Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 23:00

perle.gif

Heureusement que certains médecins qui reçoivent la newsletter de Vax Info ont encore une conscience et UN BON SENS suffisant pour s'indigner de ce qu'ils y lisent et nous en tenir informés!!

 

Voici ainsi deux grosses perles parmi bien d'autres... en deux mots: vaccinons, vaccinons, même en cas d'allergies, même chez les femmes enceintes et même quand les fabricants eux-mêmes indiquent dans leurs notices qu'il s'agit d'une "contre-indication formelle"!!!

 

Voici ainsi un premier extrait d'un question-réponse qu'on peut trouver dans ce Vax Info N°64 de décembre 2012:

 

« Une femme enceinte peut-elle être vaccinée avec le dT ?

 

Le vaccin monovalent contre le tétanos (Tevax) n’est plus disponible en Belgique. La notice de ce vaccin autorisait, si indication médicale, l’administration de ce vaccin pendant la grossesse. Ceci n’est pas le cas dans la version actuelle de la notice du vaccin combiné dT (Tedivax pro adultoTM). La grossesse y est mentionnée comme contre-indication absolue. Que faire dès lors pour une femme enceinte qu’il serait indispensable de vacciner ? Le vaccin dT est constitué de composants inactivés ; en vertu des règles générales de recommandations, il n’y a aucune contre-indication absolue à l’usage de tels vaccins pendant la grossesse. Les recommandations de l’American College of Obstetricians and Gynecologists sont très claires à ce sujet (1) : lorsqu’une femme enceinte répond à une indication de vaccination contre le tétanos (p.e. une plaie à risque), on fera usage d’un vaccin combiné dT. Ceci correspond également aux recommandations de la WVVH et à la mise au point déjà présentée dans Vax Info (2).


Pourquoi cette information n’est-elle pas reprise dans la notice ? Ce sont sans doute des raisons médico-légales qui ont motivé l’industrie pharmaceutique. Une nouvelle version de la notice serait en cours d’élaboration.

 
Pour conclure, n’oublions pas que la non administration d’une vaccination contre le tétanos, en présence d’un risque de contamination, peut également comporter des conséquences médicolégales.»

 

Prof. P. Van Damme – UA

 

Références :


1. American College of Obstetricians and Gynecologists. Immunization During Pregnancy. ACOG Committee Opinion N° 282. Obstet Gynecol 2003 ; 101 : 207-12.

 
2. L. Schouteten, P. Van Damme, F. Van Gompel. Tétanos. Stratégie de prévention à améliorer. Vax Info 2002 ; 33 : 2-4

 

N'est-ce pas merveilleux? Le fabricant qui indique une contre-indication ABSOLUE mais les grands experts qui en décident autrement et ce alors qu'on sait déjà le manque de prudence des fabricants en général? Et les fabriquants qui modifieront la notice (sans que le risque de départ ne soit, lui, modifié!) sans doute sous la pression des officiels, désireux d'éviter toute dissonance entre leurs folles recommandations et les mentions des fabricants!!

Au Royaume-Uni, où on vaccine déjà les femmes enceintes avec le vaccin trivalent Boostrix (comprenant non seulement ces deux valences là, diphtérie, et tétanos de ce même fabricant + la coqueluche), des accidents ont déjà eu lieu, comment s'en étonner?!

 

Autre belle perle qui démontre la dangereuse idéologie de ces gens-là...

 

« Des parents demandent s’ils doivent maintenant vacciner contre les oreillons leur fils très allergique, âgé de 5 ans. Il n’a encore jamais reçu une dose de vaccin RRO en raison de problèmes d’allergie extrême lorsqu’il était bébé. Le pédiatre conseille d’attendre encore jusqu’à l’âge de 10 ans. La vaccination arrivera-t-elle assez tôt pour prévenir, en cas d’infection, d’éventuelles complications au niveau des testicules ? L’enfant court-il un risque réel d’être contaminé vu que l’épidémie actuelle concerne plutôt des adolescents ? Si l’enfant est in fine vacciné maintenant, quand le rappel devra-t-il être administré ?

 

Il y a peu d’arguments pour postposer la vaccination. Au contraire même, les épidémies locales d’oreillons sont actuellement une raison de ne pas retarder plus la vaccination.


Une allergie n’est pas une contre-indication, sauf si l’enfant est allergique à un des composants du vaccin. En cas de doute, la vaccination peut être administrée dans un milieu (hospitalier) protégé où les mesures adéquates peuvent être mises en œuvre en cas de réaction sérieuse (voir les recommandations récentes du Conseil Supérieur de la Santé relative aux réactions anaphylactiques après vaccination). Pour l’administration de la seconde dose, on peut se référer au calendrier recommandé qui la prévoit à l’âge de 10- 13 ans.»

 

Dr Marc Raes, Pédiatre

 

Référence :


Prévention et la prise en charge du choc anaphylactique après vaccination des enfants. Publication du Conseil Supérieur de la Santé. Avis n° 8802 Lire aussi à propos des épidémies en Belgique :

 
Folia Pharmacotherapeutica septembre 2012. Augmentation récente du nombre de cas d’oreillons

 

Hélas, le médecin qui a posé la question à ce qu'il croit être "un comité d'experts", se trouve ainsi désinformé et l'enfant mis en danger, sans tenir aucunement compte des réactions précédentes et de l'élémentaire principe de précaution (qui relève ici du pur bon sens!) Non, il faut VACCINER A TOUT PRIX, au besoin... en milieu hospitalier, on croit rêver! C'est donc admettre que la vaccination peut atteindre à la vie et la mettre en danger. Fabuleux!

 

Mais pire, le médecin est ici pressé de vacciner, et faussement rassuré. Cependant, en cas de problème, la responsabilité juridique reposera sur le médecin vaccinateur et non sur le grand expert Dr Marc Raes! En outre, à aucun moment il n'est rappelé à ce médecin traitant une donnée pourtant clé et qui répond aussi en grande partie à son interrogation, à savoir qu'il n'y a pas de risque de stérilité due aux oreillons CHEZ LES ENFANTS, mais au contraire chez les adolescents et les adultes, qui contractent plus tard la maladie parce que l'immunité éphémère des vaccins les a privés d'une immunité à vie et d'un contact naturel avec la maladie dans la bonne fenêtre de temps, où les complications de la maladie sont les plus faibles! Ce faisant, la juste réponse à lui apporter était au contraire, que RIEN ne pressait et qu'il gagnait donc à laisser la chance à cet enfant de contracter les oreillons dans une période sécure et pouvant potentiellement offrir une immunité à vie, sans les risques associés à toute vaccination, qui plus est sur un terrain allergique! Dans son ouvrage sur les soins de l'enfant, le Dr Cohen-Solal, pédiatre et partisan des vaccins, souligne d'ailleurs lui-même que le risque de stérilité et d'orchite chez les enfants n'existe pas réellement. Mais GSK doit bien vendre ses vaccins, y compris via cette publication Vax Info qu'elle finance à 100%!

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA