Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 22:55

VACCINS ADNCes vaccins font partie du futur tout à fait glauque et inquiétant de la fausse science qu'est la vaccinologie. Alors que les effets secondaires graves découlant de cette pseudo-science sont innombrables et ont été constamment sous-estimés en plus de 200 ans d'utilisation aveugle et religieuse des vaccins, on a, avec les vaccins à ADN (sorte de St Graal des idéologues de la vaccination) le prototype des vaccins aux effets secondaires encore plus incontrôlables que jamais. Il importe de comprendre dès aujourd'hui pourquoi, bien à temps, bien avant d'être confrontés à l'enthousiasme béat des officiels qui vous présenteront immanquablement ces vaccins comme un prétendu progrès.

 

Ce qui intéresse les officiels, c'est la facilité et le faible coût de production mais, comme à leur habitude, les risques ont bien peu de chances d'être pris en compte à leur juste mesure...

 

Il est bon de rappeler à cet égard en quoi va consister ce faux progrès des vaccins à ADN. Plus de 80% des gens sont opposés aux aliments OGM mais le filtre digestif est bien plus robuste que si on vous injecte directement un ADN étranger et génétiquement trafiqué au coeur même de votre organisme! 

 

L'ADN de ces futurs vaccins fera, comme vous le verrez ci-dessous, du corps de la personne vaccinée une véritable "usine à vaccins", en ce sens que l'ADN fera produire des antigènes à l'organisme mais tout le problème est que ce procédé restera incontrôlable, que ce soit au niveau temporel, au niveau quantitatif (nombre d'antigènes, épuisement ou insuffisance de leur neutralisation prolongée par des anticorps et dégâts potentiels en cas de dérèglement ou de variations par rapport à une pseudo-norme) mais aussi au niveau topologique car cet ADN vaccinal injecté peut aussi aller se loger dans des endroits indésirables du corps avec un champ tout à fait inédit d'effets néfastes potentiels.

 

Et dire que ces chercheurs n'ont même pas la lucidité d'envisager le désastre potentiellement irréversible qu'il y a à interférer de façon aussi profonde, durable et artificielle avec notre patrimoine génétique et notre système immunitaire... ils n'ont tout simplement pas le recul, ils sont grisés et pris par leur prétendue "géniale trouvaille" mais quel sera le bilan total sur des générations entières? Comment pourront-elles inverser ces processus ou s'y opposer compte tenu des procédés de "lavage de cerveau" en faveur de l'idéologie vaccinale et ce, dès le plus jeune âge? La meilleure conclusion de tout ceci, avant de vous laisser lire la traduction du communiqué "guilleret" sur le site de l'Université de Buffalo (USA) est sans doute l'avertissement non suffisamment pris en compte d'Albert Einstein qui déclarait: "Il faut prévenir les hommes qu'ils sont en danger de mort... la science devient criminelle."

 

Un véhicule hybride qui délivre de l’ADN

 

vaccins-adn-chercheurs.jpgUniversity at Buffalo researchers, including Charles Jones, far right, a doctoral candidate in the Department of Chemical and Biological Engineering, are developing new technology to improve DNA vaccines. Credit: Onion Studio. 

 

Par Cory Nealon


Des chercheurs de l’université de Buffalo, parmi lesquels Charles Jones, un candidat doctorant du département d’Ingénierie chimique et biologique, sont en train de développer une nouvelle technologie pour améliorer les vaccins à ADN.


Un nouveau véhicule hybride est en développement. Ses performances ne sont pas mesurées selon les distances de voyage parcourues, mais plutôt par le transport de sa cargaison : des vaccins qui contiennent de l’ADN génétiquement modifié pour lutter contre le HIV, le cancer, la grippe et d’autres maladies.


Décrite récemment dans the Proceedings of the National Academy of Sciences, cette technologie est une avancée biomédicale qui pourrait aider à doper les vaccins à ADN, qui malgré deux décennies de recherche, n’ont pas encore eu d’impact significatif dans le traitement des maladies les plus importantes.


« La technologie que nous sommes en train de développer pourrait emmener la vaccination à un nouveau stade » a dit Blaine A. Pfeifer, PhD, un professeur associé au département d’ingénierie chimique et biologique de l’école d’ingéniorat et de sciences appliquées de l’université de Buffalo.


Pfeifer, l’auteur principal de l’étude a ajouté : « En améliorant la distribution de vaccins à ADN, nous pouvons potentiellement exploiter le système immunitaire humain selon de nouvelles manières dans le but de lutter contre la grippe, l’herpès, le HIV ou encore le cancer ».

 

Les vaccins conventionnels, comme ceux utilisés pour lutter contre la polio ou la variole, sont typiquement composés d’un agent microbien tué ou atténué de la maladie qu’on souhaite prévenir. Cet agent vise à faire reconnaître au système immunitaire une substance étrangère, à la détruire et à garder en mémoire cette reconnaissance, de sorte que le système immunitaire puisse combattre plus efficacement dans le futur.


Bien qu’efficaces, certains vaccins ne confèrent pas de protection au long cours, d’autres peuvent se transformer en formes (pathogènes) dangereuses et d’autres encore coûtent trop d’argent ou prennent trop de temps à être développés. En outre, il n’existe pas de vaccins efficaces contre le cancer, la malaria et d’autres maladies qui tuent des millions de gens dans le monde chaque année.


Les vaccins à ADN pourraient répondre à ces problèmes/limitations.


Pour les créer, les chercheurs analysent les sources de ces agents microbiens causaux. Ils isolent ensuite les copies des gènes de ces microbes (habituellement un ou deux) qui sont responsables des maladies.


L’ADN génétiquement modifié est injecté à l’intérieur du corps, où il entre en contact avec les cellules du système immunitaire et dirige alors la production et la présentation d’antigènes qui provoque une réponse immunitaire adaptative capable de détruire la maladie.


En d’autres mots, les propres cellules du corps deviennent des « usines à vaccins »  qui créent les antigènes nécessaires pour stimuler le système immunitaire, selon l’Institut national de l’Allergie et des maladies infectieuses.


En théorie, les vaccins à ADN peuvent générer des réponses immunitaires étendues; ils sont relativement peu chers à produire ; et ils ne peuvent pas causer la maladie parce qu’ils ne contiennent pas la source de pathogénicité mais seulement quelques-uns des gènes du microbe. Des douzaines d’essais cliniques concernant des vaccins à ADN sont en cours. La plupart de ces essais concernent des traitements pour le HIV et le cancer tandis que d’autres concernent la grippe, les hépatites B et C, le HPV et la malaria.


Un problème limitant l’efficacité de certains de ces vaccins à ADN est toutefois qu’ils ne stimulent pas suffisamment le système immunitaire. Les scientifiques disent que cela est dû, en partie au moins, au transport inefficace des gènes. Par exemple, certains voyagent au mauvais endroit tandis que d’autres sont coincés dans des « embouteillages intracellulaires ».


Pour aborder ce problème, Pfeifer et ses étudiants ont collaboré avec Anders Hakansson, PhD, un ancien de la faculté de médecine et des sciences biomédicales de l’université de Buffalo et également co-auteur senior de l’étude.


L’équipe a combiné deux véhicules pour la diffusion/l’administration : une cellule bactérienne et un polymère synthétique qui constituent un hybride.  Conçu pour cibler spécifiquement les cellules immunitaires (présentatrices d’antigènes) et délivrer plus efficacement les gènes dans les noyaux de ces cellules immunitaires, l’hybride améliore les deux véhicules individuels qui ont été testés dans un modèle chez la souris.


« L’hybride a renforcé de façon synergique l’efficacité dans la délivrance (des gènes) en raison de sa double nature (synthétique et bactérienne) » a expliqué Charles H. Jones, le candidat doctorant à l’université de Buffalo et premier auteur de l’étude. « Nous avons aussi établi que cela est relativement peu cher de créer et d’adapter (ces outils) en termes d’usage. Les résultats sont donc de loin très encourageants ».


L’équipe continue de tester le véhicule dans différents modèles. Le but comme l’a dit Pfeifer est de créer un véhicule qui sera utile pour plusieurs vaccins à ADN.

 

Source : Université de Buffalo

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

justine 05/04/2016 12:23

Renseignez vous et réfléchissez avant de mettre des choses aussi délirantes et fausses avec des mots qui me font penser a une sorte de fanatisme déguisé...Initiative citoyenne Mon C... au vu de ses propose ont dirait une sorte de secte anti progressionnisme sur certians points comme la santé...je me desole de voir les vaccins devenus non obligatoires etre de moins en moins realises..;savez vous combien de maladies a t on reussi a enrayer avec ces vaccinations? les vaccins a adn sont utilises en sante veterinaire et fonctionen tres bien notamment pour ces nouveaux virus avec une forte implication de l'immunite cellulaire...enfin pour repondre aux commentaires la jeunesse de certains scientifiques n'est en rien gage de mediocrite, d'idees folles ou autre chose qui peuvent egalement se retrouver chez nos bons vieux grabataires qui parfois n'arrivent pas a evoluer avec leur temps...bref quelle desolation de voir des articles de ce type disseminer des informations erronees et inquietantes du coup! a bon entendeur sachant que je serai certainement censurée

Initiative Citoyenne 07/04/2016 10:38

De nouveau un commentaire vide, sans argument, vos affirmations ne sont étayées par rien, alors que les risques des ADN nus ont déjà été soulevés à de nombreuses reprises. Même pour les vaccins transgéniques (HB, HPV etc.) l'OMS avait par exemple soulevé un risque de malignité dès 1987 dans son rapport sur l'acceptabilité des substrats cellulaires. Donc une fois encore vous promouvez juste un chat dans un sac mais ce qui est grave est qu'ici ça risque de forcer la main avec des conséquences irréversibles à l'humanité entière au nom d'une conception fallacieuse et illusoire d'un prétendu "progrès". Affligeant d'idéologie scientiste, comme le verront les lecteurs du site.

Aurore 04/02/2015 20:40

Rien d'extraordinaire lorsque l'on accepte la réalité, qui est, que le monde est controlé par des gens qui veulent détruire le genre humain, mais d'une certaine manière, en le modifiant, qu'il ne
reste plus rien de l'original, et pour ce faire, en modifiant l'ADN, pourquoi utilisent-ils des milliards, des calculateurs immenses et des décennies de recherche dans le déchiffrage du génome
humain, toutes leurs recherches vont dans le même sens.

Les humains pensent naïvement que le monde scientifique, c'est un monde d'athés, et pourtant il n'y a pas plus croyant que ces gens là, ils ont leur propre religion, celle de défier dieu, du matin
au soir, leur seul raison de vivre n'est pas de découvrir des remèdes, ont les a déjà tous dans la nature, ni même de faire des milliards, ils en ont déjà autant qu'ils le désirent, non, le but
ultime est de modifier l'homme, pour défier dieu ( si il existe réellement ).

les compteurs linky que l'on va avoir nous aussi en Europe font aussi partie du plan, ses ondes brisent les brains d'ADN.

http://youtu.be/-T7_b0fnc90

Docteur X 04/02/2015 14:40

Je suis un peu effrayé de voir qu'on confie la santé future de millions de personnes à des gamins...
Je connais peu de savants matures qui ne sont pas consternés à l'évocation des idées saugrenues qu'ils ont pu avoir quand ils avaient vingt-cinq ans.
Moi même...

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA