Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 21:15

Green-our-vaccines.jpg

L'AFP publiait le 29 mars dernier un article lénifiant et sans aucun esprit critique sur les résultats d' une étude biaisée parue dans la revue The Journal of Pediatrics et dont le titre sonne en réalité comme une réponse aux dénonciations médiatisées de personnalités connues du public comme Jenny Mc Carty et son ex compagnon Jim Carey lors de leur rallye "Green our vaccines", en 2008.

 

A l'époque, ils soulignaient déjà, ce qui est le bon sens même: "Too Many too soon !" ce qui, en français, signifie "Trop (de vaccins), trop tôt." Et on aurait encore pu rajouter  aussi: trop à la fois.

 

Cette étude, qui ne sert pas à faire réellement la lumière mais bien davantage à lutter contre la défiance croissante envers les vaccins ainsi que la tendance en hausse chez les parents à opter pour des calendriers vaccinaux alternatifs, conclut sur base d'une méthodologie plus que douteuse qu'il n'y a aucun lien entre "trop vaccins trop vite" et l'autisme.

 

Et bien sûr, le bon peuple est censé le croire, au seul motif que cela aurait été publié dans une revue médicale connue!

 

Voici pourtant un extrait de la dépêche AFP qui devrait attirer votre attention et votre vigilance en ce sens qu'il est extrêmement révélateur de cette Science bâclée qui caractérise tellement le dogme de la vaccination:

 

« De précédentes études avaient déjà établi l'absence de lien entre la vaccination et l'autisme, mais les chercheurs du CDC se sont cette fois-ci concentrés sur l'exposition des enfants aux antigènes, les substances présentes dans les vaccins qui entraînent la production d'anticorps pour lutter contre l'infection ou la maladie. Ils ont comparé l'exposition aux antigènes de 256 enfants autistes à celle de 752 autres enfants. "Nous n'avons trouvé aucune preuve suggérant une association entre l'exposition durant les deux premières années de la vie aux protéines stimulant la production d'anticorps et aux polysaccharides contenus dans les vaccins et le risque de souffrir d'autisme", écrivent-ils dans l'étude. »

 

Ce court extrait rassemble 2 éléments de tromperie fondamentaux:

 

1°) Il est fait référence aux "précédentes études qui avaient déjà établi l'absence de lien entre la vaccination et l'autisme", ce qui est un argument purement quantitatif qui tend implicitement à faire croire que le nombre ferait la vérité. Il ne faut pas oublier à ce sujet les méthodes des pharmas qui ont besoin de la loi du nombre (des études) pour protéger leurs marchés, indépendamment de la qualité intrinsèque de telles études.  

 

2°) Ce type d'étude n'a absolument AUCUNE valeur, tout simplement parce qu'aucun vaccin ne consiste à n'administrer seulement QUE des antigènes, ils sont toujours intégrés à un ensemble d'autres substances dont on ne peut pas les séparer en termes d'effets et de mécanismes physiopathologiques possibles. Comparer des enfants autistes à des enfants lambda non autistes en disant que les autistes n'ont pas reçu plus d'antigènes que les seconds est une absurdité indicible car il est bien évident que quasi 100% des enfants reçoivent de nos jours tous les vaccins possibles et imaginables et d'autre part, que 100% des enfants polyvaccinés d'aujourd'hui ne deviennent pas autistes, certains étant plus résistants que d'autres. Ce genre de comparaison est donc surtout conçue pour ne rien trouver du tout.

 

Les seules études FIABLES pour réellement démontrer l'absence de lien entre les vaccins et l'autisme sont de deux types:

 

a) Une comparaison de la prévalence de l'autisme chez les enfants ayant reçu le schéma vaccinal officiellement recommandé à celle chez les enfants vierges de tout vaccin. De telles enquêtes ont déjà été menées par des groupes de citoyens indépendants mais jamais par les autorités officielles qui redoutent à juste titre un contraste accablant dans la prévalence entre les deux groupes.

 

b) Des études en laboratoire sur les animaux. Et à ce sujet, plusieurs études ont déjà montré de sérieuses raisons d'inquiétudes. Les neurones des rats sont détruits sous l'effet de l'aluminium vaccinal. Des primates vaccinés précocément peu après la naissance avec des vaccins anti-hépatite B contenant du mercure, perdent leurs réflexes de survie etc etc. Toutefois, des études négatives sur les animaux ne permettent pas forcément d'exclure un risque chez l'homme car la transposabilité n'est pas toujours optimale (comme cela s'est vu avec la thalidomide par exemple.)

 

Too-Many-too-soons.jpg

En conclusion, on voit donc assez mal en quoi cette étude de De Stefano et al. (De Stefano était aussi impliqué dans une des études qui blanchissaient à tort le vaccin anti-hépatite B dans la genèse de cas de scléroses en plaques alors que les chiffres année par année en France montrent sans l'ombre d'un doute le lien avec la vaccination) arrivera à persuader les parents d'oublier leurs craintes on ne peut plus fondées! Un nombre croissant de parents se rendent compte qu'on vaccine trop, top tôt et trop à la fois. Et ils ne sont plus dupes des intérêts marchands qui sous-tendent très largement les programmes vaccinaux. En s'informant, ils se rendent compte que Big Pharma a près de 300 nouveaux vaccins dans son pipeline et d'autre part, que les autorités considèrent les pharmas comme "leurs partenaires naturels". Dès lors, il leur apparaît de plus en plus clair qu'il est de l'intérêt des pharmas de grouper et de combiner un maximum leurs vaccins, de façon à "faire de la place" dans le calendrier vaccinal pour caser plusieurs autres nouveaux vaccins. Et à chaque fois, des maladies qui étaient fréquentes mais très peu dangereuses sur un plan statistique, commencent à être dramatisées pour écouler les vaccins correspondants. Les parents qui ont du bon sens arrivent à se souvenir qu'eux et leurs compagnons de classe ont très bien vécu sans toutes ces batteries de nouveaux vaccins soi-disant synonymes de "Progrès". Un tiers des parents américains sont en outre déjà enclins à penser que les vaccins peuvent causer l'autisme. Et cela les inquiète à fort juste titre dans un pays où les taux d'autisme explosent (1 enfant sur 50 et 1 garçon sur 31!). Les rassurer à tort protégera certes TEMPORAIREMENT les intérêts des fabricants mais ne fera que retarder l'éclatement inéluctable de la bulle vaccinale.

 

L'acteur Jim Carey a courageusement commencé son discours à la tribune lors du rallye "Green Our Vaccines" par la question suivante " Je voudrais commencer ce discours en posant au Centre de Contrôle des Maladies cette question: "A quel point pensez-vous que nous soyons stupides? "

 

Aux Etats-Unis, les gens descendent plus facilement dans la rue et certains scientifiques et hommes politiques ne craignent pas de s'unir à des citoyens pour protéger la santé des enfants.

 

 

Voir aussi les articles complémentaires suivants:

 

Ethique vaccinale & prostitution de la Science

 

La sécurité des vaccins pose vraiment problème: les officiels le savent

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA