Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 20:13

Nikki-Haley.jpgLe journal The Inquisitr du 20 juin dernier rapporte le véto remarqué de la gouverneure républicaine de Caroline du Sud, Nikki Haley, qui s'est ainsi "bruyamment" opposée à un projet de loi organisant la gratuité et la promotion de la vaccination HPV dans le cadre scolaire.

 

Cette décision apparaît hautement significative puisque cette même personne, alors députée d'état, était la co-initiatrice en 2007 d'un projet de loi qui aurait rendu la vaccination contre le papillomavirus obligatoire pour toutes les jeunes filles de première année de secondaire. A cette époque cependant, Haley avait finalement cessé son soutien à ce projet de loi au motif qu'il ne laissait aucune possibilité aux parents de refuser la vaccination.

 

Alors que cette autre version législative prévoyait cependant une possibilité de refuser la vaccination et consistait surtout à la promouvoir et à en organiser la gratuité pour toutes les jeunes filles qui y consentaient, la gouverneure a estimé que ce texte était "précurseur d'une obligation sanitaire rendue possible et financée par l'argent des contribuables".

 

La décision de la gouverneure a, comme on s'en doute, suscité des critiques faciles dans le chef de plusieurs députés d'autant que le projet de loi avait obtenu le soutien des deux camps politiques (Démocrates & Républicains), certains comme le démocrate Bakari Sellers,  un des initiateurs du projet, l'accusant de faire passer égoïstement ses ambitions politiques avant la santé publique.

 

Nikki Haley a, pour sa part, également déclaré "C'était une erreur à l'époque et je redis que c'est aussi une erreur aujourd'hui. Maintenant que j'ai une fille âgée de 14 ans, c'est quelque chose qui me tient vraiment à coeur, par rapport à ce que je dois faire en tant que parent et ce que je veux vraiment pour mon enfant."

 

Les députés, dont le vote favorable à la Chambre était de 63 voix contre 40 et de 40 contre 2 au Sénat, ont cependant encore la possibilité de contourner ce véto, en passant outre, comme ils l'ont déjà fait dans d'autres dossiers.

 

Cette responsable politique prend là une décision à la fois sage, courageuse mais aussi humble, puisqu’elle a la sincérité d’avouer qu’elle s’est trompée en apportant jadis son soutien à pareille initiative (une sincérité des plus rares dans le monde politique, nous soulignons !). On aperçoit du reste assez mal en quoi ce genre de décisions servirait ses ambitions politiques dans un contexte où une majorité des parlementaires, tous partis confondus, sont, eux, favorables à ce texte… à moins que les citoyens ne sachent en effet encore reconnaître qui protège encore vraiment leurs intérêts en évitant ainsi de les faire financer leur propre esclavage ainsi que la dégradation de leur propre santé !

 

Ce véto et ce volte-face de cette gouverneure ne sont évidemment pas sans rappeler ceux de l’ex Ministre Catherine Fonck, en 2008, alors en charge de la Santé en Communauté Française, et qui s’était finalement publiquement opposée à la vaccination scolaire anti-HPV, alors qu’elle avait initialement vanté avec sa collègue Arena, cette vaccination dans un courrier enthousiaste expédié à toutes les jeunes filles concernées. Catherine Fonck avait alors justifié son revirement par la pression que cela mettait sur les épaules des jeunes filles et des parents mais aussi par l’efficacité gonflée et les risques possiblement minimisés d’une telle vaccination.

 

La position de Mme Haley témoigne de ce que cette femme n’est ni sourde, ni aveugle, ni sans cœur et qu’elle a forcément dû avoir vent du nombre révoltant et très inquiétant d’effets secondaires dus à ces vaccins anti-HPV, ce qui a immanquablement dû l’aider à se rendre compte du caractère hautement défavorable du rapport bénéfices/risques de tels vaccins. Un constat qu'a d’ailleurs aussi dû faire le Dr Diane Harper qui n’est rien de moins qu’une des principales scientifiques qui ont mené les essais cliniques sur ces vaccins… c’est dire !

 

Pour rappel, les chiffres officiels recensés dans le système américain VAERS, faisaient état en mai dernier de 26 050 effets secondaires, de 114 décès, de 872 infirmes ou encore de 56 cas de cancer du col (alors que ce cancer met normalement une vingtaine d’années à se développer !).  Des chiffres qui sont déjà 2,5 fois supérieur au taux de décès imputables au cancer du col dans ce pays selon les chiffres de l’OMS…. Et encore, il ne faut jamais oublier que seuls 1 à 10% des effets secondaires sont effectivement rapportés pour être repris dans ces « chiffres officiels » » !

 

Malgré tout, l’arrogante et peu compétente Ministre Laanan recevait encore une tribune le 14 juin dernier dans le Soir pour y dire notamment son souhait de voir les taux de vaccination scolaire anti-HPV encore augmenter l’année prochaine. Une véritable gifle au bon sens et à la santé publique en somme…

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA