Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 16:01

Tous ces "experts" qui conseillent sans hésiter des politiques de vaccination massives en savent-ils vraiment assez? Ces médecins "leaders d'opinion" qui influenceront ensuite tous les autres parlent-ils vraiment en toute connaissance de cause quand ils affirment, de façon assez systématique du reste, qu'assurément, "les avantages l'emportent très nettement sur les risques" ?

 

Comment peut-on évaluer ce rapport bénéfices/risques si tout un pan des données relatives aux risques reste tout simplement ignoré?

 

Voilà des questions qui paraîtront saugrenues à certains. Mais songez-y bien, surtout à la lueur d'un exemple parmi tant d'autres, particulièrement révélateur s'il en est...

 

Dans un article relayé en mars dernier sur le site de la chaîne américaine CBS, on peut en effet lire la position d'un expert officiel en matière de risques vaccinaux. De quoi tomber des nues, vraiment!

 

L'article en question parle d'une nouvelle étude sur le lien entre autisme & vaccination, parue dans le Journal of Immunotoxicology.

 

 

Helen-Ratjczak.jpg

On peut ainsi découvrir qu'une scientifique, ayant précédemment travaillé dans l'industrie pharmaceutique, Helen Ratajczak, a pris la peine d'effectuer un travail que personne n'avait encore jamais pris la peine de faire: passer en revue les données scientifiques depuis les premières descriptions médicales de l'autisme, en 1943, afin d'évaluer toutes les hypothèses causales de cette maladie.

 

Elle ne s'est ainsi pas limitée à la seule investigation du lien entre le mercure des vaccins (thiomersal) et l'autisme. Mme Ratajczak, dans son article, évoque divers mécanismes comme les mutations ou les déplétions génétiques, les infections virales, l'encéphalite post-vaccinale. De cela se dégage donc deux grands phénomènes: des causes génétiques et des causes inflammatoires (neurologiques).

 

L'article de cette chercheuse discute également du nombre potentiel de vaccins coupables et de l'accroissement constant du nombre de vaccins préconisés en-déans une courte période de temps (vaccins de l'enfance). Dans une interview, le Dr Ratajczak rappelle que son travail s'est beaucoup focalisé sur les phénomènes d'hypersensibilité et de déséquilibres du système immunitaire.

 

Le Dr Brian Strom, de l'Université de Pennsylvanie, qui a fait partie du panel d'experts de l'Institut de Médecine (IOM) qui a conseillé le gouvernement en matière de sécurité vaccinale dit que les vaccins sont scientifiquement liés à l'encéphalopathie (dommage cérébral) mais non scientifiquement liés à l'autisme. Il estime donc que la compilation de données qu'a faite Ratajczak n'a rien de particulièrement pertinent. "C'est un examen de théories. La science est basée sur des faits. Pour tirer des conclusions sur les effets d'une exposition des personnes, vous avez besoin de données sur les gens. Les données sur les gens ne supportent pas le fait qu'il y ait une relation. Et donc, toute spéculation à propos d'une explication d'une relation qui n'existe pas n'est pas pertinente."

 

 

Mais Ratajczak se penche aussi sur un sujet qui a peu fait l'objet de discussions jusqu'à présent: la présence d'ADN humain dans les vaccins.

 

Ratajczak rappelle ainsi que dans le même temps où les fabricants retiraient le mercure de la plupart de leurs vaccins, ils commençaient à utiliser de l'ADN humain pour la production de ces produits. Or des tissus humains (donc aussi de l'ADN humain) sont actuellement utilisés pour la production de 23 vaccins différents.

 

Ratajczak discute du lien entre l'augmentation des taux d'autisme et le début de la présence d'ADN humain dans le vaccin ROR et suggère que les deux pourraient être liés.

De plus, la scientifique rappelle qu'un pic additionnel d'autisme est survenu en 1995, année où le vaccin contre la varicelle fut produit à partir de tissu foetal humain.

 

Pourquoi l'ADN humain pourrait-il potentiellement engendrer des dommages d'ordre neurologique? Selon cette chercheuse, c'est en raison du caractère homologue (car humain) de cet ADN qui pourrait ainsi interférer et même s'incorporer dans l'ADN de l'hôte (le sujet vacciné). Une fois cet ADN modifié, celui-ci peut être le foyer d'une inflammation permanente car il va commander la synthèse de substances altérées qui ne seront plus reconnues comme étant les nôtres. Or ce sera au niveau des neurones que cette expression défectueuse de cet ADN ainsi modifié sera la plus forte et donc le phénomène inflammatoire le plus présent. Un phénomène pouvant s'étendre sur toute la durée de vie du sujet.

 

Le Dr Strom a dit qu'il n'était pas au courant que des vaccins contenaient de l'ADN humain (!!) mais a dit à CBS: "Cela n'a pas d'importance...Même si de l'ADN humain est retrouvé dans les vaccins, ça ne veut pas dire qu'il cause l'autisme."  Ratajczak a admis qu'il n'était pas prouvé que cet ADN causait l'autisme mais, de la même façon, il n'a pas été prouvé que ça ne pouvait pas être le cas et donc le débat scientifique reste ouvert.

 

Le site de CBS  a le mérite de rappeler aussi qu'"un certain nombre de scientifiques indépendants ont rapportés avoir été l'objet de campagnes de dénigrement orchestrées alors qu'ils s'occupaient de dossiers relatifs à la sécurité des vaccins, particulièrement quand cela touchait à l'autisme." CBS qui a demandé à Mme Ratajczac comment elle en était venue à s'intéresser à cette question de l'autisme. Celle-ci leur a répondu que, du temps où elle travaillait dans l'industrie pharmaceutique, elle était restreinte à ce qu'elle était autorisée à publier. "Je suis pensionnée à présent."a-t-elle dit à CBS. "Je peux écrire ce que je veux."

 

CBS explique sur son site qu'ils voulaient voir si le Centre de Contrôle des maladies (CDC= organisme américain officiel) souhaitait mettre à l'épreuve le travail de Ratajczac puisque beaucoup d'officiels du gouvernement et des scientifiques ont laissé entendre que les théories liant l'autisme aux vaccins ont été réfutées et que les recherches de Ratajczac montrent le contraire. Les officiels du CDC ont répondu à CBS qu'un examen complet par le CDC... prendrait encore un peu de temps. Et ils ont fourni à CBS plusieurs liens avec leurs affirmations habituelles.

 

 

Cette réaction du Dr Strom, un des experts officiels ayant conseillé le gouvernement américain en matière de sécurité vaccinale est véritablement préoccupante : voilà quelqu’un chargé de soi-disant évaluer les risques alors qu’il ignore jusqu’à la nature des composants des produits qu’il est censé évaluer! Et malgré son ignorance, il a encore l’arrogance et la témérité d’affirmer que « cela n’a pas d’importance mais même si c’est le cas… ». Cela fait tout à fait penser à la réaction qu’avait eue Xavier Decuyper, directeur de l’Agence fédérale belges des médicaments et produits de santé lors de l’émission de février 2010 de Pascale Bollekens (Question à la Une) : au cours de cette émission en effet, Mme Bollekens avait demandé à Mr Decuyper s’il était au courant qu’il y avait eu 7 décès au cours des essais cliniques du vaccin Pandemrix  et celui-ci avait dit ne pas être au courant mais que, même si c’était le cas, il fallait essayer de « relativiser et que cela pouvait être dû à tout autre chose que le vaccin. »

 

De la même façon, le Pr Ramet, président de la Société belge de Pédiatrie, affirmait dans La Libre du 17 mars qu’il n’existait aucun danger avec le vaccin polio injectable ce qui, là aussi, n’est tout simplement pas conforme aux données scientifiques actuelles et donc contraire aux faits sur lesquels une véritable Science devrait reposer.

 

Mais les exemples ne manquent pas. Ainsi, ces propos du Dr Strom peuvent aussi faire penser à ceux du Pr Yves Van Laethem, chef de clinique d’infectiologie au CHU Saint-Pierre et membre du Conseil Supérieur de la Santé (CSS) au cours de l’émission « Le Forum de Midi » (RTBF Radio la Première) du 23 mars 2011, au cours de laquelle il disait ne pas avoir connaissance de risques de paralysies avec le vaccin anti-polio injectable. Et ce sont ces personnes qui ont officiellement en charge la sécurité publique et l’évaluation de la sécurité des vaccins pour tous !

 

Tout récemment encore, l’Académie française de Pharmacie affirmait aussi péremptoirement : « toutes les études ont réfuté la responsabilité du ROR dans la survenue d’effets secondaires graves. » Pourtant, ses avis sont considérés et pris en compte par les autorités…

 

Autre exemple : le site www.mongeneraliste.be qui se présente notamment comme « un site d’information crédible et libérée d’influences commerciales » et dont le rédacteur en chef, le Dr Patrick Tréfois est également secrétaire de rédaction et éditeur responsable de la revue Vax Info (qui bénéficie d’un soutien illimité de la part de GSK) ne parle, en matière d’effets secondaires du vaccin ROR que de « douleur/brûlure au site d’injection, fièvre fugitive, forme atténuée de rougeole ou de rubéole, douleurs articulaires passagères » sans aucune mention des effets secondaires graves pourtant répertoriés dans la littérature médicale officielle.

 

En conclusion, on peut se rendre compte que les exemples sont très nombreux où les experts officiels conseillent sans savoir. Ils ignorent l’ampleur et l’étendue possibles des risques mais continuent malgré tout de prétendre que « les bénéfices l’emportent très largement sur les risques » ce qui est au mieux risible, au pire dramatique mais dans tous les cas irresponsable quand on a en charge la sécurité du public. Ce genre de situations où se mêlent à la fois l’arrogance, l’ignorance et l’incompétence s’apparente exactement à celle où des guides prétendument expérimentés se proposeraient de guider des touristes le long d’une falaise escarpée tout en ayant un bandeau sur les yeux. Et quand on sait que ces affirmations des « leaders d’opinion » seront majoritairement reprises en cœur par un cortège de « médecins perroquets » ou de « médecins moutons suiveurs », ça fait tout simplement froid dans le dos et ça rappelle ô combien la liberté ou, à tout le moins, la clause de conscience sont indiscutablement nécessaires!

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Médecins
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA