Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 20:16

Une grand-mère belge, Claire Colette, a accepté de nous expliquer ce qui est arrivé à sa petite fille après le vaccin Infanrix hexa ("6 en 1": polio, tétanos, diphtérie, coqueluche, haemophilius influenzae de type b et hépatite B) administré à quasiment tous les enfants belges, notamment et surtout à cause du chantage vaccinal exercé par l'Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE, équivalent francophone belge des PMI françaises) pour l'admission des enfants en milieux d'accueil:

 

 

NB: Le changement de comportement après un vaccin constitue un signal d'alarme à prendre impérativement en compte si vous voulez éviter le pire. Il faut savoir que la plupart des vaccins pour enfants contiennent de l'aluminium (c'est le cas du vaccin Infanrix hexa) qui est une substance notoirement toxique et irritante pour le système nerveux. Or chez les enfants, la barrière hémato-encéphalique qui est censée protéger le cerveau est plus perméable que chez les adultes. Ils sont donc d'autant plus vulnérables aux effets toxiques de l'aluminium vaccinal et un changement de comportement n'a donc hélas rien d'exceptionnel lorsqu'on empoisonne ainsi les enfants avec toutes ces batteries de vaccins. Autisme, hyperactivité avec déficit d'attention sont aussi autant de "variantes" que peuvent prendre ces troubles par la suite, lorsqu'ils seront en âge d'être diagnostiqués officiellement. Chez les animaux de compagnie également (le parallèle est intéressant), des vaccins (et notamment des vaccins aluminiques) peuvent induire des changements comportementaux. Il n'y a pas de hasard....

 

Par ailleurs, parmi d'autres effets secondaires qui doivent vous apparaître comme autant de signaux d'alarme et vous amener à ne pas continuer la vaccination, il y a le phénomène d'inversion des rythmes veille-sommeil (l'enfant qui commence à dormir le jour et plus la nuit) et également les cassures de la courbe de croissance peu après des vaccinations (pensez à regarder les dates!). Là encore, c'est trop facile d'invoquer systématiquement le hasard.

 

Vous trouverez plus d'infos intéressantes pour reconnaître à temps des effets secondaires potentiellement graves de vaccins dans cet extrait précieux du livre "Vaccinations, le marché de l'angoisse." du Dr Gherard Buchwald, un médecin allemand qui a étudié de façon indépendante et désintéressée le sujet des effets secondaires de vaccins pendant plus de 40 ans.

 

Il est fréquent que les médecins-robots englués dans le dogme vaccinal vous déclarent que "si vous n'allez pas au bout des injections du schéma vaccinal, les précédentes doses n'auront servi à rien" mais souvenez-vous que si l'entêtement aveugle à vacciner et revacciner l'enfant le conduit à la mort ou à un handicap à vie, vous ne serez guère avancé (que du contraire).

 

Voir aussi les articles suivants:

 

Infanrix hexa: le document confidentiel accablant

 

La vaccination, une violation médicalement injustifiée de l'intégrité physique des enfants

 

Une pédiatre qui a bien appris sa leçon sur les vaccins

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

Docteur X 18/10/2013 12:34

La coqueluche n'est pas obligatoire.
Elle est imposé par le DTCP, puisque le DTPolio sans alu a été supprimé depuis 2008, de façon injustifiée:
http://myofasciite.fr/Contenu/Divers/SuspensionDTPolioAutoritesSanitairesInfluence.pdf.
C'est pourtant la valence de loin la plus toxique, et de plus très peu efficace.
Vous êtes en guerre, et en résistance. En cela, vous faites preuve de responsabilité, et tous les moyens seront bons, face à des pouvoirs publics qui sont, eux, parfaitement irresponsables,
ignorants, et souvent corrompus.
Mais ce n'est pas gagné: pour contrer la forte poussée des faux-certificats médicaux de vaccination anti-hépatite B, obligatoite entre autres pour les étudiants en médecine, l'administration
réclame des sérologies, qui doivent être positives, faute de quoi sont imposées une quatrième, une cinquième, et une sixième revaccination si la sérologie est négative. Ce n'est qu'alors qu'elle
renonce à son os, mais les dégats potentiels des adjuvants sont doublés.

Collin 18/10/2013 09:36

Ce témoignage fait chez moi écho aux troubles du comportement manifesté par ma dernière fille à l'age de trois,quatre et cinq mois,lors des trois premières scéances de vaccination DTCP (je précise
DTCP car j'avais déjà dû batailler avec le pédiatre pour éviter un héxa voire un hepta valent...)
Dès le début de la soirée du jour de chaque vaccin,on pouvait percevoir un état d'agitation,de pleurs et d'angoisse chez cet enfant,qui régressait en 48 heures,mais la première nuit se passait sans
un seule minute de sommeil.

Je précise que je suis infirmier de profession,et que j'ai beaucoup exercé en pédiatrie,en dispensaires de santé publique,et que j'ai vacciné des centaines voire des milliers d'enfants dans ma
carrière.
Nous avons néanmoins terminé les trois séances,mais avec à chaque fois le même tableau clinique inquiétant.
Le rappel à un an nous a évidemment posé de gros problèmes de conscience...
Il en est résulté que nous avons "fabriqué" un certificat de complaisance certifiant que notre fille a été vaccinée...mais elle n'a pas,en fait,reçu sa dose de "booster"...
Attitude illégale,et contraire à ce que les autorités attendent de parents responsables...et qui pourrait nous valoir un retrait de notre autorité parentale...
Mais comment faire autrement,alors même que la description du tableau clinique de ces réactions au vaccin au pédiatre de notre fille,nous a fait passer pour des illuminés...

Initiative Citoyenne 19/10/2013 19:34



Bonsoir,


Merci pour ce témoignage. Ca ne nous étonne pas du tout (malheureusement)...


Ceci étant, risquer le retrait de la garde parentale pour un faux, ça semble un peu exagéré mais il est certain que nous vivons dans un système d'omerta, d'intimidation et de peur. Une fois une
dame nous a demandé si elle ne risquait pas la prison en refusant un rappel diphtérie-tétanos-coqueluche proposé par la médecine scolaire (ils tablent aussi là-dessus, sur la croyance qu'un
certain pourcentage de gens auront que c'est obligatoire!).


Mais nous ne cautionnons pas ce système de faux. Il faut repartir de la base: l'existence de lois (en Belgique comme en France) sur les droits du patient qui prévoient le droit au consentement
libre et éclairé. Ces deux lois qui datent toutes les 2 de 2002 ne mentionnent pas explicitement d'exceptions pour la vaccination. Des médecins ont déjà été condamnés pour ne pas avoir respecté
ces dispositions qui imposent au médecin (et donc au vaccinateur médecin et aux autres soignants non médecins) de donner en temps opportun des infos suffisamment claires, détaillées et objectives
sur les bénéfices mais aussi les risques (nature, fréquence, gravité) et les alternatives d'un traitement donné. Si les gens connaissaient davantage leurs droits, ils se rendraient compte du
poids des "outils" qu'ils ont en main pour défendre leur intégrité sans avoir besoin de plonger dans des trucs illégaux. Agir collectivement, sur base de nos droits de patients, en voilà une
bonne idée par les temps qui courent. Courage à tous pour s'y mettre.


Bien cordialement



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA