Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 13:50

Survivantes du Cervarix en République Tchèque

 

Marcela-jandova.jpg

 « Le Cervarix a bouleversé ma vie » - Sanevax 15 novembre 2014

  

Marcela Jandova, Liberec, République Tchèque

 

J’habite la République Tchèque. Comme les vaccins HPV n’ont pas encore été rendus obligatoires dans notre pays, c’est à titre privé que nous devons acheter les vaccins. Quand j’ai eu 15 ans, il y a eu des réductions tentantes sur le Cervarix. Beaucoup de tracts traînaient dans les cabinets de médecins. Ces tracts destinés à la promotion du vaccin faisaient la promotion du vaccin susceptible de protéger contre le cancer du col de l’utérus. Ma mère pensait qu’il s’agissait d’un bon vaccin susceptible de protéger plus tard contre le cancer du col de l’utérus ;

 

Avant que je ne reçoive le vaccin, j’étais en parfaite santé. Je n’avais aucune allergie et ne prenais aucun antibiotique. Après la troisième dose, j’ai commencé à éprouver des symptômes tels que : pertes de connaissance, raideurs de la nuque, terribles migraines et allergies. C’est à partir de ce moment là que j’ai souvent dû prendre des antibiotiques.

 

Mes yeux sont devenus sensibles à la lumière et ma vision était floue. Je manquais souvent l’école parce que j’avais des nausées et des vertiges. J’ai dû prendre des médicaments puissants contre mes terribles migraines  et soulager mon inconfort. Aujourd’hui encore, je suis vite épuisée et dois souvent me reposer. A certains moments, mes migraines étaient telles que j’ n’arrêtais pas de pleurer de douleur.

 

Le type de migraine dont je souffrais était étrange parce que parfois il ne m’était plus possible de voir correctement ; ma vision était trouble. C’était un peu comme quand on regarde le soleil trop longtemps et qu’on ne peut plus voir les choses correctement. Ce phénomène durait chaque fois dix minutes environ, puis j’entendais des bruits bizarres qui étaient le prélude à de terribles migraines. Tout cela compliquait beaucoup mes études parce qu’au cours d’examens, je ne parvenais plus à voir clairement le texte et j’échouais lamentablement. Et le pire, c’est que personne ne pouvait croire que ma vision était à ce point brouillée à ces moments-là.

 

J’ai dû subir de la physiothérapie pour mes torticolis. Aujourd’hui heureusement la situation sur ce point s’est améliorée par rapport à ce qu’elle était quand j’ai reçu les vaccins.

 

J’ai toujours ces migraines qui m’empêchent de jouer du piano et de conduire. Je me sens plus à l’aise quand quelqu’un est à côté de moi dans la voiture. Comme cela nous pouvons changer de place quand je suis prise de malaises.

 

Après avoir lu pas mal d’histoires relatives aux vaccins HPV, je me sens comme étant l’une de ces victimes. J’ose espérer qu’à l’avenir, je n’aurai pas à souffrir d’autres effets secondaires possibles comme la stérilité ou le cancer.

 

Lucie B., Prague, République Tchèque

 

Je m’appelle Pavel. Ma fille Lucie a reçu deux doses du vaccin Cervarix il y a six ans. Je pensais faire la meilleure chose au monde en la faisant vacciner pour la protéger du cancer du col de l’utérus. Comme ce vaccin ne figurait pas sur la liste des programmes nationaux de vaccination (j’espère qu’il ne le sera jamais) j’ai dû dépenser des sommes importantes d’argent pour me le procurer.

 

Après ses 16 ans ma fille a reçu la seconde dose du vaccin. Dans les 48 heures, elle a fait une forte fièvre et a eu de terribles maux de tête. Nous avons dû appeler une ambulance pour la conduire immédiatement à l’hôpital. Le diagnostic a montré qu’il s’agissait d’une encéphalite. Dans la suite, ma fille a définitivement perdu l’audition de l’oreille droite.

 

Depuis son système immunitaire a été compromis. Elle attrape chaque microbe qui passe et ses ganglions enflent chaque fois. Il lui faut maintenant beaucoup de temps pour pouvoir récupérer et elle a généralement besoin d’antibiotiques. Elle souffre actuellement de migraines et de vertiges permanents.

 

Je me sens fort coupable de lui avoir infligé pareil handicap permanent à cause de ce vaccin. Je ne puis pas en dire davantage parce que je suis encore remplie de colère par rapport à ce qui est arrivé.

 

Source: SaneVax


Il est important de souligner que ce vaccin anti-HPV Cervarix de GSK est celui qui a été acheté par la Communauté Française (Fédération Wallonie-Bruxelles) en 2011 pour la vaccination scolaire des jeunes filles et ceci dans le cadre d’un contrat de 4 ans. En réalité, le vaccin Cervarix n’est pas plus sûr ou mieux testé que le vaccin Gardasil, plus médiatisé. Découvrez la vidéo d’information que nous avions déjà réalisée en 2011 lors du lancement de cette vaccination scolaire au Cervarix en Belgique, dans laquelle nous expliquions pourquoi nous avions décidé d’écrire à toutes les directions d’établissements et aux associations de parents. Et ci-dessous, encore un Xème cas dramatique après le vaccin Gardasil…

 

Témoignage d'une maman au sujet du Gardasil et de Necker...

 

Bonjour,

 

C'est en tant que maman que je vous envoie ce mail de colère contre ce vaccin qui aurait pu tuer ma fille.

 

Sur les recommandations de mon gynécologue et médecin, j'ai fait vacciner ma fille de 15 ans avec le vaccin Gardasil en pensant que c'était bien. Malheureusement, au bout de la deuxième injection dans l'épaule, ma fille a commencé à se plaindre qu'elle avait mal dans tout le bras droit et les douleurs descendaient dans la main au point de ne plus pouvoir écrire.


Elle avait atrocement mal et personne ne comprenait. Elle fut paralysée des deux bras et mains et le pire c'est que lorsque nous sommes allés sur l'hôpital Necker ils n'ont pas expliqué ce phénomène et nous ont laissés démunis sans aide. Ma fille n'avait pas le moral et a passé son brevet des collèges sur ordinateur. En tant que parent ça a été très difficile et ne sachant plus que faire nous sommes allés consulter un ostéopathe qui l'a remise sur pied avec des compléments alimentaires qui viennent d'un laboratoire de Montpellier. Elle est suivie tous les 6 mois et elle réécrit. Par contre, elle a toujours le vaccin en elle.

 

J'en veux à la terre entière, aux médecins qui n'ont pas su soigner ma fille et à l'hôpital Necker.

 

Ne pas vacciner ses enfants même si votre médecin insiste.

 

Mme D.


28190 Fontaine-La-Guyon

 

Sources : oncologieintérgrative.blog.fr & Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA