Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 12:33

 Nouvelle Zélande : une maman témoigne après  

le décès de son enfant vacciné

 

Que peut bien vivre une maman quand son bébé décède à la suite des vaccinations, alors que tout ce qu’elle peut entendre de la part des médecins, du gouvernement et des médias, c’est que les vaccins sont sûrs et efficaces ?

 

Bébé NZ avant les vaccins

 

Voici ce par quoi il m’a fallu passer…

 

Je ne puis pas dire que je croyais aux vaccins. Je n’y connaissais rien du tout et n’avais de toute façon rien fait pour m’informer. N’est-ce pas là aussi ce que font la plupart des parents ? On se contente de faire exactement ce que les médecins, le personnel des cliniques vous disent. Et bien, c’est ce que j’ai fait sans plus m’interroger et réfléchir. - Dans les minutes qui ont suivi ses vaccinations, mon bébé n’arrêtait pas de pleurer. Ses pleurs ont pratiquement duré toute la journée et quand il ne pleurait pas, il hurlait ! C’était tout à fait inhabituel parce que jusqu’alors il avait été un bébé heureux, placide qui se trémoussait quand il apercevait sa maman. Le médecin m’a dit que ses réactions étaient tout à fait « normales » et que tout irait mieux quelques jours plus tard.

 

Après le premier jour, il semblait avoir presque complètement récupéré, à part une certaine irritabilité, une agitation inhabituelle. Les semaines passèrent et tout semblait redevenu normal.

 

A 4 mois, je l’ai consciencieusement conduit chez le médecin pour la série suivante de vaccinations. Cette fois, ses cris ont été beaucoup plus forts et je ne parvenais plus à le calmer. Quand je voulais l’allaiter, il ne cessait de vomir et continuait à hurler. Avant de recevoir ses premières vaccinations, il n’avait jamais vomi. Suite à cela, j’ai appelé le médecin pour lui raconter ce qui nous arrivait. Le médecin m’a dit d’arrêter de l’allaiter et de lui donner seulement des jus. Il parvenait de temps en temps à garder quelque chose, mais continuait souvent à vomir.

 

Le jour suivant, je rappelai le médecin pour lui dire qu’à mon avis, ce qui se passait était une suite de ses vaccinations. Elle m’a répondu que « non » et qu’il s’agissait de pure coïncidence. Mon médecin me dirigea vers un spécialiste. Dans les jours qui ont précédé mon rendez-vous avec le spécialiste, mon petit garçon a commencé à faire des choses étranges. Il arquait son dos et criait de douleur. A certains moments son corps était raide comme une planche. Ses yeux roulaient dans ses orbites. Il n’avait pas de température. Il commençait à grelotter alors qu’il ne faisait pas froid. Ce n’est que plus tard que le médecin m’a dit qu’il faisait des convulsions et des crises d’épilepsie. Les vomissements n’arrêtaient toujours pas et la sœur de la clinique me conseilla d’arrêter l’allaitement. Mais il vomissait aussi le lait des biberons que je lui donnais. Je commençais à avoir très peur.

 

Nous avons été faire des tests chez un spécialiste. Après quelques jours nous avons reçu les résultats : allergie au blé. J’ai donc arrêté de lui donner les céréales que j’avais commencé à lui donner quelques semaines plus tôt, mais les mêmes symptômes continuèrent à se manifester. Quand j’y ai repensé peu de temps après, les biberons que je lui donnais ne contenaient en fait que de la farine de riz.

 

J’ai alors décidé de me rendre dans une grande ville pour obtenir un peu plus d’aide. Le premier médecin que je vis me pria de faire entrer mon bébé à l’hôpital pour y subir une batterie de tests – plusieurs de ces tests étaient faits sous anesthésie. J’ai donc dû signer un formulaire où il était entre autres stipulé que mon bébé pouvait éventuellement mourir à la suite de ces tests. Comme je n’avais aucune information à ce sujet, j’ai malgré tout signé ne comprenant pas grand-chose au jargon médical et puis je voulais que mon bébé puisse se rétablir, et j’avais confiance parce que les médecins savaient ce qu’ils faisaient.

 

A cette époque mon petit garçon avait perdu beaucoup de poids et rien de ce que les médecins m’avaient conseillé ne marchait. Après avoir passé des tests pendant des mois à l’hôpital, nous avons été appelés dans un bureau pour nous entendre dire  qu’ils ne savaient pas pourquoi la santé de notre petit se dégradait et qu’il risquait de mourir dans les mois suivants.

 

A ce moment-là, j’ai bien réalisé que tous ces problèmes s’étaient en fait passés deux fois, et chaque fois après les vaccinations. A ce moment-là, je n’ai rien dit car je faisais toujours confiance aux médecins. Ma mère qui m’accompagnait me disait : « Je ne peux pas croire que l’on ait utilisé notre enfant comme cobaye pendant des mois sans qu’on puisse trouver une solution à ses problèmes. » 

 

Les deux médecins plus âgés ont quitté la chambre et les deux plus jeunes qui envisageaient différemment la situation nous ont dit  qu’ils pensaient que cela pourrait être la maladie dite d’Alexander. Ils ont précisé que le problème était génétique. Ils ont ajouté que je ne devrais plus jamais avoir d’enfants parce qu’ils pourraient, eux aussi, être touchés par les mêmes problèmes.

 

Bebe-Nouvelle-Zel.--2-.jpg

 

J’ai demandé à ma belle-sœur qui travaillait chez un médecin de se renseigner sur la maladie d’Alexander. Elle m’a remis 3 pages d’information sur la liste des symptômes de cette maladie. Mon bébé présentait deux de ces nombreux symptômes : les crises et les vomissements. (J’ai plus tard appris que ces deux symptômes apparaissaient dans de nombreuses maladies)…

 

J’ai donc finalement ramené notre petit à la maison pour mourir. Il ne manifestait plus rien, ne bougeait presque plus. Alors qu’il avait pratiquement un an, il n’avait plus progressé depuis l’âge de 4 mois, époque à laquelle il avait reçu ses vaccins. En fait, il avait régressé au stade de nouveau-né bien qu’il avait la taille d’un bambin.

 

Je n’arrêtais pas de le porter sur mon cœur parce que je sentais que le jour approchait où il allait nous quitter pour toujours.

 

Quand le sang a commencé à sortir de sa bouche, je ne pouvais plus dormir parce que je ne voulais pas arrêter de le veiller. Mais il a finalement dû être conduit à l’hôpital où il est décédé quelques semaines plus tard.

 

Ce sont les vaccins qui l’ont tué. Je n’ai, à ce sujet, aucun doute. S’il s’était glissé sous l’évier et avait bu la même mixture de produits toxiques : métaux lourds,  formaldéhyde, protéines étrangères, virus multiples et quantité d’autres toxines, les services d’urgences auraient parlé d’empoisonnement. Mais parce que ces produits lui ont été directement injectés dans le corps, on a parlé de coïncidences ! Etrange quand même ! Depuis, j’ai rencontré beaucoup de parents qui m’ont raconté des histoires similaires.

 

Ma chère tante qui travaillait dans le service de pédiatrie d’un grand hôpital, m’a dit carrément qu’elle avait vu de nombreux bébés qui présentaient les mêmes symptômes que le mien et que la seule chose que tous ces petits avaient en commun, c’était qu’ils  venaient d’être vaccinés. Elle a poursuivi en m’expliquant que ces cas ne sont jamais répertoriés dans les dossiers, mais quand elle discute avec les parents, la corrélation de temps confirme chaque fois la chose.

 

Quelques années ont passé et j’ai eu un autre enfant. Cette fois, j’étais bien décidée à ne plus faire preuve de complaisance. J’avais en fait entrepris de faire des recherches approfondies sur les vaccins. C’est dans les notices mêmes des vaccins que les effets secondaires sont imprimés. Du coup, mes soupçons étaient bien confirmés par les compagnies pharmaceutiques elles-mêmes, à défaut des médecins.

 

On m’avait menti, et on n’avait prêté aucune attention à mes inquiétudes au sujet de la vaccination. Ma foi aveugle dans la profession médicale ne me permettait pas alors de réellement investiguer la question.

 

Mais depuis, j’ai lu des centaines de livres et d’articles dont certains écrits par des médecins courageux qui avaient pris la peine d’étudier la question de manière approfondie. J’ai lu pas mal de journaux médicaux, visionné des DVD réalisés par des médecins qui voulaient avertir les parents des dangers que représentent les vaccinations.

 

J’ai maintenant 3 enfants en parfaite santé et non vaccinés. Ils n’ont jamais été malades contrairement à leurs amis vaccinés qui parfois attrapent les maladies contre lesquelles ils ont expressément été vaccinés….

 

Quelques faits simples que tout le monde peut vérifier :

 

  • La mort subite du nourrisson (MSN)  se produit la plupart du temps à 2, 4 et 6 mois – certaines d’entre elles sont incontestablement dues aux vaccinations. (C'est d'ailleurs l'âge auquel on vaccine le plus, de la façon la plus rapprochée)

 

  • Les USA ont déjà versé plusieurs milliards de dollars en dédommagement aux familles dont les enfants ont subi des effets secondaires après vaccinations.

 

  • Il n’existe absolument AUCUNE PREUVE SCIENTIFIQUE qu’un taux élevé d’anticorps équivaut à l’immunité contre une maladie. Apparemment, les médecins veulent des preuves scientifiques quand il y a des effets secondaires, alors qu’il n’existe aucune preuve scientifique qu’un taux élevé d’anticorps soit égal à une  « protection » véritable, c'est à dire à une immunité. Au contraire, il existe des preuves du contraire vu que les dernières épidémies de coqueluche se sont produites dans des populations vaccinées. 

 

Je suis terriblement attristée  de savoir qu’il y a des milliers de bébés de par le monde dont la santé va être ou a déjà été endommagée, qui sont ou vont être handicapés ou qui mourront chaque année. Je suis profondément triste parce que ces tout petits n’ont pas de voix pour se dresser contre les puissantes compagnies pharmaceutiques. C’est aujourd’hui devenu toute une industrie et, par rapport à la médecine, c’est à peine si on peut parler de profession.

 

Je suggère à tous de vérifier le sens et la définition des mots « sûr » et « efficace ». Ce que vous apprendrez ne correspond pas du tout à ce que les compagnies pharmaceutiques et les médecins voudraient nous faire croire. Du fait que nous vivons dans un système qui nie ou minimise les effets secondaires des vaccins ; dans un système où les risques des maladies sont exagérés, il ne nous sera jamais possible de connaître la  véritable relation bénéfices/risques. Mais, n’oubliez pas que si c’est votre enfant qui est touché, les risques sont de 100%...

 

Source : Naturematters.info

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA