Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 18:57

Peu de citoyens savent où trouver ce genre de réponses ministérielles et il faut dire que rien n'est fait pour leur faciliter la tâche.

 

Il s'agit pourtant d'une réponse très intéressante, non pas pour la santé publique en termes de mesures positives adoptées mais bien en termes de vigilance citoyenne tant ce genre de réponses est révélatrice de l'impérative nécessité que les citoyens reprennent enfin les choses en main!

 

Ainsi, il y a quelques jours, Mme Laanan répondait à la question (N°654) du député Ecolo Patrick Dupriez sur la sécurité du vaccin anti-HPV et la nature des "mesures de vigilance" adoptées...

 

Or, que trouve-t-on au juste dans cette réponse?

 

Plusieurs éléments:

 

1°) Tout d'abord, un élément de fuite à savoir le report sur sa collègue Onkelinx de la question du maintien de ces vaccins sur le marché (qui renvoient à la notion d'autorisation de mise sur le marché (AMM), qui sont accordées au niveau fédéral mais plus souvent encore en amont, au niveau européen). En d'autres mots, mais c'est implicite, tant que l'autorisation de mise sur le marché n'a pas été retirée, tout va bien bonnes gens, dormez tranquilles!

 

2°) Ensuite, un très "courageux" copier-coller d'un extrait de réponse de sa collègue Onkelinx, consistant à dénigrer la portée d'une publication comme celle de Shaw & Tomljenovic sur le rapport bénéfices/risques de cette vaccination anti-HPV, prétextant qu'elle n'apporte aucune information supplémentaire permettant de modifier l'évaluation du bénéfices/risques (alors que cette étude passe cependant en revue plus de 100 autres études scientifiques sur le sujet afin d'avoir une évaluation générale sérieuse et méthodique!)

 

Ainsi, voici ce qu'affirme de façon purement gratuite Mme Onkelinx qui préfère assurément la "fiabilité" d'agences juges et parties, particulièrement liées aux industries concernées que la lucidité de chercheurs désintéressés:

 

"Les effets secondaires relatés dans l’article ne font pas l’objet, dans cette publication, d’une analyse rigoureuse. Chaque effet secondaire cité laisse croire à un lien de causalité avec le vaccin. Au contraire, les deux vaccins HPV actuellement disponibles font l’objet de suivi rigoureux par les autorités internationales. Plusieurs articles récents ont été publiés. Ils soulignent l’efficacité et la sécurité de ces vaccins."

 

Mais il faut bien dire que cet extrait de réponse de Mme Onkelinx est immensément révélateur. Car il comporte également des aveux accablants, celle-ci affirmant notamment au sujet de l'étude de Shaw & Tomljenovic que:

 

"L’ensemble de ces données sont connues des autorités et aucun nouveau rapport n’est pour le moment attendu de la part ni de l’Agence Fédérale des Médicaments et Produits de Santé ni de l’Agence Européenne des Médicaments. Aucun signal d’alerte n’a été émis par ces autorités."

 

Que ces agences juges et parties n'émettent aucune alerte est désespérement logique, hélas puisqu'il n'est guère dans l'intérêt de leurs bâilleurs de fonds que les consommateurs soient mis en garde sur les effets de leurs produits! Comme nous l'avons donc précédemment écrit: ces personnes et ces instances resteront donc inévitablement aveugles et sourdes à tous les signaux et indices les plus graves pour la bonne et simple raison qu'elles sont prisonnières de l'idéologie commerciale qui les gouverne. Un tel discours ne devrait donc plus dupper personne.

 

Car ne l'oublions pas: l'ancien directeur de l'Agence européenne des Médicaments n'avait pas encore quitté ses fonctions qu'il travaillait déjà pour les labos (sans que le public ne le sache). Et comme par hasard, c'est cette même Agence Européenne des Médicaments qui avait annoncé début 2008, soit  avec plusieurs mois de retard, les décès post-Gardasil de deux jeunes filles allemande et autrichienne survenus à l'automne 2007. Comme c'était aussi la même agence qui avait très opportunément prétendu que les 7 décès sur 2000 patients survenus dans les essais cliniques du vaccin H1N1 Pandemrix n'avaient strictement rien à voir avec le vaccin. Pareille "autorité" ne saurait donc constituer la moindre garantie de sécurité par son silence complice ou opportuniste.

 

3°) Nouvelle "décharge" de Mme Laanan sur sa collègue Onkelinx en ce qui concerne la pharmacovigilance.

 

4°) Un petit passage qui démontre toute l'irresponsabilité de Mme Laanan, dans le plus pur registre "après moi les mouches!" :

 

A ma connaissance, il n’existe actuellement pas de monitoring spécifiquement dédié à la détection d’un quelconque glissement des HPV circulants vers des types non contenus dans les vaccins disponibles. Compte tenu de la lenteur de ces phénomènes de « glissements », un tel dispositif ne devrait de toute façon présenter d’intérêt réel que dans plusieurs années."

 

5°) Une grosse dose de démagogie envers les médecins, histoire de se les rendre sympathiques et de flatter leur égo:

 

"Concernant l’information des vaccinateurs sur les contre-indications et la détection des effets secondaires, comme j’ai déjà pu le mentionner, il n’y a pas de raison de penser que les médecins ignorent les rudiments de leur métier, lesquels prévoient naturellement qu’ils s’informent sur les risques éventuels liés à chaque acte qu’ils sont amenés à poser. La vaccination n’échappe pas à l’application de ce principe général."

 

Problème: En dehors de la "bulle" de Mme Laanan, il s'avère qu'il existe un véritable tabou sur les effets secondaires des vaccins et d'après une enquête publiée dans une revue scientifique , il s'avère que plus de 60% de ceux qui administrent un vaccin ne savent même pas reconnaître un effet secondaire, ceci ne rendant bien sûr guère surprenant que seuls 1 à 10% des effets secondaires (même graves) sont effectivement rapportés aux services de pharmacovigilance. Par ailleurs, un médecin s'exprimant anonymement a encore contredit ces affirmations gratuites de Mme Laanan au cours de la récente émission diffusée sur RTL dans "Images à l'appui le 20 février dernier, expliquant que jamais les médecins ne sont informés en faculté des risques graves possibles des vaccins!

Mme Laanan serait, en outre, ainsi bien inspirée de lire un livre comme celui du Dr Choffat, Hold up sur la santé, dans lequel on peut notamment lire:

 

"Les vaccinations sont un sujet tabou et passionnel en médecine. L'institution médicale s'interdit tout doute dans ce domaine, alors que le doute est le fondement de la réflexion scientifique. On se trouve devant des dogmes qui révèlent un intégrisme inquiétant en la matière."

 

6°) Mme Laanan fournit un chiffre: 10 000. Sur les 26 000 jeunes filles concernées, 10 000 auraient déjà reçu la première dose,  soit 38,5% dont les parents ont dit "OUI" à cette vaccination déjà controversée depuis des années. Vu les chiffres de diverses enquêtes qui montrent une importante déperdition entre la première et la dernière dose, plus que vraisemblablement due à une très mauvaise tolérance de ces vaccins, il est certain que ce ne sont pas 10 000 jeunes filles qui ont reçu 2 doses mais un chiffre inférieur.

  

7°) Une apothéose finale  de Mme Laanan qui combine irresponsabilité ("après moi les mouches") et nouveau renvoi à sa copine de collègue Onkelinx:

 

"En ce qui concerne des modalités d’indemnisation qui seraient prévues pour dédommager les personnes qui seraient reconnues « victimes d’effets secondaires graves après cette vaccination », le Fonds fédéral d’indemnisation des victimes de soins médicaux devrait intervenir lorsqu’il sera prochainement opérationnel. Mais ceci, vous l’aurez compris, relève également de l’Etat fédéral. L’action de la Fédération Wallonie-Bruxelles étant de mettre gratuitement à disposition de ceux qui le souhaitent un vaccin recommandé par le Conseil Supérieur de la Santé."

 

Ahhhh cette bonne vieille "gratuité" qu'on ne cesse d'agiter pour ameuter le bon peuple! Qu'est-ce qu'on ferait sans elle, pour masquer le manque de justification scientifique à pareille vaccination....

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

Éric G. Delfosse 24/02/2012 23:57

En parlant de gratuité...
Ça me fait penser à une phrase d'Albert Einstein qui avait dit un jour que "si c'est gratuit, c'est que ça ne vaut pas plus"...
;-)

Initiative Citoyenne 25/02/2012 01:04



mdr, oui, en effet. Il a fait tellement de belles citations lui...



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA