Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 20:21

ACTA est mort, vive le CETA!

 

11 juillet 2012. RTBF Info.

 

ANONYMOUS.jpg

On croyait le controversé traité ACTA définitivement enterré. C'était sans compter sur la détermination de ses partisans qui tenteraient de faire repasser le texte sous une autre forme: le CETA, un projet d'accord commercial entre Canada et Union Européenne.

 

"Alors que le Parlement européen a durement sanctionné ACTA dans un vote sans appel il y a à peine une semaine, le traité liberticide revient via un accord commercial entre l'UE et le Canada. Des paragraphes entiers du texte rejeté se retrouvent dans ce futur accord dont ceux portant atteinte aux libertés fondamentales et à la protection des informations personnelles", a dénoncé aujourd’hui  le chef de délégation du Parti Socialiste au Parlement européen, Marc Tarabella.

 

A l’issue du vote du Parlement européen rejetant ACTA, l’eurodéputé socialiste s’était déjà réjoui de "la mort de ce traité liberticide et hautement toxique". "C'est la victoire de la démocratie sur les lobbies, de la vérité sur les manipulations", avait-il commenté.

 

Il semble aujourd’hui que la bataille ne soit pas encore gagnée pour les opposants d’ACTA. Ceux-ci pensaient avoir obtenu gain de cause quand, suite à une mobilisation citoyenne et une pression importante de la société civile, une écrasante majorité d’eurodéputés avait rejeté le texte lors du vote du 4 juillet (478 contre, 38 pour et 165 abstentions).

 

Une démonstration édifiante d'un professeur de droit canadien

 

Chassé par la grande porte du Parlement européen, ACTA semble revenir en ayant légèrement changé d’apparence via la fenêtre d’un accord entre l’UE et le Canada labellisé CETA.

 

Déjà rebaptisé "ACTA 2.0" par ses détracteurs, CETA reprend mot pour mot des passages entiers de l’ACTA. "La stratégie de la Commission européenne est claire: elle veut utiliser ce nouvel accord commercial entre l'UE et le Canada pour valider des textes similaires à ceux refusés par le Parlement européen et par les citoyens  descendus nombreux dans les rues", affirme encore le communiqué envoyé par Marc Tarabella.

 

Une analyse des faits appuyée par la démonstration du professeur de droit de l’Université d’Ottawa, Michael Geist. Ce dernier a en effet publié sur son blog, un tabelau où il place en vis à vis les passages de l’ACTA dans le texte original et la version reprise dans le CETA. La démonstration est édifiante.

 

Dès lors, la mobilisation contre le CETA sera-t-elle aussi importante que contre l’ACTA ? Les citoyens européens et les eurodéputés vont-ils une nouvelle fois court-circuiter des dispositions apparues sous leur nouvelle forme ? Seul l’avenir pourra le dire. Ce qui est désormais certain, c’est que si le texte ACTA est enterré, ses partisans semblent toujours aussi déterminés à en imposer les dispositions.

 

Julien Vlassenbroek

 

Si même les grands médias (dont fait partie la RTBF) se mettent à révéler de façon si nette les stratégies scandaleuses d’instances non élues et illégitimes comme la Commission européenne, c’est donc dire si cela devrait faire frémir et réagir les citoyens, habituellement anesthésiés par leur routine quotidienne, telle la grenouille qui baigne plus ou moins forcée dans la marmite d’eau dont on n’augmente que très progressivement la température au point de l’y faire griller !

 

Bien sûr, il est essentiel et même sine qua non de prendre conscience de ce genre de manœuvre sournoise et tout à fait pernicieuse (telle celle d’un « caméléon » finalement) mais il est encore bien plus important de voir toutes les analogies qui existent au travers de divers évènements où on recourt sans cesse à cette même méthodologie : le traité Européen avec le « Non » français de 2005 dont on n’a nullement voulu tenir compte, le « Oui » forcé des Irlandais qu’on a fait revoter, là aussi dans le plus grand mépris de l’expression d’une volonté populaire. Mais il en va de même avec la vaccination qu’on ne cesse de nous imposer de façon de plus en plus oppressante et agressive en dépit de sondages clairs démontrant une hausse croissante du nombre de gens sceptiques et/ou très critiques.

 

C’est ainsi que la France avait éventuellement envisagé une vaccination H1N1 obligatoire (Roselyne Bachelot ayant demandé au Conseil Constitutionnel si une telle obligation serait constitutionnelle) et ce, alors même qu’une enquête de l’INPES avait quelques années auparavant démontré que seuls 55% des gens accepteraient de se faire vacciner contre la variole en cas de menace bioterroriste ! C’est donc dire si cette volonté de vacciner à tout prix se moque éperdument des libertés et de la dignité humaines. C’est si vrai que Mme Testori de la Commission européenne (elle aussi non élue bien sûr) a, sans la moindre gêne, fait part publiquement, le 5 octobre 2010 en Commission de la Santé du parlement, de son souhait de voir à présent la Commission décider de façon arbitraire de qui sera ou non vacciné, à la façon de ce qui a déjà lieu pour les animaux ! Avec la hausse croissante du scepticisme vaccinal, il est bien évident que ce genre de traité CETA liberticide arrive aussi très à point pour tenter d'enrayer la prise de conscience mondiale et  ainsi octroyer encore un peu de bois de rallonge à cette bulle vaccinale dont l’explosion est, encore une fois, tout à fait inéluctable….

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA