Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 09:32

FOTOLIA-medecin.jpg

« Je n'ai rien contre la vaccination malgré ma maladie, c'est un outil de santé majeur », ainsi a commencé le témoignage du Dr Bernard Izard au colloque sur « Les adjuvants vaccinaux: une question controversées » , organisé le 22 mai à l'Assemblée Nationale par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques.

 

« J'ai du arrêter de travailler »

 

Puis le médecin a raconté son calvaire : « Courant 2010, j'ai présenté une fatigue anormale dès le matin qui s'accentuait tout au long de la journée. Progressivement, j'ai souffert de douleurs musculaires comme si j'avais fait du vélo toute la nuit. A l'effort, ces douleurs étaient encore plus fortes comme si je recevais des coups de couteau dans les muscles. Au bout de trois mois, j'ai eu des céphalées au réveil qui duraient toute la journée alors que je n'avais jamais souffert de maux de tête avant puis j'ai commencé à avoir du mal à articuler et à me concentrer. Je n'arrivais plus à me souvenir du nom des médicaments que j'avais prescrits des millions de fois à mes patients, ni à conduire, ni à avoir de vie sociale. J'ai du arrêter de travailler.

 

Bernard-Izard.JPG

 

"J'ai vu 12 spécialistes"

 

J'ai pensé à un problème post-vaccinal car, en tant que médecin, j'ai reçu beaucoup de vaccins et mon dernier rappel DTpolio datait de 2009. J'ai téléphoné au service de pharmacovigilance de ma région qui m'a confirmé que c'était une hypothèse plausible. Je me suis mis sous corticoïdes mais rien ne passait. J'ai consulté des confrères, quatre neurologues au départ. J'ai été hospitalisé quatre jours au CHU de Montpellier où rien n'a été détecté sur le plan neurologique. Alors, on m'a mis sous antidépresseur. Mais cela n'a eu aucun effet. J'ai donc continué à consulter, au CHU de Toulouse. En tout, j'ai vu 12 spécialistes. A chaque fois, le diagnostic était le même “vous n'avez rien”.

 

« On m'a dit que c'était psy »

 

Les confrères ont fini par me dire que c'était “psy” et qu'il “fallait que j'apprenne à vivre avec ces symptômes et que j'essaie de penser à autre chose”. Je suis en colère aujourd'hui car, à aucun moment, les médecins n'ont cherché à entrer en relation avec le service de pharmacovigilance comme je leur suggérais pour voir s'il n'y avait pas un rapport avec la vaccination. En cherchant sur internet avec ma femme, on a fini par trouver des informations qui nous ont mis sur la piste du Centre de référence des maladies rares de l'hôpital Henri Mondor à Créteil. Là, on m'a fait une biopsie musculaire et on s'est aperçu que j'avais une myofasciite à macrophages, une lésion induite par l'aluminium dans les vaccins ».

 

Est-ce que les troubles du Dr Izard sont liés à cet adjuvant ? C'était toute la question du débat au parlement précédé, le matin, par un autre colloque, intitulé « Aluminium et vaccins, l'expertise internationale nous impose d'agir », organisé cette fois par l'association E3M, qui rassemble des victimes de myofasciites à macrophages. Car le Dr Izard est loin d'être un cas unique.

 

Découverte de la myofasciite à macrophages 

 

L'hydroxyde d'aluminium est utilisé depuis 1927 dans les vaccins pour renforcer la réponse immunitaire. On pourrait donc penser que cet adjuvant est sûr puisque des millions de personnes en ont reçu au cours de la vaccination. Le problème est que ses mécanismes d'action ne sont pas bien connus et qu'en 1998, un chercheur le Pr Romain Gherardi, directeur de l'unité Inserm U955 E10 de l'université Paris-Est et chef du service histologie-embryologie de l'hôpital Henri Mondor à Créteil, est venu jeter un pavé dans la marre. A cette époque, après avoir biopsié le muscle deltoïde de quelques patients, il découvre que des cristaux d'aluminium se retrouvent dans des macrophages situés au point d'injection du vaccin et qu'ils forment une lésion qu'il nomme « myofascite à macrophages ». Ses travaux sont publiés dans The Lancet. Depuis, le Pr Ghérardi et son équipe continuent leurs recherches. Car si la lésion est reconnue, en revanche, le fait que les sels d'aluminium puissent migrer jusqu'au cerveau chez certaines personnes et induire des troubles longtemps après la vaccination, comme il en fait l'hypothèse, est controversée.

 

Des souris prostrées et anxieuses

 

Les premiers résultats d'une nouvelle étude, financée par l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et présentée à l'Assemblée nationale par le chercheur, sème le trouble. Après avoir fait trois injections d'Engérix, un des vaccins contre l'hépatite B, à des souris et un placebo aux autres, il constate que, 45 jours plus tard, tout va bien : « les souris n'ont aucun symptôme ». En revanche, 135 jours plus tard, les réactions des souris vaccinées sont altérées, « elles restent prostrées dans leurs cages, sont anxieuses, ont moins de coordination motrice et ont perdu de l'endurance physique », décrit-il. Pour lui, « C'est la première fois qu'un modèle animal reproduit ce qui se passe chez l'homme ».

 

Une nouvelle maladie ?

 

Les symptômes décrits chez les patients atteints de myofasciite à macrophages suivis par le Pr François-Jérôme Authier, responsable du Centre de référence des maladies rares de l'hôpital Henri Mondor à Créteil, sont de trois ordres : fatigue chronique, douleurs musculaires intenses et troubles cognitifs. « Il s'agit d'une véritable maladie neurologique centrale qui n'a rien à voir avec la sclérose en plaques et qui est associée avec la persistance de granulomes induits par les vaccins. Cette maladie n'est pas un simple tatouage vaccinal comme le prétendent certains », a précisé ce dernier. Et d'ajouter: « Elle n'est peut-être pas si exceptionnelle, simplement, elle est sous-diagniostiquée ».

 

L'hypothèse d'un effet longtemps après

 

Pour le Pr Ghérardi, la raison de ce sous-diagnostic est simple : on ne recherche que les effets indésirables des vaccins à court terme. Or, l'adjuvant aluminique pourrait agir à long terme. Dans une précédente expérience sur des souris, il a montré que l'on pouvait en retrouver la trace dans le cerveau un an après la vaccination. Il note, par ailleurs, que parmi les patients que son équipe a suivis, les particules d'aluminium étaient encore présentes au point d'injection des mois, voire huit à dix ans après la vaccination.

 

« Si on vaccine un milliard de personnes, il n'est pas possible que tous les individus réagissent de la même manière, a pointé le Pr Yehuda Shoenfeld, directeur du centre Zabludowicz pour les maladies auto-immunes et spécialiste international de l'immunité. Il y a sûrement une toile de fond génétique chez certaines personnes qui font qu'elles réagissent plus vivement et plus gravement à une stimulation immunitaire ».

 

« L'aluminum est stocké dans l'organisme, il s'y accumule. On aura plus d'aluminium dans notre corps au moment de notre mort qu'à notre naissance. Nous devons y réfléchir », a souligné, pour sa part, le Pr Christopher Exley, professeur de biochimie inorganique au Royaume-Uni et spécialiste mondial de l'aluminium.

 

Pour les experts de la vaccination, il n'y a pas de preuves

 

Les experts français de la vaccination ont néanmoins considéré qu'il n'y avait, actuellement, aucune preuve d'un lien de causalité entre l'adjuvant aluminique de la vaccination et des effets indésirables graves mais que les recherches devaient se poursuivre. La question d'un moratoire évoquée par certains lanceurs d'alerte sur le vaccin contre les papillomavirus, notamment le Gardasil, contenant de l'hydroxide d'aluminium n'a pas été retenue par les experts. Leur crainte : que le grand public se détourne de la vaccination. Les sondages montrent, en effet, que les Français sont de plus en plus méfiants.

   

Source : Viva.presse.fr

 

 

Un médecin français réagit au témoignage du Dr Bernard Izard et nous vous faisons ici copie de ce qu'il nous envoie (merci à lui!):

 

« Je n'ai rien contre la vaccination malgré ma maladie, c'est un outil de santé majeur»


"Et s'il me plait, à moi, d'être battue?" (Martine, dans Les Femmes Savantes", de Molière).


"J'suis cocu, j'suis cocu, j'suis cocu, mais content" (Serge Lama).


Allons, mon cher confrère, vous avez franchi le premier pas, celui de reconnaître le lien entre votre infirmité et votre vaccination.


Il ne vous reste plus qu'un dernier pas à franchir, celui de reconnaître que vous souffrez pour rien, parce que votre vaccination ne vous protège en rien.

 

Ce sera plus difficile, parce que ce serait reconnaître que vous avez mutilé bon nombre de vos patients pendant des années sans aucun bénéfice pour eux, que vous avez décuplé, entre autres, le nombre d'asthmatiques chez les petits qu'on a confiés à vos bons soins, et qu'à 80% d'entre eux vous avez infligé l'un ou l'autre des 800 effets indésirables, fugaces ou définitifs, qu'on peut attribuer aux vaccins.

 

Oui, ce dernier pas sera difficile, pour votre orgueil surtout, mais vous pouvez le faire, puisque je l'ai fait, après avoir vacciné pendant trente ans.


Libérez-vous !

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Médecins
commenter cet article

commentaires

Docteur X 31/05/2014 01:58

Exact, Bernard, mais on a gardé l'habitude facile de parler de BK.
Il est très intéressant d'étudier la période Pasteur, on y découvre en fait que c'était un parfait escroc, qui avait l'habitude (en dehors de celle de tuer ses victimes à l'aide de son vaccin
anti-rabique, aussi inefficace que dangereux), de voler les découvertes de ses collaborateurs, en particulier Antoine Béchamp, dont il faut connaître la passionnante histoire.
Pour Tissot comme pour Béchamp (et contrairement aux idées de la majorité des scientifiques les organismes vivants, quand ils se dérèglent, produiraient eux-mêmes bactéries pathogènes et virus.
Cette thèse mérite vraiment l'étude, même si les théories de Pasteur l'ont écrasée sommairement.

Bernard Guennebaud 29/05/2014 12:28

A propos des cutis j'ai enregistré une vidéo de 10 minutes [1] (aller sur une curieuse séance de cuti au collège). Dans les vidéos qui suivent je propose une interprétation de ce qui s'était
produit en 1960 dans un collège et dont je fus témoin (et même un peu plus ...)

J'expose et commente la découverte de Jules Tissot, professeur au Museum d'Histoire Naturelle à Paris, sur l'origine du bacille de Koch qui, à l'époque, était considéré comme un bacille en
bâtonnets.
Grâce à un mode de préparation original des tissus, Tissot avait photographié des BK en filaments et ces photos furent publiées. 40 ans plus tard, il fut découvert que le BK se présentait
effectivement en filaments et que c'étaient les méthodes de préparation qui le segmentait. c'est ainsi que le fameux BK de Robert Koch a disparu (en principe !) au profit d'une mycobactérie,
Mycobacterium tuberculosis qui se présente en filaments. Il n'est cependant pas rare que soit enseigné que le BK est en bâtonnets ...

Mais Tissot, grâce à cette découverte, a pu aller plus loin encore dans l'origine de Mycobacterium tuberculosis. Je n'en dis pas plus, sauf ceci : il n'est pas nécessaire d'avoir été contaminé par
un BK venu de l'extérieur pour faire une tuberculose. Ce qui expliquerait beaucoup de choses sur la tuberculose...

[1] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2013/04/04/26834641.html

Docteur X 27/05/2014 23:40

Bernard
J'ai moi aussi écouté le discours de Marisol Touraine.
Et pour avoir reçu patiemment des visiteurs médicaux pendant trente ans, je peux vous dire que ce discours était l'exacte réplique, en plus bavard, de ce que les labos m'ont infligé pendant toute
cette période (où je ne connaissais rien aux vaccins, comme tout le monde).
Ma grande expérience dans ce domaine du bourrage de mou à outrance et jusqu'à plus soif me fait dire que ce discours, elle ne l'a pas appris dans la littérature scientifique mondiale, mais
directement auprès des labos, aux côtés des apprentis visiteurs.
Elle est en cela la voix de son maître, et le clône parfait de son prédécesseur Roseline Bachelot, deux bonnes petites élèves de Big Pharma.
Une fois de plus, la grande industrie pharmaceutique a poussé ses pions en haut de l'édifice politique, entièrement circonvenu à son seul profit.
On attendait autre chose d'un Ministre républicain de la santé. Mais rien d'autre d'un valet de l'industrie.

Docteur X 27/05/2014 21:49

Normalement, la cuti (tuberculine) ne contient pas de bacille et ne peut donc pas provoquer une tuberculose.
Produit contaminé, c'est possible. Ou coïncidence.
De toutes façons, cette cuti était bidon: on ne savait jamais si elle était le signe d'une vaccination ou d'une infection, vu que par la vaccination tout le monde avait été en contact avec le
bacille.
Ca aurait pu être utile si personne ne l'avait été!
Pas même si elle était faussement positive ou non.
Parfois elle donnait des réactions locales graves ou gravissimes.
Parfois encore: réaction allergique aiguë (éruption cutanée, œdème de Quincke, œdème, urticaire, gonflement ou sensation de constriction du pharynx, tuméfaction des lèvres, réaction de type
anaphylactique).
Bref, un gadget à la mode, comme tout le reste.

Bernard Guennebaud 27/05/2014 21:48

Voici ce qu'on peut lire dans la dépêche de l'APM relatant les colloque sur l'aluminium du 22 mai 2014 à l'Assemblée Nationale :

« Loin d'exprimer des positions idéologiques inconciliables, l'ensemble des intervenants invités à prendre la parole -représentants des académies, d'associations de patients, autorités
sanitaires, industriels, chercheurs et médecins spécialistes- ont affirmé avec force qu'ils étaient tous favorables à la vaccination et pleinement conscients de ses bénéfices pour la santé
publique.

C'est ce qu'a affirmé le Pr Romain Gherardi, directeur de l'unité Inserm U955 E10 et chef du service histologie-embryologie de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil (AP-HP) en déclarant d'emblée "qu'il
souscri[vait], à la virgule près", à tout ce que la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, avait dit sur les bénéfices de la vaccination en ouvrant ce colloque. »
Quand on sait ce qu'elle a dit ….
Je renvoie ici à mon commentaire précédent sur « outil de santé majeur » et sur les propos de Bernard Bégaud qui sont de la même veine.
Il faut bien réaliser que tous ces intervenants sont branchés à 250% sur les effets secondaires des vaccins. Ils ne se sont jamais penché sur les effets primaires, c'est à dire l'action d'une
campagne de vaccination sur une population du point de vue de la maladie visée. Ce n'est pas du tout la même démarche ni les mêmes méthodes d'analyse. Alors ils prennent pour argent comptant les
propos habituels type « la variole a été vaincue par la vaccination », quand ils n'ajoutent pas «sans elle nous aurions aujourd'hui des millions de morts par la variole... ». Idem
pour BCG, polio ..
C'est pourquoi, malgré les mérites indéniables de ce genre de colloques, et je me réjouis que ceux du 22 mai aient pu avoir lieu, je reste quand même très réservé car les propos de Romain Gherardi
laissent sous-entendre que ce serait le prix à payer pour obtenir le droit de participer à un tel congrès, voire d'obtenir un financement et divers soutiens. Je ne sais pas mais je m'interroge et
cela me rends perplexe malgré tout.

Pour ma part, si par miracle il m'était proposé de participer à un tel colloque, je refuserai bien évidemment de cautionner de tels propos par un silence complice en nourrissant le secret espoir de
me faire réinviter. NON ! Franchement, NON !!! Et je ne le ferai pas avec des arguments idéologiques, non, nul besoin ! Ce sont plutôt les propos de la ministre qui sont idéologiques, à
100%.

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA