Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 12:15

VACCINS :

Quels risques?

 

cinq-flacons.jpg

 

Par Catherine J. Frompovich, 10 juillet 2013

 

L’édition du 29 juin 2013 du Lancet présente un article particulièrement intéressant avec comme titre: «  L’Ukraine risque une flambée de poliomyélite » [1]. Cet article a bien entendu attiré mon attention et suscité chez moi d’autant plus de curiosité que plusieurs des dernières épidémies de polio se sont précisément déclarées après des campagnes de vaccination. Tout particulièrement en Inde en avril 2012 où il a été signalé que « les cas de paralysie sont montés en flèche après l’introduction du vaccin polio oral. » [2]. Les conclusions des médecins indiens ont été publiées dans The Indian Journal of Medical Ethics.

 

Il convient en outre de signaler que les médecins ont fourni cette information troublante :

 

« En 2011, il y a eu, en Inde, 47.500 nouveaux cas de paralysies flasques aiguës (NPAFP) cliniquement indiscernables des paralysies provoquées par la polio, mais deux fois plus meurtrières. L’incidence de ces paralysies NPAFP était directement proportionnelle aux doses de vaccin polio oral reçues. [3] [Commentaire en italique de l’auteur]. La paralysie flasque aiguë non polio (NPAFP) est une autre dénomination pour une paralysie que la médecine ne veut pas voir associée à la poliomyélite et qui peut apparemment être contractée soit par le vaccin antipoliomyélitique oral ou par des tiers qui entrent en contact avec des sujets vaccinés. Les maladies contre lesquelles un enfant est vacciné peuvent être contractées par le vacciné lui-même, ou se propager à d’autres. [4],[5] à partir de vaccins comme celui de la rougeole, de la rubéole, de la varicelle, du vaccin oral contre la polio, du vaccin Flumist (grippe) et peut-être du vaccin contre le rotavirus (RotaTeq). » [6]

 

Apparemment le CDC a dû admettre que :

 

« De 1980 à 1999,  162 cas confirmés de poliomyélites paralytiques ont été rapportés. Parmi ces 162 cas, huit se sont produits à l’extérieur des Etats-Unis et ont été importés. Le dernier cas importé et provoqué par le virus sauvage de la polio aux Etats-Unis a été signalé en 1993. Les 154 cas restants ont été associés au vaccin antipoliomyélitique, donc causés par le vaccin antipoliomyélitique oral vivant (OPV) » [7]. [Commentaire en italique de l’auteur de l’article].

 

Le 19 juin 1999, le New York Times publiait ceci:

 

« Un Comité Consultatif Fédéral Américain a recommandé de remplacer le vaccin antipoliomyélitique oral par la version injectable dans le but de réduire le risque de contracter la maladie paralysante. » [8]

 

Alors, pourquoi tous ceux qui connaissent les faits au sujet des vaccins, en particulier les groupes pro-vaccins comme la Fondation Bill & Melinda Gates [9] parcourent-ils le monde pour distribuer le vaccin antipoliomyélitique oral ? Est-ce que les 47.500 cas de paralysies flasques aiguës (NPAFP) en Inde n’ont pas fait comprendre que les vaccins, notamment le vaccin oral contre la polio ne sont pas dignes de confiance pour empêcher des paralysies de se produire quel que soit le nom que l’on puisse leur donner ? Le Brésil [10], le Nigéria [11], le Pakistan [12] ont connu des campagnes de vaccination antipoliomyélitique (orale) et ont aussi connu des poussées de paralysies flasques aiguës non polio (NPAFP). Mais pas un mot de tout cela dans la presse « libre » américaine qui semble être contrainte de ne pas signaler pareils problèmes de santé publique résultant des vaccinations. Ces informations effraieraient à tel point les parents que ceux-ci prendraient leurs distances vis à cis des vaccinations. Cette information finit cependant par se transmettre de bouche à oreille.

 

En cette année 2013, un tribunal italien a accordé, en dédommagement, une indemnisation de 200.000 Euros à une famille dont la petite fille de six-mois est décédée après avoir reçu le vaccin obligatoire hexavalent, ainsi que deux autres vaccins facultatifs. [13] Selon le site Examiner.com, le tribunal, se basant sur les avis d’une série de spécialistes, a pu établir une relation causale entre le vaccin hexavalent et le décès de la petite fille…

 

Le vaccin hexavalent comprenait les valences suivantes : polio, diphtérie, tétanos, hépatite B, coqueluche et haemophilus. [14]

 

Pour en revenir  à l’article du Lancet, qui évoque le risque de polio en Ukraine, ce que je trouve personnellement très intrigant, c’est que l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) et l’UNICEF se demandent pourquoi le tiers des parents ukrainiens sont contre les vaccinations. Il n’est pas impossible que partout dans le monde, les parents commencent à comprendre les risques que peuvent comporter les vaccinations. Comme le notait l’article du Lancet, il est possible que beaucoup de parents avouent en privé être conscients des risques que peut comporter le fait de ne pas faire vacciner leurs enfants, mais ils ajoutent qu’ils préfèrent prendre ces risques plutôt que ceux des vaccins. [15]

 

En outre, que feraient les parents, s’ils savaient que le vaccin contre les oreillons aux USA ne correspondait pas à ce qu’il aurait dû être, et que le gouvernement américain a poursuivi le fabricant Merck en justice parce que :

 

« Les scientifiques affirment que Merck aurait escroqué le gouvernement américain en lui faisant acheter, chaque année, et pendant dix ans, quelque quatre millions de doses de vaccin ROR faussement étiquetées. Situation qui a contribué à provoquer les deux dernières épidémies d’oreillons que ce vaccin était supposé prévenir. »[16] [Commentaire en italique de l’auteur de l’article].

 

Pour ceux qui veulent en savoir davantage sur le manque d’efficacité du vaccin contre les oreillons, il suffit de consulter l’article du Dr S. Humphries MD.

 

Soit dit en passant, si des lecteurs ont été choqués parce qu’ils ont récemment découvert au sujet des écoutes téléphoniques, de l’espionnage des mails aux Etats-Unis,  etc. qu’ils essaient d’imaginer ce que pourraient éprouver ces personnes si elles savaient comment fonctionne la science des vaccins et tout particulièrement si elles étaient informées de l’identité de ceux qui financent les études ayant trait à « l’efficacité » des vaccins avant que celles-ci ne soient présentées pour approbation à la FDA. - Voir ici.

 

Il est probable que rien n’est plus éclairant par rapport aux questions qui se posent en Ukraine que ce qui suit :

 

« Il existe un autre obstacle important à l’augmentation des taux de vaccination et c’est le personnel de santé lui-même. Certains médecins commencent à révéler ouvertement des arguments contre la vaccination. L’Organisation Mondiale de la Santé elle-même reconnaît qu’elle a identifié une certaine apathie parmi le personnel de santé par rapport à la promotion de la vaccination. – cette attitude remonte au scandale de 2008. Nitzan explique dans le Lancet : « Nombreuses sont les personnes faisant partie du personnel de santé qui ne font plus la promotion active des vaccinations. Ces personnes craignent, comme en 2008, que si elles vaccinent une personne qui finit par tomber malade, ce soit sur elles que la faute risque de retomber. »[17]

 

Un scandale concernant la vaccination en 2008 ? Se pourrait-il qu’ils s’en réfèrent à ce qui s’est passé au Brésil quand le Ministre de la Santé Jose Gomes Temporao a décidé de lancer une campagne de vaccination, ou à ce qui s’est passé en Argentine avec le vaccin contre la rubéole ? (Selon LifeSitenews.com , 14 août 2008)

 

C’est Temporao qui a organisé un programme obligatoire de vaccination pour 70 millions de Brésiliens, une des plus vastes campagnes de vaccination de l’histoire.

 

Adolfo Castanéda (Human Life International) note qu’il y a deux ans, des chercheurs ont trouvé que le vaccin contre la rubéole qui avait été utilisé au cours d’une campagne similaire en Argentine contenait de la gonadotrophine chorionique humaine (HCG).

 

Quand le corps reçoit de la gonadotrophine chorionique (HCG) dans un vaccin, il la perçoit comme un intrus et crée des anticorps qui luttent contre la présence de cette hormone. C’est donc la réponse immunitaire de l’organisme qui se retourne contre la grossesse provoquant ainsi des avortements (les personnes deviennent stériles). [18]

 

La question du HCG argentin ne devrait-elle pas être considérée comme crime contre l’humanité ? Et cependant, beaucoup de parents continuent d’ignorer que les vaccins contiennent de nombreux produits toxiques, alors qu’en fait ils devraient obligatoirement en être informés. Combien de personnes sont réellement informées de ce que contiennent les vaccins ? Je parle de tous ces problèmes dans mon nouveau livre « Vaccination Voodoo, What YOU Don’t Know About Vaccines » qui va paraître sur Amazone en août 2013.

 

[…] Personne ne devrait accepter que l’on introduise quoique ce soit dans son corps et tout spécialement des vaccins a) dont le potentiel cancérogène n’a pas été évalué, dont on ne sait pas s’ils pourraient entraîner la stérilité ou des malformations. b) qui peuvent provoquer les maladies mêmes qu’ils sont censés prévenir, ou  c) qui contiennent des produits toxiques qui peuvent interférer avec les processus vitaux.

 

Au cours des dernières années, quand des épidémies de rougeole et de coqueluche se sont produites aux Etats-Unis, les autorités sanitaires ont tenté de rejeter la faute sur les enfants non-vaccinés. Or, selon les statistiques 90% ou plus des enfants qui faisaient une coqueluche étaient complètement vaccinés. Quelles conclusions tirer  de pareille situation ? Pour les autorités sanitaires, cela veut dire que les enfants ont besoin d’encore plus de vaccinations ! – Il semble qu’au plus on administre de vaccins, au plus les enfants courent le risque de faire des maladies chroniques. Les parents commencent à réaliser la chose qu’ils soient d’Ukraine, d’Inde ou des Etats-Unis. Par contre, ceux qui poussent à la consommation de vaccins ne semblent pas ou ne veulent pas comprendre ce qui se passe.

 

Personnellement, je pense qu’il existe un moyen précis et efficace pour convaincre les parents et c’est une étude rétrospective de l’état de santé des enfants non vaccinés  comparativement aux enfants qui ont reçu tous leurs vaccins.

 

On pourrait croire qu’en cette ère de la science que des études auraient pu prouver l’efficacité des vaccins, que ce type même d’études auraient dû être réalisées par les Services de Santé, les Centres de Contrôle des Maladies et de Prévention, par la Food and Drug Administration pour, une bonne fois pour toutes, prouver d’une manière claire et précise la justesse de la stratégie vaccinale au lieu de simplement l’affirmer ou d’obliger le peuple à y croire.

 

Je suis chercheur et j’ai connaissance qu’il existe des cohortes d’enfants non vaccinés aux Etats-Unis et en Europe qui pourraient participer à des études. Je souhaiterais que pareilles études soient entreprises au plus tôt par les autorités de Santé et sans la participation de Big Pharma. Les consommateurs, les enfants, les parents ont le droit de connaître les faits. Ils ne doivent pas s’incliner simplement parce que c’est Big Pharma qui l’a décrété. Il ne serait que juste également de s’interroger sur le fait que cette étude aurait dû être réalisée depuis belle lurette.

 

Notes:

[1] http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(13)61469-5/fulltext
[2] http://digitaljournal.com/article/323371
[3] Ibid.
[4] http://www.cdc.gov/flu/professionals/acip/laiv-shed.htm
[5] http://www.vaccineriskawareness.com/Vaccine-Shedding
[6] http://insidevaccines.com/wordpress/2008/02/24/secondary-transmission-%EF%BB%BFthe-short-and-sweet-about-live-virus-vaccine-shedding/
[7] http://www.cdc.gov/vaccines/vpd-vac/polio/dis-faqs.htm
[8] http://www.nytimes.com/1999/06/19/us/change-in-polio-vaccines-is-recommended.html
[9] http://en.wikipedia.org/wiki/Bill_%26_Melinda_Gates_Foundation
[10] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9292105
[11] http://www.kevinmd.com/blog/2009/08/did-the-oral-polio-vaccine-cause-an-outbreak-in-nigeria.html
[12] http://www.homeopathyworldcommunity.com/forum/topics/oral-anti-polio-vaccine-opv-in-pakistan
[13] http://www.examiner.com/article/baby-s-family-awarded-damages-after-hexavalent-vaccine-ruled-cause-of-her-death
[14] Ibid.
[15] http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(13)61469-5/fulltext
[16] http://www.forbes.com/sites/gerganakoleva/2012/06/27/merck-whistleblower-suit-a-boon-to-anti-vaccination-advocates-though-it-stresses-importance-of-vaccines/
[17] Ibid
[18] http://www.lifesitenews.com/news/archive//ldn/2008/aug/08081407

 

Source: Naturalblaze.com

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

Docteur X 16/07/2013 08:07

J'en profite pour rappeler que la polio peut être une maladie bénigne si on laisse faire la nature, et si on respecte la fièvre élevée qui accompagne naturellement l'infection.
A 39°5, la réplication virale cesse complètement: les virus se multiplient de 2 à 500 fois plus vite à 37°C qu'à 39°.
Ce sont bien les antipyrétiques qui donnent à la maladie sa gravité; et donc les médecins eux-mêmes...
Voir cet excellente archive de l'INRA d'Igor Barrère et du professeur Lwoff (prix Nobel de virologie) dans les années 70 (l'essentiel est autour de 10'):
http://www.ina.fr/video/CPF86644119/la-virulence-des-virus-video.html
Donc, que ce soit polio ou toute autre affection virale, respectez la fièvre, en la contrôlant bien sûr si elle s'approche des 40°C. Je constate d'ailleurs dans ma pratique que sans antipyrétiques,
mes petits patients guérissent trois fois plus vite. C'est ce que disaient nos grand-mères: en cas de grippe, on se colle au fond du lit, on transpire un bon coup, et voilà le travail!

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA