Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 23:23

RILATINE ET  CONCERTA: PARENTS ABUSES, ENFANTS DROGUES 

 

rilatine (1)

 

Aujourd'hui en Belgique la Ritaline se prescrit aux enfants comme une vitamine C, voire mieux.  

 

L'été dernier sur une troupe de 18 enfants du brabant wallon partant en camp louveteaux, 9 étaient sous Rilatine (dont plusieurs tellement assommés qu'ils ont du mal à participer aux activités).

 

Dans presque chaque école il y a des enfants sous Rilatine, dans certaines classes plus d'un tiers des enfants et ceci inclut les écoles les plus huppées de la capitale.

 

La Rilatine et le Concerta sont des drogues ni plus ni moins.  La substance active, le méthylphénidate, s'inscrit dans la catégorie pharmacologique des stupéfiants dans la classe des amphétamines.  Son mode d'action est assez semblable à la cocaïne: période de performance au début...et dégradation vertigineuse à long terme.

 

Les parents ignorent ce qui se cache derrière ce 'léger stimulant' que réclament les enseignants dépassés, pendant que Big pharma organise soigneusement ses 'campagnes d'information' pour 'diagnostiquer les troubles de l'attention.'  Une formule qui arrange parfois tout le monde la famille, l'école, les médecins...et surtout Novartis Enfin la paix....mais à quel prix et pour combien de temps??? 

 

Lorsque l'on prend conscience de l'ampleur de ce phénomène on se rend compte que c'est toute une génération qui est en péril.  

 

Rilatine, effets secondaires: crise cardiaque, dépression, anorexie, psychose, troubles du sommeil, nausées, anorexie, troubles cardiaques, accoutumance, dépression nerveuse, hallucinations visuelles, épilepsies, troubles psychotiques, états suicidaires.

Un examen cardio-vasculaire devrait être systématiquement prescrit car il y a chaque années des décès par arrêt cardiaque

 

Extraits de la notice:

 

Chez les enfants psychotiques, la Rilatine peut aggraver les symptômes des troubles comportementaux et des troubles de la faculté de penser.

 

L'utilisation chronique abusive de Rilatine peut entraîner une accoutumance marquée et une dépendance psychique associées à des degrés divers de comportement anormal. Il est également possible que se produisent des épisodes psychotiques francs.

 

La Rilatine devrait être utilisée avec prudence chez les patients souffrant d'épilepsie parce que l'expérience clinique montre qu'elle peut provoquer une augmentation de la fréquence des crises chez un petit nombre de ces patients. 

 

La Rilatine doit être utilisée avec prudence chez les sujets émotionnellement instables tels les personnes présentant des antécédents de dépendance médicamenteuse ou d'alcoolisme, parce que ces patients risquent d'augmenter la posologie de leur propre initiative.

 

La prudence est de rigueur chez les patients atteints d'hypertension, et l'hypertension grave constitue une contre-indication relative à l'utilisation de Rilatine. Il convient de pratiquer régulièrement des contrôles de la tension artérielle chez tous les patients traités par Rilatine, en particulier chez les hypertendus.

 

Les profils de sécurité et d'efficacité à long terme de la Rilatine ne sont pas complètement connus. Aussi les patients qui requièrent un traitement prolongé doivent être suivis attentivement: il est conseillé d'effectuer périodiquement une numération sanguine complète et différentielle, ainsi qu'une numération plaquettaire.

 
Un contrôle soigneux est requis pendant la période d'arrêt du traitement. Chez certains patients, un suivi prolongé peut s'avérer nécessaire. Par analogie avec des produits du même genre, il faut tenir compte de la possibilité qu'il se produise un syndrome de sevrage caractérisé par de la dépression, de la léthargie, une récupération de sommeil, un appétit important, des bouffées d'agressivité, un suicide éventuel et, dans de très rares cas, des symptômes physiques.

 

www.freewebs.com/medicaments/medicament_rilatine.htm  pour la notice complète en français

 

www.fda.gov/cder/offices/ods/MG/methylphenidate_RtabletsMG.pdf, le guide de prescription de la FDA (Federal Drug Administration) souligne les dangers de cette drogue de manière bien plus claire   

ritalintdah.com/index.php/2008/01  Encore un site sur les dangers de la rilatine.

 

On cite aussi un rétrécissement du cerveau et des troubles hormonaux liés au dysfonctionnement de l'hypophyse: www.enfantshyperactifs.com/ritaline/

 

Ritaline, étude 2009: dégats irréversibles au cerveau plus importants que la cocaïne

 

Nouvelle étude (février 2009) de l'université de Rockfeller montrant que plus encore que la cocaïne le Ritaline affecte les synapses de notre cerveau avec un impact sur certains type de protéines. 

 

www.sciencedaily.com/releases/2009/02/090204193314.htm  

 

Ritaline, le moins efficace parmi tous les traitements : 45% d'aggravation chez les enfants traités

 

Selon les statistiques effectuées auprès de plusieurs milliers de parents la Rilatine est au plus bas du tableau parmi toutes les interventions possibles dans les domaines de troubles TED, hyperactivité, TDAH et autisme. Même parmi les médicaments, la Rilatine (le méthylphénidate) reste au bas de l'échelle!!!

 

Une étude chez 4127 parents cite 29% d'amélioration, 26% sans effets et 45% d'aggravation des troubles de leur enfant pour la Rilatine.  Sur la cinquantaine de médicaments évalués, seuls les phénobarbituriques font pire (mais ceux-ci sont actuellement rarement prescrits).  

 

En tête de liste, le Diflucan 57% d'amélioration, 38% sans effet et 5% aggravation.

Le Diflucan est un médicament qui soigne les candidoses intestinales!

 

www.autism.com/treatable/form34qr.htm  pour le tableau d'évaluation des parents des traitements médicamenteux et non-médicamenteux

 

TDAH, un faux diagnostic pour un faux traitement: du sur mesure pour la Rilatine

 

Le professeur Peter Breggin est psychiatre en exercice, directeur de l’International Center for the Study of Psychiatry and Psychology (ICSPP – Centre international pour l’étude de la psychiatrie et de la psychologie). Cet expert mondial a déclaré à ce sujet devant le Congrès américain, en septembre 2000 : « Il est important de comprendre que le diagnostic de TDAH a été développé spécifiquement dans le but de justifier l'utilisation des drogues visant à modifier le comportement des enfants en classe. […]De plus, alors que certains comportements sont inhibés pour une durée de quelques semaines, il n'existe aucune preuve tangible de l'amélioration du comportement scolaire, social ou psychologique. Au contraire, les preuves existent démontrant une altération des fonctions cognitives, un retrait social et l'existence d'un état dépressif.»[Témoignage du Dr. Breggin devant le Sous-comité de surveillance et d’enquêtes, Comité sur l’éducation et la main-d’oeuvre, Congrès des Etats-Unis d’Amérique, 29 septembre 2000.]

 

psychotrope.canalblog.com/archives/ritaline/index.html  Aide ou trahison, un site sur la supercherie de la Rilatine.  Les décès cachés, les faux diagnostics, les témoignages des victimes etc.:

www.ccdhmtl.org/TDAH_Parent_sous_pression_enfants_drogues.html 

www.breggin.com site américain sur les dérives de la pharmacopsychiatrie 

 

Ainsi l'APA, assocation de psychiatrie américaine, ainsi que la fondation pour les enfants et adultes souffrant de TDAH ....sont financées directement par la société Novartis.

 

Quelques parents courageux entreprennent des poursuites judiciaires pour dénoncer cette gigantesque arnaque: www.allbusiness.com/legal/3586783-1.html 

 

Troubles de comportement, hyperactivité, autisme : les vrais problèmes médicaux et les meilleurs traitements

 

Aujourd'hui plus d'un millier d'enfants 'autistes', donc incurables selon la psychiatrie, ont récupéré une vie normale et perdu leur étiquette/diagnostic.  Encore bien plus d'enfants hyperactifs ou TDAH ont également retrouvé une vie harmonieuse grâce à une approche dite biomédicale, principalement nutritionniste.  Cette approche consiste à identifier tous les problèmes de santé de l'enfant et à y remédier.  Tout le contraire de la filière Rilatine qui formule des suppositions médicales à partir d'un comportement.  En effet il n'existe pas de test permettant d'identifier un problème médical qui puisse être soigné par la Rilatine.  Il n'y en aura jamais car de toutes façons la Rilatine ne soigne rien, elle masque le symptôme.  

 

La quasi totalité des troubles du développement des enfants est due à un problème de métabolisme lié à une intoxication multiple: pollution air(le maximum partout en Belgique), eau et sol, vaccins, abus d'antibiotiques, produits toxiques dans la maison, pollution éléctromagnétique (antennes, GSM, DECT, microondes) qui affaiblit aussi la qualité de l'air et stimule certains pathogènes et surtout la très faible qualité de la nourriture (pesticides, colorants, conservateurs, phosphates, OGM, antibiotiques) qui est irradiée et est extrêmement pauvre en nutriments.  Aujourd'hui on nait avec plus de quarante substances toxiques dans le corps (de l'aluminium, du mercure, du Teflon, des phosphates etc.).  Il y a aussi les toxiques dans la maison, les détergents, les plastiques, les peintures, les composants cancérigènes dans les produits de beauté et ceux qu'il y a dans les vêtements et les jouets (plasticine, plastique, métaux).  Enfin l'appauvrissement de l'air en ions et l'augmentation des UV qui ont des effets sur le système immunitaire. A cela il faut encore ajouter les dizaines d'heures d'abrutissement télévisuel, de publicité, de bruit, de GSM, de Gameboy et de microondes.

 

L'enfant qui réussit à rester calme et concentré malgré tout cela est tout simplement un miracle d'adaptation.

 

Si le médicament le plus efficace pour traiter les troubles de comportement (voir plus haut) est le Diflucan c'est parce la quasi totalité des enfants en question souffrent de candidose chronique, d'intolérances alimentaires et d'intoxication.  Un régime sans lait, sans gluten, sans soja  (si vraiment pas possible des enzymes Trienza) et très pauvre en sucre et la supplémentation en acides gras et vitamines rétablira sans doute la moitié des enfants hyperactifs ou TDAH. 



Pour les autres il y a un traitement bien plus complexe selon l'approche DAN Defeat Autism Now. Il faudra peut-être éliminer les métaux comme le mercure, le plomb ou l'aluminium ou traiter des pathogènes type streptocoques, clostridia, voire la maladie de Lyme ou d'autres affections virales.  Toutefois ce traitement fait ses preuves (y compris chez l'auteur de ce message), et parfois avec des cas très lourds dits 'incurables' (syndrome de Kanner par exemple).  D'autres alternatives comme l'homéopathie (par ex. séquentielle pour les suites de vaccins) et l'ostéopathie complètent très bien cette approche.  De même, un questionnement sur le vécu émotionnel de l'enfant et de ses proches apportera une aide précieuse.

 

Pour en savoir plus sur l'approche biomédicale consultez le portail très complet:

www.autism.com site de l'Autism Research Institute, Approche Defeat Autism Now, certaines pages en français: www.filariane.org est le site d'un médecin français suivant cette approche.

 

Si des cas 'incurables' sont en rémission cela veut dire qu'on a traité les troubles qui étaient à l'origine du problème.  Cela veut aussi dire que des drogues psychiatriques qui masquent les symptômes sans traiter les causes sont absolument inutiles et vous l'aurez compris, nocives.  

 

Enfin pour ceux qui restent vraiment bloqués à l'argument 'dopamine' (sur laquelle agit la Rilatine), il existe plusieurs autres moyens pour la réguler (suppléments nutritionnels, vitamines, acides aminés, homéopathie).

 

IL N'Y A PAS UN SEUL CAS QUI JUSTIFIE LA PRISE DE RILATINE  

 

LES DROGUES COMME LES AMPHETAMINES OU LE METHYLPHENIDATE OU TOUT AUTRE DERIVE (LP, Attenta, Metadate, Methylin, Penid et Rubifen) DEVRAIENT TOUT SIMPLEMENT DISPARAÎTRE, CAR ELLES SONT DANGEREUSES ET INEFFICACES.

 

CHAQUE PRESCRIPTION DE RILATINE EST UN ECHEC ET UNE ERREUR MEDICALE

 

Dernier témoignage à vif...

 

forum.doctissimo.fr/medicaments/Neuroleptiques/rilatine-abattu-sujet_287_1.htm  « La ritaline m'a abattu »...

 

Commentaire d’IC : Pendant qu’on démolit des enfants avec ces produits toxiques en prétendant les aider, on ne s’occupe sûrement pas d’une des grandes causes de ces prescriptions accrues de Rilatine que sont les vaccinations qui ont un impact particulièrement délétère sur le système nerveux des enfants. Masquer les vraies causes en ne s’occupant que des conséquences très rentables pour la minorité des pharmas, voilà à quoi semble pouvoir entre autres contribuer ce pacte scandaleux récemment conclu entre la Ministre Onkelinx et le secteur pharmaceutique, un pacte en vertu duquel les autorités collaboreront avec les pharmas pour faire en sorte que les patients suivent de façon plus rigoureuse et consciencieuse leurs traitements souvent pourvoyeurs de lourds effets secondaires mal tolérés que les patients ne pensent pas toujours à connecter avec les médicaments consommés !

 

Mme Onkelinx a, de par le passé, déploré la trop grande consommation de Rilatine dans notre pays… alors ferait-elle sans doute bien mieux d’OSER VOIR CLAIR sur les dangers avérés de l’aluminium vaccinal (notamment pour le système nerveux des enfants) dont elle semble si peu se soucier, suite aux conseils très avisés de ses experts attitrés. Plus qu'étonnant en tout cas qu'elle ait critiqué la distribution de Rilatine tous azimuts en s'indignant qu'on n'évoque pas assez ses effets secondaires alors que la politique actuelle qu'elle mène (ainsi que sa collègue Laanan) consiste à banaliser les vaccins pour en faire tous azimuts, tout au long de la vie et sans jamais évoquer leurs graves effets secondaires possibles! Dans le même temps, toutes les alternatives aux vaccins et aux médications comme la Rilatine restent savamment occultées parce que la défense du pluralisme thérapeutique semble loin des priorités de Mme Onkelinx et de sa "cellule stratégique"...

QUELLE INCONSEQUENCE !!!

 

MERCI A LA MAMAN QUI NOUS A COMMUNIQUE CETTE SYNTHESE!

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Pluralisme thérapeutique
commenter cet article

commentaires

carlos perez 21/12/2012 09:07

Voici un livre qui devrais vous intéressé au édition ADEN (l’enfance sous pression) ou la médicalisation des problème pédagogique,
C’est la première fois dan l’histoire de l’humanité que l’on dope a une tel échelle autan d’enfants, en Belgique c’est plus de 36000 enfants qui son dopé a la rilatine

Quatre ans se sont écoulés depuis la première parution du livre L’enfance sous pression et les éléments qui nous parviennent au quotidien démontrent chaque fois et avec de plus en plus de clarté le
bien-fondé et la pertinence de la thèse principale du livre. La pression et la compétition sont tellement fortes dans le cadre scolaire, de plus en plus tôt et de plus en plus longtemps, qu’il y a
une tendance lourde en Occident à banaliser, voire à généraliser la médicalisation des problèmes pédagogiques. Le dopage, à la Rilatine, des ados est devenu une solution acceptée et acceptable, le
gavage aux psychostimulants devant permettre aux ados turbulents et rêveurs de rattraper leur retard scolaire. Parmi les 10 pays les plus performants dans le classement mondial PISA, à part la
Finlande, tous ont adoptés et incorporés dans leur modèle éducatif la vision anglo-saxonne liée à la compétitivité et à la position concurrentielle du secteur, tous ces pays ont privilégié dans
leur modèle éducatif des méthodes empruntées au modèle industriel. Tous ces pays ont réformé leur système scolaire avec des outils visant à augmenter l’efficience, c’est-à-dire la qualité et la
quantité de production de l’apprenant aux dépens de sa santé

Éric G. Delfosse 26/10/2012 01:06

"les patients qui requièrent un traitement prolongé doivent être suivis attentivement"...
Ha mais, ils sont suivis : ils voient - trois minutes - un toubib chaque fois qu'on renouvelle la prescription !

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA