Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 00:06

Nous savions déjà que la Justice était loin d'être parfaite. En voici une (sinistre) preuve de plus, révélée par le journal La Croix du 28 avril 2011.

 

Victime du vaccin hépatite B, promu tous azimuts par les autorités françaises dans les années 90', un homme atteint d'une sclérose en plaques depuis 1992 et en fauteuil roulant pour le restant de ses jours, a été condamné par la Cour d'Appel administrative de Marseille à rembouser plus d'1 million d'euros à l'Etat!!!

 

L'Etat avait été condamné en 2008 à verser plus d'un million d'euros à cet homme pour une "responsabilité sans faute". L’expert médical avait alors conclu à « une forte présomption d’imputabilité » entre la sclérose en plaques diagnostiquée en novembre 1992 et le vaccin obligatoire contre l’hépatite B que l’éducateur, employé dans un foyer pour enfants handicapés, avait reçu en mars, avril et mai 1992. 

 

Reconnaissant également un lien de cause à effet entre le vaccin et ces troubles, le tribunal des affaires de Sécurité sociale a reconnu fin 2006 la maladie comme accident du travail. Pas l’État, qui a fait appel. 

 

« En matière scientifique, on ne peut pas apporter la preuve certaine d’un lien exclusif. Il faut se baser sur les concordances. Or cet homme qui n’était jamais malade a contracté une sclérose en plaques dans les suites immédiates du vaccin », rétorque son avocate, Me Gisèle Raynaud-Brémond, qui entend à présent saisir la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). 

 

A présent, Jean-François Seulin, ce quadragénaire en fauteuil électrique depuis une dizaine d'années, envisage d'entamer une grève de la faim. Il attend les huissiers de pied ferme en sachant que son logement actuel, en partie payé grâce à cette indemnisation est le seul lieu possible compte tenu de son lourd handicap. S'il doit rembourser à l'Etat une somme aussi considérable, il sera obligé de vendre la maison sans savoir où aller. Il pose alors la question légitime: "L'Etat osera-t-il mettre un handicapé dehors?"

 

Signez la pétition: ICI

 

Visitez le site de Jean-François Seulin

 

 

La morale de cette histoire est exactement la même que celle de la fable de Lafontaine « Le Corbeau et le Renard ». Le Corbeau a cru le renard à son détriment, exactement comme le public a cru à la grande sûreté d’une telle vaccination promue par l’Etat. Une fois la maladie déclarée (le fromage tombé), le public doit tirer son plan et même pire, il doit rembourser des sommes qui ne suffiront de toute façon jamais à rendre la santé qu’il a perdue.

 

Si l’Etat voulait vraiment, par les vaccinations, promouvoir la santé publique, il n’agirait pas ainsi envers les personnes sacrifiées au nom de ses recommandations « scientifiques ». D’ailleurs, l’Etat a déjà indemnisé en douce plus de 100 victimes du vaccin anti-hépatite B et le Réseau des Victimes du vaccin hépatite B (Revahb) dénombre déjà plus de 3000 victimes d’effets graves du vaccin HB en France.

 

 

 

CorbeauRenard.jpg

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

Blanche 10/05/2011 01:17


Quel tissu d'anneries !

Pour une jeune "externe des hôpitaux" vous n'y connaissez manifestement pas grand chose pour affirmer, par exemple, que ce sont les enfants les plus fragiles face à la rougeole ! C'est l'inverse !
pLUS de formes graves chez les adultes et les nourrissons. Chez les enfants en bonne santé, vivant dans un pays développé, la gravité est normalement minimale. Il parait même que la maladie les
protégerait des allergies.


Quant aux études sur la SEP, pourquoi ne pas mentionner l'étude Hernan de 2004 ? L'étude Fourrier-Costaglia, l'étude Tardieu ? (ce chercheur qui avait été interdit de conférence de presse pour ses
résultats, pourquoi ?) L'étude du Pr Abenhaim; qu'on a scindée en 2 afin de rendre les données moins significatives. Pourquoi ?
Vous n'en parlez pas de tout ça, pourquoi ?

Ignorance crasse ou politique de l'autruche ?
C'est vrai que les études bidon financées par l'industrie sont là pour vous conforter...Des études comme Ascherio et Confavreux, auxquelles vous faites sans doute référence, et études qui ont fait
l'objet de critiques émanant d'un des plus grands spécialistes de la pharmacovigilance française...

Heureusement qu'il y a Initiative Citoyenne qu'on ne pourra jamais remercier assez pour leur travail d’intérêt public. :-)


Lilyblue 09/05/2011 16:46


Bonjour !
je suis tombée par hasard sur votre blog, et je suis assez agacée par votre post sur la sclérose en plaque et son soi-disant lien avec le vaccin contre l'hépatite B.
Il faut savoir que la sclérose en plaque est une maladie auto-immune complexe dont les causes ne sont pas identifiées aujourd'hui. Elle survient à n'importe quel âge (en pratique entre 20 et 50
ans) et sur n'importe quel terrain, y compris des personnes qui n'avaient jamais été malades auparavant.
D'autre part, les études qui ont été faites, refaites et re refaites sur le vaccin contre l'hépatite B ont montré qu'il n'y avait pas de lien avec l'apparition de la sclérose en plaque.
Il y a, c'est vrai, certaines maladies ou manifestations du système immunitaire, comme le syndrome de Guillain-Barré par exemple, qui peuvent être déclenchées par un vaccin, comme d'ailleurs par
n'importe quel antigène.
Mais les études sont claires et ont été faites dans des conditions scientifiques réelles : pas de complot qui tiennent !
Bien sûr, le blog est un instrument de libre pensée. Cela dit, en publiant des posts comme celui ci, vous contribuez à réduire la couverture vaccinale des français... Grâce à des articles comme le
votre, la rougeole reprend ses droits en France et tue de plus en plus d'enfants, qui sont particulièrement fragile devant cette maladie.
Voilà le fond de la pensée d'une jeune externe des hôpitaux.


Initiative Citoyenne 10/05/2011 11:10



Bonjour,


Pourquoi les fabricants ont-ils mentionné eux-mêmes la sclérose en plaques et la névrite optique dans leurs notices? Pourquoi l'Engerix a-t-il
obtenu son AMM après évaluation de ses effets secondaires sur seulement 5 jours? Pourquoi s'il est si au point, ce fabricant travaille-t-il sur un nouveau vaccin anti-hépatite B? Pourquoi, selon
le rapport Dartigues, le vaccin HB est responsable d'une des plus grandes séries d'effets indésirables de toute l'histoire française de la pharmacovigilance??? Pourquoi l'Etat français a-t-il
indemnisé, très discrètement, plus d'une centaine de personnes? Pourquoi le Professeur Tardieu (dont l'étude avait montré un sur-risque de SEP pendant 3 ans chez les enfants vaccinés avec
Engerix) a-t-il été interdit de conférence de presse comme rappelé par Libération d'octobre 2008?


Comme vous le voyez, il n'est pas question de complot mais de questions concrètes, auxquelles vous n'apportez malheureusement aucune
réponse. Il est certain que la vaccination n'est pas la seule et unique cause possible de cas de scléroses en plaques comme il est tout aussi certain que, sans telle ou telle vaccination (que ce
soit l'hépatite B ou d'autres car le vaccin HB n'est pas le seul qui puisse provoquer une SEP), des tas de personnes auraient pu passer leur vie sans jamais développer cette maladie. Le
"fourre-tout" des maladies multifactorielles ne doit pas servir à diluer systématiquement la responsabilité de médicaments ou de vaccins selon les intérêts du marché!


Quant à la rougeole, le simple constat de l'Invs donne le ton quant aux "bienfaits absolus" de la vaccination que vous sembliez évoquer:


"Les données montrent que les taux d’incidence en 2010 ont plus que triplé chez les moins de 1 an et ont
augmenté deprès de 5 fois chez les adultes de 20 ans et plus par rapport à 2009. Ceci est très préoccupant car les complications(neurologiques ou pulmonaires
notamment) sont plus fréquentes et sévères dans ces groupes d’âges†."


Ce constat découle directement de la politique vaccinale aveugle et sans nuances qui a été menée: au lieu de laisser la chance aux enfants de
faire cette maladie à un âge où elle est majoritairement bénigne (bien sûr, il existe des exceptions mais elles sont très minoritaires), on les a vaccinés. On s'est alors aperçu qu'une dose de
vaccin, c'était bien moins fiable que la robustesse d'une immunisation naturelle et plutôt que d'en prendre acte, on s'est enfoncé dans le cercle vicieux en prétextant la nécessité d'une deuxième
dose. C'est alors que les "rappels naturels" qui entretenaient l'immunité contre la maladie n'ont plus été possibles en raison d'une baisse (et non pas d'une disparition) du virus. A présent, les
adultes n'ont plus d'anticorps durables à vie à transmettre aux jeunes nourrissons vulnérables, trop jeunes pour être vaccinés. Les deux souffrent de graves complications, dont la fréquence est
directement imputable à une politique vaccinale aveugle et déraisonnable.


Mais il est assez courant que les personnels médicaux soient frileux à accepter ce genre de constat. Tout simplement parce qu’ils se sont fait
vacciner et ont eux-mêmes vacciner contre l’hépatite B, la rougeole, etc et n’ont pas du tout envie d’être renvoyés à leur responsabilité et à leur devoir d’information....



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA