Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 12:29

Le journaliste Jean-Luc Martin Lagardette rapporte sur son site une sorte de synthèse des nouveautés de la politique vaccinale française pour la période 2012-2017.

 

C'est en réalité la Direction générale de la Santé qui a élaboré ce "programme d'amélioration de la politique vaccinale", avec la caution du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP).

 

Voici en substance quelles sont les "améliorations" proposées (et ce qu'il faut en penser)

 

- Gratuité des vaccins obligatoires comme de ceux recommandés:

 

Pour les 20% de gens en moyenne qui estiment ces politiques vaccinales abusives et insensées, c'est là un véritable "hold up" sur leurs contributions, ainsi détournées pour financer des mesures qu'ils n'approuvent pas et qui grèveront encore davantage le trou de la Sécu, le fardeau financier des innombrables victimes de vaccins (même si elles s'ignorent) n'étant hélas pas à négliger!

 

En outre, il s'agit d'une manoeuvre assez sournoise destinée à faire croire, en elle-même, à l'énorme importance ou utilité de ces vaccins, ce qui amène aussi les gens à confondre progressivement la notion de "nouveauté" avec celle de "progrès".

 

Cette caution publique a toujours été sine qua non pour l'industrie, soucieuse d'éviter les bides vaccinaux pour l'introduction de ses nouveaux produits mais aussi par les médecins, dont la première priorité, loin devant celle de veiller aux intérêts des patients, a toujours été et reste celle de se protéger eux-mêmes des critiques ou poursuites par rapport aux décisions qu'ils prennent dans leur pratique courante.

 

- Simplification du calendrier vaccinal

 

Prétendument une diminution du nombre de doses administrées (on attend de voir) qui ne sera peut-être qu'un leurre avec recours accru aux vaccins combinés qui n'en incluent pas moins lesdits vaccins!

 

Quant à l'administration des rappels à des âges fixes, sans commentaires....

Cela est tout à fait révélateur de cette politique idéologique et robotisante qui veut couler de gré ou de force tous les individus dans un même moule malgré leurs différences!

 

- La mise en place très dangereuse d'un carnet de vaccination électronique (CVE)

 

Au prétexte d'éviter la survaccination (qui affecte pourtant déjà toute la population depuis des années!), ce système entend aussi "vérifier le statut vaccinal" et lutter contre ce que les officiels considèrent être de "la sous-vaccination"... c'est dire les dangers de ce genre de suivi qui n'est qu'un précurseur de futures obligations généralisées avec cette volonté croissante d'hypercontrôle.

 

Pour mieux faire passer cette amère pilule, un tel outil sera intégré au "dossier médical informatisé" qui contribuera bien entendu à l'accroissement du contrôle des populations et à un grignotage préoccupant et sans précédent de leur droit à la vie privée.

 

Un tel système gagne donc à être dénoncé sans complaisance et au plus tôt. Il s'agit d'un système qui ne sera bien entendu pas propre à la France mais qui a bien sûr vocation à être mondial, sous la houlette de l'OMS, dont le pouvoir et l'influence s'imposent ainsi aux citoyens sans qu'on leur ait jamais demandé leur avis. Ici en Belgique, c'est le système eHealth qui fait aussi grincer des dents chez les professionnels de santé, ceux-ci percevant sans doute aussi les mêmes genres de dérives inadmissibles possibles.

 

- Renforcer l'information des professionnels de santé

 

Cela pourrait paraître noble, mais il faut uniquement entendre par là un renforcement du cadre ou plutôt du carcan idéologique qui emprisonne une majorité de médecins craintifs et effrayés à la simple idée de pouvoir dépasser de ce cadre autoritariste...

 

- Renforcer la communication au public (le bourrage de crâne donc)

 

La conviction qu'il ne s'agit QUE d'un vulgaire bourrage de crâne est acquise lorsqu'on lit le passage exact de la proposition avalisée par le HCSP:

 

« Renforcer le sens collectif et individuel du principe de prévention de la vaccination par une communication adaptée auprès du grand public, par des actions ciblées. La communication à destination du grand public s’exerce à travers un processus à plusieurs  niveaux : des "leaders d’influence" forment les attitudes et les idées d’un petit nombre de chercheurs et d’experts, de médecins praticiens et de journalistes qui jouent le rôle de relais d’influence transmettant à un public plus large les  messages élaborés par les "leaders". Il convient donc d’identifier soigneusement ces prescripteurs d’opinion si l’on veut mettre en œuvre une campagne d’information efficace. »

 

A ce petit jeu, les premiers perdants seront évidemment les citoyens les plus crédules qui ne décèleront pas ce véritable travail de prostitution forcée des médias et de lobbyisme expertal.

 

Pour ceux qui ont un peu suivi nos récentes démarches, ils n'auront pas manqué de voir la cohérence entre la partialité journalistique inacceptable que nous avions dénoncée auprès du Conseil de Déontologie Journalistique (CDJ) et les propres aveux de l'establishment d'asservir la presse et d'encourager ainsi sa docilité, confirmant du même coup le bienfondé des plaintes pour lesquelles nous avons été déboutés. Tout vient donc démontrer que nos critiques, y compris sur le CDJ et un éventuel double discours entre ses missions et ses décisions concrètes, étaient fondées depuis le début...

 

 - Redéfinir les notions de vaccinations obligatoires et recommandées

 

Pour les officiels, il est surtout gênant que des gens puissent considérer des vaccinations recommandées comme non indispensables...

 

En outre, voici un des passages de ce pseudo programme d'amélioration:

 

« En droit, l’obligation vaccinale légitime les personnes à ne vouloir (pour eux-mêmes ou leurs enfants) que les vaccins obligatoires, ce qui s’avère en pratique très difficile puisque tous les vaccins utilisés en routine contiennent des valences additionnelles de vaccins recommandés ».

 

La nouveauté, selon ce qu'explique, le journaliste Jean-Luc Martin Lagardette, et qui confirme tout à fait le caractère factice de ces pseudo- améliorations est que des associations citoyennes, y compris celles critiques sur la vaccination, seront également conviées dans le cadre d'une "conférence citoyenne" mais en aval des décisions institutionnelles qui auront donc déjà été prises. L'art de manipuler l'opinion en donnant l'impression d'entendre les objections des uns et des autres...

 

- Définir les critères d'obligation vaccinale et examiner la possibilité de lever les obligations

 

Là encore, ça peut sembler enthousiasmant mais... qu'est-ce que ça peut cacher aussi pourrait-on se demander? Rien n'empêchant non plus qu'il s'agisse d'une sorte de "stratégie" destinée à faire croire aux gens à la grande nécessité d'une future obligation vaccinale "isolée" à l'occasion d'une future pandémie déjà tant annoncée et si bien préparée?

 

En outre, il faut également craindre une sorte de "regain propagandiste" car il va sans dire que l'establishment qui entend maintenir ses intouchables et sacrosaintes "couvertures vaccinales" continuera envers et contre tout à lutter contre la désaffection croissante pour la vaccination.

 

- La prétendue reconnaissance des questions sur la validité et la sécurité des vaccins

 

Là encore, on attend de voir! Car quand on prend autant de décennies pour enfin reconnaître  que "les recommandations vaccinales ne sont pas toujours fondées sur des niveaux de preuve optimaux", ce qui est un véritable euphémisme, on ne doit guère être dupe des véritables motivations démagogiques destinées à poursuivre la promotion de ces produits et ce alors même que JAMAIS aucune étude n'a encore permis d'évaluer leurs risques à long terme. Les officiels prétendent qu'ils vont financer des études. En quoi consisteront ces études? Le public aura-t-il le droit de constater la véritable différence entre gens n'ayant jamais reçu de vaccin de leur vie et les autres? Va-t-on enfin mener des analyses pharmacocinétiques indépendantes en matière de vaccination ou évaluer le potentiel cancérogène, mutagène et tératogène des vaccins, comme cela se fait pour d'autres médicaments? C'est en tout cas fort peu probable car il y a trop d'enjeux commerciaux et la crainte phénoménale que de tels résultats accablants détournent encore bien davantage et à fort juste titre le public des sacrosaints vaccins. Tant que de telles analyses ne seront pas menées, tout ce discours officiel ne sera que poudre aux yeux!

 

La réalisatrice Lina Moreco (auteur du documentaire "Silence on vaccine") l'expliquait très bien dans une interview en 2009 en disant "On a tellement peur que les gens cessent de se faire vacciner qu'on ne veut rien publier de négatif sur la vaccination. Ce silence est inacceptable." Et de fait, c'est bien la crainte des officiels, ils l'avouent explicitement:

 

« Mais cette transparence ne devra pas nuire à « l’image » de la vaccination : « Beaucoup d’événements survenant après une vaccination sont sans lien avec celle-ci. Il importe donc d’améliorer l’analyse d’imputabilité, afin d’éviter que l’inévitable augmentation des notifications ne se retourne contre l’image de la vaccination. » 

 

La conclusion qu’on peut finalement tirer de tout cela se résume parfaitement par le titre d’un de nos précédents articles à savoir « RACOLAGE & FLICAGE VACCINAL : jusqu’où  iront-ils ? » En outre, le plus élémentaire bon sens nous impose de nous poser la question suivante: POURQUOI, si les vaccinations étaient aussi utiles et sûres, serait-il besoin de la moindre "préparation psychologique" et du moindre lavage de cerveau en règle pour nous inciter à y recourir, comme évoqué dans le document du Haut Conseil de Santé Publique??

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article

commentaires

Sophie Guillot 30/06/2012 23:00

http://www.amessi.org/En-France-il-ne-peut-exister-d-obligation-legale-de-vaccination?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+amessi+%28AMESSI-RSS%29&utm_content=Google+Reader

Que penser, après la lecture de votre article au demeurant fort bien fait, et la lecture de ce lien qui explique en quoi, toute obligation vaccinale est illégitime, anticonstitutionelle, et
contraire à la loi en France ?

Je sais que théoriquement il est impossible à un médecin d'imposer un vaccin à un patient, mais sur le plan purement pratique, c'est pourtant quelque chose qui se produit très souvent. Donc, nous
devrions systématiquement porter plainte contre un médecin qui pratique la vaccination de manière aussi forcée que cela se fait, puisque c'est contraire à la loi de 2004. Combien de patients sont
prêts à se battre à ce point ? Ceux qui considèrent qu'ils ne ressentent pas d'effet indésirable majeur disent que, ma foi, ils vont bien, donc, même si ils étaient opposés à une vaccination, ils
ne feront rien. La majorité cependant, qu'ils subissent ou non des effets indésirables graves, a très peu conscience des risques de n'importe quel vaccin. Aussi voit on apparaître des familles
accablées, parce que jusqu'à l'accident, elles ignoraient à quels risques elles exposaient leurs enfants. .. Ces dernières familles là sont elles prêtes souvent à se battre, selon leurs
possibilités.

Une loi pourrait considérablement changer les choses, elle a été votée au Sénat cet hiver, mais fut refusée par l'Assemblée Nationale. Le changement de majorité de l'AN pourrait il permettre à
cette loi d'avoir une ultime chance de passer ? JE l'espère. Celle ci permettrait ENFIN aux victimes de se regrouper pour déposer des plaintes contre qui que ce soit, et il est bien évident que si
des collectifs de victimes pouvaient porter ensemble plainte suite à un effet indésirable grave, alors, on ne parlerait plus de la même chose dans les procédures.. Les fabricants n'auraient plus
l'argument massue classique qui est de prétendre que cela arrive rarement, voire exceptionnellement. Et les victimes pourraient avoir plus de force pour mener pendant des années, voire des
décennies, des procédures interminables.

Initiative Citoyenne 01/07/2012 00:22



Il est vrai que la possibilité des class actions en droit français serait une belle avancée, cela n'est pas pour rien si plusieurs industries font bloc ici pour que cela n'arrive sûrement pas en
Belgique et il est probable si pas certain que ce sont les mêmes lobbies qui sont à l'oeuvre en France pour essayer de faire barrage à ce genre de nouveauté...


Il est vrai également qu'une majorité de victimes s'ignorent en raison d'une triple responsabilité:


1°) des médecins qui ne les aident pas (soit qu'ils ne savent tout simplement pas reconnaître des effets secondaires graves par incompétence ou par idéologie, parce qu'ils
manquent de temps ou parce qu'ils ont peur de leurs collègues ou de l'Ordre des Médecins etc)


2°) des médias qui ne jouent plus leurs rôles et ne sont pas indépendants: il est clair à ce niveau que si ceux-ci avaient toujours joué leur rôle en relayant équitablement les
différents points de vue depuis 200 ans de pratique vaccinale, jamais la situation n'en serait où elle en est aujourd'hui


3°) les autorités qui sont évidemment complices de ce véritable nivellement par le bas de la santé publique puisqu'elles tolèrent et approuvent le recours à de faux placebos
notamment dans les essais cliniques de vaccins, ce qui suppose de biaiser toute l'évaluation de la sécurité de ces produits au nom... de l'éthique (car il serait "non éthique" selon celles-ci de
priver de larges groupes de gens de toute administration de vaccins!)



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA