semaines, soit huit mois et demi. Elle a reçu une dose de vaccin avec adjuvant, Pandemrix, du laboratoire GlaxoSmithKline. L'effet de ces composants n'étant pas connus chez les femmes enceintes et les enfants, il est pourtant recommandé d'utiliser les vaccins n'en contenant pas."
 
Source: 20minutes.fr (France)
  

 

La vaccination antigrippale de cette année ne comporte pas d'adjuvant.

Est-elle pour autant sans risques chez la femme enceinte?

 

Cette question est très importante. Nous l'avons-vu, aux USA, même avec un vaccin sans adjuvant, utilisé lors de la saison 2009-2010, cela a donné lieu à une hausse de 700% des taux de fausses couches. Cette donné n'est donc pas à prendre à la légère.
 
- Même sans adjuvant, le vaccin peut contenir de dangereux excipients (additifs) comme des dérivés de mercure, utilisés en tant que conservateurs.
 
Le mercure n'est pas anodin pour le foetus. L'étude des Drs Ayoub et Yazback (USA) conclut notamment en disant:
 
"Etant donné les risques potentiels de l’exposition de la mère, comme du fœtus  au mercure, l’administration de thimerosal pendant la grossesse est à la fois injustifiée et imprudente."
 
- Même sans adjuvant, le vaccin saisonnier classique n'a PAS été testé pendant la grossesse et les notices des fabricants précisent ne pas avoir de données spécifiques pour cette catégorie de la population.
Ainsi, les scientifiques du Réseau Santé Environnement (RES) ont repris, dans un de leurs communiqués, les propos du fabricant du Vaxigrip (un vaccin saisonnier classique):
 
"Pour la grippe saisonnière, le fabricant du Vaxigrip® (Sanofi Pasteur) annonce en date d'avril 2009 sur son site au Canada « Comme l’effet de VAXIGRIPMD sur la reproduction n’a pas fait l’objet d’études chez l’animal, on ignore si l'administration de VAXIGRIPMD à une femme enceinte risque de nuire au foetus ou de compromettre les capacités de reproduction. Les données concernant l’administration de ce vaccin à la femme enceinte sont limitées. VAXIGRIPMD ne doit être administré à la femme enceinte qu’en cas de nécessité clairement établie et après une évaluation des avantages et des risques ».
 
- "Ce qui m’inquiète énormément, déclare le Dr Mercola, c’est que la plupart des médecins, comme aussi les médias ignorent complètement les recherches qui montrent que les vaccins contre la grippe n’ont aucune incidence sur le fait que les femmes enceintes puissent ou non être malades de la grippe ou d’une maladie qui ressemble à la grippe. [...] L’étude réalisée par des chercheurs de Kaiser Permanente, ainsi que du programme national d’immunisation du CDC montrent qu’il n’existe aucune raison de vacciner les femmes enceintes."
 
- Une récente étude, parue dans la prestigieuse revue scientifique "Science", le 17 décembre dernier, apporte un éclairage nouveau quant aux risques pour le bébé d'une vaccination de la mère pendant la grossesse.
 
Le système immunitaire du foetus étant extrêmement permissif, il est donc d'autant plus vulnérable à toutes sortes de polluants qui pourraient aboutir dans le corps de la mère au cours du développement.
                                    

 

Marco Torres, Prevent Disease, 17 décembre 2010

 

VACCINS MEURTRIERS PENDANT LA GROSSESSE

 

LE SYSTEME IMMUNITAIRE DU FŒTUS EST COMPLETEMENT DIFFERENT  

___________________________________________________________________

 

Des chercheurs ont montré pour la première fois que le système immunitaire humain fœtal se formait à partir d’éléments complètement différents de celui de l’adulte. Cette découverte pourrait mener à une meilleure compréhension du fait que de nombreux bébés naissent avec des troubles dus à des surcharges toxiques des mamans qui ont choisi de se faire vacciner pendant leur grossesse.

 

Cette découverte pourrait également aider les scientifiques à mieux comprendre comment les allergies infantiles se développent. Elle pourrait également être utile dans le domaine des transplantations d’organes. Ces découvertes sont décrites dans le numéro de Science du 17 décembre.

 

Jusqu’à aujourd’hui on a cru que le système immunitaire du fœtus et du jeune enfant était simplement une forme immature du système immunitaire de l’adulte, un système qui réagissait différemment du fait de l’absence de menaces immunitaires en provenance de l’environnement. Les toutes dernières recherches ont pu monter que le système immunitaire du fœtus était complètement différent vu qu’il se formait à partir de souches cellulaires différentes de celle qui permettent au système immunitaire de l’adulte de se former.

 

Nous avons découvert que le rôle du système immunitaire du fœtus était de lui indiquer qu’il devait se montrer tolérant vis-à-vis de tout ce qu’il rencontrait, y compris sa propre mère et ses différents organes, déclare Joseph M. McCune, M.D., PhD. Professeur de médecine expérimentale à l’ UCSF.

 

C’est après la naissance qu’un nouveau système immunitaire se forme à partir de souches cellulaires différentes et qui a comme objectif de combattre tout ce qui est étranger...

 

L’équipe des chercheurs avait précédemment découvert que le système immunitaire du fœtus était éminemment tolérant vis-à-vis de cellules étrangères qui se trouvaient dans leur propre corps. L’équipe de chercheurs avait formulé l’hypothèse que ce mécanisme empêchait le fœtus de rejeter les cellules de la mère pendant la grossesse.

 

Le système immunitaire de l’adulte par contraste est programmé pour attaquer tout ce qu’il considère comme « étranger ». C’est ce qui permet au corps de lutter contre les infections.

 

[…] Ce que nous avons découvert c’est que ces cellules immunitaires du fœtus sont particulièrement capables de repérer (« voir ») des substances étrangères. Mais au lieu des les attaquer, elles permettent au fœtus de les tolérer.

 

Le Dr Dave Mihalovic a expliqué que les résultats de l’étude permettaient de mieux comprendre les troubles fréquents qui atteignent les nouveaux-nés après que des vaccins soient entrés dans le flux sanguin de la mère. « Le fait qu’un fœtus doive tolérer les toxines ingérées par la mère ou injectées à la mère, nous fait voir sous un angle tout à fait nouveau pourquoi il est particulièrement dangereux de vacciner les femmes pendant leur grossesse.» a-t-il déclaré.

 

[…] Nous savons que les vaccins contiennent souvent des taux dangereux d’excipients, de conservateurs et d’adjuvants. Beaucoup de ces produits n’ont jamais été testés dans aucune étude sur les bébés, ni non plus sur les fœtus. Les résultats de notre étude nous obligent à reconnaître qu’il nous faut être vigilants, qu’il nous faut également informer les femmes enceintes au sujet des conséquences possibles sur la santé de leur enfant à naître si elles devaient choisir de se faire vacciner. Nous ne disposons tout simplement pas d’éléments suffisants concernant le système immunitaire du fœtus pour pouvoir vacciner les femmes enceintes, a conclu Mihalovic

   

«Vaccines Deadly During Pregnancy. Fetal Immune System Arises From entirely Different Source»

 
Source: Prevent Disease 
 
- Et puis enfin, il n'est jamais inutile de le rappeler: ne pas se faire vacciner, cela ne veut en aucun cas dire se retrouver démunie face à la grippe!
Veiller à une bonne hygiène de vie, combler les carences en vitamines (D, C etc) et en oligo-éléments et compléter au besoin par des méthodes naturelles douces et non toxiques sont les conseils de bon sens d'un nombre croissant de thérapeutes confrontés à cette question dans leur patientèle...
 
"Je le déclare en tant que médecin, nous sommes des apprentis sorciers et de nombreuses générations jouent au quitte ou double avec nous."
Dr Bernard WOESTELANDT
 
 
Voir la suite et les explications complémentaires à cet article ICI


Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Femmes enceintes
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA