Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 19:55

On ne reviendra jamais assez sur les tentatives diverses et nombreuses que l'establishment utilisera de plus en plus à l'avenir pour continuer à tout prix à vous fourguer de plus en plus de vaccins en dépit des réticences croissantes. Une des astuces de choix de l'establishment consistera incontestablement à lisser l'image violente (d'effraction) des vaccins pour les banaliser... or quoi de mieux que l'idée de patches autocollants à cet égard?!

La dangereuse tromperie des "vaccins sans aiguilles"

Alors que le public comprend en effet de plus en plus que:

 

- Les vaccins ne sont pas la panacée ou l'outil préventif indispensable qu'on a voulu faire croire;

 

Les vaccins court-circuitent et abîment clairement le système immunitaire en le leurrant et en ne respectant pas le mode d'entrée classique des microbes naturels dans l'organisme (l'injection court-circuitant les étapes cutanéo-muqueuses initiales);

 

Les vaccins sont bien davantage une affaire de pouvoir et d'argent qu'une affaire de santé;

 

Le business des vaccins est énorme avec des pharmas qui ont près de 300 projets de nouveaux vaccins dans leur pipeline et les préparations incessantes aux pandémies vont bien sûr de pair avec ce business car faire peur avec une "grande méchante pandémie" est évidemment une des rares ficelles de choix sur lesquelles l'establishment peut espérer tabler pour redorer substantiellement l'image des vaccins et tenter de les refaire passer pour vitaux aux yeux de l'opinion publique;

 

- Les pressions vaccinales sont tout à fait disproportionnées au regard des risques statistiques dus aux maladies naturelles;

 

- Le corps médical est de plus en plus mal à l'aise car il veut piquer et continuer à s'enrichir sans pour autant assumer les risques juridiques associés à son non respect du droit des patients à un consentement libre et éclairé;

 

Dans ce contexte, il est clair que les patches vaccinaux (qui inclueront bien des nanoaiguilles perçant le derme de façon anti-physiologique!) sont une "merveille" de perversité qui contribuera à banaliser le geste vaccinal aux yeux des plus crédules, c'est-à-dire d'une majorité de sujets ("plus d'aiguille, plus de mal lors de l'administration, donc c'est que c'est anodin"!) mais surtout qu'ils amèneront une dilution totale et dramatique de la responsabilité car ce sera au final les patients qui seront sommés d'apporter les preuves qu'ils se sont bien auto-administrés ces patches dans le triste confort de leurs habitations. Et comme d'habitude, pour ne rien changer, tous les désastres qui découleront de ce type de procédé vaccinal relifté seront étiquetés de malheureuses "coïncidences" car soyons bien certains que la sécurité de ces nouveaux vaccins ne sera absolument pas améliorée par rapport aux vaccins actuels dont les essais cliniques pré-autorisation de mise sur le marché sont déjà biaisés de fond en comble...

 

Un petit exemple pour que vous vous rendiez vraiment mieux compte de la pertinence qu'il y a à refuser fermement ces faux nouveaux progrès que l'on vous présentera sous peu car rien ne vaut les informations concrètes et immédiatement vérifiables...

 

Voici le type d'article racoleur que vous trouverez sans peine dans les médias et surtout, surtout, à sa suite, le type d'information VITALE sur les dangers concrets que ces patches vous feront bien sûr encourir mais que vous ne trouverez sans doute jamais dans aucun média....

 

25 mai 2015. Par Alexis Chavetnoir

 

Un patch qui permet la vaccination sans seringue !

 

Les vaccins sauvent des vies mais la plupart d’entre eux sont délivrés par piqûre. Si certains ont une peur bleue des seringues pour d’autres, c’est le manque de moyens sanitaires qui posent souvent problème. Kasia Sawicka, une bio-ingénieure américaine, vient d’inventer une alternative indolore. Un patch appelé ImmunoMatrix qui peut vacciner sans percer la peau.

 

Voici l’ImmunoMatrix, un patch révolutionnaire qui peut fournir des vaccins et d’autres médicaments par voie intradermique (dans la peau), sans aiguille. Non seulement il est indolore et à peu près aussi effrayant qu’un pansement, mais le patch peut être auto-administré. Facilement transportable et ne nécessitant pas de conditions de stockage frigorifiques aussi strictes que les vaccins traditionnels, le patch et sa forme solide de vaccin est stable à température ambiante pendant au moins huit semaines. De plus, il ne produit pas de déchets comme les aiguilles et les seringues, un énorme avantage lorsqu’on fait face à une pandémie infectieuse comme la récente épidémie d’Ebola.

 

La peau ne pouvant pas absorber de grosses molécules facilement, l’ingénieure s’est penchée sur un polymère appelé polyvinylpyrrolidone qui absorbe l’eau de manière très efficace. Elle a constaté que la polyvinylpyrrolidone pouvait également agir sur la peau. De ce fait, lorsque le patch est posé sur la peau, la couche externe permet à des molécules plus grandes de s’insérer dans l’organisme.

 

Depuis près de 10 ans, Kasia Sawicka met au point un processus qui consiste à combiner le polymère avec une solution de vaccin. Les premiers tests effectués sur des rats et des peaux humaines synthétiques montrent que le patch permet à la peau d’absorber 250 fois plus de molécules qu’à l’accoutumée.

 

Cette technologie peut radicalement changer la façon dont les vaccins sont délivrés, en particulier durant les pandémies et permettrait aux pays les plus pauvres faisant face au manque d’infrastructures (transport, réfrigérateur, clinique) d’avoir un accès rapide à la vaccination.

 

Source : Sciencepost.fr

 

La polyvinylpyrrolidone (PVP) : Risque pour la santé

 

Si le monomère est cancérigène et très toxique pour la vie aquatique, l'additif E1201, de forme polymère, serait inoffensif, mais il contient des traces de forme monomère préoccupantes. Ces résidus sont aujourd'hui théoriquement limités à 10 mg/kg d'additif. Au Centre International de Recherches sur le Cancer, la polyvinylpyrrolidone est « inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'homme », tandis que l'Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse (ARTAC, France) la classe parmi les additifs certainement cancérigènes.

 

Utilisations

 

E1201 est listé comme raffermissant, stabilisant et agent de dispersion, le codex Alimentarius l'attribue à certains spiritueux (bières comprises), vinaigres, concentrés pour boissons aromatisées, édulcorants de table (jusque 3 000 mg/kg), chewing-gums (jusque 10 000 mg/kg), compléments alimentaires (sans limite (BPF)) et fruits frais traités en surface.

 

L'industrie répertorie également la polyvinylpyrrolidone dans les cosmétiques (fixateur capillaire, liant, antistatique, émulsifiant, etc.), et certains produits pharmaceutiques. Comme telle, elle est utilisée dans les plasmas sanguins ou comme adjuvant en raison de sa solubilité dans l'eau et les solvants polaires[5]. Son aptitude à former des films est remarquable. Les domaines d'application sont vastes et vont des produits d'hygiène (shampoing, dentifrice…) au papier pour imprimantes photo et peintures[6],[7],[8].

 

Source : Wikipedia

 

Commentaire d’Initiative Citoyenne : Cette « brillante » chercheuse ne voit sans doute pas où est le problème puisque les vaccins sont de toute façon dispensés de test de leur potentiel cancérogène ; elle ne voit sans doute pas non plus où est le problème de rajouter dans la peau de l’humanité toute entière (qui croule déjà sous les produits toxiques divers, cosmétiques, « sanitaires », « alimentaires » si on peut appeler encore ça de l’alimentation,.. etc.) un surplus de produits chimiques cancérigènes car en cas de cancer, on dira que c’est juste « la faute à pas de chance » ou à force, que c’est juste « normal » ou « dû à l’âge/au vieillissement » et que c’est « multifactoriel » donc on ne sait pas pointer vraiment LE responsable. Face à pareille absurdité, voyons ENFIN clair et rendons-nous compte que ces chercheurs ont le cerveau lessivé et qu’ils ont perdu tout bon sens et tout souvenir du principe hippocratique de base « D’abord ne pas nuire »… Fuyons donc ces mauvais génies qui ne feront juste que semer un peu plus de malheur sur terre…

 

Voir aussi

 

Vaccins par nanopatches: l'arme ultime pour combattre la défiance envers les vaccins?

 

Le système d'administration sans aiguille de vaccins par nanopatch: miracle ou menace?

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 14:07

Enfants victimes de vaccins défectueux :

un grand procès s'ouvre en France

 

240 familles françaises ont porté plainte après que leur enfant ait été vacciné avec un produit défectueux contenant des métaux lourds dangereux pour la santé. (Sud Ouest21 septembre 2015)

Le vaccin Méningitec est aujourd'hui retiré du marché  © AFP PHILIPPE MERLE

Le vaccin Méningitec est aujourd'hui retiré du marché © AFP PHILIPPE MERLE

Vacciner des enfants contre la méningite avec des lots défectueux, contenant des métaux lourds, a-t-il eu des conséquences sur leur santé ? La justice civile de Clermont-Ferrand examinera mardi les plaintes de 240 familles qui ont assigné le distributeur français du Meningitec.

 

"On va demander au cours de cette audience des expertises pour chaque enfant", a expliqué Me Emmanuel Ludot, qui défend 80 familles, avant une deuxième audience, prévue le 20 octobre. 

 

Ces familles venues de toute la France reprochent au laboratoire CSP (Centre Spécialités Pharmaceutiques), situé à Cournon-d'Auvergne (Puy-de-Dôme), d'avoir acheminé des seringues contenant du vaccin Méningitec, défectueuses car contenant des résidus de métaux lourds. 

 

Symptômes persistants

 

Des analyses capillaires ont permis de détecter des concentrations de plomb, étain, silicium et aluminium dans les cheveux des personnes vaccinées. Ces dernières, dont de très nombreux enfants, souffriraient depuis de symptômes persistants (diarrhées aiguës, nausées, irritabilité, fortes poussées de fièvre, troubles du sommeil, éruptions cutanées...). 

 

"Quand mon médecin me l'a prescrit pour ma fille, alors âgée d'un an, je lui ai fait confiance", a raconté Coralie, une mère de famille habitant la région rennaise, qui viendra mardi à l'audience avec d'autres parents. 

 

Le vaccin a provoqué chez la fillette des réactions en chaîne : "Je me suis retrouvée toute seule avec mes inquiétudes. J'ai appelé mon médecin, mon pharmacien, ils n'étaient pas au courant. Le laboratoire ne m'a pas non plus donné plus de réponse", a-t-elle dit. 

 

En furetant sur internet, elle découvre que 21 lots de ce vaccin, produit par le laboratoire américain Nuron Biotech, ont été retirés du marché à titre de précaution le 24 septembre 2014, par l'intermédiaire de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

 

"Scandale sanitaire"

 

"Encore hier, ma fille (aujourd'hui âgée de 2 ans et demi), pleurait à chaudes larmes, pliée en deux, à cause de migraines abdominales, dont on ne connaît pas l'origine", a déclaré Coralie, qui a retrouvé sur la toile d'autres parents de victimes. 

 

"On est très inquiets. Les métaux lourds, on ne s'en débarrasse pas comme ça. Quand on démarre sa vie à 2 ans avec des métaux lourds dans le corps, je me demande quelles seront les conséquences pour ma fille dans 10 ans", s'est-elle alarmée. 

 

Pour Me Ludot, le dossier du Meningitec est un "scandale sanitaire". "Il y a eu dans ce dossier des failles à tous les niveaux, des pharmaciens en passant par les laboratoires, les autorités sanitaires. Tout le monde a été curieusement négligent", a affirmé cet avocat du barreau de Reims.

 

"Comment expliquer que ce vaccin ait été encore prescrit trois mois après le retrait théorique des lots défectueux?" s'est-il interrogé. 

 

Des négligences à plusieurs niveaux

 

Selon lui, le distributeur auvergnat est "le premier maillon d'une longue chaîne".

 

"Dans ce dossier, il y a d'abord le problème de la vente de ce vaccin : des pharmaciens ont continué à le vendre alors qu'ils étaient informés de son retrait. Il y a eu aussi des retards dans l'alerte pour des raisons économiques évidentes. Les vaccins frelatés étaient connus depuis au moins un an", a-t-il ajouté. 

 

"Ce n'est pas une erreur de manipulation qui est en cause, mais le vaccin lui-même. Il semble bien que ce dernier, qui est d'ailleurs depuis retiré du marché, comportait des nanoparticules", a-t-il précisé. 

 

D'autres procédures judiciaires liés à ce même vaccin sont également en cours en Italie, au Brésil, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

 

Source: Sud Ouest

 

Pour bien comprendre cette actualité et sa portée exacte, il est essentiel d'avoir aussi à l'esprit que même lorsqu'ils ne sont pas déclarés défectueux, ces vaccins contre le méningocoque sont de 80 à 800 fois plus risqués que la maladie naturelle sur base des chiffres officiels français. En outre, TOUS les vaccins (pas seulement ceux contre le méningocoque) ont un dénominateur commun qui explique leur insécurité fondamentale et qui réside dans la méthodologie tout à fait biaisée qui est employée pour les évaluer au cours des essais cliniques avant leur commercialisation. C'est là que tout le problème se joue vraiment... Or ici, on ne parle que de vaccins encore plus dosés ou contaminés en métaux lourds et autres poisons. Voyons donc pour une fois au-delà du seul arbre qui cache la forêt des vaccins toxiques et réalisons que TOUS les vaccins, en tant qu'ils sont tous composés de produits toxiques aux effets profonds et durables insuffisamment évalués, consistent, en s'additionnant les uns aux autres, à remplir un grand VASE toxique qui ne peut que finir par déborder à court moyen ou long terme, plus ou moins rapidement selon les susceptibilités individuelles et l'état d'intoxication préalable des sujets vaccinés. Cette façon d'envisager le problème qui est criante de pertinence (jusqu'à preuve scientifique valable du contraire) permet d'ailleurs d'expliquer parfaitement pourquoi des parents ont parfois l'impression que leur enfant "supportait" très bien ses vaccins jusqu'au Xème vaccin (de trop) qui fait alors tout basculer de façon irréversible, laissant ces parents dans un état d'incompréhension et de perplexité le plus total.

 

Voir aussi:

 

La pétition des parents sur le vaccin Meningitec prend de l'ampleur (+ update pour écrire aussi à vos députés)

 

Vaccin Meningitec. 550 familles au coeur d'une affaire troublante (article Paris Match)

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 20:46

Vivre avec le Gardasil:

Ma fille n'est plus que l'ombre d'elle-même

 

Par Alicia Davis Boone, Maryland, 21 septembre 2015

 

Avant le Gardasil

Avant qu’elle ne reçoive le Gardasil, ma fille était une athlète marante, confiante dans la vie. Elle pratiquait le football 3 à 4 heures par jour. Elle avait prévu de se spécialiser dans ce sport. Elle était tellement pleine de vie ! Son amour et sa passion pour les animaux maltraités l’a poussée à vouloir ouvrir son propre refuge pour animaux. Elle faisait des rêves tout en ayant des objectifs clairs et des plans pour y parvenir.Tout cela jusqu’à ce qu’elle reçoive le vaccin Gardasil.

 

C’est en janvier 2010 qu’elle a commencé la série des vaccins. Elle a reçu son second vaccin le 31/3 et le 10/5 nous avons dû consulter un médecin à la suite de ses difficultés respiratoires et de douleurs terribles dans les côtes et dans le dos. Depuis cette date, notre cauchemar n’a cessé de s’aggraver.

 

La vie d’Autumn après le Gardasil

 

Elle a continué à avoir des épisodes de terribles douleurs dans les côtes et dans le dos. Il ne lui était plus possible de se tenir debout ou de respirer profondément. Ces douleurs duraient jusqu’à 4 semaines. Nous devions sans cesse nous rendre aux urgences. Au cours de l’une de ces visites, on découvrit une masse de 6X12X9 dans le muscle abdominal sous la côte. Les médecins ont pensé qu’elle souffrait peut-être d’un cancer des os. Ils l’ont gardée jusqu’au lendemain pour faire une biopsie des os, mais le lendemain matin la masse avait disparu. Les médecins n’ont pas pu donner d’explications et n’ont pas poussé plus loin leurs investigations.

 

Sa vie a donc continué avec de constantes douleurs à la jambe et au genou. Elle souffrait aussi de fortes contractures musculaires, de douleurs articulaires, de congestion chronique, de maux de gorge, de douleurs à l’oreille, avec pertes régulière d’audition, des infections de la vessie, de sensibilité à la chaleur, des sensations de faiblesse quand elle prenait un bain ou une douche. Elle était de suite essoufflée quand elle montait quelques marches ou quand elle parlait trop longtemps. Elle avait des migraines insupportables qui la faisaient pleurer de douleur. Il arrivait aussi que son cœur s’accélère, qu’elle éprouve des douleurs à la poitrine et une sensibilité anormale à la lumière et au son.

 

 

Eruptions pétéchiales après le Gardasil

Elle souffrait aussi de lymphoadénopathie, d’espèces de petites « coupures » qui saignaient plus de 20 minutes, d’ecchymoses, d’éruptions pétéchiales. Parfois ses pieds devenaient mauves et froids. Les cycles menstruels étaient longs et difficiles. En plus de tout cela, elle souffrait de fatigue chronique. Elle dormait parfois 20 heures par jour, éprouvait des sensations bizarres de la peau, des lèvres. Des éruptions cutanées récurrentes couvraient son corps, y compris la muqueuse de la bouche et du nez,lui créant des difficultés respiratoires qui nous obligeaient à nous rendre aux urgences. Elle avait aussi des problèmes d’estomac qui provoquaient des ballonnements graves qui auraient pu faire croire qu’elle était enceinte de 6 mois. Ses douleurs étaient débilitantes, elle n’avait pas d’appétit, perdait du poids. Elle avait de fréquentes nausées : elle vomissait du sang et de la bile. Elle demandait que l’on ait pitié d’elle et demandait à mourir.

 

Autumn a vécu avec une paralysie de l’estomac qu’elle risque de garder pour le restant de ses jours. Pour le commun des mortels, il est difficile d’imaginer être incapable d’absorber de la nourriture et de souffrir de malnutrition chronique.

 

Avec Autumn, on a tout tenté pour lui permettre d’un peu retrouver la vie qu’elle avait avant de se faire vacciner. Mais finalement, elle a été forcée de quitter le football et l’école. Elle a reçu le diagnostic de dépression et d’anxiété. Elle continuait de souffrir de perte extrême de mémoire, d’insomnie, de sérieux problèmes cognitifs. Elle éclatait parfois en colère. Elle s’est finalement mutilée elle-même à la suite de tout ce qu’elle devait endurer jour après jour.

 

Les bénéfices du Gardasil l’ont-ils emporté sur les risques ? Absolument pas ! Qu’en est-il aujourd’hui de cette communauté médicale ? Ils disent avec désinvolture que notre fille est un cas compliqué et ne donnent aucune réponse nous souhaitant bonne chance en nous renvoyant chez nous.

 

S'il vous plaît, avertissez les autres!

Comme tant d’autres familles nous avons été livrés à nous-mêmes pour essayer de faire tout ce que nous pouvions. Il n’y a jamais eu la moindre reconnaissance que le Gardasil ait pu être la cause de la longue liste de terribles effets secondaires qu’a dû subir Autumn. Cette jeune femme a dû souffrir et se demander pourquoi tout cela lui était arrivé à elle et pourquoi aucun médecin n’a semblé se soucier véritablement de son cas.

 

Notre famille essaie de tout faire pour l’aider au maximum. La chose est loin d’être facile, mais c’est notre fille et nous l’aimons tellement.

 

Au fond de nos cœurs, nous savons que si nous avions pu retourner en arrière, notre fille n’aurait jamais reçu ces vaccins Gardasil et aujourd’hui notre vie serait parfaite pour elle comme pour nous. Si seulement… !!

 

S’IL VOUS PLAIT, PARTAGEZ ET DIFFUSEZ L’HISTOIRE D’AUTUMN- PUISSIEZ-VOUS CONTRIBUER A EVITER A D’AUTRES DE VIVRE PAREILS TOURMENTS .

 

Source: SaneVax

Après le Gardasil, ma fille n'est plus que l'ombre d'elle-même
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 14:58

La vérité sur les vaccins ne peut être cachée plus longtemps

 

Sherri Tenpenny, DO, AOBNMM, ABIHM, 18 septembre 2015

 

Les partisans de la vaccination défendent toujours les trois mêmes positions :

 

1. « J’ai vu mourir des enfants d’une maladie qui aurait pu être évitée par la vaccination. »

2. « Les enfants vaccinés sont protégés. »

3. « Le fait que VOUS vous fassiez vacciner m’empêche MOI de tomber malade. »

 

Examinons chacun de ces points :

 

1. Il peut arriver que des enfants meurent d’une infection. Cette vérité est délicate et ne peut en aucune manière minimiser le drame de la mort d’un enfant (ou d’un adulte). Mais le fait qu’il existe un vaccin pour un agent pathogène particulier ne signifie pas automatiquement que « la maladie peut être évitée par la vaccination ». Il existe de nombreux exemples de maladies et même de décès qui se produisent chez des enfants complètement vaccinés. Ce qui est complètement occulté dans la discussion, c’est le nombre de ceux qui sont handicapés à vie ou qui sont décédés après avoir reçu des vaccins. Pourquoi ces histoires dramatiques ne sont-elles pas reprises par les grands médias ?

 

2. Les enfants vaccinés sont protégés. Le public accepte généralement et totalement le fait que les enfants vaccinés ne seront pas malades et que tous les enfants non vaccinés contracteront l’infection. Aucune exception n’est envisageable d’un côté comme de l’autre. Franchement, aucun de ces arguments ne s’avère exact. Beaucoup d’enfants vaccinés tomberont quand même malades et attraperont la maladie contre laquelle ils ont été vaccinés. Les non-vaccinés tombent rarement malades… d’une infection « évitable par la vaccination » ou même de tout type d’infection. Les enfants non vaccinés prennent rarement des médicaments de manière habituelle et n’ont que très rarement des problèmes de santé à long terme.

 

3. Le fait que VOUS vous fassiez vacciner m’empêche MOI de tomber malade. Prenez s’il vous plaît la peine de réfléchir une minute. Ceci pourrait être un des trucs, un des subterfuges les plus énormes de tous les temps. Les preuves scientifiques sont là pour prouver  que des individus qui ont reçu des vaccins à virus vivants tels que le ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole), le rotavirus, la varicelle, le zona, la grippe (par voie nasale) peuvent excréter le virus pendant des semaines ou même des mois et peuvent infecter des personnes vaccinées et non vaccinées. Et, si je suis vacciné et que vous avez une mauvaise alimentation, que vous fumez, que vous ne vous lavez pas les mains, comment mon vaccin pourra-t-il vous empêcher de tomber malade ?

 

Ce concept a été largement diffusé parmi le personnel des soins de santé dans la plupart des états où ces personnes  doivent absolument recevoir le vaccin contre la grippe pour garder leur emploi.  En 2013, une méta-analyse de huit études montrait qu’il existait peu de preuves que la vaccination du personnel de santé offrait une protection pour les patients. Les travailleurs prennent donc tous les risques d’effets secondaires et les patients n’en retirent aucun bénéfice. Plus d’information sur ces études ICI.

 

La vaccination a été acceptée comme étant une protection sûre et efficace, alors qu’en vérité, aucune de ces prémisses n’a pu résister à un examen approfondi de la question. Les arguments des pro-vaccins sont régulièrement battus à plate couture. L’insistance à diaboliser les non vaccinés est totalement inappropriée et la vaccination forcée est la pire forme d’intimidation. La vaccination est devenue la vache sacrée médicale, elle est définie comme étant « une procédure médicale qui est, de manière injustifiée, à l’abri de la critique ». Les médecins et les patients qui s’autorisent à remettre les vaccins en question sont ridiculisés et marginalisés. Il est hérétique de suggérer que le statu quo est erroné.

 

La véritable « pseudo-science » vaccinale est enfin exposée pour ce qu’elle est : des anecdotes élaborées par les représentants de la Santé publique, de l’OMS, du CDC, puis régurgitées par des professionnels médicaux sous-informés à un public naïf dans le but de remplir les poches de l’industrie pharmaceutique.

 

Réveillez-vous les Américains (Note d’Initiative Citoyenne : et pas que les seuls Américains !). Votre ADN même est en train de se corrompre. A moins que nous nous levions et nous nous impliquions pour mettre fin à ces projets de loi – y compris celui qui concerne une marge de la population des adultes – nous aurons le gouvernement que nous méritons  et qui sera celui qui exigera de tout un chacun : «  montrez-nous votre carnet de vaccinations » !

 

Photo by GovernmentZA

 

Source: The Edgy Truth

La vérité sur les vaccins ne peut être cachée plus longtemps

Sherri TENPENNY : Le problème du placebo

 

« Le vaccin Gardasil contient beaucoup d’aluminium. Cet aluminium provoque de nombreux effets secondaires neurologiques comme aussi des effets secondaires locaux : gonflements, rougeurs, problèmes dans le bras qui a reçu l’injection.

 

Au cours des premiers essais du Gardasil, le premier groupe a reçu le Gardasil et le second groupe a reçu un placebo avec de l’aluminium.

La vérité sur les vaccins ne peut être cachée plus longtemps

Au vu des résultats, on a déclaré que le groupe qui avait reçu le Gardasil présentait le même nombre d’effets secondaires que le groupe placebo. On en a conclu que le vaccin était aussi sûr que le placebo. Ceci n’est rien d’autre qu’un mensonge parce qu’on a utilisé un produit chimique toxique en lieu et place d’une solution saline, stérile qui devait être complètement neutre. »

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 22:37

L’Université, nouveau temple de la pensée unique et du politiquement correct

 

Grâce à un matraquage éhonté, une rumeur bien étayée par une apparence scientifique et bien diffusée par les commerciaux, grâce aux techniques de communication, peut désormais charpenter un discours planétaire afin  de justifier certaines décisions gouvernementales. (Dr Boris  Cyrulnik – Médecin psychiatre)

 

Préambule

 

La faculté de médecine de Genève est aujourd’hui le temple et le siège du dogme politiquement correct, la vaccination sa nouvelle religion et sa papesse, la doctoresse Claire-Anne Siegrist. Les sceptiques sont considérés comme membres de sectes1 hérétiques et les médecins dissidents comme de vulgaires  charlatans. C’est une  vision réductionniste.

 

« Le dogme réductionniste mène à une « intelligence parcellaire, compartimentée, mécaniste, disjonctive, qui brise le complexe du monde en fragments disjoints, fractionne les problèmes, sépare ce qui est relié... Qu’il s’agit là, d’une intelligence à la fois myope, presbyte, daltonienne, borgne ; qui finit le plus souvent par être aveugle. Elle détruit dans l’œuf toutes les possibilités de compréhension et de réflexion, éliminant aussi toutes chances d’un jugement correctif ou d’une vue à long terme...Incapable d’envisager le contexte..., l’intelligence réductionniste aveugle rend inconscient et irresponsable. » Edgar Morin - Le besoin d’une pensée complexe, in 1966-1996, La passions des idées », Magazine littéraire, Hors-série, décembre 1996.

 

« Il faut penser global. Or aujourd’hui, vous avez toujours des experts, des spécialistes qui s’expriment, favorisant une réflexion compartimentée et parcellaire. » (Edgar Morin – l’Hebdo -27.08.15)

 

Pour comprendre la tactique permettant de museler toute information qui dérange, il faut en démonter les rouages l Selon M. Paul Moreira  (Les nouvelles censures - Ed. R.Laffont - 2007), on procède comme suit, à l’instar de l’Inquisition  du Moyen-Age :

 

« D'abord, cacher la vérité.  Si la vérité apparaît, contrôler les sources et faire pression sur les médiateurs capables de la relayer, les menacer, les terroriser, les séduire, les acheter. Si la vérité est diffusée par les médias, contrôler l'impact sur l'opinion et mettre tout en œuvre pour qu'elle ne soit pas entendue, et surtout qu'elle ne crée pas une émotion populaire ».

 

En pratique, comment s’y prend-t-on pour appliquer partout ces aimables directives : tout d’abord, les labos pharmaceutiques se chargent de noyauter les centres médicaux. Avec l’aval des politiques libérales, qui favorisent la  privatisation de secteurs entiers de la recherche scientifique, ils peuvent ensuite asservir l’Université et édicter les programmes de recherches pharmacologiques qui rapportent de l’argent. Puis, on dévoie les comités des revues scientifiques, d’où l’on évacue systématiquement tous les articles qui ne plaisent pas, tout en assurant la mise en condition des médecins, sous couvert de colloques ou de congrès dans des lieux de rêve et leur offrant par exemple du matériel informatique alléchant.

 

Dans ce contexte rigide et cloisonné,  il est totalement illusoire d’imaginer pouvoir y faire pénétrer un nouveau concept. Dans un récent numéro d’une revue dissidente, Causette (hors-série août-septembre 2015) sous le titre : Tous manipulés ? 100 pages de désintox, on peut lire le constat du Pr Philippe Even :

 

À la question : Comment est assurée la campagne d’un nouveau médicament ? Il répond : « Les lobbies peuvent compter sur leurs consultants, des médecins qu’ils payent pour ça. Ce sont des médecins expérimentés, parfois très charismatiques, qui jouissent d’une certaine notoriété. On ne finit par ne plus entendre qu’eux. Ces leaders d’opinion ont parfois l’impression d’être des missionnaires au service de cette nouvelle religion. »

 

On peut y lire aussi: Certains de nos professeurs sont le bras armé de l’industrie pharmaceutique dans les amphis et le formatage des étudiants commence très tôt. Et plus loin: L’industrie pharmaceutique tient la plume du médecin qui rédige l’ordonnance !

 

Aujourd’hui, la foi en la vaccination commence à s’émousser : une pétition anti-vaccination, dénonçant les effets nocifs des adjuvants, a vivement enflammé la Toile depuis sa publication. Face à la polémique, Marisol Touraine, la ministre de la santé française, pour qui sans vaccination point de salut, est passée à l’attaque, en décrédibilisant l'initiative de son auteur, le Professeur Henri Joyeux.  Ce dernier lui a rétorqué, à juste titre, qu’en tant qu’économiste, elle ne connaissait rien à la santé !

 

Pour les pharmas, c’est donc le moment de réagir, il est urgent de stopper dans les plus brefs délais la suspicion naissante à l’égard des vaccins, en ne lésinant pas sur les moyens : le coup d’envoi publicitaire fut donné ce 15 septembre à Genève avec 3 conférences offertes au grand public.  C’est à la grande prêtresse des vaccins, Anne-Claire Siegrist qu’est revenu l’honneur d’inaugurer en grande pompe ce cycle de promotion avec sa conférence  - Avec ou sans vaccin, un choix de société.

 

Rappelons à ceux qui l’ignorent les liens qui unissent la Faculté de médecine genevoise aux pharmas. La doctoresse A.C. Siegrist - experte attitrée des médias - est titulaire de la chaire de vaccinologie de la faculté de Médecine Genève, (unique en Europe), créée et subventionnée par le laboratoire Aventis-Pasteur, l’un des plus grands fabricants de vaccins et fournisseur de l’OMS.  Par ce lien financier, Mme Siegrist s’engage à défendre la cause de son sponsor et à  faire relayer le message par une presse plus que  docile. (Dr. Choffat – Hold Up sur la Santé)

 

La Tribune de Genève, semble avoir signé un pacte d’allégeance avec les HUG, vu la fréquence et l’espace qu’elle réserve en permanence aux propos tranchés et aux affirmations outrancières de la doctoresse A.C. Siegrist.

 

Sa présentation magistralement orchestrée, organisée en collaboration avec la ville de Genève, qui a décerné à la Doctoresse C-A. Siegrist le prix Culture et Société pour 2015, donna à Madame Sigrist l’occasion d’apporter la bonne parole à un auditoire dévot, afin de promouvoir l’importance de la vaccination sur les maladies mortelles, et de ses multiples vertus, en occultant délibérément leurs effets secondaires et en traitant les sceptiques d’ignorants dangereux et les collègues dissidents de mauvais médecins.

 

Le 15 septembre, on a donc pu assister à l’université, en présence du gratin bien pensant de la faculté, à une opération de séduction réussie, illustrant de façon flagrante les propos précités.

 

La conférence, résumée et adaptée

 

Après une brève introduction du nouveau recteur qui prétend ouvrir l’université à l’interdisciplinarité  et nous vante la création d’un Institut de Santé globale (dont le directeur est un ancien collaborateur de l’OMS), l’adjointe à la culture rempile et fait un panégyrique de la lauréate, dont le prix  récompense ceux qui savent innover en ouvrant les portes de l’avenir et contribuent au rayonnement de notre cité.

 

La parole est enfin donnée à la conférencière qui nous confie ses priorités :

 

1. Assurer la relève en formant des étudiants, 

2. Développer le carnet de vaccination électronique.

 

Puis, je n’entrerai pas dans le détail, (voir article de la Tribune de Genève – 12-13 sept.2015); elle parle de 4 virus qui l’interpellent en tant qu’épidémiologiste :

 

1. La polio, non éradiquée à cause des intégristes de tout bord, (pas à l’insalubrité des eaux et aux guerres.)

2. Le virus Ebola et la mise au point réussie du vaccin grâce à son staff.

3Les méfaits de la rougeole, à cause des irresponsables qui refusent des vacciner leurs enfants, etc... on connaît sa rengaine. Elle a quand même dit que la rougeole était dangereuse pour les enfants en mauvaise santé, alors, malgré les soins de la vaccination, nos enfants seraient-ils majoritairement en mauvaise santé ?

4. Le virus de l’hésitation vaccinale, le plus important, car pour l’instant, on n’a pas encore trouvé d’antidote. Il est très contagieux, représente 2 à 5% de la population et il se répand un peu partout, et il affecte toutes les catégories sociales, ce sont des gens sincèrement convaincus. Ce virus est le plus dangereux, et ceux qu’il contamine sont aussi de dangereux adversaires, car ils se croient bien informés, ce qui n’est pas le cas, ils sont très actifs et font de la propagande sur internet.

 

C’est très important d’avoir une chaire de vaccination, car il faut éduquer les gens. Il faut tenter de comprendre pourquoi les parents refusent de vacciner leur enfant et font courir des risques à leurs proches; la coqueluche, la grippe, la rougeole, ce n’est pas banal !!

 

La perception des risques n’a rien de rationnel. Le fait que grâce aux vaccins, les maladies disparaissent semble jouer un rôle, les gens minimisant la dangerosité de la maladie. Quant à l’Internet, son rôle est très néfaste, car cela diffuse de fausses informations, et colporte des faits sans références scientifiques crédibles sur les vaccins et provoque la défiance et la peur.

 

Pour elle, qui le clame haut et fort, il n’y a aucune corrélation entre :

 

- Les vaccins et l’autisme

- Les vaccins et la sclérose en plaques,

- Les vaccins et les effets secondaires dus au Gardasil

- Les vaccins et l’aluminium ou autre

- Les vaccins et la mort subite du nourrisson

- Les vaccins et l’émergence du cancer chez les enfants et adolescents

 

Si deux événements se suivent, c’est souvent le hasard ! Par exemple, si vous trouvez une vache dans l’eau, flottant à côté d’un dauphin, ça ne veut pas dire que les vaches sont des animaux marins, la vraie explication, c’est sans doute que la vache est tombée d’un bateau, ou que le bateau a fait naufrage, vous voyez !

 

Quels sont les facteurs qui influencent cette hésitation vaccinale, difficile à comprendre et à contrer :

 

La philosophie de vie, le contexte social, le rapport de confiance avec le thérapeute, la justesse de l’information, la sécurité liée à la composition des vaccins.

 

Quelles parades utiliser pour contrecarrer cette opposition :

 

Il faut donner une formation de base à  des professionnels, et former des conseillers en santé.

 

Nos étudiants en médecine par leur haute compétence, seront le nerf de la guerre, la courroie de transmission de notre  message.

 

Par exemple, les pédiatres sont de très efficaces relais et montrent l’exemple en vaccinant massivement leurs enfants !

 

Il faut cibler la population dans son ensemble, les enseignants, les journalistes, les autorités, les biologistes! Utiliser les compétences des professionnels de la communication.

 

Le virus de l’incrédibilité vaccinale augmente le coût de la santé, comme ce fut le cas dans la dernière épidémie de rougeole, mais il s’agit malheureusement d’une évolution sociétale inéluctable.

 

Afin d’améliorer la perception du choix vaccinal pour les citoyens, il faut fournir une information éclairée, créer des centres d’information participatifs de Santé collective.

 

Prenons exemple sur la stratégie efficace mise en place par les services de santé britanniques pour imposer la vaccination contre le cancer de l’utérus au plus grand nombre. Grâce à des moyens publicitaire énormes, qui ont ciblé les cabinets médicaux, les pharmacies, les journaux, les écoles, et aussi parce que les représentants de la santé publique sont allés à la rencontre des parents et de adolescentes pour les convaincre du bienfondé de ce vaccin, le résultat a été obtenu : 93,5% de couverture vaccinale.

 

En Suisse, la publicité éhontée et le matraquage  médical qui a en effet accompagné la  campagne  de promotion pour la  vaccination de tous les jeunes de  notre pays contre  le papillomavirus fournit un bon exemple de désinformation et lavage de cerveau.

 

Mme Siegrist est-elle consciente qu’elle avalise cette entreprise de marketing pharmaceutique et de manipulation frauduleuse appelée bourrage de crâne ?

 

A l’issue de cette conférence, l’éloquence de la conférencière a porté ses fruits, l’auditoire est majoritairement convaincu que Mme Siegrist  va sauver l’humanité du désastre.

 

Et à ma consternation, j’ai pu constater que sa pensée formatée trouve un écho favorable même au niveau de nos élites, qu’on croyait à l’abri des pensées arbitraires.

 

Après qu’on ait déjà inventé un médicament pour chaque émotion, le rêve de Mme Siegrist, c’est de fournir un vaccin pour chaque maladie, présente et à venir. Ce qui consiste à se vacciner contre la vie elle-même.

 

Ma conclusion

 

Systématiquement traité de sectaire si on a l’audace de s’interroger sur le rôle éventuel des vaccinations dans l’émergence des nouvelles maladies, il faut se rendre à l’évidence: les vaccins restent à l’heure actuelle un sujet absolument tabou.

 

Pour les vaccinalistes, tous les effets secondaires décrits, et potentiellement liés à une vaccination ne sont que coïncidences fortuites, aucune évidence scientifique, le déni est constant, c’est la faute à pas de chance ! On appelle ça  mentir par omission !

 

Bien  entendu, on peut toujours considérer systématiquement que les patients qui prétendent être victimes des effets secondaires des vaccins sont des affabulateurs hypocondriaques et que les médecins qui les cautionnent sont de dangereux illuminés et que tout ceci est du ressort de la psychiatrie.

 

Le Dr J. Wagensberg (dir. Musée de la Science, Barcelone) prétend qu’ « Un savant doit savoir avant tout qu’une vérité peut être changée et il en cherche de nouvelles. »

 

Face aux chantres inconditionnels de la théorie vaccinale qui défendent aveuglément des théories controversées par d’autres, aucune place n’est offerte pour un débat loyal, avec toutes les parties en présence. Pour l’instant, pas moyen de se faire entendre dans ce cadre universitaire figé.

 

La plupart des médecins subissent un tel endoctrinement qu’ils en deviennent totalement incapables de discernement ou alors ils manquent de courage pour se manifester, par peur de représailles et de mise au ban.

 

Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

 

Certains médecins, et pas les moindres, se posent des questions et essayent de se faire entendre,  ils ne sont pas les bienvenus. Ceux qui émettent des réserves sur la vaccination tous azimuts sont systématiquement tenus à l’écart, ils n’ont aucun moyen de s’exprimer ni dans la presse, ni sur les ondes et encore moins à la télévision.

 

L’aide des journaux est indispensable  pour relayer l’info, mais dans la presse accréditée, impossible de lire ou d’exposer un avis divergent ou simplement plus nuancé ; reste la page des lecteurs, parfois un blog et pour le reste, se référer aux publications subversives comme Nexus, Books, puisque les critiques sont bannies des revues scientifiques officielles.

 

Quant aux associations de patients, elles sont majoritairement financées par les pharmas.

 

Quelle santé voulons-nous offrir en héritage aux générations futures ?

 

On nous dit que la Suisse figure parmi les pays les plus performants en matière de santé : moyenne d’espérance de vie élevée, très faible taux de mortalité infantile, taux de médecins pour mille habitants le plus haut du monde...etc.

 

Pourtant la santé des adolescents est alarmante : allergies, asthme, dépression, anorexie, boulimie, hyperactivité, suicide, etc... Les statistiques sont inquiétantes :

 

Un article émanant du Fonds National de la recherche scientifique (n°104) nous alerte : Le cancer est l’une des principales causes de décès chez les enfants et chez les adolescents !

 

Alors, vaccination et cancer, simple coïncidence ? Sans doute, telle est la rançon à payer par la 3ème génération de vaccinés !

 

En attendant qu’un hypothétique vaccin contre la bêtise soit éventuellement mis au point, cessons de jouer à l’apprenti sorcier, mais briser les tabous est une entreprise de longue haleine. 

 

Le rôle des associations de patients consiste à fournir sans restrictions les informations nécessaires pour que chacun puisse se forger lui-même une opinion et ce rôle, nous l’assumons.

 

Si le public doit à tout instant être en mesure de comprendre clairement si l’information qui lui est transmise est d’ordre  scientifique ou procède d’une démarche publicitaire, ce n’est pas forcément à la sauce concoctée par Mme Siegrist !

 

Aujourd’hui, vacciner tous azimuts n’est donc pas la solution unique, d’autres alternatives existent : de nouvelles thérapies scientifiques, basées sur des concepts biologiques révolutionnaires permettent, elles aussi, de prévenir, guérir et maintenir un capital santé optimum, tout en augmentant notre immunité naturelle. Elles devraient nous permettre de résister à la plupart des maladies infectieuses. Elles jouent en plus le rôle d’antidote efficace face aux effets secondaires consécutifs aux vaccinations.

 

Quant aux médecins récalcitrants ou dissidents, les brebis galeuses du corps médical ? 

 

Pr Montagnier, Pr Belpomme, Pr Even, Pr Debré, Dr Emmanuelli, Dr Frachon,  Dr Spinosa, Dr Curtay, etc...

 

Quant aux 420 médecins qui lancent une pétition contre le Gardasil, vaccin actuellement hautement controversé, faut-il employer les grands moyens pour faire taire ces dissidents, faut-il systématiquement les discréditer et les menacer de leur retirer leur diplôme, comme tente de le faire chaque fois qu’il en a la possibilité l’Ordre des médecins français, représentant de ces nouveaux inquisiteurs, garants de l’ordre établi ?

 

Faut-il rappeler que ces médecins ont réussi leurs études et qu’ils ont obtenu un doctorat, au même titre que leurs pairs.

 

Même le brillant Linus Pauling (double prix Nobel, Chimie et Paix) ne fut pas à l’abri des sarcasmes et  n’ayant pas voix au chapitre, nous a mis en garde :

 

« Ne permettez pas que les autorités médicales ou les politiciens puissent vous induire en erreur. Recherchez les faits et prenez vos propres décisions pour vivre heureux et travailler pour un monde meilleur. »

 

Edith Gallay, Présidente de l’association Spasmophilie Entraide, Genève, septembre 2015. 

 

1 Définition de secte selon le Petit Larousse: groupe animé par une idéologie doctrinaire. Selon le petit Robert : ensemble de personnes qui ont la même doctrine au sein d’une religion -  Ensemble de personnes qui professent une même doctrine.

 

Par conséquent, les vaccinalistes convaincus sont des gens affreusement partiaux et leur attitude n’est guère différente que celle qu’on attribue généralement aux sectes. On entre en vaccination comme on entre en religion. On peut retourner aux médecins vaccinalistes  les mêmes  critiques  qu’ils adressent eux-mêmes à l’encontre de leurs collègues homéopathes : aveuglement, sectarisme, entêtement …

 

Edith Gallay est titulaire d’une licence en chimie-biologique, avec une mention spéciale en endocrinologie, obtenue en mars 1964 à l’Université de Genève. Elle a  poursuivi sa formation aux USA dans le domaine des sciences de la nutrition, puis dans la détection de traces de pesticides et encore dans l'étude les enzymes de la digestion. De retour en Europe, elle a fait partie d’une équipe de recherche de pointe à la Faculté des Sciences de l'Université de Genève dans le domaine de la biologie moléculaire.

Alors que les personnes les plus indépendantes, compétentes et intéressantes ne sont jamais relayées par les grands médias, les experts adoubés par les firmes reçoivent quant à eux toutes les tribunes qu'ils veulent...

Alors que les personnes les plus indépendantes, compétentes et intéressantes ne sont jamais relayées par les grands médias, les experts adoubés par les firmes reçoivent quant à eux toutes les tribunes qu'ils veulent...

Un bon exercice: comparez par exemple les explications ci-dessus et l'interview d'Edith Gallay (ici et ici) au discours affligeant et surrané du Dr Siegrist à qui des médias offrent encore la possibilité de leurrer son monde avec de belles phrases trompeuses...

Vaccins: l'endoctrinement commence dès l'université
Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 21:03

A tous les parents qui vont docilement payer leur pédiatre pour faire vacciner leurs enfants, nous leur disons que leurs enfants méritent au moins qu'ils passent deux petites heures à écouter bien attentivement la conférence suivante de Sophie Guillot, Présidente d'Info Vaccins France. Comparez ensuite ce que vous aurez appris dans la vidéo suivante au discours stéréotypé que le pédiatre lambda vous régurgitera. Si vous payez le médecin, vous avez le droit de rentabiliser la consultation par des questions utiles à la santé de vos enfants. Ces questions que vous poserez vous permettront peut-être, en jaugeant les "compétences" du médecin vaccinateur, d'éviter le décès ou le handicap irréversible de vos enfants...

Vaccins & législation. Conférence de Sophie Guillot d'Info Vaccins France à Montpellier le 6 septembre 2015.

Voici aussi ci-dessous la vidéo de la maman d'Ariane Lochu, victime du Gardasil à laquelle Sophie Guillot fait référence dans sa conférence: 

Dans certains cas, même sans être obligatoires dans la loi, des vaccinations peuvent être considérées à tort comme indispensables en raison d'une désinformation éhontée du public (personnel soignant compris)

Et alors, pour répondre encore davantage à une des questions d'un participant à cette conférence (dans la seconde moitié de la vidéo) qui demandait "mais quel est LE problème avec les vaccins (supposément en général donc)" ?, il faut vous référer à l'article suivant qui explique et démontre quel est LE problème de fond avec TOUS les vaccins qui ont tous un même dénominateur commun à leur insécurité et qui réside au niveau des essais cliniques mis en oeuvre et de leur méthodologie précise.

 

Merci à Sophie Guillot pour cette brillante conférence qui rétablit bien des vérités et continuons à informer tous autant que nous sommes autour de nous. Nous sauverons ainsi à coup sûr des vies et des santés tout en protégeant les droits les plus élémentaires des générations futures. Toute obligation vaccinale est non seulement anti-scientifique mais aussi contraire à l'éthique et au droit!

Obligations vaccinales: indéfendables!
Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 21:39

Les anti-vaccins veulent lancer leurs propres garderies d’enfants

 

Par Leah Blanc et Paul Corben, 3 septembre 2015

Des garderies pour enfants non vaccinés: une bonne idée qui fera inévitablement tache d'huile

Nous ne voulons pas empoisonner nos enfants pour de l’argent

 

L’IDEE de démarrer un centre de garderie pour enfants non vaccinés dans la région de North Rivers a été accueillie d’une manière très critique par les experts de la santé qui disent que la non-vaccination met des vies en danger.

 

Juanita Halden « Wanda » explique que l’idée de lancer un tel centre de garderie a été suscitée par les changements dans la politique gouvernementale « Pas de vaccin -  pas de jeu - pas d’indemnités ».

 

Madame Halden précise que l’objectif de Centres pour enfants non vaccinés serait de « prévenir le risque de réactions négatives ou d’infections qui proviendraient d’enfants récemment vaccinés ou le risque de complications ou de décès comme effets secondaires des vaccins. »

 

Mais le directeur des services de santé du NSW, Paul Corben a souligné l’importance des vaccins pour prévenir de graves maladies comme la coqueluche, la rougeole, la diphtérie et la méningite.

 

Il a déclaré que la vaccination a été incroyablement efficace pour réduire la mortalité et la morbidité en Australie et partout dans le monde.

 

« Il existe de très bonnes preuves que les vaccins protègent de ces infections et qu’elles ont sauvé d’innombrables vies », a-t-il déclaré.

 

Madame Halden a souligné avoir déjà reçu des manifestations d’intérêt pour le projet, y compris de la part de fournisseurs de services de garderie privée, comme aussi de parents et de promoteurs immobiliers.

 

« Il a été prouvé dans de nombreux pays que les vaccinations multiples provoquent l’autisme, des réactions néfastes sur la santé, la transmission de maladies contagieuses, des dommages au sang, au cerveau, ainsi que des décès. » a précisé Madame Halden.

 

Ses principales références pour ne pas soutenir les projets de vaccination comprennent la page de Wikipedia (the vaccine Court), un article du Huffington Post, un article non revu par les pairs publié sur le site Pace Law, un site anti-vaccination et deux articles en ligne sur la toxicité du mercure.

 

Madame Halden a expliqué que les changements introduits dans la politique gouvernementale, et qui ont permis aux centres d’accueil de refuser les enfants non vaccinés relevaient de «  l’esclavage médical et de l’abus » et qu’ils étaient proches des « crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et de la violation des droits humains fondamentaux. »

 

Elle a exhorté les parents à effectuer davantage de « recherches indépendantes » en dehors des recherches universitaires sponsorisées par l’industrie pharmaceutique ou des publications gouvernementales.

 

M.Corben a précisé qu’en Australie, les vaccins passent par des évaluations rigoureuses de sécurité et d’efficacité avant qu’ils ne soient approuvés.

 

Il a ajouté qu’au cours des quelques premiers mois de la vie, les nourrissons étaient très sensibles aux infections graves et n’avaient pas encore pu profiter de la pleine protection des vaccinations.

 

«  Il est dès lors vital que les enfants et les adultes autour d’eux soient vaccinés pour enrayer la propagation des maladies évitables par la vaccination. » a-t-il dit.

 

Madame Halden a voulu souligner que l’idée des Centres d’accueil pour enfants non vaccinés n’était qu’un projet qui ne ferait l’objet de recherches et de développement qu’en 2016.

 

Northern Star

Des garderies pour enfants non vaccinés: une bonne idée qui fera inévitablement tache d'huile

13% des pédiatres ne suivraient pas le programme vaccinal du CDC (USA)

 

Etant donné le fait qu’un important pourcentage de pédiatres rejettent au moins quelques vaccins (si pas tous) pour leurs propres enfants et ne suivent donc pas les périodes proposées par le CDC pour vacciner leurs propres enfants, comment serait-il possible de justifier des lois qui n’accorderaient pas le même droit de refus aux parents comme ce qui se passe actuellement en Californie, au New Jersey et ailleurs ?

 

Source : The Healthy Economist

 

Est-ce étonnant que des parents ayant pris la peine de s'informer valablement et ayant découvert que la santé des enfants non vaccinés (0 vaccins) est globalement bien meilleure que celle des enfants vaccinés (moins d'asthme, de diabète, d'autisme, d'épilepsie, de troubles du sommeil, d'infections ORL, de consommation d'antibiotiques etc.) réclament de pouvoir satisfaire la nécessité de faire garder leurs enfants mais sans pour autant hypothéquer irrémédiablement leur santé. Si d'autres parents veulent docilement faire vacciner leurs enfants selon les recommandations en vigueur car ils croient dur comme fer que les vaccins protègeront la santé de leur progéniture, ils ne doivent alors pas du tout ni s'inquiéter ni s'occuper du CHOIX des autres parents libres et responsables, désireux d'ouvrir des structures respectueuses de leur décision souveraine. De nos jours, il n'est absolument plus acceptable que les parents ayant fait l'effort de s'informer de façon indépendante et rigoureuse soient contraints d'adopter contre leur gré les exigences cautionnées par des parents dont la docilité envers le discours officiel finit par confiner à l'irresponsabilité la plus totale. Face au harcèement vaccinal qui ira forcément croissant, espérons un sursaut des foules pour préserver l'essentiel: la santé qui ne va bien sûr jamais sans liberté véritable!

 

Voir aussi

 

Une garderie d'Ottawa offre ses services pour des enfants non vaccinés

 

Cinq vaccins ont tué le petit Sebastian

 

Une petite fille de 4 mois décède après avoir reçu 7 vaccins

 

Ayana, dans le coma le lendemain de sa vaccination par Prevenar & Infanrix hexa ( et entretemps décédée)

 

Livio, handicapé à 80% suite aux vaccins Prevenar et Infanrix quinta

 

Infanrix hexa: le document confidentiel accablant

 

Prevenar: les documents confidentiels accablants

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Vaccins: le vrai scandale des faux placebos

 

Dr Saluzzo de Sanofi Pasteur: "on ne sait pas comment marchent les vaccins"!

 

Ce que les médecins pensent de la vaccination: l'enquête choc de l'INPES

 

La vaccination, un juteux business, aussi pour les médecins

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 21:38

Un nourrisson décède après avoir reçu 5 vaccins

 

Par Augustina Ursino, 5 septembre 2015

Cinq vaccins ont tué le petit Sebastian

Il est très dur de continuer à vivre après avoir perdu un petit chéri à la suite de vaccins. C’est avec un cœur bien lourd que nous voulons partager l’histoire de Sebastian Ryan Morley. Sebastian était un petit garçon en parfaite santé dont la vie a pris fin après les vaccinations de routine. La maman et la grand-maman, de Sebastian ont travaillé de nombreuses années dans les domaines de la santé humaine et  les services vétérinaires. Ce qu’elles ont appris au cours de leurs études, leur a fait croire que les vaccins étaient sans danger. Aujourd’hui plus jamais elles ne vaccineront. Nous voulons remercier la famille pour le partage d’une très importante information dont le public n’a généralement pas conscience.

 

La grand-maman de Sebastian, Valérie Murfin, explique :

 

« Le 11 décembre 2002, quand mon petit-fils eut sept mois, il passa le bilan de santé de ses six mois. Ma fille Natasha, sa maman ne fut pas victime d’intimidation pour faire vacciner son petit garçon. Elle ne fit que suivre ce qu’elle pensait alors être un bon conseil, et ce que nous avons tous pensé, à un moment donné, être un bon conseil.

 

Au cours de la visité médicale, Sebastian a reçu les vaccins suivants : DTCa, Hib, Hépatite B., soit cinq doses de vaccins.

 

Deux jours plus tard, Sebastian a commencé à vomir et à souffrir de jaunisse. Après être devenu tout jaune autour de la bouche, le 15-12-02, sa maman le conduisit chez le médecin parce qu’il était devenu très léthargique. Sur la route qui devait les amener chez le médecin, la maman priait pour que son petit ne décède pas. Ils prirent ensuite la route de l’hôpital St. Peter à Olympia où ils séjournèrent deux jours.

 

Les tests qui furent effectués montrèrent que Sebastian souffrait de troubles du foie. Une échographie ultérieure montra que son foie s’était arrêté de gonfler et il put finalement rentrer à la maison. La maman fut avertie de veiller à ce qu’il ne se cogne pas la tête à gauche ou à droite pour éviter que des hémorragies se produisent.

 

Avant de quitter l’hôpital et après que tous les examens furent terminés, le médecin signala à ma fille qu’il reprendrait contact avec elle parce qu’il supposait bien que Sebastian devait souffrir d’hépatite C. Ceci se passait six jours après que Sebastian eût reçu ses vaccins, soit le 17-12-02. »

 

Le cerveau de Sebastian a commencé à gonfler et ses organes ont cessé de fonctionner

 

« Le 20-12, ma fille reçut un coup de fil qui lui fit immédiatement comprendre qu’il y avait urgence. Elle emmena Sebastian aux urgences de l’hôpital des enfants de Seattle. Sebastian y resta plus d’un mois et souffrit beaucoup.

 

Vers la fin de son séjour, ses yeux ne réagissaient plus et l’un d’eux était terriblement gonflé. Certains de ses réflexes avaient disparu. Je pense que son petit cerveau en avait eu assez de tous ces produits chimiques qu’il avait reçus au cours de son séjour à l’hôpital. Le cerveau de Sébastien avait tellement gonflé que les médecins avaient perdu espoir et voulaient débrancher les machines.

 

A un moment donné, ma fille sortit de la chambre qu’elle occupait, me regarda et me dit : «  Ne les autorise pas à tuer mon bébé, maman !» - J’ai malheureusement dû lui dire que Sebastian était déjà « parti ». C’est alors que j’ai vu la lumière s’éteindre dans les yeux de ma fille.

 

On a débranché les appareils et Sebastian mourut en quelque sorte dans les bras de son papa et de sa maman. Il mourut le 22 janvier 2003 à huit mois et demi, 42 jours après sa visite médicale. Plusieurs organes ont cessé de fonctionner et son petit corps n’a pas pu poursuivre la lutte.

 

Le moment où je vis l’échographie du cerveau de Sebasian a été le moment le plus terrible de ma vie. C’est après cela que ses organes ont cessé de fonctionner. Il fut alors immédiatement mis sous coma artificiel pendant ses cinq derniers jours. Après les trois premiers jours, les médecins lui avaient laissé la possibilité de se réveiller. Les deux derniers jours, il ne lui fut plus possible de sortir de l’anesthésie.

 

En fin de compte, s’il n’avait pas eu tous ces vaccins, rien de tout cela ne serait arrivé.

 

 

Ma fille a mis en cause les vaccins qui avaient été administrés à Sebastian. La première réponse du médecin fut qu’elle n’avait jamais vu cela. Plus tard, ce médecin reconnut que le fait que les vaccins ne pouvaient pas être exclus par rapport au drame qui s’était produit.

 

Le certificat de décès mentionnait : « Insuffisance Hépatique Fulminante d’Etiologie Inconnue », bien que le pathologiste avait clairement précisé : « du fait que cet enfant fut vacciné moins de 24 heures avant l’apparition de ses problèmes, nous ne pouvons PAS exclure que les vaccins puissent être mis en cause. »

 

Autant dire, comme n’importe qui le ferait remarquer que ce sont les vaccins qui ont été responsables. »

 

Les vaccins ont été la seule cause plausible de l’insuffisance hépatique de Sebastian

 

Pendant que Sebastian était dans les services pédiatriques de réanimation de l’hôpital, il fut l’objet de nombreux tests. Il n’existe aucune raison physiologique ou environnementale qui pourrait expliquer son insuffisance hépatique. Quand j’étais à l’hôpital, je n’ai cessé de répéter que Sebastian venait d’être vacciné et qu’il fallait se pencher sur ce problème, mais le personnel de l’hôpital n’y a vu aucun rapport.

 

Ma fille avait déjà fait le lien avec le vaccin quand Sebastian devint malade et fut transporté à l’hôpital et j’ai voulu m’assurer qu’elle était bien au courant.

 

De leur côté les médecins de l’hôpital n’ont cessé de nous dire que les vaccins ne produisent jamais de réactions. Si je n’avais pas mis le sujet sur la table, les médecins n’auraient sûrement jamais pensé à mettre les vaccins dans l’équation.

 

La pédiatre qui s’est occupée de Sebastian a été très utile. C’est elle qui a estimé qu’il était important de signaler les réactions de Sebastian au Système de Notification des Effets Secondaires des Vaccins (VAERS).

 

Nous avons apprécié qu’elle reconnaisse ce qui était arrivé à mon petit-fils, mais la mort de Sebastian ne l’a pas empêchée de continuer à vacciner d’autres enfants. [...]

 

Sebastian est devenu plus malade après chaque vaccin contre l’hépatite B

 

« Quand j’étais à l’hôpital avec Sebastian, j’ai surpris la conversation de deux infirmières dans le hall.

 

L’infirmière des soins néonataux disait à l’autre infirmière de l’unité de soins intensifs : «  Eh bien, nous venons de vacciner tous les bébés, j’espère que nous aurons assez de lits libres », cela voulait dire que certains bébés prématurés qui se portaient bien et qui venaient d’être vaccinés auraient probablement besoin d’être placés sous respirateurs aux soins intensifs. Donc, parce que l’on avait administré le vaccin contre l’hépatite B à ces prématurés, ils n’étaient brusquement plus en bonne santé ! Les médecins et les infirmières sont beaucoup plus conscients des effets secondaires des vaccins qu’ils voudraient nous faire croire. [...]

 

Ce n’est que quatre ans après le décès de Sebastian que nous avons été mises au courant qu’il existait un programme d’indemnisation pour les victimes des vaccins. Comme le délai de deux ans pour introduire une plainte était dépassé, nous n’avons pas pu utiliser ce recours.

 

Ma fille s’est rendu compte qu’elle était enceinte le lendemain des funérailles de Sebastian. Cette petite fille aura bientôt 12 mois en septembre. La petite sœur de Sebastian n’a jamais été vaccinée et est en parfaite santé. La pédiatre qui avait vacciné Sebastian a reconnu ce qui s’était passé et a voulu respecter le choix de ma fille de ne plus vacciner.

 

Nous pensons que c’est le troisième vaccin contre l’hépatite B qui a provoqué le déclin de la santé de Sebastian. Après chaque vaccin contre l’hépatite B, Sebastian est devenu de plus en plus malade. Après son premier vaccin contre l’hépatite B qu’il a reçu deux jours après sa naissance, il a fait une diarrhée et a eu de la fièvre. Il ne prenait plus le sein et finit par être déshydraté. Alors que son bébé avait à peine trois, quatre jours, ma fille était déprimée parce que déjà dès la première semaine , elle se voyait obligée de lui donner le biberon.

 

Après avoir reçu son second vaccin contre l’hépatite B avec les autres vaccins de deux mois, le papa de Sebastian appela la mère du petit pour lui dire que le petit était léthargique et avait de la fièvre.

 

Ce fut ensuite le tour de son dernier vaccin contre l’hépatite B. C’est alors que son foie s’est arrêté de fonctionner.

 

La raison pour laquelle nous pensons aussi que le vaccin contre l’hépatite B a joué un grand rôle dans ce qui est arrivé est le fait que personnellement je ne peux pas être vaccinée parce que mon système immunitaire imite la maladie si on veut me vacciner pour l’empêcher. Je crois que c’est de moi que Sebastian a hérité de cette caractéristique. Son système immunitaire a reconnu l’hépatite et a tué son foie. [...]

 

L’histoire de Sebastian n’a jamais été rapportée dans les médias

 

« Ce n’est pas le type d’histoire qu’un journaliste qui est au services des grands médias va pouvoir publier. A mon point de vue, tant que vous ne connaissez pas une réaction dans votre entourage immédiat, tant que vous n’êtes pas vous-même la victime, vous souhaiterez continuer à croire que ceux qui sont au pouvoir ont vos meilleurs intérêts à cœur. [...]

 

Les vaccins pour les humains sont tout aussi nocifs que les vaccins pour les animaux

 

« J’ai travaillé en médecine vétérinaire pendant 26 ans. J’ai administré des milliers de vaccins à des animaux de compagnie. J’ai peu à peu appris que les vaccins provoquaient de nombreux problèmes. Les doutes que j’ai eus à propos des vaccins pendant des années m’ont amenée à quitter cette pratique vétérinaire pour aller travailler dans un domaine spécialisé où il n’était plus question de vacciner. […]

 

Quand je travaillais à la clinique vétérinaire, j’ai pu constater que 85 à 90% des plus petits chiens en dessous de 20 livres réagissaient au vaccin contre la leptospirose. Les réactions étaient très diverses, certaines meurtrières et durables. Quelques petits chiens mouraient dans les heures qui suivaient la vaccination. Il était bien connu que les Bichons Frisés, les petits chiens à poils blancs pouvaient mourir après la vaccination. De nombreux éleveurs ou propriétaires de Bichons Frisés ne veulent plus vacciner leurs chiens. […]

 

Le vaccin contre la rage est le pire. Il provoquait de nombreux problèmes de santé, y compris des problèmes du système immunitaire ainsi que des problèmes intestinaux. J’ai personnellement été témoin du fait que certains chiens tombaient morts sur la table juste après avoir été vaccinés contre la rage.

 

J’ai aussi, chez les chats, vu une énorme incidence de carcinomes au site d’injection. Derrière les épaules où les vaccins étaient injectés, on voyait apparaitre d’énormes tumeurs. Même quand on avait recours à la chirurgie, ces chats finissaient par mourir…J’ai soulevé cette question à la représentante de la firme qui produit ces vaccins parce que j’étais inquiète par ce que j’observais. Il me fut répondu que je devais vacciner le plus bas possible sur les pattes en notant quelle patte avait été vaccinée et avec quel vaccin. De cette manière, me disait-on, si une tumeur apparaissait, il suffisait d’amputer.

 

A une époque, le vaccin contre la leucémie féline semblait être le coupable. Je crois maintenant que les fabricants de vaccins sont au courant que tous les vaccins peuvent s’avérer problématiques. En général n’importe quel vaccin peut causer des problèmes étant donné qu’ils ne sont pas testés pour leurs potentiels cancérogènes. Maintenant,  je comprends pourquoi on ne peut accuser les vaccins quand un cancer est provoqué.

 

Dans notre famille, on ne vaccinera jamais plus

 

Je me suis toujours demandé si les choses n’auraient pas été différentes si j’avais dénoncé, en dénonçant suffisamment fort  les dangers de la vaccination. Ma fille m’a assuré qu’elle faisait confiance à sa pédiatre et  aurait de toute manière suivi ses recommandations. Maintenant plus personne ne sera jamais vacciné dans notre famille…

 

Aujourd’hui, mon job est de raconter et partager l’histoire de Sebastian tout en luttant contre les obligations que l’on veut nous imposer. Cela prend un temps énorme. Nous devons parler pour ceux qui ne peuvent plus s’exprimer …

 

Je vous en  prie, mes amis, faites vos propres recherches. Informez-vous des risques d’infection de telle ou telle maladie si vous voulez vraiment vacciner. C’est quand il n’est pas perturbé chimiquement que notre système immunitaire fonctionne le mieux. J’encourage tous ceux qui me liront à partager l’histoire de mon petit-fils, Sebastian. C’est là la seule chose qui peut nous aider à supporter sa mort.

 

C’est moi qui ai donné le premier bain à Sebastian dans l’évier de la cuisine. C’est la photo que je préfère. Oh, si je pouvais seulement lui donner un bisous. Il aurait 13 ans cette année.

 

En toute sincérité, il nous manque tellement. Aucun jour ne passe sans qu’il ne soit dans nos pensées. Tous les jours les larmes continuent de couler. Nous donnerions n’importe quoi pour le voir aujourd’hui à l’âge de 13 ans.

 

Ce fut, pour nous, une chose terrible de le perdre. Comme ma fille le dit c’est un peu comme un film pour lequel on voudrait pouvoir revenir en arrière et réécrire le script.

 

La suite de ce drame, je l’espère, jettera un peu de lumière sur la face cachée de cette réalité, et contribuera à mettre fin à l’Holocauste Vaccinal. Nous avons perdu à la loterie vaccinale. Nous espérons que quantités d’autres ne seront pas forcés de subir le même sort.

 

Si une seule personne choisit de se renseigner, si une personne de plus se réveille, si une famille peut échapper à ce drame, alors nous pourrons trouver des bribes de paix. Cela donnera enfin une voix à ce petit garçon qui s’est tu depuis si longtemps.»

 

Nous t’aimons Sebastian. Jamais nous ne t’oublierons

 

Love, Ta grand-maman,

Valérie Murfin

 

Tu seras toujours présent dans nos cœurs

 

Sa maman, Natasha, a écrit : 

 

« Tu me manques tous les jours, mon petit chou. Certains jours sont  plus faciles que d’autres, mais la situation est toujours bien difficile à gérer. La vie de mon petit garçon ressemble un peu à un petit film. Il s’est terminé de la manière la plus triste qui soit. Je ne veux pas que ce drame arrive à qui que ce soit d’autre.»

 

Source: Vactruth 

 

Voir aussi

 

Ayana, dans le coma le lendemain de sa vaccination par Infanrix hexa & Prevenar

 

Livio, handicapé à 80% suite aux vaccins Prevenar & Infanrix quinta

 

Infanrix hexa: le document confidentiel accablant

 

Vaccins hexavalents & oedèmes cérébraux mortels du nourrisson

 

Le vaccin Prevenar est-il un vaccin sûr et sans danger?

 

Méningite C: le vaccin plus risqué que la maladie (les chiffres sont là!)

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Vaccins: le vrai scandale des faux placebos

 

Dr Saluzzo de Sanofi Pasteur: "On ne sait pas comment marchent les vaccins"!

 

La sécurité des vaccins pose vraiment problème: les officiels le savent

 

Vaccination des chats et des chiens: 99% des effets secondaires ne sont pas rapportés

Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 22:33

"Aujourd'hui, je ne cherche qu'à sortir ma fille du cauchemar du Gardasil"

 

 

Une semaine après la première injection du vaccin Gardasil, Alexandra  fit  une violente infection urinaire avec poussée brutale de température à plus de 40°. Rapidement, les symptômes se sont installés les uns après les autres ou en même temps: une fatigue incompréhensible; une chute de cheveux très inquiétante; des douleurs musculaires au réveil comme si elle avait fait du sport toute la nuit; une allergie au soleil, aux acariens, aux médicaments; des bouffées de chaleur; des migraines.

 

Plus tard, des sommeils de plus en plus comateux (parfois plus de 2 heures pour la réveiller) avec des rêves tous plus terrifiants les uns que les autres; une tension très souvent à 6; une perte d’appétence ; une quinzaine de gros ganglions dans la région pelvienne (ce qui fit qu’elle fut hospitalisée avec 41° de fièvre); toujours des bouffées de chaleur de jour comme de nuit; des œdèmes au visage, aux mains, aux intestins parfois très importants; des difficultés à s’exprimer, à réfléchir; des pertes de mémoire; des tensions très fortes dans la tête et les yeux accompagnées de migraines et de nausées… une allergie aux  anti inflammatoires stéroïdiens et  non stéroïdiens. Une constipation très inquiétante. Sans oublier les risques de thrombose.

 

En plus, elle a eu le papillomavirus HPV 16, alors qu'elle était sensée en être protégée !

 

Ce n’est pas faute d’avoir consulté pourtant tant les spécialistes que notre généraliste et ainsi de suite.  Pratiquement tous, sur Cannes où nous vivons ou sur Paris où Alexandra était étudiante en Lettres, lui prescrivaient du Lexomil sans chercher à pousser  les recherches. C’était toujours le stress.

 

Vu que pour ces maladies les symptômes  apparaissent, disparaissent, puis ce sont d’autres très différents qui prennent le relais,  les médecins en perdaient leur latin. Il m’aura fallu deux ans voire un peu plus pour faire le lien entre le vaccin Gardasil et les symptômes,  ceci  grâce à une interview  de Maître Kouchner  à la télévision. Ensuite une autre année très difficile pendant laquelle nous avons été confrontées au refus des médecins d’envisager un vaccin dans la responsabilité des symptômes. C’était le stress ou l’hérédité, rien d’autre. Personne  dans  nos familles respectives à mon mari et moi n’avons de maladies auto-immunes. L’hôpital de l’Hôtel Dieu à Paris me dirigeât sur Marseille qui me répondit qu’ils ne faisaient de recherches génétiques que pour le cancer.

 

Si on ne peut le vérifier, alors est-ce scientifique de l’affirmer ?

 

Fin 2013, Alexandra a dû  rentrer en catastrophe à Cannes dans un état très grave. Hospitalisée un mois durant au CHU, ce n’est qu’au bout de 4 mois d’errements médicaux qu’ils ont diagnostiqué un lupus. Ensuite nous avons changé d’hôpital et donc de médecin  interniste qui, lui, nous a parlé tout de suite de connectivite mixte.

 

L’état de santé d'Alexandra est très endommagé. Elle souffre de  plusieurs maladies autoimmunes avec leurs conséquences terribles. Ils appellent ça une connectivite mixte ou syndrome de Sharp.

 

La connectivite mixte est une maladie inflammatoire chronique. Le terme « mixte » décrit le fait que cette maladie emprunte les symptômes d’autres maladies comme le lupus systémique auquel s’accroche chez ma fille un syndrome de Raynaud complètement dément. Dans ce contexte on trouve aussi  la sclérodermie,  la polymyosite  et la polyarthrite. Et encore  pour ce qui concerne Alexandra, la maladie du Gougerot-Sjögren.

Le syndrome de Raynaud, d'origine médicamenteuse (par opposition à la maladie de Raynaud, moins grave et de cause non définie)

Le syndrome de Raynaud, d'origine médicamenteuse (par opposition à la maladie de Raynaud, moins grave et de cause non définie)

J’ai lu quelque part que de nouveaux symptômes de maladies auto-immunes pouvaient apparaître jusqu’à dix ans après le début de la maladie. C’est vrai. D’autres symptômes nouveaux et effrayants  apparaissent de temps en temps. Cet hiver et au printemps : des fourmillements dans les jambes et bras, de nuit comme de jour, avec  des coups d’épingle dans les muscles; des palpitations cardiaques sur deux jours avec douleurs au bras gauche et à l’épaule accompagnées de coups de poing dans la poitrine si elle voulait se lever; de grosses difficultés à cicatriser en cas de coupures, des hématomes très bleus trop facilement sur le corps…

 

Ce que je voulais dire ici, dans ce témoignage qui ressemble peut être  à beaucoup d’autres, c'est que ma fille  n'a eu qu'une seule injection de ce vaccin Gardasil. Cela peut donc se produire dès la première injection, pas forcément à la deuxième ou troisième, et ça peut être dramatique tout de suite. Donc même si Sanofi ne préconise plus que deux injections maintenant au lieu de trop, ça reste potentiellement très grave.

 

Je voulais aussi dire que devant l'incompréhension médicale particulièrement difficile à vivre pour nous pendant  près de trois ans, et bien que maintenant Alexandra ait  un très bon interniste (toutes les qualités d’un excellent  médecin – ça existe ! ) mais qui reste démuni  face au  manque de protocole de soins  allopathiques  si ce n’est le Plaquénil), en mars 2015 je me suis tournée vers l'homéopathie séquentielle et là, depuis avril 2015, nous avons des résultats probants. Les examens sanguins montrent toujours un taux d'anticorps antinucléaires à 1600 au lieu de 300 maxi, mais la tension n'est plus à 6 ou au mieux à 8. Elle est redevenue normale à 11 en moyenne.  La chute de  cheveux s’est pratiquement arrêtée, les symptômes se font plus rares et moins forts.

 

Ma fille, qui a vu ses idéaux et sa vie sentimentale s'écrouler à l’âge de 20 ans,   peut à nouveau se projeter dans l'avenir. Elle aura 23 ans le mois prochain.

 

En parallèle, je lui ai proposé le régime Seignalet (sans gluten, sans lactose) qu'elle suit au mieux. Il parait que ce régime obtient  de bons résultats en cas de maladie auto-immune.

 

Je recherche maintenant  un bon protocole de détoxification.

 

Je ne partirai pas en guerre contre les laboratoires, je n’en ai pas les moyens. Et puis, pourquoi je n'ai pas pensé venir avec  le carnet de vaccination lors de la visite médicale, ça  reste un grand mystère pour moi que je ne me pardonne pas. Sans doute, le fait qu'il y avait des années que je ne m'en étais pas servie.  Quant au vaccin reçu, je me souviens parfaitement que notre généraliste m'avait remis sa référence en main propre...mais où est- elle?  Il y a près de 5 ans, un vaccin pour moi n'était pas anodin mais restait sécurisé par le ministère de la santé.

 

Sur le moment, c'est sûr que je voulais défendre ma fille contre Sanofi. J’avais la haine de la voir dans cet état et que l’on me réponde que dans une société, il y en a toujours qui restent sur le bas- côté.

 

J'ai dénoncé son cas à la Pharmacovigilance (qui m’a répondu),  et  au laboratoire Sanofi (qui ne m’a jamais répondu), laboratoire que du reste  j'ai appelé directement pour exiger un protocole de soins de toute urgence...

 

Aujourd'hui, je ne cherche qu'à sortir ma fille de ce cauchemar.

 

Je  voulais dire aux mamans et aux jeunes filles touchées qu’il existe d’autres méthodes  alternatives qui donnent des résultats dont on aurait tort de  se priver.


Pour notre part, nous les découvrons au fur et à mesure que nous tentons d’avancer et nous avons des résultats  incontestables.  De toutes façons nous ne pouvons que le faire seules puisque l’allopathie ne propose rien.

 

Je croise les doigts tous les jours pour que ma fille s’en sorte au mieux, qu’elle n’ait pas d’opération à venir (trop de risques de thrombose), qu’elle ne tombe pas enceinte (ce qui relancerait la maladie et provoquerait une fausse couche), qu’elle n’ait pas à subir un traitement médicamenteux par manque de connaissance médicale (ce qui pourrait la tuer du reste car  elle oublie souvent de sortir avec son carnet de santé),  que le traitement homéopathique continue de fonctionner pour lui éviter de sombrer à nouveau…  Je me suis demandé à certains moments dans quel pays je vivais.  Je reste stupéfaite par le manque d’implication des médecins dès lors  que les problèmes sont moins « classiques » que ceux qu’ils ont l’habitude de voir et donc du temps perdu pour le patient compte tenu de la non reconnaissance de l’état de santé ainsi que du manque de confiance ou de crédibilité qu’ils ont vis-à-vis de la parole des jeunes.

 

Je suis également outrée de voir notre ministre de la santé nous dire « un vaccin, ça ne se discute pas ! ». Lorsqu’on a vécu pendant tant de temps le parcours médical et donc  la souffrance  physique et psychologique de ma fille et de tant de jeunes filles  dont les vies, pour certaines, ne tiennent plus qu’à un fil ou pire encore, on ne peut qu’avoir un sentiment d’injustice et on ne peut plus entendre ni accepter de tels propos. 

 

Enfin, ce témoignage poursuit aussi l’objectif de prévenir à temps les mamans des toutes jeunes filles sur les dangers potentiels de ce vaccin.

 

Autre chose qui m’interpelle pour finir: pourquoi, lorsqu’on achète un produit alimentaire, on a la composition du produit sur l’emballage mais pas pour un vaccin ? Si l’on m’avait dit qu’il y  avait  de l’aluminium et d’autres adjuvants si dangereux dans ce vaccin, jamais je n’aurais autorisé notre médecin à le faire.

 

Edith, maman d'Alexandra.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 20:50

GARDASIL : une expérience qu’aucun enfant ne devrait vivre !

 

Par Tara Gramza, 24 août 2015

 

Le Gardasil a bouleversé ma vie

 

Je suis accoucheuse à Scottsdale Osborn, et j’étudie pour devenir infirmière. Ma fille est née le 6 décembre 1999. C’est quand elle eût 14 ans et deux mois qu’elle commença à souffrir des effets secondaires d’un vaccin.

 

J.G. était une adolescente tout à fait normale, heureuse et en  pleine santé. Tout cela a changé quand le médecin pédiatre lui a recommandé de se faire vacciner par le Gardasil en prévention du cancer du col de l’utérus.

 

Comme j’étais maman et infirmière, j’avais toute confiance en la vaccination et voulais que J.G. soit vaccinée. C’est le 7 janvier 2012 que J.G. reçut sa première injection de Gardasil au Centre de pédiatrie de East Valley, Arizona. Tout fut normal dans les mois qui suivirent. J.G. n’avait montré aucun signe apparent d’effets secondaires de la vaccination.

 

Le 26 juillet 2012, J.G. reçut sa deuxième injection au Centre pédiatrique. A nouveau, elle ne montra aucun signe apparent d’un quelconque effet secondaire.

 

Le 23 janvier 2013, J.G. reçut sa troisième et dernière injection de Gardasil à East Valley Pediatrics.

 

En mars 2013,  je remarquai que J.G. faisait très facilement des ecchymoses, mais je pensais qu’elle manquait peut-être de fer. Après tout, elle se développait normalement et venait d’avoir ses premières règles. Cependant J.G. n’avait jamais fait pareilles ecchymoses auparavant et je n’en n’avais jamais vues de pareille ampleur. J’étais inquiète, mais je continuai à attribuer ce phénomène au fait qu’elle était très active et toujours en pleine croissance. En tant qu’infirmière, je n’ai pas vu d’autre motif de m’inquiéter.

 

Cependant, mes inquiétudes prirent de l’ampleur en juillet 2013 au cours des vacances que nous avions passées à Hawaï. Alors qu’elle jouait normalement, elle fut poussée contre le bord du bateau et sa hanche fut touchée.

 

Le lendemain, l’ecchymose qui s’était développée s’était étendue comme si quelqu’un l’avait lourdement frappée avec une base de base-ball. Je lui ai demandé si elle s’était cognée violemment contre le bateau.

 

Elle me répondit :« non pas tellement fort. Je suppose qu’il s’agit du faible taux de fer dont tu as parlé. »

 

Malgré ma formation d’infirmière, je continuais à penser qu’il ne s’agissait de rien de bien grave.

 

Finalement, fin janvier 2014, nous nous sommes rendues chez le médecin généraliste, le Dr Chapman pour un examen. Nous lui avons expliqué que J.G. faisait sans arrêt des ecchymoses, et ce, depuis plusieurs mois. Nous avons pensé qu’elle manquait de fer. Le Dr Chapman envoya les échantillons prélevés au laboratoire.

 

 

J’aurais souhaité ne pas recevoir l’injection

Le lendemain matin, nous avons reçu un coup de fil du Dr Chapman qui nous faisait savoir que les plaquettes étaient au plus bas et que J.G. devait voir une hématologue.

 

J.G. est restée à la maison pendant 2 jours jusqu‘à son rendez-vous. Quand nous sommes arrivées à l’hôpital des enfants de Phoenix, on lui préleva 14 fioles de sang pour confirmer le diagnostic. Le taux de ses plaquettes était de nouveau très bas. On nous a demandé depuis combien de temps nous avions observé ces symptômes, si son nez coulait et si  elle avait des taches sur la peau. A ce moment précis, elle ne présentait que quelques ecchymoses.

 

L’hôpital de Phoenix décida d’envoyer J.G. chez un rhumatologue, le Dr Ede, en demandant parallèlement un suivi par le Dr Shah, hématologue.

 

Au cours de notre entretien, le Dr Ede nous expliqua que J.G. ne présentait pas les symptômes d’un lupus. Il ajouta que l’analyse de ses urines ne montrait aucune indication négative par rapport au fonctionnement des reins, comme cela arrive chez les enfants qui font un lupus.

 

Il nous expliqua que les résultats de laboratoire étaient positifs pour les anticorps anti-phospholipides. Cela voulait dire  que J.G. courait un risque important de faire des caillots. Il voulait suivre son cas tout en estimant qu’il ne s’agissait pas d’un cas de lupus. Il a aussi demandé que les analyses de laboratoires soient faites en priorité avant tout traitement pour des taux peu élevés de plaquettes….

 

Finalement le diagnostic de J.G. tomba le 11 février 2014 : purpura thrombocytopénique immunologique (ITP).

 

Le Dr Shah nous expliqua que J.G. resterait sûrement quelques mois avec un taux plaquettaire de 30K et qu’elle aurait probablement besoin  de thérapies comme  les stéroïdes, le Rituximab et l’IGG.

 

On expliqua la question des antiphospholipides comme étant une possible réponse auto-immune. Les médecins n’ont pas pu dire avec certitude quelle maladie auto-immune s’était déclarée en tout premier lieu, le syndrome des anticorps antiphospholipîdes ou la thrombocytopénie.

 

Les médecins ont aussi précisé que les résultats de laboratoire étaient tous négatifs pour des virus ou autres causes d’ITP. Ils ont finalement décidé qu’il était plus probable qu’il s’agissait d’une thrombocytopénie chronique immunologique. Pendant plusieurs mois J.G. se maintint autour du taux 35 000 de plaquettes.

 

En mai 2014, J.G. a connu des périodes difficiles. Elle saignait du nez deux fois par jour presque sans interruption, et elle présentait de petites taches rouges sur les bras et les jambes. Nous l’avons conduite aux urgences de l’hôpital Phoenix. Là, on trouva que le taux des plaquettes de J.G. était à 14 000 (Note : une numérotation plaquettaire normale varie de 150.000 à 450.000)

 

La Gardasil m'a pris plus que ce qu'il ne m'a donné

 

C’est le Dr Williams, hématologue et le Dr Shah qui se sont occupés de J.G. Nous avons dû revenir le matin pour l’examen. Les échantillons de sang ont été transmis au laboratoire. La réponse des examens est revenue négative. Le Dr Ede a décidé de continuer à suivre notre fille, mais n’avait plus besoin de la revoir régulièrement parce qu’elle ne présentait pas les caractéristiques du lupus.

 

Quelque temps après, F.G. retrourna à l’hôpital pour faire tester ses taux de plaquettes. Ses taux avoisinaient les 75 000. Ils retombèrent malheureusement très vite à 10 000. Elle fut à nouveau admise à l’hôpital pour un traitement. Ses taux remontèrent à 100 000 pour finalement retomber à 23 000.

 

Le Dr Williams pensa qu’il vaudrait mieux la mettre sous Rituximab dans le but d’inverser les effets de la réaction de son système immunitaire en réinitialisant ses cellules B qui entrainaient son corps à détruire les plaquettes.

 

La nuit suivante, J.G. recommença à saigner du nez, comme à présenter des taches rouges sur tout le corps avec d’importantes hémorragies menstruelles. On dut la reconduire aux urgences où on s’aperçut que sa numérotation plaquettaire était tombée à 4000. Le médecin en fit part à l’hématologue qui décida de la mettre sous forte dose de stéroïdes (Dexamethasone).

 

Elle dut prendre une très forte dose de stéroïdes pendant quelques jours pendant que le Rituximab accomplissait son travail. Les stéroïdes finirent par rendre J.G très malade : maux d’estomac, maux de tête, pouls accéléré. Elle commença aussi à prendre du poids. On lui administra des perfusions de Rituximab, administré en quatre doses pendant quatre semaines.

 

Les médecins acceptèrent que J.C. soit traitée en ambulatoire. Elle toléra bien le traitement. Elle dut cependant continuer de prendre des doses plus faibles de stéroïdes pendant plusieurs semaines pour que ses taux de plaquettes se maintiennent au-dessus de 25 000. Elle parvint à se maintenir aux environs de 30K pendant plusieurs semaines. En août 2014, ses taux de plaquettes finirent par atteindre plus de 150 000. Tout allait bien car elle répondait parfaitement au traitement. Elle put donc arrêter les stéroïdes. Elle a terminé le traitement au Rituximab le 24 juin 2014. Depuis juillet 2014, son taux de plaquettes est redevenu normal.

 

Nous avons passé quantités d’heures et dépensé quantités de dollars au cours de ces nombreux combats contre la maladie de J.G. qui avait été provoquée par le vaccin Gardasil.

 

Il y a pire encore, J.G. a perdu ses années d’adolescente en raison de sa mauvaise santé. Elle ne peut toujours pas vivre une vie normale. La crainte de refaire des ecchymoses et de voir chuter sa numérotation plaquettaire est sans cesse présente dans son esprit partout où elle va.

 

J.G. continue à être en rémission et à être suivie presque tous les mois par le Dr Williams.

 

Le Dr Williams a précisé que les anticorps antiphospholipides et l’ANA devraient disparaitre avec le temps. Cependant, elle reste toujours à haut risque de PTI chronique (Purpura thrombopénique immunologique) en fonction de son âge, de son histoire d’ecchymoses post-vaccinales, et de la présence d’autres anticorps.

 

Ses résultats de laboratoire continuent de rester positifs Elle aura toujours un risque élevé de faire des caillots,un risque d’avoir à nouveau des troubles sanguins, comme un risque élevé au cours d’une grossesse éventuelle. Tous les problèmes ne vont malheureusement pas disparaitre. Mais jusqu’ici tout va bien. Elle est encore en bonne santé.

 

Aucun enfant ne devrait vivre ce par quoi ma fille a dû passer.

 

Source: SaneVax

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 16:19

L’Inde continue à rapporter des cas de paralysies flasques aiguës qui ressemblent à la polio

L’Inde continue à rapporter des cas de paralysies flasques aiguës qui ressemblent à la polio

Par Barbara Loe Fisher 24 août 2015

 

Le Ministère Indien de la Santé et de la Famille a signalé qu’il a enquêté sur environ 18.000 cas de paralysie flasque aiguë (PFA) dans le pays depuis janvier 2015, dans le cadre de son programme de surveillance nationale de la poliomyélite. Tous les cas ont été testés négatifs pour le virus de la polio. Ce programme fut été créé en 1997.

 

Environ 50.000 cas de paralysies flasques aiguës sont détectés chaque année en Inde. [1,2]

 

Selon un communiqué de presse publié par le Ministère Indien :

 

L’Inde est exempte de poliomyélite. Le pays a signalé son dernier cas de poliovirus sauvage en 2011. Après 3 années consécutives au cours desquelles le pays a été certifié exempt de poliomyélite, la région de l’Asie du Sud-Est contrôlée par l’OMS et comprenant 11 pays, dont l’Inde, a été certifiée exempte de poliomyélite le 27 mars 2014. En dépit de ce progrès, l’Inde a maintenu un niveau élevé de veille et a tenu à ce qu’aucune complaisance ne puisse intervenir afin de pouvoir maintenir le statut de pays indemne de polio qu’il détenait depuis plus de 4 ans. Le pays a pris des mesures appropriées pour assurer une haute immunité de la population contre la poliomyélite de même que pour maintenir un système de surveillance active pour la détection du virus de la polio [1]

 

Après deux décennies de campagnes répétées des enfants indiens avec le vaccin polio oral (VPO), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a, début 2014, déclaré l’Inde « libérée » du virus polio sauvage.

 

La déclaration controversée arrive à un moment où l’Inde a connu une énorme augmentation des cas déclarés de paralysies flasques aiguës non polio (NPAFP).[3]

 

En 2004, 12.000 cas de paralysies non polio ont été déclarés, mais ce nombre a augmenté en 2012 pour atteindre 53.563 cas, soit un taux de 12 cas pour 100.000 enfants. Deux pédiatres indiens ont compilé les données de surveillance du programme de la polio et ont découvert un lien entre l’augmentation du nombre de vaccins (VPO) chez les enfants au cours de l’intensification des campagnes d’éradication de la polio et l’augmentation des cas de paralysies flasques aiguës non polio (NPAFP) chez les enfants.

 

Dans un article de 2012 publié dans une revue d’éthique médicale [4], les médecins ont déclaré la paralysie flasque aiguë « cliniquement indiscernable de la paralysie de la polio, mais deux fois plus mortelle. L’incidence de la paralysie flasque aiguë était directement proportionnelle aux doses du vaccin polio oral reçues ». Etant donné que la polio fait partie de la famille des entérovirus Picornaviridae qui comporte plus de 200 virus, les médecins ont suggéré que les responsables de la Santé publique  réalisent une enquête sur « l’influence des changements de contrainte des entéropathogènes induits par le vaccin (de la polio) pratiquement administré tous les mois. »

 

Bien que pas aussi répandus qu’en Inde, des cas de paralysies flasques aiguës se produisent également aux Etats-Unis Au début de l’année 2004, des neurologues  des Universités de Stanford et de Californie ont rapporté 5 cas de paralysie soudaine d’un ou de plusieurs membres chez des enfants âgés de 2 à 16 ans complètement vaccinés contre la polio. Le Département de la Santé de Californie a lancé une enquête sur 20 cas similaires. Deux des cinq enfants ont été testés positifs pour les entérovirus-68 (EV68) [5].

 

Au cours de l’été de 2014, un nombre plus important encore d’enfants américains apparemment en bonne santé, ont été soudainement frappés de paralysies dans plusieurs états américains, y compris le Colorado, le Missouri, le Michigan et le Massachusetts, et ce, après avoir développé des symptômes du rhume et de la grippe. Plusieurs enfants sont morts et, bien que certains cas étaient associés au EV68, d’autres ne l’étaient pas. [6]

 

Comme la polio, d’autres entérovirus sont transmis par l’excrétion du virus dans les secrétions corporelles respiratoires et gastro-intestinales. La plupart du temps, une infection à entérovirus reste asymptomatique ou se manifeste par des symptômes grippaux bénins qui ne progressent pas vers la paralysie ou autres complications graves. [7] Il est rare que des infections à entérovirus comme le EV68 puissent provoquer une inflammation du cerveau (méningite, encéphalite), la paralysie ou la mort.

 

La cause exacte des cas de paralysies flasques aiguës chez des enfants de Californie, dont la plupart sont nés après 1999, et ont sans doute reçu les vaccins inactivés contre la polio (IAV) n’a pu être déterminée. De même en Inde, les autorités sanitaires n’ont pas pu déterminer pour quelle raison il y a eu une récente  augmentation spectaculaire des paralysies chez des dizaines de milliers d’enfants du pays.

 

Références:

 

1 Cases reported from Uttar Pradesh in section of media are of AFP (Acute Flaccid Paralysis), not Polio. Business Standard June 20, 2015.
2 Govt. says cases reported from UP are of Acute Flaccid Paralysis, not polio.NetIndian News Network June 20, 2015.
3 Raj GN. Polio free does not mean paralysis free. The Hindu Jan 3, 2013.
4 Vashisht N, Puliyel J. Polio programme: let us declare victory and move on. Indian Journal of Medical Ethics 2012 9(2): 114-117.
5 Maron DF. Is a Wave of Poliolike Symptoms in California Cause for Alarm? Scientific American Feb. 24, 2014.
6 O’Connor A. Enterovirus 68 and Paralysis Link Remains Uncertain. The New York Times Oct. 3, 2014.
7 Schwartz RA. Enteroviruses. Medscape Mar. 3, 2014.

 

Source: Vaccine Impact

 

Voir aussi

 

Eradication de la polio?

 

Vaccination polio dans le Tiers Monde: l'enver du décor?

 

Vaccination polio en Inde: la maladie causée par le vaccin, deux fois plus meurtrière

 

Pakistan: des checkpoints militaires pour vacciner de force contre la polio

 

78% des enfants pakistanais qui ont contracté la polio avaient pourtant été vaccinés

 

Des enfants vaccinés sous la menace des armes et des parents emprisonnés... ça se passe au XXIè siècle!

 

Dégâts du vaccin polio oral: un fabricant condamné à verser 22,5 millions de dollars à un Américain

 

Vaccin polio: l'inconnu- SV40 & cancer

 

Comment les vaccins causent des cancers, des paralysies et des décès depuis des décennies

 

Variole & polio: aveux explosifs sur des vaccins reçus par des centaines de millions de gens

 

Un nouveau virus de type polio provoque des paralysies infantiles aux Etats-Unis

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 15:21

Un médecin explique pourquoi la politique de vaccination des enfants représente un « crime flagrant »

Dr Suzanne Humphries: "La politique vaccinale des enfants est criminelle"

Témoignage devant le Corps Législatif de l’état du Maine, U.S.A., 18 août 2015

 

« Les milliers de pages que j’ai consultées, les centaines d’heures de travail que j’ai consacrées à la recherche m’ont permis de découvrir l’horrible vérité par rapport à ce qui est fait aux gens, comme aux animaux partout dans le monde sous le faux prétexte de « santé publique ». Dr Suzanne HUMPHRIES, néphrologue

 

Je suis le Dr Suzanne Humphries M.D., spécialiste en néphrologie, formée en médecine interne. Je possède des licences actives (sans restrictions) pour la Virginie et pour le Maine. Après 10 années de travail comme néphrologue au Centre Médical du Maine (Est), j’ai démissionné de mon poste, vendu mes parts suite aux problèmes auxquels j’avais été confrontée avec mes patients au sujet de la vaccination.

 

Pour moi, les problèmes ont commencé suite à la politique de l’hôpital qui, en 2008, a voulu vacciner un maximum de patients dès leur entrée à l’hôpital, même quand ces personnes souffraient d’insuffisance rénale aiguë, d’insuffisance cardiaque, de septicémie ou de cancer (sous chimiothérapie).

Dr Suzanne Humphries: "La politique vaccinale des enfants est criminelle"

La vaccination : «  un traumatisme d’une intensité considérable »

200 enfants de plus de 5 ans

Stress des surrénales

Diminution des réserves alcalines

Augmentation des marqueurs inflammatoires

Facteurs de coagulation

Chute puis augmentation des lipides

Fonction cardiaque

Del Campo, 1967 PMID : 5379945

 

Un pharmacien rentrait dans la chambre du malade, lui montrait un document émanant du CDC (Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies) avec une information limitée et biaisée, puis lui proposait un ou plusieurs vaccins. Si le patient marquait son consentement, ce que faisaient la plupart d’entre eux, une ordonnance était imprimée par ordinateur avec le nom du médecin traitant avant qu’un médecin ait pu voir le patient ou avant qu’un diagnostic ait été établi. Ensuite l’infirmière venait vacciner le patient.

 

Parfois, je retrouvais mon propre nom sur l’ordonnance bien que je n’avais jamais donné l’ordre de faire tel ou tel vaccin.

 

Comme la chose ne me plaisait pas, je décidai de parler à la direction de l’hôpital de ce que j’avais pu observer. – Je mis finalement mes préoccupations par écrit. Des réunions furent mises sur pied pour discuter de la question, mais je ne fus pas invitée à y assister. Le résultat ? On m’a fait savoir que l’on continuerait à proposer des vaccins aux patients malades qui rentraient à l’hôpital. Je me suis alors posé la question : «  mais en fait, où se trouve la science qui dit que ces vaccins sont sans danger pour ces gens malades ? »

 

Je supposais qu’il devait y avoir des études sur le sujet, des articles dans la littérature médicale pour rassurer les médecins de la justesse de leur politique. Après tout, n’est-ce pas de science dont nous parlons ? Et la science était supposée avoir dit son dernier mot sur la sécurité et l’efficacité des vaccins !

 

Comme la politique hospitalière était principalement centrée sur les vaccinations contre la grippe et la pneumonie, c’est sur ces deux vaccinations que commencèrent mes recherches.

 

J’ai, dans la suite, soumis un rapport écrit à l’administration que l’on peut trouver sur le site drsuzanne.net ICI.

 

Ce document décrit les nombreuses questions soulevées par les vaccins des adultes et des insuffisants rénaux.

 

J’ai donc, pendant un an, discuté de toutes ces preuves avec le personnel administratif, comme avec de nombreux collègues. D’autres médecins ont commencé à changer d’avis, de même qu’un nombre important d’infirmières. Et comme l’administration de l’hôpital ne pouvait pas réfuter mes arguments, elle a fait appel à un expert pour me faire « rentrer dans l’ordre ».

 

Cet expert ne s’est jamais intéressé aux questions que je me posais par rapport aux insuffisants rénaux aigus ou par rapport aux nouvelles admissions à l’hôpital de personnes gravement malades. Cet expert s’est contenté de me donner la liste des études montrant que certains vaccins élevaient les taux d’anticorps chez les personnes les plus immunodéprimées atteintes du VIH ou d’insuffisance rénale. Il prétendait ipso facto que pour les patients gravement malades des reins, atteints de septicémie, de crises cardiaques, de Guillain Barré, de cancer, d’obstruction des voies urinaires, de néphropathie et ainsi de suite, les vaccins étaient sans danger.

 

Comme sa lettre était assez bizarre, je n’ai cessé de penser: « Et serait-ce là un expert ? Pourquoi cet expert ne peut-il pas répondre à mes préoccupations spécifiques ? Où se trouvent les preuves que des effets secondaires ne se produisent pas chez mes patients ? Je n’ai pu trouver nulle part des études qui auraient porté sur la vaccination de patients atteints de graves maladies observées par les néphrologues.

 

Même mes collègues pro-vaccins ont reconnu qu’il n’existait aucune base scientifique pour administrer des vaccins dès l’entrée à l’hôpital. Ces mêmes collègues ont soutenu ma proposition de changement de politique vaccinale.

 

C’est à cette époque que l’hôpital a fait monter la pression sur moi. Mes notes de progression hospitalière ont été revues. C’était là une chose tout à fait nouvelle pour moi. Personne n’avait jamais mis en cause mon intégrité ou les soins que j’administrais aux patients.

 

Le consultant a tenu cette position parce qu’il n’existait pas de données montrant que les vaccins contre la grippe pourraient provoquer des troubles rénaux et donc que ma suggestion de faire preuve de prudence en vaccinant des gens malades était injustifiée.

 

Pourtant ce consultant ne m’a jamais montré de données démontrant qu’il était sans danger de vacciner des personnes atteintes de troubles cardiaques, de septicémie ou d’inflammation des reins .

 

Le comité exécutif de l’hôpital m’a également fait savoir qu’il ne convenait pas que je m’oppose aux vaccinations de mes patients et qu’en outre je perturbais le personnel infirmier […]

 

Après avoir pris conscience des problèmes de vaccination avec les adultes, j’ai commencé à m’intéresser aux problèmes liés aux vaccins de l’enfance. Le résultat de ces recherches a abouti à la publication d’un livre : Dissoudre les illusions: la maladie, les vaccins et l’histoire oubliée.

 

Même si les vaccins peuvent protéger pour un certain temps de certaines maladies (ce qui est le mieux que certains vaccins peuvent prétendre réaliser), les assurances données aux personnes malades ou bien portantes concernant l’efficacité et la sûreté des vaccins ne sont pas confirmées par la science, l’histoire, ou même par une grande partie de la littérature médicale.

 

Nous disposons de documents revus par les pairs qui expliquent en détails les tragédies historiques qu’ont présentées certaines campagnes de vaccination. Nous sommes en possession de rapports détaillant des cas de dommages vaccinaux inattendus, et nous connaissons certains de leurs mécanismes.

 

Nous possédons une liste de lanceurs d’alerte hautement qualifiés qui ont été harcelés et réduits au silence par des agences gouvernementales. Ces personnes essayaient de protéger le public des médicaments et des vaccins qu’ils savaient dangereux.

 

Nous connaissons d’éminents vaccinologues pro-vaccins qui font savoir que la coqueluche, la grippe et les vaccins contre la rougeole manquent d’efficacité et que le problème n’est pas seulement le refus du vaccin, mais ces gens sont ignorés.

 

En ce qui me concerne, je ne crois pas qu’il soit garanti que les vaccins soient sûrs. Nous savons qu’Il existe des problèmes de production, qu’il y a de l’ADN animal et des produits chimiques dans les vaccins qui ne protègent pas de manière fiable. On donne au public un faux sentiment de sécurité quant à l’efficacité et la sûreté des vaccins. Il n’existe aucune littérature qui traiterait de la vaccination des différents types de personnes malades que je m’efforce de protéger.

 

Il existe des preuves que dans les années 1950 des virus ont été introduits dans la population via les vaccinations. Ces virus  peuvent provoquer le cancer et d’ailleurs le provoquent, mais les problèmes qui surviennent sont mis en relation avec d’autres causes médicales. Les tentatives de différents scientifiques d’examiner ces questions en profondeur ont été sabotées et découragées. Aujourd’hui, nous continuons d’avoir des vaccins contaminés par des virus d’origine animale comme le circovirus porcin des vaccins contre le rotavirus, et qui ont été découverts par des tiers et non par les fabricants de vaccins.

 

Le système VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System) est en fait un canard boiteux. Ses arguments n’ont pas de poids pour assurer la sécurité attendue pour les enfants. Quand, en tant que médecin, j’ai fait parvenir des rapports au VAERS, j’ai été  harcelée par des appels téléphoniques répétés du CDC me disant que cela devait être d’autres personnes qui avaient appelé. Ce petit jeu a duré pendant des mois jusqu’à ce que j’aie une discussion claire et nette avec un médecin du CDC qui m’a demandé ce que me prenait !

 

Tous ces problèmes m’ont poussée à quitter ma carrière, à abandonner ma stabilité financière, mon confort familial pour me lancer dans une recherche ininterrompue sur tous les aspects des vaccins, leur utilité, leur fabrication, leur sécurité, ainsi que tous les autres aspects liés au problème des vaccins.

 

J’avais prévu qu’un jour viendrait où les parents pourraient perdre le droit de refuser les 69 doses de 16 vaccins prévues pour être administrées avant l’âge de 18 ans. Le tout premier vaccin qui contient de l’aluminium étant déjà administré le jour même de la naissance !

 

Je me suis exprimée publiquement sur de nombreux aspects de l’immunité du nourrisson, sur les fonctions rénales, la toxicité de l’aluminium et individuellement sur la plupart des vaccins. Des vidéos sont disponibles gratuitement sur YouTube.

 

Aucun médecin n’abandonnerait une carrière réussie et lucrative, comme je l’ai fait, s’il n’existait pas une raison de grande importance.

 

Je supplie tous ceux qui votent les lois d’effectuer une recherche approfondie sur l’histoire des vaccins, leur sûreté et  leur efficacité, indépendamment du large éventail de documents que fournissent l’OMS et le CDC.

 

Je voudrais également vous prier de regarder la vidéo d’une heure que j’ai réalisée et baptisée « Honesty vs Policy » disponible ICI. Dans cette vidéo, je fournis toutes les références médicales et journalistiques de tous les éléments que j’ai évoqués dans cet article, y compris celles qui concernent les conflits d’intérêts connus des membres de l’ACIP, du CDC et de l’OMS.

 

La vaccination est un acte médical administré à des enfants sains et dont les conséquences ne sont pas complètement connues. Nous savons que la vaccination constitue un traumatisme d’une intensité considérable qui a depuis longtemps été mesurée par le Dr Del Campo en 1967. Il a étudié le cas de 200 enfants de plus de 5 ans après que ces derniers aient été vaccinés. Ci-dessous, un bref résumé de ce qu’il a découvert.

Dr Suzanne Humphries: "La politique vaccinale des enfants est criminelle"

Fait intéressant, il est presque impossible de trouver d’autres études portant sur l’impact métabolique des vaccins qui sont administrés aujourd’hui.

 

Mais il y a d’autres études qui montrent comment les gènes du cancer, les gènes ayant trait à l’auto-immunité, les gènes des allergies, ainsi que de nombreux autres gènes pathogènes se retrouvent à la hausse après les vaccinations. Je vais également inclure les études d’Orntoft et de Lahndenpera, ainsi que les diapositives adéquates.

 

En 2013, le Dr Orntoft a publié une recherche détaillant les changements survenus au niveau génétique dans les globules blancs avant et six semaines après la vaccination de rappel DTC chez 8 jeunes-filles. Ci-dessous la liste des principaux réseaux du corps qui furent modifiés après le vaccin selon les conclusions d'Orntoft:

Dr Suzanne Humphries: "La politique vaccinale des enfants est criminelle"
Quels sont ces effets ?

 

Altérations épigénétiques qui engendrent :

Des troubles génétiques

La mort cellulaire

Troubles gastro intestinaux

Troubles du développement

Problèmes de métabolisme(médicament, nourriture)

Signalisation cellulaire

Maladies cardiovasculaires

Troubles immunologiques

Troubles du tissu conjonctif

Problèmes de production énergétique

Ornthoft 2013 PMID 23668887

Dr Suzanne Humphries: "La politique vaccinale des enfants est criminelle"

« L’explication immunologique des effets non spécifiques des vaccins n’est pas actuellement connue » - Orntoft 2013 PMID:23668887

Dr Suzanne Humphries: "La politique vaccinale des enfants est criminelle"

Nourrissons de 3 à 5 mois après DTCa – Polio – Hib

 

PBMC stimulée par la toxine coquelucheuse 12 heures plus tard

33 cas d’activation de gènes en rapport avec des allergies

66 cas d’asthme liés à l’activation de gènes

67 cas de gènes de cancer sur-régulés

25 cas de maladies immunologiques avec gènes sur-régulés

Lahdenpera 2008 – PMID 18336961

 

Les auteurs suédois Landenpera et al. ont prouvé que ce qu’Orntoft a trouvé s’avère également vrai pour le DTCa, ainsi que pour le DTC. Ces auteurs pensent également que les suites potentielles des vaccinations pourraient être très graves.

 

Pour moi, du fait qu’il n’existe  aucune autre étude qui a examiné de tels problèmes dans les délais appropriés, il ne peut exister aucune garantie de sécurité.

 

Un coup d’œil à ces résumés devrait alerter tout lecteur qu’il n’est pas possible de garantir aux parents que leur enfant se portera mieux après s’être fait vacciner. Forcer pareilles politiques vaccinales et rendre obligatoires ces injections aux enfants du Maine constitue à mon avis un crime flagrant.

 

Nous ne disposons d’aucune étude portant sur les effets à long terme de ce programme sans cesse croissant de vaccination par rapport au cancer, aux maladies neurologiques, aux maladies auto-immunes, aux allergies et autres maladies chroniques qui sont maintenant devenues épidémiques chez les enfants parallèlement à l’extension des programmes de vaccination dans les années 1980 et 1990.

 

Si vous pensez utile de voter pour éliminer les exemptions philosophiques et religieuses des parents du Maine pour pouvoir créer une immunité collective en vue de protéger toute la population, c’est que vous ne disposez pas de toute l’information nécessaire.

 

Et pire, si vous votez pour éliminer les exemptions, vous faites preuve de naïveté par rapport au fait que vous serez concerné par un "barrage de vaccins" en tant qu’adulte. Si cette loi est adoptée, alors vous collaborez à ouvrir la voie, non seulement à la politique vaccinale agressive d’aujourd’hui, mais aussi à une politique future qui ne vous permettra plus de faire marche-arrière.

 

Source : Naturalblaze

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination des enfants-crèches
commenter cet article
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 16:27

Vous êtes médecin, professionnel de santé indépendant ou hospitalier ou bien tout simplement un citoyen intéressé par la question des vaccins et désireux de mieux jauger ce que votre médecin sait réellement de ce qu'il vous injecte? Alors découvrez sans plus attendre dans la revue indépendante d'éthique médicale Ethica Clinica n°78 de juin 2015 (consacrée aux épidémies), le contenu de notre article de synthèse dûment référencé et intitulé "La gravité insoupçonnée des enjeux éthiques posés par les vaccins". Dans ce numéro, vous pourrez également comparer notre analyse du sujet à celle du Dr Mauroy, pédiatre et directrice médicale de l'ONE (= équivalent belge des PMI françaises) pour mieux vous faire votre propre opinion.

 

Il faut aussi bien sûr saluer au passage le courage et l'indépendance de cette revue d'éthique médicale face à un sujet que les connaisseurs du dossier savent particulièrement tabou...

La gravité insoupçonnée des enjeux éthiques posés par les vaccins [article d'Initiative Citoyenne dans Ethica Clinica n°78 de juin 2015]

Pour lire la suite de l'article, achetez la revue en cliquant ici

 

 

78-Tout est-il permis pour lutter contre le risque d'épidémie ? 

 

Table des matières

 

Editorial : J.-M. Longneaux 


Au fond : 


Désordre du monde, défi au savoir et urgence éthique. Petite philosophie de l'épidémie, par J. Lombard


Epidémie : un défi pour la pratique et l'éthique médicales, par B. Hanson


La gravité insoupçonnée des enjeux éthiques posés par les vaccins, par M.-R. Cavalier, S. Meulemans, M. Desclée


A propos de l'obligation de vacciner les enfants : la position de l'O.N.E., par M.-Chr. Mauroy


Les services de gériatrie face au risque d'épidémie, par D. Schoevaerdts


Intervenir en situation d'épidémie : quels défis éthiques pour MSF ?, par B. Draguez


Etude de cas sur les enjeux éthiques du transfert en recherche en santé mondiale, par A.-M. Turcotte-Tremblay, F. Fregonese, N. Alam


Ces épidémies silencieuses, par St. De Maere


Faire du beau avec du terrible : repères sur l'écriture de l'épidémie, par G. Bauherz


Hors thème :


Conseiller en éthique clinique hospitalière : comme un chevalier blanc qui aurait un caillou dans la bottine, par L. Farag

 

Editorial

 

Ceux qui veulent savoir ce qu’il ne faut surtout pas faire en cas de contagion grave, mais que l’on fait quand même, n’ont qu’à relire les récits des trois dernières grandes épidémies internationales de ce début du XXIe siècle. En 2003, le SRAS se répand rapidement à partir d’une province du sud de la Chine. Pendant plusieurs semaines, entre autres pour éviter les pertes financières qu’engendrerait une telle nouvelle, les autorités chinoises nient l’évidence, ce qui favorise la propagation du virus dans le monde entier. En 2009, l’OMS tire la sonnette d’alarme : elle annonce, de façon quelque peu précipitée, que le virus A H1N1 menace directement l’Occident : c’est la panique généralisée. Certaines firmes pharmaceutiques reniflent la bonne affaire. Après avoir pris des mesures pour se décharger de toute responsabilité en cas de problème avec leurs vaccins, elles passent de juteux contrats avec des Etats, dont la Belgique et la France, pour des millions de doses qui resteront finalement inutilisées. Décembre 2013, le virus Ebola se propage en Afrique de l’Ouest. L’OMS, cette fois, tarde à alerter les instances mondiales. Les Etats occidentaux, dans un premier temps, se montrent peu concernés. Il faudra qu’ils se sentent eux-mêmes menacés pour que finalement, une aide soit dégagée. Et pendant que ces comportements peu glorieux occupent le devant de la scène, chaque année, dans les pays du Tiers-Monde, de 6 à 7 millions de personnes décèdent silencieusement du sida, du paludisme et de la tuberculose réunis, dans une relative indifférence. 

 

Ethica clinica

 

Ethica Clinica est une revue d’éthique destinée à tous les professionnels de la santé, qu’ils travaillent en hôpital général, en hôpital psychiatrique, en maison de repos ou encore à domicile.

Son ambition est moins d’apporter des réponses toutes faites que de permettre une prise de distance par rapport à des situations de terrain parfois difficiles, voire taboues, espérant ainsi aider les soignants mais aussi les institutions à mettre en mots leurs propres interrogations sur leur pratique, et à prendre les décisions qu’il leur faudra assumer.

Le Comité de rédaction organisé en réseau interdisciplinaire et pluraliste, veille à la concrétisation de ces objectifs avec le soutien d’un Comité scientifique international.

Chaque numéro (4 par an) développe un thème précis, en regroupant des articles accessibles, rédigés pour la plupart par des professionnels du soin. Toutes les informations relatives aux numéros déjà parus peuvent être obtenues en consultant ce site (http://www.fihasbl.be/Ethica-clinica.aspx).
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Médias & vaccins
commenter cet article
19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 10:47

Un Député de Rhode Island demande la fin de la vaccination obligatoire contre le HPV pour les élèves des écoles secondaires

Un député américain s'insurge contre la vaccination HPV obligatoire

Le Député Justin Price demande au Département de la Santé de Rhode Island d’annuler l’obligation de la vaccination contre le HPV pour les élèves des écoles secondaires.

 

Par Linda Borg, Providence Journal, 17 août 2015

 

Le ministère de la Santé (de l'état de Rhode Island) a récemment ajouté le vaccin contre le HPV à la liste des vaccinations obligatoires pour les enfants qui fréquentent l’école secondaire.

 

"Je veux préciser cette demande particulière pour une série de raisons. Beaucoup de mes électeurs ont exprimé leur inquiétude par rapport à la décision que veut prendre l’état de faire vacciner leurs enfants, alors qu’ils estiment que cette décision appartient aux parents. Exclure les enfants de l’école pour avoir refusé de les faire vacciner contre une maladie qui se répand uniquement par voie sexuelle constitue un très sérieux risque de créer un précédent grave en mesure d’empiéter sur les droits des parents de prendre des décisions médicales pour leurs enfants, comme aussi sur le droit des enfants de fréquenter l’école."

 

Voir aussi :

 

*Les effets secondaires sont cachés aux parents

 

*Doit-on faire taire les médecins qui s’opposent aux vaccinations obligatoires?

 

 

Source: Health Impact News

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 11:36
Hélène Lorenzo-Prévot

 

 

Danger vaccin Gardasil, 29 juillet 2015

 

La vie de ma fille Emmanuelle a été gâchée à la suite de la dernière injection du vaccin Gardasil. Depuis 2008 elle se bat sans relâche.


Emmanuelle, âgée aujourd'hui de 23 ans, a reçu le Gardasil en 2008, à l'âge de 15 ans. C'est après la troisième injection que tout bascule. Elle a alors commencé à ressentir une grande fatigue accompagnée de migraines et de nausées. Puis une douleur à l’articulation sacro-iliaque. La douleur de la fesse devenait si vive, qu’elle a vu une rhumatologue, qui a force d’IRM a conclu à un début de spondylarthrite ankylosante, mais qui n’était pas vraiment déclaré, car elle ne ressortait pas dans la prise de sang. Donc on ne pouvait pas trouver de traitement et donc les anti-inflammatoires et les antidouleurs n’ont eu aucun effet. D’autres douleurs sont apparues, aux articulations aux muscles, des pertes d’équilibre, des malaises, des paralysies temporaires. Nous avons contacté un centre antidouleur, où ils l’on dirigée vers des psys, car d’après eux sa douleur été psychologique.

 

La seule chose qui l'a calmée un moment était un médicament à base de morphine, auquel elle est devenu accro au point d’aller consulter pour addiction, afin de s’en débarrasser, car elle passait ses journées à dormir.

 

Des problèmes d’allergies se sont greffés, de circulation sanguine, d'extrémités froides, ongles qui sautent, perte importante des cheveux, irritation des yeux, le cœur qui s’emballe, souffle difficile, psoriasis, poussée d’acné, maux de ventre et surtout douleurs très vives avant et pendant les règles. Et je suis sûre que j’en oublie. On a mis énormément de temps à réaliser et faire le lien avec ce vaccin, c’est à force de recherches de témoignages sur ces douleurs et en faisant le rapprochement de la date à laquelle tout a commencé que cela m’est apparu comme une évidence. Combien de jeunes filles sont comme nous l’étions, encore dans l’ignorance que ce qui leur arrive vient de ce vaccin Gardasil ? 

 

Ma fille voulait être soigneur animalier, elle n’a pas pu finir ses études et passer son BAC pro. Actuellement elle est sans emploi, mais que peut-elle faire comme travail ? En sachant qu’elle souffre en position debout prolongée et assise prolongée. Il faudrait qu’elle puisse travailler à son rythme, avec des poses répétées. Les jours où elle ne se sent pas bien, trop fatiguée, elle ne pourra pas aller travailler…C’est quasiment impossible de trouver quelqu’un qui veuille bien vous embaucher dans ces conditions. Et pourtant elle a envie de se battre, de s’en sortir… tout simplement de vivre…Elle est très courageuse. 

 

Nous avons décidé de porter plainte pour atteinte involontaire à l’intégrité de la personne humaine. Je veux que ma fille et toute les autres jeunes filles dans son cas soient reconnues handicapées et qu’elles soient indemnisées.

 

 

Initiative Citoyenne soutient et salue le courage et la détermination de cette maman et de sa fille face à ce qui représente un scandale sans précédent dans l'histoire de la médecine, à savoir la destruction en pure perte de la santé de toute une jeunesse et tout cela au nom d'une idéologie mortifère. Il y a maintenant plus que jamais URGENCE à ce que les jeunes filles touchées et leurs parents se lèvent, prennent la parole et se rassemblent pour réclamer JUSTICE. Vous autres, milliers de lecteurs qui fréquentez ce site chaque jour, chaque semaine et chaque mois, vous avez tous déjà au moins entendu parler autour de vous de "vaccins qui ont mal tourné", que ce soit chez des bébés, des jeunes filles ou des gens plus âgés. Tendez l'oreille, soyez attentifs car on en parlera de plus en plus dans les années qui viennent et d'autre part, il s'agira aussi de jouer un rôle citoyen, c'est-à-dire un rôle actif, en aidant les personnes non encore informées à faire le lien (d'autant que cette méconnaissance expose ces malheureux à une aggravation irréversible et potentiellement mortelle de leur état à chaque nouveau vaccin ultérieur, les mêmes causes entraînant les mêmes effets...). Informez largement autour de vous et incitez sans réserve les personnes concernées à témoigner, même anonymement. Il faut que cela se sache, notre jeunesse et l'humanité tout entière mérite tout simplement de SAVOIR...

 

Les personnes qui souhaitent entrer directement en contact avec la maman d'Emmanuelle pour partager une expérience négative sur le Gardasil peuvent lui écrire directement un message privé via son compte Facebook ou s'inscrire et aller faire un tour sur le groupe Facebook Danger vaccin Gardasil-Décès d'Adriana Kolbecher. Il est aussi de contacter Initiative Citoyenne (IC) pour que nous transmettions à la maman d'Emma. Merci pour votre collaboration!!

Vie gâchée, morphine et arrêt d'études: une maman dénonce le Gardasil
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 21:29

Le propriétaire croit que son cheval est devenu malade suite à une réaction au vaccin Hendra

Encore un cheval gravement malade suite à un vaccin...

8 août 2015

 

Gemma Antrobus a passé la plus grande partie de la semaine dans un paddock avec son cheval « Mare Bella » gravement malade.

 

La dame de Tin Can Bay a déclaré qu’elle avait remarqué que Bella était devenue malade après sa première dose du vaccin contre le virus de Hendra.

 

Gemma pense que Bella a fait une mauvaise réaction à la vaccination.

 

Sa jument était à peine capable de marcher; elle passait de longues périodes couchée sur le sol incapable de bouger.

 

La communauté de Wide Bay a offert tout son soutien à Gemma et à sa famille qui se bat pour sauver la vie de Bella.

 

Les ennuis de Bella ont commencé samedi dernier quand on l’a retrouvée allongée sur le sol éprouvant d’énormes difficultés en essayant de se lever pour pouvoir marcher.

 

Gemma a décrit la situation comme « terrifiante » en précisant que quand Bella essayait de marcher, c’était un peu comme si elle allait se casser les pattes.

 

Gemma déclare que sa jument était en parfaite santé avant qu’elle ne reçoive le vaccin, tout en précisant que le vétérinaire qui avait traité Bella ne pensait pas qu’il s’agissait d’une réaction au vaccin.

 

L’histoire de Bella a été partagée des centaines de fois sur Facebook et a enflammé les médias sociaux, en particulier les groupes opposés à la vaccination Hendra controversée.

 

Avant que Bella ne puisse recevoir un traitement, elle a dû faire l’objet de tests pour Hendra car il pouvait y avoir un risque pour les humains, explique Gemma.

 

On croit que Bella a été débarrassée de la maladie après qu’un vétérinaire du groupe « Gympie » ait effectué un test sanguin sur le cheval malade.

 

La clinique vétérinaire « Gympie » a été contactée pour un commentaire, mais elle a refusé de faire une déclaration. La vaccination Hendra a reçu l’approbation après l’enregistrement à « l’Australian Pesticides and Veterinary Medicines Authority » en début de semaine.

 

Selon l’information de « L’Australian and Veterinary Medicines Authority », il y aurait eu 633 notifications d’effets secondaires probablement liées au vaccin, dont 125  parmi les 340.000 doses administrées dans toute l’Australie.

 

Moins de 0,8% des chevaux auraient souffert de possibles et probables réactions, selon les données de l’APVMA.

 

« Le vaccin est sûr »

 

L’APMVA a fourni des informations à « ABC Rural »  au début de cette année dans lesquelles il était précisé qu’il y avait eu 11 plaintes au sujet de vaccins qui auraient entraîné la mort.

 

Dans sept de ces cas, on a trouvé que c’était la vaccination qui aurait pu provoquer la mort du cheval, alors que pour les autres cas il a été précisé que c’était peu probable ou tout simplement que l’on ne savait pas.

 

On a enregistré 73 cas de décès dus au virus Hendra, tandis que quatre personnes seraient mortes du virus dans le Queensland.

 

Nathan Anthony, représentant de l’ « Equine Veterinarians Australia » a déclaré que les symptômes que Bella présentait étaient compatibles soit avec un traumatisme, soit avec une sorte de virus. Il a précisé que du sang avait été prélevé sur le cheval aux fins d’analyse pour pouvoir déterminer de quoi souffrait le cheval.

 

M. Anthony précise que Gemma avait dit à d’autres médias que Bella avait perdu du poids avant de recevoir la vaccination., chose qui pourrait faire penser à un virus.

 

Il précisa en outre que les gens devaient se méfier de lier une maladie récente à une vaccination, car il y avait toujours un risque que les deux ne soient pas liés.

 

« Il s’agit ici du moyen le plus efficace de réduire le risque de l’Hendra », a-t-il précisé. Il a conseillé aux propriétaires de chevaux de consulter leurs vétérinaires plutôt que de se baser sur l’information diffusée par les médias sociaux.

 

Iris Amann Maryborough de la Thérapie Equine de Wide Bay a offert ses services après avoir entendu parler de la maladie de Bella. Elle a traité l’animal avec acupuncture, massage et stimulation musculaire. Iris a précisé que malgré les difficultés éprouvées par l’animal pour se déplacer, elle pensait que Bella pourrait guérir en fonction de ce qu’elle avait déjà pu observer. Iris a aussi précisé que ses chevaux avaient reçu le vaccin Hendra et qu’aucun d’entre eux n’avait présenté d’effet secondaire. Elle dit aussi que Bella avait du mal à se tenir sur ses pattes arrière. Elle remarqua cependant que les yeux de Bella étaient clairs, qu’elle mangeait bien, et comme elle faisait des efforts pour se lever, elle gardait l’espoir que Bella puisse survivre à son épreuve.

 

Iris a aussi pu observer à quel point Gemma et son mari aimaient le cheval, précisant qu’il était spécialement agréable de voir tout le soutien dont la famille et le cheval bénéficiaient. Une page a même été créée sur Facebook pour le cheval malade intitulée « We support Bella. »

 

Hier, Facebook a rapporté des nouvelles encourageantes. Le cheval avait pu s’asseoir pour de brèves périodes et faisait des efforts pour se lever.

 

Une page de GoFundMe a également été créée par Simone Mc Ardle pour aider la famille à payer les factures des vétérinaires.

 

Une cible de 4.000$ a été fixée. A ce jour 560$ ont été récoltés.

 

Source: Frasercostchronicle

 

Voir aussi:

 

Des vaccins qui finissent mal et un cheval qui finit euthanasié!

 

Vaccination des chats et des chiens: 99% des effets secondaires ne sont pas rapportés

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 20:59
Vaccins hexavalents & œdèmes cérébraux mortels du nourrisson

Le vaccin, un geste anodin?

(Extrait du documentaire de Valentin Thurn, sur Arte en 2007)

 

Presque chaque jour, des corps dont la cause du décès est inconnue sont transférés à l’Institut Médico-légal de Münich, et autopsiés sur demande du Ministère public. Au cours des dernières années, des découvertes inhabituelles ont été faites sur les corps de plusieurs nourrissons. En 25 ans de carrière, le professeur Randolph Penning a autopsié plus de 10.000 corps. Il a récemment constaté une multiplication des cas d’oedèmes cérébraux chez les nourrissons comme il n’en avait jamais vus depuis qu’il exerce. 

Certains médecins légistes SAVENT mais...ont-ils seulement le droit de parler? Seront-ils entendus ou bien les rapports d'autopsie resteront-ils volontairement évasifs et incomplets, induisant ainsi en erreur les familles éplorées ?

Certains médecins légistes SAVENT mais...ont-ils seulement le droit de parler? Seront-ils entendus ou bien les rapports d'autopsie resteront-ils volontairement évasifs et incomplets, induisant ainsi en erreur les familles éplorées ?

En 2002, nous avons été amenés, en l’espace d’un mois, à examiner plusieurs corps d’enfants qui avaient été vaccinés peu de temps auparavant. Nous avons remarqué que leur cerveau était très dur. Et lorsque le cerveau d’un nourrisson est dur, c’est pour nous un signe qu’il est peut-être mort par asphyxie. Ni notre Institut, ni la police criminelle ne pensions qu’il pouvait s’agir d’homicides, mais les résultats que nous obtenions étaient suspects.

 

Depuis l’introduction du vaccin hexavalent sur le marché, sur 120 enfants autopsiés, nous avons eu 6 cas de décès survenus le jour ou le lendemain de la vaccination. Cette multiplication des cas nous a alertés.

 

Il y a environ 300 médecins légistes en Allemagne. On se connaît entre nous. J’ai eu l’occasion de discuter avec des collègues qui ont autopsié des enfants dans ce cas, et d’après eux, tout semble indiquer qu’il y a un lien entre le vaccin hexavalent et ces décès qui sont survenus le jour-même ou dans les 48 heures qui ont suivi la vaccination.

 

Le vaccin hexavalent protège contre la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos, l’haemophilus influenzae de type B, la coqueluche et l’hépatite B. Un cocktail un peu trop explosif ? Alertés par la multiplication des cas de morts subites inexpliquées l’EMEA, l’Agence Européenne pour l’Evaluation des Médicaments (EMEA) et l’Institut allemand de Recherches Paul Ehrlich décident de mener l’enquête.

 

Un ancien collaborateur de l’Institut raconte qu’un des deux vaccins hexavalents commercialisés avait retenu l’attention des chercheurs. Je travaillais encore à l’Institut à l’époque où le premier décès survenu suite à l’administration du vaccin hexavalent a été signalé. D’après moi, il n’y avait pas à tergiverser. Le vaccin aurait dû immédiatement être retiré du marché.

Le message de Klaus Hartmann est clair: on a menti au public sur les véritables raisons du retrait du marché du vaccin Hexavac préférant faire croire aux parents à une inefficacité plutôt qu'à une dangerosité du produit

Le message de Klaus Hartmann est clair: on a menti au public sur les véritables raisons du retrait du marché du vaccin Hexavac préférant faire croire aux parents à une inefficacité plutôt qu'à une dangerosité du produit

De son côté l’EMEA, a réuni un groupe d’experts qui a jugé qu’on ne disposait pas de données suffisantes pour pouvoir prendre une mesure aussi drastique. A la suite de quoi, l’Institut Paul Ehrlich a décidé de lancer une grande étude épidémiologique qui permettait de recenser tous les cas de mort subite du nourrisson. On a démarré l’étude en 2005, et, une semaine avant que l’on commence à recenser tous les cas de mort subite, l’EMEA a soudain publié un communiqué. 

 

Quand je l’ai lu, j’ai été très surpris. Le communiqué stipulait que la protection à long terme d’un des composants  du vaccin hexavac contre l’hépatite B était insuffisante. Sur les recommandations de l’EMEA, le fabricant a donc retiré le vaccin du marché, plus ou moins de sa propre initiative. En fait, la véritable raison pour laquelle ils ont retiré le vaccin, c’est qu’ils ne voulaient pas prendre le risque que d’autres décès surviennent et qu’ils apparaissent dans notre étude. Au final, ces cas de morts subites n’ont jamais été éclaircis. Mais de nombreux indices pouvaient laisser penser qu’ils étaient liés à un problème de vaccins. L’étude qui doit se terminer fin 2007 ne fournira donc aucune explication sur les cas de décès suspectés d’avoir un lien avec le vaccin Hexavac. Puisqu’il a été retiré de la vente. Un autre vaccin hexavalent est actuellement disponible sur le marché. Certains médecins légistes ont déjà signalé des cas de décès.

Très important: ce phénomène d'oedème cérébral post-vaccinal doit aussi être mis en lien avec la multiplication des cas de bébés prétendument secoués dont une majorité sont des victimes de vaccins et non de maltraitances mécaniques... devant la multiplication des cas de "bébés secoués" et la mise en cause de parents et de gardiennes et puéricultrices potentiellement innocents, il convient d'oser voir cette triste réalité dans l'intérêt de tous.

Voir aussi

 

Infanrix hexa: le document confidentiel accablant

 

GSK (productrice de l'Infanrix hexa) a-t-elle peur que ses stratégies soient dévoilées? Car la section "vaccins" de la firme a bâti sa prospérité financière sur la valence hépatite B (qui rend le vaccin Infanrix hexa lui aussi brevetable et prolonge les brevets...)

 

Composition comparative des notices des vaccins hexavalents

 

Dynamique des jours critiques & mort subite du nourrisson (Nexus janvier-février 2006)

 

Bébé secoué ou bébé vacciné? Article du Dr Viera Scheibner (Nexus janvier-février 2006), voir à partir de la page 5/9

 

NB: vous pouvez aussi taper pour + d'infos "bébé secoué vaccins initiative citoyenne" dans un moteur de recherche comme Google.be ou Google.fr pour accéder facilement aux autres articles que nous avons déjà publiés sur ce thème.

 

Et ci-dessous, en début et en fin de vidéo, les bobards irresponsables de l'ONE (Office belge de la Naissance & de l'Enfance) dans le style "pas vu, pas pris"... "Mais bien sûr que si des informations inquiétantes apparaissaient, on rééxaminerait la situation !" (Dr Marie-Christine Mauroy, 5 mai 2012, RTBF)... On vous "croit" Dr Mauroy!!

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 16:56

Le site du FC Barcelone où joue le célèbre footballeur brésilien l'a annoncé il y a peu: le joueur sera absent 15 jours pour cause d'oreillons alors qu'il avait pourtant bien été vacciné, mentionne le Club (de façon honnête).

Le footballeur Neymar fait les oreillons malgré le vaccin

Ce joueur (comme des millions d'autres personnes dans le monde) aura donc encouru les risques du vaccin en pure perte, pour finir par faire quand même la maladie. C'est le symbole d'un mythe qui s'effondre, non pas celui du foot mais bien celui du "vaccin forcément protecteur". Les espoirs puériles et tout le simplisme qui maintenaient encore le chateau de cartes vaccinal s'effondrent et se fissurent les uns après les autres et cela n'est pas prêt de s'arrêter!

 

Les anticorps sur lesquels est axée de façon complètement obsessionnelle et disporportionnée toute la "recherche" vaccinologique sont loin d'être un gage absolu de protection. Il faut le dire et le répéter: on peut être vacciné, avoir développé des anticorps et faire quand même la maladie. A l'inverse, on peut ne pas avoir développé d'anticorps (que l'on soit vacciné ou non) et ne pas faire la maladie. Les anticorps ne sont qu'une infime partie du système immunitaire qui est beaucoup plus complexe que les pseudo explications réductrices qu'on vous fourgue histoire de vous "séduire" en vous donnant l'illusion que les vaccins sont un processus efficace que vous parvenez facilement à comprendre intellectuellement.

 

Non, les vaccins sont un domaine archi complexe mais ce qu'il faut savoir, c'est que les prétendus experts du secteur jouent aux apprentis-sorciers, ils affirment au nom d'un dogme médico-commercial des choses qu'ils ne savent pas et ignorent volontairement ce qu'ils ne veulent pas investiguer de peur de ce qu'ils découvriront. C'est ainsi qu'on découvre par exemple de plus en plus les stratégies de la Nature pour contourner les vaccins et l'arrogance insolente de cette méthode si peu intelligente: de plus en plus de souches, tant virales que bactériennes contre lesquelles il existe des vaccins mutent et s'adaptent (pneumocoques, coqueluche, grippe, HPV, oreillons, etc.).

 

Les vaccinés perdent donc de plus en plus au change car ils encourent alors non seulement les risques du vaccin mais aussi ceux de la maladie (souche mutée ou non). En outre, les personnes qui acceptent de se faire vacciner docilement et naïvement sans assumer leur responsabilité citoyenne de s'informer plus avant sur les conséquences néfastes de leur choix en termes collectifs (= favoriser par des vaccinations de masse l'émergence de souches mutées encore pire pour toute la collectivité!) peuvent finalement être traitées d'égoïstes et d'irresponsables en termes de résultats globaux et finaux. C'est là qu'on comprend donc évidemment toute la perfidie du discours propagandiste officiel qui entend culpabiliser pour mieux vacciner alors qu'il y aurait en réalité lieu de responsabiliser énergiquement pour arrêter cette vaccination effrénée et aréflexive!

 

Voir encore ci-dessous une nouvelle information sur cet échec prévisible de la vaccination tous azimuts: DOUBLE RISQUE POUR LES VACCINES (< du vaccin & de la maladie naturelle) alors que pour les non vaccinés, seul le risque lié à la maladie naturelle, toujours hypothétique par définition, existe... à méditer...

 

Une épidémie d’oreillons frappe des étudiants de l’Illinois qui avaient pourtant déjà reçu 2 doses de vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole)

 

Par Jonathan Benson, 9 août 2015

Le footballeur Neymar fait les oreillons malgré le vaccin

Des dizaines d’étudiants fréquentant l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign (UIUC) ont attrapé le virus des oreillons. Les autorités craignent que cela puisse faire boule de neige et provoquer une épidémie tous azimuts. Mais, une fois de plus, la grande majorité des étudiants qui ont été touchés avaient déjà été vaccinés deux fois contre les oreillons (ROR) avant d’attraper la maladie, bouleversant ainsi les prétentions du gouvernement par rapport à ce vaccin qui s’est finalement avéré dangereux et inutile.

 

Les rapports indiquent que quelque 69 cas d’oreillons ont jusqu’à présent été signalés sur le campus de l’UIUC. Selon le Directeur Nirav Shah du Département de la Santé publique de l’Illinois, la plupart de ces cas se sont produits chez des étudiants qui avaient précédemment reçu deux séries du vaccin combiné rougeole-oreillons-Rubéole (ROR).

 

Comme vous le savez, l’efficacité du composant « oreillons » du vaccin ROR avait été mise en cause par deux anciens scientifiques de Merck qui avaient déposé plainte en 2010. Ils ont prétendu que le géant du vaccin avait fabriqué des données d’étude pour promouvoir ce vaccin controversé et le présenter comme efficace, alors qu’en réalité il ne fonctionnerait pas comme annoncé.

 

L’épidémie d’oreillons qui s’étend à l’UIUC donne encore plus de poids aux arguments que ces deux scientifiques avaient produits devant le tribunal - à savoir que malgré la vaccination avec le ROR, des individus pouvaient encore devenir malades. Et pourtant, Shah de l’IDPH croit que la solution est de promouvoir encore plus de vaccins ROR chez les étudiants dans l’espoir supposé de freiner l’extension de la maladie.

 

Il a expliqué aux médias que, même si les premières séries de vaccins n’ont apparemment pas marché chez les étudiants affectés, ceux-ci devraient se soumettre à une troisième série de vaccins qui seraient supposés pouvoir contrôler l’épidémie, rapporte Fox News.

 

Le vaccin ROR pourrait avoir déclenché l’épidémie d’oreillons de l’Illinois, mais les autorités sanitaires continuent à encourager les gens à continuer de se faire vacciner.

 

Seuls les esprits tordus de ceux qui préconisent les vaccins à tout prix peuvent penser qu’il est raisonnable de continuer d’injecter le même vaccin potentiellement mortel à des personnes qui en ont déjà reçu deux et qui n’ont manifestement pas eu d’effet. Shah prétend que le vaccin ROR commence seulement à se montrer efficace deux semaines après qu’il ait été administré. Mais alors pourquoi tous les élèves vaccinés ont-ils contracté les oreillons ?

 

La réponse à cette question est que le vaccin ROR ne prévient pas les oreillons, mais peut effectivement les diffuser.

 

Chaque injection contient une version affaiblie ou atténuée du virus vivant des oreillons. Les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) l’admettent ouvertement sur leur site, précisant que les trois virus du ROR « se développent » et peuvent causer une infection après avoir été injectés.

 

Une fois à l’intérieur du corps, ces virus ont le potentiel  de « se répandre » à d’autres personnes, y compris les non vaccinés ou les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Une épidémie d’oreillons s’est produite aux Pays-Bas. La souche du virus des oreillons génotype D a contaminé des contacts proches des personnes qui avaient été récemment vaccinées par le ROR. On a soupçonné que l’épidémie avait été déclenchée par le virus du vaccin qui se répandait.

 

En tant que directeur de la Santé dans l’Etat d’Illinois, Shah devrait être au courant de la chose, ou au moins de cette étude particulière, ou même d’autres qui suggèrent un lien de causalité entre l’excrétion du virus vaccinal et la maladie. Mais il n’en n’a jamais soufflé mot dans les médias, choisissant plutôt de pousser le vaccin susceptible d’avoir été le responsable du déclenchement de cette épidémie en Illinois.

 

« A la lumière des importantes lacunes qui émaillent depuis longtemps la connaissance scientifique des microbes infectieux, le microbiome (= génome des souches microbiennes internes aux organismes), l’épigénétique (= la façon dont l’ADN est lu et dont l’expression des gènes peut se modifier selon l’environnement), la nature de la santé humaine, la sécurité à long terme, l’efficacité et l’utilisation des vaccins à virus vivants atténués et des vaccins à virus génétiquement modifiés n’ont pas encore été établis. » explique un rapport du Centre National d’Information sur les Vaccins (NVIC).

 

« Parfois la souche du vaccin à virus vivant atténué peut muter et reprendre de la virulence, y compris la neurovirulence. Ceci augmente considérablement les risques de complications graves d’infection par le virus de la souche vaccinale. »   

 

Source : Naturalnews

 

Voir aussi:

 

Oreillons: Merck accusée de fraude par deux de ses ex-travailleurs

 

Oreillons: les chefs de clinique savent l'inefficacité du vaccin mais le dogme est plus fort que tout

 

Le grand retour des oreillons en France, malgré les 2 doses de ROR!

 

Retour en force des oreillons en Belgique malgré le vaccin

Merck accusée de fraude par deux de ses ex-travailleurs
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 11:31

Je veux que ma fille retrouve la santé qu’elle avait avant le Gardasil

 

Par Ann, Fitzpatrick, Irlande, 7 août 2015

 

Ma fille a eu 15 ans en février 2015. Elle avait quantité d’amis et participait à de nombreuses activités à l’école et à la maison. Elle pratiquait la danse irlandaise depuis l’âge de 4 ans, jouait football pour sa paroisse et pour son comté. Elle a obtenu la deuxième place au cours d’une compétition mondiale d’écriture. Elle excellait à l’école. En bref, elle était en parfaite santé, très active et heureuse.

 

Tout cela a changé peu de temps après qu’elle eût reçu sa première injection du vaccin contre le HPV, le Gardasil en octobre 2012.

 

En novembre, elle a commencé à faire des convulsions. Depuis, elle souffre de douleurs dans la poitrine, de problèmes de vue, de crises non-épileptiques, de pression artérielle trop basse, d’une inflammation de l’estomac et de l’intestin grêle, de reflux. Elle est en outre très fatiguée et n’a pas d’énergie. Son pouls peut atteindre les 216 battements quand elle fait quelques mètres et 178 une fois qu’elle est assise. Les médecins lui ont raconté tellement de choses aux cours des derniers deux ans et demi qu’elle ne veut plus les voir.

 

En avril 2013, en raison des nombreuses crises qu’elle faisait à l’école, la direction lui a fait comprendre que pour des raisons de sécurité et de santé, il valait mieux qu’elle ne vienne plus à l’école. La direction lui a suggéré de suivre des cours à la maison. Ma fille a contacté des rédactions de journaux pour raconter toute son histoire. Elle voulait faire savoir qu’elle souhaitait continuer à aller à l’école. […]

 

Dans chaque hôpital où Carol s’est rendue, j’ai signalé la connexion avec le vaccin contre le HPV. Je l’ai aussi signalée au HSE et au Conseil médical.

 

Un neurologue américain qui s’occupait de Carol m’a dit que même si le Gardasil ne lui provoquait pas de nouvelles crises, il n’empêchait cependant pas qu’il y ait contribué. Tout ce que les autres médecins ont pu me dire c’est qu’il s’agissait d’un cas compliqué. Même quand elle en était au tout début de ses crises, un médecin de Kilkenny  nous a dit qu’il ne voulait pas la prendre en charge. D’autres médecins nous ont dit que tout était dans sa tête.

 

A mon avis, ce sont ces gens-là qui ont besoin d’aide. Ils ont grandement besoin d’ouvrir leurs yeux pour voir ce que le système de santé a fait à ma fille. Deux ans et demi ont passé et nous n’avons toujours pas de réponse. 

 

Aucun mot ne peut traduire ce que je ressens. Je veux tout juste que ma fille retrouve la santé qu’elle avait avant la vaccination. Je veux que le système de santé nous vienne en aide. Je veux qu’ils fassent tous les tests qui seront nécessaires. Je veux qu’elle puisse bénéficier de tous les traitements qui lui seront nécessaires pour qu’elle puisse retrouver une vie normale.

 

Source: SaneVax

&quot;Je veux que ma fille retrouve la santé qu'elle avait avant le Gardasil&quot;
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 12:57

Une ancienne visiteuse médicale de MERCK explique que l’obligation vaccinale est pour le profit, pas pour la santé publique

Une ancienne employée de Merck l'avoue: &quot;l'obligation vaccinale, c'est pour le profit et pas pour la santé publique&quot;

Brandy Vaugham est une ancienne représentante de ventes pour le fabricant de vaccins Merck & Co. Elle explique en détails comment les fabricants de vaccins se servent précisément des vaccins pour réaliser d’énormes profits et non pour la Santé publique. Brandy a effectué des recherches sur la sécurité des vaccins. Elle a trouvé que, non seulement les vaccins contenaient des produits toxiques connus qui pouvaient provoquer des dégâts neurologiques, mais aussi que les fabricants de vaccins ne réalisaient pas les mêmes études de sécurité pour les vaccins comme ils le font pour les autres médicaments. Ce manque de recherches sur la sécurité des vaccins ajouté aux effets secondaires de la vaccination a contribué à faire prendre à Brandy la décision de ne jamais faire vacciner son enfant. Brandy déclare qu’administrer des vaccins à nos enfants, c’est comme jouer à la roulette russe avec eux. Elle ajoute que la vaccination obligatoire est simplement un moyen pour les fabricants de vaccins de faire de plus amples bénéfices encore sur le dos de nos enfants. S’il vous plaît, ne soyez pas dupes : nous n’avons aucun besoin de vaccination obligatoire.

 

Larry Cook, www.StopMandatoryVaccination.com

 

Mon premier engagement dans l’industrie pharmaceutique comme représentante pour la firme Merck date de l’époque où le Vioxx était sur le marché. J’étais, en fait, représentante pour le Vioxx de Merck. Quand il est apparu que Merck avait falsifié ses données de sécurité, et que le Vioxx provoquait deux fois plus de crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux chez les personnes qui prenaient le médicament, j’ai commencé à réaliser qu’il y avait beaucoup de corruption dans les coulisses et que ce n’était pas parce qu’un médicament était sur le marché qu’il pouvait être considéré comme sûr.

 

Après avoir travaillé pour Merck, je fus assez désabusée par l’ensemble du scandale. J’ai vécu à New-York pendant huit ans, et c’est là que j’ai eu mon fils. A six mois, je l’ai ramené avec moi à San Francisco sans qu’il soit vacciné. Quand je me suis rendue à la visite médicale, ils ont essayé de nous fourguer les vaccins. A cette époque, je n’avais pas encore fait énormément de recherches, mais j’en savais déjà assez pour ne pas faire aveuglément confiance aux médicaments. Au cours de la visite médicale, j’ai demandé à voir la notice du vaccin. Le médecin a éclaté en colère, prétendant que je ne lui faisais pas confiance. Il sortit en claquant la porte et une infirmière me fit savoir que je ne serais désormais plus jamais la bienvenue dans cette clinique. Sachant tout ce que j’avais déjà appris en tant que représentante, ce fut pour moi un fameux et énorme signal. Je poursuivis donc mes recherches sur les vaccins, les ingrédients et les données inexactes de sécurité.

 

Je découvris beaucoup de choses. L’une d’elles était que l’aluminium était le principal adjuvant des vaccins pour enfants. J’avais déjà fait certaines recherches sur l’aluminium et avais donc déjà une certaine expérience. Ma grand-mère avait eu un cancer du sein. La biopsie avait montré des taux élevés d’aluminium dans ses tissus.  Le médecin nous expliqua que ma grand-mère devait abandonner les déodorants traditionnels parce que l’aluminium qui s’y trouvait était susceptible de provoquer le cancer. C’était un produit cancérogène. Ce fut encore un fameux signal d’avertissement pour moi quand je réalisai que ces produits se trouvaient dans les vaccins pour les enfants. Je parvenais à peine à y croire !

 

J’ai continué à faire de plus en plus de recherches et je finis par réaliser qu’aux Etats-Unis on administrait deux fois plus de vaccins que dans la plupart des autres pays développés, et que la véritable crise de santé était le fait que nos enfants étaient plus malades que dans n’importe quel autre pays développé, en dépit du fait que plus d’argent était, par habitant, dépensé pour les soins de santé. Aux Etats-Unis, nous avons les taux les plus élevés de mort subite du nourrisson, d’asthme, d’allergies alimentaires, de TDAH, de leucémie infantile, et du type 1 de diabète. Pour moi, c’était cela la véritable crise de santé.

 

Au plus j’approfondissais le sujet, au plus je réalisais que les vaccins ne concernaient guère la santé publique. Il s’agit surtout des profits de l’industrie pharmaceutique. Ce qui est intéressant avec les vaccins, c’est que les mêmes études rigoureuses de sécurité qui sont réalisées pour la plupart des médicaments ne se font généralement pas pour les vaccins parce que tout simplement les vaccins sont considérés être une mesure de santé publique contrairement aux différents médicaments. Les études des vaccins durent en général peu de temps. Ce se sont pas des études en double aveugle avec véritable placebo comme c’est pourtant la norme d’or pour les médicaments. Pour les vaccins,  on n’exige pas les mêmes études rigoureuses que pour les médicaments. Il est aussi très facile de manipuler les données et de les présenter comme étant sans danger. Si on analyse les études en étant particulièrement attentifs à la toxicité des adjuvants et des additifs, on s’aperçoit que les études dites de sécurité ne prouvent pas du tout la sécurité des vaccins. En fait,  il existe pas mal d’études qui montrent que quantités d’additifs des vaccins sont très toxiques, tout spécialement pour les enfants dont le système immunitaire est encore particulièrement immature.

 

Au plus j’approfondissais les études de sécurité et me rendais compte à quel point elles étaient défectueuses, au plus j’étais en quelque sorte mise en garde. Mon fils a maintenant 4 ans ½, et n’est toujours pas vacciné. Je me suis sentie d’autant plus motivée dans cette lutte que j’ai appris que des projets de loi rendant les vaccinations obligatoires commençaient à émerger un peu partout dans le pays, dans plus de 138 états. Il est clair pour moi maintenant qu’il s’agit d’une question de profit avant d’être une question de santé publique. Je sais que de nombreuses compagnies pharmaceutiques ont perdu leurs médicaments vedettes. Au cours de ces dernières années, elles ont perdu leurs brevets. C’est la raison pour laquelle ces compagnies cherchent à augmenter leurs profits.

 

Pour les vaccins, les études de sécurité sont moins rigoureuses et donc moins coûteuses, il y a moins d’obstacles pour en obtenir la mise sur le marché. En outre les sociétés pharmaceutiques sont dégagées de toute responsabilité, de toute poursuite possible. En fait, les vaccins sont le seul produit aux Etats-Unis pour lequel vous ne pouvez engager de poursuites judiciaires normales s’il y a dommage ou décès. Si vous réunissez tous ces éléments vous avez alors un produit avec la marge bénéficiaire la plus élevée possible. En rendant les vaccins obligatoires et en n’arrêtant pas d’élargir le calendrier vaccinal, ce sont nos enfants qui sont utilisés dans des buts de profit. C’est là exactement ce qui se cache derrière les projets de loi visant à rendre la vaccination obligatoire.

 

Une des choses que l’on me demande souvent c’est pourquoi on n’entend pas plus souvent parler de la chose si elle était vraie. Au cours de ma recherche, j’ai découvert que les Etats-Unis étaient l’un des deux seuls pays au monde qui autorisaient les entreprises pharmaceutiques à faire directement de la publicité aux consommateurs. Nous avons tous vu des publicités pour médicaments dans les médias. Cela permet aux compagnies pharmaceutiques de dicter essentiellement ce qui est présenté dans les médias. Si vous leur accordez 30 à 40% de leur publicité, vous contrôlez pratiquement tout ce qu’ils annoncent. Combien de journalistes et d’articles n’ont-ils pas été censurés, y compris le lanceur d’alertes du CDC, fin de 2014 qui a révélé que le CDC avait camouflé des données qui montraient que le vaccin ROR provoquait des dommages neurologiques (autisme). Récemment, il y a eu beaucoup d’histoires de différents pays qui poursuivaient les fabricants de vaccins pour des dommages et des décès. Certains vaccins n’ont plus été conseillés comme le Gardasil au Japon, le Prevenar en Chine, le Rotavirus en France. L’Espagne aurait fait un procès à Merck pour le Gardasil.

 

Au travers des médias traditionnels, les compagnies pharmaceutiques dépensent chaque année 18 milliards de dollars en frais de marketing. Pour les médecins, les compagnies dépensent six fois ces sommes en plans d’assurance santé, conférences éducatives, études publiées dans des revues médicales, etc., etc. Tout cela revient à dire que nous avons des vaccins exemptés de toute responsabilité pour le fabricant, très peu de données montrant que ces vaccins sont sûrs et efficaces, avec d’énormes dépenses de marketing. Aux Etats-Unis notre système vaccinal est délabré. Il n’est pas possible de rendre un produit obligatoire quand tant de questions restent sans réponse et quand tant de choses se passent dans les coulisses dont le public n’est pas conscient, comme par exemple les ingrédients des vaccins. Rappelez-vous qu’un pédiatre n’a pas voulu me montrer la notice du vaccin ! Il y avait évidemment de bonnes raisons pour cela : la présence d’aluminium, de formaldéhyde, de cellules de fœtus avortés, de cellules animales. Ces vaccins comprennent quantités d’autres éléments que d’autres pays refusent pour la consommation et pour l’incorporation dans les vaccins. Il y a aussi des éléments dont on ne connait pas les conséquences, et pour lesquels on ne possède pas suffisamment de données. N’est-ce pas jouer à la roulette russe avec la santé de nos enfants ?

 

Les compagnies pharmaceutiques disent que tout cela concerne l’aide apportée au public, concerne la sécurité publique. Je me demande alors pourquoi nous ne disposons pas de plus de données sur les effets que vont avoir tous ces éléments, pourquoi nous n’avons pas d’études long-terme, des études sur les effets qu’ont ces produits dans le corps même de nos enfants. Aujourd’hui, nous avons les enfants les plus malades du monde. Il y a quelque chose qui ne tourne plus rond. Il ne s’agit peut-être pas uniquement des vaccins. C’est aussi le cocktail de pesticides et de polluants dans l’eau, dans l’air. Mais les vaccins représentent souvent un déclencheur parce que génétiquement le corps a besoin d’un  déclencheur pour exprimer ce genre de maladies et de problèmes que nous connaissons aujourd’hui. Les vaccins sont souvent en cause parce que ces produits chimiques sont injectés dans le flux sanguin, de sorte qu’ils peuvent ne pas nécessairement passer par une grande partie des processus de détoxification. Il arrive que ces produits pénètrent directement dans le cerveau au travers de la barrière hémato-encéphalique. Ce sont ces questions difficiles qu’il nous faut poser. Avant cela, avant que nous ne disposions de plus d’information, il n’est absolument pas possible de rendre les vaccins obligatoires. Il doit y avoir le choix. Là où il y a risque le choix s’impose.

En 1983, un jeune Américain recevait entre 0 et 18 ans 24 doses de vaccins en 7 injections. En 2016, un jeune Américain de 18 ans aura déjà reçu 70 doses de vaccins répartis en 50 injections... Est-ce tellement mieux en Europe?

En 1983, un jeune Américain recevait entre 0 et 18 ans 24 doses de vaccins en 7 injections. En 2016, un jeune Américain de 18 ans aura déjà reçu 70 doses de vaccins répartis en 50 injections... Est-ce tellement mieux en Europe?

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 22:15

Le vaccin ROR a fait de mon enfant un autiste

 

Après avoir emmené son petit garçon de 18 mois en parfaite santé chez le pédiatre pour qu’il reçoive son vaccin ROR, la maman Gladys est rentrée chez elle avec un enfant dont la santé venait d’être endommagée par la vaccination. Le médecin lui a dit que les symptômes des dommages étaient « normaux », bien que son enfant devait plus tard recevoir le diagnostic d’autisme. La maman a pu aider son enfant avec une alimentation sans gluten et sans caséine, ainsi qu’en ayant recours à l’homéopathie. Veuillez s’il vous plaît avertir les parents que vous connaissez des dangers de la vaccination et contribuer à mettre fin aux vaccinations rendues obligatoires par le gouvernement.

 

Larry Cook, 15 juillet 2015

 

Bonjour, je m’appelle Gladys. Je voudrais partager l’histoire de mon petit garçon dont la santé a été endommagée par un vaccin. Tout a commencé par le fait que j’ai pensé bien faire en suivant le programme vaccinal, ne me doutant pas de ce qui pouvait se produire dans la suite. Je me suis donc présentée chez le médecin pour les vaccins de 18 mois. Avant de recevoir son vaccin ROR, mon petit était tout à fait normal, en bonne santé, enjoué, espiègle. Quand quelqu’un l’appelait pas son non, il se retournait et prononçait lui-même son nom. Il savait l’âge qu’il avait. Il disait régulièrement « Maman, Papa ». Après qu’il eût reçu le vaccin, j’ai remarqué que tout cela avait disparu. Il s’est replié sur lui-même et a commencé à régresser. C’était un enfant complètement différent. Il n’était plus du tout l’heureux petit garçon que j’avais connu. Plusieurs semaines après son vaccin ROR, j’ai pu observer qu’il avait des comportements différents qu’il n’avait jamais eus. Il ne savait plus comment jouer avec ses jouets habituels. Il s’en détournait et se contentait de rester tout le temps assis. Il pouvait ainsi rester assis sur le tapis pendant des heures. Si des enfants s’approchaient de lui, il ne les remarquait même pas, alors qu’ils étaient assis à côté de lui. Il n’a depuis, plus jamais dit le moindre mot.

 

Il ne savait plus son nom. Quand je lui demandais quel âge il avait, il ne savait plus. Comme je suis fort occupée, je me suis, pendant un certain temps, dit que c’était peut-être normal. Je l’ai malgré tout emmené chez le médecin en lui expliquant qu’il ne disait plus les mots qu’il prononçait habituellement. Il m’a répondu que c’était normal. Je l’ai cru, pensant qu’il devrait évoluer un certain temps et qu’il parlerait plus tard. Le fait est que la chose ne s’est pas produite. Son état s’est empiré, il a commencé à régresser, jusqu’à ce que des autres parents racontent à ma sœur que leur fils présentait le même comportement. Ma sœur m’a suggéré de faire des recherches. C’est ce que je fis. J’ai commencé à me documenter sur l’autisme parce que je ne savais pas vraiment de quoi il s’agissait. En découvrant la définition de l’autisme, je savais qu’il s’agissait bel et bien de ce dont mon fils souffrait, tout ce que faisait mon petit était décrit avec précision. Dans la suite je l’ai fait examiner et le diagnostic d’autisme est tombé quand il a eu 2 ans ½.

 

Larry : Parlez-nous un peu de votre ressenti face à tout cela.

 

Après que le diagnostic fut posé, j’ai commencé à chercher ce que nous pouvions faire en plus de ce qui nous avait été proposé. En fait, nous n’avons pas vraiment été aidés. Après nous avoir donné le diagnostic, nous avons été livrés à nous-mêmes. J’ai donc poursuivi les recherches. Malheureusement ce qui était proposé était au-dessus de nos moyens. Au début, la seule chose que nous avons pu faire, ce fut d’adopter une alimentation sans gluten et sans caséine. A peine avions-nous supprimé tout produit laitier que des changements apparaissaient déjà. Chaque fois qu’il reprenait du lait, il régressait à nouveau, il arrêtait de se déplacer. Nous nous sommes ensuite intéressés au gluten. Avec le gluten, il se réveillait à 2 heures du matin en grognant, se retournant et se retournant dans son lit. La suppression du gluten a mis fin à ce comportement. Après avoir commencé à détoxifier son corps, nous en sommes arrivés à un point où plus aucun progrès ne se produisit. Il était enfin OK.

 

C’est alors que j’ai commencé à m’intéresser aux médecines naturelles, ainsi qu’à l’homéopathie.. J’ai lu le livre « Autism Beyond Despair » (Autisme, au-delà du désespoir) dans lequel on parlait d’homéopathie. J’ai lu le livre, puis l’ai mis de côté, car il y avait toujours des questions d’argent en jeu. Nous ne pouvions pas nous permettre ces traitements. Mais quand je me suis rendue compte que mon petit ne progressait plus, nous avons changé notre fusil d’épaule. Nous avons commencé l’homéopathie. Après la première dose de son premier remède qui avait rapport avec la détoxification du ROR, nous avons entendu son premier mot ! Le second jour du traitement, il recommençait à être propre. Il reconnaissait de nouveau tous les mots. On aurait dit qu’il se les rappelait. C’était un peu comme si un épais brouillard avait jusqu’alors recouvert son esprit. Au fond, il n’avait rien oublié, il n’était tout simplement pas présent. Depuis lors, nous n’avons cessé de voir des améliorations. Il a été en traitement pendant environ 3 ans et il est tout à fait propre. Il parle à nouveau. Il est le petit garçon heureux que nous avions connu.

 

Je m’oppose fermement à la vaccination obligatoire, en tout premier lieu parce que ces lois vont à l’encontre de nos droits parentaux. En tant que parents, c’est à nous à décider de ce qui rentre dans le corps de nos enfants, quel traitement nous leur donnons. Ce n’est pas à l’état à prendre notre place. Je m’oppose à 100% à ces lois. Pourquoi ? Parce que j’ai vu mon petit régresser après un vaccin. Je n’ai même pas d’autre option possible. Il n’existe aucune chance que je le fasse encore jamais vacciner, non plus jamais. Si j’ai encore des enfants, plus jamais ils ne seront vaccinés, plus jamais

 

Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques Rougeole
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 16:45

La presse vient de relayer l'info: 40 plaintes ont été déposées en France, suite aux effets graves que des "vaccins défectueux" contre la méningite ont entraîné chez des enfants... l'heure est pourtant venue de faire tomber le rideau et de voir que derrière cet "arbre qui cache la forêt", tous les vaccins sont défectueux car tous sont expérimentaux... Aussi, derrière ces 40 plaintes, il y a des milliers d'autres cas jamais médiatisés causés par des vaccins non déclarés "défectueux"...

La défectuosité (au sens médiatique et journalistique du terme) des vaccins peut certes encore rajouter des risques supplémentaires mais ces risques ne sont qu'une triste "cerise sur le gâteau" déjà bien cramoisi de l'insécurité vaccinale -totalement inacceptable-, celle-ci s'expliquant parfaitement par la façon non scientifique et tout à fait biaisée selon laquelle les vaccins sont évalués avant leur mise sur le marché et que seuls les sots ou les gens de mauvaise foi peuvent encore oser défendre.

 

Même sans être déclarés "défectueux", vous devez savoir de toute urgence que les vaccins contre la méningite C (comme le Meningitec) sont statistiquement largement plus risqués que la maladie naturelle, selon les chiffres officiels eux-mêmes. En France, et si on tient compte que seuls 1 à 10% des effets secondaires graves de vaccins sont rapportés et comptabilisés (cf.p 2 de l'article), ces vaccins sont de 80 à 800 fois plus risqués pour les enfants que les risques de la maladie naturelle et cela même si ces vaccins ne sont pas déclarés "défectueux"!

 

Les officiels n'en savent pas assez sur le système immunitaire sur lequel les vaccins interagissent au long cours et donc bien entendu que les vaccins font peser sur TOUS les enfants des risques de maladies sérieuses à long terme et cela, même quand ils ne sont pas déclarés "défectueux"!

 

Lire aussi ici:

 

Méningite C: le vaccin plus risqué que la maladie (les chiffres sont là!)

 

Dr Classen: "Le public devrait être averti que les vaccins peuvent avoir des effets secondaires à long terme"

 

Signes neurologiques précoces des atteintes post-vaccinales (Dr Buchwald)

 

Rapport confidentiel accablant sur l'Infanrix hexa

 

Documents confidentiels accablants sur le vaccin Prevenar

 

Témoignages sur les effets dramatiques du Prevenar

 

Fiasco du Prevenar en termes d'efficacité aussi (donc non seulement les enfants encourent des risques mais en plus, ils les encourent en pure perte!)

 

Le vaccin Hib (= aussi inclus dans l'Infanrix hexa) provoque le diabète de type 1: l'étude du British Medical Journal

 

Mortalité infantile plus élevée dans les pays qui vaccinent le plus

 

Etude du British Medical Journal: le vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche tue des enfants (aussi en Afrique)

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Vaccins: le vrai scandale des faux placebo

 

Dr Saluzzo: "On ne sait pas comment marchent les vaccins"

Meningitec: les vaccins trop dangereux même non défectueux!

A noter/ Concernant la Belgique: Un retrait de vaccins Meningitec a été effectué en octobre 2014. Cf ce document de l'Association Pharmaceutique belge. Si votre enfant ou vous même avez souffert d'effets secondaires graves en lien avec ce retrait de vaccins, n'hésitez pas à témoigner ci-dessous dans la rubrique des commentaires ou à nous contacter directement par mail. Vous trouverez normalement plus d'information sur votre carte de vaccination (date du vaccin, numéro de lot etc.)

Meningitec: les vaccins trop dangereux même non défectueux!
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 15:23

Nous attirons vraiment votre attention sur cet aspect des choses parce que certains naïfs englués dans leurs idéaux (confondant la Science telle qu'elle devrait être avec la Science telle qu'elle est) continuent d'attendre pour "y croire" que des études scientifiques osent conclure "voilà, les vaccins sont une cause reconnue d'autisme" mais il est certain qu'ils attendront encore longtemps pour cela... tout simplement parce que c'est typiquement le genre de conclusions d'études qui ne seraient pas acceptées par principe, parce que cela ferait s'écrouler tout un chateau de cartes médico-pharmaceutique qui se chiffre en dizaines de milliards de dollars annuels. Donc entre croire au Père Noël ou comprendre et savoir comment le système fonctionne bien qu'il se présente à vous avec ce qui n'est qu'un vernis et une apparence de scientificité, nous vous laissons choisir la meilleure façon selon vous de protéger vos enfants...

 

Symptômes autistiques en hausse, voici le type de témoignages qui affluent (et qui afflueront de plus en plus si rien n'est fait pour protéger les enfants):

Autres témoignages (affluent aussi en anglais et venant d'autres pays):

 

"Infanrix & autisme

 Bonsoir,
Je me permets de vous contacter afin d'avoir de l'aide. En effet mon fils de 28 mois est atteint d'autisme. En effet, après les vaccinations de mon bébé, il y a eu différents changements de comportement mais celui m'ayant le plus alerté est le détournement du regard. J'ai parlé de ces pertes et changements de comportement à mon médecin, celui ci me répondant que rien ne pouvait être "détecté" avant ses 2 ans, chose qui est à ce jour faite. J'espérais que le jour où cela (l'autisme) serait enfin reconnu, il y aurait au moins une prise en charge médicale pouvant aider mon fils et  le préparer à la vie la plus normale possible en vue de ce qui l'attend
."

 

"Mesdames,
Tout d'abord nous vous sommes gré pour le combat que vous menez et nous sommes à vos côtés. J'ai un enfant de 3 ans et demi né en Espagne qui était normal jusqu'à l'âge d'un an (commençait à maîtriser le langage) ensuite arrivé en Belgique, il a dû se faire vacciner et a reçu 7 vaccins le même jour (6+1), depuis lors sa santé a changé (symptômes d'autisme) et j'étais dépourvu car ne comprenant pas ce qu'il lui est arrivé. C'est grâce à la rencontre d'un ami qui m'a parlé de votre association que je me tourne vers vous afin de solliciter votre avis ainsi qu'une orientation."

 

"Bonjour,

Suite à plusieurs vaccination mon fils est devenu autiste, j'ai voulu éviter cela à mon second fils mais les écoles et mes pédiatres me rendent la tâches difficile car j'ai peur qu'aucune école ne le scolarise. Y a-t-il des associations en Belgique qui peuvent m'aider?"
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 20:07

Une nouvelle proposition de loi fédérale abaisse les normes d’évaluation et d’approbation des nouveaux vaccins

Évaluation des vaccins: tapis rouge au laxisme!

Et voici venue la loi sur les soins au 21ème siècle : dites au revoir à la science qui s’occupe de la sécurité des vaccins !

 

Par Barbara Loe Fisher 24 juillet 2015

 

Le partenariat financier public-privé est le rêve des actionnaires des compagnies pharmaceutiques, et le pire cauchemar des consommateurs.

 

Ce partenariat lucratif qui utilise le slogan du « plus grand bien » pour violer les droits civils du peuple américain au nom de la « guerre contre la maladie » a le potentiel de détruire plus de vies que n’importe quelle guerre à laquelle notre pays a participé.

 

Il y a seulement quelques semaines que le lobby de l’obligation vaccinale a voulu, en Californie, faire passer un projet de loi (SB277) qui élimine les exemptions personnelles de vaccination contraignant les enfants à recevoir des dizaines de vaccins recommandés par les lois fédérales ou se voir refuser l’accès à l’école. [1]

 

Alors que la Californie a été soumise à l’une des campagnes de lobbying des plus agressives [2] et coûteuses jamais montées par l’industrie pharmaceutique en partenariat avec les associations professionnelles médicales financées par l’industrie et le gouvernement [3,4,5,6], ce même lobby en préparait, à Washington D.C., une plus grande encore pour le peuple américain.

 

Voici donc le « 21st Century Cures Act » [7], qui est une proposition de loi bénie par la FDA [9] qui compromet gravement l’intégrité du processus d’octroi par la FDA de licences pour les médicaments et les vaccins. [10]

 

Le projet de loi de 362 pages a été présenté à la Chambre des représentants le 10 juillet 2015 [11] et requiert qu’environ 9 milliards de dollars soient alloués au NIH (National Health Institute) pour développer plus de médicaments et de vaccins, et que 500.000.000 de dollars soient accordés à la FDA pour une procédure d’approbation accélérée des produits avant la mise sur le marché. [12]

 

 

Le projet de loi abaisse les normes de licence de la FDA

 

Le projet de loi autorise la FDA à abaisser les normes d’octroi des licences pour les tests de médicaments expérimentaux, les dispositifs médicaux et les « produits biologiques », une catégorie qui comprend les vaccins – [13,14,15]. Ainsi donc les compagnies ne seront plus tenues de réaliser de grands essais cliniques contrôlés sur cas-témoins [16,17,18] pour évaluer la sécurité et l’efficacité de leurs produits.

 

Au lieu de cela, la FDA pourra accepter de nouvelles analyses statistiques [19] et des « expériences cliniques » [20] telles que des preuves anecdotiques de patients. [21]

 

Il est intéressant de noter que l’expérience clinique et les preuves anecdotiques constitueront la « bonne science » pour montrer que tel vaccin est sans danger avant qu’il ne soit autorisé, tandis que l’expérience clinique et les preuves anecdotiques n’ont jamais été assez bonnes pour démontrer qu’un vaccin était dangereux après qu’il ait obtenu la licence. [22,23,24,25]

 

Rouages bien huilés pour accorder la licence aux médicaments et aux vaccins

 

La projet de loi « The 21st Century Cures Act » a été présenté comme un moyen  pour la FDA d’accorder rapidement une licence pour des produits pharmaceutiques expérimentaux destinés à des personnes souffrant de maladies rares ou mortelles, que ces produits aient ou non été adéquatement testés. [26]

 

Cependant, huiler les rouages d’homologation de la FDA pour rendre des médicaments expérimentaux disponibles pour les malades et les mourants qui choisissent volontairement de les utiliser est une chose, tandis que huiler les rouages pour accélérer l’homologation de vaccins expérimentaux, permettant ainsi au gouvernement d’exiger légalement que des enfants et des adultes en bonne santé y soient soumis, est une toute autre affaire. [27,28,29,30,31]

 

Presque tous les vaccins que l’industrie pharmaceutique crée et que la FDA autorise pour des enfants finissent par être recommandés pour tous les enfants et rendus obligatoires par le gouvernement des états pour les garderies et l’accès aux écoles. [32,33,34,35,36]

 

Et maintenant de nombreux adultes sont en train de tomber, eux aussi, dans le filet des vaccins obligatoires. [37,38,39]

 

 

Les médicaments et les vaccins doivent dominer dans les soins de santé aux Etats-Unis

 

L’ « Affordable Health Care Act » garantissait déjà que l’industrie pharmaceutique et ses produits continueraient à dominer le système de santé le plus cher du monde. [41,42,43,44,45,46]. Le « 21st Century Cures Act » qui a suivi  mettra  tellement en danger la santé publique qu’il est difficile de dire par où  il faut commencer.

 

Il est, par exemple, à noter que le mot « vaccin » n’a jamais été prononcé publiquement par ceux qui ont parrainé la proposition de loi !

 

Cependant, l’Organisation de l’Industrie Biotechnologique (BIO) qui représente quelque 1500 corporations pharmaceutiques et de produits de santé est déjà en train de se réjouir de la manière dont elle a pu influencer les politiciens du Capitol Hill pour qu’ils incorporent le « Vaccine Access, Certainty and Innovation Act of 2015 » au  projet de loi «  The 21st Century Cures Act. » [47, 48]

 

Procédure d’approbation accélérée pour les vaccins que vous aurez à prendre dans le futur

 

Donc, si, à la fin de cette année, le Sénat approuve, et si le président signe ce projet de loi mettant des vies en danger, on peut se demander ce qui va se passer avec les centaines de vaccins expérimentaux qui feront l’objet d’une procédure d’approbation accélérée et qui, dans le futur, seront rendus obligatoires pour vous et vos enfants.

 

Cette liste comprend les vaccins contre le VIH [49,50,51], chlamidia, [52], cytomegalovirus [53], hépatite C [54], herpès génital [55], syphilis [56], gonorrhée [57], e-coli [58], norovirus [59], tuberculose [60] et encore beaucoup d’autres [61, 62].

 

Le consentement éclairé vidé de sa substance

 

Tout d’abord, le « 21st Century Cures Act » permet à la FDA d’accélérer les procédures d’approbation [63,64] de nouveaux vaccins et d’étendre l’utilisation des vaccins existants [65] en fonction des bases suivantes :

 

-Des essais cliniques plus courts et à plus petite échelle

 

-Conception d’essais non traditionnels ou adaptatifs, ainsi que les méthodes d’analyse bayésienne de données [66]

 

-Preuves à partir d’expériences cliniques en lieu et place d’essais cliniques randomisés et contrôlés. [67,68]

 

-Utilisation de biomarqueurs et de critères de mesure de substitution [69] en lieu et place de paramètres cliniques réels susceptibles de prouver une efficacité. [70]

 

En second lieu, la nouvelle loi permettrait de mener des « essais cliniques » de produits pharmaceutiques expérimentaux sur des personnes sans obtenir au préalable leur consentement éclairé [71,72,73] si «  l’essai clinique proposé ne pose pas plus que des risques minimes. » [74,75] On ne sait toujours pas qui décide ce qui constitue un « risque minimal » mais on peut supposer  que l’appréciation sera laissée aux représentants de l’industrie et du gouvernement. Il est également difficile de savoir si les enfants mineurs pourront participer à des expérimentations sans le consentement éclairé de leurs parents.

 

 

Utiliser des statistiques de « meilleure estimation » au lieu de la véritable science

 

Juste pour m’amuser, j’ai cherché la définition de « Bayesian » pour voir ce qui se passerait si la FDA permettait aux compagnies pharmaceutiques d’utiliser cette méthode en lieu et place de grands essais cliniques randomisés [76,77,78,79,80] afin de déterminer si un vaccin expérimental est ou non sans danger. Voici ce que dit le dictionnaire de « Bayesian » [81]

 

La phrase clé de cette définition est la suivante : « fondée sur l’expérience ou les meilleures estimations avant l’expérimentation ou la collecte de données. » Alors que nous savons que les Agences fédérales ont depuis longtemps pratiqué la « supposition »  quand il a fallu déclarer que les vaccins étaient sûrs et efficaces et que depuis longtemps il existait des lacunes dans la science des vaccins. [82,83,84,85,86], il est irresponsable pour le Congrès de se plier aux exigences de Big Pharma et de codifier dans la loi le droit pour les fonctionnaires  de la FDA d’utiliser de piètres méthodes statistiques « de meilleures estimation » et des critères de substitution non fiables pour appuyer les prétentions qu’un nouveau vaccin est sans danger et est efficace, au lieu d’exiger des fabricants de vaccins de mener des recherches approfondies sur les mécanismes biologiques en faisant appel à de grands essais cliniques bien conçus.

 

Les chiffres qui défilent sur l’écran d’un ordinateur ne peuvent être qu’un pâle substitut pour prouver effectivement qu’un vaccin expérimental ne va pas tuer ou endommager la santé d’êtres humains en chair et en os avant qu’il ne reçoive son autorisation de mise sur le marché.

 

Le Congrès et les Pharmas : des amis qui font des bénéfices

 

En 1986, le Congrès s’est autorisé à être soumis à un chantage de la part de l’industrie pharmaceutique. Il a accordé l’immunité juridique aux fabricants de vaccins [87] En 2011, la Cour Suprême des Etats-Unis a déclaré que les vaccins étaient « inévitablement dangereux » et a éliminé toute responsabilité de la FDA quant aux licences qu’elle accordait pour les vaccins. [88,89,90] En Amérique personne ne peut poursuivre les compagnies pharmaceutiques quand la FDA a accordé la licence pour tel ou tel vaccin qui est susceptible d’endommager la santé des gens ou de les tuer !

 

Nullement satisfaite d’une totale protection par rapport à sa responsabilité vis-à-vis  d’un de leurs produits, ainsi que de pouvoir bénéficier de milliards de dollars des contribuables américains pour créer des centaines de nouveaux vaccins [91,92,93,94,05,96], tout en obtenant une publicité gratuite payée par le gouvernement [97] et en bénéficiant d’un marché prévisible étant donné qu’il n’y aura pratiquement plus d’exemptions, l’industrie pharmaceutique presse maintenant le Congrès de lui accorder, sur la science aussi, un « laissez-passer » gratuit.

 

 

Le pire cauchemar du consommateur

 

Le partenariat financier public-privé que le Congrès a incité le gouvernement à forger avec l’industrie par le biais d’une série de lois fédérales créées au cours des 30 dernières années [98,99,100,101,102,103,104,105,106] est le rêve même de l’actionnaire d’une société pharmaceutique et le pire cauchemar du consommateur.

 

Ce partenariat lucratif qui utilise le slogan du « plus grand bien » pour violer les droits civils du peuple américain au nom de la « guerre contre la maladie » a le potentiel de détruire plus de vies que n’importe quelle guerre à laquelle notre pays a participé.

 

Le projet de loi « The 21st Century Cures Act » sonne comme une ordonnance de désastre. La recherche sur les vaccins, leur développement et le suivi rapide ne doivent pas faire partie de ce projet de loi.

 

C’est maintenant qu’il faut agir

 

Si vous voulez informer votre sénateur ou député de ce que vous pensez du projet de loi « The 21st Century Cures Act », consultez le « NVIC Advocacy Portal ». Il pourra vous mettre en contact électronique direct avec les personnes que vous avez élues pour vous représenter à Washington D.C.

 

Levez-vous pour défendre votre droit de savoir et pour votre liberté de choisir.

Il y va de votre santé, de votre famille, de votre liberté de choix.

Références

 

1 Fisher BL. California Enacts Vaccine Law That Forces Law Forces Parents to Choose Between Human Rights and Civil Rights. NVIC Newslettter July 1, 2015.

2 Miller J. Drug companies donated millions to California lawmakers before vaccine debate. Sacramento Bee June 18, 2015.

3 Biocom. Membership List 2015 that includes Pfizer, Merck, GSK, Novartis, Sanofi, Monsanto, Kaiser Permanente and support for state legislation of interest (SB 277).

4California Immunization Coalition, a project of the Immunization Action Coalition that is funded by Astra Zeneca, BioCSL, Merck, Novartis Vaccines, Pfizer and Sanofi Pasteur and CDC.

5American Academy of Pediatrics, California chapter. AAP is funded by the pharmaceutical industry.

6California Medical Association. California Medical Association Foundation corporate sponsors include Pfizer, Astra Zeneca, Lilly and Kaiser Permanente.

7 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act (July 2, 2015).

8 Lazar A.  PhRMA companies push hard on House bill to ease testing of new drugs. Open Secrets June 16, 2015. 

9 Woodcock J. 21st Century Cures: Modernizing Clinical Trials and Incorporating Patient Perspective. Testimony for Subcommitee on Health, Committee on Energy and Commerce, U.S. House of Representatives July 11, 2014.

10 Hodsden S. 21st Century Cures Act Set to Overhaul FDA Regulatory Process. MedDevice Online July 10, 2015.

11 Clarke T. U.S. House passes ‘C21st Cures’ bill to speed new drugs to market. Reuters July 10, 2015.

12 Ross S. House overwhelmingly passes 21st Century Cures Act. Modern Healthcare July 10, 2015.

13 Federal Food, Drug and Cosmetic Act. 42USC262. Sec. 262. Regulation of Biological Products. (i) Biological product defined.The term ”biological product” means a virus, therapeutic serum, toxin, antitoxin, vaccine, blood, blood component or derivative, allergenic product… applicable to the prevention, treatment, or cure of a disease or condition of human beings.

14 U.S. Public Health Service Act. Part F – Licensing- Biological Products and Clinical Laboratories. Subpart 1 – Regulation of Biological Products. Sec. 351,Pg. 282. The term “biological product” means a virus, therapeutic serum, toxin, antitoxin, vaccine, blood, blood component or derivative, protein….”.

15 H.R. 6 – The 21st Century Cures Act. (2) Use of a Drug Development Tool (A) and (B). Pg. 80. July 2, 2015.

16 Kabesch M, Ruckes C, Seibert-Grafe M, Blettner M. Randomized Controlled Trials. Dtsch Arztebl Int 2011; 108 (39): 663-668.

17 Sibbald B, Roland M. Understanding controlled trials: Why are randomized controlled trials important?BMJ 1999; 316: 201.

18 Clinicaltrials.gov. Vaccine Clinical Trials.

19 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle D – Modern Trial Design and Evidence Development. Broader Application of Bayesian Statistics and Adaptive Trial Designs. Pg. 97-98. July 2, 2015.

20 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Sec. 2062. Utilizing Evidence from Clinical Experience. Pg. 100-101. July 2, 2015.

21 Belluz. J. This new bill would add $9 billion for medical research. Here are 5 reasons why critics are terrified. Vox July 14, 2015.

22 Fisher BL. Public Perspective on Assessment of Studies of Health Outcomes Related to the Recommended Childhood Immunization Schedule. Institute of Medicine Feb. 9, 2012.

23 Tomlijenovic L, Shaw CA. Human papillomavirus (HPV) vaccine policy and evidence-based medicine: are they at odds? Annals of Medicine 2013; 45(2): 182-193.

24 Goldman A. Scientific consensus finds the HPV vaccine safe. Women’s Health Dec. 6, 2013.

25 English K. Public editor criticizes the Star’s Gardasil story. The Star Feb. 13, 2015.

26 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle E – Expediting Patient Access. Sec. 2081 – Sense of Congress. Pg. 111-112.  July 2, 2015.

27 National Vaccine Information Center. Merck’s Gardasil Vaccine Not Proven Safe for Little Girls: National Vaccine Information Center Criticizes FDA for Fast Tracking Licensure. NVIC Press Release June 27, 2006.

28 Zimm A, Preston D. Merck Gets First U.S. Cancer-Shot Mandate, From Texas. Bloomberg News Feb. 2, 2007.

29 Gardner A. Drugmaker Assists in Pushing for Mandate for HPV Vaccination. Washington Post Feb. 11, 2007.

30 Immunization Act Coalition. HPV Vaccine Mandates for Children in Secondary Schools. Feb. 2, 2015.

31 National Conference of State Legislatures. HPV Vaccine Legislation (2006-2015). June 2015.

32 Centers for Disease Control (CDC). Recommended schedule for active immunization of normal infants and children 1983.

33 American Academy of Pediatrics (AAP).Policy Statement – Increasing Immunization Coverage. Pediatrics 2010; 125(6): 1295-1304.

34 CDC. Recommended Immunization Schedule for Persons Aged 0 Through 18 Years – United States, 2015.

35 CDC. Vaccines and Immunizations: State Vaccination Requirements. Apr. 7, 2015.

36 NVIC. org. State Law and Vaccine Requirements.

37 CDC. Recommended Adult Immunization Schedule – United States, 2015.

38 Fisher, BL. Women, Vaccines & Bodily Integrity. NVIC Newsletter Jan. 14, 2013.

39 Wrangham T. Adults Targeted as Federal Government Prepares to Track the Unvaccinated.NVIC Newsletter Mar. 18, 2015.

40 DHHS. About the Affordable Care Act Law. Nov. 14, 2014.

41 Hamburger T. Obama gives a powerful drug lobby a seat at healthcare table. Los Angeles Times Aug. 4, 2009.

42 The Medicare Newsgroup. What Is the Pharmaceutical Research and Manufacturers of America (PhRMA) and How Is It Involved in Lobbying for Health Care Reform?

43 Milne CP, Kaitlin KI. Impact of the New US Health-Care-Reform Legislation on the Pharmaceutical Industry: Who Are the Real Winners?Clin Pharmacol Ther 2010; 88(5): 589-592.

44 DHHS. Preventive Services Covered Under the Affordable Care Act.  Sept. 27, 2012.

45 Coleman K, Geneson J. Drug coverage & the Affordable Care Act: 34% increase in drug copayments and coinsurance fees compared to the pre-reform market.Health Pocket Feb. 13, 2014.

46 Tan LJ. Vaccine Financing, the Affordable Care Act (ACA) and Immunizations. National Adult and Influenza Immunization Summit May 12, 2015.

47 Biotechnology Industry Organization. BIO Praises Vaccine Access, Certainty, and Innovation Act of 2015. BIO Press Release Feb. 6, 2015. List of BIO members, including AstraZeneca, BioCSL, GlaxoSmithKline, Johnson & Johnson, MedImmune, Merck, Monsanto, Novartis, Pfizer, Sanofi Pasteur.

48 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle H – Vaccine Access, Certainty, and Innovation. Sec. 2131 – Timely Review of Vaccines by the Advisory Committee on Immunization Practices. Sec. 2142 – Review of Processes and Consistency of ACIP Recommendations. Sec. 2143 – Meetings Between CDC and Vaccine Developers. Pg. 152-158. July 2, 2015.

49 National Institutes of Health (NIH). HIV Vaccine Research. NIAID June 8, 2015.

50 HIV Vaccine Trials Network. An HIV Vaccine: The World’s Best Long Term Hope for Ending AIDS. What’s Next for HIV Vaccines: From Design to Efficacy Testing. July 19, 2015.

51 NIH. Dr. Fauci at IAS 2015: Comprehensive global prevention can end HIV/AIDS pandemic. EurekAlert! July 21, 2015.

52 Harvard Medical School. Safeguarding against chlamydia: vaccine generates double protection in animals. Science Daily June 18, 2015.

53 University of California – Davis Health System. Novel vaccine approach to human cytomegalovirus found effective.Science Daily Sept. 18, 2013.

54 Swadling L, Capone S, Antrobus RD et al. A human vaccine strategy based on chimpanzee adenoviral and MVA vectors that primes, boosts, and sustains functional HCV-specific T cell memory. Science Translational Medicine 2014; 6(26).

55 NIH. NIH launches trial of investigative genital herpes vaccine. NIAID Press Release Nov. 8, 2013.

56 Cameron CE, Lukehart SA. Current status of syphilis vaccine development: Need, challenges, prospects.Vaccine 2014; 32(14): 1602-1609.

57 Zhu W, Chen CJ, Thomas CE et al. Vaccines for Gonorrhea: Can We Rise to the Challenge?Frontiers in Microbiology 2011; 2(124).

58 Michigan State University. Vaccine Developed for E.Coli Diarrheal Diseases That Kill Millions of Children.Science Daily Apr. 14, 2009.

59 Cashin-Garbutt A. Norovirus vaccines: an interview with Dr. Benjamin Lopman, Centers for Disease Control and Prevention. News Medical July 28, 2014.

60 Fletcher HA, Hawkridge T, McShane H. A New Vaccine for Tuberculosis: The Challenges, Development and Deployment.Journal of Bioethical Inquiry 2009; 6(2): 219-228.

61 Fisher BL. Vaccination Costs Increasing. Reforming Vaccine Policy & Law: A Guide.National Vaccine Information Center (NVIC) 2014.

62 Fisher BL. Many New Live Virus and Virus Vectored Vaccines Coming Soon. Pg. 11. The Emerging Risks of Live Virus and Virus Vectored Vaccines: Vaccine Strain Virus Infection, Shedding and Transmission. National Vaccine Information Center (NVIC) 2014.

63 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Sec. 592. Precision Medicine Regarding Orphan Drug and Expedited Approval Programs. Pg. 95-96. July 2, 2015.

64 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Sec. 2063. Streamlined Data Review Program. Pg. 107-108. July 2, 2015.

65  U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle H – Vaccine Access, Certainty, and Innovation. Sec. 2131 – Timely Review of Vaccines by the Advisory Committee on Immunization Practices. Sec. 2142 – Review of Processes and Consistency of ACIP Recommendations. Sec. 2143 – Meetings Between CDC and Vaccine Developers. Pg. 152-158. July 2, 2015.

66 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle D – Modern Trial Design and Evidence Development. Broader Application of Bayesian Statistics and Adaptive Trial Designs. Pg. 97-98. July 2, 2015.

67 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Sec. 2062. Utilizing Evidence from Clinical Experience. Pg. 100-101. July 2, 2015.

68 Federal Food, Drug & Cosmetic Act Chapter V Sec. 505 (b) (21 U.S.C. 355c) Research into pediatric uses for drugs and biological products.

69 Hudgens NG, Gilbert PB, Self SG. Endpoints in vaccine trials. Statistical Methods in Medical Research 2004; 13: 1-26.

70 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Sec. 2021. Qualifications and Use of Drug Development Tool. (9) Surrogate Endpoint (A) and (B). Pg. 86. July 2, 2015.

71 Council of Europe. Convention for the Protection of Human Rights and Dignity of the Human Being with regard to the Application of Biology and Medicine: Convention on Human Rights and Biomedicine. Apr. 4, 1997.

72 Fisher BL. The Moral Right to Conscientious, Philosophical and Personal Belief Exemption to Vaccination. Presentation to National Vaccine Advisory Committee May 2, 1997.

73 Nir E. Informed Consent. The Stanford Encyclopedia of Philosophy 2011 (Fall Edition).

74 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle O – Streamlining of Clinical Trials. Sec. 2263- Alteration or Waiver of Informed Consent for Clinical Investigations. Pg. 224. July 2, 2014.

75 Avorn J, Kesselheim AS. The 21st Century Cures Act – Will It Take Us Back in Time?N Engl J Med 2015; 372(26): 2473-2475.

76 Jefferson T. Influenza vaccination: policy versus evidence. BMJ 2006; 333(7574): 912-915.

77 Jacobsen RM, Targonski PV, Poland GA. Why is evidence-based medicine so harsh on vaccines? Why is evidence-based medicine so harsh on vaccines? An exploration of the method and its natural biases. Vaccine 2007; 25(16): 3165-3169.

78 Osterholm M, Kelley NS et al. Efficacy and effectiveness of influenza vaccines: a systematic review and meta-analysis. The Lancet 2012; 12(1): 36-44.

79 Every-Palmer S, Howick J. How evidence-based medicine is failing due to biased trials and selective publication. Journal of Evaluation in Clinical Practice 2014; 908-914.

80 Greenhaugh T, Howich J, Maskrey N. Evidence based medicine: a movement in crisis?BMJ 2014; 348.

81 Merriam-Webster Dictionary. Definition of Bayesian.

82 Institute of Medicine Vaccine Safety Committee. Adverse Effects of Pertussis and Rubella Vaccines: Executive Summary, Research Needs (p. 8) and Afterword on Research Needs (p. 206-207). Washington, DC. National Academy Press 1991.

83 Institute of Medicine Vaccine Safety Committee. Adverse Events Associated with Childhood Vaccines: Evidence Bearing on Causality: Need for Research and Surveillance (p. 305-308). Washington, D.C. National Academy Press 1994.

84 Institute of Medicine Vaccine Safety Forum. Summaries of Two Workshops: Detecting and Responding to Adverse Events Following Vaccination and Research to Identify Risks for Adverse Events Following Vaccination: Biological Mechanisms and Possible Means of Prevention. National Academies Press 1997.

85 Institute of Medicine Committee to Review Adverse Effects of Vaccines. Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality: Evaluating Biological Mechanisms of Adverse Events (p. 57-102), Increased Susceptibility (p. 82), and Concluding Comments (p. 629-632).  Washington, DC: The National Academies Press 2012.

86 Institute of Medicine Committee on the Assessment of Studies of Health Outcomes Related to the Recommended Childhood Immunization Schedule. The Childhood Immunization Schedule and Safety Stakeholder Concerns, Scientific Evidence and Future Studies: Summary: Health Outcomes (p. 5-6) and Conclusions About Scientific Findings (p. 11) and Review of Scientific Findings (p. 75-98). Washington, D.C. The National Academies Press 2013.

87 Fisher BL. The Vaccine Injury Compensation Program: A Failed Experiment in Tort Reform? Presented to Advisory Commission on Childhood Vaccines Nov. 18, 2008.

88 Holland MS, Krakow RJ. Brief of Amici Curiae National Vaccine Information Center, Its Co-Founders and 24 other organizations in support of petitioners. In: Bruesewitz v. Wyeth filed with Supreme Court of the United States June 1, 2010.

89 Supreme Court of the United States. Bruesewitz v. Wyeth No. 09-152. Justice Sotomayor with whom Justice Ginsberg joins, dissenting Feb. 22, 2011.

90 NVIC. NVIC Cites “Betrayal” of Consumers by U.S. Supreme Court Giving Total Liability Shield to Big Pharma. NVIC Press Release Feb. 23, 2011.

91 Homeland Security News Wire. Sanofi Pasteur to open new flu vaccine plant. Aug. 14, 2007.

92 Palmer E. GSK gets OK for $91M vaccine plant with Texas A&M. Fierce Pharma Manufacturing Mar. 27, 2013.

93 Palmer E. FDA approves Novartis U.S. vaccine plant it is trying to sell: Feds have invested about $500M into the $1B complex. Fierce Pharma Manufacturing June 16, 2014.

94 NIH. NIH funding development of three biodefense vaccines. NIAID Press Release Oct. 7, 2010.

95 PharmaBix.com. US BARDA extends contract with Protein Sciences to support development of flu vaccines. June 19, 2014.

96 Gomstyn A. Two N.J. pharma companies leading search for Ebola vaccine. The Record Dec. 14, 2015.

97 CDC. Vaccines and Immunizations: Campaign Materials. Aug. 20, 2014.

98 1984 Drug Price Competition and Patent Term Restoration Act. What is Hatch-Waxman Act?Regulatory One Dec. 30, 2011.

991986 National Childhood Vaccine Injury Act.

100 1992 Prescription Drug User Fee Act (PDUFA). The Prescription Drug User Fee Act: Structure and Reauthorization Issues.Congressional Research Service Oct. 7, 2002.

101 Barlas S. Pharmacy Group Wants to Change the FDA’s REMS Authority. Pharmacy & Therapeutics 2012; 37(1): 39-40.

102 1997 FDA Modernization Act. FDA Modernization Act of 1997 – The Provisions.Congressional Research Service Mar. 13, 1998.

103 2004 Project Bioshield Act. Impact of Public Law 108-276. Office of Legislative Policy and Analysis.

104 Fisher BL. Letter to Co. Robert P. Kadlec, M.D. (USAF, ret.), Subcommittee on Bioterrorism and Public Health Preparedness, on the Biodefense and Pandemic Vaccine and Drug Development Act of 2005. Nov. 15, 2005.

105 CNBC-TV. Debate on “Vaccine Liability Protection” with Christopher-Paul Milne, DVM, MPH, JD and Barbara Loe Fisher. Closing Bell Dec. 22, 2005. (Begins at 1:20)

106 2006 The Pandemic and All-Hazards Preparedness Act. PL 109-417 Provisions and Changes to Preexisting Law. Congressional Research Service.

 

Source: Vaccine Impact

 

Voir aussiSecret des affaires, Autorisations de mise sur le marché au rabais et opacité des essais cliniques (Formindep, collectif indépendant pour la formation médicale)

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 15:42

« Simplement parce qu’on veut éviter les problèmes, on recule devant la reconnaissance de la réalité, et ça c’est anti-scientifique, totalement anti-scientifique. »

 

Pr Luc Montagnier, Prix Nobel de Médecine

Pr Luc Montagnier: &quot;Les vaccinations de masse ont été désastreuses&quot;

« …Le déni ! Ce qui est dommage, c’est que l’attitude des pouvoirs publics et des institutions dépendant du public ou de leurs représentants préfèrent faire un déni des problèmes plutôt que de les traiter. Il y a des exemples patents, le nôtre par exemple, mais il y en a d’autres. Il y a les rapports avec les effets secondaires des vaccinations. »

 

« Ce n’est pas en niant ces effets secondaires qu’on va aider la vaccination, au contraire. On va tuer les vaccinations qui sont peut-être très utiles.

 

Il faut reconnaître qu’il y a des personnes, des enfants qu’il ne faut pas vacciner dans certaines circonstances. Il ne faut pas que la vaccination soit une vaccination de masse. Les vaccinations de masse ont été désastreuses. On se souvient de l’hépatite B des enfants en âge scolaire par exemple, ou les vaccinations antipolio chez les enfants africains par exemple, sans discrimination.

 

Alors, ça demande davantage d’efforts médicaux, mais c’est très important qu’il n’y ait aucun mort par vaccination. Même une seule mort serait de trop ou une maladie grave, ou une maladie grave handicapant à vie l’enfant.

 

Si on fait un déni de ces événements, simplement parce qu’on veut éviter des problèmes, on recule devant la reconnaissance de la réalité, et ça c’est anti-scientifique, totalement anti-scientifique. »

 

VIDEO : interview du Pr. Luc Montagnier (TV locale Strasbourg) :

 

Et ci-dessous, une des nombreuses vidéos qui confirment à 100% les vues du Professeur Montagnier sur les douloureux (et inutiles) fiascos des vaccinations de masse, par définition aveugles...

Repost 1

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA