Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 23:00

Cette étude révèle que les taux toxiques d’aluminium avec lesquels on vaccine les enfants peuvent provoquer des dommages neurologiques, ainsi que l’autisme

 

Bebe-en-pleurs-Ch.England.jpg  

Christina England, Vactruth, 28 janvier 2014

 

Une étude récente réalisée par deux scientifiques canadiens, le Professeur Christopher Shaw et le Dr Lucija Tomljenovic a révélé que plus les enfants reçoivent de vaccins contenant l’adjuvant aluminique, plus ils ont de chances de développer ultérieurement de l’autisme, des maladies auto-immunes et des problèmes neurologiques.

 

Dans leur étude publiée en 2013 par Springer Science &Business Media et intitulée L'Aluminium dans le Système Nerveux Central : Toxicité chez les humains et les Animaux,- adjuvants vaccinaux et auto-immunité, les auteurs révèlent qu’au cours d’une période de 17 ans, les taux d’autisme ont considérablement augmenté dans les pays qui administraient le plus de vaccins contenant de l’aluminium.

 

Une corrélation hautement significative

 

Les chercheurs ont comparé le nombre de vaccins recommandés par les Centres de Contrôle des Maladies et de Prévention (CDC) au cours de la période 1991 à 2008, ainsi que les changements intervenus dans les taux d’autisme au cours de la même période. Ils écrivent :

 

« L’ensemble des données comparées graphiquement les unes avec les autres, montrent une corrélation marquée et statistiquement très significative entre le nombre de vaccins avec aluminium  et les variations des taux d’autisme. . D’autres données ont montré qu’il existe une corrélation significative entre les quantités d’aluminium administrées aux enfants en âge préscolaire et les taux actuels de cas d’autisme dans sept pays occidentaux. Les pays qui avaient le plus grand nombre de vaccins adjuvantés à l’aluminium avaient aussi les taux les plus élevés d’autisme. » [1] (Souligné par l’auteur de l’article)

 

Les auteurs ont aussi relevé que :

 

« La corrélation observée entre le nombre de vaccins adjuvantés à l’aluminium et les troubles du spectre autistique (TSA) a également été testée en utilisant les critères de Hill. Huit de ces critères sur neuf montraient que les vaccins qui contenaient de l’aluminium étaient très susceptibles d’être au moins partiellement la cause de l’autisme. »

 

Pour les personnes qui ne connaissent pas les « critères de Hill », il s’agit  d’une technique utilisée pour déterminer un lien de causalité entre un facteur déterminé et une maladie. On pourrait prendre l’exemple suivant : l’excès de tabac peut-il provoquer le cancer du poumon ? Les scientifiques qui cherchent à établir un lien de causalité valable entre un agent pathogène potentiel utilisent fréquemment la technique qui a été développée par le statisticien médical britannique Austin Bradford Hill. [2]

 

Le Pr Shaw et le Dr Tomljenovic poursuivent :

 

« Il existe d’autres liens entre l’exposition/toxicité à l’aluminium et les troubles du spectre autistique (TSA). Il s’agit notamment de ce qui suit : une étude pilote a montré qu’il existait des taux d’aluminium plus élevés que la normale dans les cheveux, le sang et/ou l’urine d’enfants autistes ; les enfants étant régulièrement exposés à des taux d’aluminium plus élevés dans les vaccins que les adultes (par rapport au poids corporel). On ne connaît pratiquement rien de la pharmacocinétique et de la toxicodynamique de l’aluminium des vaccins chez les enfants. L’aluminium des vaccins a été lié à des troubles neurologiques graves, à la fatigue chronique et à l’auto-immunité. »

 

Si le Professeur Shaw et le Dr Tomljenovic ont raison, alors les résultats qu’ils ont obtenus sont extrêmement préoccupants, d’autant plus que l’autisme n’est pas le seul problème que leur étude lie à l’adjuvant aluminium.

 

En fait, leur étude montre aussi un lien entre l’aluminium et l’augmentation de l’incidence de la maladie d’Alzheimer, le syndrome de la guerre du Golfe et un syndrome relativement nouveau l’ASIA (syndrome inflammatoire auto-immun induit par les adjuvants) identifié par les scientifiques l’année dernière.

 

Niveaux toxiques d’aluminium dans les vaccins

 

En 2012, un article écrit par Stéphanie Seneff, Robert M. Davidson et Jingjing intitulé : « Des données empiriques confirment les symptômes de l’autisme suite à une exposition à l’aluminium et à l’acétaminophène » confirme également que l’exposition à un grand nombre de vaccins contenant l’adjuvant aluminique à un jeune âge était la cause la plus probable de l’augmentation de l’autisme et autres effets indésirables des vaccins. Ils écrivent :

 

 « Dans cet article, nous avons présenté des analyses sur base des données du VAERS qui suggèrent que l’aluminium dans les vaccins est toxique pour les enfants vulnérables. Bien que nous n’ayons pas montré que l’aluminium soit la cause directe de l’autisme, les preuves irréfutables disponibles dans la littérature sur la toxicité de l’aluminium, combinées avec les éléments que nous présentons par rapport aux réactions indésirables graves survenant après l’administration de vaccins contenant de l’aluminium, suggère que les lésions neuronales dues à la pénétration de l’aluminium dans le système nerveux peuvent représenter un facteur significatif de l’autisme. Le fait que les cas d’autisme augmentent régulièrement et de manière concomitante à l’augmentation de l’aluminium des vaccins est très évocateur. » [3]

 

Il s’agit ici d’une information particulièrement inquiétante pour les parents qui envisagent de faire vacciner leurs enfants, étant donné qu’un nombre croissant de vaccins contiennent de l’aluminium.

 

Ceci a été expliqué en détail par le pédiatre Robert Sears dans son excellent article publié dans le magazine « Mothering » en 2008.

 

Le Dr Sears est un autre professionnel de Santé très préoccupé par les effets que peut avoir l’aluminium sur la santé des enfants. Dans un article  mettant les mamans en garde par rapport aux dangers des vaccins contenant cet adjuvant et portant le titre "L’aluminium serait-il le nouveau thiomersal ?", le Dr Sears explique que l’aluminium a été ajouté aux vaccins pour les rendre plus efficaces.

 

Il a déclaré que bien que ce ne soit pas normalement un problème du fait que l’aluminium est un élément naturellement présent partout dans notre environnement, y compris dans les aliments, l’eau, l’air et le sol, il avait commencé à s’inquiéter par rapport aux effets que l’aluminium pourrait avoir sur la santé des enfants parce qu’il avait commencé à se demander si quelqu’un avait déjà effectivement testé le niveau de sécurité de l’aluminium injecté.

 

Au cours de ses recherches, il était tombé sur un nombre de documents extrêmement préoccupants. Peu nombreux étaient ceux qui étaient aussi inquiétants que celui qui émanait de la Société Américaine pour la Nutrition Entérale et Parentérale (ASPEN). Décrivant le document en profondeur, le Dr Sears écrit :

 

« L’origine (source) de la limite journalière de 4 à 5 mcg d’aluminium par kg de poids corporel cité par l'ASPEN semble être une étude qui a comparé le développement neurologique d’environ 100 bébés prématurés nourris avec une solution standard intraveineuse contenant de l’aluminium au développement de 100 autres bébés prématurés qui recevaient la même solution dont la quasi-totalité de l’aluminium avait été éliminée par filtration. Cette étude avait été motivée par une série de faits bien établis : l’aluminium injecté peut s’accumuler dans le sang à des niveaux toxiques, dans les os et le cerveau ; les prématurés ont des fonctions rénales affaiblies, donc un risque plus élevé de toxicité ; une autopsie pratiquée sur un bébé prématuré dont la mort subite inexpliquée avait révélé des concentrations élevées d’aluminium dans le cerveau ; la toxicité de l’aluminium peut aussi causer une démence progressive. »

 

Il a poursuivi en donnant quelques faits extrêmement alarmants dont peu de parents sont informés :

 

« Toutefois, aucun de ces documents ou études ne mentionnent les vaccins ; ils ne prennent en considération que les solutions injectables et les perfusions. L'agence américaine des médicaments (= FDA) n’exige pas non plus des étiquettes sur les vaccins pour avertir des dangers et de la toxicité de l’aluminium, alors que ces étiquettes sont exigées pour tous les autres médicaments injectables. Toutes ces études et mises en garde semblent s’appliquer essentiellement aux prématurés et aux insuffisants rénaux. Qu’en est-il des bébés plus âgés, nés à terme et dont les reins sont en bon état ? »

 

Il a expliqué :

 

« Toutefois, ces documents ne nous disent pas quelle est la dose maximale de sécurité pour un bébé ou un enfant en bonne santé. Cette information, je ne puis la trouver nulle part. C’est probablement la raison pour laquelle le groupe ASPEN suggère, et que la FDA exige que toutes les solutions injectables soient limitées à 25 mcg ; nous savons au moins que ce niveau est sûr. »

 

Si tel est le cas, pourquoi les vaccinations infantiles recommandées dépassent-elles largement les doses recommandées ? Selon le Dr Sears, les taux d’aluminium que l’on trouve dans les vaccins destinés aux enfants sont les suivants :

 

*  DTCa (diphtérie, tétanos coqueluche) :  170-625 mcg, selon le fabricant

 

*  Hépatite A : 250 mcg

 

*  Hépatite B : 250 mcg

 

*  Hib (contre la méningite ; le seul PedVaxHib) : 225 mcg

 

*  HPV : 225 mcg

 

*  Pediarix ( DTCa-Hépatite B- Polio combinés) : 850 mcg

 

*  Pentacel ( DTCa _Hib – Polio combinés) : 330 mcg

 

*  Pneumocoque: 125 Mcg

 

(Souligné par l’auteur de l’article)

 

Vous n’avez pas à être médicalement qualifié pour comprendre que ces niveaux dépassent de loin les niveaux de sécurité recommandés par l'ASPEN, surtout quand on considère qu’un nouveau-né reçoit le vaccin contre l’hépatite B, qui contient 250 mcg d’aluminium, le jour de sa naissance !

 

Etats-Unis-vaccinations-avant-UN-AN-copie-1.JPG

 

En fait, et selon le Dr Sears, la FDA a déclaré que :

 

« Bien que la toxicité de l’aluminium ne soit pas couramment détectée cliniquement, elle peut être grave dans certaines populations de patients, telles que les nouveau-nés et peut être plus fréquente qu’on le reconnaît. » [4] (souligné par l’auteur de l’article).

 

Si cela est vrai, pourquoi tous les nouveau-nés, y compris les prématurés sont-ils vaccinés à la naissance contre l’hépatite B qui contient des taux d’aluminium plus élevés que ceux qui sont recommandés ?

 

Autres préoccupations pour les prématurés

 

Il est connu que beaucoup de bébés naissent prématurément. Aujourd’hui un bébé peut survivre à l’extérieur de l’utérus dès l’âge de 24 semaines de gestation. Cela signifie que beaucoup de bébés très prématurés sont vaccinés avec des quantités massives d’aluminium le jour de leur naissance.

 

Si la chose n’était pas déjà suffisamment grave, à l’âge de huit semaines, et en conformité avec les programmes de vaccinations recommandés par le CDC, ces minuscules bébés immatures doivent recevoir pas moins de neuf vaccins en une seule journée. [5]

 

Pour des bébés de 24 semaines, cela signifie que l’on joue à un jeu encore plus dangereux quand ils sont vaccinés parce qu’ils ont « huit semaines de moins » et non « huit semaines de plus » au moment de la vaccination (ils sont donc vaccinés en âge réel et non en âge corrigé). En fait, beaucoup d’entre eux sont retirés de leur incubateur pour être légalement vaccinés par des professionnels médicaux au moyen de vaccins qui pourraient potentiellement les tuer (les vaccins provoquent des apnées -pouvant s'avérer mortelles- chez les prématurés comme l'a montré l'étude Pourcyrous, parue en 2007) !

 

Conclusion

 

Comme ces documents l’ont montré, l’aluminium est extrêmement toxique, en particulier lorsque des enfants sont vaccinés de façon répétée avec des vaccins contenant de l’aluminium à des doses qui dépassent les limites recommandées. La FDA et l’ASPEN recommandent 25 mcg comme limite sûre, et cependant, comme le Dr Sears l’a montré dans son article, de nombreux vaccins destinés aux enfants contiennent des doses d’aluminium qui dépassent ces limites sûres.

 

Les documents que j’ai étudiés montrent qu’il est parfaitement clair que plus les enfants reçoivent des vaccins contenant de l’aluminium, plus grands sont les risques qu’ils puissent ultérieurement développer de l’autisme, des maladies auto-immunes, la maladie d’Alzheimer et des troubles neurologiques.

 

En tant que parents, il est de notre devoir de protéger nos enfants à tout prix. Et pourtant, combien d’entre nous savent ce que les vaccins recommandés contiennent ? Les parents doivent faire plus de recherche approfondie sur les ingrédients des vaccins qu’ils veulent faire administrer à leurs enfants, comme sur les effets possibles que ces ingrédients peuvent avoir sur leur santé.

 

Pour la majorité des enfants, l’autisme c’est pour la vie. Cette maladie peut affecter tous les aspects de leur développement. Il est certain que nous devons à nos enfants d’être pleinement conscients des dangers possibles des vaccinations avant de les soumettre à 39 vaccins depuis leur naissance jusqu’à ce qu’ils aient atteint l’âge de six ans. Nous devons aussi prendre conscience  que ces vaccins peuvent contenir de l’aluminium, du mercure, du formaldéhyde et d’autres ingrédients potentiellement dangereux.

 

S’il vous plaît donnez-vous la peine de lire les documents repris ci-dessous avant de faire vacciner votre enfant ou consultez la liste des différents ingrédients.

 

Références

 

www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23609067

http://www.drabruzzi.com/hills_criteria_of_causation.htm

http://www.mdpi.com/1099-4300/14/11/2227 (full text is downloadable)

www.sarahjmuma.files.wordpress.com/…/aluminum-new-thimerosal-sears.pdf

http://www.cdc.gov/vaccines/schedules/easy-to-read/child.html

 

Pour une recherche plus approfondie :

http://www.vaclib.org/intro/howmanyb4six2011.htm

http://wakeupgethealthy.wordpress.com/2011/08/18/toxic-overload-children-vaccinated-to-extreme/

http://vactruth.com/2014/01/28/toxic-levels-of-aluminum/

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA